TOP 10 : ADVERSAIRES

"Un bon conseil : conservez toujours votre chapeau melon sur la tête en période de danger. Et gardez-vous des esprits diaboliques qui pourraient vous menacer !"
Mrs Peel (Ne m'oubliez pas !)

Les Avengers ne seraient rien sans leurs adversaires, ces Diabolical Masterminds que nous adorons détester. Leurs inventions délirantes et leurs personnalités hautes en couleurs ont fait le succès de la série. Chapeau Melon ne déroge pas à la célèbre règle Hitchockienne : la qualité d’un épisode repose souvent sur leurs épaules.

Voici la liste des 10 meilleurs, classés du 10e au 1er par nos internautes !

 

 THYSSEN (Peter Bowles)

Remontons le temps (saison 5)

Sa schizophrénie aux multiples personnalités, magnifiquement rendue par le toujours inspiré Peter Bowles, marque réellement les esprits. Elle ajoute une dimension supplémentaire passionnante à un épisode déjà riche et inventif. Chacune de ses incarnations vaut son pesant d’or, se concluant par une confrontation d’anthologie avec une Mrs Peel irrésistible en Marquise.

Denis : Peter Bowles (Thyssen family !) est évidemment LE second rôle illuminant l'épisode par sa présence. Habitué de la série (quatre épisodes), il offre ici sa meilleure prestation. Son personnage est quadruple mais le changement est assez impressionnant, que cela soit Matthew le tortionnaire, Bruno le gentilhomme (l'assassin de Paxton), Edwin le duelliste (l'assassin de Vincent) ou Waldo l'extravagant bègue.

Estuaire44 : Magnifiquement rendue par un étonnant Peter Bowles, la folie du troublant Thyssen nous vaut des scènes inoubliables, notamment avec Mrs Peel. Rarement la présence de la folie latente chez la plupart des Diabolical Masterminds aura été manifestée avec autant d'éclat !

Steed3003 : Beaucoup de panache et de plaisir dans le jeu de Peter Bowles. Il faut dire que l'acteur n'a pas trop à se forcer : le scénario lui offrait sur un plateau non pas un mais quatre numéros d'acteur inoubliables.

JOHN CARTNEY (Peter Wyngarde)

Le club de l'enfer (saison 4)

Extraordinaire personnage mêlant des mœurs raffinées à une sauvagerie incontrôlée et à un humour des plus noirs, il demeure l'inoubliable maître des cérémonies d'un Club devenu l'un des épisodes les plus célèbres de la série. Sa confrontation avec une Mrs Peel très bottes de cuir reste dans toutes les mémoires, à plus d'un titre... Peter Wyngarde est inoubliable.

Denis : John Cartney (Peter Wyngarde) est pour moi le méchant et le second rôle le plus remarquable de la série : son humour et son cynisme font merveille. Un méchant de légende dans un épisode qui ne l’est pas moins. Attiré par Mrs Peel, il réussit à la transformer en Reine des Péchés dans une séquence inoubliable. Le maniement du fouet et le cri de ralliement Gentlemen, Hellfire ! résument parfaitement ce personnage hors norme.

Estuaire44 : Fascinant personnage dont la personnalité complexe semble se dessiner en strates successives : sous le digne gentlemen perce un paillard festif sous lequel transparaît un cruel sadisme et un sombre nihilisme. Ces divers visages sont arborés avec une rare énergie par le talentueux Peter Wyngarde.

Steed3003 : C'est l'adversaire le plus noir et, finalement, le plus effrayant de toute la série. John Cartney pousse sa soif de pouvoir et de plaisir sadique jusqu'aux derniers retranchements. Un coup de fouet est donné, au propre comme au figuré, au spectateur dérouté par cet adversaire éloigné des canons de la série. Là où la mégalomanie des méchants de la série fait habituellement sourire, voire rire, celui-ci fait... peur.

LOVEJOY (Patrick Cargill)

Cœur à cœur (saison 4)

Personnage précieux aux irrésistibles mimiques, il participe activement à l’éclatant succès de l’épisode. À l’orée de l’ère Emma Peel, il indique brillamment la nouvelle direction que la série entend désormais emprunter. Talentueusement incarné par Patrick Cargill, on se souviendra longtemps de ses irrésistibles auditions de Steed et Mrs Peel venus officiellement chercher l’âme sœur dans cette drôle d’agence !

Denis : Lovejoy (Patrick Cargill) est l’excellent directeur de l'agence matrimoniale Togetherness. Distingué et raffiné, il est au centre d’une machination où l’amour n’a pas sa place. Il propose même à notre agent au chapeau melon d’éliminer Mrs Peel ! Il exige de voir le corps d'Emma, puis que Steed assiste à l'enterrement : deux grands moments !

Estuaire44 : Aussi précieux et maniéré que cynique, Mr Lovejoy s'avère un adversaire particulièrement amusant dont les confrontations successives avec Steed et Mrs Peel comptent parmi les scènes les plus divertissantes de la saison 4. Patrick Cargill est simplement parfait.

Steed3003 : Lovejoy est le méchant typique de la série, aussi irrationnel que mégalomane ; mais non dénué d'humour et d'un certain charisme typiquement british. Patrick Cargill est excellent dans la peau dans ce truculent personnage. Néanmoins, je ne pense pas qu'il méritait une présence dans ce classement, au détriment de Maxie et Jennings (Clowneries) et Mark Crayford (Méfiez-vous des morts !).

COLONEL MANNERING ( Christopher Lee )

Interrogatoires (saison 6)

 

Sublimé par la haute stature de Christopher Lee, le trouble colonel représente un des adversaires les plus passionnants de la saison 6. Il met en œuvre une machination subtile et retorse, nous valant de brillantes scènes à l’humour absurde très anglais ainsi qu’un authentique suspense. Le grand acteur sait à merveille jouer du double visage du personnage, entre bonhomie complice et violence déchaînée.

Denis : Christopher Lee interprète avec justesse le sadique et rusé colonel Mannering qui a mis au point un système d’interrogatoires infaillible. Son interprétation fait de l’épisode un grand moment de la saison. Ce personnage permet à la série de revenir, l’espace d’un épisode, dans le sérieux. Les services secrets de sa Majesté ont une pomme pourrie très bien placée.

Estuaire44 : Adversaire astucieux et sûr de lui, le colonel manipule avec maestria les services anglais, nous valant plusieurs scènes d'une amusante bizarrerie. Le personnage se voit bien entendu rehaussé par l'imposante présence de Christopher Lee.

Steed3003 : Mal exploité dans Interférences de la saison précédente, Christopher Lee revient dans un personnage taillé à sa mesure. Les scénaristes tentaient-ils de faire amende honorable avec l'acteur ? Je n'en doute pas. Toujours sur un fil entre humour et terreur, Christopher Lee est non seulement imposant par sa présence mais aussi admirable de justesse.

MONTY BRISTOW ( Peter Jeffrey )

Jeux (saison 6)

L'humour singulièrement morbide et la grande inventivité de Bristow animent cet épisode très populaire. Sa passion des jeux lui inspire des traquenards particulièrement amusants. On se prend à regretter que cette belle passion soit ainsi dénaturée par une folle cruauté, et surtout qu'il soit si mauvais joueur ! Une fois de plus Peter Jeffrey s'impose comme l'un des grands adversaires des Avengers.

Denis : Peter Jeffrey de nouveau à l’honneur ; à l’instar du Joker, il est un adversaire de taille pour les Avengers. Dans un épisode toujours plébiscité par les fans, le roi du jouet s’amuse avec ses victimes, mais il se montre très mauvais perdant si la roue de la chance tourne. Il nous fait également le plaisir de mettre Tara dans un sablier !

Estuaire44 : Humour noir, passion du jeu et mortelle rancune constituent le cocktail irrésistible qu'est Bristow. C'est peu de dire que l'on s'amuse en sa compagnie, y compris quand il se montre mauvais joueur ! Une deuxième superbe performance pour Peter Jeffrey, vraiment un as en la matière.

Steed3003 : Tiens, tiens ! En voilà un qui aurait dû prendre quelques places dans ce top ! L'inventivité et le sadisme de ce personnage sont sans équivalent dans le reste de la série. À l'image de cet épisode ludique et délirant, le diabolical mastermind apparaît au final comme ... un enfant capricieux et mauvais joueur ! L'interprétation inspirée de Peter Jeffrey sauve le personnage du ridicule et lui apporte une saveur unique.

Z.Z. VON SCHNERK ( Kenneth J. Warren )

Caméra meurtre (saison 5)

L’immense Z.Z. Von Schnerk est le pivot du maelström d’inventivité et de non sens très anglais qu’est l’ébouriffant Caméra meurtre. On se surprend à éprouver de la sympathie pour ce Don Quichotte criminel, s’acharnant à reconstituer un monde défunt. Démiurge mégalomane et pathétique, ses délires, admirablement rendus par un Kenneth J. Warren véritablement habité, restent inoubliables ! Roaar !

Denis : Un metteur en scène démoniaque, aussi illuminé que calculateur, en veut particulièrement à Mrs Peel ; le troisième de la liste après Prendergast et Keller. Dans cet épisode satirique et irréel, ZZ est plus un méchant loufoque de bandes dessinées qu’un sadique assoiffé de vengeance. Aidé de ses complices, il a l’intention de découper en rondelles la délicieuse Mrs Peel !

Estuaire44 : Il est l'adversaire dont le délire créatif de Caméra meurtre avait besoin pour totalement exploser. Perdant magnifique, visionnaire trahi par le destin, sa folie sanguinaire n'empêche pas de ressentir une certaine commisération, sinon sympathie, pou lui et ses compères. Kenneth J. Warren réalise un numéro absolument énorme.

Steed3003 : Voici mon grand premier pour ce classement : l'incomparable ZZ Von Schnerk. Celui-ci a tout ce que l'on aime chez les grands méchants de la série : la folie, la mégalomanie, la créativité et la totale démesure. D'une rare outrance et exubérance, c'est un pur plaisir jouissif qu'éprouve le spectateur à chacune de ses apparitions. Kenneth J. Warren se livre ici à un numéro d'acteur comme on a rarement l'occasion d'en voir à la télévision.

PROFESSOR KELLER (Michael Goodliffe)

L'héritage diabolique (saison 4)

Son esprit, aussi dément que brillant, lui inspire une machination particulièrement élaborée. Sa soif de vengeance et sa cruauté perverse habitent réellement la fameuse maison, la rendant particulièrement menaçante. L'apparition de son cadavre et ses messages post-mortem demeurent de grands moments.

Denis : Professor Keller (Michael Goodliffe) est revanchard et aigri. Il est perdu mais sa maison va lui rendre justice tôt ou tard. En fait, Mrs Peel doit affronter l’invention d’un mort, chose unique dans la série. C'est un méchant plus démoniaque encore que Prendergast dans Le joker, l'épisode pendant de la saison cinq et là aussi, son temps de présence est réduit.

Estuaire44 : Cet esprit dément et génial occupe littéralement la maison où repose son cadavre. Il est l'âme et le moteur principal du cauchemar vécu par Mrs Peel, dans cet épisode constituant un des sommets de la série. Les écrans où il délivre son message posthume apparaissent comme des fenêtres ouvertes sur la folie la plus noire. Inoubliable.

Steed3003 : Le Diabolical Mastermind ultime dans ce cas : déjà mort avant le début de l'épisode, mais malgré tout, oh ! combien nuisible. Même Mrs Peel ne peut lui échapper !

PAUL BERESFORD (Peter Cushing)

Le retour des cybernautes (saison 5)

Paul Beresford offre un double visage des plus troublants. Son inclination envers Mrs Peel est dévoyée par sa passion pour la vengeance, superbement incarnée par un Peter Cushing au sommet de son art. Sous le vernis de l’homme du monde raffiné, c’est un monstre cruel et brutal qui apparaît, écrasant tout ce qui entraverait son inexorable vendetta. Il réussit également le rare exploit de rendre Steed jaloux…

Denis : Paul Beresford est le meilleur méchant de la saison 5 et sa façon de séduire Mrs Peel, au grand dam de Steed, est surprenante. Peter Cushing personnifie admirablement le vengeur (ce n’est pas ceux qu’on croit cette fois-ci !) en jouant un ‘game of cat and mouse’ avec Mrs Peel. Comme son frère, le Dr Armstrong, il sera victime d’un cybernaute.

Estuaire44 : Peter Cushing prête toute sa classe et son talent à ce gentleman raffiné, dont l'élégance dissimule une soif de vengeance et un sadisme proche de la folie. Tel son cybernaute, il broie inexorablement tout ce qui entrave son chemin. Ses scènes de manipulation d'Emma Peel paraissent singulièrement troublantes.

Steed3003 : Excellent personnage que ce Paul Beresford, unique personnage à entretenir une relation amicale avec nos Avengers avant que ces derniers ne découvrent ses réelles intentions. Sa compétition avec Steed, dont il est l'alter ego malfaisant, pour conquérir Mrs Peel est le principal intérêt du Retour des cybernautes. Bien entendu, Peter Cushing se glisse comme un gant dans la peau de ce personnage et s'impose comme le meilleur guest star de la saison 5.

MAX PRENDERGAST(Peter Jeffrey)

Le joker (saison 5)

Il est l’âme d’un épisode aussi enthousiasmant que totalement à part dans la série. La performance de Peter Jeffrey glace véritablement le sang, d’autant qu’il parvient à susciter une authentique angoisse en apparaissant finalement peu à l’écran. Le voyeurisme maladif et l’imagination perverse de Prendergast font de lui un adversaire inoubliable. L’apparition de l’œil fou ou le sinistre découpage de la photo d’Emma Peel demeurent des scènes cultes.

Denis : Max Prendergast reste un méchant de référence dans la série même s’il n’apparaît que quelques minutes. La prestance de Peter Jeffrey contribue à donner au personnage et à l’épisode un cachet hitchcockien. La vengeance est un plat qui se mange froid et Prendergast, amoureux jadis de la belle Emma, l’a préparé avec minutie.

Estuaire44 : Peter Jeffrey compose un personnage effrayant au possible, suscitant une tension d'autant plus forte qu'il ne se dévoile qu'à la fin de l'épisode ; d'ici là son œil voyeur et avide aura suscité une réelle frayeur dans un des épisodes les plus fameux de la série. Son découpage de la photo d'Emma Peel demeure un moment incroyablement sinistre et pervers.

Steed3003 : Une seconde place bien méritée pour Prendergast. Les méchants motivés par une vengeance personnelle sont souvent les plus efficaces dans la série. Ils trustent d'ailleurs sans surprises ce top 10 ! Peter Jeffrey incarne ici la quintessence de ce type d'adversaire. Un tour de force, car à l'image du Professor Keller cité deux places plus haut, il n'apparaît vraiment que dans les toutes dernières minutes de l'épisode.

DR ARMSTRONG ( Michael Gough )

Les cybernautes (saison 4) 

Le père des légendaires cybernautes s’impose comme un adversaire d’exception. Sa profonde misanthropie, alliée à un génie visionnaire, crée une personnalité des plus fascinantes. Il incarne à la perfection la méfiance de la série envers le progrès technique et la mécanisation. Son fatal destin demeure une des scènes les plus marquantes de la saison 4, rejoignant la grande tradition anglaise du film d’horreur.

Denis : Dr Armstrong est un des plus coriaces adversaires des Avengers. Magistralement interprété par Michael Gough, il personnifie le diabolical mastermind à la perfection. Cloué sur son fauteuil roulant, il manipule ses cybernautes avec doigté mais il sera finalement victime de son invention. Adversaire ne veut pas dire insensible au charme de Mrs Peel : "What a charming young woman !". ["Quelle charmante jeune femme !"]

Estuaire44 : Un adversaire particulièrement charismatique, père des cybernautes qui deviendront au fil des saisons un des symboles majeurs de la série. La dualité entre un esprit froidement scientifique et une folie délirante rend le personnage particulièrement fascinant.

Steed3003 : Je suis assez surpris de cette victoire du Dr Armstrong. Il figure d'ailleurs à la 9e place de mon classement ! Le Dr Armstrong n'est à mes yeux pas le meilleur adversaire de toute la série, loin s'en faut. Même si l'on touche ici à l'essence du diabolical mastermind, car le Dr Armstrong est avant tout un visionnaire, on retiendra finalement plus sa création que le personnage lui-même.

 

Retour au Top/Flop