saison 1 saison 3

Wonder Woman (1975-1979)

Saison 3


1. MON IDOLE A DISPARU
(MY TEENAGE IDOL IS MISSING)



Lane Kincaid est un chanteur à succès. Jusqu'au moment où il est enlevé et remplacé par son jumeau. Un coup de Crichton qui n'en est pas à son premier enlèvement pour toucher une rançon de 2 millions de dollars. Mais problème le jumeau de Lane est aussi bon que lui, Lane est en danger. Mais avec l'aide de Whitney, Wonder-Woman stoppera les ravisseurs et les jumeaux seront réunis.

Début de la 3e saison, visiblement c'était prévu et annoncé, car celle-ci n'a pas de pilote et commence directement par un épisode classique. Pareille que dans la saison 2, celui-ci ne brille pas par son scénario : le thème des jumeaux ayant été abordé dans pas mal de séries à l'époque, on fait donc dans la sécurité et on ne prend pas de risques. Les reproches de la saison 2 sont toujours présents : pas assez d'action, Steve Trevor ne fait que boire du café… Ah ! Si, IRAC sait maintenant parler au téléphone, il est dommage que l'on donne autant d'importance à cette partie « ordinateur » dans la série tv. Cette fois-ci on aborde un sujet qui concerne les « djeuns » sans doute la série voulait-elle élargir son public pour toucher les plus jeunes. Wonder-Woman remet son costume pour la moto, mais ce n'est pas cela hélas qui sauvera cet premier opus de la saison 3.

Retour à l'index


2. AU BOUT DU TUNNEL
(AU BOUT DU TUNNEL )

Diana doit réceptionner une Rolls Royce très importante qui contient un document primordial pour l'IADC, mais Otis Fiskle la vole. Diana doit donc faire équipe avec l'inspecteur Bolt qui veut démanteler un trafic de voitures de luxe. Grâce à Wonder-Woman, Fiskle et sa clique seront arrêtés et les plans du missile récupérés.

Je ne sais pas ce qui est le pire dans cet épisode : la scène où Steve Trevor fait un avion en papier, ou celle lorsqu'il joue au mini-golf ! Le personnage a touché le fond, et hélas il ne remontera pas pendant toute la saison (je ne parle pas de la scène où il reste dans son bureau à écouter le micro lorsque Diana est enlevée). Dans le rôle du méchant, nous avons par contre l'excellent Lance Legault (colonel Decker dans « l'Agence Tous Risques », on a pu aussi le voir dans « l'Âge de Cristal », « La Malédiction du Loup-Garou », etc.).

Il y a quand même un point positif : pas mal de scènes d'action, néanmoins les détails ne sont pas soignés : exemple le combat à la fin entre Bolt et Fiskle, ils tombent dans l'eau, et comme par miracle, les combats sur la berge les montrent avec des costumes complétement secs, alors que la scène d'avant ils se débattaient dans l'eau, ça c'est séchage plus que rapide ! Wonder-Woman n'est pas très présente pour une fois, et ne fait pas grand-chose d'extraordinaire. Pour les passionnés, nous avons également droit à un défilé de vieilles voitures très belles. Et c'est toujours du tournage à l'extérieur : on ne peut qu'apprécier. Par contre le côté gadgets à la James Bond, fait un peu pitié, et cela aurait pu être évité. Bref, un épisode pas très mauvais, disons plutôt moyen en comparaison avec les autres.

Retour à l'index


3. L'INVENTEUR
(THE DEADLY STING)

Des joueurs de football américain deviennent ramolo, et un petit malin qui parie sur leur défaite se fait une petite fortune. Bill Michaels fait appel à l'IADC pour voir si les match ne seraient pas truqués par la maffia pour s'enrichir. Mais cette dernière recherche l'auteur de cette arnaque : Brubaker qui contrôle les joueurs à distance. Grâce à Wonder-Woman, tout rentrera dans l'ordre et Capucci sera mis hors service.

On ne soigne toujours pas les détails dans la réalisation et ça en devient agaçant : par exemple au début de l'épisode on voit un match de football américain sur un terrain boueux, et l'image d'après les joueurs sont sur une verte pelouse toute propre ! L'intrigue ne vole pas très haut, et on voit Wonder-Woman se battre avec des joueurs de foot américain : la belle affaire.

Il est à noter la présence de Ron Ely (connu pour son rôle dans la série tv « Tarzan ») à part cela, rien de bien extraordinaire. On voit aussi très bien la doublure de Lynda Carter à certains passages de l'épisode, bref, on retombe dans les travers de la série dont elle essayait de sortir depuis quelques épisodes. Un épisode plus que moyen, pour ne pas dire mauvais : un de plus. Steve Trevor est toujours autant inutile, et heureusement qu'il IRAC et super Diana !

Retour à l'index


4. LE CRIME EST UN ART
(THE FINE ART OF CRIME)

Henry Roberts crée des statues plus vraies que nature. Et pour cause, ce sont des vrais humains, utilisés pour voler des objets d'art chez les riches particuliers. L'IADC enquête, et va découvrir que Henry Roberts est en fait un scientifique qui a trouvé le moyen de figer une personne via son système nerveux et utilise cette découverte pour faire des vols pour le compte de Llyod Moreaux. Et mettre hors service Wonder-Woman, mais cette dernière à plus d'un tour dans son sac.

Bon, revoici le retour d'Harold, apparu dans l'épisode « De l'Or en Plomb » et censé jouer le comique de service. Malheureusement, il n'y arrive pas tellement bien. Cet épisode se voit attribuer 3 melons juste pour la présence à nouveau du grand Roddy Mc Dowall ! Pour le reste de l'épisode, nous avons droit aux travers et reproches habituels qui sont innés à la série tv. Le manque d'action est de plus en plus pesant, et Steve n'a d'autre action que de changer de cravate pour nous épater ! Ah ! Si, il ordonne aussi à Rover de lui faire son café (on sait maintenant qu'il le prend avec de la crème et sans sucre) : quelle autorité.

C'est vraiment dommage d'avoir écarté un personnage avec autant de charisme et de le laisser de côté. L'idée en elle-même des statues humaines été bonne, mais une fois de plus, c'est très mal exploité. Vraiment désolant. Il est à noter également la présence de Gavin MacLeod dans cet épisode : Le Commandant Stubing de la série « La Croisière S'amuse » avec une horrible moustache.

Retour à l'index


5. L'ANGE BLEU
(DISCO DEVIL)

Des secrets de la défense disparaissent de la tête de leur hôte, ce qui amène l'IADC à enquêter. Diana rencontre Del Franklin un télépathe qui les met sur la piste de Nicholas Carbone qui travaille pour Angélique McKenna, qui tient une boîte inn : Le Styx. Grâce à Carbone lui aussi télépathe, Angélique vend ses informations secrètes au marché noir pour faire fortune. Heureusement, Wonder-Woman avec l'aide de Del Franklin les stoppera.

Enfin, ce n'est pas souvent mais lorsque la série remonte un peu le niveau, elle le fait bien. Cet épisode avec les télépathes est plutôt bon, même l'histoire est convenue. Le traitement fait lorsque ceux-ci utilisent leur pouvoir est pas mal réussi. Et il y a quelques bonnes scènes d'action. Paul Sand l'acteur qui joue Del Franklin est bien dans son rôle (cet acteur est assez connu des séries de cette époque, on a pu le voir notamment dans « l'Île Fantastique », « La Croisière s'Amuse », « X-Files », etc.).

La scène où Wonder-Woman se retrouve dans la pièce aux miroirs est assez bien réalisée, dommage que cela ne fut pas plus exploitée avec elle. Bref, il aurait fallu un plus d'épisodes comme celui-ci pour remonter cette saison 3.

Retour à l'index


6. LES FOURMIS
(FORMICIDA)

Des buildings de GDH Enterprise sont détruits les uns après les autres. L'IADC remonte la piste grâce à Doug Radcliff jusqu'à un pesticide le EF-11. En fait le docteur Irene Janus qui l'a conçu avec Doug, veut le stopper car il est toxique pour la Faune et les Humains. Mais Harcourt ne le veut pas : il va faire fortune avec. Irene Janus devient alors Formicida et commande aux fourmis. Avec l'aide de Wonder-Woman, stoppera la commercialisation du EF-11.

Bon, ce n'est pas vraiment un épisode médiocre mais disons qu'il n'a pas grand-chose à offrir. Le thème de Docteur Jekyll et Mister Hyde a été exploité dans pas mal de films et séries tv, ça n'en rajoute qu'une de plus. Sauf que là, nous serions plus proche de « Docteur Jerry et Mister Love ». Il n'y a pas tellement d'action, et le thème des fourmis est un peu « cheap ». Surtout avec la surcouche de Rover par-dessus. Bref, ce n'est pas encore un épisode mémorable. Si, petite mention pour l'actrice qui joue Formicida : elle est assez convaincante lors de sa transformation et du personnage qu'elle joue.

Retour à l'index


7. BOMBE À RETARDEMENT
(TIME BOMB)

2155, Adam Clement vient de finir son portail temporel. Cassandra sa collègue l'utilise pour revenir en 1978 pour y faire fortune, car cela est interdit dans son époque. Adam est entraîné avec elle, et avec l'aide de l'IADC et Wonder-Woman, ils arrêteront Cassandra qui risque de changer l'histoire en découvrant une énergie nouvelle avant sa date officielle de découverte.

Cet épisode est assez plaisant à regarder. C'est dans celui-ci d'ailleurs que nous découvrons que Wonder-Woman continue à faire régner la justice en 2155 grâce à ce que dis Cassandra. On retrouve en guest Ted Shackleford (Gary Ewing dans « Côte Ouest ») accompagné cette fois-ci de sa femme Valene (toujours dans Côte Ouest) : Joan Van Ark. De plus il est à noter quelques clins d'œil aux séries de SF, ainsi au début de l'intro c'est tout simplement une image de l'extérieur  la MoonBase Alpha de « Cosmos 1999 » qui a été prise. Là où se posent les Aigles.

Plus loin dans l'épisode, Diana retrouve Adam à l'observatoire « Winchester » près de Washington, là où fut tourné l'épisode de l'Âge de Cristal : « Rêves Mortels ». Après pour le reste de l'épisode, ce n'est qu'une simple histoire de voyage dans le temps. La réalisation sans être extraordinaire est un peu moins relâchée, mais n'en demandant pas trop non plus. J'aurai pas exemple aimé avoir une scène où l'on voyait la Wonder-Woman du futur et ce qu'elle avait apporté à l'humanité : cela aurait été très intéressant, c'est vraiment dommage que cette série n'aille pas assez loin dans ses idées mise en place dans les épisodes.

Retour à l'index


8. LE CHAMPION DE SKATEBOARD
(SKATEBOARD WIZ)

Diana prend enfin des vacances à Santa Corona chez une amie. Mais des événements étranges se produisent sous son nez : un immeuble qui brûle, un homme qui se fait presque écraser par une voiture… Diana découvre vite que Evan Donalsen veut racheter toute la côte pour y faire un empire du jeu clandestin. Mais grâce à Jaimie, Wonder-Woman mettra Donalsen sous les verrous et fermera ses casinos.

Pas désagréable à regarder, mais pas réellement bon. Il est à noter dans cet épisode que Wonder-Woman inaugure son costume pour le Skateboard. Par contre la scène de la poursuite en planche à roulettes justement est assez pathétique. Il y a quelques bonnes scènes d'action, par exemple, celle sur la plage. Sinon nous retrouvons dans cet épisode en guest : Cindy Eilbacher, la sœur de Lisa Eilbacher bien connue des séries tv elle aussi.  La réalisation est encore une fois un peu moins bâclée que les autres épisodes, néanmoins il faudrait qu'elle s'améliore encore un peu pour être un cran au-dessus.

Retour à l'index


9. LE DAUPHIN DE LA MORT
(THE DEADLY DOLPHIN)

Un dauphin et son médecin sont volés. C'est l'œuvre de Lokhart. En fait, c'est un dauphin qui est utilisé pour placer des bombes sous les bateaux. Lokhart veut l'utiliser pour faire chavirer un pétrolier géant qui polluera les côtes où est construit un complexe immobilier. Heureusement Wonder-Woman avec l'aide d'un autre Dauphin empêchera la marée noire.

J'aime bien les dauphins, mais encore une fois ça ne vole pas très haut. La réalisation semble une nouvelle fois être faite à l'arrache, et on repart dans les mauvais travers de la série tv : peu d'action, épisode ennuyeux, et détails pas soignés (par exemple, wonder-Woman se transforme dans sa tenue de plongée sur terre où elle a des bottes : elle plonge dans l'eau et là, magie, ses bottes sont devenues des palmes).

Malgré encore du tournage en extérieur. Le méchant cette fois-ci n'est autre que Nicolas Coster (Lionel Lockridge dans la fameuse série tv « Santa Barbara »). Ce n'est pas pour cela que ça remonte le niveau, d'autant qu'une fois de plus la fin est purement et simplement supprimée (on ne voit pas Wonder-Woman arrêter les truands, c'est juste Diana qui en fait le récit : bien pratique pour économiser sur le tournage). On a du mal à comprendre, tout autant que la scène ridicule avec les requins et les éclairs que fait Wonder-Woman : ça rime à part grand-chose.

Retour à l'index


10. VOLEUR DE VISAGE
(STOLEN FACES)

Edgar Percy recrute des femmes avec des casiers pour leur porter de drôle de costumes : comme celui de Wonder-Woman. Mais un accident, met Diana et l'IADC sur ses traces. Alors qu'il s'apprête à voler des millions de dollars en argent et bijoux auprès de la haute société en organisant un spectacle pour eux et de ce fait pouvoir les voler. Steve se fait prendre et remplacer, mais heureusement la vraie Wonder-Woman y mettra bon ordre.

Encore un épisode pas vraiment ennuyeux, disons qu'il est plutôt amusant à regarder. Néanmoins, il y a toujours des détails qui choquent : comme le fait de voir distinctement les fils sur la porte lorsque Rover entre dans la pièce ou bien les fils sur Rover qui servent à le faire rouler. Sinon pour le reste on passe un agréable moment, bien qu'il y ai encore des scènes d'action dont on ne comprend pas bien l'utilité mais bon faisons avec.

La fin est un petit délice, voir Steve Trevor se prendre un coup de poing par Wonder-Woman est savoureux. Et on peut se laisser prendre par l'histoire du gentil garçon amoureux de la belle jeune fille. La réalisation n'est pas extraordinaire (voir la critique plus haut) : c'est dommage.

Retour à l'index


11. L'OR DU BUTIN
(POT OF GOLD)

Londres, Diana a retrouvé Thackery qui a fait de parfaites plaques pour fabriquer des faux billets. Celles-ci sont envoyées à Washington où un bandit, Bonelli, veut les acheter avec l'or d'un lutin : O'Hanlon. Heureusement, Wonder-Woman interviendra à temps pour arrêter tout ce beau monde.

Un épisode qui sort de l'ordinaire pour cette 3e saison, bien que l'histoire du Leprechaun soit je trouve un tantinet décalé par rapport à l'univers où évolue Wonder-Woman. On verrait plutôt ce genre d'histoire dans « Ma Sorcière Bien-Aimée » par exemple. Néanmoins, ne boudons pas notre plaisir, malgré toujours une réalisation peu soignée : on voit parfaitement que ce n'est pas l'acteur qui joue O'Hanlon qui sort de sa boutique et monte dans sa voiture, puis conduit. Tout comme nous voyons distinctement le cascadeur à la fin qui remplace Lyle Waggoner pendant le combat : c'est vraiment récurrent à cette série tv, et vraiment très dommage.

Car c'est pareil je n'ai jamais vu de faux lingots d'Or pour une série tv aussi mal réalisés ! Le propmaker aurait pu tout de même s'appliquer un peu plus. Par contre donc, Steve Trevor revient un peu dans l'action, l'histoire est plaisante et se laisse regarder, et la scène finale avec l'hélicoptère est assez réussie je trouve tout comme celle du début où Diana se change devant un avion en arrière-plan. Bref, pour une fois que nous avons un bon épisode.

Retour à l'index


12. CERVEAU RECHERCHE CORPS
(GAULT'S BRAIN)

Harlow Gault est mort. Du moins c'est que croit son entourage, sauf Tara et le Docteur Crippin qui sont à ses côtés. Gault est toujours vivant sous forme de son cerveau et d'un œil, et il a besoin d'un corps neuf et jeune. Il a pour cela choisi Morton Danzig, un champion olympique. Mais Wonder-Woman le sauvera à temps.

C'est vraiment un épisode moyen, il faut dire que le scénario n'est pas ce qu'il y a de mieux. En fait, dès que l'on voit le cerveau de Gault, on a beaucoup de mal à y croire. Ensuite, le reste de l'histoire ne vole pas très haut : un milliardaire qui veut un corps neuf pour être éternel, c'est un classique des séries américaines. Les scènes d'action ne sont pas très efficaces (il n'y a qu'à voir la scène où Wonder-Woman tire au « fusil » avec simplement les cartouches ! Ou celle où Diana est dans un tonneau et se transforme en Wonder-Woman !) : disons qu'elles sont très mal mises en scène et inopportunes. Bref, encore un épisode qui fait retomber le niveau de la série.

Retour à l'index


13. VISION D'OVNI
(GOING, GOING, GONE)

Des petits malins utilisent un laser volé pour fabriquer des illusions optique d'Ovni. Ceci leur permet de faire dévier un avion russe pour lui voler son ogive nucléaire. Como l'auteur du vol, la met ensuite aux enchères auprès de pays pas très nets. Diana grâce à sa couverture découvre Como et son sous-marin, heureusement Wonder-Woman l'arrêtera à temps.

Steve Trevor revient un peu sur le devant de la scène, mais ce n'est pas ce qui augmente le niveau de cet épisode. Comme toujours l'action est bâclée (il n'y a qu'à voir le pitoyable affrontement entre Wonder-Woman et un karaté-ka au début de l'épisode : c'est à pleurer… de rire !), et l'on voit parfaitement la doublure de Lynda Carter pendant les cascades. Les effets spéciaux sont réellement plus que rudimentaires et de surcroît mal faits : il n'y a qu'à voir les pistolets laser de la fin de l'épisode, à pleurer.

Par contre, on ne peut être que sous le charme de Lynda Carter dans cet épisode, surtout lorsqu'elle se fait passer pour Mme Fox : sûrement l'épisode où elle est la plus ravissante. A côté de cela, vous avez Hary Rhodes qui joue le rôle de Como et que l'on a pu voir dans la série tv « l'Âge de Cristal » (épisode « La Ville des Sables). Néanmoins, il y a encore des tournages en extérieur, et c'est vraiment très appréciable. Pour l'histoire, évidemment, les Russes sont toujours les grands méchants.

Retour à l'index


14. SOIRÉE ORIGINALE
(SPACED OUT)

Un voleur s'empare de cristaux d'un télescope, et les fait sortir en les envoyant à M. Grogan dans une convention de Science-Fiction. Kimball le voleur n'a plus qu'à aller à la convention pour retrouver les cristaux avant que son client, M. Rohan ne le tue. Diana qui enquête sur le vol, remonte à kimball et Rohan, Wonder-Woman récupérera les cristaux et Rohan mais pas Kimball.

Cet épisode n'a pas grand-chose de supérieur aux précédents, mais j'ai mis 2 melons juste parce qu'il me confirme quelque chose que je soupçonne depuis le début de la saison 2. Il y a beaucoup d'inter-connexions avec « l'Âge de Cristal » et dans celui-ci c'est l'apothéose. Dès le début de l'épisode et durant tout celui-ci on aperçoit beaucoup de gens déguisés en « Fugitifs ». Grogan en parle en disant que les fans de « Logan's Run » sont des « Logies » ! Robby le Robot annonce un « Sandman » poursuivant des Fugitifs. Et de plus, le dit Sandman a un Flamegun fonctionnel. Et nous voyons un autre Sandman en plus ! Et c'est une histoire de cristaux… Rouges !

Alors je veux bien être parano avec ma série favorite qu'est « L'Âge de Cristal » mais entre ça, et les autres props utilisés dans les autres épisodes : ça va un  peu loin ! Dans le rôle du voleur nous retrouvons le très connu : René Auberjonois (Il incarnait « Odo » dans la série tv « Star-Trek Deep Space Nine »). Sinon le reste ne vole pas très haut comme d'habitude : si, juste que cet épisode est assez drôle par moment (notamment la scène ou Kimball en « Black Avenger » apprend que Grogan a un rendez-vous avec Diana, le regard est très parlant, bravo à l'acteur !).

Retour à l'index


15. OVNI SOIT QUI MAL Y PENSE
(THE STARSHIPS ARE COMING)

Berryville, lieu d'atterrissage des Ovnis visiblement et qui kidnappent des humains de surcroît. Toute cette mise en scène montée par Mason Steele, est pour faire venir le Colonel Elliott et lui faire lancer une ogive nucléaire sur la chine. Heureusement, Wonder-Woman avec l'aide d'Henry Wilson stoppera Steele et sa clique.

Un autre épisode pas terrible. On retrouve une histoire d'extra-terrestres (factice cette fois-ci), mais Steve Trevor reste dans son bureau pendant tout le temps de l'épisode. Les scènes d'action de Wonder-Woman se limitent à sortir une voiture du fossé, et à une bagarre contre les méchants à la fin de l'épisode. Bref, rien de vraiment passionnant. Il est à noter que Tim O'Connor rejoue dans cet épisode (mais il ne fait pas Andros) et que David White (Alfred Tate, le patron de Jean-Pierre,  dans l'excellente série « Ma Sorcière Bien-Aimée ») a un petit rôle de militaire.

Retour à l'index


16. CHANTEUR ET MAITRE CHANTEUR
(AMAZON HOT WAX)

Diana sous le pseudo de Kathy Meadows devient chanteuse. En fait c'est une couverture pour faire tomber Adelle Kopler, qui fait chanter Eric Landeau en détenant la bande d'un chanteur soi-disant mort avec la complicité de chanteurs de son studio. Heureusement,Wonder-Woman avec l'aide des Antimatter arrêtera tout ce beau monde d'escrocs.

J'aime cet épisode, il déménage sec. Pour une raison fort simple, les fans des « Avengers » vont reconnaître ce nom pour la réalisation de cet épisode (ceux de « Space 1999 » aussi) : Ray Austin. De suite, on retrouve sa réalisation énergique, ses plans fixes mêlés à des plans en mouvements rapides ! Bref, ça bouge, c'est vivant, voilà une réalisation qu'il aurait fallu depuis le début de la saison. Les détails sont un peu plus soignés, pour tenter de cacher la doublure de Lynda Carter. Wonder-Woman réalise des cascades épiques (il n'y a qu'à voir la scène lorsqu'elle défonce la fenêtre pour arrêter le bandit) et se bat enfin pour de vrai en voyant enfin à quoi correspond sa force d'amazone. Pas de temps perdu en détails inutiles.

Même si on lui adjoint un trio de clowns pour la partie comique, cet épisode est parmi les meilleurs de la série. Peu de temps mort, du tournage en extérieur vraiment impressionnant (il suffit de voir la scène où Eric Landeau parle avec Billy en pleine rue) et des guests qui se prennent au jeu. Il n'y a rien à rajouter, c'est ce genre d'épisode qu'on aime voir. Je l'ai dit plus haut, il ne suffisait pas de grand-chose pour relever le niveau, la preuve en est apportée ici même.

Retour à l'index


17. L'HOMME LE PLUS RICHE DU MONDE
(THE RICHEST MAN IN THE WORLD)

Henshaw, industriel américain le plus riche du monde se fait kidnapper, et avec lui la dernière invention de ses industries : « Missy » un brouilleur de système de guidage d'ogive nucléaire. Diana enquête, tout comme Henshaw le fait avec un jeune garçon. Très vite, ils s'aperçoivent que Dunfield proche conseiller, et l'ancienne petite amie d'Henshaw sont dans le coup. Heureusement avec l'aide de Wonder-Woman tout rentrera dans l'ordre.

Dès le début de cet épisode les mauvaises habitudes revient, on vient le micro perche dans le coin en haut à droite de l'écran dès la première scène. On sent que ça va être un mauvais épisode de plus, et la suite donne raison. IRAC est de retour, malheureusement, et avec lui les scènes inutiles qui durent un siècle. La seule chose de valable étant les scènes de combats, où Wonder-Woman se bat réellement contre ses adversaires contrairement aux autres saisons.

En guest, nous avons droit notamment à Marlyn Mason que l'on a pu voir dans de nombreuses séries de l'époque (« Project UFO », « Les Rues de San-Francisco », « Matt Helm », « Docteur Marcus Welby », etc.). Bref, certes c'est un épisode un peu moins mauvais que ceux du début de la saison, mais tout même par rapport à l'épisode précédent : quelle chute de niveau !

Retour à l'index


18. LA CHAUMIÈRE DU CUPIDON
(A DATE WITH DOOMSDAY)

On vole un dangereux virus bactériologique sous les traits d'un employé du laboratoire qui le détenait. Ceci avec la complicité d'une proche collaboratrice du Docteur Roberts, qui est le chef des recherches. Tous les soupçons convergent vers une agence de rencontre : Compu-Cupid. En volant l'identité de leurs clients, ils vont largués le virus sur la Maison-Blanche, heureusement Wonder-Woman arrivera à temps pour les stopper.

Le niveau continue de baisser. Bien qu'il y ait toujours la bonne surprise de pas mal de tournage en extérieur, avec des cascades sympathiques (voir la scène de Wonder-Woman à moto sautant par-dessus le camion). L'action est ici pratiquement inexistante, et il n'y a pas de combats à proprement parler. On retombe également avec les scènes de IRAC et de Rover, qui ne sont pas importantes et dont on pourrait largement se passer. Dommage.

Retour à l'index


19. LA FILLE DE TOUS LES DANGERS
(THE GIRL WITH A GIFT FOR DISASTER)

William Mayfield un voleur d'envergure est recherché par l'IADC. Malheureusement pour Diana, une poissarde nommée Bonnie se trouve sur sa route. Grâce à elle et la poisse qu'elle porte aux autres, son petit ami Mark au service de Mayfield commet des vols. Heureusement Bonnie se rendra compte de son erreur, et Wonder-Woman mettra Mayfield et sa clique en prison.

Nous sommes repartis pour une série de mauvais épisodes visiblement. Certes il y a toujours une large séquence de tournage en extérieur, mais ça ne suffit plus. Cet épisode est incroyablement long et ennuyeux : je crois que je n'ai jamais vu autant de dialogues dans un épisode de série tv. Les scènes d'actions sont redevenues ridicules : il n'y a qu'à voir la scène de combat entre Wonder-Woman et Mayfield à la fin de l'épisode : tout simplement grotesque. Steve est totalement perdu sans son téléphone, et on a l'impression que les acteurs surjouent pour compenser la faiblesse du scénario.

Dans le rôle du méchant on retrouve : Raymond St Jacques que l'on pouvait voir dans les nombreuses séries de l'époque : Gemini Man, Le Nouvel Homme Invisible, Super Jaimie, Quincy, Sergent Anderson, etc. de même que James Sloyan (Chips, La Croisière s'Amuse, Lou Grant, Buck Rogers, Simon & Simon, Star-Trek Next Generation et Voyager, etc.). Néanmoins, ça ne relève pas pour autant le niveau, et ce n'est vraiment pas très glorieux.

Retour à l'index


20. CURIEUX DANGER PARTIE 1
(THE BOY WHO KNEW HER SECRET PART 1)

Un objet venant d'une autre planète et ayant la forme d'une pyramide géant est tombé sur terre en 99 petites pyramides en métal et prend possession des humains dans une petite ville : Crystal Lake. Diana reçoit l'ordre d'enquêter sur place. Avec l'aide de Skip, un enfant de la ville, elle retrouve les pyramides, et Wonder-Woman intervient, mais Skip assiste à la transformation de Diana en Wonder-Woman…

Un épisode en 2 parties. Nous avons encore affaire à des extra-terrestres et visiblement ils ne sont pas sympas. Il est à noter qu'on a voulu donner avec cet épisode une ambiance du type de celle du film intitulé « L'Invasion des Profanateurs de Sépultures » (Invasion of the Body Snatchers) : les gens sont possédés un à un, et seuls quelques humains résistent encore. Mais là c'est à l'échelle d'une petite ville. Dans les guest stars, nous avons Clark Brandon : Zachary dans la série « Monsieur Merlin ». Il ne se passe pas grand-chose dans cette première partie, et pour cause on met en place l'histoire et le climat assez étrange.

Bref, ça se laisse regarder, mais il n'y a pas de quoi s'extasier tout de même. Il est pourtant à noter une chose : c'est la première fois que la double identité de Diana/Wonder-Woman est ouvertement mise en danger puisque le jeune Skip assiste à sa transformation à la fin de l'épisode. Alors que jusqu'ici à aucun moment, cela ne s'était fait (nous avions juste des sous-entendu avec IRAC ou des personnages annexes). De même, il m'a semblé reconnaître une musique du film Superman à un moment donné (à confirmer).

Retour à l'index


21. CURIEUX DANGER PARTIE 2
(THE BOY WHO KNEW HER SECRET PART 2)

Wonder-Woman découvre que les extra-terrestre sont là pour arrêter un tueur de leur planète qui peut prendre n'importe quelle forme. Et que dès que la pyramide sera reconstituée, elle formera une prison pour cet ennemi. Celui-ci fait oublier à Diana qu'elle est Wonder-Woman, heureusement Skip lui rappelle qui elle est. La pyramide est refaite grâce au Docteur Jeffie et Wonder-Woman arrête le tueur extra-terrestre.

La deuxième partie de l'épisode comme dans la plupart des cas de cette série, est moins bonne que le premier épisode. On s'attarde plus sur des choses inutiles, et il traîne un peu plus en longueur que le début : dommage, car une fois la base posée, il suffisait de laisser libre court à son imagination pour faire un peu mieux. Le combat de fin est comme toujours assez mauvais, l'ennemi peut prendre n'importe quelle forme, et il prend celle d'un monstre ridicule : un humain un peu grimé avec soi-disant une force surhumaine, manque d'imagination je suppose ! Néanmoins, c'est dans cet épisode qu'on apprend que Diana va être mutée de façon définitive sur la Côte Ouest des Etats-Unis à Los Angeles, sans doute que les producteurs comptaient relancer la série pour enchaîner sur une 4e saison.

Retour à l'index


22. L'HOMME QUI NE POUVAIT PAS MOURIR
(THE MAN WHO COULD NOT DIE)

Diana emménage à « L.A. » (Los Angeles). Et découvre un singe et un homme qui sont invulnérables, elle enquête alors sur des recherches communes entre le Docteur Ackers et le docteur Reichman et découvre que ce dernier veut créer une armée d'homme invincible pour contrôler le monde. Wonder-Woman et Bryce vont s'allier pour stopper Reichman.

Cet épisode marque le début de la fin de la série tv. Avec l'installation de Diana sur la côte ouest des Etats-Unis, Steve Trevor disparaît sans aucun mot d'explication : rien. Et est remplacé par le nouveau chef de Diana à Los Angels, mais il n'a pas le même charisme. Cet épisode commence par des vues de Los Angeles pendant de longues minutes (on sait que Diana s'installe ici). Il est à noter que le générique de début est modifié, on a enlevé Lylle Waggoner du staff : normal.

Mais ce qui l'est moins c'est qu'une fois encore on met des scènes de l'épisode que nous n'avons pas encore visionné. Ensuite, pour le reste, même si c'est un peu plus énergique que les épisodes d'avant, on voit toujours les détails qui font mal (exemple la peluche du singe qui vole dans les airs quand il se fait renverser par le camion !).

On met en face de Wonder-Woman un homme invulnérable qui résiste même à son lasso magique ! Et comble de tout, elle s'abrite derrière lui pour éviter des balles, ses bracelets sont peut-être usés ! Elle se prend également à un moment donné pour Super Jaimie avec sa super oreille. Enfin, on essaye d'ajouter une touche d'humour avec un enfant qui s'appelle « James Bond III » et qui est censé se la jouer : mais c'est raté. Bref, vous le comprendrez : tout cela est très moyen, la série dure depuis trop longtemps.

Retour à l'index


23. FANTÔME DU GRAND 8 PARTIE 1
(PHANTOM OF THE ROLLER COASTER PART 1)

Diana devient un agent vendu, pour coincer Harrison Finch. Son enquête la mène vers un parc d'attraction tenu par M. Gurney. Mais Finch trouve que Diana se rapproche trop de lui et décide de l'éliminer, il programme alors un joli accident de voiture… Diana s'en sortira-t-elle vivante ?

J'avoue ne pas avoir trop compris l'histoire, dans l'épisode précédent, Diana s'installe à Los Angeles et dit qu'elle est heureuse de pouvoir rester là. Et hop, épisode suivant on revient à Washington avec l'ancien générique et Steve Trevor est de retour. Peut-être un mauvais ordre de diffusion, ou projet de saison 4 avortée : difficile à dire. En tous cas, nous reprenons vite les mauvaises habitudes de la série : scène avec Rover inutile, ou encore celle où Diana mange avec Steve.

Le tournage en extérieur est toujours une bonne chose, mais là aussi le détail n'est pas soigné : à un moment, nous voyons la voiture qui filme démarrer et rouler pour continuer à filmer l'action. Peu d'action, tout de même une bonne séquence avec Wonder-Woman en moto, mais ce n'est pas très glorieux tout ça. On retrouve Jarred Martin dans les guest (Dusty Farlow dans Dallas) encore dans un rôle de gentil, en fait en double rôle qui puisqu'il joue des jumeaux. L'épisode en deux parties s'arrête sur un suspens pas du tout insoutenable.

Retour à l'index


24. FANTÔME DU GRAND 8 PARTIE 2
(PHANTOM OF THE ROLLER COASTER PART 2)

Diana s'est changée en Wonder-Woman et capture les 2 tueurs chargés de l'éliminer. Fynch, veut faire du parc d'attraction de M. Gurney « Fun Universe » son empire du renseignement pour vendre des informations au marché noir. Diana et Steve lui tendent alors un piège auquel il ne peut résister. Wonder-Woman évitera le désastre et capturera Fynch et ses complices.

Et voilà, conclusion de la saison 3 et de par ce fait de la série en elle-même. Il n'est pas au-dessus des précédents, mais Jarred Martin comme souvent est très émouvant dans son rôle. On assiste en plus à une cascade spectaculaire de la part de la doublure de Lynda Carter pour les cascades : elle se jette du haut d'un immeuble impressionnant.

Pour atterrir sur Fynch en défonçant une porte. Jeannie Epper, c'est elle, dont on parle et qui a réalisé des cascades pour de nombreuses séries tv et films (L'Âge de Cristal, Drôles de Dames, Super Jaimie… Total Recall, Soleil Vert, Robocop, etc.) a un CV impressionnant. On ne peut enlever la qualité des cascades tout au long de la série tv. Dommage, comme je l'ai dit à maintes reprises qu'elle n'ait pas été mieux traitée.

Néanmoins, malgré tout cela, en tant que fan de Lynda Carte et de Wonder-Woman, ça fait un petit pincement au cœur, de savoir qu'on ne la reverra plus dans son joli costume bleu et rouge. Finalement je serai peu-être bien reparti pour une saison 4 des aventures de notre belle amazone moi ! Tu vas me manquer terriblement Wonder-Woman !

Retour à l'index

Images capturées par Alexis06.