saison 6 saison 1

Médium

Saison 7

 

 


1. JE EST UNE AUTRE
(BRING YOUR DAUGHTER TO WORK DAY)





Allison et Bridgette changent de corps. Allison enquêtait sur la mort d’un sans abri victime d’un sadique qui le filmait en vidéo.

Cette ultime saison commence par une belle tranche de rigolade. Imaginez toutes les situations burlesques qui vont se produire.

Le changement de personnalité est un classique des séries (exemple : « Chapeau melon et bottes de cuir : Qui suis-je ? »). Ici, malgré la présence du SDF qui va mourir de façon atroce, l’épisode est franchement drôle, multipliant les quiproquos. Le suspect est d’abord le camarade de classe de Bridgette, Cameron. Devalos est perturbé de voir Allison ne pas supporter ni savoir marcher avec des talons hauts, et les poser sur son bureau ! Au collège, Allison dans la peau de sa fille se vantera à tort de réussir le contrôle de maths. La petite Bridgette dans le corps de sa mère veut absolument voir à quoi ressemble un mort, et son comportement à la morgue laisse Devalos pantois.

Cette succession de scènes comiques viennent effacer le cauchemar de ce SDF massacré. Bien sûr, l’intrigue policière comme toujours mettra en évidence la culpabilité de celui que l’on soupçonne  le moins. Mais faisons bonne réserve de rire car nous en aurons besoin en fin de saison. Patricia Arquette a un talent extraordinaire car elle prend les mimiques de sa « fille » Maria Lark, tandis que la petite comédienne est moins sollicitée.

Bref, pour commencer cette ultime saison, nous avons droit à une comédie qui ne sombre jamais dans le vulgaire ou la facilité. C’était un exercice périlleux, et les comédiens s’en sortent avec les honneurs.

Retour à l'index


2. LES SIGNES DE CUPIDON
(THE MATCH GAME)


 

La petite Marie voit en rêve des gens faire l’amour mais ne comprend évidemment pas le sens de ce qu’elle a vu. Allison voit flotter des symboles amoureux  sur le front des gens.

Question originalité, les scénaristes ne se sont pas cassé la tête puisque l’épisode reprend la trame de « la loi des nombres » (06-09) à peu de choses près. Allison est invitée à enquêter sur un meurtrier qui a déjà tué trois femmes.

Joe devenu le chef de l’entreprise réprimande ses ingénieurs Lydia et Dave qui ont fourni un mauvais travail. Lydia se plaint de harcèlement sexuel.

Allison passe un scanner au sujet de sa tumeur de l’année dernière. Elle est saine. La médium veut réunir deux âmes sœur : la doctoresse Judy Bennette qui vient de l’examiner et  un « cœur à prendre » qu’elle a vu précédemment. Ces scènes contrastent avec la dureté des images de la quatrième jeune femme qui se fait étrangler devant nous.

Allison prédit à Judy qu’elle va rencontrer le grand amour en la personne du restaurateur Gil  Bureli. Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est que Gil est l’étrangleur. On imagine le désespoir d’Allison.

Allison nous livre ses premières larmes de la saison. Joe doit faire face à sa collaboratrice Lydia qui l’accuse d’avoir protégé Dave. Il a affaire à une femme malhonnête qui est procédurière.

Devalos veut relâcher le coupable, Bureli, faute de preuves. Marie révèle à son père incidemment que le couple qui fait l’amour dans un hôtel est … Lydia et Dave.

Dans un rêve, Allison voit le troisième meurtre, celui d’une certaine Melinda Sully  et l’étrangleur est… le docteur Judy Bennette !

Il y a donc deux et non un étrangleur. On oublie vite les fameux symboles amoureux au profit de l’enquête. La fin avec la révélation du fantôme du docteur Burnette à Allison est bouleversante. Un épisode qui commence dans la légèreté pour se terminer dans la gravité.

Retour à l'index


3. M. JUSTICE
(MEANS AND ENDS)


 

Cet épisode est la suite du 06-13 « Mascarades »

Allison rêve que le fantôme du frère de Scanlon incite ce dernier à tabasser un père qui bat sa femme et son fils.

Ariel prépare son départ pour l’université de Darkmouth. Lee Scanlon doit répondre de violences contre Laurence Raymond. L’homme, qui avait battu sa famille. Il risque perdre sa place. Devalos est inquiet car son homme a un passé de toxicomane

Une fille, Rebecca  Coakley ,  a disparu depuis trois jours et Ariel venait lui acheter sa voiture. Ariel a une vision de l’enlèvement violent de Rebecca. De plus, Ariel est en relation avec une fille qui sera sa colocataire, Melissa. Elle n'a pas réalisé que Melissa est un fantôme.

Allison pense que Scanlon est au plus mal. Lors de scènes de flash back, nous voyons le père de Scanlon les battre lui et son frère. Scanlon s’est mis à faire des rêves à la façon de la médium et à se réveiller en pleine nuit.

Ariel pense que l’oncle de Rebecca qui était son violeur l’a enlevé pour l’empêcher de partir à l’université. Allison dit à Lee Scanlon qu’avec son rêve, elle le croit coupable, et le policier lui répond que la fin justifie les moyens et qu’il ne regrette rien.

Le registre dramatique sied à la série. Scanlon est malgré sa suspension chargé de l’enquête sur la disparition de Rebecca et suit l’oncle pédophile. Mais il prend des initiatives qui ruinent toute possibilité de retrouver la disparue. Le fantôme de Paul Scanlon incite son frère à replonger dans la drogue.

Nous revenons sur l’épisode « Mascarades » et Scanlon avoue à Allison qu’il a laissé Kira tuer son frère. C’était le coup de théâtre et le spoiler de la fin de « Mascarades », mais nous sommes ici obligés de le révéler. Allison décide de ne plus aider Scanlon. Joe prend la défense du policier, il estime que Paul Scanlon n’a eu que ce qu’il mérite, c’était un violeur et un tueur. Joe si gentil et si brave nous fait admettre la justice expéditive.

Devalos confond Gabe Helling pour le meurtre de Melissa, une jeune fille disparue il y a 14 ans, et avec laquelle Ariel est en contact. Helling signe des aveux et l’on retrouve dans la foulée sa nièce. Devalos félicite Ariel et lui demande si elle ne serait pas intéressée de prêter main forte à sa mère. Scanlon de son côté découvre que la femme battue de Laurence Raymond est une criminelle en fuite, ce qui change beaucoup les choses ! Nous n’en dirons pas plus, déjà qu’il nous a fallu dévoiler un spoiler de la saison 6.

Un épisode dont la réaction finale de la médium nous déçoit et nous laisse dans l’incompréhension.

Retour à l'index


4. SELF CONTROL
(HOW TO KILL A GOOD GUY)


 

Troisième volet de l’épisode « Mascarades » et suite directe de « Monsieur Justice ».

Allison a décidé qu’elle retirait définitivement son amitié à Scanlon qui a menacé de livrer à la police Mme Raymond. Paul, le fantôme du frère Lee, harcèle ce dernier et sa femme Lynn.

Bridgette est bien contente qu’Ariel parte à 4000 kilomètres de Phoenix. Elle se dispute avec sa sœur comme deux chipies. Le fantôme du père d’Allison vient rendre visite à Ariel. Quant à Allison, elle reçoit la visite d’une morte, Caroline Krueger, assassinée et enterrée dans le désert. Devalos est réticent  de mener cette enquête hors de sa juridiction. L’endroit est géré par le shériff Gillery aux méthodes expéditives. On retrouve cependant le cadavre. Allison est épouvantée par les méthodes du shériff.

Allison assiste en rêve au meurtre de Caroline (qui était une prostituée)  par Paul Scanlon. Il n’est pas si surprenant que notre médium et le shériff brutal s’entendent, après tout, on l’oublie parce qu’elle a grand cœur, mais Allison est pour la peine de mort. Ariel est triste devant la méchanceté de Bridgette qui a hâte qu’elle parte. Les relations restent tendues entre Scanlon et Allison. On découvre la face antipathique de notre héroïne : rigide, rancunière et réactionnaire.

Bon, personne n’est tout blanc et tout noir, et Allison n’échappe pas à la règle. Et puis dans « Me without you », elle nous attendrira mais n’anticipons pas. Maintenant, Allison accuse Scanlon de complicité avec son frère lorsqu’il a tué Caroline. Elle exagère notre Miss !

Curieusement, Lee Scanlon ne croit pas à la culpabilité de son frère. Et il lance au visage d’Allison sa propre rancune, il ne veut pas de réconciliation. Ariel est effondrée de la haine de Bridgette. Il s’agit vraiment d’un épisode torturé. Allison est déchirée de voir deux de ses filles se détester. On excusera la boulotte Bridgette en raison de son manque de maturité de briser le cœur de sa sœur. Le fantôme du grand-père d’Ariel commence à devenir pesant.

Obsédé, Scanlon  se rend dans les toilettes où a eu lieu le meurtre de Caroline. Allison comprend qu’elle a accusé à tort Lee ! Le fantôme vient clamer son innocence à Allison. Malgré notre répulsion pour Paul Scanlon, la culpabilité du shériff tortionnaire Gillery est mise à jour.

Elizabeth Rice en prostituée de dix huit ans fantôme joue les garces à merveille. Cette actrice que l’on a revue depuis dans « Mad men » a un talent indiscutable. Il est plus facile de jouer les héros que les salauds. Idem pour Dean Norris en Paul Scanlon. Lee est devenu  fantôme, mais la police réussit in-extrémis à le ramener à la vie.

Nous n’en sommes pas à la fin de l’épisode, qui se déroule entre Ariel et Bridgette, et c’est là que se situe le spoiler. La scène est bouleversante. « Medium » décidément nous surprend toujours. L’émotion submerge le téléspectateur après la partie violente de l’intrigue policière. Le générique de fin vient nous déranger alors que l’on aurait aimé continuer de voir les deux jeunes comédiennes fabuleuses faire ce morceau de bravoure.

Retour à l'index


5. LA MAIN AU COLLIER
(TALK TO THE HAND)


 

Allison a été grièvement brûlée au bras en se renversant une casserole d’eau bouillante. Scanlon et Allison sont réconciliés et chacun convalescents. Allison a subi une greffe de peau d’une victime d’un meurtre.

Dès le début, on comprend que l’épisode ne va pas être génial. Le pré-générique qui  est fait de symboles est complètement idiot.

Bridgette se met à jouer au football féminin et se révèle douée. Allison rêve d’une sommité de l’hôpital qu’elle voit enlever et tuer une infirmière, celle dont elle a hérité de la greffe.

Cet épisode s’inspire de « La main enchanté » de Gérard de Nerval, un thème du fantastique. Aux Etats-Unis, Quinn Martin avait utilisé l’idée dans l’épisode « la main du diable » de son anthologie « Voyage dans l’inconnu ».  « La main au collier » qui a commencé de façon absurde continue dans le registre second degré qui convient mal à « Medium ». Allison ne contrôle plus sa main qui est possédée. Cela empêche notamment  la médium de conduire, avec cette partie de son corps qui a sa volonté propre.

A l’intérieur du script, peu passionnant, il y a un récit intermédiaire qui est le fait que Bridgette ne veuille pas que ses parents aillent la voir jouer au football. Des morceaux de chansons insupportables viennent casser l’ambiance.

Joe est outré que sa fille Bridgette se serve du fantôme d’un coach qui lui dit où les buts vont arriver ! Dans le rôle du coach Swenson, méconnaissable, une vedette de série, Gregg Henry (Wesley dans « Le riche et le pauvre : les héritiers »).

Monika, la fille dont Allison a hérité de la greffe, a découvert un trafic d’organes.

Soit le scénariste Robert Doherty a voulu faire « original », « série branchée », soit il a été pris d’une crise d’une fainéantise. Un épisode ni fait ni à faire, drôle uniquement pour les scènes avec  Bridgette/Maria Lark, irrésistible en gardienne de but. Le reste de l’intrigue est pathétique.

Deux melons pour la performance de Maria Lark.

Retour à l'index


6. OÙ ÉTIEZ-VOUS QUAND…?
(WHERE WERE YOU WHEN…?)


 

Allison rêve de la fin du monde. Elle a le pressentiment d’une catastrophe mais ne peut déterminer quand elle va survenir.

Un tremblement de terre de 4,9 sur l’échelle de Richter a lieu à Phoenix. Allison voit des images du 11 septembre 2001, du massacre des jeux de Münich de 1972, de la mort d’Elvis. Nous sommes dans l’angoisse d’une catastrophe à venir.

La peur collective s’empare de la ville. Un nouveau tremblement de terre est à craindre. Allison sait qu’à 09h18, une catastrophe va survenir. Mais quel jour ?

Les visions d’Allison sont-elles toujours fiables ? Elle voit Joe faire des graffitis sur une maison en vente qu’il s’est promis  de surveiller.

Un architecte nommé Gavin Finch qui a construit un immeuble, la chambre de commerce, semble avoir juré de se venger, Allison le voit avec une hache tenter de défoncer les murs du parking.

En prenant la main des gens (comme Devalos ou un gardien de parking), Allison peut déterminer où ils seront à 09h18 le jour de l’explosion.

Allison finit par proposer à Joe d’aller voir Ariel avec leurs deux filles pour s’éloigner de Phoenix. Somnambule, Ariel est la taggueuse de la maison à vendre. Gavin Finch est retrouvé coupé en morceaux, il semblerait qu’il ait eu des fréquentations avec la mafia.

Allison alerte Devalos car elle pense avoir localisé la voiture qui contient la bombe. Beaucoup de gens sont mobilisés, et tout cela en vain, la vision de la médium était erronée.

Allison  est tendue et a des visions d’immeubles qui s’écroulent.  Cela provoque une crise dans son couple avec Joe.

Rob Walcott, l’employeur de feu Gavin Finch, a fait construire l’immeuble au moindre coût et celui-ci va s’effondrer. Afin de dissimuler la tricherie qui lui a rapporté beaucoup d’argent, Walcott veut que l’immeuble soit détruit par une explosion criminelle, de façon à ce que personne ne découvre jamais le pot aux roses.

Le suspense ne décolle jamais vraiment. La monotonie de l’action tranche avec la violence des visions de la médium.

Un épisode en demi-teinte.

Retour à l'index


7. XÉNOGLOSSIE
(NATIVE TONGUE)




Un homme en combinaison innifugée met le feu à une caravane après avoir fait parler un comparse. Allison se réveille et est incapable de comprendre ce qu’on lui dit. Elle ne réagit qu’à une langue indienne navajo, celle de la victime d’un meurtre.

Joe fait hospitaliser sa femme. Il ne peut communiquer avec elle qu’en écrivant des sms sur son portable, ou en mimant les choses comme à une sourde-muette. Très vite, une tension s’instaure dans le couple.

Cet épisode a une atmosphère digne de « La quatrième dimension ». C’est la première fois que Joe craque. Il en a marre de devoir toujours s’adapter à sa femme et à ses états surnaturels. Tous les couples traversent un jour ou l’autre une crise, mais l’on se doute vite que l’amour triomphera.

Scanlon et Devalos sont catastrophés. Arika Mittman qui a écrit le script de cet opus n’était pas en grande forme. En effet, le point de départ n’est pas sensationnel. La seule personne qui comprenne Allison est une certaine Jayne Livingston, une linguiste qui connaît les indiens.

L’enquête se révèle vite laborieuse et ennuyeuse. Judy Reyes qui incarne Jane a joué dans « Scrubs ». Elle est une intéressante guest-star, mais malheureusement, l’intrigue n’est pas palpitante.

Il y a peu d’action, beaucoup de parlottes. Nous n’entrons jamais dans l’épisode. Gros ratage de cette courte et ultime saison.

Allison rêve que Jane est assassinée par le tueur d’un coup de statuette. Elle se précipite chez Devalos. Chez les Dubois, c’est l’enfer, l’incommunicabilité au sens propre. L’émotion ne se dégage jamais de ce fatras. Le mobile de l’intrigue est qu’un homme veut récupérer le fruit du braquage de deux indiens. Les deux hommes parlaient en navajo mais ont été surpris par quelqu’un qui comprenait cette langue.

Le couple ne se réconciliera pas sur l’oreiller, mais … dans la baignoire. A la 38e minute, Allison brise le sortilège et comprend à nouveau l’anglais.

Une fois de plus, l’assassin est celui que l’on soupçonne le moins. Cela devient une habitude dans « Médium ».

Et la fausse fin ouverte a été tellement utilisée dans la série qu’on se demande si  l’on ne tombe pas dans les redites.

Retour à l'index


8. LA GUERRE DU FEU
(SMOKE DAMAGE)


 

Devalos veut faire condamner un certain Xavier de la Vega, puis se présenter comme maire.

Devalos engage de nouveaux adjoints assez jeunes, et Allison se sent vieille. Notre médium était partie pour être avocate. Allison rêve que le témoin précieux est l’objet d’un contrat. Wilfredo Soto le témoin, entouré par des officiers de police, meurt brûlé vif dans une chambre d’hôtel. Allison elle a rêvé qu’une femme inconnue a échappé à un incendie. C’est en fait une certaine Charlotte Spencer, mais elle est morte depuis un an. Elle était impliquée dans le braquage d’un malheureux à un distributeur de billets  pour acheter de la drogue.

Il est question d’un cartel de la drogue et d’un caïd. Ce sera le canevas du dernier épisode « Me without you ».

Le maire sortant décide de devenir gouverneur mais n’a pas de dauphin. Deux candidats sont en lice : notre Manuel Devalos et Benito Velez. Velez dit à Manuel qu’à l’occasion de la campagne électorale, certains secrets de la vie privée du chef d’Allison surgiront à la surface.

Travis Donnelly et Corey Reed maîtrisent le script, et la musique dramatique nous rassurent : après un passage à vide, la série a retrouvé son punch.

Frank Davenport, le tueur commandité par De La Vega, est un pompier pyromane.

Devalos est inquiet, car après le suicide de sa fille Arianna, sa femme Lily s’est beaucoup confiée à l’épouse de Benito Velez. Les scènes entre Miguel Sandoval et Roxanne Hart (Lily) sont prenantes. Benito menace Devalos de révéler qu’après le suicide d’Arianna, Lily a été dépendante de l’alcool et des médicaments.

Dans sa manche, Devalos a une carte : la maîtresse de Benito, une assistante de police, s’est faite avorter avec l’aide de son amant. En Amérique, la vie privée des hommes politiques compte beaucoup pour les électeurs.

Allison rêve à Devalos que le pompier Frank Davenport a tué Aaron Foley, qui allait révéler que Charlotte Spencer sa fille était impliquée dans le braquage, et qu’en plus, le  même « héros » pompier a tué sa propre fille. Notre médium se rend auprès de l’ex-femme de Davenport, Joanna Spencer, pour lui parler.

A noter que Xavier de la Vega anticipe un autre baron de la drogue, le mexicain Luis Amenabar, qui jouera un rôle crucial dans le destin d’Allison plus tard.

Un excellent épisode, rempli d’émotion, de scènes attendrissantes comme Allison triste devant la chambre inoccupée d’Ariel absente au sens propre depuis l’épisode 07.04 « Self control », ou la visite confrontant la médium et l’ex femme du tueur.

Retour à l'index


9. PRÉSENCE INDÉSIRABLE
(THE PEOPLE IN YOUR NEIGHBORHOOD)


 

Un pédophile libéré s’installe dans le quartier d’Allison. La loi fait obligation d’avertir les voisins par affichage. Allison rêve que l’homme est innocent.

Episode typiquement américain. Les français seront donc un peu déroutés par les pratiques judiciaires envers les pédophiles libérés.

Allison est au début terrorisée par la proximité de son nouveau voisin. Le comité de milice qui se constitue décide de rendre la vie impossible au nouveau venu.

Joe se voit proposer une promotion par son patron. Il lui faut reprendre ses études pour passer un diplôme tandis qu’à la fin de l’épisode 07-08 « La guerre du feu », Allison a décidé de devenir avocate.

Dans un flash back, nous voyons que le délinquant sexuel, Kerwin, est tombé dans un traquenard tendu par une élève qui pour avoir de bonnes notes qu’elle ne méritait pas, a raconté avoir été violée. C’est un peu la situation de départ du film d’André Cayatte « Les Risques du métier ».

La disparition d’une adolescente du quartier déclenche la vindicte du voisinage. C’est cette vieille Amérique réactionnaire que Spencer Tracy affrontait déjà dans « Un homme est passé ».

Allison elle-même n’est pas la femme la plus large d’esprit au niveau justice. Il n’y a que les innocents qu’elle défend, mais notons qu’ici, si Kerwin avait été coupable, elle aurait participé au comité d’auto-défense. Joe aussi d’ailleurs. Les Dubois sont un couple réactionnaire. Toutefois, ce qui nous choque en France plaît aux téléspectateurs américains.

Un enfant trouve le cadavre de la fille disparue, celle de Mme Collings, Ethel. Elle a été violée et poignardée. Kerwin est mis en prison et Allison ne le défend pas.

Allison se plaint d’avoir dû abandonner ses études d’avocat pour élever ses filles. Elle n’admet pas de devoir remettre ses études de droit à plus tard, ignorant que les circonstances dans l’épisode final lui permettront de devenir vite avocate. Susannah Collings a apporté un gâteau à Kerwin avec un couteau, celui qui a servi au meurtre. Kerwin se pend dans sa cellule. Allison découvre qu’Ethel était la belle-fille et non la fille de Susannah, et qu’elle avait des raisons de la tuer pour hériter.

Dale Oleck, un autre voisin, condamné pour s’être livré au voyeurisme, est lui aussi un délinquant sexuel. L’épisode est bon, mais un peu trop prévisible.  On laisse le téléspectateur avec une fin ouverte sans conclusion, imaginer la suite de l’enquête

La perfection n’est pas atteinte, mais l’épisode est nettement au dessus des récents « Où étiez vous quand ? » et « Xénaglossie ».

Retour à l'index


10. DU SANG SUR LA VOIE
(BLOOD ON THE TRACKS)


 

Cet épisode est la suite de « Le marié, le dentiste et la prostituée, 2e partie », 8e de la saison 4. Il est impératif de l’avoir vu pour comprendre « Du sang sur la voie ».

Marjorie, la mère de Joe, qu’Allison avait rassuré sur la guérison de son cancer, apprend que la maladie s’est généralisée et qu’elle se trouve en phase terminale.

Notre médium s’est plantée dans les grandes largeurs : la mère de Joe va mourir de son cancer en cette fin 2010, alors que d’après les rêves prémonitoires de sa belle fille, en mai 2008, elle devait s’en sortir. Marjorie a développé une tumeur au cerveau inopérable.

Alors, si l’on est malade, mieux vaut s’en remettre au médecin qu’à Allison !

Celle-ci enquête sur un suicide présumé sur une voie ferrée. Ce n’est pas un acte désespéré mais un meurtre. Un SDF pousse les gens sur les voies. Allison voit une femme poussée dans ses rêves, mais sur place, rien ne se produit. La médium aurait-elle perdu ses dons ?

Marjorie refuse le diagnostic fatal, et ne veut pas faire de testament. Elle croit toujours à l’avenir que lui a prédit Allison.

Cette dernière admet avoir menti. Elle était sous la pression de sa belle-mère qui voulait une réponse à tout prix.

Le SDF meurtrier revient sur les quais de la gare. Mais il se rend compte que l’endroit est surveillé par les policiers. Ce n’est pas un vrai clochard, mais quelqu’un qui se déguise.

Lorsque Joe avoue à sa mère le mensonge de sa femme, Marjorie est anéantie. L’enquête policière part dans une fausse direction qui ne correspond pas aux rêves d’Allison.

On ne comprend pas le mensonge de la médium sur Marjorie, car la chose était vérifiable à faible échéance. D’ailleurs, celle-ci meurt prématurément et son fantôme vient sourire tristement à Allison qui s’effondre en larmes.

Concernant le meurtre, Allison a dit vrai et Devalos et Scanlon confondent le coupable, mais devant l’émotion ambiante, l’intrigue criminelle passe au second plan.

La dernière séquence relève du spoiler et on ne peut la révéler. Disons seulement que le fantôme de Marjorie a vu la fin de la saison 7. Elle garde le secret face à Allison comme celle-ci jadis le fit pour l’absence de guérison du cancer.

Retour à l'index


11. FAITES COMME CHEZ VOUS
(ONLY HALF LUCKY)


 

Un conseiller municipal, Charlie Dalton, dénigre Devalos pour se faire élire maire à sa place. Le frère d’Allison, qui jusque là était un raté, a trouvé un travail avec pour coach un fantôme. Allison est folle de joie, et son mari sceptique. Le fantôme d’un écrivain, Carson Churchill (John Glover) continue son œuvre à travers le corps du « vivant ».

Si John Glover nous est tant familier, c’est qu’il était Lionel, le père de Lex Luthor, dans « Smallville ».

Bridgette devient ici partie prenante de la campagne électorale du candidat maire Devalos. Elle veut mettre ses dons de médium au profit du patron de sa mère.

Le frère d’Allison semble s’être métamorphosé de looser en vainqueur. On ne croit pas vraiment à sa rédemption. Allison est vite déçue par son frère.

On a beaucoup de mal à se passionner pour cette intrigue. Michael Benoit (David Arquette – le vrai frère de Patricia) se fait manipuler par Carson. En dénonçant un alcoolique repenti, ce dernier tombe à la fin de la liste d’attente des greffes.

Joe n’avait pas d’illusion sur son beau frère, aussi n’est-il pas déçu. Allison trouve des excuses à son frère. C’est la première fois que David Arquette joue Michael. Jusqu’ici, et depuis la saison 1, le comédien Ryan  Hurst l’interprétait (saison 1 ep 8, saison 2 ep 17, saison 3 ep 18). On se demande bien pourquoi l’acteur a été changé pour incarner Michael.

L’épisode ne nous accroche jamais. Les scènes de confrontation entre John Glover en fantôme et Patricia Arquette sont convaincantes. Le personnage que Glover incarne, Carson Churchill, veut que sa femme passe en tête de liste des personnes en attente de greffe.

Michael doit donc discréditer tous ceux qui sont attente de greffe en les faisant boire, fumer… L’autre  intrigue de l’épisode, Devalos contre son challenger Charlie Dalton, n’est pas passionnante. La faiblesse scénaristique de l’histoire anéantit toute chance de nous faire adhérer à l’épisode.

Bref, à deux épisodes du chef d’œuvre final, un épisode inutile.

Le fait que Michael « partage » son corps avec un mort (Carson Churchill) va à l’encontre du cahier des charges de la série et ajoute à la confusion ambiante.

Retour à l'index


12. ET MAINTENANT RÊVEZ
(LABOR PAINS)


 

Episode réalisé par Miguel Sandoval

Un mari obsédé, Jeremy Hass, kidnappe Allison. Il tente de la forcer à rêver à sa femme disparue mystérieusement il y a deux ans. Allison reçoit des lettres du monde entier depuis que son don a été révélé.

Allison et Devalos rendent visite en prison au tueur en série, Robert Edward Lowell, suite à la découverte du squelette d’une de ses prétendues victimes. Mais Allison sait qu’il n’est pas coupable.

Marie a une crise de nerfs en plein contrôle d’orthographe et ses parents sont convoqués. Marie devra voir un psychologue, mais prise par l’enquête en cours, Allison ne pourra l’accompagner.

Haas se fait passer pour un membre de la famille d’Allison et obtient le numéro de son portable, puis la kidnappe. La médium a l’impression d’être harcelée comme une célébrité. « Je ne suis pas un animal de cirque, les rêves ne sont pas quelque chose que je fais sur commande ».

Christian Camargo en Jeremy personnifie à merveille les déments. Allison rêve mais de l’affaire en cours avec Devalos, et non de la femme de Haas. La psychologue rassure Joe au sujet de Marie.

En fait, Marie a deviné que sa mère a été enlevée. Devalos prévient Joe qu’Allison a disparu.

 Jeremy Haas se révèle être un pauvre type qui rendait sa femme malheureuse et elle l’a quitté.

A la 25e minute, Allison est libérée par un garde forestier, tandis que le mari dément s’enfuit. Il est arrêté peu après.

Elena Haas, enceinte, a quitté Jeremy (On la comprend !). Mais regrettant sa démarche, elle a été tuée par la psychologue qui l’avait incité à quitter Jeremy. Malgré son ressentiment, Allison décide de ne pas porter plainte contre son ravisseur.

On a beaucoup de mal avec cet épisode, car Jeremy est une bonne partie du temps considéré comme le méchant,  et le retournement de situation d’Allison à son égard est hautement improbable.

A ce stade, la série n’avait peut-être plus rien à offrir, et l’annulation par le network CBS a sans doute évité la saison de trop, mais la conclusion surprenante allait inscrire dans le marbre « Medium » comme l’une des séries ayant une fin magistrale, chose dont nous avons été privé dans tant d’autres cas (« Les Envahisseurs », « Le Caméléon », « Profiler », « L’incroyable Hulk »).

Retour à l'index


13. TOI ET MOI POUR L'ÉTERNITÉ
(ME WITHOUT YOU)



2011 : De retour d’un voyage d’affaires à Hawaii, Joe Dubois disparaît à bord d’un avion qui s’écrase dans le Pacifique. 2018 : Sept années ont passé, Allison devenue avocat général a coincé le baron mexicain de la drogue Luis Amenabar qui ne va pas échapper à la peine capitale. Amenabar apprend à Allison que Joe n’est pas mort et qu’amnésique, il a été trouvé sur une plage mexicaine. Il lui met le marché suivant en mains : trahir en le laissant transférer dans une confortable prison dorée au Mexique en échange de la restitution de son mari amnésique.

C’est l’épisode où vont se confronter le bien et le mal une dernière fois : d’un côté, Luis Amenabar, joué par Enrique Murciano, le Danny Taylor de « FBI Portés disparus », qui tient ici un rôle rappelant Robert Davi – Franz Sanchez dans « Permis de tuer ». De l’autre, la loyauté envers la justice américaine qu’Allison sert maintenant comme premier substitut du nouveau procureur, Denis Caruso (Roger Bart).

Ariel pas encore mariée a trouvé l’amour pendant ses études et attend un enfant. Il faut la mettre sous haute protection de même que Bridgette – absente de l’épisode -  et Marie (à présent interprétée par Sasha Pieterse) qui a bien grandi. Marie en veut à leur père de n’être pas venu leur dire adieu sous forme de fantôme. Elle ne veut plus se rendre sur la tombe qui à Phoenix contient un cercueil vide.

Allison évidemment choisi l’amour avant tout et fait extrader le monstre Amenabar. Joe qui a perdu la mémoire rêve d’une blonde mais les hommes du baron de la drogue lui disent que son songe n’a aucun sens.

Après l’électrochoc du pré-générique (on en a vu d’autres, souvenons-nous de la mort d’Allison dans les trois quart de l’épisode « Puisqu’il faut partir »), on se demande bien quelle fin CBS nous a concocté pour conclure sept saisons de « Médium ».

Le bon dans le futur (en 2018) rend impossible l’épisode « Avec le temps » (06-20) dans lequel Ariel s’était projetée dans le futur avec son père vivant.

Au procès, sachant qu’il a un atout maître dans son jeu, Luis Amenabar fait le fanfaron. Le soir de la première audience, le procureur Denis Caruso meurt dans l’explosion de sa voiture piégée. Le sort d’Amenabar est désormais entre les mains d’Allison. Caruso avait refusé l’accord qui éviterait la mort au mafioso et l’enverrait dans une prison cinq étoiles au Mexique.

Scanlon porte des lunettes, a pris un coup de vieux, mais a toujours auprès de lui sa Lynn chérie. Ariel enceinte jusqu’aux yeux encourage sa mère à envoyer Luis Amenabar là où il le mérite et à ne pas s’en faire pour elle et pour les mesures de protection que la police est obligée d’appliquer, si loin de Phoenix, à Darkmouth.

Les principes, c’est beau, mais qui d’entre nous choisirait entre faire son devoir (dans le cas d’Amenabar, narco trafiquant qui règne sur un empire, on peut l’envoyer dans le couloir de la mort sans remords même si l’on est contre la peine capitale) et retrouver l’être que vous aimez le plus au monde et que la mort vous a arraché ? Allison comprend que ses visions montrant Joe vivant sur une plage mexicaine lui permettent d’espérer l’impossible.

 

Première partie de l’épisode : Le suspense

Nous sommes dans la phase « suspense » de l’épisode, du jeu de poker entre Amenabar et Allison. En pleine audience, l’apparition de Joe blessé et naufragé se substitue à l’image du chef du cartel de la drogue. Amenabar va s’arranger pour faire tomber une photo de Joe survivant avec l’un de ses hommes. Photo truquée ou réelle ?

Pour réussir ce formidable moment de télévision, ils ne sont pas deux mais trois. Enrique Murciano incarne l’homme que tout le monde aimerait haïr. La vie humaine, la mort des gens, les menaces, la justice, il manipule tout, et le comédien livre une composition inoubliable face à Patricia Arquette et Jake Weber.

Sept ans avant : un policier à la solde d’Amenabar interroge  cet américain amnésique qui s’est réveillé sur une plage il y a dix jours. Blessé à la tête, Joe ne sait plus qui il est. Amenabar paie grassement le policier. Ayant rêvé de ces scènes, Allison décide d’en rajouter une couche. Elle vient d’apprendre qu’Amenabar a fait enlever et tué une fille dont le père a payé la rançon. C’est un pas de plus vers l’injection létale.

Le caïd demande alors de parler seul à la médium. Une tension palpable règne dans la cellule. On comprend que le deal va être une vie contre une autre. Les joutes entre Patricia Arquette et Enrique Murciano font mouche. Pour la première fois, les rôles sont échangés, et c’est Amenabar qui lit dans les pensées d’Allison Dubois. Il lui propose un marché digne de Faust : « Faites moi extrader au Mexique et je vous dirai ce que je sais sur lui ».

Devalos ne veut pas accepter la transaction. Parlerait-il ainsi si le baron de la drogue pouvait lui rendre sa fille Arianna ?

Pendant ce temps, au procès, les témoins défilent et l’étau se resserre de plus en plus sur le baron de la drogue.  L’injection létale  est la peine de mort en Arizona comme on l’a vu dans l’épisode 06-11 « Maniaque de l’échange » lorsque dans la scène finale, Mandy Sutton (Jess Weixler) est exécutée.

Si l’on pouvait être choqué par l’exécution de Mandy, certes meurtrière, celle de Luis Amenabar nous laisserait froid. Devalos décide de décharger Allison de l’enquête. Au Mexique, Joe apprend cette nouvelle judiciaire avec l’autoradio dans l’indifférence. Nous comprenons que le caïd se sert de l’amnésique pour faire passer de la drogue. Joe agit à son insu. « Un américain avec une bonne tête qui peut passer la frontière sans que jamais on ne le soupçonne ».

Allison vient dire adieu à Devalos qui ne comprend pas, mais Lynn se charge vite de le mettre au parfum : dans la soirée, Allison a fait un marché avec Amenabar et il s’envolera l’après-midi pour le Mexique.

C’est la trahison totale, par amour, et comment ne pas comprendre Allison ? Celle-ci vient de bousiller sa carrière et part rejoindre Joe au Mexique avec une Marie teigneuse. A l’endroit indiqué par le baron du crime, Allison se trouve face à Joe amnésique qui croit depuis sept ans se prénommer Danny.

Et arrive la 34e minute. Allison est dans les bras de Joe. Que peut-il arriver de plus ?

Deuxième partie de l’épisode : Les larmes

Derrière elle, dans ce coin perdu du Mexique en pleine nuit, un deuxième Joe apparaît et lui dit : « Il faut que tu te réveilles maintenant ».

Il est 05h17 du matin dans la chambre d’Allison à Phoenix. A partir du moment où Allison annonçait sa trahison à Devalos,…. Elle rêvait.

Le fantôme de Joe vient lui dire qu’il n’y a pas eu de survivants dans le crash de l’avion.

Qu’y a-t-il de pire que de retrouver l’amour mort pour le perdre une seconde fois ? C’est l’anéantissement total pour Allison qui s’effondre et supplie Joe de ne pas partir. Patricia Arquette est alors bouleversante de vérité et ne semble plus jouer la comédie. Rarement, on aura vu le désespoir dépeint avec autant de véracité à l’écran. L’émotion nous prend aux tripes. La scène finale de « Titanic » est de l’eau de rose à côté de ce drame absolu. Au-delà de ce que peut être la série « Medium », chacun peut s’identifier à cette scène. On reçoit ici un trop plein de chagrin collectif en pleine figure. Dans son genre, le choc est comparable à ce que l’horreur peut atteindre avec le remake de « Evil dead ».  Le créateur de la série, Glenn Gordon Caron, les scénaristes Craig Sweeny et Peter Doherty, et le réalisateur Peter Werner ne nous épargnent pas.

Et Jake Weber disparaît, laissant la comédienne Patricia Arquette nous montrer une femme à terre, anéantie par le chagrin.

L’épisode continue… quarante et un ans plus tard. Nous retrouvons Allison en 2059, dans un hospice pour vieillard, à moitié endormie, méconnaissable (bravo aux maquilleurs qui se sont surpassés). Son cœur s’arrête de battre alors que ses arrières petites filles lui parlent via une sorte de magnétophone. Allison soudain regarde cette vieille femme qu’elle a été, mais elle est redevenue jeune (et invisible). Joe l’attend, ils se jettent dans les bras l’un de l’autre, et rien désormais, ne les séparera, pour l’éternité.

Le quatrième mur

Comme dans « Clair de lune » du même créateur Glenn Gordon Caron, chacun des familiers de la série vient nous faire un petit coucou, tandis que l’on démonte le décor. Ce final où l’on se croit au théâtre quand les comédiens se font applaudir vient apaiser notre émotion. Chaque acteur avec son petit geste de la main semble nous dire : « On vous a bien eu, ce n’est qu’un film ». Mais c’est aussi la fin de la belle aventure de sept années de complicité avec le téléspectateur.

« Me without you » est un chef d’œuvre, alors que la série a été assez inégale, comptant quelques épisodes ratés. A ne pas regarder un soir de blues évidemment. Voilà un joyau télévisuel, un moment d’émotion rare dans l’histoire des séries.

Retour à l'index

 

Toucher le fond… (Broken - Part 1)