Avengers

Saga Marvel au Cinéma

Hulk

1. Présentation Hulk

2. Hulk (Hulk) - 2003

3. L'Incroyable Hulk (The Incredible Hulk) - 2008

 

 


1. PRÉSENTATION HULK

thor 1

L'Incroyable Hulk, la bande-dessinée :

 

« The Incredible Hulk » sort pour la première fois sous son propre titre en 1962. Bruce Banner, un physicien nucléaire, a crée une nouvelle bombe pour l'armée américaine : la « Bombe G » aux rayons Gamma. Lors d'un essai, Bruce Banner voit dans le périmètre interdit un jeune homme en train de jouer de la musique dans sa voiture décapotable. Rick Jones, avait fait le pari avec ses amis qu'il arriverait à entrer dans la base. Bruce qui l'aperçoit veut absolument le sauver de la mort certaine qui l'attend. Il arrive juste à temps pour mettre Rick Jones dans une tranchée mais Bruce sera irradié par les rayons Gamma avant de pouvoir se mettre à l'abri. Dès lors, lorsqu'il est stressé ou qu'il est en colère, il devient un colosse Vert : Hulk.

 

ironman 1 1

Hulk est le second titre publié par la Marvel, après le succès des 4 Fantastiques. Hulk au début est gris, mais l'impression rendant très mal la couleur du monstre, il devient vert et de plus aucun autre personnage à l'époque n'était de cette couleur. Néanmoins, très vite le comics s'arrête car il ne connaît aucun succès. Intégré alors à la revue « Tales to Astonish » sa popularité grandie, et notamment grâce à sa présence aux côtés des premiers « Avengers ». Hulk est un monstre idiot, mais dans les années 80, il devient intelligent car en se transformant, il arrive à garder le cerveau de Bruce Banner. Puis plus récemment, Hulk est envoyé sur une planète déserte et éloignée à bord d'un vaisseau spatial par les Illuminati pour préserver la Terre du danger qu'il représente. Mais arrivant sur une autre planète que celle prévue, il doit combattre un tyran et devient l'élu du peuple de cette planète.

Mais la navette qui l'a amené là explose et tue sa femme. Dès lors Hulk n'à qu'une idée : se venger des Illuminati qui ne sont autre que : Flèche Noire des Inhumains, Iron-Man, Mister Fantastic des 4 Fantastiques et Docteur Strange. Il arrivera à tous les vaincre, puis se bat contre un autre personnage de la Marvel : Sentry. Le combat fait qu'ils redeviennent tous les deux humains. Banner découvre alors que le véritable auteur de son malheur est Miek, il redevient Hulk et arrive à le vaincre. Dans une rage jamais atteinte, Hulk demande alors à Iron-Man de le stopper, il sera alors emprisonné par le SHIELD. Outre sa taille de 2m30 (ou plus ça varie), Hulk a une force incalculable, et est invulnérable à tout : plus il s'énerve, plus il devient fort et invulnérable. Et lorsqu'il est blessé, comme Wolverine il guérit rapidement. Seuls le vibranium et l'adamantium peuvent lui causer des dommages à sa cuirasse verte. Hulk a affronté pratiquement tous les personnages de la Marvel : Les 4 Fantastiques, Spiderman, Thor, etc.

Hulk, la série tv :

C'est en 1977 que débarque la série tv « L'Incroyable Hulk » sur CBS. S'étalant sur 5 saisons et totalisant 82 épisodes de 47 minutes, elle fut créée par Kenneth Johnson (« V », « L'Homme qui Valait 3 Milliards »). Elle met en vedette Bill Bixby qui incarne David Banner, et Lou Ferrigno qui incarne le colosse Vert : Hulk. Au départ, c'était l'acteur Richard Kiel (Requin dans les James Bond avec Roger Moore) qui devait faire Hulk mais lors d'une scène test, Johnson trouve qu'il n'est pas assez musclé, Arnold Schwarzenegger fut alors auditionné puis Lou Ferrigno : c'est finalement ce dernier qui est retenu car plus grand que Schwarzenegger (1.88m pour Schwarzenegger contre 1.94m pour Lou Ferrigno).

Loin de respecter la BD originale, la série tv axe plus sur le côté sentiments humains et de ce que peut ressentir David Banner. Inlassablement poursuivi par un journaliste : Jack McGee. Banner déclaré mort, n'a de cesse de fuir, et d'essayer de se guérir en luttant grâce à Hulk contre divers méchants qu'il rencontre au passage. Après l'arrêt de la série en 1982, Bill Bixby mettra en œuvre plusieurs téléfilms jusqu'en 1990 où apparaîtront les personnages de Daredevil et Thor. Bill Bixby aura incarné David Banner jusque peu avant sa mort en 1993. En France la série sera diffusée à partir de 1980 sur TF1, mais les téléfilms pilotes seront eux diffusés au cinéma en 1979 et 1980. La série est disponible en intégrale en DVD.

Hulk, le dessin-animé :

Depuis 2013, Hulk est la vedette d'un dessin-animé : « Hulk et les Agents du Smash ». Hulk doit résoudre les problèmes contre lesquels Spiderman, les X-Men et les Vengeurs ne sont pas de taille pour lutter contre. Il est aidé par les agents du SMASH qui sont Miss Hulk (la cousine de Hulk qui a reçu son sang contaminé), Hulk Rouge, Rick Jones et Skaar. Le dessin-animé totalise actuellement 2 saisons de 26 épisodes chacune. 

Hulk, les Films :

L'Incroyable Hulk a connu deux adaptations notables au grand écran, la première en 2003 par Ang Lee avec Eric Bana dans le rôle titre de Bruce Banner, puis en 2008 par Louis Leterrier avec Edward Norton en vedette. Celui-ci est un reboot de la licence, et s'intègre dans la stratégie de Marvel des différentes phases pour ses films au cinéma. Il fait partie de la Phase I. Hulk sera présent dans le film « The Avengers » mais avec Mark Ruffalo dans le rôle de Bruce Banner.

Retour à l'index


2. HULK
(HULK)

Résumé:

Le Docteur David Banner qui travaille pour l'armée, fait des recherches sur le système immunitaire et ainsi régénérer le corps humain et peut-être devenir immortel. Mais les militaires refusent qu'il fasse ses expériences sur des cobayes humains. Alors il s'injecte son produit à lui-même. Banner est modifié génétiquement, et son fils Bruce en a hérité. Dès lors, son père cherche un remède, mais l'armée lui retire le projet. Banner fait sauter le réacteur nucléaire déclenchant une contamination aux rayons gamma, et disparaît après une dispute avec sa femme. Bruce est devenu adulte, et est un grand chercheur en nanotechnologie sous le nom de Krenzler.

Lors d'une réparation de routine sur leur réacteur à Rayons Gamma, Bruce est irradié à pleine dose, mais il survit et est en pleine santé. Dès lors, sous l'effet de la colère, Bruce devient un monstre : Hulk. Capturé par le père de la femme qu'il aime, le Général Ross, Bruce est enfermé dans un complexe. Mais Hulk s'échappe, après que Glenn Talbot ai voulu prélever son ADN et Betty Ross veut l'aider, mais le père de Bruce veut prendre sa puissance. Après un rude combat, le père de Betty largue un missile aux rayons gamma sur Bruce et son père. Un an plus tard, au cœur d'une forêt, des bandits mettent en colère Bruce Banner. Hulk est de retour.

Critique :

1er film sur Hulk, après la fin de la série des années 80 et des téléfilms qui ont suivis avec Bill Bixby et Lou Ferrigno dans les rôles titres. Le dernier téléfilm, « La Mort de l'Incroyable Hulk » fut diffusé en 1990. C'était donc le retour du monstre vert après 13 ans d'absence, mais au cinéma. Alors oubliez tout ce qui touche à la série tv, car en fait, elle ne respectait pas du tout le comics !

Le film de Ang Lee n'est pas une adaptation fidèle, mais s'en approche beaucoup plus que la série tv. Je pense qu'ils ne pouvaient pas reprendre de façon fidèle la bande-dessinée, car les origines de Hulk entraîne la présentation d'un autre personnage qui va prendre de l'importance dans le comics et amènera la rencontre de deux autres super-héros qui à mon avis n'étaient pas encore en 2003 dans les cartons de Marvel : Captain-America et Captain Marvel. De plus comme toujours, le comics de Hulk date de 1962, on ne peut pas faire 40 ans de BD en un film.

En effet, dans la BD, Bruce Banner est un physicien nucléaire qui travaille pour l'armée et notamment le général Ross. Il construit pour l'armée une bombe Gamma, et un essai de la bombe va être fait. Voulant à tout prix sauver un jeune garçon qui s'est introduit dans le périmètre interdit, Bruce Banner a juste le temps de mettre Rick Jones dans une tranchée à l'abri mais lui est irradié par les rayons Gamma.

Alors qu'il aurait dû mourir, Bruce Banner survit. Dès lors, à partir du moment où Banner est stressé ou en colère, il devient l'Incroyable Hulk. Rick Jones, plus tard dans le comics fera équipe avec Captain America sous le nom de Bucky qui était le premier compagnon de Captain America.

Puis, contacté par télépathie par le premier Captain Marvel, il trouve alors des bracelets qui permettent à Captain Marvel de revenir dans notre monde, tandis que Rick Jones se retrouve propulsé dans la zone négative. Ainsi liés, les deux hommes joueront un rôle de premier plan dans la guerre des Krees (la race dont fait partie Marvel) et les Skrull des extraterrestres conquérants qui attaqueront également la terre et affronteront, entre autre, les 4 Fantastiques.

Donc je pense que ceci aurait été un peu compliqué à l'écran, d'autant que Rick Jones fut le premier à voir Bruce Banner se transformer en Hulk suite à son accident, et rempli de remords, il suivra Hulk un petit moment, pour aider Banner lorsque Hulk redevient humain et a besoin d'aide. Mais Rick Jones le quittera rapidement. Dans le film ici présent, l'histoire change : David Banner le père de Bruce Banner, fait des expériences pour régénérer le corps humain et peut-être devenir immortel.

Mais l'armée refuse qu'il fasse des tests sur des cobayes humains, il s'injecte alors son sérum. David Banner donne son anomalie génétique à son fils Bruce, qui avec une irradiation aux rayons Gamma lorsqu'il tente de sauver un de ses collègues chercheurs va le transformer en Hulk. L'histoire est en partie respectée, de même que la partie avec son père 'relativement'. En effet, dans la BD, Bruce Banner a également eu une enfance difficile, son père est alcoolique et bat sa mère qu'il finit par tuer, néanmoins à aucun moment dans le comics, le père de Bruce ne possède de super-pouvoirs, l'histoire change ici dans le film. D'ailleurs il est difficile de dire à quel ennemi correspond le père de Bruce Banner car deux choses sont étranges ! La première est que le père de Bruce Banner s'appelle David Banner. Oui, mais dans la BD son père s'appelle Brian Banner, et de plus Bruce Banner s'appelle en réalité : Bruce David Banner.

En fait, ils ont pris un des prénoms de Banner pour créer son père : c'est bizarre. L'autre chose est que les pouvoirs dont le père de Banner est pourvu dans le film correspondent à un super-vilain qui se nomme « L'Homme Absorbant » dans le comics. Or ce dernier, est un ennemi récurrent de Thor, car il est devenu « L'Homme Absorbant » suite à une potion donnée par Loki le demi-frère de Thor. Donc, une nouvelle fois dans les films, on se mélange un peu les pédales mais ce n'est pas très grave.

Alors que donne ce film ? D'abord, personnellement, comme pour les X-Men ou encore par exemple Iron-Fist, ou encore Thor, Ghost Rider, etc. je considère Hulk comme un personnage de second plan dans la Marvel. En effet, car je trouve que Marvel, en fait Stan Lee et Kirby, ont fait encore une erreur avec ce personnage comme pour Wolverine : on a un monstre vert que rien ne peut arrêter et qui perd le contrôle total de lui-même, bref une vraie brute sanguinaire mais qui tue avec de la sélection. Non, d'ailleurs je ne suis même pas sûr qu'il tue dans la BD. Car n'ayant jamais réellement accroché à ce personnage que je ne trouvais pas intéressant.

stcine 12 7

Et de plus comme toujours, les BD s'adressant aux adolescents et Marvel faisant des films tous publics, on ne pourra pas voir Hulk se déchaîner dans toute sa colère. Il y a aura toujours quelque chose pour le stopper. Ceci étant dit, néanmoins ce premier film sur le colosse vert est moins mauvais que dans mon souvenir (à l'époque j'avais été le voir au Grand Rex à Paris) et tient finalement assez bien la route.

D'une durée de 2H20 pratiquement, certes il traîne parfois en longueur, mais ceci est dû au fait que le temps est pris pour bien poser le personnage. Par contre, comme le premier X-Men, je trouve que ce film dégage une réelle froideur au niveau sentiments et d'autant plus en la personne de l'acteur principal qui joue le rôle de Bruce Banner : Eric Bana (« La Chute du Faucon Noir », « Troie », « Star-Trek »). Je ne sais pas si ça vient de l'acteur lui-même, car malheureusement le même reproche est à faire pour Betty Ross qui est incarnée par Jennifer Connelly (« The Rocketeer », « Les Hommes de L'Ombre », « Le Jour Où La Terre S'Arrêta »). Par contre, elle se rattrape en milieu du film pour nous offrir une belle scène émouvante.

batman 1 2 8

En général, on a l'impression que tout le cast joue d'une manière très détachée et pas beaucoup d'émotion passe à l'écran, c'est vraiment dommage. On peut d'ailleurs citer également Sam Elliott (« Road House », « Ghost Rider », « Sous Surveillance ») qui joue le général Ross et que j'adore, il nous livre ici une prestation moins bonne que d'habitude je trouve, même Nick Nolte (« 48 Heures », « Les Hommes de L'Ombre », « Tonnerre sous les tropiques ») n'arrive pas à relever tout ça. Tout de même, une mention spéciale pour l'actrice qui joue Edith Banner la mère de Bruce, incarnée par Cara Buono (« Gladiateurs », « Deux Cow-Boys à New-York », « Laisse Moi Entrer ») et qui est vraiment très très jolie.

Pour le reste, on a de bonnes scènes d'action : le combat de Hulk contre les chiens boostés aux rayons Gamma par exemple, ainsi que celles avec les chars et les hélicoptères. Ça castagne, ça va vite et ça bourrine bien ! Même si le combat avec les hélicoptères rappelle beaucoup je trouve, le personnage de King Kong : l'être incompris de tous qui se bat pour sa survie. La psychologie n'est pas en reste, et il faudra un bon moment pour comprendre tout le cheminement des personnages et ce qu'ils ont en tête : entre le père respectif de Bruce Banner et celui de Betty Ross.

superman 1 2 9

Ce dernier veut étudier Hulk pour en faire une arme, mais d'un autre côté on se demande si ce n'est pas plus le désir du père que d'éloigner sa fille de ce monstre qui prime au-dessus de tout. Bien qu'elle soit très froide, Bana livre tout même une prestation à la mesure du Hulk par exemple avec la scène juste après le combat contre les chiens irradiés, et lorsqu'il s'en prend inconsciemment à Betty. L'émotion, bien que pas très présente dans le film, arrive quand même à un moment clé de celui-ci, lorsque Hulk part à la recherche de Betty et fini par la retrouver en ville, dès lors qu'elle s'approche de lui, il redevient Banner qui s'effondre dans ses bras.

On sent alors toute la détresse de Betty en larmes, et là-dessus Jennifer Connelly nous offre un superbe moment très attendrissant. Les effets spéciaux, qui commençaient à prendre leurs envols (c'est la même année de sortie pratiquement que pour Spiderman de Sam Raimi, X-Men 2, etc.) sont très soignés et très réussis dans ce film, il faut vraiment chercher la petite bête pour y retrouver à redire. Et les moments forts du films avec ceux-ci sont lorsque Hulk est capturé dans la base avec une sorte de béton liquide qui se fixe sur lui, et que Glenn Talbot lui touche le visage, tout comme le fait Betty Ross auparavant. Il faut rappeler que Hulk n'existe pas à l'écran c'est de l'image de synthèse.

superman 1 2 10

À ce propos, Hulk est entièrement animé en image de synthèse : il est très bien modélisé, même si parfois la texture du corps est moins travaillée sur certains plans du film, ça passe quand même. Le personnage évolue comme une bombe à l'écran, et il n'y a pas de ralentissement ou d'à coups qui pourraient choquer l'œil : c'est fluide, Hulk n'est pas raide pour un sou et s'anime naturellement à l'écran. On voit un monstre vert et on y croit ! Et les séquences de Morphing lors des transformations de Banner en Hulk sont réalisées sans aucune fausse note. L'autre moment fort en SFX étant lorsque le père de Bruce Banner laisse éclater son pouvoir : la scène dans les nuages avec les éclairs, puis celle dans le lac sont vraiment spectaculaires.

De plus il y a de bonnes idées : comme par exemple le découpage tout au long du film par des plans façon « cases du comics » : c'est bien fait, et ça apporte je trouve vraiment un plus bienvenu. Et de surcroît vous aurez droit à un caméo de Stan Lee avec Lou Ferrigno ! La musique signée par Danny Elfman est une petite merveille du début à la fin, rien à redire et le petit thème vous restera dans la tête après le film. D'un budget de 137 millions de dollars, le film a rapporté 245 millions de dollars de recettes. La scène de fin pouvait laisser présager un second film. Néanmoins, le producteur l'a qualifié de catastrophe financière et de ce fait le reboot de Louis Leterrier fut lancé en 2008 avec Edward Norton dans le rôle titre, et pour rattacher le personnage de Hulk aux phases de Marvel.

Malheureusement, ce reboot n'a pas fait tellement mieux au box-office : je me dis donc que mon désintérêt pour le monstre vert ne doit pas être propre qu'à moi. Je ne sais pas trop pourquoi le film de Ang Lee n'a pas mieux marché que ça en fait, ce n'est pas « The Avengers » c'est sûr, mais néanmoins on ne s'ennuie pas, et malgré les petits soucis cités on ressort plutôt satisfait du résultat avec ce personnage ! Enfin, de mon point de vue. Le film est disponible en DVD et BluRay.

superman 1 2 11

Retour à l'index


3. L'INCROYABLE HULK
(THE INCREDIBLE HULK)

Résumé:

Le Docteur Bruce Banner a reçu une overdose de rayons Gamma et s'est transformé en monstre, cela a failli coûter la vie de la femme qu'il aime. En fuite, il se cache au Brésil, tout en essayant de trouver un remède à son mal. Mais le général Ross le retrouve, et Banner doit s'enfuir à nouveau. Il retrouve la femme qu'il aime Elizabeth Ross, la fille du général, mais Ross a injecté un sérum à un soldat qu'il a engagé : Blonsky. Mais ce dernier se fait blesser grièvement par Hulk.

superman 1 3 1

Banner trouve Stern, un chercheur avec qui il était en contact pour se soigner, Stern lui injecte un antidote qui semble fonctionner et Banner est de nouveau arrêté par Ross. Blonsky, qui s'est remis de ses blessures demande à Stern de lui injecter du sang de Banner, mélangé au sérum, il devient une Abomination. Banner doit redevenir Hulk, et un combat à mort s'engage contre l'Abomination. Hulk gagne et il s'enfuit. Plus tard, le général Ross est saoul dans un bar, Tony Stark vient l'informer « qu'ils » mettent une équipe en place.

Critique :

Alors en revoyant le film de Louis Leterrier (« Le Transporteur », « Danny The Dog », « Le Choc des Titans »), j'ai compris pourquoi celui-ci n'a pas fait mieux que le 1er film sur Hulk au niveau Box-Office. On ne peut rien imputer à Edward Norton (« Fight Club », « Dragon Rouge », « Birdman ») qui incarne superbement un Bruce Banner torturé. La prestation de Norton est tout simplement exceptionnelle, confirmant qu'il est réellement un grand acteur.

Non, en fait, c'est le film lui-même qui est en question : en fait, ça fait comme avec D.C et son reboot de Superman : « Superman Returns », le nouveau film sur Hulk n'apporte rien, mais alors rien du tout. Certes, Hulk combat un nouvel ennemi du comics : L'Abomination, alias Emil Blonsky interprété par Tim Roth (« Le Suspect Idéal », « La Planète des Singes », « Pulp Fiction »).

Je n'aime pas beaucoup cet acteur, mais ici, il fait un militaire enragé et je trouve qu'il l'interprète remarquablement bien, ça lui va comme un gant. Dans la BD, Blonsky est un espion Russe qui était sur la base où Banner eut son accident au Nouveau-Mexique. Il vola la machine a rayons Gamma que Banner avait créée pour se soigner et se bombarda lui-même d'une dose de Rayons Gamma encore plus importante que celle de Banner, il se transforma alors en monstre de façon définitive et devint l'Abomination. Mais lui, contrairement à Hulk, garde toute son intelligence. Dans la BD, il se bat de nombreuses fois contre Hulk mais perd à chaque fois.

Ceci étant dit, ce n'est pas un mauvais film, mais vraiment on ne voit rien nouveau dans cette aventure. Ce qui n'est pas mal du tout, c'est l'histoire d'amour qu'il y a entre Bruce Banner et Elizabeth Ross incarnée par Liv Tyler (« Armageddon », « Le Seigneur des Anneaux », « Père et Fille ») qui est très jolie et joue très bien la jeune femme un peu perdue très amoureuse d'un homme dont elle doit en permanence s'inquiéter pour lui. C'est la trame principale de l'histoire, et les retrouvailles entre les deux amoureux sont vraiment à chaque fois des scènes très touchantes.

À côté de cela, est mise en place l'histoire pour Bruce Banner qui essaye de se soigner : à noter un détail, on assiste pas comme dans le film de Ang Lee à l'accident de Banner en direct, c'est montré pendant le générique comme une sorte de flash-back, et dès que le film commence proprement dit, Banner est déjà irradié et se transforme déjà en monstre. Il cherche un remède pour se soigner. La film est plein de petites références à la série tv de Hulk avec Bill Bixby : par exemple Lou Ferrigno a de nouveau un rôle en tant qu'agent de sécurité du collège où se trouve Elizabeth Ross.

Le thème musical de la série tv est repris lorsque Bruce Banner marche seul sur un chemin, juste avant qu'on le voit faire la manche au Guatemala. De même, la machine que l'on voit utilisée par Edward Norton au début du générique est la même que celle de Bill Bixby dans la série tv et qui l'a transformé en Hulk. Et enfin, à un moment au début du film, Banner regarde une émission à la tv, avec en vedette Bill Bixby jeune dedans.

Mais pas seulement, le film prend également d'autres références et d'autres clins d'œil : ainsi, le sérum utilisé par Ross pour transformer Blonsky est d'un certain « Reinstein » si on lit le nom sur le container où il le prend : il s'agit en fait d'un pseudo utilisé par le docteur Erskine lorsqu'il travaillait sur le projet du super soldat. D'ailleurs toujours sur le container, la mention Vita-Rayons est inscrite (en anglais). Il s'agit donc du sérum utilisé pour Steve Roger alias Captain America qu'utilise Ross sur Blonsky, on comprend mieux comment l'organisme de Blonsky se répare après sa douloureuse rencontre avec Hulk. Le seul bémol est que le container est siglé « Stark Industries ».

Dans les petites plaisanteries marrantes : lorsque Bruce Banner est sur l'ordinateur du campus d'Elizabeth, il entre le login et le mot de passe, et accède au PC, à ce moment-là se met en marche l'anti-virus « Norton Utilities » : le même nom que Edward Norton l'acteur qui joue Bruce. L'autre étant lorsque Bruce Banner et Elizabeth Ross sont à l'hôtel et que Elizabeth lui montre un pantalon violet, Banner refuse : dans la BD, Hulk a souvent un pantalon violet. Sinon dans les petits détails changés par rapport à la BD : Bruce Banner rencontre un certain Samuel Sterns joué par Tim Blake Nelson (« Donnie Brasco », « Minority Report », « Les 4 Fantastiques » version 2015) : ici, il aide Bruce Banner.

Dans la BD, c'est un vilain appelé « Le Leader » qui à la suite d'une exposition aux rayons Gamma a acquis des pouvoirs mentaux lui permettant de contrôler les gens. Il veut capturer Hulk pour lui voler sa force phénoménale. Néanmoins, la dernière scène avec lui où le sang de Banner s'écoule sur son cerveau blessé fait penser que si il y avait eu une suite, on aurait peut-être eu ce vilain en guest. Enfin pour finir dans les références, à la fin du film, Tony Stark sous les traits de Robert Downey Jr. vient dire au général Ross « qu'ils » mettent une équipe en place.

stcine 12 7

On peut supposer sans trop s'avancer que c'est le projet initiative Avengers. Néanmoins, cela est curieux quand on sait que Stark avait été recalé au début. Enfin, dans la dernière scène on voit Bruce Banner faire du Yoga, et ses yeux deviennent verts mais il sourit : cela voudrait peut-être dire qu'il commence à contrôler ses transformations (grâce à l'antidote de Stern ?), ce qui expliquerai que dans le film « Avengers », lorsque Captain America dit à Banner qu'il doit se mettre en colère, qu'il arrive à se transformer au moment où il l'a voulu.

À part cela, même si il y a de l'action et des combats : les canons à ultra-sons sont vraiment impressionnants ! On a quand même l'impression d'une gigantesque course poursuite et que Banner ne fait que courir du début à la fin du film. Le combat contre l'Abomination est je trouve un peu « torché » et c'est parfois un peu fouillis, mais bon on s'y retrouve quand même.

batman 1 2 8

Si le film a pour force Edward Norton dans le rôle de Banner, il joue à merveille les scènes où il doit se remettre après sa transformation en Hulk, et le rôle du mec paumé et nécessiteux à cause de sa malédiction, c'est aussi je pense une faiblesse pour le film. En effet, Edward Norton a accepté de jouer dans Hulk que parce qu'on lui a autorisé à réécrire le scénario original. Mais Marvel aurait coupé la majeure partie des scènes écrites par Norton (il paraît qu'elles sont dispos sur l'édition spéciale du film en BluRay). Bref, personnellement, je suis toujours partisan du fait que chacun doit rester à son poste et qu'un acteur n'a pas à intervenir dans un scénario, même si c'est pour l'améliorer. C'est une opinion personnelle.

batman 3 3 9

Au niveau des effets spéciaux, le film tient la route : par contre je n'ai pas vu de grande évolution du personnage de Hulk par rapport au film de Ang Lee, il est peut-être un peu plus finalisé, mais honnêtement : ce n'est pas flagrant. L'Abomination, fait parfois un peu pâte à Slim, mais sinon ça passe. La musique est composée par Craig Armstrong, c'est un thème angoissant qui je trouve colle assez bien au film en général. D'un budget de 150 millions de dollars, le film a rapporté que 264 millions de dollars environ, soit pas tellement mieux que le film de Ang Lee. Néanmoins, sorti quelques mois après Iron-Man, Hulk était un autre film dans la stratégie de Marvel pour sa phase I, mais nous aurons la surprise (désagréable ?) plus tard de voir que Banner était interprété par Mark Ruffalo et non Edward Norton.

batman 3 3 10

Bref, je le répète ce n'est pas un mauvais film, mais la question reste posée : était-il nécessaire de faire un reboot ? Je reste sur ma première idée du fait que je considère Hulk comme d'autres héros de la Marvel (Thor par exemple) : comme des personnages de second plan, et qui n'ont pas nécessairement besoin d'avoir leur film propre. Celui-ci est disponible en DVD et BluRay, mais vous êtes prévenu : il n'apporte rien de nouveau à l'histoire du colosse Vert.

hulk 3 11

Retour à l'index