Hors Saison 2 (2002) saison 6

Absolutely Fabulous

Saison 5



1. EDINA FAIT LE MÉNAGE
(CLEANIN’)

Absolutely 1 1


 

Premières diffusions :

BBC 1, le 17 octobre 2003,

Canal Jimmy, le 18 avril 2004

Avec Llewella Gideon (l’infirmière), Helen Lederer (Catriona), Harriet Thorpe (Fleur), Fern Britton (elle-même) et Emma Bunton (elle-même).

Résumé :

Edina effectue une séance de bronzage artificiel chez elle puis doit aller travailler. Pour plus de praticité, elle a aménagé son bureau dans sa maison. Lulu ayant quitté son agence, elle n’a presque plus de clients, hormis l’ex Spice-Girl, Emma Bunton, amie d’enfance de Saffron…

Critique :

Après une quatrième saison en demi-teinte, Absolutely Fabulous revient en force tout juste un an après, avec huit épisodes au lieu de six habituellement. Jennifer Saunders nous livre une fournée nettement meilleure, avec des histoires plus originales, agrémentées de dialogues et scènes souvent hilarantes.

Si ce premier épisode a somme toute un scénario assez convenu, Jennifer Saunders y distille de nombreuses scènes loufoques et très drôles : le bain d’Edina dans la piscine de sa salle de bain, la séquence du bronzage artificiel au jet, quand Patsy pense jeter le portable d’Edina par la fenêtre de la voiture alors qu’il s’agit du sien, quand Bubble passe l’aspirateur sans l’avoir branché ou lorsque Patsy se met à ranger les stylos et les allumettes dans un tiroir de la cuisine.

Finalement, le meilleur moment de l’épisode et le plus inattendu se trouve à la toute fin, lorsque Saffron rentre d’une mission humanitaire en Irak, au grand dam de Patsy et s’apprête à annoncer à sa mère une grande nouvelle…

L’épisode est par ailleurs l’occasion d’accueillir une nouvelle guest star récurrente : l’ex Spire Girl Emma Bunton, qui replace un petit peu le personnage de Lulu. Elle connait très bien Saffy pour avoir été au collège avec elle.

Anecdotes :

  • Nouveau réaménagement de la cuisine : Edina y a maintenant un canapé, tandis que le salon au rez-de-chaussée lui sert désormais de bureau. Petite particularité, une statue des pieds de Saddam Hussein orne le bureau d’Edina.

  • Cette cinquième saison introduit un nouveau générique, le quatrième de la série. Il s’est encore amélioré. On y voit les silhouettes des deux comédiennes principales. La chanson "This Wheel’s on Fire" reste interprétée par Deborah Harry, la chanteuse de Blondie et Adrian Edmondson, le mari de Jennifer Saunders.

  • On retrouve avec plaisir l’infirmière interprétée par Llewella Gideon, vue à plusieurs reprises dans la série, depuis l’épisode "L’hôpital" (saison 2).

Retour à l'index


2. EDINA TIENT SALON
(BOOK CLUBBIN’)

Absolutely 1 2


Premières diffusions :

BBC 1, le 24 octobre 2003,

Canal Jimmy, le 18 avril 2004

Avec Janette Krankie (Midwife), Kristin Scott-Thomas (Plum), Felix Dexter (John Johnson) et Mariella Frostrup (elle-même).

Résumé :

Saffron s’apprête à revoir John, l’homme qu’elle a rencontré en Ouganda et qui est le père de son enfant. Mais il n’est pas au courant de la grossesse de Saffron. De leurs côtés, Patsy et Edina sont occupées par un club de lecture de magazines à scandales…

Critique :

L’épisode débute par une excellente séquence d’ouverture pré-générique, filmée à la manière d’un film d’horreur.

Si le scénario de l’épisode est assez mince, il vaut surtout par les situations et les dialogues percutants  entre les différents personnages. Le personnage de l’infirmière est un assez bon exemple. Complètement excentrique, elle vient expliquer sans ménagement à Saffron comment se préparer à l’accouchement et raconte sa propre expérience : « pour moi, cela était tellement long qu’on m’a rasé deux fois », lance-t-elle.

La majorité de l’épisode est consacrée à Saffron qui s’apprête à revoir l’homme qu’elle a rencontré en Ouganda, John, et lui annoncer qu’elle est enceinte. Pendant ce temps, Edina et Patsy organisent une réunion de lecture de magazines people.

L’intérêt du spectateur repose dans l’attente de l’arrivée de John, dont on ne sait pas du tout à quoi il ressemble. L’introduction d’un nouveau personnage dans une série est exercice qui n’est pas toujours facile, mais Jennifer Saunders s’en sort brillamment en concoctant un personnage loin de l’excitation qui règne chez Edina. Loin d’être lisse, il nous apparaît calme et très drôle de par son côté décalé et fantaisiste. Il s’intéresse à des détails, se passionne pour la qualité du papier à lettre que Saffron utilise, le système de chauffage de la maison ou pour le siphon de l’évier d’Edina.

Au final l’épisode est plaisant à regarder et comprend scènes et dialogues cultes.

Anecdotes :

  • Cette cinquième saison a la particularité de présenter une galerie de personnalités et guest-stars impressionnantes, dont la plus part britanniques. Outre la journaliste Mariella Frostrup dans son propre rôle, l’épisode accueille l’actrice Kristin Scott-Thomas, dans un personnage assez illuminé. Reconnue depuis longtemps pour ses talents d’actrice, elle se sort assez bien de cet exercice difficile : arriver à faire rire le spectateur dans un univers loufoque bien particulier et face aux deux monstres sacrés que sont Patsy et Edina.

Retour à l'index


3. BIG MOTHER
(PANICKIN’)

Absolutely 1 3


Premières diffusions :

BBC 1, le 31 octobre 2003,

Canal Jimmy, 25 avril 2004

Avec Naoko Mori (Sarah) et Minnie Driver (elle-même).

Résumé :

Edina fait découvrir à sa fille sa nouvelle pièce anti-panique juxtaposée à la cuisine, tandis que Patsy rentre d’une dure journée de travail où elle a officié comme vendeuse à la boutique de Jeremy. Elle y a rencontré l’actrice Minnie Driver…

Critique :

L’épisode est composé de deux temps forts. Le premier tourne autour de Minnie Driver que Patsy a rencontré dans la boutique où elle travaille. Elle et Edina sont complètement sous le charme de l’actrice. Il est amusant de voir comment elles la vénèrent au plus haut point et sont toutes excitées à l’idée de la revoir. Pour paraître à son avantage devant elle, Patsy décide de s’injecter du collagène dans les lèvres, ce qui s’avère complètement raté au final, lui donnant une tête affreuse. Mais qu’importe, Patsy et Edina sont convaincues que c’est super !

La seconde partie de l’épisode, la plus réussie et la plus originale, fait directement référence au film à succès « Panic Room » (2002) de David Fincher, avec Jodie Foster, sorti un an avant la diffusion de l’épisode. Edina s’est fait construire dans l’arrière partie de sa cuisine un abri anti-panique. Edina et Patsy s’y retrouvent enfermées par erreur et n’arrivent pas à en sortir. Elles sont obligées de trouver des occupations et s’engagent dans différents sujets de conversations fantaisistes et légers. On apprend notamment que Patsy à coucher avec Brad Pitt, Hugh Grant et le Prince Philippe !!! ! Une séquence très drôle et très réussie également est le moment où Patsy et Edina s’amusent à regarder et surveiller Saffron dans la cuisine par la caméra à la manière de Big Brother.

Le jeu des deux actrices est particulièrement bon, notamment quand elles montrent leur enthousiasme quand Saffron ouvre une porte, discute avec Sarah « Titicaca » ou jouent à un jeu de questions avec Saffron. Cet épisode, très original, fait partie des meilleurs de la saison.

Anecdotes :

  • L’épisode accueille cette fois l’actrice Minnie Driver, dans son propre rôle. Elle accepte de paraître intéressée, calculatrice, matérialiste et même voleuse, preuve de l’humour de la comédienne. 

Retour à l'index


4. LA CHASSE AUX DINDES EST OUVERTE
(HUNTIN’, SHOOTIN’ AND FISHIN’)

Absolutely 1 4


Premières diffusions :

BBC 1, le 7 novembre 2003,

Canal Jimmy, le 25 avril 2004

Avec Naoko Mori (Sarah), Mossie Smith (Flossie), Stephen Finegold (le policier), Emer O’Connor (la policière), Emma Bunton (elle-même) et Clarissa Dickson-Wright (elle-même).

Résumé :

Edina a enchéri 30 000 livres Sterling pour un week-end de charité de deux jours à la campagne avec Patsy sur le thème « chasse et pêche ». Elles sont très enthousiastes à l’idée de partir dans la nature chasser, alors que Saffron, qui défend les animaux, voit l’idée d’un très mauvais œil…

Critique :

Encore un épisode original et excellent pour cette cinquième saison d’Ab Fab ! Il commence par une séquence pré-générique très réussie, filmée en noir et blanc à la façon des années 30 où l’on voit Edina et Patsy dans la haute bourgeoisie de l’époque partir à la chasse.

Une fois le générique passé, on apprend que Patsy et Edina vont partir en week-end caritatif à la campagne, pour chasser. Comme on peut s’y attendre, les voir plonger dans un univers très loin d’elles, amène de nombreuses situations drôles et décalées, comme quand elles s’essaient à l’équitation, au tir au pigeon ou chassent en pleine nuit. Jennifer Saunders est également très en forme au niveau des dialogues. Elle nous livre quelques répliques acerbes complètement décalées : « En Amérique, tu peux tuer tout ce que tu veux ! », « Un carnage, c’est bien mieux qu’un massage » ou encore « est-ce un chapeau ? », se demande Patsy, à propos du faisan qu’elle a sur sa tête. Avec des décors très variés et de nombreuses scènes en extérieur, l’épisode monte crescendo, jusqu’à son apogée avec le faisan qui court dans la chambre, le même que Patsy et Edina pensaient avoir tué un peu plus tôt.

Cet opus confirme que malgré ses onze ans au moment de la diffusion, en 2003, Absolutely Fabulous n’a rien perdu de ses qualités et de son inventivité.  Cet épisode est sans aucun doute le meilleur de la saison.

Anecdotes :

  • Connue pour sa passion pour la chasse, l’actrice Clarissa Dickson Wright, héroïne de la sitcom britannique « Two Fat Ladies », interprète le garde-chasse.

Retour à l'index


5. LA NAISSANCE
(BIRTHIN’)

Absolutely 1 5


Premières diffusions :

BBC 1, le 14 novembre 2003,

Canal Jimmy, le 2 mai 2004

Avec Christopher Malcolm (Justin), Mo Gaffney (Bo), Felix Dexter (John Johnson) et Christopher Ryan (Marshall).

Résumé :

Patsy se prépare à la cérémonie des Oscars de la mode au Royal Albert Hall, que doit coprésenter Katy Grin. Mais Saffron perd les eaux au moment où Patsy s’apprête à partir de la maison d’Edina…

Critique :

L’épisode est consacré à l’accouchement de Saffron. Elle a choisi de ne pas aller en clinique et rester chez elle. Comme on pouvait s’y attendre, cela est prétexte à générer tout un tas de situations loufoques et faire graviter (presque) tous les personnages récurrents de la série, à commencer par Marshall, Bo et Justin, dont c’est la première apparition depuis le début de la cinquième saison. Jennifer Saunders nous a concoctés un accouchement des plus décalés, loin de se passer comme prévu et espéré par Saffron. Elle commence par perdre les eaux dans l’escalier, juste au-dessus de Patsy qui porte un tailleur très cher qu’elle doit porter pour la cérémonie des Oscars de la mode. Puis, elle finit par se retrouver à accoucher seule avec sa mère, dans sa chambre, sans médecin ni électricité !!!

L’épisode se passe entièrement dans la maison d’Edina, dans deux ou trois pièces seulement.  Malgré le peu de décors, il s’avère réussi, avec des situations et répliques hilarantes. Pour se venger de Saffron qui lui a gâché sa soirée, Patsy décide de s’allier avec Bo et Marshall pour voler le bébé de Patsy. Mais par mégarde, ce n’est pas le bébé qu’ils voleront ! Dans les nombreuses répliques cultes de l’épisode, on peut citer celle de Bo, où moment où Saffron va accoucher : « Est-ce que tu es vivipare ou ovipare ? », lui demande-t-elle tout à fait sérieusement…

Anecdotes :

  • A noter un petit numéro de cabaret réussi, du trio Bo, Marshall et Katy Grin, qui montre l’étendu du talent des trois acteurs. 

Retour à l'index


6. ABBEY ROAD REVISITÉ
(SCHMOOZIN’)

Absolutely 1 6


Premières diffusions :

BBC 1, le 28 novembre 2003

Canal Jimmy, le 2 mai 2004

Avec Robert Lindsay (Pete), Harriet Thorpe (Fleur), Helen Lederer (Catriona) et Elton John (lui-même).

Résumé :

Edina rayonne. Elle a une nouvelle relation, qui semble sérieuse. En réalité, il s’agit d’un ami d’enfance, Pete,  producteur de musique. C’est lui qui a retrouvé des enregistrements inédits des Beatles. Il propose à Edina de vivre avec lui.

Critique :

Edina a un nouvel homme dans sa vie, Pete. Cela faisait longtemps qu’une telle affaire ne lui était pas arrivée. Les choses semblent plutôt mêmes bien se passer, à la grande satisfaction de Saffron. Tout l’épisode est en fait centré sur le travail de Pete, producteur de musique et qui a retrouvé des enregistrements inédits de Beatles. L’ idée se révèle excellente pour cet épisode qui réserve plein de surprises.  On se retrouve projeté en plein swinging London des années 1960, période de la jeunesse de Patsy et Edina. On les voit traverser le mythique passage piéton immortalisé par une photo des Beatles et se rendre au mythique studio d’enregistrement Abbey Road. Quelques flash-backs sur l’adolescence des deux comparses sont habilement distillés dans la foulée.  Pour célébrer la sortie de ces inédits des Beatles, dont on entend à plusieurs reprises les premières notes qui rappellent le style musical du groupe, Edina organise une petite fête chez elle, sur le thème « sixties, seventies », avec quelques professionnels du secteur du disque. Parmi les invités, figure le chanteur Elton John, dans son propre rôle, censé jouer quelques notes au piano.  L’univers très beatelien de l’épisode est l’occasion de quelques blagues autour de Yoko Ono, l’ex épouse de John Lennon. S’étant installée trop près de la caméra, on ne lui voit que ses yeux cachés, sous ses inséprables lunettes de soleil. Apprenant qu’Edina parle avec elle au téléphone quelques minutes plus tôt, Bubble s’exclame : « Yoko ?, Oh no ! ».

Une grande partie de l’épisode se passe dans le studio Abbey Road, dont une partie a été reconstitué, changeant ainsi des décors traditionnels de la série, cuisine et séjour, pour le plus grand plaisir du spectateur.

Le personnage de Patsy se révèle très amusant, révélant une autre facette de sa personnalité et de son passé. Elle y est toute excitée par la possible rediffusion de ses vieux films à la télévision japonaise. Elle évoque ces longs métrages comme des œuvres de grande qualité, « devenus des classiques ». Selon elle, les réalisateurs britanniques David Lean, Joseph Losey et John Schlesinger ont émergé grâce à ses films et peuvent lui dire merci. En fait, on comprend rapidement qu’il s’agit de films érotiques, appelés Lady Chaterley ou Bond, mais loin du héros de Ian Fleming.  Nous avons même droit à un court extrait absolument génial d’un ses anciens films érotiques, « Booberella ». Tous les artifices de la série B des années 70 ont été repris : mauvais cadrage, mauvais montage, décors datés à petits budgets, mauvais jeu des  acteurs, couleurs fanées… Bref, la séquence se révèle très réussie et très drôle, comme tout le reste de l’épisode, qui se termine par un coup de théâtre, dont nous ne raconterons pas ici le contenu.

Anecdotes :

  • Nouvelle apparition du producteur de la série, Jon Plowman, dans un épisode d’Ab Fab. On l’aperçoit lors de la réception donnée chez Edina en l’honneur des Beatles.

  • Nouvelle guest star de marque pour cette cinquième saison. Le chanteur Elton John interprète son propre rôle, avec beaucoup d’humour. Il n’hésite pas à ce que l’on se moque de lui. Bubble évoque ses gros doigts et Patsy ses cheveux, qui ont repoussé.

  • Pour la première fois dans la série, le personnage de Saffron apparaît ici très secondaire, relégué au début et à la fin de l’épisode.

Retour à l'index


7. BÉBÉ MODÈLE
(EXPLOITIN’)

Absolutely 1 6


Premières diffusions :

BBC 1, le 5 décembre 2003

Canal Jimmy, le 9 mai 2004

Avec Felix Dexter (John Johnson), Charlotte Palmer (personnel du zoo), Fern Britton (elle-même)  et Jean-Paul Gautier

Résumé :

Edina est en pleine crise de nerfs. Elle ne supporte plus que sa maison soit envahie par les affaires et les pleurs de Jane, la fille de Saffron. Saffron est elle-aussi fatiguée et demande à Edina de s’occuper sa fille pendant quelques heures pour s’accorder un peu de temps avec John…

Critique :

Encore un excellent épisode pour cette cinquième saison !

A la manière des tous premiers opus de la série, Edina arrive dans la cuisine en accomplissant une belle série de glissades involontaires et dévale les escaliers sur les fesses, glissant sur les jeux de Jane. Puis s’ensuit une série de tirades entre Edina et Saffron, qui s’envoient quelques amabilités à la figure. Même si cela sent le déjà vue, la scénariste Jennifer Saunders arrive à se renouveler dans les dialogues, grâce à la nouvelle situation de mère de Saffron, ce qui lui permet de développer de nouveaux sujets sur la maternité ou l’usure du couple, où Edina et Patsy nous livrent leurs considérations à l’emporte pièces.

Si l’on peut penser que l’on va assister à un épisode traditionnel, se déroulant dans la maison d’Edina, il prend une tout autre tournure à la dix-huitième minute, quand Edina et Patsy décident d’amener Jane au zoo. Pas pour lui faire découvrir les animaux mais surtout pour lui faire faire un shooting de mode pour la nouvelle collection de Jean-Paul Gautier. La séquence au zoo est l’occasion de mettre nos comparses dans des situations décalées hilarantes : quand Patsy s’adresse à un singe en cage, quand elle essaie les jeux pour enfants ou qu’elle tente avec Edina de changer la couche de Jane ! Le clou de la séquence arrive avec la participation de Jean-Paul Gautier, qui succède ainsi à la longue série de stars présentes dans cette cinquième saison. Comme les autres, il montre un sens de l’autodérision, mais paraît moins à l’aise qu’Elton John cependant dans l’épisode précédent. Croyant maitriser le français et lui dire une gentillesse, Edina le gratifie de « Allez-vous en » et « je te fais foutre » pour le saluer !

Déjà d’excellente facture jusqu’ici, l’épisode se termine par un coup de théâtre final au retour du zoo, que le spectateur était loin de pouvoir imaginer. Une fin à l’encontre des happy-ends de rigueur dans de nombreuses sitcoms, et qui renoue avec la grande tradition des épisodes des saisons 1 et 2 de la série.

Anecdotes :

  • Petite référence au film Le sixième sens (1999), lorsqu’Edina s’exclame « Je vois des morts partout » en entrant dans sa salle-de-bain, au début de l’épisode, avant le générique.

  • June Whitfield n’apparaît que quelques secondes à peine au tout début de l’épisode, dans la séquence pré-générique.

Retour à l'index

8. LA MÈRE NOËL N’EST PAS UNE ORDURE
(COLD TURKEY)

Absolutely 5 8


Premières diffusions :

BBC 1, le 24 décembre 2003

Canal Jimmy, le 9 mai 2004

Avec Christopher Ryan (Marshall), Mo Gaffney (Bo), Christopher Malcolm (Justin), Felix Dexter (John), Harriet Thorpe (Fleur), Helen Lederer (Catriona), Eleanor Bron (la mère de Patsy), Kate O’Mara (Jackie)…

Résumé :

Saffron termine les derniers préparatifs de Noël, la décoration du sapin, la préparation de la farce de la dinde… Pendant ce temps, Patsy croit se préparer à partir comme chaque année en vacances au soleil avec Edina. Mais les choses vont tourner autrement…

Critique :

Après avoir évoqué des dates incontournables comme les fêtes d’anniversaire ou le 31 décembre, il manquait à la série la mise en scène du jour de Noël. C’est chose faite ici avec ce huitième et dernier épisode d’une cinquième saison, plus longue qu’à l’accoutumée. L’occasion de rappeler qu’Edina et Patsy n’ont jamais fêté Noël avec Saffron et sont toujours parties en vacances à cette période. Mais cette année, Edina décide de rester et n’a pas osé l’avouer à Patsy.

Alors que l’on pense revoir un repas de famille déjà vu avec Bo, Marshall et Justin, qui tourne au vinaigre, Jennifer Saunders réussit à nous surprendre et oriente l’épisode dans un tout autre sens : Patsy fait un malaise et doit être transportée de toute urgence à l’hôpital. Cela permet de donner quelques bonnes répliques et séquences, comme quand Patsy annonce son âge (43 ans) alors qu’elle est inconsciente ou qu’elle fait la liste des drogues qu’elle souhaite ingurgiter et les demande à l’infirmier.

L’épisode comporte deux histoires en parallèle, la préparation de la fête de Noël, autour de Saffron et de sa grand-mère et d’un autre côté Patsy à l’hôpital avec sa sœur, qui veut récupérer l’héritage. Même si l’ensemble est assez réussi et ne souffre pas de temps mort, on se demande pourquoi Jennifer Saunders a choisi de combiner ces deux histoires qui auraient pu mériter chacune un épisode à part entière, notamment sur Patsy à l’hôpital. Du coup, la participation de la sœur de Patsy, Jackie, pour la seconde fois dans la série après « Bonne année » de la saison 3 (1995), se trouve très limitée, à la fin de l’épisode, alors qu’elle aurait pu être plus importante. C’est dommage quand on se souvient à quel point ce personnage est haut en couleurs…

Anecdotes :

  • Abordant spécifiquement la période de Noël, « Cold Turkey » a été diffusé le 24 décembre 2003 sur la BBC, soit 15 jours après l’épisode précédent, « Bébé modèle », créant une interruption dans la diffusion de la cinquième saison de la série en Grande-Bretagne.

  • Ce dernier épisode permet de revoir presque tous les principaux acteurs semi-régulier de la série, notamment la mère de Patsy, interprétée par Eleanor Bron et bien-sûr, sa sœur Jackie, interprétée par Kate O’Mara, qui apparaît pour la seconde fois dans la série, après l’épisode « Bonne année » de la saison 3 (1995).

Retour à l'index

Images capturées par Adrien C..

 

Résumé :