Hors Saison 3 (2004)Présentation

Absolutely Fabulous

Saison 6

1. Une identité (Identity)

2. Un boulot (Job)

3. Aux Jeux Olympiques (Olympics)

 

Première diffusion en Grande-Bretagne : sur BBC 1 à partir du 25 décembre 2011

Scénariste : Jennifer Saunders

Réalisateur : Mandie Fletcher

Producteurs : Justin Davies & Jon Plowman



1. UNE IDENTITÉ
(IDENTITY)

Absolutely 1 1

 

Premières diffusions :

BBC 1, 25 décembre 2011

Avec Christopher Malcolm (Justin), Naoko Mori (Sarah), Lucy Montgomery (Baron), Katy Wix (Annabelle)…

Résumé :  

Edina va chercher sa fille Saffron en prison, où elle sort après deux ans d’incarcération pour fraude sur des papiers d’identité pour demandeurs d’asile. Edina n’est pas venue la voir une seule fois, mais elle trouve pourtant cela très tendance d’avoir une fille en prison…

Critique :

Après presque vingt ans d’âge, la série parvient une nouvelle fois à nous surprendre. Et ce, grâce à une Jennifer Saunders scénariste assez en forme ici. Démarrer l’épisode, pratiquement à la porte d’une prison, sans savoir qui doit en sortir parmi les personnages récurrents est assez original. On pensait y trouver Patsy et bien non, il s’agit de Saffron ! Elle a écopé de deux ans pour avoir fraudé, malgré elle, sur des papiers d’identité pour des personnes clandestines. Une charge dont elle estime être innocente. On a un peu peine quand-même à trouver la situation crédible venant d’une Saffron toujours très sérieuse. Il est d’ailleurs amusant de retrouver une Saffron fidèle à elle-même, comme si le temps n’avait aucune prise sur elle. Elle semble s’habiller avec les mêmes habits que vingt ans plus tôt, au début de la série !

Mais pourquoi donc Jennifer Saunders a préféré jeté le personnage de Saffron en prison, plutôt que celui de Patsy ? La situation aurait paru plus vraisemblable et cela n’aurait nullement empêché la suite de l’épisode.  A sa sortie, Saffron retrouve une amie de prison, qui se trouve être l’ancienne fournisseur en drogues de Patsy, pour laquelle cette dernière a de très grosses dettes.  Passé cet étonnement de voir Saffron sortir de prison, l’épisode tourne bien. Les situations comiques s’enchaînent selon un mécanisme bien huilé depuis déjà deux décennies maintenant ! On retrouve une madame Monsoon kleptomane mais bien utile lorsqu’il s’agit de retrouver des papiers de Patsy, une Bubble toujours aussi excentrique et décalée, une Sarah toujours aussi sexuellement perturbée et le père de Saffron inexorablement attentionné envers sa fille.

Notons que même si les personnages admettent un certain décrochage sur l’actualité people (elles ne connaissent pas les stars récentes et éphémères de la télé-realité), elles savent quand-même restées dans le coup. L’époque est désormais aux réseaux sociaux sur Internet. Et, Edina, en tant que grande prêtresse des relations publiques, montre qu’elle connait bien Twitter et son intérêt pour véhiculer son image. 

Anecdotes :

  • Au cours de l’épisode, Edina explique à sa fille qu’elle regarde la série danoise The Killing avec des sous-titres. Elle affirme à Saffron qu’elle sait depuis parler le danois, mais semble mélanger avec le suédois. Une situation très drôle a lieu quand l’actrice principale de la série, Sofie Grabol, qui apparait dans l’épisode, lui dit qu’elle ne la comprend pas du tout ! 

     

Retour à l'index


2. UN BOULOT
(JOB)

Absolutely 1 2


Premières diffusions :

BBC 1, 1er janvier 2012

Avec Llewella Gideon (l’esthéticienne), Helen Lederer (Catriona), Harriet Thorpe (Fleur), Lulu (elle-même), Emma Bunton (elle-même), Lindsay Duncan (Jeanne Durand)…

Résumé :  

Edina et Patsy rencontrent par hasard au restaurant l’actrice française Jeanne Durand. Elles lui proposent de réaliser un tour de chant, avec quelques morceaux célèbres de la chanson française. Elles réservent alors la salle mythique de l’Albert Hall.

Critique :

L’épisode commence avec une séquence assez drôle où Edina et Patsy prennent la voiture pour quelques mètres à peine, pour aller juste en face de chez Edina. Un gag que Jennifer Saunders avait déjà testé dans l’épisode White Box (2004). Puis le rythme s’essouffle un peu. On se perd dans le travail de Patsy et celui de Saffron, avant d’arriver à la 10ème minute, où commence enfin l’histoire principale de l’épisode. Patsy et Edina rencontrent par hasard, au restaurant, l’actrice française Jeanne Durand (remarquablement interprétée par Lindsay Duncan). Celle-ci se trompe de table et s’assied en face d’Edina et Patsy et leur demande d’organiser un spectacle où elle pourrait chanter.

Consciente de l’aura de cette actrice et surtout de l’amour que Saffron a pour elle, Edina décide de saisir l’opportunité notamment pour redorer son blason auprès de sa fille. Ce challenge qui doit être réalisé en moins d’une semaine génère des situations cocasses et drôles. Outre le fait que la mère d’Edina confonde Jeanne Durand avec le groupe de pop des années 80 Duran Duran, on découvre que Jeanne Durand n’a pratiquement pas de voix et chante très mal. Désespérée, Edina tente alors de trouver différentes solutions. Tout le reste de l’épisode s’enchaîne facilement. Jennifer Saunders parvient ainsi à garder l’intérêt du téléspectateur jusqu’à la fin en concentrant l’action et les répliques assassines sur la réussite de ce challenge. Cette seconde partie de l’épisode est très réussie, la scénariste nous amenant pour notre plus grand plaisir dans un univers loin de la mode qu’elle n’avait pas exploré jusque-là. Mais pourquoi donc Jennifer Saunders a-t-elle attendu la dixième minute de l’épisode pour réellement commencer à entrer dans le cœur du sujet ? L’épisode aurait gagné en efficacité sans cet éparpillement initial. Mais qu’importe l’ensemble est bien réussi et l’on rit à de nombreuses reprises.

Anecdotes :

  • Outre Emma Bunton, on retrouve dans l’épisode des guest-stars que l’on n’avait pas vu depuis longtemps dans la série, comme la chanteuse Lulu ou Llewella Gideon, qui a souvent joué dans la série une infirmière à la langue bien pendue. 

Retour à l'index


3. AUX JEUX OLYMPIQUES
(OLYMPICS)

Absolutely 1 3


Premières diffusions :

BBC 1, le 22 juillet 2012,

Avec Mo Gaffney (Bo), Christopher Ryan (Marshall), Stella McCartney (elle-même).

Résumé :  

Saffron rentre d’Afrique, pour passer quelques jours à Londres, le temps des Jeux olympiques.  De son côté, Edina a prêté sa maison à Michael Douglas et Catherine Zeta-Jones pour assister aux jeux olympiques, mais elle a complètement oublié quand ils débutent…

Critique :

Ce trente-neuvième épisode est visiblement une commande de la BBC passée à Jennifer Saunders à l’occasion des Jeux olympiques d’été de Londres. Et visiblement, la Jennifer scénariste parait finalement assez peu à l’aise dans cet univers très éloigné de celui de Patsy et Edina. Le scénario manque d’originalité et la réalisation de moyens. Jennifer Saunders ressert les bons vieux artifices qui ont fait le succès de la série : Edina discute avec sa fille Saffron dans la cuisine quand Patsy arrive. S’en suit alors une traditionnelle dispute entre les protagonistes, sur fond de jeux olympiques cette fois. Edina et Patsy s’apprêtent à recevoir Michael Douglas et Catherine Zeta-Jones et commencent à paniquer quand Bubble leur annonce leur arrivée dans quelques minutes. Des scènes qui sentent le déjà vu pour les fans d’Ab Fab. Ce n’est finalement qu’à la toute fin que l’épisode gagne (un peu) en originalité : Patsy et Edina vont assister à un cocktail à l’occasion des jeux olympiques et rencontrent Stella McCartney. Rapidement exclues du cocktail, elles se retrouvent par inadvertance en plein stade olympique.

Si dans l’ensemble Jennifer Saunders a quelque peu manqué d’inspiration dans cet épisode, elle conserve toujours son unique sens de la répartie dans les dialogues et des répliques acerbes.  L’âge avançant, Edina et Patsy se retrouvent à lutter plus que jamais contre le vieillissement de personnes très âgées.  « I’m not a cup of tea, I’m a party girl !», lance Edina. Tandis que Patsy a des fuites urinaires et tente de masquer la peau de ses cuisses qui « pendouille », Edina n’arrive plus à se baisser et voit de moins en moins bien, ce qui donne à l’épisode quelques séquences très drôles. Parallèlement, Edina se lamente de ne plus être invitée aux soirées et d’être désormais exclue de nombreux bars et clubs à la mode. Nos deux héroïnes sont présentées comme ayant vieillies, devenues quelque peu has-been, à mille lieues de la Patsy et Edina flamboyantes du début de la série.  Si on rit toujours de bon coeur, on est finalement un peu tristes de voir qu’elles ont vieillies… comme nous ! Mais si les héros de séries ne vieillissent pas ou peu au gré des saisons, Patsy et Edina sont justement des anti-héros. Un trait qui n’aura pas bougé, et fort heureusement, depuis le début de la série. Finalement, seul le personnage de Bubble change le moins. Le temps ne semble avoir aucune prise sur ses excentricités et délires dont elle a le secret. Pendant tout l’épisode, elle mime des épreuves sportives entre deux dialogues. Un sacré numéro d’actrice pour Jane Horrocks.

Anecdotes :

  • Artiste invitée de cet épisode, la styliste Stella McCartney, fille du Beatles Paul McCartney, apparait dans son propre rôle. 

Retour à l'index 

Images capturées par Adrien C..

Vive le régime ! (Fat)