La GiflerCadavres exquis

Saga Lino Ventura

Adieu poulet (1975)


1. ADIEU POULET

classe 4

Résumé :

La police débarque dans une maison close, un homme est mort. Tandis que le commissaire Verjeat rentre chez lui, les deux autres inspecteurs repartent. L'un d'eux, l'inspecteur Moitrier, répond à un appel radio à propos de colleurs d'affiches pour les élections qui s'agressent. Alors qu'il arrive pour intervenir, un des colleurs d'affiches lui tire une balle à bout portant. À l'hôpital, son collègue, l'inspecteur Lefèvre l'a rejoint et Moitrier lui dit qu'il a reconnu son agresseur : il s'agit d'un certain Portor. Moitrier meurt peu après. Mais alors qu'il va démarrer son enquête, le supérieur de Verjeat, Ledoux lui dit qu'il va s'occuper de Lardatte le candidat mis en cause, et que lui doit s'occuper que de Portor.

Peu après le père du jeune colleur d'affiches mort dans l'agression prend en otage la mairie, et Verjeat le laisse parler au haut-parleur où il insulte Lardatte. Ce dernier fait alors jouer ses relations pour faire muter Verjeat en représailles. Plusieurs événements se passent, et Lefèvre met en place un stratagème pour éviter que Verjeat soit muté, ça marche et Lardatte le contacte. La police finit par localiser Portor, mais il s'échappe et se rend chez Lardatte et le prend en otage. Alors que Portor demande à parler à Verjeat, ce dernier lui répond qu'il est parti à Montpellier.

unechance 7

Critique :

Je suis toujours assez mitigé pour ce genre de film comme Adieu Poulet. Réalisé par Pierre Granier-Deferre (La Veuve Couderc, Le Toubib, L'étoile du Nord) d'après un scénario de Francis Veber, c'est le genre de film dont l'histoire et les acteurs sont très intéressants, mais dont la réalisation pas très soignée gâche le plaisir.

Lino Ventura campe cette fois-ci le rôle d'un commissaire de police idéaliste qui veut rendre la justice que ce soit face aux petites gens, ou bien face aux puissants. On retrouve ici un peu le schéma du film : Le Corps de Mon Ennemi avec Jean-Paul Belmondo, mais avec Ventura c'est du côté des flics que ça se passe. À ses côtés on retrouve l'excellent Patrick Dewaere (Les Valseuses, La Meilleure Façon de Marcher, Coup de Tête) en inspecteur honnête et fidèle à Ventura : une seule chose à dire, Dewaere est extraordinaire. Si je ne dis pas de bêtises, c'est la première rencontre entre Dewaere et Ventura et le duo fonctionne du tonnerre à l'écran. Victor Lanoux (La Carapate, Un Dimanche de Flic, Nous Irons Tous au Paradis), très bon, dans le rôle du politicien véreux Pierre Lardatte clôture le trio de vedettes. 

ladoublure 3

Dans les seconds rôles autour d'eux on retrouve : Julien Guiomar en supérieur qui ne veut prendre aucun risque, un rôle sérieux qui le change de ses autres habituellement, Pierre Tornade dans le rôle du commissaire Pignol, Michel Peyrelon qui interprète Roger Portor, Michel Beaune en inspecteur... Pour les vedettes féminines, nous avons Françoise Brion (La Traque, La Bûche, Un Beau Monstre) qui retrouvait Ventura près de 16 ans après leur première collaboration dans le film Un Témoin dans la Ville. Elle joue ici la tenancière d'une maison close, qui tente de faire inculper Verjeat et Lefèvre. Vient ensuite les petits rôles avec la jolie Christine Laurent (La Soupe Froide, Ne Pleure Pas, Un Amour de Sable) dans le rôle de la prostituée avec qui l'homme est mort au début du film, et nous avons Valérie Mairesse (On Aura Tout Vu, Le Coup du Parapluie, Banzaï) qui nous montre sa culotte en fille qui distribue des tracts pour Lardatte. Et enfin il y également Claude Rich en juge droit dans ses bottes et incorruptible, et qui nous livre comme toujours une représentation superbe. Pas de problème donc du côté des acteurs, qui sont tous des gens chevronnés et qui connaissent leur métier : c'est pro du début à la fin du film.

Pas de problème non plus pour le scénario : une histoire politique autour d'un pourri qui est prêt à tout pour se faire élire, on est pratiquement dans la réalité quotidienne de notre époque actuelle, et pas de problème non plus pour le tournage, c'est pratiquement entièrement filmé en extérieur, et il y a vraiment de rares scènes en intérieur, et ça c'est vraiment un gros plus pour le film. Seulement voilà, je trouve que la réalisation et la mise en scène gâche le plaisir du spectateur. C'est très mal filmé par moment, et les scènes ne sont pas finies : même pour la fin, on reste sur un non-dit, et on ne voit pas Lardatte se faire flinguer, c'est désolant et on reste sur notre faim. 

De plus, c'est réalisé de telle façon que cela en fait plus que ça ne le devrait, je m'explique on a l'impression que la mise en scène pousse à une façon de surjouer les événements et cela passe très mal à l'écran. C'est dommage. La musique de Phillipe Sarde (Max et les Ferrailleurs, La Grande Bouffe, La Valise) est très très discrète pendant tout le film, elle ne laisse pas de souvenir impérissable.

C'est pour ces petits défauts que je ne lui mets pas la note maximale. Mais sinon c'est un très bon film, vous ne verrez pas passer ses 1H25 et ne serait-ce que pour Dewaere il faut le voir. Le film fera un bon succès avec près de 2 millions d'entrées. Je le conseille aux fans de Ventura de l'avoir dans leur vidéothèque car c'est un film de qualité avec des atouts, mais aussi hélas une réalisation un peu faible, dommage. 

Anecdotes :

  • Victor Lanoux et Patrick Dewaere seront nominés aux Césars du meilleur acteur dans un second rôle pour l'année 1976.

  • Lopez l'un des hommes de Lardatte n'est autre que Eric Vasberg qui avait tourné deux ans plus tôt déjà avec Ventura dans le film L'Emmerdeur : il y jouait le pilote de la voiture bleue qui doit le ramener à son hôtel en moins de 5mn.

Séquences cultes :

Pourquoi y a que nous qu'elle arrose pas ?

Et la chlorophylle, c'est de l'oxygène !

Ton frère a tué un de mes hommes

Pourquoi t'es rentré dans la police ?

Pour entretenir l'amitié

C'est propre ce que tu fais là !

Retour à l'index