Mélodie en sous-solLa Tulipe Noire

Saga Alain Delon

Le Guépard (1963)


LE GUÉPARD

Résumé :

C'est la panique dans la noblesse Italienne : un soldat mort a été trouvé dans le jardin de la propriété du prince Fabrizio Corbera. Garibaldi vient de débarquer et ils sentent la fin de leurs privilèges venir. Mais le prince Fabrizio a un atout dans sa manche : son jeune neveu Tancrede qui lui participe à la révolution Italienne pour faire tourner les événements en leur faveur, et permet par ce fait de conserver les privilèges de son oncle. Alors que la fille aînée du prince, Concetta, pense que Tancrede est amoureux d'elle, celui-ci tombe en fait amoureux de Angelica la fille du maire où se trouve la résidence d'été du prince Fabrizio. Tancrede se marie avec elle, mais Fabrizio voit que les choses pour leur caste changent inexorablement, et qu'il va devoir faire avec.

Critique :

Alain Delon retrouve à nouveau Luchino Visconti 3 ans après avoir tourné avec lui Rocco et ses Frères. Entre temps, il a tourné des films avec René Clement, Michel Boisrond, etc. C'est donc cette fois-ci un Delon plus expérimenté et plus sûr de lui que l'on retrouve à l'écran et ça se voit dans ses postures et ses attitudes. Alors la première chose, c'est que ce film est long, très long : près de 3H dans sa version longue (version que j'ai visionné) ! La seconde chose c'est que je ne suis pas certain d'avoir compris toutes les subtilités du scénario par rapport aux faits historiques qui sont racontés dans le film. Je ne suis pas très intéressé par l'histoire en France, alors celle des autres pays...

En revanche on voit clairement ce que Visconti voulait démontrer, des personnages riches et puissants qui avaient une certaine culture avec un passé glorieux voient des gens sans envergures et médiocres prendre petit à petit le pouvoir qu'ils avaient et qu'ils vont devoir de ce fait désormais côtoyer. Le film raconte la chute de l'aristocratie, qui est inévitable. Il dépeint des gens qui vivent dans un luxe inimaginable et qui ne se rendent pas compte qu'ils sont en dehors de la réalité bien à l'abri dans leur monde douillet et loin des préoccupations des gens simples.

Delon interprète un de ces aristocrates opportuniste qui se sert de la situation pour la tourner à son avantage, et n'hésites pas à mettre de côté les valeurs qu'il est censé représenter, du moment qu'il peut en tirer parti. À ses côtés c'est l'immense acteur Burt Lancaster (L'île du Docteur Moreau, Airport, Le Prisonnier d'Alcatraz) qui joue le rôle du patriarche en la personne du prince Fabrizio, un être raffiné, instruit, intelligent et qui a une notion de certaines valeurs et tient par son autorité naturellement imposée toute sa famille. Lancaster arrive à montrer tout cela à l'écran, et bien plus encore.

Vient ensuite la très jolie Claudia Cardinale (Les Pétroleuses, La Scoumoune, Le Ruffian) encore très jeune à l'époque et qui retrouve Delon pour la seconde fois et qui 5 ans plus tard tournera le mémorable Il était une Fois dans l'Ouest. Il est d'ailleurs dans ce film une singularité assez particulière, puisqu’un autre acteur qui deviendra célèbre avec les westerns spaghettis et qui jouera lui aussi avec Henri Fonda est présent dans Le Guépard : il s'agît de Terrence Hill, qui ici porte encore son nom d'acteur en italien : Mario Girotti. Nous retrouvons également Serge Reggiani (Casque D'Or, L'Armée des Ombres, Les Années Folles) qui est lui aussi un acteur bien connu. Comme je l'ai dit plus haut, dans sa version longue, le film dure près de 3H et il y a quelques longueurs, notamment le passage dans l'église, celui avec la chanson...

Néanmoins, nous avons droit à de superbes décors (par exemple celui dans le palais abandonné où se promènent Delon et Cardinale), mais il faut s'accrocher pour aller jusqu'au bout du film. Delon commence à avoir la façon de jouer qu'il aura dans les années 70, mais malgré tout on peut voir que le film est d'origine italienne, car à 1H environ du film, il y a une scène avec un repas, et Delon a les gestes et les attitudes d'un comédien italien : c'est impressionnant. Le tout est tourné avec soin, seule la musique est encore une fois la grande absente. C'est une fois de plus Nino Rota à l'œuvre, avec l'aide de Franco Ferrara.

Le film sera un succès, mais pas dans l'immédiat, notamment en Italie et totalisera là-bas sur toute la durée de son exploitation plus de 11 millions d'entrées, en France il fera un peu moins de 3.7 millions d'entrées, pas mal non plus. Le film n'est pas indispensable pour les fans d'Alain Delon, car c'est surtout Burt Lancaster qui est mis en avant, mais vous aurez tout de même plaisir à le retrouver dans le rôle de Tancrede, et puis il y a les superbes décors et costumes.

Anecdotes :

  • Si Le Guépard fut au final un succès, au début les pertes qu'il engendra à cause de son budget colossal, ainsi que des pertes sur le film Sodome et Gomorrhe obligea la société de production Titanus d'arrêter son activité cinématographique pour se concentrer sur celle de la télévision, où elle est toujours vivante à l'heure actuelle.

  • Visconti aurait préféré avoir Laurence Olivier ou Nikolaï Tcherkassov pour interpréter le rôle du prince Fabrizio joué par Burt Lancaster. Néanmoins, en prenant ce dernier, la production put obtenir un accord de distribution aux USA avec la 20th Century Fox.

  • Le film fut tourné en anglais, et redoublé en italien en post-synchronisation pour l'Italie et bien en français pour la France.

Retour à l'index