Présentation

Saga Marvel au Cinéma

Captain America

1. Présentation Captain America

2. Captain America: First Avenger (Captain America: The First Avenger) - 2011

3. Captain America : Le Soldat de l'hiver (Captain America: The Winter Soldier) - 2014

 

 


1. PRÉSENTATION CAPTAIN AMERICA

ironman 1 1

Captain America, la genèse en bande-dessinée :

C'est l'un des plus anciens super-héros crées ! En effet, Captain-America voit le jour en 1940 dans la société « Timely Comics » (ancien nom de la Marvel) sous son propre titre. On peut le dire, Captain-America est un vieux de la vieille ! En fait, les 3 gérants de la société « Timely Comics » étaient juifs et s'inquiétaient quant à l'avenir du monde pendant la seconde guerre mondiale et de ce qui se passait pour leurs compatriotes en Europe avec les nazis. Ils décident alors de lancer un super-héros patriote pour booster les valeurs des USA et de la liberté. C'est Jack Kirby et Joe Simon qui en seront les créateurs.

Dans le premier numéro de Captain-America, apparaissent immédiatement Bucky son fidèle compagnon et Crâne Rouge son ennemi. Le numéro est un énorme succès, mais il n'y a qu'un petit ennui : « MLJ Comics » possède un héros avec un bouclier triangulaire et menace de faire un procès. Goodman un des propriétaires de « Timely Comics » en accord avec les créateurs de Captain-America donne de suite une réponse : le bouclier deviendra rond.

Néanmoins, au bout de 10 numéros, les deux créateurs partiront de « Timely Comics » à la suite d'un différent financier avec Goodman. Le titre cependant après la seconde guerre mondiale sombre dans les ventes et sera stoppé purement et simplement au début des années 50. Après une tentative ratée de relancer le titre, c'est un des créateurs : Kirby qui va ressusciter Captain-America dans les « Avengers » en 1963. Entre temps, « Timely Comics » est devenu « Marvel Comics ».

Dans la BD, ce sont les « Avengers » qui retrouvent Captain America et il intègre de ce fait l'équipe des super-héros jusqu'à la dissolution de celle-ci. Le héros ayant gardé sa popularité, continue ses aventures aujourd'hui avec en 60 ans bien des histoires de vécues. En France, Captain America est édité par Artima/Aredit dans les années 70 qui le publie dans plusieurs revues : Captain America, Hulk, Thor... jusqu'à la faillite de la société en 1987. Ce ne sera qu'en 1996 que Captain America fera son retour dans « Avengers » édité par la société Panini. Dans ses aventures en BD, Captain America mourra, puis participera à Civil War en combattant son compagnon en armure : Iron-Man. Captain America apparaîtra d'ailleurs bien des années auparavant dans la BD d'Iron-Man, publiée dans la revue NOVA.

La période où Tony Stark est devenu alcoolique. Captain America connaissant son identité le recherche pour l'aider. Il retrouve Tony Stark et lui dit qu'il peut l'appeler lorsqu'il sera déterminé à se soigner. Captain America n'a pas de super-pouvoirs comme les autres héros de la Marvel, mais grâce au sérum de Erskin il est un être humain parfait. Néanmoins il est capable de soulever 500kg, il peut courir jusqu'à plus de 50km/h, son pouvoir de guérison est très rapide (ça rappelle celui de Wolverine) et ses facultés mentales sont fantastiques. Droit, honnête, courageux et incarnant les valeurs des états-unis, Captain America est un des rares héros à avoir réussi à manier et soulever Mjolnir : le marteau divin de Thor ! Membre des Vengeurs depuis le début, les autres héros écoutent souvent ses ordres stratégiques tant il est expérimenté et doué dans ce domaine. Captain America fera aussi équipe pendant un moment avec Rick-Jones, avant que celui-ci manipulé mentalement par Captain-Marvel s'associe avec ce dernier et laisse tomber Captain America.

Captain America le Dessin-Animé :

Captain America fait partie des 5 héros qui ont été adaptés en dessin-animé en 1966 dans la série « The Marvel Super-Heroes ». Les 5 séries étaient toutes composées de 13 épisodes, pas un de plus, et étaient des planches des comics photocopiées et animées à l'écran. Néanmoins, les histoires originales étaient respectées. Il apparaît également dans les dessins-animés aux côtés des Vengeurs, et aussi dans le dessin-animé « Hulk et les agents du Smash ».

Captain America série et Films :

Croire que l'adaptation cinématographique de Captain America avec Chris Evans est la première est une grossière erreur. Captain America, a eu plusieurs adaptations lives et pas toujours du meilleur goût ! Ça commence en 1944 (eh ! Oui, pratiquement dans les débuts de la BD !) dans une série tv en noir & blanc faite par Republic Pictures !

Captain America est incarné par Dick Purcell et il combat « Le Scarab » qui est son ennemi. À noter, dans cette version en civile, Captain America ne s'appelle pas Steve Rogers mais Grant Gardner. Celle-ci durera 13 épisodes. Ensuite, on le retrouve en 1979 dans un téléfilm diffusé par CBS, c'est Reb Brown qui incarne le héros au bouclier. Sa tenue, ressemble plus à une tenue de moto qu'il conduit dans le téléfilm, et son masque est d'ailleurs un casque de moto (ça nous rappelle beaucoup le costume de Wonder-Woman pour la moto!). Un second téléfilm qui est la suite sortira la même année à quelques mois d'intervalle.

Vient ensuite le film de 1990 avec Matt Salinger dans le rôle de Captain America et Scott Paulin pour le rôle de Crâne Rouge. C'est un film americano-yougoslave, réalisé par Albert Pyun (« Cyborg », « KickBoxer 2 : Le Successeur », « Urban Menace »). Le film sera classé 48e parmi les plus mauvais de tous les temps. Il est disponible en DVD NTSC toutes Zones uniquement en anglais, et en BluRay Zone A en anglais également.

batman 1 1 8

Il faudra alors attendre 21 ans, pour que vienne ensuite en 2011, la version cinématographique avec Chris Evans, et qui s'inscrit dans la logique Marvel et ses phases pour « The Avengers » et les autres aventures.

Retour à l'index


2. CAPTAIN AMERICA: FIRST AVENGER
(CAPTAIN AMERICA: THE FIRST AVENGER)

Résumé:

2e Guerre Mondiale, 1943, alors que la guerre fait rage et que les USA ont pris part au conflit, Steven Rogers, jeune américain frêle tente vainement de s'enrôler pour libérer la planète des nazis. Il tombe alors sur le Docteur Erskine. Celui-ci lui donne une chance, et le transforme en super soldat, mais il est tué à la fin de l'expérience par un espion nazi à la solde de Hydra. Cette organisation a pour chef Johann Schmidt alias Crâne Rouge. Lui aussi a été soumis au sérum de Erskine, mais il est devenu fou.

De plus, il détient un artefact : le cube cosmique d'une puissance inimaginable. Steve devient alors Captain America et libère son ami Bucky prisonnier de Hydra. Devenu un héros, il traque Hydra sans relâche avec son équipe pour le démanteler avant qu'il ne mette son plan à exécution. Il y arrive, mais dans la bataille Bucky meurt. Crâne Rouge veut à bord d'un avion bombarder les villes américaines avec sa nouvelle puissance de feu, Captain America l'affronte et Crâne Rouge meurt, mais Captain America doit se sacrifier pour détruire l'avion. De nos jours, Captain America se réveille dans une chambre dans les années 40, mais il suspecte quelque chose de bizarre et s'évade, il se retrouve alors en plein New-York moderne : Nicky Fury directeur du SHIELD s'approche alors de lui et explique la situation.

Critique :

Film réussi ! Et c'est le meilleur des films des super-héros en solo de la Marvel ! Ce Captain America est une petite merveille tout simplement, jusqu'à son générique de fin ! Non, en fait, tous comptes fait, c'est le seul film solo des super-héros de la Marvel réussi ! Voilà ce qu'aurait dû être les autres films de « Iron-Man » & « Thor ».  Il est tellement bien réalisé, que je préfère la version cinématographique de Captain America au héros de la bande-dessinée ! Je n'ai jamais accroché au héros de la BD, même lorsqu'il était avec les « Avengers », mais là en live il me plaît vraiment bien. Réalisé par Joe Johnston (« Chérie J'ai Rétréci les Gosses », « Rocketeer », « Wolfman ») le film ne connaît pratiquement pas de temps mort, et l'introduction du personnage est parfaitement dosée. 

Je crois que c'est le film qui respecte le plus la BD tout en s'émancipant d'elle dans une voie réussie à l'écran. Servi par une palette d'acteurs de talent, le tout donne un excellent résultat. L'histoire commence ainsi : de nos jours, dans les glaces de la Sibérie des hommes du gouvernement viennent voir l'épave d'une aile Delta trouvée par des foreurs pétroliers. Alors qu'ils pénètrent dedans, un des hommes reconnaît un emblème. 1943 : Steven Rogers cherche à intégrer l'armée par n'importe quel moyen pour défendre son pays, mais trop malingre il ne le peut pas !

Avant de tomber sur le Docteur Erskin qui fait de lui un super-soldat avec l'aide d'Howard Stark. Devenu Captain America, alors que Erskin s'est fait tué par un espion de Hydra, Steve n'a plus qu'un seul but : démanteler Hydra. Il sauve ainsi son ami Bucky des griffes d'Hydra et fait la connaissance de Crâne Rouge qui possède le Tesseract. Avec ceci, Crâne Rouge construit des armes d'une puissance de feu inégalée. Captain America se constitue une équipe et commence à traquer Hydra dans le monde sans relâche, tandis qu'une romance avec la jolie agent Carter commence à naître.

Captain America démantèle Hydra, et l'affrontement contre Crâne Rouge a lieu. Captain America arrive de justesse à monter dans l'avion qui va bombarder les villes américaines avec la puissance du cube cosmique. Le combat est rude, mais Crâne Rouge meurt désintégré par le cube cosmique, et Captain America doit se sacrifier pour que l'avion soit détruit. Plus tard, Captain America se réveille dans une chambre, il semble qu'il soit encore dans les années 40, mais très vite il trouve quelque chose de bizarre et s'évade. Il se retrouve alors en plein New-York moderne. Nick Fury directeur du SHIELD vient à lui et lui explique qu'il a dormi 70 ans.

C'est Chris Evans (« Les 4 Fantastiques », « Sex Academy », « London ») qui incarne le patriotique Captain America alors qu'il a refusé le rôle 3 fois de suite. Sans doute un mauvais souvenir de son passage dans les 2 films des « 4 Fantastiques » : dont j'avais moi aussi un très mauvais souvenir de lui dans le rôle de Johnny Storm la torche humaine ! À ce moment là, l'acteur n'avait aucune présence à l'écran, aucun charisme. Et on le retrouve ici, 6 ans plus tard et c'est juste un choc énorme tant l'acteur a progressé ! Il a une présence, désormais, une aura et des attitudes que ce soit du visage ou de la gestuelle : on sent qu'il a appris son métier, qu'il s'est amélioré et pas qu'un peu !

La transformation est tout simplement extraordinaire et le film lui doit beaucoup pour incarner dans une justesse extrême le jeune Steven Rogers, puis après le vaillant Captain America. Et il faut le voir dans « Avengers ! » c'est encore mieux ! Il remplit l'écran, c'est magique. L'histoire du personnage est respectée : entre le sérum et les vita-rayons, et il me semble que c'est une sorte de caisson aussi dans la BD. On a même droit au premier costume, avec le bouclier première version qui devra changer par faute de problèmes de droits. Juste excellent.

stcine 12 7

Le seul changement est qu'ici c'est le gouvernement qui le retrouve, alors que dans la BD, ce sont les « Avengers » qui le retrouvent congelé dans un Iceberg si ma mémoire est bonne. Sebastian Stan (« Le Pacte du Sang », « Rachel se Marie », « Seul sur Mars ») incarne Bucky le fidèle compagnon de Captain America dans les années 40. Je n'ai pas trop de souvenirs de lui, seule sa mort est différente dans le comics, Captain America et lui tentent de désamorcer un missile, malheureusement celui-ci explose au-dessus de l'Océan Atlantique on croit alors que les deux héros sont morts, ce qui n'est pas le cas pour Captain America.

batman 1 2 8

Dans la BD, c'est un adolescent, ici Sebastian Stan incarne un homme adulte. Le résultat est crédible à l'écran. Mais après Chris Evans, c'est Hayley Atwell (« Le Prisonnier », « Restless », « Le Rêve de Cassandre ») en agent Carter qui crève l'écran ! Elle est d'une beauté, à tomber par terre et ce, pendant tout le long du film. C'est vraiment l'atout charme du film, et c'est réussi : elle est splendide du début à la fin. Elle sait faire passer les émotions quand il le faut, il suffit de voir la scène de fin entre elle et Captain America qui se trouve dans l'avion, très très émouvante. Hugo Weaving (« Matrix », « Le Seigneur des Anneaux », « V pour Vendetta ») joue le rôle du Crâne Rouge.

On sent que l'acteur a l'habitude de jouer les méchants depuis « Matrix », il n'y a pas une seule fausse note, qu'il soit en nazi ou en Crâne Rouge : on a qu'une envie, lui en mettre plein la tête, c'est donc que c'est réussi. Les postures ne sont pas exagérées, et Weaving dose avec justesse la mégalomanie de Crâne Rouge. Stanley Tucci (« Beethoven », « En route vers Manhattan », « Le Songe d'une Nuit d'été ») interprète le Docteur Erskine. Je ne me rappelle plus comment il est dans la BD, mais ici, la composition de l'acteur est tout simplement excellente. On sent toute l'affection, et la douceur qui émane de ce chercheur et la tendresse qu'il a envers le jeune « gringalet » !

superman 1 2 9

C'est tout simplement très bon. Tommy Lee Jones (« Le Fugitif », « Men In Black », « US Marshals ») joue lui le rôle du colonel Chester Phillips qui ne veut pas de Rogers au départ pour l'expérience mais qui après change d'avis. Là aussi, rien à dire : il y a des acteurs comme lui qui sont des pros de chez pros, on n’a pas besoin de leur apprendre leur métier, c'est du tout bon ! Le casting est complété par un tas de seconds rôles emblématiques : l'équipe de Captain America sont vraiment des gueules ! Par contre il me semble que dans la BD, c'est un commando qui est sous les ordres du colonel Fury. Enfin, passons, ce n'est pas trop grave, on a même droit à une petite apparition du détective James Dempsey de la série « Mission Casse-Cou » (« Dempsey & Makepeace » en vo) en la personne de Michael Brandon dans le rôle du sénateur Brandt qui engage Captain America pour la vente des bons d'obligation militaire.

superman 1 2 10

À noter enfin que c'est Dominic Cooper (« Cabaret », « From Hell », « Le Voyage Extraordinaire de Samy ») qui joue le rôle de Howard Stark ici, et non John Slattery comme dans « Iron-Man ». Faudrait que Marvel accorde ses violons, enfin on peut dire que pour ici, il est plus jeune donc ce n'est pas la même figure. D'ailleurs à ce propos, il ne me semble pas que dans la BD, ce soit un Stark qui crée le bouclier de Captain America. Là, visiblement dans les films de Marvel, toute invention se doit de venir de chez Stark ! Le film est bourré d'action, pas mal rempli d'émotion, et bien entendu d'effets spéciaux encore une fois !

superman 1 2 11

Le plus bluffant est au début, lorsque Chris Evans est dans la peau du Steve Rogers malingre : c'est juste impressionnant. Sa tête a été imposée sur une doublure plus maigre, et pour certains plans son corps a été réajusté électroniquement ! On ne voit rien ! Pour le reste, les combats de Captain America notamment, c'est un peu fait à la façon de « Sucker Punch » mais c'est pas mal. Les effets du Cube cosmique étant bien réalisés également. On se laisse prendre au jeu, au début le jeune gringalet nous émeut, puis ensuite on est à fond derrière Captain America et sa lutte contre les nazis. C'est rythmé, bien dosé, là encore pas une seule erreur.

superman 1 2 12

Le costume du héros est bien fait, il ne fait pas trop BD, et ne fait pas ridicule du tout. Les pouvoirs du héros également sont respectés : rien à redire. Même le générique de fin, façon dessins durant le temps de la guerre, ou images de propagande est une petite merveille de créativité. Le seul petit détail qui pourrait déranger est qu'il me semble que ce n'est pas Crâne Rouge qui se trouve à la tête d'Hydra dans la BD, mais le baron Von Strucker. La musique, elle, signée Alan Silvestri (« Retour Vers Le Futur », « Forrest Gump », « Abyss ») est une petite merveille du début à la fin, et est en parfait harmonie avec l'action qui se déroule à l'écran. Là aussi, on n’apprend pas son métier à ce genre de professionnel.

Ce film est tout simplement une réussite, et les autres films Marvel auraient dû être dans la même veine en ce qui concerne « Thor » et « Iron-Man » ! Voilà ce que je disais pour « Thor » on doit confier la réalisation à un professionnel, la différence se voit immédiatement. Le public ne s'y est pas trompé, d'un budget de 140 millions de dollars, le film rapportera 370 millions de dollars. Il est également un succès critique de la part des fans. La scène post-générique étant (enfin !) la bande-annonce du prochain film réunissant les héros des films solos : « The Avengers ». Captain America est conseillé, vous passerez un bon moment devant ! Captain America : First Avenger est disponible en DVD et BluRay.

superman 1 2 13

Retour à l'index


3. CAPTAIN AMERICA : LE SOLDAT DE L'HIVER
(CAPTAIN AMERICA: THE WINTER SOLDIER)

Résumé:

Depuis les événements de New-York avec les « Avengers » Steve Rogers s'adapte au monde moderne et reprend ses activités au sein du SHIELD avec la Veuve Noire. Lors d'une intervention sur un bateau dans l'océan indien, la Veuve Noire vole des données du SHIELD. Peu après au SHIELD, Fury montre le projet « Insight » à Captain America. Et Fury analyse les données de la Veuve Noire, il trouve quelque chose d'étrange et en avertit son supérieur Alexander Pierce. Plus tard, Fury tombe dans une embuscade, il s'en sort in extremis, mais il est abattu sous les yeux de Captain America.

superman 1 3 1

Ce dernier est accusé par le SHIELD, Captain America découvre que le SHIELD est compromis par HYDRA. Un homme surpuissant appelé « Le Soldat de L'Hiver » veut le tuer, et ce n'est autre que Bucky qu'il pensait mort et qui a la mémoire effacée. Hydra veut contrôler le monde avec le projet « Insight » et ses héliporteurs. Heureusement, Captain America aidé de la Veuve Noire et d'un nouvel allié : Le Faucon, vaincra Hydra. Mais il doit retrouver Bucky, et démanteler le reste d'Hydra.

Critique :

Deuxième volet de Captain America, et disons-le immédiatement, en dessous du premier opus. Mais néanmoins, le film est assez réussi dans l'ensemble. Les événements se déroulent comme pour « Iron-Man 3 » après le film des « Avengers » : Captain America est revenu au sein du SHIELD et fait le sale boulot pour Fury accompagné de la Veuve Noire et d'une équipe de choc du SHIELD, les « STRIKE » tout en essayant de s'adapter à sa vie dans les USA modernes.

Lors d'une intervention sur un bateau dans l'océan indien, le « Lemurian Star » : la Veuve Noire vole des informations du SHIELD pour les remettre à Fury. Ce dernier dévoile alors à Captain America le projet « Insight » : 3 nouveaux héliporteurs bien plus puissants que le premier, et qui est capable de stopper toutes les menaces potentielles.

Plus tard, Nick Fury tombe dans un guet-apens et doit faire face à un terrible ennemi avec un bras métallique, il n'a que le temps de se sauver de justesse. Il se rend alors chez Captain America et lui remet une clé USB où la Veuve Noire avait stocké ses données. Nick Fury est abattu sous les yeux de Captain America qui poursuit le tireur : c'est le même homme avec le bras métallique. À l'hôpital, Nick Fury meurt.

Plus tard au SHIELD, Alexander Pierce demande à Captain America si il savait ce que Nick Fury lui voulait. En repartant, Captain America est attaqué par son équipe du « STRIKE » et est alors un fugitif pour le SHIELD. Avec l'aide de la Veuve Noire, il décrypte les données de la clé USB et découvre grâce à la cela un ancien QG du SHIELD où il retrouve le Docteur Zola sous forme informatique. Celui-ci a transféré toutes ses connaissances et sa personnalité dans un ordinateur grâce à un programme des états-unis dans les années 60.

Il apprend à Captain America que le « SHIELD » est corrompu par HYDRA qui tire les ficelles. Grâce à l'aide d'un nouvel allié : Sam Wilson alias Le Faucon, ils interrogent un agent corrompu du SHIELD : Jasper Sitwell. Ce dernier leur apprend le plan de Pierce et qu'ils vont utiliser les nouveaux héliporteurs pour tuer des millions de gens et prendre ainsi le contrôle de la planète.

Mais sur le retour, ils ont une nouvelle confrontation avec l'homme au bras métallique et qui se fait appeler le Soldat de L'Hiver : il n'est autre que Bucky Barnes l'ami de Captain America que ce dernier croyait mort et qui a totalement perdu la mémoire. Zola a fait des expériences sur lui et s'en sert pour les desseins de Hydra. Captain America et ses amis sont capturés par le SHIELD. Grâce à l'agent Hill, ils s'évadent et retrouvent Nick Fury vivant ! Fury a un plan pour détourner les héliporteurs et les faire se détruire eux-mêmes.

Captain America repart dans une nouvelle bataille, grâce à ses alliés et un dur combat contre Bucky, Captain America arrive a saboter les héliporteurs. Ils se détruisent avec le QG du SHIELD, et Captain America tombe au fond d'un lac et est secouru par Bucky. Fury élimine Pierce. Captain America part à sa recherche pour le retrouver, il n'a que lui. Alors pour commencer : les cheveux lisses à Scarlett Johansson ça ne lui va pas du tout. Elle n'est pas très jolie, mais ceci est secondaire, elle rempli toujours son office dans son rôle de la Veuve Noire. Pareil pour Chris Evans, il est Captain America et ça se voit à l'écran : il maîtrise parfaitement son personnage et il n'y rien à redire. À noter qu'il a un nouveau costume ici, un peu différent de celui des Avengers, d'un bleu plus sombre, pendant la plus grande partie du film, puis il reprend son 1er costume qu'il portait dans le 1er volet de la saga (avec un caméo de Stan Lee d'ailleurs).

Par contre, la silhouette physique de Chris Evans est tout simplement ahurissante : on voit son mince tour de taille et le fait qu'il soit taillé en « V » malgré le costume ! Chapeau. Pour le fait de connaître parfaitement son personnage, on peut dire la même chose pour Samuel L. Jackson en Fury. Robert Redford incarne Alexander Pierce, le supérieur de Fury, alors première constatation : il a pris un sacré coup de vieux ! Néanmoins, il joue vraiment un bon salaud : il suffit de voir la scène lorsqu'il interroge Bucky, ou bien encore lorsqu'il tue sa femme de ménage.

stcine 12 7

Sebastian Stan revient en Bucky et dans la peau du Soldat de l'Hiver, son rôle se cantonnant la majeur partie du film à attaquer Fury et ses alliés il n'y a pas grand-chose à dire : juste qu'à un moment du film, lorsque Steve Rogers a un flash-back avec lui, l'acteur ressemble vraiment je trouve à Henry Cavill ! C'est frappant. Anthony Mackie incarne Le Faucon, il est assez crédible dans son rôle : néanmoins, on est loin du personnage de la BD. Ici, il est en fait un ancien soldat qui grâce à un harnais crée visiblement par l'armée lui permet de volet avec des ailes métalliques et un réacteur. Dans la bande-dessinée, ce n'est pas cela du tout.

Il a le pouvoir de communiquer avec tous les oiseaux, et c'est Crâne Rouge qui lui a donné ce pouvoir grâce au Cube Cosmique. Il était chargé de tuer Captain America, mais devient en fait son allié. À l'origine Sam Wilson est un voyou et non un ancien militaire. C'est un autre héros de la Marvel : La Panthère Noire qui lui donnera des ailes spéciales lui permettant alors de voler. De plus dans la BD, il a un costume plus chatoyant que dans le film. Cobie Smulders revient en agent Hill !!! Toujours aussi magnifique, l'actrice a ici un rôle un peu plus développé que dans « The Avengers » et sauve en plus nos héros : elle est parfaite.

batman 1 2 8

Le point fort du film est sans conteste les combats : ça castagne sec, c'est énergique, ça claque, le tout évidemment sans pratiquement une seule goutte de sang à l'écran ! Les chorégraphies sont bien répétées on y croit, ça fonctionne à l'écran. Il faut voir la scène du combat dans l'ascenseur entre Captain America et le groupe du « STRIKE » : c'est simplement épique, et sans aucun doute le meilleur moment du film. On a aussi droit à une multitude de cascades tout au long de ce volet de la saga, certaines impressionnantes : certaines un peu « trop, trop » !

Il faudrait voir à ne pas tomber dans la surenchère. D'ailleurs, Captain America est visiblement blindé, quand on voit tout ce qu'il fait. La chose qui me fait un peu peur avec Captain America serait que l'on s'embourbe dans une histoire comme pour Iron-Man : je m'explique, dans Iron-Man, Tony Stark combat dans les 3 volets des industriels concurrents qui lui en veulent, ce qui fait qu'il n'y a pas d'originalité. Et là, on commence à prendre le même chemin avec Captain America : dans le premier volet il combattait Hydra en la personne de Crâne Rouge, là, il combat encore Hydra via Alexander Pierce et Jasper Sitwell.

batman 3 3 9

D'ailleurs, à propos de ce dernier, il y a une transformation radicale du personnage par rapport au comics : dans la BD, Sitwell est tout simplement l'agent du SHIELD le plus loyal qui existe. Il sera tué dans la bande-dessinée par la Veuve Noire qui avait été hypnotisée pour éliminer Fury. Bizarre ce revirement. Il y a tout de même quelques latences dans le film, comme par exemple la scène avec Sam Wilson et la séance avec les anciens combattants, ou encore lorsque Captain America s'entretient avec Alexander Pierce. On commence aussi à avoir la désagréable mise en place de l'humour à chaque détour de phrase ou de situation : OK, c'est marrant 5mn, mais au bout d'un moment c'est tout simplement insupportable.

À la longue, ça gâche un film. Par contre le film offre un grand moment d'émotion avec la participation de Hayley Atwell vieillie : l'agent Peggy Carter fait une apparition en étant dans une maison de retraite, c'est assez poignant. On commence également à mettre en place des éléments pour les films à venir de la Marvel, ainsi dans les cibles à éliminer qui poseraient problème à Hydra, à un moment Sitwell donne le nom de « Stephen Strange » qui n'est autre que le Docteur Strange, un héros de la Marvel. Celui-ci, il me semble, est prévu pour 2016 dans la phase III de l'univers cinématographique de Marvel. De même la scène post-générique montre les jumeaux Maximoff alias Vif-Argent et la Sorcière Rouge, que nous retrouverons dans « Avengers 2 ». Bizarrement d'ailleurs, à part la Veuve Noire aucun autre des Avengers n'est présent, que ce soit par écran ou autre, on a juste des sous-entendu comme lorsque Pierce dit à Fury qu'il veut voir Iron-Man à l'anniversaire de sa fille. Néanmoins, on fait également un petit retour en arrière avec le sénateur Stern, celui-ci était celui qui voulait rendre l'armure d'Iron-Man au peuple américain dans le 2e film : il est en fait un agent d'Hydra, on comprend mieux pourquoi il souhaitait l'armure du Vengeur Doré.

batman 3 3 10

Il sera arrêté à la fin du film. Et de même on retrouve le Docteur Zola sous forme d'entité informatique. On assiste à la fin du SHIELD et vu la dernière scène avec Bucky au musée pour tenter de retrouver son passé, il y a de grandes qu'on le revoit dans de futurs films de la Marvel. Le film même si il est un peu bourrin, pose tout de même la question du droit des citoyens et de leur liberté : jusqu'où accepterions-nous les décisions de ceux qui nous gouvernent pour sauvegarder notre paix et notre sécurité ? Serions-nous prêts à remettre certains de nos droits individuels juste par sécurité ? C'est la question que pose d'ailleurs Steve Rogers à Fury au début lorsqu'il voit les héliporteurs.

Les effets spéciaux désormais chez Marvel sont parfaitement maîtrisés, c'est carré, soigné, rien à redire pour cet opus. La musique composée par Henry Jackman cette fois-ci reste dans le ton du premier volet et est très entraînante. Elle est peut-être un peu trop 'grandiose' lorsque par exemple il y a la scène de la découverte des héliporteurs du SHIELD. Ce ne sont que des machines, mais elle est vraiment très réussie tout au long du film. Mention spéciale encore une fois pour le générique de fin ! Je ne sais pas qui est chargé de la charte graphique : mais il est superbe ! Très travaillé, dans les tons noirs & blanc, une petite merveille ! Bon film, donc, mais en deçà du premier volet je le répète. Le film a bien marché en salles, d'un budget de 170 millions de dollars, il rapportera en recettes mondiales près de 715 millions de dollars. Mais dès à présent, un fait est indéniable : Chris Evans est Captain America, c'est une évidence incontestable ! Le film est disponible en DVD et BluRay.

superman 1 3 11

Retour à l'index