Le Clan des SiciliensDernier Domicile Connu

Saga Lino Ventura

L'Armée des ombres (1969)


1. L'ARMÉE DES OMBRES

classe 4

Résumé :

En octobre 1942, dans une France occupée par les Allemands, Philippe Gerbier arrêté pour pensées gaullistes est emmené dans un camp d'internement. Quelques jours plus tard, il est récupéré par la Gestapo, mais parvient à s'échapper. Gerbier est en fait un chef de réseau de la résistance, mais alors qu'il part pour Londres avec le grand chef du réseau, son second Félix est arrêté par les Allemands.

Gerbier revient alors en France pour le sauver, mais cela n'est pas possible. Un peu plus tard, alors qu'il mange dans une brasserie, Gerbier se fait arrêter et va se faire exécuter, heureusement, Mathilde une membre très efficace de son réseau le sauve. Mais cette dernière à son tour est arrêtée, Gerbier et son équipe n'ont d'autre choix que de l'éliminer. Malheureusement, ils se feront tous prendre et tuer peu après.

unechance 7

Critique :

Excellent film, très dur par certains moments. Réalisé par Jean-Pierre Melville (Le Cercle Rouge, Un Flic, Léon Morin Prêtre) entièrement en couleur, il raconte l'histoire d'un réseau de la résistance pendant la guerre et plus particulièrement l'histoire de certains membres et dirigeants de celui-ci qui tentent tant bien que mal de faire leur travaille. Lino Ventura est tout simplement extraordinaire et méconnaissable dans son rôle de Philippe Gerbier, mais pas seulement ça, il est accompagné d'excellents acteurs autour de lui qui font de ce film une vraie réussite mais malheureusement dans la noirceur.

Tout d'abord, nous retrouvons Paul Meurisse (Les Voraces, Le Monocle Noir, Le Majordome) dans le rôle de Luc Jardie et grand patron du réseau de résistance dont s'occupe Ventura. Scène impressionnante du film avec lui : lorsqu'il est sur le bateau qui le conduit au sous-marin qui l'emmènera en Angleterre, on ne voit qu'une ombre de dos et on ne sait pas qui c'est, on le ne le voit que lorsqu'il est à bord du sous-marin et ses retrouvailles avec Gerbier. Très très efficace. Nous avons également Paul Crauchet (Ho !, Le Cercle Rouge, La Piscine) dans le rôle de Félix l'adjoint de Ventura dans son réseau, étonnant de justesse et que Ventura retrouvera un an plus tard dans Dernier Domicile Connu.

ladoublure 3

Ensuite nous avons Christian Barbier (La Horse, L'Homme Pressé, Trois Hommes à Abattre) dans un petit rôle mais assez marquant, Claude Mann (La Corde au Cou, La Bonne Année, L'Innocent) et Alain Libolt (L'Anglaise et le Duc, La Vie d'Artiste, Versailles) le jeune qui a dénoncé Ventura et que le réseau doit éliminer. Et enfin, nous avons Jean-Pierre Cassel (La Rupture, Les Rivières Pourpres, Contre-Enquête) qui nous fait tout simplement une prestation magistrale. Il y a même Serge Reggiani dans un court rôle de coiffeur-barbier. Dans les vedettes féminines, il n'y en a qu'une seule à retenir et qui, personnellement, je trouve porte le film à elle toute seule : Simone Signoret (Casque D'Or, Police Python 357, La Veuve Couderc) qui est mais alors tout simplement exceptionnelle, voilà ce que signifie le mot actrice avec une telle personne. Elle est belle, elle est crédible, elle est émouvante... bref phénoménale ! Le film doit beaucoup en partie à sa prestation, bien que tous les autres ne déméritent pas une seconde, mais Signoret crève littéralement l'écran ! Il n'y a qu'à voir la scène dans le parc du château avec Ventura.

Bien qu'il soit assez long, 2H20 tout de même, on ne s’ennuie pas tant nous sommes pris par le destin des personnages. La voix-off par certain moment du film est certes un peu gênante, mais heureusement n'altère pas sa qualité. L'image est splendide, et rend bien le ton très très dur du film, c'est vraiment une sale ambiance du début à la fin mais dans le bon sens du terme. On voit les difficultés qu'éprouvaient les résistants pendant la guerre, les méthodes de la Gestapo et leur inhumanité, la scène où Félix et Jean-François sont dans la cellule avec leurs blessures sur le visage en dit long.

On voit aussi les échecs répétés et nombreux du réseau de Ventura, et qui au final finiront tous six pieds sous terre. Tout ça pour ça pourrions-nous dire. Mais ils font leur devoir, pendant que d'autres ont abandonnés ou collaborent avec l'ennemi. La musique de Eric Demarsan (Section Spéciale, La Rage au Poing, Moi vouloir Toi) colle parfaitement avec ce que l'on voit à l'écran et accentue cette ambiance dépressive et glauque à souhait que l'on peut voir. La scène de début du film où Ventura est amené au camp d'internement et qu'il dit en voix-off ce qu'il pense du directeur et de ses compagnons de chambrée est tout simplement terrible.

Le film marchera de façon mitigée avec presque 1.5 millions d'entrées en France et 185 milles entrées en Espagne. Excellent film qui doit absolument figurer dans la vidéothèque de tous les fans de Ventura, ne serait-ce que pour voir sa prestation exceptionnelle et surtout celle de Simone Signoret : incontournable ! Le film existe en BluRay version remasterisée et en DVD.

Anecdotes :

  • Jean-Pierre Melville exigea beaucoup de ses acteurs pendant ce film et surtout de la part de Lino Ventura. Ce dernier se souviendra d'un tournage très difficile et se fâchera avec Melville. De ce fait, lorsque des années plus tard, Melville proposera à Lino Ventura de tourner dans Le Cercle Rouge, Ventura refusera, car l'acteur ne revenait jamais sur une décision qu'il avait prise.

  • La musique que l'on entend lorsque Ventura va au peloton d'exécution est le début du 4e mouvement "Protest" de Spirituals for string choir and orchestra (1941) du compositeur américain Morton Gould. Elle fut reprise de nombreuses fois à l'écran, et fut notamment popularisé comme étant la musique du générique de l'émission Les Dossiers de L'écran.

Séquences cultes :

Au moins vous souffrez pour une idée.

Nous allons vous laisser une chance

Vous n'auriez pas une cigarette ?

Trois hommes cela aurait été de trop.

Les Anglais n'ont qu'une confiance modérée dans l'efficacité de la résistance française.

Retour à l'index