Le Gorille vous salue bien (1958)Un taxi pour Tobrouk (1961)

Saga Lino Ventura

Un témoin dans la ville (1959)


1. UN TÉMOIN DANS LA VILLE

classe 4

Résumé :

Un homme tue une femme en la jetant d'un train qui roule à pleine vitesse. Il s'agit d'un certain M. Verdier, et le juge d'instruction devant lequel il passe lui annonce qu'il bénéficie d'un non-lieu. Alors qu'il rentre chez lui, Verdier a un accident de voiture, il doit rentrer à pied. Au même moment, un homme s'introduit dans sa maison. Ce n'est autre que Jacques Ancelin, le mari de la victime. Il tue Verdier en faisant croire que celui-ci s'est suicidé.

Malheureusement pour lui, en sortant un taxi se trouve là et le voit. Ancelin n'a plus qu'un seul moyen de ne pas être inculpé, il doit tuer le taxi qui est un témoin gênant. Après une longue filature, Ancelin réussi à monter dans le taxi qui l'a vu, il le tue par accident et se fait alors poursuivre par tous les taxis qui ont tout entendu. Ancelin parvient à leur échapper, mais rentré à son hôtel, la cavale reprend, finalement après une longue fuite, Ancelin est tué.

unechance 7

Critique :

Ce film est simplement extraordinaire. Et ça tient à une seule chose : sa réalisation très bien maîtrisée, certes il y a quelques petits défauts, mais il est vraiment très très bon.

Réalisé par Edouard Molinaro, on a du costaud à la 'réal' ! En effet, Molinaro c'est De Funès avec Hibernatus, Oscar, ou encore Delon avec L'Homme Pressé par exemple. Bref, c'est du tout bon et en plus il est assisté de Gérard Oury et Alain Poiré. On se retrouve donc avec une réalisation très efficace pendant tout le film, et qui assez bien rythmée : il suffit de voir la première scène du film dans le train, c'est efficace, même s’il y a un ou deux passages longuets un peu plus tard.

Lino Ventura a de nouveau le premier rôle et il est tout simplement impeccable du début à la fin du film. Il joue à merveille l'homme hésitant à tuer un innocent qui n'a fait que l'apercevoir, et avec brio l'homme traqué.

À ses côtés on retrouve Jacques Berthier (Raspoutine, La Révoltée, Adieu Chérie) qui joue la victime et l'assassin des Ancelin, Robert Dalban (Quelques Messieurs Trop Tranquilles, L'Incorrigible, Je suis Timide mais Je Me Soigne) acteur de seconds rôles très très connu. Michel Etcheverry (I... Comme Icare, Paris Brûle-t-Il ?, L'île Mystérieuse) qui fait une courte mais remarquée apparition en juge d'instruction. Et enfin Franco Fabrizzi (Le Petit Baigneur, L'Agression, Aurora) le chauffeur de taxi qui voit Ancelin, coproduction franco-italienne oblige. Pour les rôles féminins, nous retrouvons Sandra Milo (Le Sexe des Anges, Huit et Demi, Juliette des Esprits) que nous retrouverons l'année suivante dans Classe Tous Risques. Il y a également Micheline Luccioni (Ta Femme Nous Trompe, L'Ouvre-Boîte, Grand Standing) qui joue la femme chauffeur de taxi. 

ladoublure 3

Il y a des moments mémorables dans ce film notamment en plans caméra, comme je le disais : il n'y a qu'à voir déjà la scène du train au début, mais pas seulement, le moment aussi où Ventura s'introduit chez sa victime et prépare son crime. Ou encore ce plan hallucinant où Ventura est devant la vitrine d'un magasin et que l'on voit depuis l'intérieur de celui-ci sa future victime en arrière-plan : tout simplement grandiose. Sans compter les scènes du métro. Le film n'a pas beaucoup de temps morts, mais par contre la scène de filature, et celle de la poursuite de Ventura par les taxis traînent un peu en longueur. Alors qu'on pourrait s'attendre à comment se termine le film, on a tout de même une petite surprise.

De plus, le film vous permettra à nouveau de revoir le vieux Paris et de grincer des dents devant le prix du café à l'époque : 70 centimes et 10 centimes le croissant ! Bref, excellente prestation de Ventura et de tous les acteurs autour, entièrement en Noir & Blanc, là encore ça sert l'ambiance très sombre du film, et apporte comme toujours certains plans superbes que l'on ne trouve pas avec la couleur, de mon avis très personnel. 

classe 4

Dans les défauts techniques, évidemment nous sommes dans les années 60 et nous voyons donc les ombres partout, mais j'ai toujours pensé que cela n'était pas un handicap pour un film, là aussi, question de point de vue. La musique composée par Barney Wilen, Kenny Dorham et Kenny Clarke est jazzy à souhait, et s'accorde bien avec l'ambiance du film.

Malheureusement, avec ses un peu plus de 1.4 millions d'entrées, Un Témoin dans la Ville ne fera pas un score merveilleux, honorable mais pas extraordinaire. Dommage. Personnellement, j'estime qu'il est à avoir dans toute vidéothèque de fan de Ventura, car entre sa prestation excellente et la mise en scène au cordeau, on tient ici un film extraordinaire. Le film est disponible en DVD. À voir absolument. 

ladoublure 6

Anecdotes :

Séquences cultes :

Filature dans le métro

On le tient !

Rien à espérer.

Retour à l'index