La Tulipe noireParis brûle-t-il

Saga Alain Delon

Les Félins (1964)


LES FÉLINS

Résumé :

Alors qu'il rentre à sa chambre d'hôtel après une partie de tennis, Marc, qui a séduit la femme d'un dangereux gangster, a la désagréable surprise de trouver ses hommes de main qui font passer un sale quart d'heure à Marc, avant de l'emmener pour le faire disparaître pour de bon. Mais Marc, réussi à s'enfuir et trouve refuge dans un asile de pauvres. Là, il fait la connaissance de Melinda et de la riche Barbara qui l'embauche comme chauffeur personnel. Mais Marc découvre la vérité : il a été recruté pour être tué et ainsi permettre à Vincent, qui a tué le mari de Barbara, de prendre sa place pour être libre et partir aux états-unis. Mais Melinda qui est amoureuse de Marc, monte un stratagème et Vincent tue Barbara, tandis que les hommes de main à la poursuite de Marc tuent Vincent croyant qu'il s'agit de Marc. Alors qu'il va se débarrasser des corps de Vincent et Barbara, Melinda le fait repérer par la police. Traqué et recherché, c'est au tour de Marc d'être le prisonnier de Melinda comme Vincent était celui de Barbara.

Critique :

Alain Delon retrouve René Clément pour la 3e fois après Plein Soleil et Quelle Joie de Vivre pour cette fois-ci un thriller sympathique Les Félins, entièrement tourné en noir et blanc, raconte l'histoire d'un arroseur arrosé si l'on peut dire : Marc, le personnage incarné par Alain Delon, séducteur impénitent est poursuivi par les hommes de main du mari de sa dernière conquête et qui est un dangereux gangster. À ce propos, dans les dits hommes de main du mari, on notera la présence de Sorell Booke (Columbo, Les Mystères de L'Ouest, Les Têtes Brûlées) le très célèbre Boss Hogg de la série tv Shérif Fais Moi Peur. Il est, ici, le photographe lorsque Marc prend son bain forcé.

Marc qui cherche à fuir trouve refuge dans un asile de pauvres où il fait la connaissance des deux magnifiques femmes que sont Barbara, incarnée par Lola Albright (Peyton Place, Kojak, Columbo) jolie actrice qui n'eut pas une carrière exceptionnelle ni au cinéma, ni à la télévision. Et de Melinda, interprétée par Jane Fonda (On Achève Bien les Chevaux, Klute, Sa Mère ou Moi !) que l'on ne présente plus et qui est depuis longtemps une star internationale. Il séduit les deux femmes, et lorsqu'il découvre qu'il est destiné à être éliminé pour prendre la place de Vincent, joué par André Oumansky (Highlander 3, Mauvaise Foi, Lucky Luke), l'amant de Barbara qui a tué son mari pour elle. Marc décide de séduire Barbara pour que Vincent prenne sa place et ignore les sentiments de Melinda à son égard. Grave erreur que de sous-estimer une femme amoureuse : Melinda fera ce qu'il faut pour éliminer Barbara et Vincent et faire en sorte que Marc soit son prisonnier à jamais.

Alors que dire sur Les Félins ? Tout d'abord que le film est rendement mené du début à la fin, et que l'on ne voit pas passer les 1H35 de celui-ci. Le trio d'acteurs est tout simplement époustouflant de justesse, on y croit et ils sont tous plus diaboliques les uns que les autres. La mise en scène et la façon de filmer est maîtrisée de façon indéniable : certains plans sont vraiment très bons, comme par exemple la séquence dans la Rolls lorsque Delon s'arrête au portail et parle à Barbara, on voit alors Delon en gros plan et Lola Albright en plan éloigné sur l'arrière de la banquette, c'est juste superbe : personnellement j'adore ce type de cadrage. C'est soigné, bien fait, dynamique, bref, ça fonctionne. Il y a aussi les apparitions de Vincent dans le miroir par exemple. On sent, que les plans sont réfléchis et qu'ils sont réalisés de manière intelligente. Le noir & blanc est très bon, on peut remercier Henri Decaë (Le Cercle Rouge, Mort d'un Pourri, Le Professionnel) qui n'est pas un novice.

Delon est au top de sa séduction, mais on le voit ici mûri : il se rapproche de la trentaine et a désormais le visage définitif que l'on lui connaîtra dans ses films des années 70 : assez dur et froid. Il n'a plus cette innocence qu'on pouvait percevoir dans les films précédents, ni ces expressions juvéniles qu'il pouvait avoir. C'est en quelque sorte le Delon adulte qui est désormais en face de nous. Les deux actrices qui l'accompagnent sont tout simplement magnifiques tant par leur jeu que par leur plastique, il n'y a qu'à voir la scène en déshabillé de Jane Fonda, pour comprendre. D'ailleurs, petite chose amusante, à plusieurs reprises, cette dernière a par certaines attitudes, une petite ressemblance par moment à l'actrice Elizabeth Montgomery de la série tv Ma Sorcière Bien-Aimée.

Le seul défaut mineur que l'on pourrait incomber à ce film est la musique omniprésente de Lalo Schifrin (Des Agents Très Spéciaux, Mannix, Starsky et Hutch) le très célèbre compositeur du non moins célèbre générique de la série tv Mission Impossible et d'autres bien connues également. On reconnaît d'emblée d'ailleurs la patte de Schifrin et dès les premières notes on se dit qu'elle nous rappelle quelque chose et pour cause ! Néanmoins, dans Les Félins, la musique est omniprésente et prend même parfois le pas sur l'image, ce qui est, je trouve, de mon point de vue désagréable au possible. Mise à part cela, rien à dire, on a droit également à de beaux décors naturels de la côte d''azur. Le film marchera assez bien avec plus de 1.4 millions d'entrées en France. Et fera un peu plus de 600 milles entrés en Italie. Un thriller diablement efficace et qui mérite sa place dans sa vidéothèque de Delon.

Anecdotes :

  • Au début du film, lors de la scène de bain forcé de Marc, le personnage de Delon, on peut nettement apercevoir la petite cicatrice au menton que Delon s'est faite pendant le tournage de Sois Belle et Tais Toi. À cette époque, visiblement, la chirurgie esthétique ne faisait pas encore de 'miracles'.

  • Petit détail amusant, au début du film, lorsque Delon échappe aux bandits qui veulent le tuer en volant leur voiture, il est avec le chauffeur qui se fait tuer. Or, lorsque la voiture plonge de la falaise, on voit clairement qu'il n'y a qu'un seul homme dans la voiture : probablement un mannequin. La production n'avait pas les moyens de mettre 2 mannequins ?

  • Dans le film il y a également George Gaynes, dans un petit rôle, l'acteur très connu de la série tv Punky Brewster et de la série des films Police Academy et de son rôle dedans du Commandant Lassard.

  • Alain Delon, à un moment dans le film donne l'âge qu'a son personnage : il s'agissait à ce moment-là, du véritable âge qu'avait Delon : 28 ans.

Retour à l'index