saison 1 saison 3

Wonder Woman (1975-1979)

Saison 1


1. PILOTE
(WONDER-WOMAN)



En 1942, Hitler et les nazis progressent dans leur invasion surtout en Europe, le président Roosevelt et le premier ministre Churchill ont décidés d'entrer en guerre pour stopper celle-ci. Les alliés se rassemblent sur tous les fronts du conflit pour combattre le 3e Axe du mal. Tandis que les allemands préparent une nouvelle attaque sur une usine de fabrication aux USA d'un viseur très perfectionné pour les bombardiers alliés, ces derniers sont prévenus grâce à espion chez les nazis. Le major Steve Trévor décide d'intercepter l'avion du capitaine Drangel. Mais Steve ignore que sa plus proche collaboratrice est une espionne nazi qui les prévient. Steve décidé de descendre l'avion allemand au-dessus du Triangle des Bermudes. Les 2 avions se rencontrent et se descendent mutuellement, mais Drangel blesse mortellement Steve Trevor avant de finir mangé par les requins. Heureusement pour Steve, il échoue sur une île inexplorée du triangle des Bermudes et qui est occupée par des amazones.

Ce pilote est kitsch, et la réalisation qui a tenté de le tourner dans la dérision n'y ai pas tellement bien parvenue. Pourtant, grâce à la prestation de Lynda Carter, on accroche tout de suite à Wonder-Woman. Il y a tellement de tendresse et de douceur dans son regard, qu'on ne peut qu'adhérer à ce que Wonder-Woman défend. De plus il y a la prestation des autres personnages autour d'elle : Cloris Leachman dans le rôle de la mère de Diana est tout simplement époustouflante. De même que Eric Braeden (même si on ne le voit que quelques minutes) ! Ce pilote est assez rythmé, la mise en scène, notamment le tournoi des amazones est très bon. A noter que ce pilote commence sur des images d'archives de la guerre, et qu'une voix off dit les infos, et qu'au moment où elle dit que le monde attend…

Le générique de Wonder-Woman se met en marche. Pas mal fait du tout. Il y aussi un grand moment d'émotion lorsque Diana donne les raisons qu'ils l'ont poussé à faire le choix de devenir Wonder-Woman et la musique est un petit bijou. Même si les décors font cheap, que les combats paraissent convenus, on a le droit à un bon divertissement. Le personnage de Steve Trevor n'est pas encore très exploité, il est surtout un faire-valoir ici et celui du général Blankenship est le pitre de service. Malgré ces personnages caricaturaux, et le fait que la grande armée américaine n'a qu'un seul homme : Steve Trevor, on a envie de voir la suite.

Retour à l'index


1. LA BARONNE DIABOLIQUE
(WONDER -WOMAN MEETS THE BARONESS PAULA VON GUNTHER )



Wonder-Woman a fort à faire : Steve Trevor est accusé d'être un espion nazi par le FBI. C'est Arthur Deal III qui devra mener l'interrogatoire devant le Sénat américain. Elle doit de plus neutraliser une chef d'un réseau d'espions nazis sur le sol américain nommé « Abwehr » : la baronne Von Gunther. Et tout cela sans son lasso magique qu'elle s'est fait voler par la baronne. Mais avec l'aide de Tommy, le fils de la prison où se trouve la baronne, elle découvrira que la Baronne est toujours active avec son réseau d'espions, et qu'Arthur Deal est lui aussi un espion nazi. Elle innocentera Steve et stoppera la baronne Von Gunther pour de bon.

Deuxième épisode : un peu mollasson celui-ci. Il y a des temps de latence, qui nuisent à l'histoire. Néanmoins, Steve Trevor commence à être moins faire-valoir et un peu plus présent dans l'action. Le combat entre Wonder-Woman et la baronne est assez épique et vaut le coup d'œil. La réalisation se reprend un peu, même si il ne faut pas faire trop attention aux détails. Bref, un épisode moyen dans l'ensemble, et nous attendons un peu mieux de cette série. A noter que le staff à changer, notamment Beatrice Colen qui joue un nouveau personnage ajouté.

Retour à l'index


2. FAUSTA, LA SUPER WOMAN
(FAUSTA, THE NAZI WONDER -WOMAN)



Quartier général des nazis en 1942, Fausta Grables a pour mission de capturer Wonder-Woman, et de découvrir le secret de sa force et de ses capacités hors normes pour pouvoir se les approprier et ainsi gagner la guerre contre les alliés. Pour cela, elle se rend aux USA, et capture le major Steve Trevor pour tendre un piège à wonder-Woman qui s'en sort haut la main lors de son test. Fausta décide alors de se déguiser en Wonder-Woman, et prend part à un show public où elle rivalise avec Wonder-Woman sur des épreuves de force.

Ce troisième épisode est un peu mou, et il n'arrive pas à nous mettre dans l'histoire. La réalisation est moyenne : nous voyons à plusieurs reprises qu'il s'agit de cascadeurs à la place des acteurs lors des combats, par exemple, où des sauts pour Wonder-Woman. L'histoire est un peu de bric et de broc. Seuls les décors, et les véhicules arrivent à tirer leur épingle du jeu. A noter, tout de même, dans cet épisode la présence de Linda Day George : elle jouait le rôle de Lisa Casey dans la série « Mission Impossible ».

Retour à l'index


3. LE CONCOURS DE BEAUTÉ
(BEAUTY ON PARADE)

Fort Russell, un nouvel attentat à la bombe cette fois-ci à lieu. Depuis plusieurs semaines, l'ennemi à accès des endroits qui auparavant étaient sûrs. En se rendant à Fort Russell, Steve et Diana découvrent que Jack Wood (un comique américain) et sa bande de jolies filles qui concourent au titre de « Miss G.I. Dreamgirl » sont passés aux mêmes endroits où ont eu lieu les sabotages. Diana décide d'enquêter et s'inscrit au concours de beauté affublée d'une perruque rousse. En fait, les sabotages ne servent qu'à détourner l'attention : les nazis veulent tuer le Général Eisenhower. Steve découvre la supercherie, et décide d'intervenir.

Quatrième épisode sans grande saveur. Il traîne beaucoup en longueur, et tout est centré sur Diana et Wonder-Woman, il n'y a pas vraiment de place pour Steve Trevor. La réalisation est un peu meilleure que l'épisode précédent. C'est dans cet épisode qu'apparaît pour la première fois l'éclair bleu lorsque Diana devient Wonder-Woman. Et nous avons droit à la présence de Anne Francis qui jouait dans le film « Planète Interdite » (morte l'année dernière en 2011), et de Dick Van Patten qui lui était dans la série tv « Huit, ça Suffit » (entres autres, et dans tellement d'autres). Enfin, vous pourrez toujours admirez de jolies filles en maillot de bain, c'est toujours ça !

Retour à l'index


4. FÉMININ SINGULIER – PARTIE 1
(THE FEMINUM MYSTIQUE PART I)

Des nazis sur une plage, Steve et Diana qui vont à la démonstration de vol d'un nouvel avion : le XPJ-1, premier avion à réaction : quel est le rapport ? Sabotage de l'avion bien sûr. En fait, les nazis essayent de voler le XPJ-1, mais Steve et Wonder-Woman tentent de les empêcher : sans succès. Heureusement le système d'autodestruction a parfaitement fonctionné et le XPJ-1 se retrouve en miettes. Mais le capitaine Radl, l'organisateur du vol a repéré quelque chose de plus important : les bracelets en feminum de Wonder-Woman et il prévient Berlin qui veut s'accaparer ce métal qui leur permettrait de gagner la guerre contre les alliés.

Cet épisode en deux parties relève un peu le niveau. Et introduit un nouveau personnage que l'on reverra dans quelques épisodes : Drusilla, la jeune sœur de Diana. L'actrice qui incarne la mère de Diana a également changée. Drusilla est incarnée par Debra Winger : avec la carrière que l'on lui connaît (« Officier et Gentleman », « La Main Droite du Diable », « New-York Police Judiciaire », etc.). Dans les invités nous avons aussi John Saxon (que l'on a pu voir dans de nombreuses séries : « L'Homme qui Valait 3 milliards » par exemple) et Paul Shenar lui aussi connu des séries tv (dans « L'Âge de Cristal » par exemple).

Retour à l'index


5. FÉMININ SINGULIER – PARTIE 2
(THE FEMINUM MYSTIQUE PART II)

Drusilla, toujours prisonnière des nazis, voit Peter Knight arrivé comme prisonnier. Sans savoir qu'il est lui aussi un espion nazi, elle lui confie des informations sur l'emplacement de l'île paradisiaque qui permettent à Radl de la localiser. Diana est mise au courant par un rapport des nazis intercepté par les alliés, et retourne sur l'île paradisiaque pour prévenir sa mère que l'île va être attaquée. Malheureusement, très vite comme beaucoup de pays l'île paradisiaque se retrouve vite envahie par les nazis. Pendant ce temps-là, Drusilla réussi à s'échapper de sa prison.

Bien qu'il conclut un premier volet assez rythmé, il déçoit un peu par le dénouement de la situation des nazis sur l'île paradisiaque. On aurait aimé un peu plus de combats. Le personnage de Drusilla fait alors doublon, et on a l'impression que le scénariste lui-même ne savait pas comment se sortir de cette situation.

Retour à l'index


6. GARGANTUA
(WONDER-WOMAN VS GARGANTUA)

L'Afrique en 1942. Alors que Wonder-Woman se promène dans la forêt, elle est attaquée par un énorme Gorille. En fait, ce n'est pas la vraie Wonder-Woman, mais une expérience avec un gorille nommé Gargantua. Il a été programmé par Erica sa dresseuse, pour s'attaquer à wonder-Woman, ainsi si les nazis se servent de ses expériences, elle pourrait avoir beaucoup plus d'argent pour ses recherches. 5 mois plus tard, dans un cirque à washington, Gargantua est là dans une cage, Erica aussi est présente. Un peu plus tard, Erica utilise Gargantua pour récupérer un agent nazi passé chez les alliés et très bien protégé.

Personnellement, je n'ai jamais aimé les histoires avec les singes dans les séries tv : car c'est toujours le même problème récurrent, on voit immédiatement qu'il s'agit d'un homme avec un costume plus ou moins bien fait. Bref, cet épisode souffre du même syndrome. Et l'histoire est un peu tirée par les cheveux (pour ne pas dire par le poil). En conclusion, un autre épisode moyen de la série tv. Tout même, signalons la présence de John Hillerman qui interprétait le rôle de Higgins dans la série « Magnum ».

Retour à l'index


7. LE PROJET PLUTON
(THE PLUTO FILE)

Le professeur Warren démontre à Steve et au général Blankenship qu'il peut contrôler les tremblements de terre et les prévoir. Pendant ce temps, un terrible mercenaire appelé le « Faucon » entre aux USA. Celui-ci réussit à s'introduire dans le labo de recherches du Professeur Warren et à lui volet le dossier du Projet Pluton. Mais le Faucon doit éliminer le professeur Warren avant de vendre le projet. Mais un danger bien plus grand guette encore, visiblement le Faucon est atteint de la peste bubonique et il l'ignore.

C'est encore hélas un épisode qui ne brille pas par sa qualité. Le montage est assez étrange, il y a un moment où Diana sort pour se changer en Wonder-Woman : on se demande pourquoi, puis lorsque les explosions retentissent, elle ne réagit pas : assez étrange. On aurait aussi aimé un peu plus d'action, le seul point positif de cet épisode est en fait l'ambiance de la découverte de la puissance de l'atome dans laquelle il baigne. A part ça, pas grand-chose de bon.

Retour à l'index


8.LE DERNIER BILLET DE 2$
(THE LAST OF THE TWO DOLLARS BILLS)

Septembre 1942, les américains coulent un sous-marin nazi, mais celui-ci aurait eu le temps de débarquer un des plus terribles espions : Wotan, dont personne ne connaît le visage. 1H après avoir coulé le sous-marin, Steve et Diana tentent d'intercepter Wotan : mais en vain. Plus tard, Diana retrouve Wotan sous la forme d'un photographe de rue, qui prend un cliché d'elle. Etta qui lui a acheté 3 photos ne reçoit rien et décide avec Diana d'aller réclamer ses photos à la boutique. Mais le gérant semble ne pas vouloir les aider. C'est Wonder-Woman qui revient le questionner, car l'individu était avec Wotan lors de son débarquement aux USA.

Enfin ! Nous l'aurons attendu cet épisode qui remonte le niveau de la série. Certes la réalisation est encore perfectible (il y a un passage filmé où c'est flou, à moins que ce ne soit un défaut du DVD, mais j'en doute), mais enfin Steve Trevor s'en sort tout seul, et n'est pas qu'un faire-valoir de Wonder-Woman. C'est aussi dans cet épisode, que Wonder-Woman utilise pour la 1ère fois son Diadème comme arme. Dans cet épisode vous pourrez aussi voir Barbara Anderson (Eve Withfield dans la série « L'Homme de Fer »). Il est assez rythmé, et l'histoire est bien menée, malgré quelques défauts récurrents à la série tv (Steve qui se fait toujours avoir par les méchants !).

Retour à l'index


9. JUGEMENT DE L'ESPACE - PARTIE 1
(JUDGMENT FROM OUTER SPACE – PART 1)

Dans un système solaire très loin de celui de la Terre. Un conseil se tient et juge la Terre et ses habitants : ces derniers jugés sauvages et primitifs sont perçues comme une menace. Ils vont avoir la puissance atomique, puis ce sera les vols spatiaux : un grand danger pour d'autres planètes plus civilisées et matures. Elle doit être stérilisée, mais l'un des observateurs : Andros, aime notre planète et s'y oppose. Il doit d'abord y avoir un jugement, il doit aller sur la Terre pour convaincre le conseil que notre planète est digne de vivre. Andros arrive aux USA, en Virginie et c'est l'armée qui l'accueille. Mais les nazis sont vite au courant de l'arrivée d'Andros. Andros est emmené dans un lieu secret avant de rencontré le ministre qui le présentera au président des USA. Mais Andros s'échappe, et Wonder-Woman le rencontre seul : il lui fait une démonstration de ses pouvoirs sur les éléments naturels de la Terre.

Un très bon épisode. L'histoire est passionnante, et le climat qui règne pendant l'épisode est assez exceptionnel. Avec cette question : l'humanité peut-elle finir par grandir et voir au-delà de sa vision étriquée de son petit univers autour d'elle ? C'est en fond ce que traite cet épisode. On peut aussi admirer la prestation grandiose de l'acteur : Tim O'Connor (le Docteur Huer dans la série tv « Buck Rogers ») qui interprète un Andros vraiment impressionnant. Nous n'avons qu'une hâte : voir la conclusion de cette saga : d'autant que la réalisation est très honnête. Cet épisode ressemble un peu au film « Le jour Où la Terre S'arrêta » avec le budget d'une série tv.

Retour à l'index


10. JUGEMENT DE L'ESPACE - PARTIE 2
(JUDGMENT FROM OUTER SPACE – PART 2)

Tandis que Wonder-Woman qui est entré dans le vaisseau d'Andros, tente de plaider notre cause auprès du conseil des planètes, Andros est emmené en Allemagne, au centre d'interrogatoire de Schloss Markheim. Steve monte alors une opération pour aller libérer Andros, Wonder-Woman aussi est de la partie. Mais alors qu'elle vient libérer Andros, celui-ci refuse de partir, et Wonder-Woman se retrouve prisonnière des nazis. Steve arrive au château sous l'identité d'un soldat Allemand, mais est vite découvert, et capturé à son tour.

Même si la conclusion de cet épisode est un peu décevante, cette 2eme partie se laisse regarder. Elle traîne un peu plus en longueur, mais se termine plutôt bien. Hélas la série souffre toujours d'une réalisation moyenne : il y a un moment où l'on se croirait dans un DA de Tex Avery, mais de mauvaise qualité. Aux côtés de Tim O'Connor, on peut également apprécier la prestation de Scott Hylands en officier nazi (il jouait le rôle du Détective O'Brien dans la série tv « Brigade de Nuit »).

Retour à l'index


11. FORMULE 407
(FORMULA 407)

Des essais ont lieu pour tester un nouveau caoutchouc aussi résistant que l'acier aux USA et qui pourrait être une aide précieuse aux alliés. Une formule du Professeur Moreno, un savant argentin neutre mais qui offre sa formule secrète aux américains. Steve et Diana partent pour Buenos Aires pour ramener la formule aux USA, mais les nazis ont le même projet pour leur pays. Sur le chemin menant à la villa de Moreno Steve est attaqué par les nazis, mais Wonder-Woman intervient à temps.

Un épisode censé se passer à Buenos Aires, disons qu'il y a un peu plus d'extérieurs que d'habitude. On retombe néanmoins dans le pas très bon pour cet épisode. Pas assez rythmé, quelques scènes incohérentes, réalisation moyenne. Bref certains travers que la série n'arrive pas à corriger visiblement. Nous avons droit cette fois-ci à Nehemiah Persoff (qui a jouait entres autres dans « l'Âge de Cristal », « Mission impossible », « Rick Hunter », etc.) dans le rôle du professeur Moreno.

Retour à l'index


12. LE VOLEUR DE BÉTAIL
(THE BUSHWACKERS)

Ranch Diamond H, 1942. Un vol de bœufs destinés à l'armée US a encore eu lieu, JP Hadley le propriétaire du ranch et ami du général Blankenship lui demande son aide. Puisque le sheriff est impuissant. Steve est envoyé au Texas, sans savoir que Wonder-Woman l'accompagne. En fait, Walt Lampkin l'assistant du sheriff du coin est un voleur  et c'est lui qui organise les vols de bétail pour les vendre à la mafia. Steve est à peine arrivé au Texas qu'il tombe dans un piège des voleurs : heureusement, un enfant adoptif de JP a vu la scène, et emmène Wonder-Woman à l'endroit pour qu'elle le libère.

Je pense que c'est l'un des plus mauvais : déjà, en général lorsqu'il y a des histoires avec des enfants, les épisodes d'une série ne sont pas très bons : et Wonder-Woman ne déroge (hélas !) pas à la règle. C'est mielleux, naïf et navrant. L'histoire est vraiment à dormir debout : Wonder-Woman et les voleurs de bétail, il ne manque plus que Wonder-Woman et les voleurs de poules. La présence de Roy Rogers ne relève pas au niveau, au contraire. Il est à noter dans cet épisode que l'une des enfants adoptés, est une française. A la fin de l'épisode elle dit en Français à Wonder-Woman qu'elle est heureuse de l'avoir rencontré, et Wonder-Woman lui répond en faisant une faute. Elle lui dit : « Et toi aussi » au lieu de « Et moi aussi ». La réalisation est particulièrement mal faite sur cet épisode, et on sent clairement qu'on arrivait au bout de l'inspiration pour les scénarios avec la 2e guerre mondiale.

Retour à l'index


13. VEDETTE À HOLLYWOOD
(WONDER-WOMAN IN HOLLYWOOD)

Un producteur de film, Bremer, veut réaliser un film de propagande sur des héros américains, pour participer à l'effort de guerre. Steve Trevor est bien sûr inclus dedans. Pendant ce temps, sur l'île paradisiaque, la fête des 2000 ans de l'arrivée des amazones sur l'île va avoir lieu. La reine envoi alors Drusilla chercher Diana pour qu'elle soit la maîtresse de cérémonie. C'est ainsi que Diana, Steve et Drusilla se retrouvent à Hollywood.

Ce dernier épisode conclut la première saison de la série qui est assez inégale il faut l'avouer. Si il remonte un peu le niveau, et rappelle pour la seconde et dernière fois Wonder-Girl, nous ne sommes tout de même pas devant un épisode digne d'une conclusion. Néanmoins, cette fois-ci la réalisation semble un peu moins bâclée que d'habitude. Et nous trouvons un Robert Hayes (« Starman », « Y a-t-il un Pilote dans l'Avion », etc.) dans un caporal froussard tout à fait crédible.

Retour à l'index

Images capturées par Alexis06.