L'Armée des ombresFantasia chez les Ploucs

Saga Lino Ventura

Dernier domicile connu (1970)


1. DERNIER DOMICILE CONNU

classe 4

Résumé :

Un homme court dans la ville avec un pistolet à la main et tue des gens, plus tard il est arrêté, un autre truand également est arrêté chez lui : tous par Marceau Léonetti un policier exemplaire de la brigade criminelle. Ce dernier reçoit la légion d'honneur pour bravoure, mais alors qu'il rentre un jour, il tombe sur une voiture qui tourne en rond, le conducteur est ivre, et la femme qui est avec demande de l'aide à Marceau. En fait le conducteur s'appelle Faïllac, il est le fils d'un avocat influent. Cela coûte la carrière de Marceau qui se retrouve dans un commissariat de quartier. Il reçoit un jour un coup de fil d'un ancien ami : Frank Lambert qui dirige un service spécial pour désengorger les services de police. Marceau fait alors équipe avec la jeune et très jolie Jeanne Dumas une auxiliaire de police fraîchement arrivée.

L'arrestation des pervers dans les cinéma commence, mais un jour, Gravel un type du service confie à Marceau une mission : retrouver Roger Martin qui doit témoigner dans une affaire de meurtre d'un certain Soramon. Tout ce que la police a c'est son dernier domicile connu. Marceau et Jeanne commencent alors la recherche de Martin. Ils ont 8 jours pour le trouver, mais des hommes de Soramon le cherchent aussi. Alors que l'enquête se déroule, toutes les pistes se ferment les unes après les autres jusqu'à ce que Marceau découvre que la fille de Martin est malade, ils finissent par retrouver le médecin et Martin et sa fille. Ce dernier témoigne contre Soramon, mais la police ne le protège pas et un homme de Soramon le tue dans un parc alors qu'il se promène avec sa fille.

unechance 7

Critique :

Film réalisé par José Giovanni (Classes Tous Risques, Ho !, L'Excommunié) entièrement en couleur. Alors je suis partial mais alors très partial avec ce film, si je pouvais lui mettre 6 bottes, je le ferai. Sans aucun doute un de mes films préférés des années 70, et sans nul doute mon préféré dans la filmographie de Lino Ventura. Il n'est pourtant pas exempt de défauts, mais Dernier Domicile Connu avec Ventura est comme Peur sur la Ville avec Belmondo : c'est un film hors norme, qui dégage quelque chose que n'ont pas d'autres films de cette époque. C'est pour moi un film parfait, il a tout ce qui fait un grand film.

Outre Lino Ventura en vedette, qui est toujours dans l'excellent en jouant le rôle d'un flic compétent qui prend à cœur son travail, alors qu'il tombe sur une voiture en train de faire des tours dans un rond point de Paris, une fille lui demande de l'aide car le chauffeur est ivre. C'est le fils du célèbre avocat Faïllac et son arrestation coûte la carrière à Marceau qui se retrouve muté dans un commissariat de quartier. Mais un jour, un ancien ami Frank Lamber, interprété par Alain Mottet (Nestor Burma, Les Dossiers de L'écran, Les 5 Dernières Minutes), l'appelle : il dirige une section spéciale qui arrête les maniaques dans les cinéma, pour désengorger les commissariats de police.

Il fait alors équipe avec la toute jeune Jeanne Dumas, interprétée par Marlène Jobert (La Guerre des Polices, Effraction, Va Voir Maman Papa Travaille), lorsqu'un jour Gravel un autre collègue du commissariat, joué par Hervé Sand (Jacquou Le Croquant, La Scoumoune, Les Choses de la Vie), lui donne une mission : il faut retrouver Roger Martin, joué par Philippe March (La Blonde de Pékin, Rouletabille, Les Amis), seul témoin oculaire qui peut incriminer Soramon. La police le recherche depuis 5 ans, il ne reste que 8 jours avant le début du procès. Jeanne et Marceau commencent leur enquête, mais ils sont filés par les hommes de Soramon. Au fil des pistes, celles-ci ne mènent nulle part, jusqu'au moment où Marceau à l'idée de voir du côté des médicament de la fille de Martin qui est malade. De là, ils retrouvent le médecin, et avec lui Roger Martin et sa fille. 

ladoublure 3

Martin témoigne contre Soramon, mais la police ne le protège pas, et un des hommes de Soramon le tue alors qu'il est dans un parc avec sa fille. Aux côtés de Ventura et Jobert, on retrouve également Michel Constantin : qui incarne un pourri de première de grande classe. On a vraiment qu'une seule envie, c'est de le choper dans un coin et de lui faire sa fête. La scène où il tue le père de la petite Marie Martin faisant atteindre le summum de la haine envers le personnage qu'il incarne, un grand bravo à cet acteur. On retrouve également à nouveau Paul Crauchet qui incarne Jacques Loring, toujours dans un rôle assez atypique et qui ne laisse pas du tout indifférent, il est exceptionnel. Et que dire de Bianca Saury la petite Marie Martin ?

En fait, on se demande à partir du moment où l'enquête de Marceau commence réellement et qu'il la recherche si ce n'est pas elle en fait la véritable vedette de l'histoire, au fil des minutes du film on vient à fantasmer sur la personnalité et l'allure de la gamine : on pourrait être déçu, mais nous ne le sommes pas lorsque nous la voyons enfin. Elle n'a qu'un rôle que de quelques minutes, mais Bianca Saury illumine tout l'écran, et tous les espoirs de Jeanne se concrétisent par cette merveilleuse gosse. Elle est parfaite, il n'y a pas d'autres mots, que ce soit ses mimiques ou ses attitudes, elle vole littéralement la vedette aux grandes personnes. Tant son histoire nous touche et elle aussi.

Le film, comme je l'ai dit plus haut, a des défauts : comme par exemple quelques longueurs, ou encore lorsqu'au début du film Ventura recherche les pigeons du petit garçon, une scène de bagarre entre Ventura et les hommes de Soramon que je trouve vraiment très dure et enfin la scène de témoignage de Martin qui est symbolisée plutôt que d'avoir vraiment été tournée dans un tribunal. Mais sinon le film est terrible, le passage avec la musique et que nous ne voyons que les jambes de Ventura et Jobert qui font leur enquête, on a droit à pas mal de tournage en extérieur et dans les rues de Paris qui nous permet de voir comment la ville était à cette époque-là. Et la scène finale, lorsque les policiers abandonnent Roger Martin et sa fille, on voit l'air désemparé du père lorsqu'il se retrouve tout seul avec sa gamine, c'est un film très mélancolique et pessimiste. 

Le discours de Jeanne à la fin est tout simplement terrible de vérité, devant un Marceau totalement désabusé et abruti par son métier qui rate quelque chose avec elle. On est révolté par la mort du père de Marie : il avait témoigné, les jeux étaient fait pour Soramon, pourquoi ce crime lâche et inutile. Mais le film est dans cet esprit. Et alors un élément crucial est à ajouter et qui finit de parfaire tout ceci : la magnifique bande-son de François de Roubaix. C'est simple, pour moi de Roubaix a fait deux chef d'œuvres : Dernier Domicile Connu et le générique de la série Commissaire Moulin des années 70. Je vous conseille d'ailleurs de vous procurer la BO de Dernier Domicile Connu en CD pour en profiter pleinement. C'est tout simplement une tuerie.

 Magnifique film donc, qui marchera plutôt bien en affichant un score de plus de 2.2 millions d'entrées en France et près de 330 milles entrées en Espagne. Film incontournable pour moi et c'est d'une évidence dans la filmographie de Ventura, allez-y vous ne le regretterez pas, ne serait-ce que pour voir le tandem Ventura-Jobert qui fonctionne très bien à l'écran. Une mise en scène efficace, et une histoire terrible. Probablement un des meilleurs films des années 70 de mon point de vue. Le film est disponible en DVD.

Anecdotes :

  • Le thème musical de François de Roubaix pendant la marche de Ventura et Jobert dans les rues de Paris, fut réutilisé par Robbie Williams dans sa chanson « Supreme ».

  • Diffusé sur Arte en 1997 pour une soirée thématique Lino Ventura, le film attirera un peu plus de 2.4 millions de téléspectateurs, ce qui fera réaliser l'un des meilleurs scores de la chaîne pour une thématique.

Séquences cultes :

Il s'est cogné tout seul contre sa portière ?

On m'a volé mes pigeons

Vous avez déjà fait ce genre de travail ?

Thème François de Roubaix

Fais pas d'histoires

Retour à l'index