saison 5 saison 7

Médium

Saison 6

 


1. LES LARMES D'EROS
(DEJA-VU ALL OVER AGAIN)





Allison est dans un coma végétatif sous assistance respiratoire, et l’assurance de Joe refuse de continuer à payer. L’infirmière débranche l’appareil, un radio réveil sonne et Joe sursaute. Ce n’était qu’un cauchemar.

La série arrive sur CBS.

Allison est handicapée, après être restée trois mois dans le coma suite à une tumeur au cerveau. En ôtant le mal, on lui a aussi enlevé ses rêves divinatoires. Elle a perdu l’usage de son bras droit. Nous apprenons qu’elle est de retour à la maison depuis un mois. Joe cherche du travail après avoir démissionné du sien à San Diego pour rester près de sa femme.

C’est une femme courageuse, mais diminuée, que nous retrouvons. Elle se déplace avec une canne. Le couple croule sous les factures d’hôpital et de rééducation. Pour la première fois depuis quatre mois, elle vient de conduire. Elle retrouve Devalos comme assistante juridique. La fille de Scanlon et Lynn est née.

Sophie Cullen, une présentatrice TV, est menacée par un détraqué. Ce sera la première affaire d’Allison dans son nouveau job.

Patricia Arquette est particulièrement persuasive dans son rôle d’handicapée tentant de recouvrer ses moyens. Nous assistons à sa première vision dans sa nouvelle vie. Elle voit le fan fou Peter Winant avoir violé et poignardé Sophie Cullen et tué son mari

Joe  rencontre un « chasseur de têtes » qui veut le recruter pour les énergies vertes. Les visions reviennent  au galop pour notre héroïne, mais dans un premier temps pas pendant son sommeil. Elle se confie à Joe « On ne peut pas savoir ce que l’avenir nous réserve ».

« Medium » est reparti de plus belle avec un excellent pilote pour cette saison 6. La rééducation de l’épouse de Joe offre des opportunités scénaristiques. Quant aux réveils nocturnes, ils           sont de retour (Pauvre Joe !). L’enquête policière est palpitante et Allison est à la hauteur pour la résoudre. La dernière image se termine par un évènement très positif.

Retour à l'index


2. CONFESSIONS D'UN MASQUE
(WHO'S THAT GIRL?)


 

Ariel inquiète ses parents. Allison pense que sa fille est possédée par l’esprit d’une strip-teaseuse assassinée.

Allison a retrouvé, partiellement,  l’usage du côté droit mais doit s’entraîner à écrire à nouveau avec sa main droite qu’elle tient toujours collée au corps le poing fermé.  Elle se déplace encore avec une canne. Au début de l’épisode, Ariel barbouillée de sang ressemble au jeune Michael Myers en 1963 après avoir assassiné sa sœur dans le prologue du premier « Halloween ». Allison doit enquêter sur la disparition d’une jeune fille que connaît bien Devalos. Elle a des visions d’une strip-teaseuse, Elena, dans un bar glauque. Cette femme est la maîtresse d’un homme marié qui a des enfants. Comme il veut la quitter, elle décide de le faire chanter. Allison la voit être tuée.

Chez les Dubois, Bridgette se montre une incroyable chipie. Ariel, elle, fait une crise d’adolescence et de rébellion. Elle commence à penser aux garçons tandis que la petite boulotte Bridgette ne songe qu’à manger entre les repas (d’où sa ligne !). Allison rêve que sa fille Ariel achète une arme auprès d’un patron d’une boîte de nuit, avec de l’argent dérobé à ses parents. Elle a pris possession du corps d’Elena.

On s’est réjoui un peu trop tôt à la fin de l’épisode précédent. Allison est toujours diminuée physiquement. Au night club « She devils », Allison continue son enquête. Nous voyons les choses telles que les voit la médium, tandis que Joe est incrédule. Le téléspectateur est ainsi mis dans la confidence de la prise de possession du corps d’Ariel par Elena. Joe prend fait et cause pour sa fille ce qui créé des problèmes dans le couple. Dans le rôle du tueur, une surprise : le comédien Chris Mc Garry est le quasi sosie de David Anders, le Sark de « Alias ». L’épisode perd en intérêt et en suspense dès qu’Ariel admet être Elena. C’est à la 34e minute et il est un peu dommage de couper net le mystère de l’épisode.

En fait, à dix minutes de la fin, le spoiler étant révélé, on passe à côté d’un épisode de haute facture. La fin de l’épisode, qui se situe dans la réalité, semble provenir d’un cauchemar d’Allison. Sofia Vassilieva joue de façon magnifique.

Retour à l'index


3. COUP DE GRÂCE
(PAIN KILLER)


 

Allison rêve qu’elle fait une mort clinique suite à une allergie et qu’elle est miraculeusement sauvée. Or, Joe lui avoue que cet évènement est réellement arrivé durant son coma. Allison appréhende de retourner à l’hôpital pour voir son amie Rosemary.

Joe a un entretien d’embauche. Allison arrive à marcher sans sa canne. La médium retrouve son amie Rosemary suivie pour un cancer. Cette dernière n’a pas eu la chance de réchapper de la maladie. Le cancer a récidivé pour devenir inopérable. Les deux situations que vivent les Dubois sont stressantes. Joe pour son embauche, Allison pour Rosemary. Bridgette écrit le script d’une émission de téléréalité que ses parents trouvent vraiment bien faite.

Allison voit une infirmière tuer Rosemary, chose qui se révèle réalité. Elle demande à Devalos d’ouvrir une enquête. L’épisode est sinistre. Elle reflète la peur d’une maladie qui tue de plus en plus de gens. On se croit plus dans « Urgences » que dans une série fantastique. Il n’est pas certain que ce soit une bonne idée. Le thème des infirmières qui « abrègent » les souffrances des patients est souvent à la une des faits divers. Le docteur Thomas Slater, l’homme qui sauva Allison lors de sa mort clinique, serait le meurtrier de Rosemary. Au bout de 21 minutes, on a le sentiment de tourner en rond. Comme Geneviève Bujold dans « Coma », Allison découvre une série anormale de morts suspectes dans l’hôpital. Sauf qu’ici, il n’y a guère de suspense. On retrouve la solidarité entre médecins, la loi du silence. Mais Slater avouant les euthanasies, notre intérêt se perd en chemin.

Ce pauvre Joe se voit écarté du poste qu’il pensait bien obtenir. Son histoire ressemble à celle imaginée par sa fille Bridgette. L’épisode ne décolle jamais et stagne dans le niveau médiocre qui a été notre première impression.

Lorsque Devalos prend le dossier en main, la fin est très prévisible. A la 34e minute, une nouvelle intrigue débute. Elle se construit par rapport à un premier scénario faible. En conséquence, l’épisode qui passe du thriller médical à l’enquête policière et aux meurtres motivés par les assurances vie devient carrément mauvais. La fin ouverte n’arrange rien.

Retour à l'index


4. SIGNES EXTÉRIEURS DE FOLIE
(THE MEDIUM IS THE MESSAGE)


 

Allison rêve qu’un homme veut faire avouer à un mourant qu’il est un tueur en série « la balance ». La doctoresse attribue les rêves à sa tumeur au cerveau, mais la médium pense être sur la piste d’un meurtrier.

Allison fait une thérapie cognitive afin de retrouver toute sa mémoire après son opération au cerveau il y a six mois. Son bras droit est toujours raide. Joe postule à un nouvel emploi. Allison est encore fort perturbée, elle ne reconnaît pas les panneaux de circulation. L’homme qu’elle a vu en rêve est un écrivain qui donne une conférence à Phoenix sur « la balance ».

Joe se fait du souci, sa femme, lorsqu’elle fait un mot à l’institutrice écrit en hiéroglyphes. Joe arrive dans son nouvel emploi. Allison sympathise avec un homme, Neal, qui a été grièvement blessé lors d’une agression et qui fait la thérapie avec elle. Mauvais signe : au bout de vingt minutes, l’épisode commence à nous plonger dans l’ennui. Manque d’originalité, de l’intrigue, manque de rythme.

Le nouveau patron de Joe est déconcertant. Il emploie des ingénieurs à ne rien faire pour se mettre en valeur lui. Il utilise des subventions pour engager du personnel. Il se moque complètement du travail de Joe. Il finira par le licencier parce qu’il prend des initiatives !

L’enquête tourne en rond. Allison refait plusieurs fois le même rêve, celui de l’agression de Neal. La solution que trouve Allison est presque trop évidente. Le patron de Joe mériterait quelques claques. Il est absolument horripilant, isolé et égoïste. Quant au tueur, il s’avère être celui que l’on ne pouvait pas soupçonner, mais aucun suspense n’accompagne l’histoire.

A quatre minutes de la fin, on s’attend à une fin ouverte. Alors qu’elle se sert bien de ses deux mains, on se demande pourquoi Allison tient encore son bras raide contre elle.

Un épisode vraiment très moyen.

Retour à l'index


5. UN SEUL ÊTRE VOUS MANQUE
(BABY FEVER)


 

Allison aide la police à retrouver un bébé kidnappé. Bridgette voudrait apprendre à jouer d’un instrument,  mais  sa sœur Marie se révèle être un prodige.

Allison est déconcertée par la mère de l’enfant qui pense que la situation est un rêve et se montre étrangement calme. L’enfant a été enlevé par la nourrice, Elizabeth. Allison, trop impliquée par l’affaire, est émue plus que de coutume, et entend des cris de bébé. Dans son cauchemar, elle a vu trois bébés, représentant ses trois filles.

L’implication émotionnelle de Patricia Arquette est profonde et elle rend d’emblée l’épisode captivant. Allison n’appelle pas la police alors qu’elle a retrouvé l’enfant ! Joe panique et pense que sa femme risque être accusée d’enlèvement. La police enquête sur une amie de la nourrice : c’est chez elle qu’on a retrouvé Bryce, le bébé.

Très vite, l’obsession d’Allison pour l’enfant prend le pas sur l’enquête. La médium se rend compte que l’amour maternel de la mère n’est immense. A peine Bryce retrouvé, sa mère l’a envoyé chez ses grands-parents. Pendant ce temps, Bridgette fait une crise de jalousie envers sa sœur. La pauvre Joe n’a pas la vie rose tous les jours avec sa petite famille agitée. Bridgette se sent mal aimée, et se compare à Ariel et Marie. Elle nous fait une grosse déprime.

Allison apprend que Bryce avait une grande sœur, Lucy, décédée il y a quelques mois. Son fantôme dit à la médium que l’enfant est en danger. Allison perturbe les parents en se rendant chez eux en pleine nuit. Marie commence à avoir des rêves visionnaires. Elle voit un vieil homme qui lui apprend comment jouer de la musique. Lorsque la nourrice est retrouvée morte, l’enquête rebondit. Bonne nouvelle donc, cette saison 6 de « Medium » après un passage à vide retrouve une qualité attendue.

Parallèlement, on suit le devenir du couple Lynn-Scanlon.  La fin nous donne des sueurs froides pour Allison qui se met vraiment en danger.

Retour à l'index


6. LA NUIT DES MORTS-VIVANTS
(BITE ME)


 

A Halloween, Allison rêve d’un film d’épouvante. Elle se réveille égratignée et mordue. Un directeur des pompes funèbres meurt de façon étrange.

Ambiance Halloween et humour : lorsqu’Allison se réveille en disant qu’elle est morte, et avec l’aspect d’Elvira, Joe lui répond : « eh bien dors un peu, ça ira mieux ». L’alternance de scènes en noir et blanc et en couleurs est un régal. Allison est entrée dans le film « La nuit des morts vivants » et devenue Barbara. Superbe hommage au film de George A Romero où les rêves deviennent réalité. Scanlon, lui, garde tout son calme et son esprit cartésien. Il change d’avis lorsqu’après le meurtre d’un directeur de pompes funèbres dans un cimetière, il est confronté un « zombi » en « chair et en os » (et en couleurs) qui a affronté notre médium. Certes, Devalos décrispe la situation : il s’agit d’un schizophrène qui a fait une overdose d’hallucinogène.

Bridgette pense qu’elle est hantée par une araignée morte. L’épisode trouve un savant équilibre entre Allison entrée dans le film de Romero et les explications rationnelles de Devalos et Scanlon. Joe devient Dale, un personnage de film. Il ne faut pas chercher des explications cartésiennes à l’intrigue, et si l’on y entre, on se régale. C’est une immense farce macabre sur fond d’hommage au cinéma d’horreur. La couleur symbolise la vie et le noir et blanc la mort. Allison se retrouve à l’hôpital.

Le film aurait pu être un naufrage, mais le réalisateur nous entraîne directement en pleine schizophrénie. Ici les rêves peuvent tuer, aussi notre médium est particulièrement exposée. Lorsque Bridgette se met à son tour à avoir en plein jour des visions de cauchemar, voyant son institutrice cracher une araignée, le fan de séries fantastique est comblé. Inévitablement, l’épilogue sera, on s’en doute, digne du reste. Dès qu’elle s’endort, Allison retourne dans le film de Romero. Un épisode qui plaira aux cinéphiles. On y croit, on tremble pour l’héroïne.

Nous avons déjà ressenti bien des peurs à la 28e minute. La suite est un vrai bijou de film d’horreur. L’épisode respecte la chronologie du film de Romero. Voilà que Devalos et Scanlon font partie du cauchemar en militaires ! La scène où Allison pense être dévorée par son mari et ses filles est un morceau de bravoure. « Mais à vue de nez, on n’a pas dû manger beaucoup » ironise le Joe de la réalité.

La suite de l’épisode dans la morgue (dans la « vraie vie ») est tout aussi terrifiante. Embaumement de cadavre, brûlures surnaturelles, morsures. Après toute cette fantasmagorie, l’enquête policière ressurgit comme dans les autres épisodes de la série. Une des plus belles réussites toutes saisons confondues.

Retour à l'index


7. SOUS LA CONTRAINTE
(NEW TERRAIN)




Allison rêve que sa fille Ariel est au volant de la voiture avec à l’intérieur ses sœurs quand un camion du style de celui de « Duel » la pousse à un feu rouge pour provoquer un accident.

C’est une camarade d’Allison qui a causé un accident pendant qu’Ariel était en cours. Il n’y a que des dégâts matériels. La voiture des Dubois n’étant plus neuve, l’assurance risque de ne pas la réparer. Allison loue un 4x4 neuf, dont l’auto radio lui permet d’entendre des conversations surprenantes. Dès le début, nous comprenons qu’il y a anguille sous roche et mystère à la clef, car le loueur de voitures ne semble pas reconnaître son véhicule.

Nous assistons à un contraste entre le Phoenix ensoleillé avec les lunettes noires de Scanlon, et les visions nocturnes « en plein jour » d’Allison qui voit un homme organiser une explosion. A bord du 4x4, Allison entend un homme qui est menacé d’un pistolet. Elle prend la voiture suspecte en chasse.

Tel David Vincent lorsqu’il retourne sur les lieux d’atterrissage d’une soucoupe avec la police, le phénomène de la radio ne se produit pas devant Joe qui essaie toutes les stations. Puis Allison rêve d’un braqueur « bombe humaine » qui attaque une banque, chose qui se déroule dans la réalité puisque Scanlon appelle la médium à la rescousse. Le braqueur dit qu’il a été forcé d’agir ainsi.

Ariel découvre que ce n’est pas la fille qui conduisait mais la mère. Cette dernière roulait en état d’alcoolémie. De son 4x4, Allison entend les indications du démineur. Elle ne peut empêcher l’explosion. La tension augmente au fur et à mesure que l’intrigue avance. Devalos est un peu réticent devant les prédictions de la médium. Celle-ci rêve d’un certain Jesse Reeder qui serait le fabriquant des explosifs.

Ariel au cours de cette saison arrive à une certaine maturité. Sofia Vassilieva est excellente et promet de passer à l’âge adulte avec un talent acquis et sûr. Les scènes de déminage sont certes déjà vues mille fois ailleurs, mais fort bien filmées. L’intrigue purement policière passe un peu au second plan. Devalos commence à s’arracher les cheveux lorsque son employée accuse le démineur d’être l’auteur du vol. Il a réussi à dissimuler l’argent (spoiler) de façon astucieuse. Même Scanlon en perd son latin.

Les scénaristes ont prévu une seconde intrigue dont Ariel est la vedette. Elle doit empêcher la mort de la jeune fille de la mère alcoolique dans un accident. Un épisode parfait, où rien ne manque. La mère et la fille simultanément jouent de leurs dons pour mener leur mission à bien. Retour dans le passé avec le père d’Allison qui offre la voiture quatre jours avant sa mort. Tout finalement rentre dans l'ordre et nous saluons encore un épisode formidable.

Retour à l'index


8. AU NOM DU PÈRE
(ONCE IN A LIFETIME)


 

Episode réalisé par David Arquette, sœur de Patricia.

Allison rêve qu’Ariel lui présente ainsi qu’à Joe son petit copain Kyle et dit qu’elle est enceinte. Elle renonce donc à ses études. Ce rêve ne perturbe pas Joe, tandis que Bridgette filme son voisin et met la vidéo sur internet.

C’est le premier petit ami d’Ariel, et Allison est soucieuse. Scanlon enquête sur un crime atroce, la victime ayant été ensevelie vivante par du béton. Allison fait la tête au prétendant de sa fille. Elle rêve que Kyle épie et va tuer Earl Sanderson, l’homme qui a fait couler du béton sur Angelo Filipelli. Joe pense que sa femme mêle le petit ami au crime pour l’écarter d’Ariel.

Il est particulièrement astucieux de mélanger la vie privée de la médium et son travail. La mère de Kyle est furieuse. De même que Llyod, celui qui a été ridiculisé par Bridgette. Il a pris contact avec son avocat et menace de faire un procès. Ariel est furieuse contre sa mère. Nous plongeons ensuite en plein surnaturel, puisque Kyle dit à sa mère qu’il est la réincarnation d’Angelo Filipelli. En effet, ce dernier a été tué en 1992, date à laquelle est née Kyle. Il l’admet enfin devant Allison.

Cette histoire de réincarnation est bien agencée et nous adhérons à l’intrigue. Mais lors d’un baiser avec Kyle, Ariel perçoit les pensées et le passé de son boy friend. Elle en est bouleversée et se confie à sa mère.

Bridgette récidive. Elle filme à nouveau Llyod. Dans son rêve, elle le sauvait de frelons. Kyle est arrêté par Scanlon ayant retrouvé l’arme qui a tué Earl Sanderson.

La série connaît une qualité optimale. Les visions d’Allison sont de plus en plus étonnantes. Elles s’intègrent parfaitement à l’intrigue. Les voyages entre 1992 et 2009 nous racontent la genèse du meurtre. Le titre français révèle trop de choses. Quant à la vidéo de Bridgette, elle a un effet heureux autre que de le sauver de frelons. Le monde de « Medium » est souvent bien meilleur que le nôtre. L’émotion est au rendez vous pour la scène finale. Elle est déchirante. C’est aussi un autre des secrets de la réussite de la série.

Retour à l'index


9. LA LOI DES NOMBRES
(THE FUTURE'S SO BRIGHT)


 

Le père de Joe ayant eu une attaque cardiaque à l’âge qu’à son fils, son fantôme se manifeste à Allison pour qu’il passe des tests médicaux. Allison a des problèmes d’éblouissement et Scanlon lui donne une paire de lunettes de soleil des objets trouvés, qui permet de savoir l’espérance de vie des gens qu’elle voit !

Si l’on veut convaincre quelqu’un de découvrir « Médium », plutôt que commencer par le pilote, montrez lui cet épisode, un des meilleurs de la série, et qui marque longtemps la mémoire après vision.

Ici, Allison voit, sous forme de nombres, ou de chiffres, le nombre de jours restant à vivre de ses interlocuteurs. Face à une glace, elle n’aura pas le courage de « regarder » le nombre qui la concerne.

On a une pincée au cœur en voyant une vieille dame en fauteuil roulant qui n’a que 41 jours à vivre. Afin de détendre l’atmosphère, Joe, qui a fait un test d’effort montrant qu’il a trop de tension, va faire du yoga et se trouver un point commun surprenant avec son nouveau patron. Cet intermède nous permet de « souffler » un peu dans un opus particulièrement percutant.

Mais plusieurs intrigues vont se chevaucher, ainsi un policier « ripoux » menace la vie de Scanlon, faisant passer son espérance de vie de 15357 à un jour, nous indiquant que le destin n’est pas figé et que les choses peuvent évoluer… en mal.

L’épisode non content de nous stresser nous propose aussi des scènes gore, avec les bandes organisées qui tuent les gens qu’elles veulent faire parler … à la ponceuse !

« La loi des nombres » est un régal. Allison n’a plus besoin de faire de cauchemars, ce qu’elle voit « en direct » avec les lunettes maudites en est un. Qui voudrait porter ces lunettes ?  La fin est assez prévisible mais bien entendu on n’en dira rien. Cette histoire de Craig Sweeny et Robert Doherty est tellement réussie qu’on aurait pu imaginer une série (façon « Mentalist » ou « Profiler ») avec cet argument de départ.

Laissez vous embarquer par cet épisode envoûtant, vous ne le regretterez pas. Il peut même être vu seul, sans avoir vu la série auparavant.

Retour à l'index


10. FRISSONS
(YOU GIVE ME FEVER)


 

Joe a la grippe.  Allison rêve que Joe a un accident de voiture mortel. Scanlon va demander Lynn en mariage. Des échantillons d’un virus mortel sont volés et Phoenix est en état d’alerte.

Bridgette s’inquiète toujours pour les piqûres. Elle rêve à Scanlon offrant une bague à Lynn. Un virus, le FV 39, menace Phoenix, mais il pourrait s’agir d’une attaque terroriste. Nous voyons une photo d’une victime au Congo en 1996. Scanlon veut offrir une bague de mariage à Lynn mais n’arrête pas de la cacher. Allison n’a pas été vaccinée contre la grippe.

La FEMA, l’agence des situations d’urgence, intervient à Phoenix. Allison est malheureuse de n’avoir pu sortir d’une voiture en flammes l’homme blessé qu’elle a vu en rêve. Elle voit aussi les images d’une hécatombe due à un virus.

Allison rêve que l’homme qui est mort dans l’accident, un biologiste, était infecté du virus. Elle téléphone à Scanlon, qui lui dit qu’elle a peut être contaminée de nombreuses personnes. Très vite, l’épisode nous transporte dans la paranoïa des histoires de contagion.

Plus que la dangerosité du virus, nous voyons ici l’Amérique en proie à la phobie d’une attaque terroriste de guerre bactériologique. A qui profite le crime comme les virus sur Internet ? Au fabriquant d’anti virus, un certain Eric.

A la 25e minute, on change de suspense, après l’alerte au virus, c’est la demande en mariage de Scanlon, chose qui n’engage pas l’avenir de la communauté. Joe guérit de la grippe. Nous découvrons ensuite les marchands de virus qui veulent vendre le sérum ! L’un d’eux a contaminé son partenaire (c’est du moins ce que voit Allison en rêve) pour mieux persuader le gouvernement d’acheter son produit, « l’anti sérum ». Mais Allison démasque l’homme et lui dit qu’elle va dissuader les autorités d’acheter l’anti sérum.

Dîner en amoureux pour Lynn et Scanlon. Elle lui parle de…divorce ! Divorce avec un mari éphémère qu’elle a quasiment oublié. Grand moment d’émotion lorsque Scanlon découvre que…Lynn voulait le demander en mariage.

On soupçonne une fin ouverte pour le vendeur d’anti virus. Et c’est ce qui arrive.

Retour à l'index


11. MANIAQUE DE L'ÉCHANGE
(AN EVERLASTING LOVE)


 

Le patron de Joe a écrit un roman et veut l’avis de Joe. Un criminel appelé « Le maniaque de l’échange » va bientôt s’en prendre à une femme. Allison et Scanlon doivent la protéger. Mais l’homme dont Allison provoque la mort est innocent et elle aide son fantôme à le réhabiliter.

Le livre du patron de Joe est une horreur de 900 pages. C’est absolument illisible. Allison ayant fait une erreur (comme c’est commode dans « Medium », on peut rattraper les morts que l’on a sur la conscience en aidant leurs fantômes), elle culpabilise, mais avec le revenant, Jeremy, va tenter de rétablir la vérité.

Signe du puritanisme de la série. Lorsque notre médium rêve de l’histoire d’amour de Jeremy Kiernan avec sa petite amie Mandy, l’image se coupe au moment  où nous allions assister à une scène érotique. Le fantôme propose de donner le nom du maniaque si Allison veut bien dire à Mandy qu’il y a une vie après la mort.

Le patron de Joe, égoïste, égocentrique, est de plus en plus tête à claques. Il écrit un livre et se prend pour un génie. Il n’attend de Joe que des compliments. Quant à Allison, la voici devant expliquer à Mandy que son fiancé « vit » toujours. La femme la prend pour une folle.

Episode en « petite forme » après plusieurs  bons opus. Nous assistons à une suite de quiproquos et de malentendus avec le fantôme.  Jeremy Kiernan empêche notre médium de faire ses rêves, c’est donc l’intuition du fantôme qui guide l’enquête.

Mandy finit par croire aux révélations d’Allison. Nous avons un peu de peine à nous passionner pour le tueur en série, dont l’histoire interfère avec la démarche de la médium envers Jeremy. Le patron de Joe le sacque puisqu’il n’a pas apprécié son roman. On pouvait facilement s’y attendre. Le fantôme parle à Mandy qui ne l’entend pas (on se croirait dans « Code Quantum »). Les scènes deviennent répétitives et ennuyeuses.

Kiernan s’est servi d’Allison, puisqu’il était vraiment le tueur, et que Mandy était sa complice. L’histoire est tirée par les cheveux. Trop de changement entre les 35 premières minutes et la suite. La culpabilité d’Allison, ses regrets, n’ont plus de sens. L’affrontement entre le patron de Joe et ce dernier devient puéril.

On regrettera que les producteurs soient pour la peine de mort et le montrent de façon aussi évidente dans cet épisode.

Retour à l'index


12. LE CORBEAU
(DEAR DAD...)


 

Devalos pense à sa fille morte, Arianna. Elle s’est suicidée avec sa voiture en laissant le moteur dans un garage. Bridgette a emprunté sept livres à la bibliothèque sans les rendre. Quelqu’un dépose une carte chez Devalos.

Devalos demande un service à Allison, ce qui ne l’étonne pas puisqu’elle vient de rêver du suicide d’Arianna. La différence entre le rêve et la réalité est qu’Arianna avait laissé une lettre pour ses parents pour Allison, mais pas dans la vraie vie.

La bibliothécaire réclame le prix d’achat des livres, soit 92 dollars. Bridgette travaille gratuitement pour réparer sa négligence.

L’épisode est tout en émotion, gravitant autour de la perte d’un enfant. « Medium » est très fort pour les séquences de sentiment. « Le corbeau » est centré sur le personnage de Devalos.

Devalos a jadis défendu un certain William Gerwin, accusé de viol. Allison en rêve. L’homme était coupable et a purgé plusieurs années de prison. Il est en liberté conditionnelle. Scanlon et Allison tentent de prouver qu’il est l’auteur de la carte d’anniversaire morbide car Devalos n’était pas parvenu à l’innocenter.

Devalos connaissant la culpabilité de son riche client en a torpillé la défense. Il a envoyé au procureur des cassettes vidéo du pervers. Notons qu’Allison a toujours un bras paralysé, mais selon les épisodes, les réalisateurs pointent ou non ce détail.

« Le corbeau » aborde aussi les canulars d’Internet où un africain promet de donner une somme importante si on lui envoie un peu d’argent. Ici, le prince Abantu est un client de la médiathèque où Bridgette fait des travaux d’intérêt généraux.

 Gerwin explique à Allison qu’il veut mettre la vie de Devalos en l’air pour la faute qu’il a commise. Il veut violer une autre jeune fille. Gerwin, déshérité, n’a plus rien à perdre. Devalos se trouve devant un cas de conscience. Nous assistons alors à une discussion post mortem entre Devalos et sa fille. Nous découvrons qu’Arianna a été violée par Gerwin et s’est suicidée à cause de cela. Allison, qui a tout rêvé, est effondrée.

Episode très dur, qui ne nous ménage pas. Miguel Sandoval est parfait dans son rôle. Devalos va voir sa carrière compromise. Bridgette évince le faux prince Abantu qui est un escroc nigérien. Mais Arianna se retrouve (en fantôme) face à Bridgette puis Allison. C’est la jeune morte qui aura le mot de la fin.

Un opus bouleversant.

Retour à l'index


13. MASCARADES
(PSYCH)



Une jeune fille atteinte de schizophrénie, Keelin, tue de façon barbare son chat avec un couteau. Elle s’évade d’un asile psychiatrique.

Scanlon et Allison enquêtent auprès du psychiatre le docteur Woodel, qui pense que la jeune femme est potentiellement dangereuse. Allison, des années après le massacre du chat, revoit les faits en se rendant chez Summer, une amie d’hôpital. Mais si Allison trouve la jeune femme charmante, elle déchante en apprenant qu’elle est internée pour avoir tué ses parents à coups de couteau. Bridgette se met à faire des caricatures, ce qui déplaît à ses sœurs.

Allison a du mal à contrôler le trouble qui l’envahit. Elle rêve du meurtre horrible commis par Summer. Aussi, au lieu de s’occuper de la fuyarde, elle s’intéresse au cas de Summer.

Bridgette devient amoureuse d’un camarade de classe, Finn. Il faudra qu’elle surveille sa ligne. Ariel se montre protectrice avec sa sœur, alors qu’elles se charriaient habituellement. Une complicité entre elle naît.

Devalos ne comprend pas pourquoi  Allison s’intéresse tant à Summer et pense que son frère  Chad est le véritable assassin, tel qu’elle la vu dans un rêve. L’assassinat du psy recentre l’intrigue sur la fugitive Keelin Mc Kinney.

Joe n’admet pas que Bridgette soit si précoce et aime un garçon. Un nouveau cauchemar d’Allison montre que le psy, Woodel, aurait fait chanter Chad qui l’a tué. Les rêves d’Allison sont de plus en plus effrayants.

Nous passons d’une histoire de schizophrénie pure à une intrigue à tiroirs : le chantage de Woodel suite aux confessions de Summer. Le potentiel meurtre de Keelin par Chad est aussi évoqué.

La situation devient plus étrange pour Bridgette qui déclare à Ariel que c’est en fait Marie qui fait des dessins révélant qu’elle est amoureuse de Finn.

Cet épisode ne cesse de rebondir dans différentes directions. Le cauchemar qui montre la mort de Chad poignardé par Summer devient une réalité. Allison culpabilise, et comprend qu’elle n’aurait pas du parler à Summer du meurtre commis par Chad, chose que lui reproche évidemment Devalos. Mais elle découvre alors de nouveaux éléments qui remettent en question toute l’enquête. C’est une machinerie machiavélique que la médium va mettre à jour. Le coup de théâtre final n’a absolument rien de surnaturel, c’est de la pure série policière. On est proche de Gaston Leroux et d’Agatha Christie.

Quant au bras droit d’Allison, il semble aller mieux.

Retour à l'index


14. GENTLEMAN HACKER
(WILL THE REAL FRED ROVICK PLEASE STAND UP)


 

Une fort jolie fille, épouse d’un homme de 93 ans en fauteuil roulant, décide de supprimer son mari. Elle le jette dans un escalier. Un médecin légiste l’a fait accuser de meurtre. Allison fait du baby sitting avec un enfant, Jeb, qui a un ami imaginaire.


On n’épouse pas une fille comme celle qu’interprète la pulpeuse Ellen Hollman à presque quatre vingt dix ans. Ce vieux cochon n’a eu que ce qu’il méritait, dirait le bon sens populaire.  Mallory a consacré ses dernières quatorze années (et demie précise-t-elle à Devalos) pour capter sa fortune.


L’épisode aborde aussi le thème effrayant de l’ami imaginaire, qu’Ariel va voir. Les amateurs de fantastique penseront immédiatement à la nouvelle terrifiante « Harry » (1955) de Rosemary Timperley. Après « La nuit des morts vivants », c’est un autre hommage de cette saison à un classique. Allison aperçoit elle un homme qui fait de la maintenance pour ordinateurs au bureau de Devalos et n’arrête pas de changer de vêtements. Cet homme, Allison y rêve également et lui voit prendre le visage de Joe. Elle le menace avec des ciseaux ! Allison est la seule à voir Joe avec le visage de l’inconnu.

La médium finit par se calmer, bien que Joe ait pour elle toujours le visage de l’inconnu. Puis c’est Scanlon qui a également changé d’apparence. Nous  sommes en plein délire.

Dans « Harry », nous ne voyons pas l’ami imaginaire. Ici, Ariel découvre un castor, ou du moins un footballeur mort dans un costume de castor, « Monsieur Croquefort ». Très vite, l’ami imaginaire est apprivoisé par Ariel, et n’a plus rien d’effrayant. Idem pour Allison qui se fait à la nouvelle tête de son mari.

Devalos se demande si sa médium n’a pas perdu la raison puisque même un juré corrompu dans le procès de Mallory a le visage de l’ouvrier. Ariel, elle, ne sait plus si la méchanceté vient de Jeb, l’enfant, ou du fantôme. Elle finit par trouver. Cet opus est tellement bon que nous éviterons d’en dire trop.


C’est du fantastique pur. Fantôme, ami  imaginaire, doubles, sosies, visage qui devient celui de toutes les personnes hommes et femmes  que voit Allison. Il est aussi question d’usurpation d’identité. Bref, une histoire palpitante d’un bout à l’autre. Nous atteignons le délire total lorsque la médium voit Joe avec son vrai visage et qu’il est l’imposteur.

 

Ariel réussit à évincer de la vie de Jeb Monsieur Croquefort par un stratagème astucieux. Mallory elle va avoir une sacrée déconvenue !

Une grande réussite de la série.

Retour à l'index


15. SELF-DÉFENSE
(HOW TO BEAT A BAD GUY)


 

Allison est agressée par des voyous qui lui dérobent son sac. Elle rencontre dans le couloir de l’hôpital où elle passe un scanner une femme qui enseigne la self défense et décide de prendre des cours. Le frère de Scanlon, un mauvais garçon, réapparaît à Phoenix.

Allison rêve que son principal agresseur veut à présent la violer. Episode qui démarre de façon sombre sur les viols et la violence aux femmes. Un homme qui n’est autre que le frère de Scanlon, Paul, a violé une femme, filmé la scène et l’a mise sur internet. Cela évoque pour Scanlon son père violent, passé qui avait déjà été évoqué lorsque le policier avait appris que  Lynn était enceinte.

Petit à petit, Allison reprend ses esprits, bien qu’elle ait été traumatisée par l’agression. Toutefois, elle ne rêve que de femmes agressées. Elle retrouve l’homme qui a violé quatre fois, cassé le bras et les pommettes de la prof de self défense, Kira. Allison aurait elle de fausses visions ? L’homme que la médium a identifié est un policier, Sean Riley, qui se fait passer pour un délinquant sexuel, Henry Menard afin de piéger le frère de Scanlon.

Episode aux couleurs sombres et désespérées. Kira a-t-elle refusé d’écouter Allison pour mieux tuer Sean/Menard ? Car ce dernier est retrouvé massacré, battu à mort. Devalos ne veut pas que Scanlon travaille sur l’affaire où son frère est  impliqué.

Cet épisode nous prend aux tripes car l’on n’arrive pas à trouver une lumière, un sourire, pour égayer l’atmosphère ambiante si lourde. Scanlon veut tuer son frère, dont il est persuadé de la culpabilité. Nous voyons Kira exécuter froidement après l’avoir torturé le policier Sean Riley. C’est dans un rêve d’Allison.

La médium découvre que de nombreux violeurs en conditionnelle ont été tués par Kira, dont le policier qui était innocent. La victime est devenue elle-même un monstre. Scanlon pense que son frère est l’auteur du viol filmé. Ce dernier passe aux aveux et n’éprouve aucun regret. L’épreuve est dure pour le policier. Les images de l’assassinat de Riley par Kira sont atroces. Cette dernière va bientôt s’en prendre à Paul Scanlon.

L’épisode ne peut pas se terminer bien car tous les protagonistes se sont déjà perdus, certains sur la voie du crime, d’autres dans la folie que l’on ne peut même plus appeler loi du talion. On ne voit pas les filles Dubois dans cet épisode comme si cette histoire ultra violente restait avant tout une affaire d'adultes.

La fin est une des plus effarantes et sans espoir de toute la série.

Retour à l'index


16. NOCES DE SANG
(ALLISON ROLEN GOT MARRIED)


 

Nous sommes dans le passé, lors du voyage de noces d’Allison et Joe, moment où naissent ses dons de médium. C’est aussi un « futur antérieur » puisque Allison rêve qu’elle a fini par quitter son mari et ses filles.

Comme nous le savons déjà, Allison était enceinte lorsqu’elle s’est mariée. Le voyage de noces a eu lieu en Californie à San Luis Obispo, qui est une ville mentionnée dans le pilote des « Envahisseurs » « Première preuve » pour localiser la ville fantôme de Kinney.

Les parents de Joe sont particulièrement lourds, tout spécialement le père. La mère d’Allison n’assiste pas à la cérémonie. Nous connaissons déjà les parents de Joe, pour avoir vu le père en fantôme, et la mère atteinte d’un cancer. Marjorie la mère de Joe dit qu’Allison ne pourra pas continuer ses études d’avocate.

Allison a ses premières visions. Cela la bouleverse. La « future médium » se confie à son mari. Ce dernier est bouleversé d’apprendre que ses parents font chambre à part. Nous n’accrochons pas à cet opus. D’une part, les comédiens ne paraissent pas « jeunes » malgré les efforts des maquilleurs.

D’autre part, lorsque Allison rêve qu’une jeune inconnue (en fait dans le futur sa fille Ariel), est violée, un sentiment de malaise nous étreint. La grand-mère Benoit qui est morte apparaît sous forme de  fantôme et rappelle à sa petite fille Allison les dons qui sont les siens.

On ne comprend pas pourquoi cet épisode surgit ainsi en plein milieu de saison. La séparation des parents de Joe, qu’il apprend juste avant son mariage, est censée nous bouleverser.

Allison enquête sur sa première affaire, une jeune fille étranglée. Le mariage n’a pas l’air bien exaltant. Les visions sont des bonds dans le futur où Ariel, nue, attachée à un lit, est étranglée par un sadique. Que le père de Joe est lourdingue ! Tellement différent de la gentillesse et de la délicatesse de son fils. Lors du mariage, apparaît le petit cousin par alliance de Joe, Andy Seward…le violeur d’Ariel, jeune.

On ne peut songer avec sérieux que les Dubois vont se marier quand on les voit se disputer à propos des visions. Lorsque la jeune femme dit à Joe qu’il est son « toujours et à jamais », on n’y croit pas. Puis Devalos et Scanlon, effondrés, parlent à Joe après la découverte du cadavre d’Ariel disparue dans un futur imaginaire depuis sept mois. On nous épargne la vue du cadavre décomposé d’Ariel.

Kathy Baker, dans le rôle de  Marjorie, la mère de Joe, fait trop vieille, l’actrice est marquée et totalement improbable dans les scènes du passé. A partir de là, « Noces de sang » passe complètement à côté de sa cible. Quel intérêt cet opus avec des évènements qui ne sont jamais arrivés comme l’annulation du mariage des Dubois ?

Andy, le cousin diabolique, nous réserve une sacrée surprise. On ne pourra rien révéler car c’est un spoiler. Ah, si tout l’épisode avait pu être de la teneur des dernières images, cela aurait été un chef d’œuvre.

Retour à l'index


17. À TRAVERS SES YEUX (1RE PARTIE)
(THERE WILL BE BLOOD...TYPE A)


 

Allison, Bridgette et Ariel font le même cauchemar où elles voient une jeune femme se suicider. Allison vient de passer une mammographie et Devalos une coloscopie et ils se réfugient dans l’enfance pour échapper à ces examens traumatisants. Le patron de Joe devient fou.

Un tueur a vidé de leur sang les quatre membres d’une famille. Spectacle macabre. La première partie de cet épisode qui en compte deux nous déstabilise. Mitch Pileggi (Skinner de « The X Files ») incarne ici Dan Burroughs. Keith, le patron misanthrope de Joe (Joel David Moore) se met à flanquer à la porte tous ceux qui ne font rien, or jusqu’ici il employait des gens à ne rien faire ! Il se mettait en valeur et touchait des subventions pour employer des gens, tout en se consacrant à ses recherches.

En s’écartant de sa famille, Allison voit Joe, Marie et Bridgette exsangue, comme les victimes qu’a montrées Scanlon.

Ariel est de moins en moins une petite fille et de plus en plus une vraie femme, assez glamour. Elle fait passer des auditions aux garçons pour choisir celui qui sera son cavalier au bal de fin d’année. C’est en fait un rêve qui se transforme en cauchemar. La fille qui s’est suicidée en se tranchant la gorge dans un rêve d’Allison se fait sauter la cervelle en enfonçant un pistolet dans la bouche. La scène est particulièrement insoutenable.

Pour Bridgette, la fille se noie, mais nous n’avons droit qu’au récit de la petite Dubois en pleurs. Trois médiums chez ce pauvre Joe !

Nous découvrons enfin Jennifer (Vanessa Moreno) qui passe de familles d’accueil en familles d’accueil. C’est elle qui se suicide dans les rêves. Nous la voyons confrontée à un père adoptif pédophile. Episode gore puisque Scanlon cherche le sang qui sert à écrire sur une photo envoyée à l’Arizona Observer, un journal.

On ne dira jamais assez combien Keith est une tête à claques. Horripilant, même maintenant qu’il est à moitié fou, ce personnage détestable continue de polluer la vie de Joe.

Une seconde famille est trouvée dans une mise en scène macabre, vidée de leur sang, chacun est figé comme des zombis ou des statues de cire du musée des horreurs. Entre les rêves et la réalité, tout est ici dérangeant. Le tueur s’avère être… la suicidée, Jennifer. Scanlon tente de l’amadouer et de la faire parler.

Allison comprend que Jennifer fait aussi des rêves  comme elle ! L’épisode part un peu dans tous les sens. On pressent qu’un canevas va rassembler les différents fils narratifs dans la seconde partie.

Retour à l'index


18. À TRAVERS SES YEUX (2E PARTIE)
(THERE WILL BE BLOOD...TYPE B)


 

Allison, en désaccord avec Joe, décide d’héberger Jennifer qui a exactement les mêmes pouvoirs qu’elle. Elle devine les choses. Petit à petit, Jennifer se rappelle du visage du tueur en série.

Le suspense est à son comble, sans cette-fois ci la référence à « Précédemment dans Médium ». L’intrigue reprend sans résumé. Allison éprouve une grande compassion pour la fille des rues, Jennifer, et compte sur elle pour identifier le tueur.  Jennifer n’est pas reçue de façon  chaleureuse par le reste de la famille Dubois, les filles ayant dans la tête les cauchemars, et Joe peur que tout le monde serve de cible au tueur.

De plus en plus allumé, Keith se prend pour Thomas Edison et Marie Curie à la fois. Il finit par révéler qu’il est bipolaire et sous antidépresseurs. Ses travaux intéressent le gouvernement, mais c’est Joe qui les présente, et il se sent dépossédé de ses inventions.

 Devalos et Scanlon comptent sur Jennifer pour identifier le tueur.

Lors d’une scène particulièrement percutante, on comprend la folie du tueur qui aime le sang. Une petite fille (On pense que c’est Jennifer il y a quelques années) se blesse et l’homme suce le sang.

Jennifer se rappelle de souvenirs traumatisants, comme l’accident de ses parents. Elle a été éjectée de la voiture et a vu ses parents mourir. Allison éprouve de l’affection pour elle, comme si c’était sa quatrième fille.

Jonathan Thigpen (David Dayan Fisher) est donc le fameux tueur, donneur de sang, récupérateur puisqu’il fiche tous ceux à qui il fait des dons. Jennifer a subi une transfusion de son sang après son accident et voudrait s’en purger.

Keith démissionne et laisse sa place à Joe qui va présenter des inventions au département de la défense. Les filles Dubois supportent mal la présence de Jennifer. Celle-ci avoue à Allison que ses pouvoirs sont uniquement dus à la transfusion de sang de Thigpen.

On n’est un peu déçu de constater  que Mitch Pileggi est cantonné à un rôle sans importance dans l’intrigue. Joel David Moore en patron fou lui vole toutes ses scènes.

« Medium » se confirme comme la série la plus effrayante de son époque. La pluie de sang sur le pare brise de la voiture d’Allison restera dans les mémoires. Le clown, utilisé par Stephen King dans « Ca » est ici l’un des symboles du tueur.

Vanessa Marano, en Jennifer, est très bonne comédienne. Elle crée un personnage assez attachant et complexe. Comme toujours, l’émotion n’est pas absente de la série et il n’est pas inutile d’avoir un kleenex à la fin de cette seconde partie. Bon, pas comme dans « Me without you », mais ça vous le savez déjà.

 

Retour à l'index


19. SAL
(SAL)


 

Un voisin des Dubois a été cambriolé et tué. Marie a vu l’assassin. Les Dubois décident d’installer un signal d’alarme. Ce dernier est « ensorcelé » et parle à Marie. Ariel fait un marché avec le fantôme d’un défunt pour choisir son université.

Cet épisode qui accumule trop de personnages et de situations abracadabrantes n’est pas une grande réussite. Il atteint à peine les deux melons.

Ariel rencontre le fantôme  d’un certain Alan Hahn dans la bibliothèque municipale qui lui parle de son futur à l’université. Le spectre fait un marché avec la jeune fille. Il devra supprimer de son ordinateur des fichiers compromettants, des photos de filles prises sur des sites pornos qu’il ne veut pas que sa veuve Sondra trouve. (Il s’agira en fait de photos de bébé qu’il a eu d’une liaison avec sa maîtresse). En échange, il lui permettra  de  tricher afin de réussir un entretien avec Sondra pour aller à l’université de son choix.

Allison a de la compassion pour Amy Mulhearn, la veuve de Matt, le  voisin assassiné. Marie se met à parler avec Sal, le système de sécurité.

Allison comprend lors d’une vision flash que Josh Berryman,  un ami du défunt Matt, est le cambrioleur tueur. Marie est incapable d’identifier Berryman alors qu’elle l’a vu le soir du meurtre. Devalos ne peut prolonger la garde à vue de ce dernier. C’est en fait « Sal », l’alarme parlante, qui a fait pression sur l’enfant pour qu’elle se taise.

L’étrange discussion entre le système de sécurité et Marie continue, mais Allison en rêve. L’alarme a menacé le reste de la famille Dubois si Marie ne suit pas à la lettre ses instructions.

Joe (on le comprend) a du mal à croire que Sal puisse parler à sa fille. Il pense à une technologie sophistiquée genre intelligence artificielle, mais en aucun cas n’admet que l’alarme terrorise sa fille.

Pendant ce temps, Josh Berryman évite la nuit  les voitures de police qui patrouillent. Il profite de l’absence de preuves contre lui, et du fait qu’il était en garde à vue la nuit du dernier crime pour jouir de sa liberté.

Ariel trouve l’arme du crime dans un égout. Il faut avouer que cet épisode est quelque peu tiré par les cheveux. Sondra découvre la supercherie à laquelle s’est livrée Ariel et la chasse. Elle doit faire une croix sur l’université. Quant au système d’alarme, il n’est autre qu’un fantôme qui a demandé à être tué étant atteint d’une maladie invalidante et ne voulant pas se suicider pour que sa famille touche l’assurance.

La fin de l’épisode est loin d’être bouleversante et évoque le marché qu’Allison fait avec Sal pour découvrir le véritable assassin cambrioleur. Le fantastique attire l’attention lorsque la mécanique est bien huilée. Ici, le scénario se perd dans les méandres d’intrigues secondaires. Dommage.

Retour à l'index


20. AVEC LE TEMPS
(TIME KEEPS ON SLIPPING)


 

Episode réalisé par Miguel Sandoval

Ariel  devient une vieille dame et elle demande de l’aide à son père. C’est un cauchemar de sa mère. Elle se lève et découvre qu’Ariel passe une nuit blanche à réviser ses cours pour un examen. Elle est amoureuse d’un garçon nommé Liam.

Après la séquence choc d’ouverture, nous retrouvons Ariel dans son lycée. Si au début, les choses sont paisibles, très vite la jeune fille est confrontée au meurtre d’une voisine,  Mrs Kerrigan. Tandis qu’Allison tente de la réconforter, Ariel est transportée dans le futur. Elle vit avec Lian et a mis au monde une Anna qui a déjà cinq ans.

Ariel est mariée. Ce qui cloche avec l’image, c’est le fait que Sofia Vassilieva n’a pas l’âge du rôle. Ceux qui ont vu la fin de la série savent que cela ne peut pas être le futur. Le fait qu’elle soit avec ses deux parents, sans spoiler, n’est tout simplement pas possible. Nous sommes dix ans après l’an 2010. Il faut croire qu’au moment de rédiger cet épisode, que l’on doit à Robert Doherty, le même Doherty n’avait pas dans la tête « Me without you ».

Alors bien sûr, même si cet épisode est excellent, il semble complètement anachronique. Une Sofia Vassilieva pas assez âgée, une Patricia Arquette trop jeune, un futur tout simplement impossible quand on a vu la fin de la série.

Dans ce futur, Ariel se réveille la nuit comme le faisait sa mère, et elle découvre que l’assassin de Lisa Kerrigan est son mari Daniel. Devalos est devenu maire, Miguel Sandoval s’est rasé le crâne pour se vieillir, le nouveau procureur  est Allison, tandis que Scanlon devenu chef de la police porte des lunettes. Il n’a été fait aucune tentative pour vieillir Patricia Arquette. Ariel pense que si elle résout le meurtre de Lisa, elle reviendra en 2010.

C’est un bel épisode, que l’on devait voir différemment à l’époque de sa diffusion. Aujourd’hui, c’est un peu comme si on vous ramenait en enfance en vous montrant un futur fictif, et que vous sachiez que ce n’est qu’un écran de fumée. Que tout n’est que mensonge et faribole. Liam indique plusieurs fois l’année précise où se déroule l’action : « Ariel, tu n’as plus seize ans, mais vingt six ans ».

A la 31e minute, Ariel part encore plus loin dans le futur. Anna est une jeune fille. Et Allison est morte. Là aussi, les choses sont impossibles, Allison est censée être morte assassinée depuis sept ans, tuée par un cambrioleur. Nous sommes en 2027. L’émotion et la science fiction rivalisent ici.

Avec effroi, Ariel découvre qui a tué vraiment Mrs Kerrigan et Allison. Il s’agit bien de la dernière personne à laquelle on aurait pu s’attendre.

La fin est renversante, bousculant le téléspectateur, le faisant bondir dans son fauteuil. On est à la fois profondément choqués et émus. « Medium » bouscule tous les codes du voyage dans le temps et loin des rassurants sauts de Sam Beckett dans « Code Quantum »,  nous sommes ici très mal à l’aise.

Retour à l'index


21. BARNEY
(DEAD MEAT)


 

Allison rêve de cochons qui parlent. C’est l’anniversaire de Joe. Quant à Devalos, il confie à Scanlon et Allison de trouver une disparue, Melissa Treynet.

Avant-dernier épisode de la saison, et début décevant. Allison voit des cochons partout. On retrouve Roma Maffia de « Profiler » en directrice de fondation pour la protection animale. Melissa, la personne recherchée, tentait de savoir si une société qui élève des porcs , Agro United, traitait mal les animaux.

 Barney est le nom d’un petit porc qu’Allison retrouve à Agro United. Scanlon se moque d’elle mais la médium pense avoir  trouvé l’endroit où est ensevelie Melissa.

Allison semble cependant avoir fumé quelque substance illicite, elle reconnaît…un arbre, les côtes d’agneau qu’elle prépare pour l’anniversaire de Joe… se mettent à hurler. Allison rêve qu’elle s’est transformée  en cochon !

Cet épisode est un ratage surprenant en fin de saison et après un bel opus, « Avec le temps », qui aurait pu presque servir d’épisode final à la saison 6. Au bout de vingt minutes, il est confirmé que « Barney » est un ratage. Robert Doherty si prolixe habituellement semble avoir eu l’angoisse de la page blanche pour pondre un tel navet.

Marie vole un jouet des années 70 pour l’offrir à son père. L’affaire tourne mal. Le vendeur menace de prévenir la police et exige un chèque de 350 dollars pour ne pas l’avertir. Joe pique une crise lorsqu’il apprend que sa femme a acheté Barney pour 500 dollars. Le petit ami de Melissa, Shane, croit bon de faire chanter Agro United et se fait descendre.

Marie commet un deuxième vol que Joe doit rembourser. L’action commence enfin à la 33e minute, c’est un peu tard. On passe aux choses sérieuses, découvrant que les gentils ne sont pas si gentils que cela. Quelques effets gore nous attendent et ne nous font plus voir les cochons sous un aspect innocent.

Un épisode consternant pour une série de la qualité de « Medium ».

Retour à l'index


22. UNE SI BELLE MORT
(IT'S A WONDERFUL DEATH)


 

Allison apprend que sa tumeur au cerveau récidive. Ariel est admise à l’université et va quitter Phoenix. Les époux se disputent car la mère voit d’un mauvais œil l’éloignement de sa fille et au petit matin, Allison ne se réveille pas : Joe est épouvanté, sa femme est morte !

Medium ne semble pas avoir de juste milieu en dehors des ratages et des chefs d’œuvre. Allison est morte, et les familiers envahissent la maison. Ce ne sont que des scènes  déchirantes, que le fantôme d’Allison voit : Bridgette en pleurs, Joe bouleversé, Ariel indigné que les gens réclament des boissons fraîches.

Ariel, confrontée au fantôme de sa mère, est un moment intense d’émotion. On se doute de l’angoisse des téléspectateurs le soir de la diffusion de cet épisode sur CBS, quant au bout d’un quart d’heure, Allison est bel et bien morte. Petit à petit, Ariel communique avec son père, et lui dit ce que le fantôme de sa mère raconte. Notamment comment coincer l’assassin d’une jeune femme en compagnie de laquelle se trouve la médium, Mary Louise.

Ariel refuse de partir pour Darkmouth, à l’autre bout du pays. Elle veut rester à Phoenix et remplacer sa mère auprès de Devalos qui l’accueille gentiment. Il est fait référence à des évènements de la saison 1. Ariel s’installe dans l’ancien bureau de sa mère auprès de Devalos. C’est alors que, sous ses yeux effarés, la jeune fille voit le procureur s’écrouler victime d’une attaque alors qu’il allait se faire sa piqûre d’insuline.

Nous voilà à la messe funéraire de Devalos que ce dernier regarde en tant que fantôme. Il y retrouve Allison et lui explique qu’il a eu une surdose d’insuline. Au bout de vingt minutes, Allison est… toujours morte !

Défunte, Allison est aussi pénible qu’une vivante avec sa fille lorsque cette dernière parle de partir pour Darkmouth. C’était l’objet de la dispute avec Joe le dernier soir. A présent, le fantôme de la médium fait la morale à sa fille en lui montrant les coupures de presse de tous les meurtres qu’elle a élucidés. A nouveau, des épisodes des saisons passées sont évoqués.

Ariel se réveille après avoir rêvé d’un crime. La remplaçante de Devalos ne veut pas d’elle comme adjointe. Le fantôme d’Allison se révèle un véritable poison pour sa fille.

30 minutes et Allison Dubois est toujours morte ! Nous découvrons que la dernière victime jouait à des jeux sadomasochistes avec son amant, le fils de son mari ! La pauvre Ariel en ras le bol. Des histoires de sexe et d’asphyxie sont trop pour elle. « Vas dans ta tombe, j’irai te voir à la fête des mères et à la Toussaint ». Ariel veut vivre sa vie et part pour Darkmouth. Le départ de l’aînée consterne ses sœurs et son père.

Scanlon est muté à la circulation. Les services de la nouvelle procureur modifiés. Tout cela est le fruit des machinations du fantôme de la sado maso Mary-Louise qui aime son tortionnaire et veut égarer la justice pour assurer l’impunité à son jeune amant.

37e minute : nous sommes bien dans un film ! Allison se réveille bien vivante et sans tumeur. Tout le monde ressuscite, Devalos est en pleine forme, Ariel va partir avec l’assentiment de sa mère,  Lynn et Scanlon se marient, on fait la fête, on danse. La série est prolongée pour une saison de plus sur CBS.

Retour à l'index

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Toucher le fond… (Broken - Part 1)