saison 1 saison 3

Hawaï Police d'État (1968-1980)

SAISON 12


1-2. UN LION DANS LA LUNE
(A LION IN THE STREETS)



Pour vice de procédure, le gangster Tony Alika (Ross Martin), représentant de l'organisation criminelle Kumu, est libéré à la grande rage de Mc Garrett qui vient d'accueillir un nouvel homme dans son équipe, Truck Kealoha (Moe Keale).

Aucune raison n'est donnée au départ de Danny Williams

Un leader syndicaliste, Sam Limahelu (Ed Fernandez) est rossé et donne sa démission. Johnny Moi (Harry Guardino) est élu à sa place. Dans la salle, l'ex policier James Carew (William Smith) observe la scène d'un air glacial. Il suit sans discrétion Moi. Au point qu'intrigué, Truck se renseigne sur lui : Carew vient du Massachussets.

On retrouve Barbara Luna (01-02 Assurance sur les morts avec déjà Harry Guardino) en Elena Kamoku, épouse de Andy, un syndicaliste, ami de Sam. L'actrice est beaucoup plus âgée et quasi méconnaissable.

Andy est joué par Paul Smith, qui remplaça Bud Spencer dans des western spaghetti, avant d'être le gardien tortionnaire de Brad Davis dans « Midnight Express ».

Nous apprenons alors que Tony Alika et Johnny Moi sont copains comme larrons en foire. Tous deux préparent l'infiltration des syndicats hawaiiens par l'organisation Kumu.
Moi confie à Tony être tourmenté par l'ex flic Carew qui le suit partout.

Pour marquer leur territoire, les Kumo assassinent le cuisinier Benny (William Valentine).
On peut d'emblée reprocher à l'épisode de trop faire allusion à des épisodes passés qui rendent par exemple le personnage de Tony Alika incompréhensible au nouveau téléspectateur.

Steve apprend que Carew a eu sa femme et son enfant tués par l'organisation Kumo.

Andy devient le nouveau meneur contre Johnny Moi.

Kimo Carew tente d'écraser Johnny dans un garage souterrain. C'est l'occasiion pour le « nouveau » Moe, de faire connaissance avec Kimo et de lui faire rencontrer Mc Garrett. La nouvelle équipe se met en place. Mc Garrett tente d'engager Kimo, mais celui-ci refuse.

Le fils d'Andy est kidnappé, puis relâché. Avec tous ces redondissements, Jack Lord et Herman Wedemeyer sont un peu en retrait. 

Quelle drôle d'idée d'employer William Smith, célèbre pour ses rôles de méchants, et au physique ingrat, pour remplacer Danny ! Il fait plus peur qu'un gangster. James Mc Arthur a senti que le bâteau prenait l'eau de toutes parts, et il ne s'est pas trompé. La série sera annulée à mi-saison après seulement 19 épisodes dont ce pilote de 120 minutes aux Usa (Pub comprise).

On peut reprocher à « Un lion dans la lune » de nous montrer plus les truands que l'équipe de Five O et surtout de multiplier inutilement les personnages.

Andy remplace la police en fondant une milice anti kumu. Mc Garrett se contente de compter les coups. Andy arrête à la place de la police les ravisseurs de son fils. Le Jack Lord qui apparaît au générique sur sa terrasse d'immeuble date de 1968, il triche un peu sur son âge ainsi. Jack Lord a pris un sérieux coup de vieux. Ross Martin aussi, c'est l'un de ses derniers rôles. Mc Garrett semble avoir perdu la pugnacité de jadis. On regrette beaucoup de scènes de parlottes inutiles entre le gouverneur et lui, qui cassent le rythme de l'épisode.

La milice d'Andy attaque les jeux clandestins kumo. Que fait la police ? Elle brille par son absence. La population locale acclame Andy Kamolu. Nous voyons plus souvent à l'image Paul Smith que Jack Lord. On croit rêver !

Tandis que Steve tente une fois de plus de recruter Kimo, Alika et Johnny Moi préparent leur vengeance contre Andy. Ils cachent de la drogue chez Andy et la police vient l'arrêter.

Steve fait preuve de compréhension : il sait l'homme innocent. Avouons que Andy s'en sort mieux qu'avec une rafale de mitraillette.

Le rythme de ce pilote est long et l'on se prend à s'ennuyer, telle cette longue scène sur un gallion où Kimo et Steve bavardent. Où est passé le tonus de « Hawaii police d'état » ?

Kimo vient bousculer sur une plage Tony Alika, le flanque à l'eau et lui demande de prendre de grandes vacances. Puis Kimo rejoint ENFIN l'épuipe Five O. Il troque sa tenue costume cravate d'hommes d'affaires pour une chemise bariolée locale.

Tout cela est bien mollasson et Jack Lord fait le combat de trop. On comprend que la série est à bout de souffle. James Mc Arthur manque cruellement.

Même Jack Lord ne semble plus y croire. Il a le regard sombre, l'air las. Il nous impose même une longue promenade avec un prêtre qui tombe comme un cheveu sur la soupe. Même Barbara Luna a perdu sa beauté, c'est dire !

Ce double épisode n'augure rien de bon. Une femme policier va venir se joindre à l'équipe, Wo Fat va revenir. Espérons des moments plus palpitants.

L'homosexualité sous jacente de Tony Alika, à peine esquissée dans la saison 11, est ici évidente : pas de femmes dans son entourage, et il passe tout son temps à se faire masser par Billy Swann, un black qui lui sert de garde du corps-infirmier (Billy Swann, joué par un Jerry Boyd coupe afro typique époque blaxploitation). D'ailleurs, lorsque Kimo le jette à la mer, il se préoccupe autant du sort de son "ami" Billy Swann, assommé par Kimo, que de lui-même.
Les traditions se perdent. Tant Alika que Johnny Moi ne sont pas arrêtés, alors qu'ils ont tenté de tuer Andy et tué son meilleur ami. Mais Tony Alika reviendra dans l''épisode 5 de cette saison, alors la justice sonnera peut être.

L'épisode se termine par Steve et Kimo empêchant Andy de tuer Alika (Andy a pris la place de son petit copain Billy Swann) et par l'engagement de Kimo Carew dans l'équipe de Steve.

Retour à l'index


3. MÊME LES POLICIERS PLEURENT
(WHO SAYS COPS DON'T CRY)

Dans cet épisode réalisé par Jack Lord, nous allons voir arriver une nouvelle recrue, Lori Wilson (Sharon Farrell). Tout commence par un cambriolage qui tourne mal. Terry Pryor (Leeannah Roberts), une blonde avec des lunettes noires, vole son pistolet à un gardien. C'est le moment que choisissent pour attaquer un groupe formé de Lloyd Dawson (Darrell Fetty), d'un black, Otis (Johnny Walker), d'un chinois affublé d'une coiffure improbable, Reed (Reggie Ho).

Lori et son mari Kevin Wilson (Frankie Stevens) sont au mauvais endroit au mauvais moment. Une fusillade éclate. Terry est tuée, Llyod Dawson blessé, mais ce dernier a le temps de tuer Kevin.

La jeune femme décide de se venger et mène une enquête parallèle à la police, malgré les supplications de Kimo et de Mc Garrett. Elle part d'un vêtement que portait Terry et se fait passer pour sa soeur, ce qui lui permet de rencontrer un barman, Ben Dawson (Alan Fudge, l'une des vedettes de "L'homme de l'Atlantide). Ce dernier a soigné son frère Llyod, mais n'approuve pas ce qu'il a fait.

Un peu à la façon de Steed dans les New Avengers, Mc Garrett désormais se repose sur sa nouvelle équipe pour l'action. Le comédien a soixante ans (contre 53 pour Patrick Mc Nee lors de son retour dans "Chapeau melon). C'était aussi (53 ans) l'âge de Sean Connery dans son dernier Bond, "Jamais plus jamais". Lord est même plus vieux que Roger Moore (58 ans dans "Dangereusement vôtre). Alors, désormais, il se repose sur Kimo et Duke pour les scènes d'action.

L'épisode montre la longue quête de Lori jusqu'au moment où elle tiendra en joue le meurtrier de son mari, et choisira de ne pas faire justice elle-même et de rejoindre l'équipe de Five O.

Avec une équipe reconstituée, "Hawaii police d'état" repart vers de nouvelles aventures. Mais Jack Lord, qui a son mot à dire sur la distribution (n'oublions pas qu'il vira Al Harrington/Ben Kokua) a fait un bien curieux choix avec Sharon Farrell, actrice sans grâce, sans charme, et qui ne fait que hurler et pleurnicher. Aucun charisme. Nous voilà bien. Heureusement, William Smith prend ses marques dans le rôle de Kimo. Duke alterne le costume civil et comme jadis l'uniforme. Curieusement, le nouveau venu du pilote, crédité pourtant au générique, Truck Kealoha, est déjà en vacances. Pas sérieux tout cela.

Jack Lord accuse son âge et ne dévale plus les marches comme dans les premières saisons. On trouvera un peu curieux que les deux recrues, Lori et Kimo, ont tous les deux perdu leur famille, époux pour Lori, femme et enfant pour Kimo. Est-ce la nouvelle condition pour être recruté par Mc Garrett ?

Quelque chose nous laisse pressentir que ce sera la dernière saison. Même si cet épisode est plus réussi que le pilote, il manque trop d'éléments clefs : Danny, Chin Ho, Che Fong, le procureur Manicote. Et surtout la forme et la jeunesse de Mc Garrett.

Retour à l'index


4. LA FIN DU PARADIS
(THOUGH THE HEAVENS FALL)

Formidable épisode qui emprunte à de nombreuses références, mais dont le fondement se retrouvera en 1983 dans le film "La nuit des juges" (1983) avec Michael Douglas et Hal Halbrook.

Parmi les références, "Mission Impossible" avec l'infliltration des "juges" par Truck et Kimo. Truck joue les serveurs de bar, et Kimo les professeurs d'arc. Les juges font partie d'un club sportif de riches gentlemen qui joue au "Most dangerous game" avec ceux qu'ils condamnent. Si vous connaissez "Les chasses du Comte Zaroff" (The most dangerous game), la nouvelle de Richard Connell qui a inspiré plusieurs films, vous en savez le principe : on chasse l'homme comme le tigre dans un safari.

Cette-fois, l'équipe est complète : tout le monde est sur le pont pour ce superbe épisode. Lori, Truck, Kimo (qui va avoir droit à son "book'im Kimo"!). Clin d'oeil au spectateur : Jack Lord ajoute "pour la première fois" !

Le début est ultra violent : nos gentlemen sportifs chasseurs d'hommes complètement cinglés tendent un piège à une bande qu'ils ont repéré dans un tribunal et qui a été relâché (ce que nous comprenons par la suite).

Richard Slade (Robert Reed, le lieutenant Tobias de "Mannix", de retour au pays de Mc Garrett après l'épisode "Meighan" 11-14) feint de boîter. Il est attaqué par l'un des membres de la bande. Il sort alors un sabre, et nous nous croyons dans "Highlander", il fait passer ad patres illico presto l'homme. Sans le décapiter quand même. Un autre larron est attrapé par une sorte de lasso serti de poids (dont on se sert au club sportif, comme le trouvera Kimo) et massacré.

Seul piste pour Steve et sa nouvelle équipe : on a vu une limousine et elle appartient à un club de sport privé. Steve s'y rend et rencontre le directeur, Elliott Webster (Dennis Patrick) qui n'est au courant de rien. Sa fille se fait courtiser par Kimo, qui tire mieux à l'arc qu'elle. Diana Webster (Elyssa Davalos) se laisse séduire. Pourtant, elle est bien jeune pour William Smith qui n'est vraiment pas beau gosse.

Les gentlemen se réunissent comme les envahisseurs dans "Action de commando" ou le Spectre dans "Opération tonnerre". Ils viennent d'assister au procès de Howell (Michael Strong), relaxé pour le meurtre de sa femme, et n'hésitent pas au prix d'une escalade digne d'un film de montagne d'aller kidnapper l'homme dans sa villa sur une falaise. Howelll n'a pas voulu écouter les avertissements de Lori et Kimo.

Mais bientôt, c'est Kimo et Truck qui se font prendre en téléphonant à Steve, et se retrouvent jugés et condamnés à mort. Ils retrouvent Howell. Au moment où Slade va jouer le comte Zaroff, Steve arrive en hélicoptère et toute la HPD (Honolulu Police Department) envahit le club privé.

La dernière scène est un affrontement verbal entre Steve et Slade. On vient de retrouver l'assassin de la femme d'Howell. En guise de justicier, Slade est le pire des assassins.

Book him Kimo, et avec un clin d'oeil, "pour la première fois".

Bravo Jack Lord, vous avez redonné à la série son panache perdu.

Retour à l'index


5. LE MAUVAIS SIGNE
(SIGN OF THE RAM)

Tout d'abord, on ne comprend pas pourquoi sont crédités au générique Duke et Truck alors qu'ils n'apparaissent pas dans l'épisode.

Ici, l'équipe se résume à un trio : Mc Garrett qui passe la plupart de son temps loin du terrain, dans son bureau, excepté pour assister à des matchs de boxe. L'épisode repose sur les épaules de William Smith/Kimo car le jeu d'actrice de Sharron Farrell est malheureusement très limité.

L'épisode reprend le canevas de "Horoscope pour un meurtre" (11-02), hélas, à la place de Samantha Eggar, nous avons une actrice peu charismatique, plus âgée, Jayne Meadows, dans le rôle de Jessica Humboldt. Ce qui nous surprend d'emblée, c'est la façon dont Steve est réceptif à cette astrologue, alors qu'il était sceptique avec Agnès du Bois. Pourtant, Jessica est cent fois moins convaincante, d'autant plus que l'actrice a un jeu trop exagéré, gesticule, hurle, n'hésitant pas à aller à narguer un gangster nommé Eddie Marco (Antony Ponzini) qui la laisse partir au grand étonnement du tueur à gages Joe Donovan (Eddie Firestone).

Tout commence par l'assassinat d'un manager de boxe par Donovan. Eddie Marco, commanditaire du meurtre, s'impose dès lors comme l'organisateur et le bookmaker des matchs de boxe et organise un grand match avec son poulain, Pete Shore (Joe Moore). L'intrigue copie en fil rouge le film "L'arnaqueur" avec Paul Newman. Pete Shore accumule les rounds, semble être battu, pour finalement l'emporter sur son adversaire qu'il ne va laisser seulement KO, mais mort sur le ring.

L'enquête de Steve, où plutôt téléguidée par lui, car ce sont Kimo et Lori (autant dire que le pauvre Kimo n'est guère aidé et livré à lui-même) et de savoir qu'elle est l'implication de Marco, et si l'adversaire malheureux de Shore était doppé ou non.

Le réalisateur Ralph Levy a une curieuse idée. Il juxtapose des stock shot de vrais matchs de boxe à des plans zooms sur Shore. L'effet n'est pas réussi. Marco et Donovan organisent un autre match avec Shore, auquel assiste le trio de Five O.
Pour cela, ils téléphonent à tous les bookmakers de l'île. Au sixième round, Shore refait son jeu de l'arnaqueur. Chaque fois qu'on le croit groggy, il se rétablit (et finira par vaincre le match).

Il faut dire que Steve et Kimo ont fait dans les coulisses échouer le plan de Marco en empêchant in extremis Donovan de tuer Shore.

Book him Kimo.

Si l'opus précédent était très réussi, celui-ci atteint péniblement les deux melons. On reprochera au réalisateur de s'appesantir sur les scènes de ring qui comblent les vides de l'intrigue. Quand à la voyante, zéro pointé, une interprétation surjouée d'un bout à l'autre par Jane Meadows. D'ailleurs Kimo et Lori ne la prennent pas au sérieux, seul Steve l'écoute sans sourire lorsqu'elle étale dans son bureau ses cartes avec des planètes dessinées.

Retour à l'index


6. LES BONS EMPLOYÉS SONT RARES
(GOOD HELP IS HARD TO FIND)

Pour comprendre ce magnifique épisode, qui risque à la première vision de laisser des points d'interrogations à ceux qui n'ont pas vu « Un deuil dans la famille » (10-24), « Numéro un à éliminer « (11-12 et 11-13), « Les coulisses de l'affaire » (11-17), « Un lion dans la lune » (12-01), « Hawaii police d'état » étant devenue une série/feuilleton, il faut faire un petit rappel.
Une organisation criminelle appelée Kumo, basée à San Francisco, a décidé d'investir Hawaii. Dans « Un deuil dans la famille », Chin Ho Kelly, voulant l'infiltrer, s'était fait tuer par Jimmy Rego, un membre de Kumo. Le chef de Rego, Cappy Pahoa (dont nous n'avons plus entendu parler) n'était pas membre de Kumo et n'avait pas ordonné le meurtre de Chin Ho.

Mais l'un de ses hommes, Billy Swann, un black à coupe afro typique 70 comme on en voit dans les films de blaxploitation, également membre de Kumo, a pu se sauver, tandis que Rego a été arrêté par Mc Garrett.

Depuis, Billy Swann est devenu le « masseur particulier » d'un gangster nommé Tony Alika (Ross Martin), l'un des chefs de Kumo, entretenant avec son chef une relation assez ambigüe. Au cours de plusieurs épisodes de la saison 11 et 12, nous avons vu que Alika réussissait toujours, avec de bons avocats, à se tirer d'affaire.

Cette-fois, l'organisation Kumo décide de détruire ni plus ni moins la police d'état Five O, en organisant avec l'aide complaisante d'un reporter télé, un discrédit de l'équipe de Mc Garrett.

Tout d'abord, suite à un faux renseignement, l'équipe Five O, Kimo Carew en tête (Mc Garrett avec la soixantaine ne sortant plus de son bureau) investit une cachette supposée receler un véritable arsenal. Hélas, ce faux tuyau discrédite Five O qui se trouve avec un diable sorti d'une boîte et une bande magnétique enregistrée qui fait croire aux policiers à des tirs de gangsters.

Kumo, à travers Tony Alika, veut éradiquer de l'île Mc Garrett et ses hommes, déployant des moyens rarement atteints, même par le légendaire espion chinois Wo Fat. Ils se servent d'une femme de ménage, Liani (Josie Over, éphémère remplaçante de Che Fong dans le rôle de « Charlie » maître es gadgets) comme cheval de Troie. Elle a accès au dossier de Kimo Carew et va le photocopier pour que l'on puisse imiter sa signature et le compromettre comme ripou. Elle va aussi à discrétion pouvoir déposer et enlever un pot de crayons et stylos contenant un micro, qui permet à Alika de tout savoir de ce qui se passe dans le bureau de Mc Garrett.

Résultat : Kimo est compromis dans le meurtre de l'informateur de Truck, Joey (Dave Lancaster) et suspendu de ses fonctions par une sorte d'IGPS locale, menée par le lieutenant Dexter (Jason Evers, vu dans « Mannix » et « Les envahisseurs »).

Kumo et son bras armé Alika tendent un piège à la police d'état en la faisant intervenir sur la base de fausses informations devant…un groupe de petits garçons hawaïens en train de jouer de la musique. Retransmis à la télévision, ces incidents arrivent quasiment à détruire la crédibilité de Mc Garrett et Tony Alika jubile.

Truck, affecté par la mort de Joey qui était un ami, s'en prend même à Kimo. A un certain moment de l'épisode, on pense que Kumo va vaincre, balayer la police d'état et s'installer dans l'île pour y implanter ses activités (drogue, prostitution, racket, etc).

Mais Kimo, qui véritablement remplace en tout Mc Garrett (on se dit que s'il y a une 13e saison, William Smith remplacera Jack Lord) découvre le pot aux roses, pardon le pot à crayons, et surprend la femme de ménage Liani en train de fouiller. D'ailleurs, Jack Lord joue les Peter Falk/Columbo en apparaissant vingt minutes après le début de l'épisode !
Dès lors, Mc Garrett peut tendre un piège fatal à l'organisation Kumo.

Tony Alika abrite chez lui l'assassin de la femme et du fils de Kimo, Guido Mariani (John P Ryan). Terrifié en voyant Kimo dans la propriété d'Alika, il veut s'enfuir. Il est caché derrière un bosquet et Kimo ne l'a pas vu. Alika le rassure. Kimo va être jugé pour le meurtre de Joey et ne représente aucun danger.

En utilisant le micro, l'équipe de Mc Garrett cerne sur une plage une équipe de Kumo venue apporter des armes. L'opération manque être gâchée par Kimo qui reconnaît Mariani et se lance à sa poursuite. Mariani se réfugie sur une falaise dont il tombe en se retenant par les mains, Mc Garrett supplie Kimo de le sauver, car c'est son rôle de policier. Jack Lord lui lance « Revenge is a bad word ».

Finalement, Kimo tente de sauver l'homme en le tirant par la manche qui se déchire et l'homme s'écrase sur les rochers. Bon débarras.

Bémol de l'épisode : cette cruche de Lori qui s'esclaffe lorsque Five O est ridiculisé par les petits musiciens. Il y a des baffes qui se perdent.

A noter que William Smith conduit désormais la fameuse Ford noire tant vue et que seul Mc Garrett pilotait, que Lord reste le trois quart de l'épisode dans son bureau. L'heure de la retraite a sonné.

Devant cette débâcle, l'organisation Kumo, qui a vu le reporter retransmettre le triomphe de Mc Garrett sur la plage, décide de mettre un contrat sur la tête de Tony Alika.

Aussi, Mc Garrett et Kimo avec une satisfaction non dissimulée, viennent-ils le lui annoncer, troublant son refuge dans un appartement de luxe qu'il partage avec Billy Swann.

Tony Alika comprend que c'est la peine de mort pour lui. Aussi préfère-t-il Mc Garrett et sa justice à Kumo et ses tueurs et avoue-t-il le meurtre de Joey.

L'épisode se termine par un mémorable : « Book him Kimo »

Cette-fois, tout le monde est de la partie, Duke, Lori, Truck, Kimo, Steve, le gouverneur Paul Jameson.

Infos supplémentaires
Le personnage de Billy Swann change d'interprète entre "Un deuil dans la famille" et "Les bons employés se font rares" : Il est d'abord joué par Vic Malo, (Un deuil dans la famille, Numéro un à éliminer), Jerry Boyd ("Les coulisses de l'affaire", "Un lion dans la lune", "Les bons employés se font rares").

Est-ce parce-qu'il nous a marqué en Artémus Gordon ? Ross Martin/Tony Alika ne restera pas dans les annales de la saga comme l'un des plus grands méchants au même titre que Vashon, Wo Fat et Ralston. De plus, le côté effeminé voire carrément homo et l'omniprésence de son masseur Billy Swann affaiblissent son potentiel de dangerosité. On le sent vulnérable plus que fort et déterminé. Dans de nombreuses scènes, il est le seul truand à se laisser molester (Kimo lui renverse du café sur sa chemise dans "Les bons employés se font rares" après l'avoir jeté à la mer dans "Le lion dans la lune".)

Retour à l'index


7. L'IMAGE DE LA PEUR
(IMAGE OF FEAR)

Splendide et original épisode. Il marque la toute dernière apparition à l'écran de la belle Linda Marsh. Celle-ci a choisi de prendre une retraite anticipée à...40 ans. Pour mémoire, j'ai découvert cette comédienne dans le film "Homebodies" sorti en France sous le titre "La tour des monstres". Elle a fait du théâtre avec John Gieguld, et fut une vedette invitée de "Mannix", "Les mystères de l'ouest", "Les rues de San Francisco", "L'homme qui valait trois milliards". Elle avait quarante ans en 1979. Ressemblant un peu à Jessica Walter, j'ignorais que la coquine avait tourné un film X, "Stop" de Bill Gun (jamais distribué).

Ici, elle est Joan Carter, une amie de Steve, en instance de divorce de Gary Carter (Guy Boyd). Elle vit avec sa fille Annie (Katie Kurtzman) et a une relation avec un autre homme, Stan Thomas (Wayne Ward). Elle a eu, il y a quelques années, quelques troubles mentaux. Or, une nuit, elle entend un voleur dans sa villa et l'abat. Il s'agit de Robert Kwon (Soon Taik Ho, Hip dans le Bond "L'homme au pistolet d'or").

Problème : on ne trouve pas de cadavre. Le trio Mc Garrett-Kimo-Lori mène l'enquête. Joan s'aperçoit que l'homme (dont elle saura plus tard l'identité, Kwon donc) la suit et elle l'agresse. Ce dernier se plaint à la police et l'accuse de folie.

Peu après, Kwon qui ne cesse d'apparaître et de disparaître, et que seule Joan voit (comme David Vincent seul à voir les envahisseurs!), tue deux oiseaux exotiques que possède la jeune femme. Elle appelle Steve : les oiseaux sont vivants. Lori découvre que Kwon a acheté deux oiseaux exotiques dans une animalerie semblable à ceux de Joan. Kimo soupçonne le futur ex mari, Gary, d'être l'auteur de cette sinistre farce pour apeurer et garder sa femme.

La vérité est plus effrayante que le visage de Soon Taik Ho. C'est la propre fille de Joan, Annie, qui a monté toute l'affaire. Elle a en fait engagé Kwon pour qu'il rançonne sa mère et lui extorque 10 000 dollars. Steve le comprend car Annie lui a donné une fausse piste (un phare) pour le lieu de la rançon. Annie porte un sac de friandises du parc aquatique où travaille Kwon. Kimo arrête ce dernier, et malgré les protestations de la mère et les larmes de crocodile de la fille ordonne pour la première fois, avec un "Book em Kimo", l'arrestation d'une très jeune fille.

Cet épisode est à la fois une réflexion sur le changement de la jeunesse à l'aube des années 80, capable d'aller jusqu'à s'en prendre aux parents, mais aussi un fameux suspense de facture assez classique. Jack Lord, malgré ses 60 ans, court dans le parc aquatique pour attraper Kwon. C'est un fait rare dans la saison 12.

Quel dommage en tout cas que Linda Marsh ait arrêté si jeune sa carrière.

Retour à l'index


8. SERS-TOI DE TON ARME
(USE A GUN, GO TO HELL)

Cet épisode est un remake de "Le journal de l'assassin" (07-23). Un pistolet qui passe de mains en mains et fait des victimes. Cela ne date pas d'ailleurs de "Hawaii Police d'état" puisque dans "Alfred Hitchcock présente", l'opus "Haut les mains!" était sur le même thème.

Trois paumés, Rolly (Paul Koslo), sa petite amie Perky (Nicole Erickson) et leur complice Tanami (Richard Dimitri) ont volé une arme dans la collection de Roger Bancroft (Andrew Duggan, la vedette de la série western "Le Ranch L"). Ils braquent un épicier qui donne un coup de poignard à Tanami. Tous deux se retrouvent à l'hôpital, mais le pistolet ayant disparu, Tanami est relâché.

On court ensuite après ce pistolet. Il est passé par ici, il repassera par là, provoquant moult drames au passages. Rolly l'a posé sur un rocher, un enfant le trouve et croyant que c'est un jouet tire sur sa sœur. Mc Garrett consolera l'enfant à l'hôpital, après qu'un chirurgien ait sauvé sa sœur. C'est un accident. Mais en demandant à l'enfant où est le révolver, que le petit a jeté dans une poubelle sur la plage, Steve perd son temps. Rolly l'a récupéré. En s'amusant avec Tanami, il va le tuer pour de bon, puis tuer aussi accidentellement sa fiancée, la jolie Nicole Erickson dont le seul autre rôle est dans un épisode de "Kojak", Mary Jane dans l'épisode 5 de la saison 5 "Justice for all".

Les experts de la police sont formels : l'arme a servi il y a six semaines à tuer un sénateur. Elle a été volée chez Bancroft. Mais Rolly fait chanter Bancroft car il sait que son fils est l'assassin du sénateur.

Mieux construit que son modèle de la saison 7, l'épisode est plaisant si l'on passe sur quelques invraisemblances. Bancroft père lors de l'arrestation de son fils menace Mc Garrett d'une arme et la lâche au bout d'un sermon de Steve sans être arrêté alors que le fils a droit évidemment à un "Book'm Kimo".

Globalement, les acteurs jouent bien, ce qui fait passer quelques détours du scénario un peu improbables. Par exemple, Rolly laisse sa voiture, une décapotable rouge, devant la villa Bancroft pour les compromettre. Egalement, lorsqu'il a tué par erreur la jolie Perky, Rolly se déguise en femme, teignant ses cheveux blonds en brun, se coiffant d'un chapeau de femme, de lunettes de soleil et prenant le volant de la coccinelle bleue de sa défunte amie.

Duke, Kimo, Steve ne chôment pas. Truck ne fait pas partie de l'épisode. Lori oui, mais elle ne sert à rien. Sharon Farrell accumule les maladresses dans son jeu de comédienne. La choisir pour figurer dans la distribution de façon permanente est un désastre.

Retour à l'index


9. LA VOIE DE LA TERREUR
(VOICE OF TERROR)

Episode sans Kimo ni Lori.

Très violent, "La voie de la terreur" nous permet de retrouver le comédien Cal Bellini que j'avais qualifiée de "Erik Estrada du pauvre" pour un autre épisode, mais qui est ici fort convaincant. Le réalisateur a choisi de situer l'histoire dans le cadre d'une unité de lieu. Tout se déroule donc dans une voiture de police volée par des "révolutionnaires" qui ont tué un policier et pris une femme policier, Sally Dean (Mary Angela Shea) en otage.

A un stop, deux policiers dont Sally trouvent les occupants d'une berline suspects et les prennent en chasse. A bord se trouvent Karl (Cal Bellini), Mark, un irlandais (Kas Garas) et Willa (Anne Zimmerman). Ces trois terroristes ont un véritable arsenal avec eux et veulent faire sortir de prison deux de leurs camarades, Stephan et Gino. L'affaire tourne mal puisque le coéquipier de Sally Dean est froidement abattu et la voiture volée, pour ensuite stationner en haut d'une colline avec vue sur la mer. Le siège se fait rapidement à l'endroit et Mc Garrett doit négocier avec les terroristes.

Cet épisode est un peu en avance sur son temps. Il y a là deux sud-américains et un irlandais. Mark, laissé pour mort lors de la fuite de Karl et Willa, est en fait en parfaite santé. Cette internationale du terrorisme évoque plus l'actualité des années 2010 que les groupes datés comme ceux qui existaient en 1979 lors de la diffusion de cet épisode. Deux volontaires essaient d'aller désarmer le couple terrible : Truck Kealoha et Tom Kellogg (Danny Kamekona) déguisés en randonneurs tentent de donner le change. Mais ils sont reconnus. Tom est froidement tué. De leur quartier général improvisé, les forces de Five O découvrent que Kellogg n'est pas mort et proposent à Karl d'évacuer le cadavre. Cela ne le dérange pas. Hélas, Tom a perdu beaucoup de sang et ne survivra pas. Nous assistons à une scène de désespoir rare chez Mc Garrett. Peut-être se sent il trop vieux et impuissant pour sa fonction. Duke vient interrompre son chagrin.

Les comédiens sont tous excellents. Steve parlemente avec le gouverneur mais il n'est pas question de libérer Stephan et Gino. Quand à l'irlandais, c'est un fou furieux avec lequel toute transaction est impossible. Steve tente bien de le faire passer pour un traître aux yeux de Karl, mais Mark ne mord pas à l'hameçon. Le final nous permet de voir arriver deux ombres censées être Stephan et Gino et Mark avec sa casquette si familière et son uniforme blanc. Sauf que Mc Garrett est déguisé en Mark et abat sans sommation Karl. Gino et Stephan sont des policiers. Willa menace bien de tuer à bout portant la pauvre Sally, avant de lâcher prise. Truck, enchaîné à la calandre de la voiture est libéré, et Steve porte Sally, saine et sauve dans ses bras.

L'idéologie des terroristes n'est jamais explicitée, et l'on peut penser que leur entreprise était perdue d'avance. Bilan: deux policiers tués, ainsi que le chef des révolutionnaires. On se passe agréablement de Sharon Farrell et de ses airs niais. Truck n'a pas le charisme de Kono ou Chin Ho. Jack Lord - plus en forme que dans les précédents opus - est cette-fois sur le terrain, et Kimo aurait fait double emploi. Un épisode qui prouve que la saison 12 a encore des surprises à nous réserver. D'autant plus qu'habilement, ce siège ne ressemble pas à des épisodes phares comme "Tireur d'élite" ou "Paniolo".

Retour à l'index


10. LA TOMBE
(A SHALLOW GRAVE)

Episode sans Truck.

Le surnaturel et "Hawaii police d'état" font rarement bon ménage ("Les torches" 10-05). Ici, nous assistons aux visions de Mike Harper (John David Carson), un jeune homme qui a quitté Hawaii en 1959, soit il y a juste vingt ans. Dans ses cauchemars éveillés, il voit un certain John Tarnow (Bill Edwards) l'ensevelir dans une tombe.

Pendant ce temps, Phil 'Buzz' Coleman (John Ireland, vu dans "L'homme de Vienne") sort de prison. Il a été condamné à vingt ans pour un hold up. On n'a pu prouver qu'il était également un assassin, ni qu'il avait un complice en la personne de Tarnow. Kimo, qui surprend souvent Mike dans les environs de Tarnow, se rend compte de la confusion du jeune homme. Il le conduit donc chez Steve. Le docteur Ramsey (Linda Ryan) le plonge sous hypnose. Mike parle d'un tueur vêtu d'une cape, ce qui retient l'attention de Mc Garrett, car Coleman en possédait une lors de son arrestation et cet élément n'a jamais été divulgué.

Le complice Phil Coleman est assassiné. Steve met sous surveillance le couple Tarnow, c'est à dire son épouse, Norma (Patricia Herman) et le mari. Poursuivant son enquête, Mc Garrett découvre que Mike n'a vécu que trois ans à Hawaii, étant l'enfant naturel de Mrs. Harper (Electra Gailas). Pour éviter les ragots, cette dernière a voulu éloigner un enfant naturel de la société hawaienne de l'époque. Mike finit par fausser compagnie à l'équipe de Five O mais se retrouve en bien mauvaise posture, cerné par le couple, Norma et John.

Après Agnès du Bois dans "Horoscope pour un meurtre" (02-11), Steve a compris qu'il pouvait faire confiance aux médiums, même si Mike est plus sujet à des hallucinations qu'à des prédictions. Les scènes où Mike voit l'homme à la cape sous une pluie battante près d'une tombe sont dignes d'un film d'horreur. Et elles deviendraient réalité si Steve et son équipe n'intervenaient pas à la fin de l'épisode, lors du célèbre "Book'em Kimo", arrêtant le couple et découvrant un crâne au fond de la tombe creusée pour Mike.

L'épisode alterne avec succès des séquences dignes d'un film d'horreur avec l'enquête policière, on ne dira pas traditionnelle vu l'intervention du docteur Ramsey.

L'interprétation de John David Carson permet de rendre cohérent et vraisemblable le scénario de Bob et Esther Mitchell aux frontières du fantastique. On peut être étonné de voir Steve/Jack Lord si vite convaincu de la réalité des visions du jeune homme. L'épisode est effrayant mais sans jamais tomber dans l'absurde, et c'est une conclusion cartésienne à laquelle nous assistons.

Avec sa cape sous la pluie au bord de la tombe, Bill Edwards semble sortir d'un slasher avant la lettre. Mais le metteur en scène Dennis Donnelly met l'accent sur le visage de Mike lors de ses hallucinations.

Si Bill Edwards nous est si familier, c'est qu'il fut le chef du FBI Jonathan Kaye dans la série de 1973 à 1977, c'est à dire le contact privilégié de Mc Garrett à Washington.

Linda Ryan qui joua en guest star onze fois dans la série interpréta par deux fois, sous le nom du docteur Judith Patrick, un personnage similaire au docteur Ramsey ("Une bombe bien curieuse" 07-05 et "Je recommencerai" (07.03). On aurait pu lui redonner le nom de son personnage, Patrick, au lieu de Ramsey, puisque c'est carrément le même. Par contre, même si Bill Edwards ne voulant plus jouer dans la série avait laissé sa place à d'autres comédiens dans le rôle de Jonathan Kaye, on aurait pu utiliser un autre comédien tant son visage nous est familier. On prend le téléspectateur pour un amnésique, comme on le fit avec John Mossman, qui était au début le lieutenant de police George Kealoha (saison 1), puis un autre membre de l'équipe, Frank Kamana, en 1974-1975, tout en redevenant pendant cette époque un truand, Shatner, dans La succursale" (07-11)

Un épisode éprouvant pour les nerfs, mais fort réussi. Quelques lenteurs lors des scènes d'hypnose l'empêchent d'atteindre la note maximale.

Retour à l'index


11. KAHUNA
(THE KAHUNA)

Conseil d'ami, zappez cet épisode, j'ai eu du mal à tenir jusqu'au bout. Il est ennuyeux à mourir, incohérent, mal joué, et devient un sérieux concurrent pour le plus mauvais épisode de toute la série, pire que la saison 7, c'est dire !

Tout d'abord, Jack Lord est aux abonnés absents. La soixantaine ne lui réussit pas. Crise de rhumatismes ? On le voit au début et à la fin, et une apparition rare au milieu de l'épisode.

Un savant fait du trafic de plutonium. Il a déjà causé la mort d'un indigène. Lui même lors de son arrestation se tue. Le docteur Karen Lynch (calamiteuse Cathy Lee Crosby, première "Wonder woman") se rend à la cérémonie funéraire.

Puisque Lori et Duke sont absents, que Mc Garrett fait grève, c'est le trio Karen/Kimo/Truck qui mène l'enquête. Truck rencontre le "Kahuna", un ancien qui se prétend tel, et croit être l'objet d'une malédiction parce qu'il a donné un coup de pied dans un objet déposé par le vieil homme.

Pas très sérieux pour un membre de l'équipe Five O. En réalité, Truck a été irradié par du plutonium, mais pour des raisons inconnues, on attend la fin de l'épisode pour le soigner et le rapatrier à Honolulu.

Truck sur la touche, c'est Karen Lynch et Kimo qui mènent l'enquête. Le responsable du trafic est George Lamb (Don Knight). Don Knight était le légendaire Fletcher, éternel poursuivant de "l'immortel" Christopher George. Mais ici, Knight qui avait bien du talent dans "Les voies de l'amour" et "Le reflet du sang", deux épisodes des premières saisons, est méconnaissable et joue comme un cochon. Il est hystérique et pas crédible une seconde. Il aura droit à la fin à un "Book him Kimo" lancé par un Mc Garrett de retour, mais la fin de l'épisode montre ENFIN Truck soigné sur un lit d'hôpital.

Comment a-t-on pu engager Cathy Lee Crosby pour "Wonder Woman", très très loin d'avoir la plastique de la pulpeuse Lynda Carter. Mais non seulement, maigre et sans saveur, elle n'est pas attirante même en maillot de bain, il se trouve en plus qu'elle joue mal.

C'est un gâchis complet et franchement, si James Mc Arthur a vu cet épisode, il a dû être content de ne pas avoir signé pour la saison 12 et de ne pas se retrouver dans cette galère.

Il n'y a rien à sauver dans cet épisode, je vous recommande de le fuir. On voit beaucoup Truck/Moe Keale qui n'a pas le talent de Kam Fong ou de Zulu, c'est à dire Chin Ho et Kono, eux aussi sans doute heureux d'avoir quitté le navire à temps, car il prend l'eau de toutes parts.

1/4 et cela méritait même un zéro pointé.

Retour à l'index


12. LE LABYRINTHE INFERNAL
(LABYRINTH)

Jack Lord aurait dû nous prévenir : qu'il allait faire une saison 12 tout en prenant sa retraite. On ne le voit ici qu'au début et à la fin. Il laisse l'enquête à la cruche Lori et à Kimo. Dans l'épisode apparaît aussi Duke.

Quand au scénariste Paul Playdon, il s'est trompé de série. Je le soupçonne d'avoir vu les avengers et tout spécialement les épisodes sur les doubles comme "Interférences". En tout cas, il peut se vanter d'avoir écrit ici une histoire dont aucune maison de production n'aurait voulue, tant elle est incroyable.

De plus, Mc Garrett va découvrir la vérité à la fin des cinquante minutes alors que le téléspectateur a tout deviné depuis longtemps.

Il était une fois un docteur chirurgien esthétique, Kenneth Ames (James Olson, qui devient un abonné en guest star de la série) dont la femme était riche et moche. Il a une maîtresse, la splendide Lisa (Tricia O'Neil, elle aussi de retour dans Hawaï. Tricia est fort jolie et fut l'une des premières actrices à se montrer nue à la télé américaine dans "Charlie Cobb détective" dans les années 70, lorsque ce n'était pas l'usage).

Aussi, un an et demi avant que l'épisode commence, Ames provoque un accident de voiture un jour où la route est glissante pour cause de pluie. Il s'arrange pour que sa femme soit défigurée et que lui s'en tire intact.
Puis, il opère sa femme et lui donne le visage de... Lisa, sa maîtresse.

Sauf que doté de deux femmes au même visage, il a une "officielle" certes riche mais frigide, et qui fait une dépression avec son nouveau visage qui ne lui ressemble pas, et doit continuer à voir en cachette la coquine Lisa.

Lisa et le docteur décident de simuler un enlèvement afin de se débarrasser de la malheureuse épouse. Lisa pourra remplacer la vraie Christine Ames après le kidnapping, pendant lequel on aura tué et fait disparaître le corps de la femme encombrante. Au passage, on aura encaissé la rançon due à la fortune de Christine.

Mais malgré ce scénario digne des avengers, on en rajoute. Lisa est la maîtresse du chauffeur de son mari, Larry Wilkens (Ted Hamilton) et elle "double" son mari. Wilkens ne le sait pas mais il est lui même doublé par Lisa. On rejoint là le scénario du film "La fièvre au corps" (Body Heat) de Lawrence Kasdan (1981).

Aussi, lorsque le mari se rend pour porter la rançon, qu'il remet à Lisa venue de la mer telle une sirène vénéneuse en tuba et tenue de plongeur, celle-ci après un fougueux baiser met sur le yacht (enfin sous) une bombe.

Vous suivez toujours ?

Lisa s'éclipse avec la rançon puis réapparaît comme si elle avait été libérée. Mais à peine l'équipe de five O est-elle partie, Wikens propose de trinquer à la victoire et drogue le verre de ce bon docteur qui comprend qu'il a été dupé. "Je ne suis pas douée pour être femme au foyer" lui assène Lisa.

Elle est la maîtresse du chauffeur, mais partant en yacht, elle le laisse seul à bord s'étant sauvée en tenue de plongée. Wilkens comprend qu'il y a une embrouille en ne retrouvant pas sa muse, mais il n'a pas trop le temps de se poser des questions : le yacht explose.

Ce que nous ne voyons pas, c'est que Lisa se rend dans la cabane où la malheureuse Christine est depuis le début ficelée, l'assassine et prend sa place.

Lorsque Mc Garrett daigne enfin sortir de sa retraite pour venir arrêter le docteur Ames, il le trouve endormi et drogué. Il lui demande alors des précisions sur le lieu où se trouve sa vraie femme qu'il retrouve miraculeusement en vie.

Car le plan machiavélique de Lisa, est de récupérer la fortune de la vraie Christine, d'envoyer son amant toubib en prison et elle s'est déjà débarrassée de son autre amant le chauffeur.

Malheureusement pour elle, Mc Garrett comprend qu'il a affaire à Lisa, telle Emma Peel face au faux professeur Stone. C'est par un rouge à lèvres, celui de la vraie Christine, qu'il confond la criminelle. "Book 'er kimo".

L'épisode doté d'un scénario aussi invraisemblable et d'autant de coups de théâtre, telle une poupée russe, n'avait aucune chance d'être une réussite dès le départ.

Il est de plus plombé par l'absence de Jack Lord et la trop grande présence de la cruche Sharon Farrell. William Smith fait ce qu'il peut pour sauver les meubles, mais la série a perdu son identité. Cela ne ressemble plus à "Hawaii police d'état".

Quand on voit la carte d'identité du laideron que Tricia O'Neil est censée remplacer, on se dit que les chirurgiens esthétiques peuvent bien faire des réussites, mais pas des miracles. Tricia O'Neil outre son sex appeal est une actrice de talent, et elle joue habituellement les garces. Elle est assez à l'aise dans son rôle. James Olson, après nous avoir composé le rôle d'un officier nazi dans la série, fait ici son travail sans éclats mais sans fêlures.

Mais quand on se retrouve avec une histoire à dormir debout, les meilleurs acteurs du monde ne peuvent rien faire pour sauver l'entreprise du naufrage. Quant à l'absence de Mc Garrett, elle devient vraiment pénible et ne fait que s'accentuer au fil des épisodes.

Cet épisode est le dernier diffusé aux USA en 1979, la série va se voir annuler en 1980. Franchement, ce n'est pas une surprise. Il aurait fallu avancer l'arrestation de Wo Fat dans la saison 11 et en rester là.

Notons que l'absence de James Mc Arthur/Danno se fait cruellement sentir.

Retour à l'index


13. L'ÉCOLE DES ASSASSINS
(SCHOOL FOR ASSASSINS)

Cet épisode est un cas à part : en soit, il est excellent, mais complètement hors sujet dans "Hawaii police d'état".

On a l'impression de voir un téléfilm d'aventures/espionnage non réaliste façon "Le Saint", "Les champions" ou "Chapeau melon et bottes de cuir", mais certainement pas une enquête de Mc Garrett, dont le domaine d'action est plutôt celui de Stone des "Rues de San Francisco" ou de "Kojak". Et l'espionnage n'est pas justifié par les actions communistes souvent dirigées par Wo Fat depuis la Chine.

A noter qu'en VO, Jack Lord rencontre une vieille dame handicapée qui observe avec un télescope le paysage et lui dit qu'il appartient à la police d'état : "I'm police, state police". Jusqu'ici, il disait Hawaii Five O ou HPD - Honolulu police department. Donc le titre français de la série est assez logique.

Dans cet épisode, on retrouve tous les poncifs que l'on croise chez Simon Templar. Un colonel mystérieux, qui possède une véritable forteresse et une armée privée. Cela, c'est pour le côté "Les mercenaires" dans la série "Le Saint" ou "L'invasion des terriens" chez les Avengers. Le colonel Avery (Llyod Bochner, bien plus convaincant dans l'épisode "Meutre amour et poésie") recrute ses nouveaux éléments en leur faisant subir des épreuves dignes de James Bond ou de Mission Impossible.

Nous assistons donc à l'entrée dans le groupe clandestin d'un certain Kelsey (Gary Lockwood) qui réussit à pénétrer dans la forteresse jusqu'au bureau du colonel en truquant une caméra de surveillance qu'il remplace par une photo prise par un polaroid, et avec moult exercices physiques improbables et gadgets.

Kelsey recruté, le colonel lui présente son armée. Lorsque Kimo aura le malheur de vouloir s'aventurer dans la forteresse, poursuivi par des tueurs et des chiens-loups, il devra son salut à un saut vertigineux du haut d'une muraille dans une rivière, un plongeon digne du prégénérique de "Goldeneye".

On ne peut pas dire que l'épisode soit mauvais, mais on a complètement dénaturé la série.

Quelques bons points cependant :

Jack Lord est présent tout l'épisode, il court, tire, saute, se cache. Enfin, ce n'est pas trop tôt, on croyait dans les derniers opus qu'il allait entrer en maison de retraite.

L'enquête nous amène à rencontrer une jolie fille - dont l'histoire se passerait complètement - là encore, on lorgne du côté de 007 ou de Templar. Jennifer Fair (Pamela Susan Shoop) rencontre l'homme dont le colonel Avery a fait sa cible : l'espion Jack Ellington (Monte Markham, mieux inspiré en tueur dans l'épisode "Les clefs de l'énigme"). On nous montre beaucoup d'action, de décors, de cascades insensées, mais jamais avant la fin qui arrive comme un cheveu sur la soupe l'objet de la mission de Avery. Il s'agit de tuer un sheik saoudien, Sheik Ahmed (Murli Manghnani) qui doit signer un contrat pétrolier avec Ellington.

Steve a retrouvé sa forme, il n'y a pas que Kimo qui fait un saut dans une rivière depuis un château, le colonel Avery pour tuer le sheik lance une grenade qui atterrit aux pieds de Steve, lequel la récupère et la lance au dernier moment contre Avery.

Alors, cette "école des assassins" est un bon épisode où l'on ne s'ennuie pas une seconde, mais on est dans une autre série, le cahier des charges de Hawaii police d'état n'est pas respecté.

Truck, Kimo, Duke constituent l'équipe de l'épisode. (ils n'ont pas convié la cruche Lori) 

Allez, je termine par une pensée pour ce pauvre Ellington qui a réussi sa mission et son "business" avec le sheik pour le compte de l'oncle Sam. A sa place, j'aurais démissionné et me serai occupé de la belle Jennifer qui ne demandait que cela et quitte Hawaii, amoureuse de lui, mais comprenant que l'homme préfère son métier d'agent de l'ombre. Mais bon, pour Ellington, le devoir avant tout, c'est un saint.

Retour à l'index


14. LE SOUVENIR DU BON VIEUX TEMPS
(FOR OLD TIME'S SAKE)

Premier épisode avec uniquement William Smith et Jack Lord. Trois jeunes gamines délinquantes en maison de redressement tentent de voler un collier chez un bijoutier. Elles se sauvent et leur complice, Willie McFee (Peter Bromilow) leur permet de fuir car il les attendait avec sa voiture.

Ensuite, McFee qui cache dans une serre de jardinerie du centre de délinquant un coffre, et fut jadis un faux monnayeur, propose à un vieil ami, l'imprimeur Eddie Riford (George Herman) de recommencer à imprimer des faux billets. Willie comme Eddie sont retirés des affaires. Pour quelques billets mis en circulation, deux tueurs, qui font partie de la mafia, et n'aiment pas les petits concurrents, récupèrent la planche à billet et tuent froidement Eddie.

Malheureusement, Willy a contacté à Singapour Sam Chong (Yankee Chang), mettant la puce à l'oreille de toutes les filières de fausse monnaie. Willy a retrouvé d'anciens comparses du "bon vieux temps" et veut remettre le couvert. Il se fait enlever, ainsi que la directrice du centre de délinquants, et manque se faire tuer par les assassins de Riford.

Cet épisode où Kimo et Steve mènent l'enquête à deux fleure l'ennui profond. L'argument de départ est mince, on a le sentiment que l'épisode va tourner autour des trois jeunes filles, puis ce sont des apprentis faux monnayeurs qui sont le centre de l'affaire. Il reste d'autre part invraisemblable que Kimo découvre l'affaire en recevant un faux billet d'une marchande, qui se souvient que l'achat fait avec ce billet l'a été par Willy.

Steve ne peut s'empêcher d'avoir une certaine tendresse pour Willy qu'il a sauvé des tueurs. Il lui rend visite dans sa cellule. Mais au début de l'épisode, Steve demande à Kimo en quoi la tentative de vol des trois gamines concerne Five O, et l'on se pose la même question.

La série est complètement à bout de souffle. Pourtant, l'épisode a été réalisé par Dennis Donnelly qui a signé de bons épisodes dans le cadre de la série. Mais là, le scénario est exsangue.

Bien évidemment, devant les audiences en déroute, CBS ne finance plus les voyages exotiques. Les scènes de Singapour sont des stock shot, puis des intérieurs tournés à Hawaii.

Une douzième saison qui est vraiment le combat de trop.

Retour à l'index


15. LA SOLUTION MIRACLE
(THE GOLDEN NOOSE)

Enfin, un bon épisode pour relever le niveau. Par certains côtés, celui-ci copie un peu le "James Bond" "Goldfinger" avec l'utilisation d'un rayon laser et la présence d'une casse de voiture (Celle où Oddjob avait conduit un gangster et sa voiture).

Quelque part en Asie, vers Singapour, dans la jungle...

James Weaver (Joe Moore) rejoint sa fiancée Nadira (Irene Yah-Ling Sun). Il lui apporte une alliance. Mais avant de se marier, il doit rejoindre des amis. Il se retrouve dans une limousine conduite un chauffeur hindou en turban, et dans laquelle on prit place le mystérieux Lon Tho (Colin Da Silva) et le diplomate Jonas Halloran (Ed Lauter). James, que Nadira appelle "Jimmy" est allé à un rendez-vous mortel. Au milieu de la jungle, il est menacé par une arme et doit sortir avec le chauffeur hindou qui le liquide.

Halloran veut mettre au pouvoir Lon Tho, après un coup d'état, à la tête de la république de Singapour. Pour ce faire, il va dérober 50 millions de dollars en lingots d'or qu'il va faire fondre avec l'aide du laser créé par Wriggins (Bill Bigelow). Ces lingots se trouvent à Hawaii dans une banque ultra sécurisée, mais tel Spaggiari, Halloran a construit une mine souterraine pour faire fondre les lingots et les récupérer. Il les donnera ensuite au trafiquant d'armes Harry Pollifax (James Hutchinson). Sur place, à Honolulu, Halloran dispose d'une base secrète dissimulée dans une casse de voitures.

Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes pour Halloran et Lon Tho s'ils n'avaient tué Jimmy Weaver, un de leurs complices trop compromettant. En effet, l'ex-future Mrs Weaver, la belle Nadira, arrive à Hawaii, et à la descente d'avion du diplomate Halloran, veut lui parler. Kimo l'intercepte avec un couteau.

La jeune et jolie asiatique raconte son histoire à Mc Garrett. Celui-ci la croit. Weaver a disparu de la surface de la Terre après un rendez-vous avec Halloran. Ce dernier rencontre Mc Garrett dans une réception donnée par le gouverneur Paul Jameson (Richard Denning) et les deux hommes s'identifient, par joutes verbales, comme adversaires. Steve a compris que Halloran a les mains sales et a fait tuer Jimmy.

Nadira se rend chez Halloran, qui tente de la rassurer, elle va revoir son promis. Puis il ordonne à son hindou enturbanné de liquider la jeune femme, en simulant un accident. Manque de chance, Nadira a constaté qu'elle était suivie, et lorsque l'hindou veut la jeter sous un autobus, elle lui fait une prise de judo et c'est l'hindou qui meurt sous les roues du bus.

Nadira continue son enquête à la casse de voitures de Halloran, manque se faire tuer par le gardien, et est sauvée in-extrêmis par Kimo et Steve. Mais le gardien est abattu à distance par Halloran qui ensuite rejoint le gouverneur et nargue Mc Garrett. Pauvre Halloran, il aurait dû regarder la série, quand on défie Mc Garrett, on ne s'en sort pas.

Grâce à une information dont se souvient Nadira, Steve, Duke et Kimo surveillent la banque et constatent que la chambre forte où se trouvent les lingots d'or atteint une chaleur incroyable. Le pot aux roses est découvert. Si les lingots ont fondu et vont être échangés avec des cercueils remplis d'armes pour le coup d'état à Singapour et fournis par Pollifax, Mc Garrett n'a plus qu'à cueillir trafiquants et révolutionnaires à la sortie d'un entrepôt. Il lance son fameux "Book all them Kimo".

Puis, il remet à Nadira une couronne de fleurs, que l'on donne généralement en signe de bienvenue à Hawaii, tandis qu'elle repart pour Singapour. Mais le premier ministre de Singapour s'approche et pour remercier Nadira de lui avoir sauvé son gouvernement lui offre une place au sein de celui-ci.

Bien sûr, l'épisode pompe un peu sur "Goldfinger" et la fin est à l'eau de rose, mais par rapport à la moyenne de la saison 12, Jack Lord a laissé son arthrose et ses rhumatismes au vestiaire pour être présent, arme au poing, dans chaque scène d'action. On retrouve l'esprit des premières saisons, après tout l'épisode ressemble un peu à "Dix mille diamants plus un infarctus". L'origine politique de Lon Tho restera obscure, tout comme la présence d'un blanc, Halloran, dans une affaire politique indonésienne.

Mais l'on passera sur ces imperfections du scénario pour saluer une réalisation dynamique et un retour, l'un des derniers, de Mc Garrett en pleine forme.

Retour à l'index


16. LE VOL DES BIJOUX
(THE FLIGHT OF THE JEWELS)

Pour la première fois, un acteur qui figurait au générique est licencié en pleine saison et voit son nom retiré. Sharron Farrell n'a pas été convaincante et Jack Lord a pris la sage décision de continuer la saison sans elle.

A sa place, nous voyons une séquence de générique éclair d'un ancien épisode.

Cet épisode est le premier à avoir son copyright en 1980. A ce stade, Jack Lord savait-il que la série serait annulée ou espérait-il une treizième saison ? On peut penser que s'il avait su, il aurait fait une vraie fin avec l'arrestation de Wo Fat, et non une fin ouverte.

Les incontournables Tommy Fujiwara et Kwan Hi Lim (ce dernier avocat dans la vie) qui ont tourné tant de seconds rôles viennent faire un dernier tour de piste. Fujiwara en directeur de musée, Mohai, et Hi Lim en mafioso, Hank Yamura.

"Le vol des bijoux" est une réussite totale. Derrière le scénariste James Menzies, on sent la patte du producteur Jack Lord. En 1980, les ados sont devenus autant dangereux que les majeurs, et c'est la leçon de cet épisode. La jeunesse se perd dans un monde violent sans valeurs.

La série avait déjà abordé le thème de l'ado dangereux, dont le père voulait se venger de Mc Garrett, dans "Le tigre aveugle". Il y avait eu aussi les jeunes du "Manteau de plumes" qui avait volé le manteau de Kamehameha pour s'amuser. En 1980, ils vont jusqu'au meurtre et l'épisode, qui se veut très moraliste, montre la dégénérescence du rêve américain.

Nick Zano (Linwood Boomer) travaille dans un musée où vont être exposés les joyaux royaux d'Hawaii, d'une valeur inestimable. Il est impossible de les voler, vu les systèmes de sécurité ultra performants mis en place.
Nick est le ver dans le fruit, l'espion dans les murs.

Ses comparses, également des jeunes, sont Neal Forrester (Jeff Daniels), le cerveau de la bande, et un jeune chinois, Jerry Otami (Mike Miyashiro). La petite amie de Jerry, chinoise également, Cathie Brenner (Kathy Paulo) n'est pas mêlée à l'affaire mais comprendra la compromission de son boy friend dans l'affaire.

A l'aide d'avions télécommandés (des jouets!), le petit gang va bourrer d'explosifs, de gaz soporifiques les avions et ceux ci vont attaquer le musée. Nick a un masque à gaz caché sur lui et un autre avion télécommandé arrive dans lequel il met le butin, puis ni vu ni connu, il cache son masque et rejoint les autres en se laissant endormir.

Seulement, ce vol qui pourrait sembler astucieux laisse un policier entre la vie et la mort. A la fin de l'épisode, Mc Garrett arrêtant la bande leur dit qu'il va sans doute s'en sortir.

Tout d'abord, Neal et sa bande tentent de faire un marché avec le directeur du musée, Mohai, en lui demandant de remettre des billets dans un avion télécommandé où il peut récupérer un bijou. Mais Steve et Kimo surveillent la transaction, tandis qu'en hélicoptère, Truck intervient. L'affaire échoue.

Neal a alors l'idée stupide de vouloir vendre les joyaux royaux à un caïd, Yamura (Kwan Hi Lim avec l'arrêt de la série va retourner à son cabinet d'avocat en devenant le plus célèbre avocat d'Honolulu). Seul hic, Yamura leur fait descendre le prix à 200 000 dollars (une misère) et il n'a l'intention de rien payer du tout. Il va tuer les gamins et s'emparer du trésor royal.

Bien sûr, Zorro Mc Garrett, au mieux de sa forme, va empêcher tout cela, et arrêter Yamura en fuite en demandant aux jeunes de lui envoyer un avion télécommandé explosif. Ceux-ci croient s'en tirer à bon compte.

Lourde erreur: "Book 'em Kimo". Pour Steve, ils ne sont plus des enfants, ils ont passé la frontière et sont devenus des truands comme les autres, et au nom du policier entre la vie et la mort qui va s'en tirer mais souffre, ils vont payer comme des adultes.

Pour l'occasion, Jack Lord reprend une de ses fameuses colères. Il n'a pas besoin de se forcer, il était comme cela dans la vie.

Avec un épisode de cette qualité, on se dit que CBS ne va pas annuler la série. C'est compter sans le fait qu'en 1980, l'ordre moral et le rêve américain s'effondrent. Il y a eu le Vietnam, la société a changé, et les flics de Five O viennent des années 60 puisque la saison 1 a commencé en 1968. Auprès du public, "Hawaii police d'état" marque des signes d'usure, de nouveaux policiers sont arrivés, Baretta, Starsky et Hutch, ont changé l'image du flic en cravate. Il est temps de ranger le smoking au vestiaire. Plus que quatre épisodes et la belle aventure aura une fin.

Retour à l'index


17. QUESTION D'OMBRES
(CLASH OF SHADOWS)

Quel dommage, voilà un épisode parfait, qui mériterait quatre melons, mais où le responsable du casting a fait une erreur monumentale : confier à Albert Paulsen, vu plusieurs fois dans la série ("L'affaire du Guarnérius", "Neuf, dix : mort") le rôle d'un ancien nazi. Paulsen est le mafioso américain idéal. Il a joué dans "Les incorruptibles". Lui faire jouer un nazi, c'est comme confier à Michel Galabru le rôle de Superman. Dommage, vraiment dommage, car à part cette bourde énorme, l'épisode serait proche de la perfection.

Deux agents israëliens traquent un criminel de guerre nazi, Emil Klaus. Celui-ci s'est refait une vie à Hawaii (nous sommes en 1980) sous le nom d'Adrian Cassell. Honorable citoyen américain, collectionneur de livres et d'insignes militaires, mais pas très discret, puisque sa collection regorge d'ouvrages sur le IIIe Reich, qu'il affiche une croix gammée chez lui (objet de collection!) et a reconstitué en miniature une grande bataille de la 2e guerre mondiale.

Lors d'une tentative de visite à bord d'un bateau appartenant à Klaus par deux agents du Mossad, l'un d'eux est tué. L'autre homme s'en tire, miraculeusement, grièvement blessé. Il est le seul à pouvoir reconnaître Klaus. Il s'appelle Yuri Bloch (George Dicenzo). Interprétation impeccable de l'acteur. Il est sauvé par une jeune femme qui n'a rien à voir avec les traques aux nazis, Anne Chernus (Elaine Giftos, l'une des plus jolies filles jamais vues dans la série, elle figurait déjà dans "Le dernier des spécialistes" (09-07) et "Les amis de Joey Kalima" (10-04). Cette actrice, pas vue ailleurs, est tellement belle et lumineuse qu'elle occupe l'écran plus qu'elle ne devrait, troublant le spectateur mâle, et lui faisant un peu oublier l'intrigue.

A noter que l'ambassadeur israëlien est joué par Llyod Bochner, méconnaissable avec barbe, moustache et maquillage. Mais cela pose une question : pourquoi encore employer Bochner parfait dans "Meurtre amour et poésie" et que l'on vient de revoir dans "L'école des assassins" (12-12). Alors, pénurie de personnel ou favoritisme ?

Autre personnage clef, le professeur Shipman (Terence Knapp), un israëlien qui aide comme il peut Mc Garrett dans son enquête.

L'histoire reprend le canevas de toutes les chasses aux nazis comme l'épisode du "Saint": "Le fugitif" où l'anglais John Barrie, lui, était convaincant, à la différence de Paulsen.

Il y a aussi l'inévitable garde du corps blond pur aryen, la femme revêche Christine Miller (Barbara Kelly) parfaite en garde chiourme. Mais malheureusement, tout ce bel édifice est mis à mal à chaque apparition de Paulsen. On a envie de lui demander où il a mis son chapeau feutre de truand new yorkais !

Anne, donc, sauve Yuri, et réussit à le cacher chez elle. Elle fait appel à Mc Garrett, mais voulant trop en faire, elle tombe entre les mailles de Klaus et se fait alors torturer. Pour une quidam qui n'a rien d'agent secret ou de policière, elle est d'un courage un peu étonnant. Steve comprend lors d'une visite chez "Cassell" qu'il a affaire à Emil Klaus. Il joue au chat et à la souris avec l'homme, et si l'on avait eu un acteur correctement distribué, les joutes verbales auraient été savoureuses avec Jack Lord. Là, elles tombent un peu à plat.

Au final, il s'agit bien sûr d'un épisode manicheiste et presque anti-allemand. Mc Garrett découvre toute une filière de jeunes nazis après l'arrestation de Klaus et vient les cueillir à l'aéroport d'Honolulu en leur lançant "auf wiedersehen kamerad", sauf que les prétendus allemands ont l'air plus américains 70's que moi tu meurs, avec pattes d'éléphants et aucun air de nazis.

Il m'a fallu regarder deux fois l'épisode et me concentrer pour faire cette critique parce-que, si Albert Paulsen donne envie de rire en nazi, Elaine Giftos est vraiment trop jolie. On a tendance à la regarder et à ne plus se préoccuper de l'épisode. Pourquoi n'ont ils pas engagé une actrice moche ?

Quelques autres scènes retiennent l'attention : Paulsen se prélassant en robe de chambre rouge semble sortir de "La cage aux folles". Le réalisateur Ralph Levy ne le gâte pas. Notons aussi une poursuite dans les escaliers extérieurs d'un immeuble entre Kimo et le garde du corps blond qui a dû necéssiter des cascadeurs mais l'on ne voit pas, même en arrêt sur image, les doublures. Bravo.

Retour à l'index


18. UN OISEAU À LA MAIN
(A BIRD IN HAND...)

Si tous les épisodes de la saison 12 avaient été de cette qualité, CBS aurait renouvelé la série pour une saison 13.

Un car de touristes, genre minibus, parcourt la campagne à la recherche d'oiseaux exotiques à photographier. L'une des passagères, Angie Walker (Lara Parker) a l'idée saugrenue de photographier une vieille usine, une fabrique de conserve d'ananas absolument hideuse, avec deux cheminées. Cette idée loufoque va coûter la vie à quatre passagers.

En effet, elle prend en photo un homme qui se repose devant l'usine dans une chaise longue. Anthony Del Vecchi (John Debner), célèbre caïd et trafiquant d'or, que la police suppose mort assassiné aux Bahamas.

Del Vecchi prévient immédiatement ses hommes. Avec la vieille usine, les tueurs clandestins qui suivent le bus et relèvent le numéro de toutes les voitures à l'arrivée à Honolulu, on se croirait dans la série "Les envahisseurs". Notamment lorsqu'un ouvrier avait dans l'épisode "Vikor" découvert par hasard une salle de régénération.

Peu après, les victimes tombent comme des mouches, toutes étaient dans l'autocar. Le premier a la nuque brisée, le second meurt dans un accident de la route provoqué, une balle ayant traversé le pare brise, le troisième meurt dans l'incendie de son mobile home, le quatrième, un surfeur, est noyé devant sa femme par un homme grenouille.

Angie, qui comme par hasard connaît Steve, a eu plus de chance. Son appartement a été visité, ses photos (sauf un rouleau de pellicules) exposées et détruites.

Lorsqu'Angie, une paire de ciseaux à la main, ayant découvert un trou dans une vitre d'une fenêtre de son appartement découpé au diamant et des mobiles au plafond se mettant à bouger révélant une présence humaine et un courant d'air, on se croirait en plein film d'épouvante. C'est là un petit hommage à "Halloween" de John Carpenter".

Peu après, autre hommage, cette-fois à "Duel" de Steven Spielberg, lorsqu'un camion tente de projeter du haut d'une falaise après une poursuite sur la route la voiture de Kimo à bord de laquelle se trouve Angie.

Rapidement, grâce au dernier rouleau de pellicule sauvé, Steve identifie Del Vecchi sur sa chaise longue. On a toujours l'impression que Mc Garrett comprend avec un train de retard ce que le téléspectateur sait.

Kimo, se faisant passer pour un inspecteur d'hygiène, visite l'usine de conserves d'ananas. Cela lui permet de repérer les lieux. Hélas, Angie est enlevée par le conducteur de camion, qui est aussi le plongeur qui a noyé le surfeur.

Pourquoi Del Vecchi l'épargne-t-elle ? Il pense qu'elle n'est pas une photographe mais un agent secret ou un membre de la police sur la piste de son trafic d'or.

La fin est un peu décevante, dans la mesure où Kimo et Steve, à eux seuls, parviennent à investir l'usine. Là où l'on se serait attendu à voir débarquer des dizaines de voiture de HPD pour encercler les lieux, ils prennent le risque d'ouvrir une boite d'ananas et Steve y trouve entre chaque rondelle de fruit de l'or en rondelles.

Kimo réussit à mettre KO l'homme qui menace Angie. Mc Garrett dérobe le camion contenant la cargaison d'or après que deux gardes aient été mis hors d'état de nuire et enfermés. Nul besoin de châtier Del Vecchi. En voyant son or s'envoler, il bascule du haut de son usine et trouve la mort avec ce plongeon mortel. L'avarice est un vilain défaut.

Steve se met à réciter un poème sur les oiseaux, "Un oiseau à la main" tandis qu'il repart avec Angie et Kimo vers Honolulu.

Nous avons là un suspense parfait, malgré l'invraisemblance de la photo prise par Angie. Un épisode bien dans son époque avec les évocations de "Duel" et "Halloween". Du suspense et du mystère du début à la fin, que demander de plus ?

Retour à l'index


19. SITUATION DÉPLAISANTE
(THE MOROVILLE COVENANT)

Un épisode daté de 1979 et non diffusé dans l'ordre de production puisque CBS le programma le 29 mars 1980. On y retrouve la pesante Sharon Farrell qui a été débarquée de la série par Jack Lord.

Il s'agit ici d'une intrigue Hitchcockienne. Nous entrons d'ailleurs directement dans l'action sans préambule. Un ami de Steve, David Lawrence (Paul Burke), marié à une jeune et ravissante hawaiienne - le veinard - Margo (Helen Funai) aurait tout pour être heureux : amour, fortune, si son passé ne le tourmentait pas.

Il est victime d'un chantage et fait appel à Mc Garrett. David raconte qu'il y a 20 ans, à Moroville, dans l'Idaho, il a assisté impuissant à un accident équestre. Son ami Jack Smith (Christerpher Neddels - oui Christerpher et pas Christopher) est tombé dans un ravin avec son cheval. Ils faisaient une balade ensemble et il n'a rien pu faire pour l'aider. Or, il a reçu la visite de Jack, estropié, qui vient clamer vengeance pour non assistance à personne en danger.

Pritchard, un autre de ses amis de Moroville serait-il impliqué dans l'histoire ? On vient de retrouver son corps à Hawaii.

Pour résoudre cette difficile enquête, Steve envoie Kimo à Moroville. Le policier est accueilli avec froideur et vient chercher dans les archives locales la relation de l'accident de 1960. Mais une vieille dame, à la bibliothèque, l'incite à chercher plus loin dans le passé, en 1957. Il y a eu un terrible accident d'auto, une auto conduite par...David Lawrence.

La dame, tant qu'elle y est, lui conseille aussi de regarder un journal de juin 1959. Il relate le mariage de Pritchard (l'homme assassiné à Honolulu) avec une certaine Eva "Abby" Smith (Diane Mc Bain).

Précisément, à Hawaii, David a la surprise de recevoir la visite de Eva "Abby" Smith devenue Mme veuve Pritchard. La jeune épouse Margo est troublée. Visiblement, son mari et Abby ont été intimes dans le passé.

Copiant sans vergogne nombre de scripts de Hitchcock, nous allons découvrir que David n'est pas l'objet de la vengeance d'un accident de cheval qu'il pense avoir provoqué, mais de la folie meurtrière - folie au sens premier du terme - de Abby. Ils étaient dans la voiture lors de l'accident de 1957 et fiancés à l'époque. Celle qui est maintenant une dame d'un certain âge (celui de Paul Burke!) se croit la vraie Mme Lawrence. Elle vient donc tuer sa rivale Margo et reprendre le cours des choses en 1957 comme si rien n'était arrivé. C'est elle aussi qui a tué son mari, Pritchard.

Steve tente de sauver Margo, mais arrive David qui l'amadoue et lui fait croire qu'ils sont dans le passé, qu'elle est sa femme. Et Abby lâche son arme pour entreprendre une valse pathétique et sans musique avec son amour de toujours, David.

Même s'il est incroyable, l'épisode - non représentatif de "Hawaii police d'état" - recèle un certain attrait : la visite de Kimo au coeur de l'Amérique profonde devient presque "exotique" pour le contexte hawaiien. Les comédiens sont convaincants, heureusement d'ailleurs, et font passer sur les invraisemblances de l'histoire.

Un bon point aux deux actrices, les deux madames Lawrence, Helen Funai et surtout Diane Mc Bain, qui nous font croire à leurs personnages.

Retour à l'index


20. MES BONS VŒUX
(WOE TO WO FAT)

Il y avait deux façons de terminer la série : de manière réaliste voire tragique, ou légère. C'est cette option qu'à choisi Jack Lord en demandant à Frank Telford d'imaginer l'affrontement final (final vraiment ?) entre l'homme qui persécute Mc Garrett depuis le pilote de 1968 "Le cocon", Wo Fat (Khigh Dhiegh) et le policier.

Deux scientifiques ont disparu. Une troisième, la jeune Elizabeth Fielding (Pat Crowley) est enlevée à son tour. Un chinois revêtu d'un uniforme militaire américain vient la chercher. Il lui envoie, depuis la limousine, un gaz sentant les fleurs qui altère la volonté. Pour que les effets du gaz se prolongent, il faut que chaque soir, à l'insu de la personne, on lui envoie, par une bouche d'aération, une dose massive de ce gaz.

Au Pentagone, c'est l'émotion : les trois scientifiques disparus, Elizabeth mais aussi le docteur Lindquist (Terence Knapp) et le docteur Schumacher (Henry Niedzielski) étaient des spécialistes d'un système de protection laser aérien révolutionnaire. Tous les trois étaient les élèves du vieux professeur Martin Elton Raintree, actuellement hospitalisé et malade.

Bon, un enfant de six ans voit que c'est Jack Lord qui joue le rôle de Raintree et de Mc Garrett. Nous sommes ici plus proche de la série "Arsène Lupin" que d'un drame. Wo Fat, lui, a une vision moins bonne que celle d'un enfant puisqu'il se laissera duper.

Mc Garrett persuade Raintree de se laisser enlever à sa place. Il est donc déguisé en Raintree (pas difficile, Raintree, c'est Jack Lord), mais il doit aussi apprendre la voix éraillée du vieux professeur qui vient de subir une opération à la gorge. Steve se laisse enlever par faux militaire américain, un chauffeur chinois, qui le conduit à un avion qui atterrit sur un île inconnue, remplie de fleurs.

Sur le papier, le plan est d'une simplicité inouïe. Mais ce que ce vieux coquin de Raintree n'a pas dit, c'est que la jeune Elizabeth Fielding est sa maîtresse. Et qu'évidemment, elle, elle ne va pas confondre Mc Garrett et son vieil amant de professeur.

Steve prend la montre à gousset en or de Raintree où les services spéciaux mettent un émetteur ultra puissant qui permettra, par radiogoniométrie, à un croiseur militaire américain de localiser l'endroit où les savants sont retenus.

Wo Fat, avec sa drogue, a convaincu les trois savants américains de travailler pour lui et d'oeuvrer pour la paix. Ils sont dans un état d'allégresse et de béatitude qui leur donne envie de livrer tous les secrets scientifiques au chinois.

Pourtant, des gardes armés cubains et chinois surveillent chaque faits et gestes. Le scénariste Frank Telford s'est sans doute dit que l'américain moyen est trop inculte pour savoir que les cubains sont les alliés de l'URSS et non de la Chine stalinienne (dont l'alliée était en 1980 la Corée du Nord).

Le titre original joue sur le nom de Wo Fat et sur le verbe "souhaiter" : to wish. Donc le titre français "Mes bons voeux" ne correspond à rien dans notre langue.

Mc Garrett se laisse enlever par l'espion chinois, mais comprend le subterfuge de la drogue. Aussi, lorsqu'il rejoint sa chambre, il bouche le conduit d'aération et sort de celle-ci.

Mais le hic, c'est Elizabeth. Elle sait que l'homme n'est pas son amant, il est distant et l'appelle "docteur". Wo Fat remarque l'anomalie de comportement du docteur Fielding.

Steve joue la journée son personnage de Raintree, mais est démasqué par Elizabeth. Il lui dit qu'elle est droguée mais elle ne veut pas le croire et rejoint sa chambre bouleversée, ce qui accroit les soupçons de Wo Fat.

Heureusement, un doute viendra effleurer l'esprit de la jeune scientifique, et elle aidera Steve en danger de mort en ayant bouché le conduit d'aération.

Steve en mission nocturne comprend que l'avion l'a conduit sur une île et il remplace le fil du radar par la montre à gousset. Aussitôt, le croiseur américain met le cap sur l'île.

Finalement, si dans cet épisode, Mc Garrett joue la décontraction, ce n'est pas le cas de Wo Fat qui prépare l'exécution à l'aube de son ennemi qui s'est fait pincer en voulant manipuler d'autres émetteurs radars.

Dans sa cellule, Steve fait une ombre chinoise avec ses mains et sourit. Quand on vient le chercher, il a construit en ombre chinoise un prisonnier pendu qui leurre le gardien. Steve le met KO, mais un deuxième arrive et vient pour l'abattre. Elizabeth l'assomme car elle a enfin compris. Steve se sauve dans la jungle et auparavant, ayant sans doute vu les James Bond, fait sauter toute l'installation scientifique et militaire de Wo Fat.

Wo Fat traque Mc Garrett dans la jungle. Ce n'est évidemment pas Jack Lord, à 60 ans qui fait de telles cascades. Les plans éloignés permettent de le remplacer par des doublures. Wo Fat désarmé dit qu'il va étrangler de ses mains l'américain, et ne veut pas le croire lorsqu'il lui dit que les forces US vont débarquer.

Malgré son karaté et ses méthodes de combat chinoises, Wo Fat est battu par un bon poing dans la figure de yankee irlandais. Et l'hélicoptère arrive alors.

Steve triomphe, il vient rendre visite à son ennemi en prison. Mais à peine a-t-il tourné le dos, Wo Fat sourit et sort de son soulier une lime avec laquelle il compte scier les barreaux.

On peut observer que cette fin montre l'humour américain, mais que les chinois communistes eux n'en ont aucun, et Wo Fat ne nous fait pas rire, Khigh Dhiegh jouant le rôle au premier degré, haineux, monstrueux, diabolique. Excepté le clin d'oeil final avec la lime pour les barreaux.

Ce n'est sans doute pas un hasard si Wo Fat revêt une robe rouge. En 1980, la guerre froide existe toujours.

C'est ainsi que ce termine la belle aventure de "Hawaii police d'état". On regrettera que Danny, Chin Ho, voire même Kono, ne soient plus là pour assister au triomphe de Steve Mc Garrett.

Mais l'humour de la scène finale, la lime, bien petite pour scier les barreaux, je l'attribuerai plus au comédien Khigh Dhiegh qu'à Wo Fat. C'est une sorte de clin d'oeil pour dire au téléspectateur : au fond, ce n'est qu'un film.

Aloha, bienvenue à Hawaii!

Retour à l'index

Crédits photo: Paramount.

Images capturées par Patrick Sansano.