Les AventuriersL'Armée des Ombres

Saga Lino Ventura

Le Clan des Siciliens (1969)


1. LE CLAN DES SICILIENS

classe 4

Résumé :

Roger Sartet passe devant le juge d'instruction, il est condamné et emmené à la prison de Fresnes. Mais sur le chemin, il s'évade grâce à l'aide de sa sœur, et celle des hommes de Vittorio Manalese, un mafioso de la Sicile. Le commissaire Le Goff qui avait arrêté Sartet, commence alors la traque sans succès. Mais Sartet propose un casse extraordinaire à la famille Manalese qui représente des milliards en bijoux et qui doit se faire à Rome. Mais le système de sécurité oblige en fait Manalese à effectuer le vol pendant le transport par avion des bijoux de Rome à New-York.

Sartet prend alors l'identité d'un des agents de la sécurité : Evans et avec la famille Manalese, détourne l'avion. Mais la femme de Evans devait prendre l'avion avec son mari, et en allant voir la police reconnaît Sartet. Le Goff avertit la police New-Yorkaise mais Manalese et ses hommes posent l'avion sur une autoroute en construction et s’échappent. Mais pour une histoire entre Sartet et Jeanne la femme d'un des Manalese, Vittorio fait revenir Sartet en France, il le tue avec Jeanne, et Le Goff l'attend lorsqu'il rentre pour l'arrêter.

unechance 7

Critique :

Film réalisé par Henri Verneuil, et dont je reste à ce jour encore mitigé dessus, c'est pour cela que je ne mets pas la note maximale. Le film réunit trois monstres sacrés de l'époque : outre Lino Ventura, c'est Jean Gabin qui est bel et bien mis en vedette du film, puis ensuite Alain Delon et Ventura.

Entièrement en couleur, le premier constat à faire est l'évolution de la façon de jouer de Lino Ventura qui est tout de suite visible. C'est une cassure nette avec ses débuts, on est loin du jeu Des Barbouzes par exemple ou encore Un Taxi pour Tobrouk, Un Témoin dans la Ville... Ventura montre ici le jeu d'acteur qui sera le sien dans ses films des années 70 est c'est impressionnant.

Bizarrement d'ailleurs, si on note un tel changement chez Ventura, on ne peut pas dire la même chose pour Gabin, où lui a toujours le même jeu qu'au début des années 60 (ce n'est pas forcément une mauvaise chose). Ce n'est pas une critique mais un simple constat. Delon lui montre toujours un jeu d'acteur assez froid je trouve et que l'on retrouvera dans ses films suivants, mais qui est somme toute assez efficace dans le cas présent d'un tueur de sang-froid. 

ladoublure 3

On retrouve aux côtés de ces trois immenses acteurs : Irina Demick (OSS 117 se Déchaîne, Le Jour d'Après, Coup de Force à Berlin) dans le rôle de la jolie Jeanne et brebis galeuse de la famille Manalese et qui n'a pas eu une grande carrière d'actrice. Yves Lefebvre et Marc Porel dans les rôles des fils Manalese, et Philippe Baronnet dans le rôle du mari de Theresa la fille Manalese, interprétée par Karen Blanguernon (Le Tout pour le Tout, Meurtres au Sommet, Le Voleur de Crimes). La sœur de Sartet, Monique est excellemment jouée par Danielle Volle (La Bonne Soupe, Vive la Vie, Attention les Enfants Regardent) même si c'est un petit rôle. La scène lorsque son frère vient lui dire au revoir est impressionnante de justesse. On retrouve également à ce propos des petits rôles connus comme par exemple Edward Meeks en pilote de l'avion et qui était le comparse d'Yves Rénier dans la série Les Globe-Trotters dont il venait juste de sortir pour ce film, André Pousse en Malik le faussaire...

Je suis mitigé car même si le film est bon, déjà le dénouement de l'intrigue personnellement me laisse un peu perplexe : en fait Vittorio Manalese met tout sa famille en danger pour un simple règlement de compte familiale justement et à cause d'une femme (c'est bien connu, y a toujours une femme dans les embrouilles !). C'est un peu gros, néanmoins passons, je ne suis pas au fait de la mentalité et des traditions siciliennes et ce que fait la femme d'Aldo est peut-être chez les siciliens un motif assez grave pour en arriver à tuer quelqu'un.

Néanmoins le film dispose de bons atouts comme par exemple une mise en scène assez efficace sans trop de temps mort, même si ça traîne parfois un peu comme la séquence à bord de l'avion : mais par exemple le passage avec la femme de Evans est tout simplement terrible de suspens et ça fonctionne à merveille. Tout comme tout le monde se rappelle forcément la scène de l'avion se posant sur l'autoroute, c'est la force de Verneuil de faire ce genre de chose. Vous ne verrez pas passer les 1H55 du film. Il y a aussi des plans caméra assez intéressants : voir Ventura, lorsqu'il regarde le trou dans le véhicule duquel Delon s'est échappé, ou encore lorsque Ventura arrive devant l'immense centre commercial où travaille la sœur de Sartet, et que l'on voit la DS arrêtée tout près de la caméra : personnellement j'adore ce genre de plan. 

Après il y a quelques ficelles assez grosses : comme par exemple l'évasion de Delon avec la scie sur piles, n'oublions pas que le métal sur le métal lorsque ça découpe, ça chauffe et pas qu'un peu. Néanmoins, le jeu du chat de la souris entre Delon et Ventura n’est pas mal non plus, surtout lorsque Ventura est dans l'atelier des Manalese et que Sartet s'en va dans la voiture et passe juste à côté de lui. C'est comme ça tout au long du film et ce n’est pas mal, d'autant qu'il y a beaucoup de séquences en extérieur et ça également c'est un bon point.

Mais je ne sais pas, peut-être que le film a mal vieilli, enfin je n'arrive pas à définir ce qui fait que je n'adhère pas totalement. Même lorsque je l'ai vu la première fois j'avais cette impression qu'il n'est pas assez abouti. Question de point de vue sans aucun doute. Ce n'est pas un mauvais film, loin de là, mais je ne le trouve pas exceptionnel malgré le boulot fait par les trois vedettes de celui-ci. Verneuil a fait un avant Peur sur la Ville ou Le Corps de Mon Ennemi pour ce qui est de l'ambiance et qui n'est pas totalement fini. C'est ce que je ressens.

C'est Ennio Morricone que l'on retrouve pour la bande musicale, si le thème principal est excellent, il devient un peu agaçant à la longue de l'entente dans le film, mais on reconnaît immédiatement la patte de Morricone, vous ne serez pas dépaysé et c'est tout de même très bon.

Le film marchera très bien puisqu'il fera un peu plus de 4.8 millions d'entrées en France, et réalisera presque le million d'entrées en Espagne. Sans compter un excellent succès en Italie. Même si je suis personnellement mitigé, Le Clan des Siciliens est un incontournable dans la filmographie de Ventura, ne serait-ce que pour voir le jeu d'acteur qui fera de lui la vedette des années 70 que l'on connaît et pour entendre nos trois vedettes parler en anglais, ça vaut le détour. Le film est disponible en DVD et en Blu Ray.

Anecdotes :

  • Les trois acteurs s'entendaient très bien sur le tournage, en effet, il faut se rappeler que Jean Gabin et Lino Ventura étaient très amis, c'est en effet Gabin qui a lancé Ventura dans le cinéma au tout début des années 60 en le prenant dans ses films.

  • La scène de l'avion qui se pose sur le tronçon de l'autoroute en construction n'est pas réelle : Verneuil a filmé un tronçon d'autoroute vide et a surimposé un avion miniature dessus.

Séquences cultes :

Évasion

Je surveille en prévenant

Demande leur si ils veulent boire quelque chose.

C'est assez délicat à expliquer.

A la pêche

Détournement d'avion.

Atterrissage

Vous avez ma part ?

Tu dînes pas avec moi ce soir ?

Retour à l'index