Le Cercle Rouge (1970)La Veuve Couderc (1971)

Saga Alain Delon

Soleil rouge (1971)


SOLEIL ROUGE

Résumé :

1871 au Far-West. Une bande de bandits attaquent un train qui allait à Wasinghton. Alors qu'ils dévalisent entièrement le train, dans un wagon privé, ils tombent sur l'ambassadeur du Japon qui se rend avec deux de ses samouraïs à Washington pour voir le président des états-unis. Link le chef des bandits se fait trahir par son bras droit : Gotch. Gotch vole le sabre de l'ambassadeur qui est un cadeau pour le président, et s'en va avec le butin en laissant Link pour mort et après avoir tué l'un des deux samouraïs. L'autre samouraïs restant, Kuroda, est chargé par l'ambassadeur de retrouver le sabre. Soignant Link, Kuroda part avec lui à la recherche de Gotch. Un long trajet commence alors pour les deux hommes qui vont se respecter et s'apprécier de plus en plus. Kuroda n'a que 7 jours pour rapporter le sabre, sinon il devra se tuer. Link et Kuroda enlèvent Christina, la petite amie de Gotch et lui donne rendez-vous dans une ancienne mission, mais alors que Gotch va les posséder une fois de plus, les comanches attaquent. Après une dure bataille, Gotch tue Kuroda, et Link tue Gotch, et ramène le sabre à l'ambassadeur.

Critique :

Nous retrouvons Alain Delon pour un western cette fois-ci. Réalisé par Terence Young (Opération Tonnerre, James Bond 007 Contre Dr. No, Cosa Nostra) surtout connu pour ses James Bond, il nous livre ici un film... correct et vraiment attachant. Disons-le immédiatement, ce n'est pas Delon la vedette principale, mais Charles Bronson que Delon retrouve après Adieu L'Ami quelques années auparavant. Entre temps, Charles Bronson a tourné Il était une fois dans L'Ouest et d'autres films qui l'ont propulsé en star internationale, il est donc dans ce film sur le même pied d'égalité que Delon, si ce n'est plus.

Bronson livre une remarquable prestation du bandit, pas totalement pourri, et qui a encore quelques principes. C'est pour cela qu'il aidera au final son acolyte japonais à accomplir sa mission. Celui-ci est interprété par Toshiro Mifune (La Bataille de Midway, Duel dans le Pacifique, Shogun) acteur japonais connu internationalement lui aussi. Il livre lui aussi une prestation remarquable, sans parler beaucoup, c'est surtout dans ses attitudes que l'acteur réussi à faire passer ses sentiments, et ça fonctionne parfaitement.

Le duo Bronson/Mifune marche bien à l'écran et on est heureux de suivre leur périple à l'écran. Delon est extraordinaire dans son rôle de pourri sanguinaire sans aucun scrupule, il a vraiment une sale gueule dans ce film, et en le voyant on sait immédiatement à qui nous avons à faire. C'est tout simplement du grand art. Pour compléter le casting, nous avons Ursula Andress (L'Arnaqueuse, Le Choc des Titans (1981), Le Crépuscule des Aigles) très connue en France pour son rôle aux côtés de Jean-Paul Belmondo dans Les Tribulations d'un Chinois en Chine.

Les spectateurs masculins seront ravis avec ce film et pourront contempler une partie de l'anatomie de l'actrice au sommet de sa beauté à cette époque. Visiblement elle est une actrice attitrée du réalisateur, puisqu'elle figurait dans le premier James Bond qu'il a réalisé.  Et enfin, l'actrice Capucine (L'Incorrigible, Mélodie Meurtrière, A La Recherche de la Panthère Rose) que l'on a pu voir dans la série Arabesque par exemple, avec ici un tout petit rôle. Néanmoins, elle s'en sort bien. Tout ceci, nous donne donc un excellent film, très bien réalisé techniquement, il n'y a rien à redire.

On a même de magnifiques décors naturels : comme par exemple le passage dans les montagnes enneigées, ou encore cette scène très étrange en perspective, lorsque Link et Kuroda descendent la falaise pour aller aider Christina qui se trouve aux prises avec les comanches. Ou encore la scène vers la fin dans le champs de bambous, la lumière est splendide et la couleur de l'image très très belle. On s'attache aux personnages, surtout à Kuroda, et Link qui ne laissent pas non plus insensibles. Il y a certes une tentative d'humour pendant tout le film entre les deux personnages mais je ne trouve pas, personnellement, que ce soit réussi. Nous ne voyons pas beaucoup Delon, mais son rôle est somme toute marquant et de plus il finit mal à la fin du film. L

a musique composée par Maurice Jarre (Lawrence d'Arabie, Les Professionnels, L'étau) n'est pas omniprésente pendant tout le film, mais le thème principal est très agréable à écouter. Excellent film donc, vous ne regretterez pas de le visionner. Le film marchera très bien, avec plus de 3.3 millions d'entrées en France, près de 1.7 millions d'entrées en Espagne et près de 7.3 millions d'entrées en Italie. Aux USA, il générera 1.6 millions de dollars de recettes, pas mal du tout

Anecdotes :

  • Le film visait trois pays pour son succès : La France, les USA et le Japon. En effet, pour ce dernier, Delon avait tourné un peu avant une pub là-bas pour un cachet de 100 milles dollars, et était devenu un sex symbol dans ce pays.

  • Les scènes extérieures du film se situent en Espagne, dans la région de Tabernas près d'Alméria.

Retour à l'index