saison 1 saison 3

Hawaï Police d'État (1968-1980)

SAISON 9


1. LES NEUF DRAGONS 1ÈRE PARTIE
(NINE DRAGONS 1)



Aux Etats Unis, cet épisode ne forme qu'un ensemble de 100 minutes, et deux en France.

Ceux qui ont lu les romans de Ian Fleming "On ne vit que deux fois" et "L'homme au pistolet d'or" savent qu'à la fin du premier et au début du second, 007 est amnésique, drogué, mal en point, déclaré mort en mission.

C'est le choix fait par Jerome Coopersmith, le scénariste. Nous désorienter au maximum. Steve est retrouvé amnésique, repêché par une jonque à Honk Kong. Il ne sait plus qui il est. Il voit sa photo dans un journal.

En voix of, Roland Ménard nous résume ce qui s'est passé durant les deux dernières semaines.

Avant tout, la saison 9 propose des changements : retour au pré générique comme dans les premières saisons, avec un début d'intrigue. L'orchestration du thème de Morton Stevens est légèrement modifiée et Duke/Herman Wedemeyer intégre le générique.

Dans la première partie, nous passons cinquante minutes sans connaître les raisons qui ont fait que Steve se retrouve amnésique à Hong Kong. En effet, le segment 1 se termine par la capture de Mc Garrett par son ennemi juré Wo Fat à Hong Kong.

L'action du premier volet se passe à Hawaii. Deux fioles d'un virus mortel (le macguffin de l'histoire comme dirait Hitchcock) sont méticuleusement transportées dans un laboratoire. Se faisant passer pour Chang, un savant chinois qu'il a fait assassiner, Wo Fat les dérobe. Steve va pourchasser Wo Fat jusqu'à Hong Kong et tomber dans un piège.

Les scènes d'exposition prennent beaucoup de temps dans la partie 1. Wo Fat sème les cadavres sur son chemin, notamment un vieux condisciple de Chang qui le démasque comme un imposteur.

Il est compréhensible que CBS n'ai fait qu'un pilote de 100 minutes car la première partie n'est que la rampe de lancement de l'intrigue qui trouve toute sa saveur dans la suite.

Le budget alloué par CBS est considérable. Extérieurs de Hong Kong, on a mis les petits plats dans les grands. Michael O'Herlihy nous prépare un plat de gourmet, et le segment 1, après nous avoir dérouté complètement en présentant Steve amnésique, va se révéler un spectacle digne d'un James Bond de la grande époque. La réalisation n'est pas loin d'un véritable film d'espionnage au grand écran.

Khigh Diegh est époustouflant en Wo Fat. Il a laissé de côté son aspect caricatural pour se montrer véritablement dangereux.

A suivre...

Retour à l'index


2. LES NEUF DRAGONS 2E PARTIE
(NINE DRAGONS 2)

La seconde partie expose le plan de Wo Fat. Faire alliance contre son pays la Chine avec un général rebelle réactionnaire qui préconise la guerre nucléaire contre les Etats Unis. En somme, un coup d'état à Pékin, comme en 1991 dans la réalité à Moscou. Pour ce faire, avec les fioles, Wo Fat va tuer des millions de chinois en montrant le film qu'il a obtenu de Mc Garrett drogué et torturé, lequel déclare que les américains sont à l'origine du massacre chinois.

Si peu à peu, Steve retrouve la mémoire, il lui faut, avec les agents britanniques du MI6 à Hong Kong empêcher le massacre. Pour cela, il va joindre une agence de voyages qui est la couverture d'une bande d'espions de Pékin. Chin Ho parvient à convaincre - de chinois à chinois - de la réalité du danger. Le général fêlon Hang Chong (Yi Feng) commence son allocution à la télé chinoise et est arrêté en direct. Quand à Wo Fat, il est officiellement mort, mais tel Rastapopoulos dans Tintin et Blofeld dans les Bond, nous découvrons qu'il en a réchappé dans la toute dernière scène, alors que Steve ramène les fioles mortelles en Amérique.

Episode violent, montrant les scènes de torture de Steve par Wo Fat et son groupe "les neuf dragons", mais passionnant, on ne comprend pas trop pourquoi la France a fait deux épisodes de ce qui forme un seul ensemble. La tension n'a jamais été si forte dans Hawaii Police d'Etat qui s'apparente ici aux films style L'espion qui m'aimait ou On ne vit que deux fois mais avec un ton très sérieux et dur, sans aucun humour.

Cette neuvième saison commence donc sous les meilleures auspices. Espérons que ce pilote n'est pas d'une qualité sans lendemain. Notons que le procédé épisode de 100 minutes sera repris dans la série "L'homme qui valait trois milliards" dans un épisode avec la Bond girl Britt Ekland.

Retour à l'index


3. LA PRISE D'ASSAUT
(ASSAULT ON THE PALACE)

Clu Gulager (Co vedette avec James Drury et Doug Mc Clure de la série western "Le virginien") est la vedette de cet épisode. Il interprète le rôle de Arthur Lambert, conservateur du musée du Pacifique. Il veut monter un cambriolage le jour de la fête de Kamehameha. Lambert commence par enterrer vivant le professeur Koulami! Steve est abasourdi par la cruauté du meurtre.

Le but de Lambert est de faire un gigantesque hold up le jour de la fête. Il réunit donc un certain nombre de truands pour monter son opération. Mais Steve découvre que Koulami a téléphoné à Lambert la veille du meurtre.

C'est un Jack Lord plus décontracté qui aborde cette neuvième saison. Nous le voyons faire de l'humour lorsqu'il reçoit de la part du gouverneur une couronne de fleurs pour touristes. Ses hommes rient et il répond : "Vous n'avez jamais vu une femme ?".

Peu après, Lord et Richard Denning revêtent cette couronne lors de la fête de Kamehameha. L'épisode rappelle "Demain ne naîtra jamais" (01.12) et "Kamehameha" (04.10) qui évoquaient cette manifestation traditionnelle d'Hawaii. Un peu comme le Juncano aux Bahamas dans "Opération Tonnerre".

Lambert profite d'un spectacle historique qu'il a monté avec Koulani, "La rébellion" de Robert Wilcox, qui se déroule durant la fête pour mettre de véritables bandits à la place des rebelles.

Cette reconstitution historique mise au point avec feu le professeur Koulami n'est qu'un leurre. C'est le premier hold up en plein jour et devant une foule immense jamais vu dans une série policière. Les coups de canon des rebelles contre la garde royale dissimulent des charges de dynamite destinées à ouvrir pour de bon les coffres-forts.

Mais en coulisses, Mc Garrett mène son enquête. Ses rires n'auront pas duré longtemps. Il retrouve vite sa férocité habituelle envers les malfrats. On regrettera que Joey, chauffeur de taxi braqueur (Donald Roessler) - arrêté par les policiers en début d'épisode, mais remis en liberté sur parole à faveur de la parade - commette un meurtre sur un policier, acte qui aurait pu être évité. Roessler est un acteur amateur local qui a participé déjà à "Un coup envieux" (08-20). C'est une incohérence du scénario de Jerome Coopersmith. Comment Joey a-t-il pu être libéré après ce qu'il a fait ?

Investi de son rôle de justicier, Jack Lord joue tellement bien que l'on croirait avoir affaire à un véritable flic. On peut comprendre qu'après la série, il ait choisi de ne plus tourner. Une telle assimilation acteur/personnage est rare.

Steve tend un piège à Lambert en feignant de croire à un coupable imaginaire. Il joue au chat et à la souris avec Lambert, en lui expliquant les motifs du meurtre du professeur Koulani. Jamais les rebelles de Wilcox n'ont attaqué la banque, ce que Koulani avait découvert et voulu signaler à Lambert, et lui a valu une mort atroce.

- J'espérais que j'aurais eu droit à la considération, Steve. Après tout c'était bien joué, proteste Lambert.
- Bouclez le Danny, pour meurtre !

Retour à l'index


4. LE PLUS VIEUX MÉTIER DU MONDE
(OLDEST PROFESSION: LATEST PRICE)

Cory (Elaine Joyce), une call girl, va trouver Mc Garrett afin qu'il protège les prostituées de luxe d'Hawaii victimes d'un racket. Deux ont été tuées, une troisième grièvement blessée par une lettre piégée. Le maître chanteur demande 3000 dollars à chaque fille.
La rencontre entre Cory et Steve (pendant ses rares heures de loisirs, sur un bateau) est pittoresque. Le puritain Mc Garrett désapprouve la prostitution, le flic Mc Garrett veut coffrer le coupable.

La jolie Elaine Joyce a perdu son temps et sa carrière en jouant dans des soaps ("Les feux de l'amour", "Des jours et des vies") et l'oubliable "Beverly Hills". Cory est approchée par un certain Caldwell (Ned Beaty), homme de main du racketteur qui se fait passer pour un client. Elle comprend à qui elle à affaire.

Che Fong est chargé de trouver le mécanisme qui a permis l'explosion à distance de la bombe (pour la troisième victime, en piteux état). L'équipe de Five O soupçonne un homme récemment arrivé sur le continent, Pendleton (Robert Whittans). Il s'agit du chef de celui qui a abordé Cory.

Cory monte une coalition avec les autres call-girls pour ne pas payer. Mais Pendleton a décidé de faire un exemple et une prostituée est étranglée par Caldwell.

Les filles ont peur et décident de payer. Cory fait des reproches à Steve.

Episode grave sur un sujet de société abordé ici sans fioritures. Même si l'épisode nous présente les "call-girls", des femmes qui exercent leur profession chez elle au lieu de racoler dans la rue.

Un photographe de rue, qui se trouvait devant l'immeuble avant l'explosion, intéresse beaucoup Danny et Duke. Che Fong obtient le visage de Caldwell. L'équivalent de "Q" au sein de Five O fait des prodiges.

Keith Caldwell tente d'enlever Cory. Elle en réchappe mais il veut la tuer. Un mandat d'arrêt est lancé contre Caldwell.

Le suspense va grandissant au fur et à mesure qu'avance l'épisode. Cet épisode a été écrit par une femme, Anne Collins, et réalisé par le producteur Philip Leacock. La condition des prostituées nous est présentée sous un jour réaliste, ni embelli, ni mélodramatique.

Caldwell, cerné par la police, prend en otage Cory. Elle se jete de la voiture, scène qui rappelle Celeste dans "Les voies de l'amour" (01.09).

L'épisode se termine par Steve tentant de consoler avant l'arrivée des secours Cory,grièvement blessée et défigurée, tandis que Caldwell est arrêté.

Pas de Book'im Danno. Steve dit à son adjoint que le plus difficile maintenant pour Cory sera de vivre. Une fin douce amère pour un excellent épisode.

Retour à l'index


5. L'HOMME EN FEU
(MAN ON FIRE)

Les producteurs ont changé, preuve que le tandem Leacock/Newton n'était que des superviseurs et que Jack Lord est seul aux commandes.

Cinq vulcanologues trouvent la mort dans des circonstances étranges. Même le doc (Al Eben) ne parvient pas à trouver les causes du décès.

Un personnage étrange, Donald Blair (John Hillerman, Higgins de "Magnum") s'intéresse à l'affaire.

Très mauvaise idée de reprendre aussi vite l'acteur Pat Hingle, vu dans "Une sale affaire" (08-08) déjà dans le rôle du savant, le docteur Omsbee . Il est très vite ici horripilant. Il est d'autres acteurs ou actrices que l'on aurait aimé revoir dans des rôles récurrents mais pas lui. Le comédien cabotine en permanence et ce qui passait dans le premier épisode devient étouffant ici. Omsbee veut apprendre à Steve les vertus de la patience, car il ne trouve pas les causes du désastre, Mc Garrett lui rétorque qu'il travaille pour l'US Navy.

Omsbee découvre que les cinq victimes sont mortes à cause de...plutonium. Dommage que l'on nous inflige cette scène, lorsque le savant révèle cela, d'affrontement dérisoire avec Steve qui lui impose d'éteindre son cigare en lui présentant un cendrier!

Blair possède dans son bureau un passage secret qui descend tout droit à un laboratoire secret tenu par Piet de Groot (Alan Fudge) où se trouve le plutonium. Omsbee découvre le pot aux roses mais tombe dans un piège tendu par de Groot.

Le jeu de Pat Hingle, découvrant le laboratoire secret, est particulièrement mauvais, sur jouant et continuant ses vannes à deux balles en présence d'un danger nucléaire. L'acteur blasé n'est vraiment pas convaincant. En revanche, à des lieues de Higgings, Hillerman compose un méchant sadique et froid à souhait.

Leila Kapehala (Lynn Howell Morse), la jolie collaboratrice de Blair, enceinte, a été exposée aux radiations et un médecin estime qu'elle doit avorter.

La piste de Mc Garrett finit par le mener à Blair. Il découvre que la cinquième victime vulcanologue non identifiée est le mari de Leila.

Leila est tuée et Steve tente de réconforter sa mère.

Steve finit par découvrir à son tour le sous terrain des conspirateurs et les arrête de façon mouvementée malgré l'environnement dangereux (Plutonium). Mais Ormsbee l'a tellement énervé qu'il lui joue un petit tour : il le fait mettre en quarantaine afin de savoir s'il a été touché par la radioactivité.

L'épisode ne se termine pas par un "Book'em Danno". Blair et de Groot, après avoir jeté des tonneaux de plutonium contre la police, lèvent sagement les mains.

La série mérite d'être vue en VO. Jack Lord a une voix nettement plus dure que celle de Roland Ménard, James Mc Arthur fait plus sérieux sans la voix de Francis Lax. L'anglais utilisé est simple et facilement compréhensible même pour quelqu'un qui n'est pas expert en anglais. C'est l'exemple inverse du doublage français réussi (Michel Roux/Tony Curtis et surtout Guy Chapellier/Scott Bakula, la voix française de Bakula humanisant beaucoup le personnage).

John Hillerman fait une formidable prestation et après avoir vu cet épisode, vous ne regardez plus "Magnum" de la même façon.

Retour à l'index


6. TOUR DE FORCE
(TOUR DE FORCE - KILLER ABOARD)

Cet épisode nous permet de revoir la formidable et jolie Amanda Mc Broom dans le rôle de la femme policier Sandi Welles vue dans "Une fin difficile" (08-18). C'est à elle que je pensais lorsque je disais que Pat Hingle, dans le précédent épisode, n'était pas inoubliable, mais que d'autres méritaient de devenir des personnages récurrents.

Un agent de la CIA est retrouvé mort dans un avion à l'aéroport d'Honolulu. Steve interroge l'hôtesse qui lui dit que l'homme est resté seul excepté un moment qu'il a partagé avec une "public relation", Julia Louise Lewis (Udana Power). Cette dernière est enlevée à l'aéroport dans un taxi et son futur meurtrier joue un temps la comédie du coup de foudre. Il est monté avec elle dans un taxi et la couvre de fleurs avant de la poignarder dans un jardin public. Le doc (Al Eben), médecin légiste dont nous apprenons ENFIN le nom de famille, qui est Bergman, assure Steve que c'est la même arme qui a tué les deux victimes.

Steve téléphone à Jonathan Kaye de la CIA (Bill Edwards). Le comédien a changé de coiffure et est tellement différent à l'image que j'ai cru un instant à un remplacement de comédien.

Robert Houston (Cliff Gorman), l'assassin de Julia Louise, est vraiment un méchant "effrayant", pas du tout caricatural. Il évoque plus le lieutenant Ralston que Wo Fat. Jonathan Kaye a demandé à Mc Garrett de retrouver la trace d'un tueur du nom de "Rain Man" dont l'identité est inconnue. Sandi Welles, pour laquelle j'avouerai un faible, et qui aurait mérité d'être associée définitivement à l'équipe Five O, prend l'identité d'une guide pour touristes.

Danny a interrogé tous les passagers de l'avion (dont Houston) sans succès.

Sandi noue une amitié avec Houston et réussit à s'isoler dans la chambre de ce dernier pour ouvrir sa valise. Elle découvre ainsi les plans d'un attentat prévu contre Sheikh Ibrahim Khaldoun (Michael Markrich) venu négocier avec le gouvernement américain des accords pétroliers. Houston la surprend et ne la tue pas. Il téléphone à Rain Man, dont nous ne verrons que la silhouette de dos, un genre de Blofeld dans les premiers 007. Celui-ci lui dit de se servir de la femme policier pour abattre Khaldoun.

La fin de l'épisode est spectaculaire. Véritable homme araignée, Houston grimpe du 23e au 24e étage de l'hôtel et s'apprête à tuer. Mais il a commis l'erreur, que l'on ne va certes pas lui reprocher, de laisser Sandi vivante et attachée. Elle se libère de ses liens et prévient Duke. Houston est abattu par la police et fait un plongeon vertigineux qui empêche Steve de prononcer le fameux "Book'im Danno".

Jerry London a réussi un épisode parfait en tous points, à partir d'un script sans failles de Charles Larson.

Un mot sur la VO. Certes, je connais les épisodes par coeur, mais une fois entendu en anglais, on ne peut plus supporter la VF. Kam Fong, Jack Lord ou encore Herbert Wedemeyer deviennent indissociables de leurs vraies voix. Aussi, je recommande de regarder la série en VO. Jack Lord et ses comparses ont une élocution parfaite. Danny n'est jamais appelé ainsi mais tout le temps "Danno" à la différence de la VF. Avec quelques notions élémentaires d'anglais, vous comprenez tout, et notez au passage les trahisons de la VF. Allusions, images, évocations, qui passent à trappe lors du doublage. Il suffit de se rappeler que les français avaient d'abord traduit "Le jour de liberté de ces dames" l'épisode "Les clefs de l'énigme" au lieu de "Le jour où c'est gratuit pour les dames".

Retour à l'index


7. LE DERNIER DES SPÉCIALISTES
(THE LAST OF THE GREAT PAPERHANGERS)

Cet épisode, qui aborde le monde des faussaires de génie, et représente au sein de la saga Hawaii une pause façon "Le voleur au monopoly", c'est à dire sans aucune violence, serait incompréhensible aujourd'hui, à l'heure des cartes bancaires et des virements par internet. Il faut donc le ressituer dans son époque, 1976.

Hunter R Hickey (Kevin Mc Carthy, qui sera pour toujours le héros de "L'invasion des profanateurs de sépultures"), avec l'aide de deux complices, la jolie Janice (Elaine Giftos) et Mack (Anthony Ponzini), prépare un gros coup. Pour s'entraîner, le trio commence par attaquer l'équipe Five O.

De retour d'un voyage de Steve, Danny apprend à son chef que leurs bureaux ont été cambriolés, mais la bonne nouvelle c'est que le voleur n'a rien emporté. Au contraire, il a laissé sur place une poupée!

Danny se trompe. Le voleur a emporté une traite à l'en-tête de Five O. Steve étant en couverture d'un magazine parlant de la police, Janice donne deux dollars à un gamin qui réclame une autographe à Mc Garrett sur son magazine, en disant qu'il veut être détective plus tard. A partir de la signature, Hickey fait un faux qui permet au trio d'encaisser 14 000 dollars (une coquette somme pour 1976) en échange de fournitures de bureau de faible valeur proposées par une société fictive.

Intriguée, l'équipe se rend à l'adresse de la société qui ne possède qu'une plaque sur la pprte et sert juste de boîte aux lettres. Steve découvre que Hickey est derrière ce faux, et fait paraître un article dans le journal le traitant d'escroc. L'homme se paie le culot de venir menacer Mc Garrett de poursuites en diffamation dans son bureau.

Kevin Mc Carthy, dont le danseur Jacques Chazot parlait en 1971 dans son autobiographie "Chazot Jacques" chez Stock (Mc Carthy le reçut en grandes pompes aux Etats Unis avec Maurice Chevalier et Françoise Sagan), n'a pas connu en France la gloire qui fut la sienne outre-Atlantique. Ici, il compose un clone de Lewis Avery Filer/Hume Cronyn ("Le voleur au monopoly" 03.11 et "Mascarade" 04.14). Un faussaire sympathique, mais néanmoins un voleur. Cependant, le jeu de Mc Carthy est moins subtil que celui de Cronyn, le grand copain de Sir Alfred Hitchcock. Il détonne dans le trio avec ses manières affectées et ses airs supérieurs. Mack, le complice qui part en mission pour voler, ne pense lui qu'à mettre la main aux fesses de la jolie Janice (Elaine Giftos, à laquelle on ferait bien un brin de causette). Cette fort jolie comédienne inconnue en France a fait quelques apparitions télé dans des séries comme "Jeannie de mes rêves", "Magnum" ou "Ally Mc Beal" en passant par "Les rues de San Francisco" et a joué au cinéma dans un Woody Allen, "Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le sexe dans jamais oser le demander". Mais on aurait aimer la voir ailleurs et plus souvent.

Janice se fait engager comme serveuse dans un restaurant et subtilise un traveller chèque de l'US Navy à un marin qui tente de la draguer, puis porte le document à Hickey qui en fait un chèque de... 200 000 dollars. Déguisé en officier de la marine, escorté de comparses déguisés en marins soldats à qui il donnera une commission, il se rend à la banque d'Honolulu et se fait remettre du directeur Cashier Darcy (Wayne Ward), la paie de ses hommes en liquide.

Malheureusement pour lui, Steve a retrouvé le gamin de la dédicace, qui confond Janice : "Elle m'a donné deux dollars et une bise". Et à l'aéroport, en fouillant les bagages, coince Hickey. Comme jadis Lewis Avery Filer, le faussaire se montre beau joueur les menottes au main et lance "Alohah" à un Steve qui vient de lui dire, mi sérieux, mi souriant:
"Vous avez avant tout volé. Book'em Danno"

Un épisode suave, drôle, tout en nuances.

Retour à l'index


8. FACE, C'EST LA MORT
(HEADS, YOU'RE DEAD)

Depuis le début de la saison 9, ce n'est pas un pré-générique qui est proposé (comme dans les premières saisons) mais des extraits de moments forts de l'épisode. La pratique était courante à l'époque, notamment dans la série de Quinn Martin "Le Fugitif" lors de sa saison 4, la seule en couleurs.

Bonne nouvelle, Sandi Welles est de retour. Elle demande à Danny (qu'il est pénible de l'entendre appeler ainsi alors qu'en VO, c'est toujours "Danno") si Steve est pour quelque chose dans son affectation. Eh oui, la romantique Sandi est secrètement amoureuse du beau Mc Garrett. Mais Danny la détrompe. Sa mission est le fruit du hasard.

Cet épisode est hélas resté d'actualité, il s'agit d'un détournement de voilier et d'une prise d'otage. De nombreux cas ont eu lieu ces deux dernières années en Afrique avec les pirates somaliens.

Pas de guest star connue dans l'épisode. Les époux Thompson, Lyle et Celeste (Llyod Campbell et Coralie Velis) sont kidnappés à bord de leur voilier le lady fame. Le couple suivait une compétition, la ""transpacifique" à laquelle participait leur fils.

Le fils, Jim (Lou Richards) alerte Mc Garrett.

"Hawaii police d'état" devient plus violent que par le passé. Les pirates tirent sur les garde-côtes et envisagent de tuer le couple avant leur arrivée à Hong Kong en les passant par dessus bord. Steve retrouve le Lady Fame, mais les parents ont été sauvagement tués suite à une altercation avec les garde-côtes et avoir mouillé dans une crique.

Cette brutalité existait déjà de façon latente dans les autres saisons, mais il y avait davantage de happy ends, et les crimes gratuits étaient bien moins fréquents.

Cela est peut-être dû au changement d'époque. La série a commencé en 1968, et nous sommes à présent en 1976. Le thème du terrorisme va être souvent abordé (Nous sommes à deux ans de l'affaire Aldo Moro/brigades rouges en Italie), c'est aussi une période meurtrière un peu partout dans le monde (En France, Patrick Henry, Joel Matencio et le groupe 666, l'assassinat du juge Renaud). Même les New Avengers qui débarquent en 1976 sont plus réalistes et violents que l'âge d'or Steed-Mrs Peel des sixties.

Le trio de tueurs ici n'a aucun charisme. Il ne s'agit ni de mégalomane à la Wo Fat, ni de sadique à la Ralston, ou de mafia à la Vashon. Ce sont des gens terriblement ordinaires plus proches des tueurs que l'on peut cotoyer au JT.

Le script de Herman Groves s'écarte un peu du schéma habituel. Ainsi, de costume cravate, nous voyons Danny...en marcel! On ne peut pas dire qu'il soit spécialement glamour ainsi.

Une fois de plus, Sandi Welles joue les curieuses et les free lance, au péril de sa vie. Elle découvre un nouveau couple kidnappé, mais a le temps de jeter sa carte de police devant le yacht volé elle est faite prisonnière. Et se retrouve à nouveau baillonnée comme dans "Tour de force". Sandi ressemble à un hommage indirect aux drôles de dames.

Danny signale à Steve la disparition de Sandi. Celle-ci à la mauvaise idée de faire une omelette pimentée aux truands qui l'obligent à la manger, puis elle est passée par dessus bord avec le couple.

La gratuité des crimes dans cet épisode effraie... Jouant à pile ou face, les pirates donnent un canot aux naufragés, mais ce dernier a été percé par un couteau. Et des requins commencent à tourner autour d'eux. "J'espère pour nous qu'il n'a pas vu le film" lâche Sandi, évoquant "Jaws".

Heureusement, Zorro Danny à bord d'un avion repère le canot, tandis que Steve arpente le Pacifique à bord d'un croiseur de l'US Navy et reçoit l'appel de son adjoint.

Charlie Turner, le chef de la bande (Paul Koslo) n'a aucun charisme. Il ressemble à un clochard. Steve l'aborde avec le croiseur.

"Enfermez les dans la cale et attachez les" Danny!

Retour à l'index


9. JUSQU'Á CE QUE LA MORT NOUS SÉPARE
(LET DEATH DO US PART)

Dans cet épisode, Steve nous apprend un scoop : il est contre la peine capitale, qui n'existe pas à Hawaii. On aurait pu penser le contraire vu sa dureté avec les criminels.

Mc Garrett s'intéresse à une vieille affaire, le meutre d'Helen Spier. Son mari, Jim (Jack Kelly) purge une peine de prison pour le meurtre. Il refuse une libération sur parole et...s'évade. Il veut prouver qu'il est innocent.

Steve rencontre le policier devenu aveugle qui jadis arrêta Spier. Seule piste, une coiffeuse, qui lui rendait visite en prison. Et une certaine, Anita Newhall (Zohra Lampert). fille d'un premier mariage d'Helen Spier, et qui s'intéresse au surnaturel et au spiritisme. Spier mène son enquête tout en étant fugitif.

Steve est un peu éberluhé devant la spirite, qui rappelle Blanche de "Complot de famille", l'ultime Hitchcock. Anita communique avec sa mère défunte.

Anita a engagé un détective privé, Karl Norton (Lyle Bettger). Elle reçoit la visite de Spier. Norton arrive et Anita l'abat et fait endosser le crime à Spier.

Après une série d'épisodes palpitants, celui là marque le pas. L'intrigue de Bud Freeman est confuse. "Jusqu'à ce que la mort nous sépare" est un bon épisode, mais qui ne mérite pas quatre melons.

Comme dans "La preuve vivante" (01-21 et 01-22), l'enquête se poursuit sur le continent. A San Francisco.

La coiffeuse Claudine Hessler(Linda Ryan) convainc Spier de se rendre au moment où il tient en joue Duke et Chin Ho. Steve commence à avoir des doutes. Mais voilà que le cadavre de Helen Newhall (Arline Anderson) réapparaît... bien vivante. Elle aurait assassiné la maîtresse de son mari, Edna Ketner, et s'est faite passer pour morte. Elle a placé son cadavre à sa place.

Episode embrouillé. Il rappelle en beaucoup moins bien "Recherche archéologique" (04.01). C'est la fille, Anita, qui a tué le beau père car elle le détestait et voulait être seule héritière. Sa mère ne l'avait que blessée.

Book 'Em Danno.

Episode moyen, intrigue embrouillée. En coulisses, on sent que la guerre entre Mc Garrett et le procureur John Manicote continue. Il affirme à ce dernier que s'il était Spier, il attaquerait la police pour réparation.

Retour à l'index


10. EFFET D'OPTIQUE
(DOUBLE EXPOSURE)

J'ai vu cet épisode en français et en anglais. Le doublage est vraiment approximatif. Plusieurs dialogues diffèrent complètement.

Danny a une nouvelle fiancée (On se souviendra de celle au destin tragique de "Meurtre, amour et poésie" (03-12). Il s'agit de la belle Meg Foster ("Le triangle des Bermudes", "Le sixième sens", "Mannix", "Cannon", "Les rues de San Francisco", "Baretta") qui joue le rôle de la photographe Anne Waring. La fiancée de "Danno" dans "Meurtre amour et poésie" avait été étranglée, sa nouvelle copine est menacée de mort par la mafia. Les romances avec ce policier sont dangereuses, mesdames.

L'épisode est immédiatement passionnant, avec un chinois grotesque qui rappelle Su Choi dans "The New Avengers". Steve a une relation presque de père ou de grand frère vis à vis de son adjoint. Il veut le protéger tout en ironisant avec des remarques du style : "Surtout, n'hésitez pas à vous servir de mon bureau pour vos coups de téléphone galants".

La voix de Francis Lax diminue le potentiel émotionnel de James Mc Arthur. Rien ne vaut sa vraie voix.

Steve arrête le chinois au look efféminé, Doyle Weston (Thayer David), au faciès de mime improbable, dont tous les associés et lieutenants meurent mystérieusement. Weston dirige un réseau de prostitution et de drogue. Thayer David est si pittoresque qu'il aurait fait merveille dans les avengers, mais dans "Hawaii police d'état", ce personnage est un peu hors contexte.

Anne/Meg Foster est poursuivie par la mafia pour avoir pris une photo compromettante. Les méchants de l'épisode semblent tous sortis de l'asile. Vince Kaoli (un Seth Sekai méconnaissable par rapport à ses nombreuses apparitions dans la série) capture Anne. Sur certains plans, Seth Sekai ressemble à ce qu'il était dans les saisons passées, par exemple dans le bureau de Mc Garrett, mais sur d'autres, on le croirait sorti de la série "Kung Fu" en grand prêtre chinois.

Les lieutenants de Weston ont tué ses associés Pule Lami et Sammy Nolo, mais après avoir trahi Weston pour Kaoli, ils proposent à Weston de "vendre" Kaoli pour cent mille dollars et de remplacer Lami et Nolo. Par certains côtés, mais en très sérieux, l'épisode rappelle "Le Legs" (Avengers, saison 6). Multitude de méchants plus abracadrants les uns que les autres. Coups de théâtre en série. Weston, le travesti infirme, est tombé dans un piège et est tué par les hommes de Kaoli. Anne sert d'otage pour protéger la fuite de Kaoli qui finira dans l'explosion de sa voiture au terme d'une poursuite mémorable.

Le réalisateur Sutton Roley ("Les envahisseurs") réussit à faire un épisode quatre melons à partir d'un scénario qui aurait pu partir en vrille. On saluera donc son exploit.

Meg Foster n'aura pas connu un tragique destin. Mc Garrett crie "Aloha" au couple qu'elle forme avec Danno. Un excellent épisode. A voir en Vo de préférence.

Retour à l'index


11. OUI, MA FILLE
(YES, MY DEADLY DAUGHTER)

Une guerre des gangs éclate entre Jerry Quan (Clyde Kustadsu) et Chang Liu (Kwan Hi Lim). Lors d'un affrontement, Quan rafle avec ses hommes quatre millions de dollars à son rival.

Ce qu'ignore Liu, c'est qu'il est trahi par sa propre fille Lee Mei (la ravissante Irene Yan Ling Su), qui bien que très jeune, a appris de son père comment régner au milieu des malfrats. Elle est la maîitresse de Jerry (Vu la beauté de la jeune fille et l'âge et l'aspect physique de Jerry, cette liaison n'est pas très crédible).

L'homme de main de Liu, Varna (Paul Hetch), un géant barbu moustachu qui évoque parfois Fidel Castro jeune, découvre que la fille de son patron le trahit et la fait chanter. Il l'oblige à attirer dans un piège Jerry et le tue. Le reste de la bande du défunt est arrêtée par Mc Garrett et ses hommes qui tentent de faire parler un certain Tony (Reginald F H Ho), après avoir eu la main malheureuse avec un jeune témoin de l'attaque des hommes de Jerry au début de l'épisode. En effet, le jeune homme se retrouve grièvement blessé. Néanmoins, sur son lit d'hôpital, il identifie Jerry Quan.

Jouant à fond contre son propre père, Lee Mei Chu parle à Steve, ce qui l'intrigue fortement. Il se met à suivre la jeune femme et Varna.

En prison, Tony se met à table après de multiples pressions de Chin Ho et Danny. Désormais, notre avocat acteur Kwan Hi Lim (une fois de plus dans le rôle d'un truand) est pris au piège.

Mais ce qu'ignore sa fille, c'est que Varna, qui récupère les deux valises contenant quatre millions de dollars, est toujours resté fidèle à son maître. Lequel est sur le point de tuer sa propre fille lorsque les forces de Five O investissent son domaine.

Cet épisode est illuminé par la beauté de la jolie Irène Yah-Ling Sun, présente dans pratiquement tous les plans. Cette comédienne n'a pas fait une carrière extraordinaire, accumulant les mauvais choix. Elle sera la vedette du soap "Sunset Beach", mais surtout a mal choisi ses rôles et ses séries. Après cet épisode, elle reviendra deux fois dans "Hawaii police d'état" et apparaîtra dans "Magnum", la série héritière à Hawaii. Ses autres choix ("Quincy", "Sacrée famille", "Supercopter", "Mc Gyver") ne l'aideront pas à passer à la postérité.

Néanmoins ici, elle vole la vedette à Jack Lord et même à son "père" Kwan Hi Lim dont ses confrères au barreau d'Honolulu n'ont jamais compris qu'il fasse le guignol dans une série télé. Plus connu comme "guest star" aux multiples apparitions dans "Hawaii police d'état" que comme avocat, Kwan Hi Lim trouvera un rôle récurrent dans "Magnum" mais s'éloignera des sunlights pour retourner plaider. Un cas unique en son genre. On imagine mal en France Maître Vergès jouer dans "Navarro" ou Maître Colllard dans "Julie Lescaut".

L'épisode est palpitant d'un bout à l'autre en particulier par la fausse trahison de Varna, idée géniale du scénariste Tim Maschler.

Beaucoup de décors naturels verdure et forêt vierge font de cet épisode une réussite indiscutable.

Retour à l'index


12. LA CIBLE EST DÉCIDÉE
(TARGET -- A COP)

Nathan 'Sarge' Purdy, basketteur et braqueur, a été jadis blessé lors de son arrestation par la police et se trouve dans un fauteuil roulant. Purdy est interprété par l'inquiétant Don Stroud, le traître qui vend Félix Leiter dans le 007 "Permis de tuer".

Aujourd'hui, bien qu'infirme, il organise un trafic de radios avec un complice rencontré en prison, Tim Ryder (Gerald Mc Raney). Avec ce matériel hi fi hautement sophistiqué pour l'époque, il capte les ondes de la police.

A la tête d'une véritable armurerie, il possède un pistolet silencieux, et surtout un fusil à lunettes infra-rouge. Il commence ainsi un véritable massacre en tirant sur les policiers en uniforme. Son premier meurtre est consécutif à un incendie qu'il a provoqué. Les pompiers et la police arrivent sur les lieux, et il tire. A la faveur de la nuit, et de son habileté à passer du fauteuil roulant dans sa voiture, il échappe toujours à la police.

Bill Straton a écrit un scénario en or. Le thème de l'handicapé tueur en série fut exploité dans un best seller, "Chère voisine", il y a une trentaine d'années, mais dans le roman, l'handicapé feignait son état et marchait, ce qui n'est pas le cas de Purdy.

Toutefois, on note de nombreuses similitudes entre le polar best seller et cet épisode.

Purdy, en fauteuil roulant, peut participer à une partie de basket avec des non handicapés. Il est resté un sportif, malgré ses jambes paralysées.

Il s'acharne à effrayer une vieille dame, Mrs. Pelcher (Dorothy Mckaill) qui prévient la police en voyant des mains glisser le long de ses fenêtres. Tous les appels sont pris au sein de Five O par une fille curieusement nommée Dispatcher (Jo Pruden), véritable sosie de Tyne Daly (Cagney et Lacey). Les policiers envoyés pour secourir Mrs Pelcher tombent dans une embuscade et font l'objet d'un carnage. Mais blessé par une balle perdue, le tueur laisse sa montre dans un bosquet, élément de preuve qu'un voisin retrouvera.

Mc Garrett se sent impuissant et demande à Chin et Danny de rechercher avec un ordinateur (de 1976!) qui débite des cartes perforées tous les gangsters qui peuvent en vouloir à la police. Hélas, lorsqu'ils tombent sur le nom de Purdy, les deux membres de Five O écartent sa fiche car il est handicapé.

Seth Sakai - régulièrement invité dans la série pour des rôles de truands - est ici le capitaine Charles Sekai, sorte de petit hommage de Jack Lord alors aux commandes de la série envers ce comédien dont on ne compte plus les apparitions.

L'enquête progresse lorque, près du domicile de Mrs Pelcher, Steve et Danny découvrent des sillons tracés par les roues de fauteuil roulant. Mais, une fois de plus, n'imaginant pas que le sniper est un handicapé, ils écartent cette piste.

Purdy et son ex-co détenu Ryder se disputent et ce dernier renverse l'handicapé de son fauteuil et lui vole son fusil qu'il tente de vendre à un prêteur sur gages. Ce dernier refuse et prévient Duke.

Jack Lord se déride dans cet épisode. Arrivant avec Danny dans une chambre où deux policiers mettent au point un système d'écoute anti-pirate pour localiser celui qui les écoute, il frappe. Visiblement, les deux hommes attendent une fille car ils disent en anglais "Sweet ?".

Jack Lord se tourne vers James Mc Arthur hilare : "Sweet ? Ce doit être pour Duke".

Brûlant un feu rouge alors qu'il est suivi par Purdy, Ryder est pris en chasse par la police et prend une autoroute à contre-sens. Sa voiture fait une embardée et plusieurs tonneaux.

Il reste à Purdy un pistolet silencieux et il attire les policiers dans un piège à son domicile. Mc Garrett et Danny revêtent des uniformes de police pour l'affrontement final. Mais dans le garage souterrain, ils passent à côté de Purdy sans s'en méfier.

L'épisode montre à quel point en 1976 et peut être encore aujourd'hui, on sous estime les capacités de mobilité d'un homme en fauteuil roulant.

In extrémis, trouvant une trace sur le sol, Danny et Steve échappent aux balles de Purdy. Steve l'abat et le fauteuil roulant fait une longue glissade mortelle.

Réalisation impeccable de Robert Scheerer.

Retour à l'index


13. LA CLOCHE
(THE BELLS TOLL AT NOON)

Charlie Hazard (Kevin O'Connor), doit révéler à Mc Garrett des informations importantes. Steve s'énerve du peu de prudence de l'homme et il a raison : il est abattu par un tueur à gages à midi devant une église.

C'est Jack Lord qui est derrière la caméra pour réaliser cet épisode. Milton Selzer et Don Knight, plusieurs fois vedettes invitées, sont de retour.

Le père Neil (Mel Ferrer) a assisté au meurtre. Il attendait Charlie qui avait un rendez vous avec lui et voulait lui parler.

Peu après, Tommy Saito (Jimmy Borges) rencontre Steve et parle de sa soeur assassinée. Les deux hommes écoutent le tueur au fusil à lunettes, qui fait rire une bande d'étudiants en racontant des histoires drôles. Ce dernier a pourtant une voix particulièrement pénible à écouter. Il s'appelle Johnny Kling (Rich Little) et fait rire Steve.

Le tueur n'arrête pas de voir et revoir au cinéma "Les fantastiques années 20" de Raoul Walsh avec James Cagney et Humprey Bogart, et a tendance à se prendre pour Cagney. Il se rend chez James Kellman (Milton Selzer). Il fait mettre l'homme à genoux et l'abat après s'être fait passer pour "Mr Cagney", puis téléphone à Mc Garrett pour le défier.

Lorsque Steve se rend au rendez vous, Johnny Kling demande à Mc Garrett de mettre en route un vieux phonographe qui joue la musique des "Fantastiques années 20", et d'ouvrir une porte : Kellman, momifié, tombe raide devant un Steve éberlué qui se croit en plein vieux polar.

Sur une plage, notre tueur fêlé kidnappe Bob Thayler (Don Knight), tandis que Steve, par un portrait robot dressé par une femme témoin après le meurtre de Kellman, identifie Johnny Kling comme l'assassin. Avec Danny, il se rend chez lui et constate que son appartement est un vrai musée dédié à James Cagney. Un peu auparavant, Kling s'est recueilli sur la tombe de la soeur de Tommy. Ce dernier jure à Mc Garrett que l'homme ne connaissait pas sa soeur.

Réunion de famille de tous les guests de Hawaii Police d'Etat : le projectionniste au cinéma est joué par Kwan Hi Lim!

Pendant ce temps, se prenant pour James Cagney dans "L'ennemi public" (1931), le fou reconstitue l'histoire en menaçant Thayler à côtés d'immenses cuves d'essence. Steve obtient sa réddition. Mais lors de l'arrestation, Kling se met à exécuter un pas de danse.

Cet épisode m'a profondément dérangé. Jack Lord a voulu rendre hommage au cinéma hollywodien de l'âge d'or, mais Rich little joue comme un cochon. Il cabotine et n'est pas un instant crédible. On note que chaque fois que la série veut sortir des sentiers battus, c'est un désastre. Ici, le suspense ne prend pas une seule minute tant le scénario de Iry Pearlberg est grotesque. On pourrait comparer cet opus à celui où l'équipe de Five O n'arrivait qu'au bout de vingt minutes, "Qui est la cible ? (08.05) où une jeune actrice envahissait l'écran devant le téléspectateur éberlué. Ou l'épisode avec Leslie Nielsen en plein far west, le 07-07 "Sentiment de justice". On a de la peine pour Jack Lord qui a voulu faire "original" et créer une histoire qui sorte de l'ordinaire, mais à l'arrivée, c'est un flop total. Trop ancrée dans sa réalité de série policière, la saga Hawaii five O ne supporte pas les épisodes atypiques.

Retour à l'index


14. L'HOMME D'ACIER
(MAN IN A STEEL FRAME)

Cet épisode, assez raté, nous fait enrager car nous passons à côté d'une belle histoire. Elle aurait nécessité un scénario plus cohérent, et sans doute un développement en deux épisodes. Et une meilleure distribution.

Abonnés au Cathy après Cathy Willis dans "Souvenirs au présent" (03-04), Steve est ici fiancé à une femme beaucoup trop jeune pour lui, Cathi Ryan. Mais le couple est hautement improbable vu la différence d'âge avec celle dont Steve pourrait être la fille.

Un tueur en prison, Charlie Ing (Danny Kamehona) commandite le meurtre de Cathy qui est tuée de deux balles par un certain Malcolm Vaughn (Jonathan Goldsmith) et fait endosser l'assassinat à Steve. Il est assommé et drogué sur le lieu du crime après que Cathy l'ait appelé à l'aide. On notera que Steve ne verse pas une larme, à la différence de ce qu'il fera lors de l'assassinat de Chin Ho dans "Un deuil dans la famille" (10-24).

Mais l'intrigue est mal conçue et trop alambiquée. Ainsi, le jeune Yoshi (Kimo Kahoano) est censé être un vieil ami de Steve. Il est bien trop jeune pour celui là. Habitué à jouer au tennis avec Steve et Cathy, il vole le révolver de Steve, car Vaughn a enlevé sa soeur. Danny la libérera avec une équipe d'élite de la police.

L'épisode est inabouti, par exemple Charlie Ing ordonne à l'un de ses hommes de tuer Vaughn lorsqu'il demandera à être payé pour le meurtre commandé. Mais aucune suite n'est donnée, et nous ne verrons pas de confrontation entre Steve et ce Ing qui n'est jamais apparu dans la série jusqu'ici, bien que l'acteur qui l'interprète ait cumulé 33 apparitions dans d'autres rôles.

On ne nous épargne pas Steve avec les menottes, mais il est ensuite libre de mener (en chemise hawaiienne) son enquête officieuse avec Danny, Chin Ho, Duke et Che Fong. Manicote, le procureur, devenu l'ennemi de Steve par le caprice des scénaristes depuis quelques épisodes, a des mots avec Steve mais ne l'envoie pas dans une centrale pénitenciaire.

Dans le bureau de Mc Garrett, Sam Wailua dit "Sonny", complice de Ing, passe à table et révèle tout à Mc Garrett comme par enchantement, alors que rien ne l'y oblige. Le scénario de Robert Stambler était plombé dès le départ avec ce flirt entre Steve et une trop jeune femme.

Nous passons à côté d'un grand épisode. Grosse déception, mais les incohérences accumulées ne laissent aucune chance au téléspectateur de mordre à l'hameçon et de vibrer au "suspense" de cette intrigue.

Le final nous montre Steve manquant noyer et étrangler l'homme qui a tué Cathy avec une sauvagerie inouie. Danny et les autres lui évitent de commettre un meurtre.

Retour à l'index


15. EN JOUE...
(READY... AIM...))

Le début est censé se passer à Tokyo, mais après une vue générale de la ville, nous découvrons des plans rapprochés tournés à Hawaii. Deux hommes en poursuivent un autre. Le fugitif abat l'un de ses poursuivants. Mais il perd la précieuse sacoche qu'il transportait. Il avertit à Hawaii Iso Taguchi (la très belle France Nuyen, qui jouait la mère et la fille dans "Recherche archéologique" (04-01). Iso est aussi contactée par Kimo (Manu Tupou), lequel après une vertigineuse poursuite en voiture, a échappé à un tueur, Robert Makale (joué le chanteur Jimmy Borges). Kimo blessé s'est échappé de l'hôpital, et c'est le début de l'enquête pour Mc Garrett.

Le réalisateur Jerry London abuse des scènes (d'intérieur évidemment) à Tokyo, provoquées par des coups de téléphone, et qui recèle tous les clichés (Présence de geishas lavant un homme dans une scène). Kimo se révèle être un flic japonais venu enquêter sur un trafic d'armes. Mc Garrett apprécie modérement qu'un policier étranger vienne chasser sur son territoire.

La fille d'Iso ayant été kidnappée, celle-ci est contrainte d'attirer Kimo dans un traquenard où Makale va le tuer. Il est sauvé par Mc Garrett. Peu après, le cadavre de Makale est retrouvé.

Très vite, tant Mc Garrett que son collègue japonais comprennent que le chef des trafiquants d'armes n'est autre que Danseur (Edward James Olmos), à la tête d'une fabrique de glaces importante de l'île. Iso est kidnappée par Morrison (Roger Perry) qui l'enferme dans une chambre froide. Kimo tente de l'aider mais se fait prendre à son tour. Les deux prisonniers sont alors condamnés à mourir de froid puisque Morrison met le bouton sur le froid maximum. Mais Kimo trouve un soupirail qui leur permet de fuir.

Alors qu'il va être tué par Morrison, Kimo est sauvé par Steve qui abat l'adjoint du chef. Nous n'assistons pas à l'arrestation de ce dernier, le réalisateur préférant terminer l'épisode avec le coup de fil de Iso à sa fille libérée par la police japonaise. Iso promet à sa fille de la rejoindre très vite.

La musique ratée, pompière et énervante, accompagne la surveillance de Chin Ho et Duke devant la fabrique de glaces et aux alentours.Steve arbore un complet saumon qui n'est pas du meilleur goût tout au long de l'épisode. Tout est fait pour installer un climat extrême-oriental : Ainsi la tentative d'assassinat de Kimo par Makale a lieu dans un jardin japonais déjà vu dans "SOS Singapour" (02.09).

L'épisode repose sur les épaules de France Nuyen tandis que le méchant est particulièrement en retrait. Danseur n'a même pas droit à un "Book'im Danno".

L'épisode maintient un suspense constant malgré un Japon présenté artificiellement.

Retour à l'index


16. LA FORÊT DÉFENDUE
(ELEGY IN A RAIN FOREST)

Marcus Lucien (William Watson) s'évade d'un fourgon cellulaire. C'est un tueur très dangereux que Mc Garrett a mis deux ans à coffrer. Il se réfugie dans une forêt et kidnappe la fille du procureur Manicote, Karen (Laurie Prange) déjà blessée dans une chute lors d'une randonnée.

William Watson, au physique dur et effrayant à la James Coburn, était déjà présent dans "Erreur de cadavre" (07-06). Mc Garrett au début de l'épisode nous est présenté en train de faire du voilier. Et durant l'enquête, il est couvert d'un chapeau texan. Faute de goût qui ne l'avantage pas concernant le couvre-chef.

Lucian commence par tuer un hippie. C'est une véritable bête sauvage. Il évolue dans une forêt vierge. L'épisode est une chasse à l'homme semblable à ce que l'on a vu dans "Paniolo" (03-15), soit du déjà vu.

La présence d'un enfant sauvage muet, David (Edward Gallardo) dans la forêt, qui a recueilli la fille Manicote après sa chute, donne à l'histoire un côté mélodramatique plutôt mal venu.

Script à l'intrigue téléphonée, digne d'un épisode lambda de "Cannon" ou "Starsky et Hutch", avec un Paul Stanley qui ne dirige pas ses comédiens. William Watson cabotine. En Manicote obligé de se réconcilier avec Mc Garrett, Glenn Cannon non plus ne semble pas dirigé. Le comédien a l'air de se demander ce qu'il fait là.

A l'arrivée, l'épisode est complètement raté. Intrigue linéaire, sans surprises. On espérait mieux pour une réconciliation Manicote/Mc Garrett qui se joue ici dans l'émotionnel. C'est à peine si Jack Lord et Glenn Cannon se parlent, bousculés par une action trop trépidante. Paul Stanley ne laisse aucune psychologie s'établir entre les différents personnages.

Retour à l'index


17. LE CHANTAGE INFERNAL
(DEALER'S CHOICE - BLACKMAIL)

Encore un épisode avec la jolie Amanda Mc Broom en agent Five O Sandi Welles. L'épisode se déroule dans le monde des jeux clandestins.

Nehemia Persoff est de retour en guest star. L'histoire commence par le meurtre de Kioki "George" Tatapu volontairement écrasé par une voiture. Une curiosité, Jack Lord qui travaillait avec lui depuis vingt ans (Mais nous ne l'avons jamais vu dans la série) est au bord des larmes alors qu'il ne l'était pas lors de l'assassinat de sa fiancée Cathi. Il y a un témoin de ce meurtre, c'est le jeune Mike, frère de Sandi.

Dans la voiture qui a tué le policier, se trouvaient Victor Palua (Nehemia Persoff), chef du gang et un de ses hommes, Sammy Crane (Michael Morgan). Par peur d'être dénoncé, Palua décide d'exiler Sammy à Las Vegas. Joey (Earl Kingston), en liberté conditionnelle, livre Crane à Mc Garrett.

Sandi est chargé par Steve d'interroger les éventuelles témoins féminins du meurtre et de les faire parler. Mais elle révèle à son frère le nom du propriétaire de la voiture (à partir d'un numéro de plaque d'immatriculation) qui s'avère être Palua. Mike a prétendu qu'un chauffard avait embouti sa voiture sans s'arrêter et a donné le numéro de la voiture qui a écrasé Kioki.

Aussitôt, Mike fait chanter Palua. Et par un système compliqué de remise de rançon par avion, il soutire 10 000 dollars au caïd.

Pris par le démon du jeu, le frère de Sandi perd 10 000 dollars. Et son créancier usurier Willy Vance (Barry Russo) lui file une raclée. Willy Vance vend Mike à Palua qui décide de faire tuer les deux hommes, le maître chanteur et l'usurier, pour limiter le nombre de témoins.

Sandi est la petite amie de Jed Rucker (Joe Moore), l'heureux homme! Jed dirige un club d'aviation pour lequel travaille Mike Welles.

Sandi avoue sa faute à Mc Garrett en précisant que son frère a menti pour lui soutirer le numéro de plaque d'immatriculation.

Palua en voulant faire descendre l'usurier Willy Vance se fait pincer par Steve. Nous avons droit à "Bouclez le Danny". Reste à avoir le témoignage de Mike qui, repenti, revient pour se rendre.

L'épisode se regarde sans passion mais sans déplaisir. Le "plus" vient de la présence de Sandi Welles. Persoff est moins menaçant et persuasif en méchant que d'habitude en raison de la brièveté de ses scènes. L'histoire elle même n'amorce jamais de véritable suspense. Il y a beaucoup trop de personnages, et l'intrigue s'en ressent et perd en efficacité. John Ritter n'est pas très convaincant en jeune pris dans l'engrenage infernal du jeu.

Notons aussi que cet épisode débute par un fort ressenti émotionnel qui ne se retrouve pas lors de l'arrestation de l'assassin, ce qui choque quand on voit l'attitude de Jack Lord lors de la mort de Kioki Tatapu et de l'arrestation somme toute assez banale de Victor Palua.

Après avoir accumulé des réussites, la neuvième saison alors qu'elle est loin d'être terminée vient d'aligner plusieurs ratages ou épisodes en demi-teintes.

Retour à l'index


18. UN CRIME CAPITAL
(A CAPITOL CRIME)

L'épisode débute en évoquant une scène de "Vivre et laisser mourir" avec la danse de mort du baron Samedi, attraction pour touristes. Ici, il s'agit d'un spectacle hawaiien, suivi par un concert de Jimmy Borges (chanteur de night club comme Tommy Sands qui joue ici son propre rôle). Jimmy Borges n'est pas un inconnu. Il a fait 12 participations dans la série dans des rôles de petits truands onze fois et une dans son propre rôle.

Clinton Palmer (Barnard Hugues) s'enchaîne au chanteur avec des menottes. C'est une véritable bombe humaine. Le vieil homme deséspéré possède sur lui une bombe (du plastic C4 militaire) et prend des otages. Il veut parler au gouverneur, Paul Jameson (Richard Denning). Palmer habite au 279 avenue Waikiki, et a été exproprié pour faire un centre commercial.
Le quartier va être rasé.

Cet épisode a été diffusé deux fois par TF1 (1989 et 1992), puis rediffusé sur Série Club et 13e rue. Il fait partie de ceux qui marquent après une diffusion.

Il y a deux intrigues en parallèle. Steve extrade un dangereux truand, Hawley (Richard Davalos) et ses complices veulent le faire évader. Nous avons donc un vieil homme un peu fou mais pas foncièrement méchant, même s'il est prêt à tuer des innocents. Et un caïd dont les complices vont profiter de cette prise d'otage.

Steve pour la première fois s'oppose au gouverneur. Il tente de négocier. Sortant de son jeu "froid" habituel, Jack Lord essaie d'émouvoir Palmer.

Au moment où la situation se dénoue avec Palmer, c'est la petite amie de Hawley qui prend la bombe pour faire libérer le mafioso Hawley.

Là, l'histoire se corse terriblement. Notons que le réalisateur de l'épisode, Sutton Roley, joue le rôle d'un juge.

Richard Davalos, avec son look à la Elvis, un col pelle à tarte, nargue Danny et Steve. "Ce n'est pas mon jour" dit ce dernier.

George Hawley veut un avion, de l'argent et Mc Garrett lui prépare un tireur d'élite.

Loin de sombrer dans le ridicule, "Un crime capital" joue dans la cour des bons épisodes. Le coup de théâtre final dû au fait que le vieux avait débranché la bombe fait bondir le spectateur sur son siège. Sharon Farrell, assez fade copie de Farrah Fawcett, qui joue la petite amie, Mary Beth, de Hawley, sera retenue pour jouer la douzième saison dans le rôle du détective Lon Wilson, saison dans laquelle Chin Ho sera mort depuis longtemps et Danny parti.

Sans être parfait, un bon épisode

Retour à l'index


19. MOURIR AU PARADIS
(TO DIE IN PARADISE)

La chanteuse Bonnie Jo (Pamela Frankloin) est enlevée à son arrivée à Hawaii par un faux taxi. Mais transportée sur un bateau, ses ravisseurs se sont échoués dans un endroit perdu uniquement habité par des hippies qui vivent en autarcie depuis cinq ans. Une rançon d'un demi-million de dollars est exigée.

L'épisode rappelle la fin de l'époque flower power et peace an love. Ainsi, on voit les hippies refuser d'acheter pour le compte des ravisseurs des cigarettes (qui sont la cause de maladie selon Jésus) et de leur prêter une radio (La civilisation est pourrie). Bref, ce sont davantage des mormons ou des religieux fanatiques que des hippies qui aimaient Woodstock et la musique pop.

Bonnie Jo réussit à faire passer un message de détresse à un autochtone. Danny Williams se faisant passer pour un campeur tombe sur les gangsters.

On a vu la mignonne Pamela Franklin dans "Les rues de San Francisco", le génial téléfilm "Les lettres" avec John Forsythe, culte aux usa et diffusé en France en 1974 dans l'anthologie "Suspense" sur la première chaîne, "Le magicien" avec Bill Bixby, "Cannon" et "L'homme qui valait trois milliards". C'est une actrice typique des années 70 au même titre qu'une Belinda J Montgomery ("L'homme de l'Atlantide").

Danny aurait pu sauver Bonny Jo sans l'intervention inopportune des hippies non violents.

Nous n'entrons jamais dans l'épisode qui est d'une banalité affligeante et ne crée pas de véritable suspense. On dirait que les comédiens s'ennuient.

Le chef des ravisseurs est un certain Ducco (Tommy Leonetti) qui n'est autre que...le producteur de la chanteuse. Encore un épisode de montagne, un de trop. La neuvième saison (après une septième ratée et une huitième réussie) marque un certain essoufflement de la série.

Retour à l'index


20. L'ARGENT A UNE ODEUR
(BLOOD MONEY IS HARD TO WASH)

Cette saison joue au yoyo. Après des épisodes "un melon", voilà une réussite totale due à deux comédiens : Jack Lord et Dane Clark, le sosie américain d'Aznavour, de retour après un épisode déjà mémorable., "L'otage" (07-22).

Victor Jovanko (Dane Clark), caïd de la mafia de San Francisco, a décidé de s'implanter à Hawaii. Il veut acheter de force une équipe de football et fait pression sur le patron en blessant grièvement et en rendant infirme à vie le meilleur joueur. C'est un moyen de blanchir de l'argent sale en donnant des places gratuites au stade!

L'homme se plaint à Mc Garrett qui dès lors en fait une affaire personnelle. Il traque et agace tellement Jovanko que ce dernier feint de rentrer à San Francisco. Mais Jovanko revient clandestinement, et contre l'avis du syndicat du crime, à Honolulu, et tente d'abattre avec un comparse Steve. Il le rate mais lui envoie un colis piégé. Steve est grièvement blessé, ainsi que Chin Ho et dans une moindre proportion Danny. Jovanko veut poursuivre sa vengeance en se faisant hospitaliser car il est diabétique (Nous voyons tout au long de l'épisode son épouse, Anna (Jo Anne Worley) lui faire des pigûres. Avec son collier de diabétique, il est identifié, et lorsqu'il tire avec un silencieux sur le lit de Steve, ce dernier surgit avec Danny et Duke. "Je vous aurai cru plus intelligent, avec votre collier vous avez été identifié, bouclez le Danny".

A noter que cet épisode est le premier avec une nouvelle secrétaire de Steve, qui remplace Jenny (Peggy Ryan), présente depuis 1968!. D'après IMDB, elle serait apparue dans 44 épisodes, mais le plus souvent, se contentant de simples et furtives apparitions, elle n'était pas créditée au générique. Et c'est la nouvelle secrétaire de Steve qui lui porte le colis mortel.

Cet épisode rappelle un peu "Le tigre aveugle" (02-15) vers la fin, avec un Mc Garrett diminué. Preque momifié de pansements, il trouve le moyen de lancer sa fameuse phrase "Book 'm Danno". Le scénario de Curtis Kenyon et Bill Stratton évolue crescendo de l'affrontement entre deux hommes forts jusqu'à l'apothéose du combat final. Une fois de plus, la filiation Elliot Ness/Mc Garrett est évidente. Jovanko dira d'ailleurs à son frère : "Ce flic est incorruptible", après avoir essayé de le soudoyer en lui donnant 25 000 dollars. Le moment où Steve lui porte un reçu fiscal en échange de son don à une école d'orphelins est un summum d'humour à froid. Jack Lord est dans une forme éblouissante et éclipse tous ses partenaires, et livrant un combat à mort avec un caïd.

Et puis, on n'a pas lésiné sur les moyens. Une incursion de plus sur le continent, en décors naturels, cette-fois à San Francisco.

Formidable épisode digne de la saison 1 que l'on peut prendre comme référence. Mais jusqu'à la saison 4, c'est à dire ce que l'on peut appeler "l'ère Kono" qui a cessé d'apparaître à la fin de la saison 4, la série débordait de qualités. Ensuite, dans une aussi longue série, il était inévitable de se confronter à une baisse de qualité. Certains épisodes comme ce "L'argent a une odeur" sont dignes de cette époque là. Avec des moyens supplémentaires qu'en 1968, même si déjà un épisode comme "La preuve vivante" nous permettait déjà une incursion sur le continent. Ici, le réalisateur Allen Reisner balade sa caméra encore plus longtemps à San Francisco, couplé aux décors enchanteurs d'Hawaii.

Dane Clark est parfait dans son rôle à la "Vashon". Il évoque parfois le jeu de Harold Gould en Honoré Vashon. Bref, une réussite sans failles. Bravo à toute l'équpe de la série.

Retour à l'index


21. DESTRUCTION CÉRÉBRALE
(TO KILL A MIND)

Retour de Mel Ferrer, Pat Hingle en grincheux professeur Omsbee, tandis que Tommy Fujiwara fait des apparitions de plus en plus courtes. Dans « L'argent a une odeur », le précédent épisode, il est méconnaissable dans le rôle d'un des docteurs qui soignent Mc Garrett, ici, il est un sergent de police.. Lui, tout comme Kwan Hi Lim a bien du s'ennuyer après la fin de la série.

Il y a un an, un sous marin russe a coulé au large d'Hawaii. Des débris sont trouvés enfin sur une plage. Ce qui intéresse le professeur Omsbee, mais aussi un mystérieux individu qui kidnappe le jeune David Hammond (Bill Langenheim), sœur du chef océanographe Margaret Hammond (Laura Campbell). Margaret a accès à des tas d'endroits ultra secrets et fait l'objet d'un chantage de celui qui a enlevé son frère.

Dès le début, on sent que cela ne sera pas un grand épisode. L'intrigue d'espionnage est tirée par les cheveux. Omsbee se trouve enfin doté d'un prénom, Grant. Quant au méchant, il a les traits d'un sous Wo Fat, Emil Radik (Mel Ferrer) qui se cache derrière des projecteurs pour que l'on ne voit pas son visage.
C'est Stephen Kandel, qui écrivit la série western « Le cheval de fer » vue en France en 1969 et 1973, qui a rédigé le scénario.
La petite amie de David Hammond, Cathy Doar (Pauly Gardner) dépose une plainte pour disparition auprès du sergent Mirataki (Tommy Fujiwara). Peu après, elle est écrasée par une voiture. Le sergent en parle à Chin Ho. Aussitôt, Mc Garrett est alerté. Il comprend que Margaret sabote l'opération.

Pat Hingle cabotine une fois de plus. Quelle calamité d'avoir pour la troisième fois affaire à ce comédien et à son personnage si irritant.

L'épisode souffre de quelques longueurs lors des expériences d'Omsbee. La destruction cérébrale, ou « suicide électronique » comme dit Omsbee, consiste en un effaceur de mémoire qui brouillera toutes les données trouvées du sous-marin russe. Ce logiciel malveillant a été placé par Margaret sur l'ordre de Radik.

Omsbee joue les agents secrets au déséspoir de Mc Garrett et se fait prendre par Radik. Il est arrêté et nous avons droit à un « Allez y Danny, bouclez le ».

Un reproche important, il n'est plus fait allusion à la malheureuse Cathy, nous ne voyons même pas David être mis au courant.

Enfin, Mc Garrett furieux dit à Omsbee qu'il vient de décrocher le prix de « danger public ».et l'accuse d'obstruction à la justice . Book'him Danno ». Deux fois la phrase gimmick dans cet épisode.

Retour à l'index


22. REQUIEM
(REQUIEM FOR A SADDLE BRONC RIDER)

Dès le début, avec les scènes de rodéo, on perd ses repères. Comme je l'ai expliqué, chaque incursion de la série loin de son schéma est un désastre. Cet épisode ne fait pas exception.

Tout d'abord, « Hawaii police d'état » repose sur une esthétique de dépaysement, de paysages tropicaux. Or, cet épisode commence par nous offrir des décors hideux. Une amie de Mc Garrett (bien jeune pour l'être), Suzan Wanani – en VO Suzie Wainane (Victoria Racimo) recherche son frère Billy qui faisait le cow boy dans un rodéo. Personne ne veut coopérer pour aider à retrouver son frère. La fiancée de Billy, Lani Kapalii est retrouvée dans la mer.

La jeune femme a été violée, puis étranglée..Les décors après ceux du rodéo restent laids (La banlieue d'Honolulu).
Duke apprend à Steve que le cadavre Billy a été rejetté par les vagues lui aussi. La plage où ont été retrouvés les corps se trouve non loin du rodéo. Lani et Billy venaient de se marier le jour même.

Mc Garrett fait passer une affaire personnelle avant une mission contre les jeux clandestins. C'est le patron du rodéo, Jessup (George Di Cenzo) qui a violé et tué Lani. La jeune femme venait d'assister au meurtre de son mari. On a l'impression de voir une mauvaise série américaine des années 70 genre "Cannon". Intrigue pleine de clichés et originalité en berne. Jessup fut blessé par un taureau et ne peut plus faire de corridas. La nuit fatale, Billy s'est vanté de dompter n'importe quel taureau. Billy, saoul, a été peint en rouge et lâché devant le taureau qui l'a mis en morceaux.

Non seulement, cette histoire de meurtre pendant une beuverie est invraisemblable (Le scénariste Herman Groves mérite un zéro pointé), mais la mise en scène remplie de flash back de Harry Harris est lamentable. Steve et Danny passent un temps fou dans le ranch à courir après Jessup pendant que le téléspectateur s'endort devant la télévision. "Requiem" devient un sérieux concurrent pour le titre de pire épisode des douze saisons réunies.On aura rarement vu une histoire meublée de tant de mouvements de caméras inutiles pour tenir les cinquante minutes habituelles.

Le réalisateur abuse des scènes de ralenti. La mort de Jessup tué par le taureau, et Mc Garrett jouant les toréros devient le comble du ridicule.

C'est un des hommes de Jessup, Possum (Rodney Phlip Aiu) qui a ouvert l'enclos pour que son patron soit tué. Book'm Danno!

Steve doit ensuite consoler Suzan, avant de passer à l'action pour le piège concernant les jeux clandestins. Un épisode digne de la saison 7.

Retour à l'index


23. ELLE COURT, ELLE COURT
(SEE HOW SHE RUNS)

Ne pas confondre cet épisode avec "Elle court, elle court, la valise" (06-06).

La fille d'un policier ami de Steve, Mandel, une certaine Sonny (Jessica Harper) tombe dans un piège. Elle aime un homme mûr et a fui sa famille, mais ce dernier lui fait porter le chapeau dans le meurtre d'un truand.

Elle réussit à se sauver mais pour tomber dans un s ecte de hippies complètement allumés, qui n'ont de hippy que le nom, car il s'agit de dangereux fanatiques religieux. Leur chef s'est d'ailleurs fait le look de …Jésus !

Dans sa nouvelle « famille », Sonny Mandel est devenue « Roseau ». Tout le monde porte des noms comme « Arc en ciel » ou « Phénix ».

Steve promet à son ami Bob Mandel (Bill Mc Guire) de sauver à sa fille, à la fois en danger là où elle est mais aussi parce que le truand et sa copine veulent la tuer.

Le phénomène hippie, qui en dehors de Charles Manson était profondément pacifiste, est ici caricaturé à l'outrance et montré comme nocif et dangereux. Le chef veut être un « père » pour Sonny mais aussi abuser d'elle. Ils sont contre le monde moderne, l'électricité, et font du prosélytisme au grand jour dans les rues et sur les plages. Ils sont drogués et incitent à l'usage des stupéfiants.

Duke se rend compte que l'ex petit ami de Sonny se fait passer pour un flic et la recherche.de la fille de Mandel.

Osiris, le gars à la face de Jésus (Steve Carlson), chef du groupe « Les ressuscités » de même que l'ex petit ami, Todd Daniels (Paul Shenar). « Ted » dans la VF, proxénète et sa copine meurtrière, Liana Meyers (Lynne Ellen Hollinger) qui a tué un certain Cliff Brasswell, forment un cercle infernal autour de l'innocence de Sonny.

Chin et Danny arrêtent Liana Meyers. Daniels tue Osiris en voulant partir avec la fille du policier dont il veut se venger dont il a tué son frère.

L'un des disciples d'Osiris jette Daniels par une fenêtre et il se brise la colonne vertébrale. Mourant, il demande une ambulance. « Pas d'ambulances chez ceux qui savent renaître » dit l'allumé qui a poussé le proxénète par la fenêtre.

Le scénario d'Anne Collins échoue à nous faire croire à ses personnages tant il force le trait. Dans la dernière scène,, la fille rejette son père. La fin abrupte correspond au moment où Mc Garrett tente de conseiller Bob Mandell et où celui-ci parle comme un flic au lieu d'un père. Steve est dégoûté. Il inaugure ainsi les « bad end » à venir. comme « Une petite balade » (10-14) où sa fiancée sera tuée.

Dans le rôle d'un témoin, on retrouve l'incontournable Kwan Hi Lim en vieil homme voyeur, un personnage que l'on peut considérer comme un hommage à Hitchcock (« Fenêtre sur cour »).

Retour à l'index


24. À MOURIR DE RIRE
(PRACTICAL JOKES CAN KILL YOU)

Il s'agit du dernier épisode de la saison 9. Kam Fong signe pour 24 nouveaux épisodes et pas plus. La dixième saison verra donc son départ.

Pas de guest star connue dans cet épisode de fin de saison qui relate l'attaque d'un camion transportant des fusils. L'un des convoyeurs est tué. Ces fusils sont destinés à des révolutionnaires philippins qui ont financé ces achats par des hold-ups.
La cape de Kameha Meha est une nouvelle fois volée (après « Le manteau de plumes » (02.08).
Une jolie fille dans l'épisode, l'actrice Lee Purcell, qui a passé sa vie a être guest star dans des séries et pas dans les meilleures (« Cannon », « Mc Gyver », « Un tandem de choc »). Elle est ici Molly Taggarr, la petite amie du cambrioleur au deltaplane qui a volé le manteau du dieu hawaiien.

On peut comprendre la lassitude de Kam Fong et James Mc Arthur car les histoires ne se renouvellent pas (Cf Le vol du manteau) . Ici deux intrigues se croisent, celles des voleurs d'armes et de l'homme au delta plane, Todd Seymour (Charles Frank). Le lien entre les deux est Molly car l'un des tueurs (qui ne s'est pas regardé), Joko (Chucjk Chuck Akamine) fait des avances à la jeune femme. Danny est ami avec Molly et a compris que Todd a volé la cape. Il la restitue.
Mais Abileno (Barry Russo) surprend la conversation de Todd avec Molly se réjouissant de son coup, et le fait chanter. Todd ignore que Mc Garrett avait décidé de prononcer l'impunité et non cinq ans de prison pour le vol de la cape. Abileno est un complice de Joko.

Todd se retrouve donc impliqué de force dans un mauvais coup où les braqueurs du début de l'épisode veulent utiliser ses talents de deltaplane pour attaquer un entrepôt d'armes.

Le mélange des deux intrigues est habile. Bill Stratton a su concevoir une intrigue qui se tienne même si elle contient, avec la partie manteau de plumes du réchauffé. Todd raconte tout à Danny mais Molly est kidnappée.

Le diabolic mastermind derrière les vols d'armes est un certain Lou Marvin (Alan Rich). Selon un principe qui semble habituel dans la saga Mc Garrett, ce Marvin a gagné une première manche dans une affaire qui est évoquée mais que le téléspectateur n'a jamais vu.

Avec les intrigues imaginaires (enfin non exploitées en épisodes), procédé qui rappelle les confidences du docteur Watson dans Sherlock Holmes, on pourrait créer toute une série d'histoires parallèles.

Le FBI sachant que les arsenaux remplis de fusils M16 risquent d'être attaqués pour être livrés à des révolutionnaires, les agents fédéraux s'en mêlent.

Les scènes de deltaplane rappellent l'épisode « Un coup envieux » (08.20). Heureusement pour Molly, tout est bien qui finit bien et la saison se termine sur un happy end.

Steve réussit à coincer Lou Marvin (Est-ce un hommage à Lee Marvin »
Coincé au bord d'une falaise, l'homme est acculé.
- Sans deltaplane, cela ne sera pas facile. Bouclez le Danny !

Retour à l'index

Crédits photo: Paramount.

Images capturées par Patrick Sansano.