Hors Saison 1 (1996) saison 5

Absolutely Fabulous

Saison 4

1. Lifting sauvage (Parralox)

2. Branchées à mort (Fish Farm)

3. Shooting à Paris (Paris)

4. Désintox (Donkey)

        5. Mère indigne (Small Opening)

        6. Affres de la ménopause (Menopause)

Première diffusion en Grande-Bretagne : sur BBC 1 à partir du 31 août 2001.

Scénariste : Jennifer Saunders

Réalisateurs : Bob Spiers et Christine Gernon

Producteurs : Jonathan P. Llewellyn et Jon Plowman



1. LIFTING SAUVAGE
(PARRALOX)

Absolutely 1 1


 

Premières diffusions :

BBC 1, le 31 août 2001,

Canal Jimmy, le 25 avril 2002

Avec Bob Barrett (représentant du parti travailliste), Antony Cotton (Damon), Naoko Mori (Sarah) et Tilly Blackwood (Lady Candida de Denison-Parker).

Résumé :

Edina doit passer à la télévision pour une interview. Patsy lui conseille de faire des injections de parallox dans le visage pour apparaître plus jeune, une technique de rajeunissement qu’elle-même pratique abondamment…

Critique :

Pratiquement cinq ans se sont écoulés depuis le précédent épisode de la série, le téléfilm « The Last Shout » (1996) et neuf depuis le tout premier épisode en 1992. Autant dire que toute une génération de téléspectateurs britanniques et surtout américains n’a pas vu les premiers épisodes et ne connaît pas bien le concept de la série. Pour ce premier épisode de la quatrième saison et vingt-et-unième au total, Jennifer Saunders se sent obligée, sans doute par la production (assurée désormais par la BBC et la chaîne américaine Comedy central), de nous représenter les personnages : une mère excentrique et immature et une fille ultra-sérieuse. Elle nous ressert donc une longue scène d’ouverture de 8 minutes dans la cuisine au petit-déjeuner, qui donne l’impression d’un sérieux déjà-vu (voir le premier épisode « Le défilé de mode » de la saison 1).

Pour bien camper les personnages, Jennifer Saunders leur donne de longs échanges acerbes, notamment dans la bouche de Saffron, qui apparaît bien aigrie de vivre encore chez sa mère. Mais les répliques tombent un peu à plat et semblent juste gratuites, sans réellement faire rire, tant elles sont parfois tirées par les cheveux. Si dans le tout premier épisode de la série, l’organisation d’un défilé d’un mode est le fil rouge de l’histoire et le prétexte à des blagues et échanges verbaux drôles entre les personnages, il s’agit ici d’une nouvelle technique de rajeunissement du visage que Patsy conseille à Edina de faire, avant de passer à la télévision. Elle consiste en des injections de parallox, dérivé du botox (toxine botulique), qui paralysent les muscles du visage et effacent les rides. Là aussi, rien d’original. On a l’impression que Jennifer Saunders a simplement remis à jour les recettes de deux autres épisodes des années 1990 : la liposuccion d’Edina dans « Vive le régime » (saison 1) avant de voir une ancienne amie et le lifting raté de Patsy dans « L’hôpital » (saison 2) fait avant une interview pour un magazine people. Ici, comme dans chacun des précédents cas, les plans échafaudés par Patsy et Edina ne tournent pas du tout comme prévu. Ce qui donne lieu à de nombreux gags.

Notons également dans « Parallox », un autre clin d’œil au premier épisode de la saison 1 : avant le départ d’Edina pour le bureau, Saffron va voir sa mère et lui donne un conseil dans l’entrée de la maison : « ne rentre pas ivre » dans la saison 1 et « ne te fais pas paralyser le visage », ici.

Ce nouvel opus est l’occasion de constater certaines évolutions dans les personnages. On apprend qu’Edina a élargi son travail dans les relations publiques, au design, à la mode et à la production télé, même « si elle n’a encore rien produit », comme il y est dit. Les autres protagonistes semblent avoir vieillis sous la plume de Jennifer Saunders. Saffron est passée d’une adolescente ultra-sérieuse à un début de statut de vieillie fille aigrie, étouffée par sa mère, tandis que Patsy, qui se tient voutée et semble fatiguée, apparaît un peu has-been. Si elle n’avait aucun mal à attirer les jeunes hommes il y a quelques années, elle est maintenant ouvertement rejetée quand elle et Edina vont dans un club.

Un nouvel personnage récurrent est par ailleurs introduit : Katy Grin, ancienne présentatrice télé sans véritable emploi aujourd’hui et cousine de Bubble. Jane Horrocks qui interprète également le personnage, confirme ici l’étendue de son talent, avec une composition très éloignée de celle de Bubble, dont le personnage semblait moins intéresser Jennifer Saunders dans la saison 3.

Hormis le plaisir de retrouver Edina et Patsy, les spectateurs familiers d’Ab Fab, remarqueront la nouvelle cuisine aménagée en bois clair et inox, plus en phase avec l’air du temps du début des années 2000.

Pour quelqu’un qui ne connaît pas la série, ce premier épisode de la saison 4 sera certainement drôle et percutant. Pour un connaisseur en revanche, il n’est pas un des meilleurs. Il a même un petit goût de déception nous montrant une Jennifer Saunders scénariste, en manque total d’inspiration. Heureusement, les épisodes suivants sauront démentir un peu cette impression.

Anecdotes :

  • La saison 4 inaugure un nouveau générique, plus en phase avec les années 2000, introduisant le titre de la série sous forme de graffitis sur un mur.

  • La top model britannique des années 1960, Twiggy, apparait dans l’épisode dans son propre rôle. Elle avait notamment posé avec Patrick Macnee à l’époque de « Chapeau melon et bottes de cuir » pour des photos de promo. Elle reviendra désormais à plusieurs reprises dans la série.

  • Nouveau changement dans l’interprétation de la chanson du générique “This Wheel’s On Fire”. Le duo reste composé d’Adrian Edmondson, mais Julie Tippett remplace Julie Driscoll.

 

Retour à l'index


2. BRANCHÉES À MORT
(FISH FARM)

Absolutely 1 2


Premières diffusions :

BBC 1, le 7 septembre 2001,

Canal Jimmy, le 7 mai 2002

Avec Dora Bryan (Dolly), Tim Wylton (Brice) et Crispin Bonham-Carter (Jago Balfour)

Résumé :

Patsy et Edina rentrent d’un concert de Marilyn Manson. Le lendemain, elles découvrent que Saffron a engagé un jardinier pour refaire le jardin de la maison. Convaincues à juste titre qu’il est le frère d’un riche héritier mort d’overdose que Patsy a connu, elles entreprennent de le séduire…

Critique :

Contrairement à ce que montrait le premier épisode, on s’aperçoit ici que les personnages n’ont pas tant vieillis que çà et restent très enjoués malgré les années. La plus belle preuve est l’arrivée très réussie de Patsy et Edina, sortant d’un concert de Marilyn Manson et déguisées à son effigie. Joanna Lumley nous livre d’ailleurs ici un beau numéro d’actrice, qui confirme qu’elle est à l’aise dans n’importe quel registre, voire délire ici.

Partant d’un fait presque anodin du quotidien (Saffron embauche un jardinier pour redessiner le jardin de la maison), Jennifer Saunders nous livre un épisode fin et sympathique à regarder.

Le rythme de « Branchées à mort » se révèle assez enlevé avec une intrigue montant crescendo, pour savoir si le jardinier que séduit Edina est, ou non, le riche héritier que convoite Patsy. Le tout entrecoupé de plusieurs gags, comme quand Patsy se retrouve à passer la nuit dans la baignoire d’Edina, pendant que celle-ci est au lit avec le jardinier.

« Branchées à mort » figure comme étant un très bon deuxième épisode, drôle et léger, loin des méchancetés tirées par les cheveux que s’échangent les personnages dans le premier opus.

L’épisode est par ailleurs l’occasion de découvrir pour la première fois dans la série qu’Edina possède un joli petit jardin attenant à sa maison.

Anecdotes :

  • Crispin Bonham-Carter est un cousin de l’actrice britannique Helena Bonham Carter, qui a participé à l’épisode « L’hôpital » de la saison 1 (1994). Il retrouve ici Julia Sawalha, après avoir joué avec elle, dans la mini-série « Orgueil et Préjugés » (1995)

  • On retrouve l’amie septuagénaire à la voix aigüe de la mère d’Edina, Dolly, apparue dans « The Last Shout » (1996).

 

Retour à l'index


3. SHOOTING À PARIS
(PARIS)

Absolutely 1 3


Premières diffusions :

BBC 1, le 21 septembre 2001

Canal Jimmy, le 14 mai 2002

Avec Tilly Blackwood (Lady Candida de Denison-Parker), Dave Gorman (Rimmer), Erin O’Connor (elle-même), Annegret Tree (elle-même), Daphné Selfe (elle-même), Sacha Distel, Christian Lacroix…

Résumé :

Edina et Patsy partent à Paris faire une séance de photos pour un célèbre magazine de mode. Edina est censé  poser avec un mannequin jouant sa fille, tandis que Patsy doit participer à un « shooting » intergénérationnel. Alors qu’elle idéalise ce rendez-vous et espère retrouver sa jeunesse de mannequin, les choses ne vont finalement pas tourner comme elle le souhaite...

Critique :

Comme dans chaque saison désormais, nos deux comparses partent à l’étranger pour au moins un épisode. Les voilà ici revenir pour la seconde fois en France, après l’épisode « Vacances en Provence » de la saison 1. Mais changement de destination, puis qu’elles s’aventurent pour la première fois dans la capitale. Un lieu idéal pour Patsy et Edina. Quoi de plus légitime en effet pour nos deux victimes de la mode et amatrices de bonnes chaires que de venir à Paris ?  

L’épisode nous les montre dans des situations inédites, notamment dans l’Eurostar, prétexte à quelques bons gags, comme quand Bubble, déguisée en Napoléon pour venir en France, mange des chips allongée dans le porte-bagages ou la séquence de la date de naissance de Patsy sur son passeport…

L’épisode vaut surtout le détour pour voir les personnages dans des endroits emblématiques de Paris, faire du shopping sur les Champs-Elysées et marcher sur le Champ-de-Mars, au pied de la Tour Eiffel. Cela est d’ailleurs assez bien réussi dans l’ensemble. On aurait pu assister à une succession de plans séquences purement gratuits nous montrant juste les actrices dans les rues de Paris, mais au lieu de cela, les scènes sont bien amenées et légitimes. Le clou de l’épisode repose bien-sûr dans la séquence en haut de la Tour Eiffel, où Edina fait un sale coup à sa fille !

Anecdotes :

  • Seconde apparition du couturier Christian Lacroix dans la série, après « Leur dernier délire » (1996)

  • Personnifiant le French lover des années 1960 et 70 aux yeux des Britanniques, le chanteur français Sacha Distel, fait une courte apparition assez drôle dans l’épisode. 

Retour à l'index


4. DÉSINTOX
(DONKEY)

Absolutely 1 4


 

Premières diffusions :

BBC 1, le 14 septembre 2001,

Canal Jimmy, le 21 mai 2002

Avec Helen Lederer (Catriona), Harriet Thorpe (Fleur), Robin Cope (le professeur de sport), Julian Rhind-Tutt (Taylor), Andrea Gillie (la secrétaire de Patsy), Tilly Blackwood (Lady Candida de Denison-Parker), Jessica Willcocks (Minge), Marianne Faithfull (Dieu) et Anita Pallenberg (le Diable).

Résumé :

Piquée au vif par ses amies qui se moquent de son poids,lors d’une soirée, Edina décide de maigrir pour de bon et de se prouver qu’elle peut y arriver. Elle s’engage dans un régime drastique coachée par Katy Grin…

Critique :

L’idée de départ du scénario n’est pas des plus originales : Edina se trouve trop grosse et décide de faire du sport et se mettre au régime. Un thème récurrent dans la série, abordé déjà particulièrement dans l’épisode « Vive le régime » de la saison 1. L’originalité repose ici sur le fait que pour une fois, Edina va faire preuve de beaucoup de volonté pour y arriver ! Un courage qu’on ne lui connaissait pas en la matière jusqu’à présent. Cela donne lieu à des scènes très drôles où l’on voit Edina faire du sport à la mode militaire, filmée par Katy Grin, résister à la tentation des coupes de champagne que lui offre Patsy, jusqu’à n’en plus pouvoir et finir par manger une bougie tellement elle est affamée !

L’épisode se laisse voir sans déplaisir. On rit à de nombreuses reprises, mais l’histoire sent le déjà vu, comme beaucoup d’épisodes de cette saison 4, qui semble montrer une Jennifer Saunders en panne d’inspiration. Le fan de la série pourra cependant remarquer la variété des décors dans l’épisode (notamment le bureau de Patsy) et des costumes, notamment ceux de Joanna Lumley, qui lui vont particulièrement à ravir, au milieu de cet opus très centré sur le personnage d’Edina.

Anecdotes :

  • Petit clin d’œil amusant à Dawn French, co-créatrice de la série avec Jennifer Saunders et apparue dans l’épisode « Le magazine » de la saison 1 : Katy Grin se remémore son passage à l’émission de télé Comic Relief, où elle recevait un seau de peinture verte sur la tête et s’exclame : « Dawn French, je vais t’arracher la tête ! ».

  • Dans une séquence de rêve, on retrouve la chanteuse Marianne Faithfull reprendre son rôle de Dieu, après l’épisode « Leur dernier délire » (1996), et chanter sa célèbre « Ballad of Lucy Jordan », avec des paroles modifiées pour l’occasion.  

Retour à l'index


5. MÈRE INDIGNE
(SMALL OPENING)

Absolutely 1 5



Premières diffusions :

BBC 1, le 5 octobre 2001

Canal Jimmy, le 28 mai 2002

Avec Naoko Mori (Sarah), Lill Roughley (Jude), Miles Westren (Martin), Emma Pierson (Kasha), Josh (Josh Neale), Christopher Malcolm (Justin), Mo Gaffney (Bo), Christopher Ryan (Marshall)…

Résumé :

Saffron est en pleine répétition pour la pièce de théâtre qu’elle a écrite sur son adolescence. Edina finit par l’apprendre par hasard ce qui la met fortement en colère, à cause de l’image que sa fille va véhiculer d’elle…

Critique :

On n’y croyait presque plus ! Voilà un scénario original pour cette quatrième saison, qui ne sent (pas trop) le déjà vu. Saffron, que nous avions vu dans les épisodes précédents travailler à l’écriture d’une pièce de théâtre, passe à la réalisation. Elle y raconte sa vie, délaissée par sa mère durant son enfance et objet de nombreuses brimades et moqueries de Patsy. Le résultat est particulièrement drôle et réussi. On retrouve des répliques et scènes mémorables de la série, reprises par des comédiens engagés pour l’occasion. Refusant d’abord d’aller à la première, Edina et Patsy se cachent et finissent par assister à la pièce, qu’elles finiront par aimer. Malgré un affrontement verbal au début de l’épisode entre Saffron et Patsy dans le salon qui rappelle furieusement « La naissance » (saison 2), le reste du scénario est entièrement nouveau et drôle. On a plaisir à voir que Saffron tente de faire quelque chose de sa vie et ne pas rester cloitrée dans la cuisine comme une vieille fille dépressive. On rigole également beaucoup avec les personnages secondaires, comme Sarah, alias « Titicaca », qui semble de plus en plus dérangée mentalement ou lors d’un passage mémorable, au début : Patsy cache et avale en toute hâte les différentes drogues qu’Edina possède dans son appartement, lors de l’arrivée de policiers. Ce qui lui vaudra de s’effondrer littéralement stone !

Jennifer Saunders nous livre ici un épisode très réussi, à voir incontestablement, qui s’avère être pour son scénario, la perle de la saison, aux côtés de « Shooting à Paris », qui lui est plus à retenir pour son cadre et le lieu de tournage à Paris.

Anecdotes :

  • Troisième apparition dans la série du producteur Jon Plowman, après « Vacances en Provence » (saison 1) et « L’hôpital » (saison 2). Il joue ici le court rôle de l’ouvreur dans la salle de théâtre.

  • Nouvelle évocation du personnage de Serge, le demi-frère de Saffron, qu’Edina a eu avec son premier mari, Marshall, et qu’elle idéalise complètement. Malgré quatre saisons, il n’est toujours pas apparu dans la série, ce qui laisse planer une impression de mystère le concernant. 

Retour à l'index


6. AFFRES DE LA MÉNOPAUSE
(MENOPAUSE)

Absolutely 1 6



Premières diffusions :

BBC 1, le 12 octobre 2001

Canal Jimmy, le 4 juin 2002

Avec Twiggy Lawson (elle-même), Christopher Ryan (Marshall), Mo Gaffney (Bo), Harriet Thorpe (Fleur), Helen Lederer (Catriona), Antony Cotton (Damon), Ruby Wax (Beth De Woodi), Celia Imrie (Claudia Bing), Jeillo Edwards (Jeillo), Joanna Bowen (Jobo)…

Résumé :

Au cours d’un banal mouvement dans la cuisine d’Edina, Patsy se casse le bras, après s’être rompu la cheville quelques jours plus tôt. Saffron décide de l’amener à l’hôpital pour lui faire passer des examens médicaux…

Critique :

Le point de départ de l’épisode était excellent : Patsy est atteinte d’ostéoporose à cause de la ménopause et doit prendre des compléments hormonaux. Saffron se met à rêver que cela lui change son comportement : Patsy devient gentille et une vraie fée du logis ! Ce qui aurait pu faire une très bonne histoire à part entière, est en réalité vite expédié dans une séquence rêvée (au demeurant assez drôle). Dommage ! Jennifer Saunders est certainement passée à côté d’un très bon comique de situation et d’un très bon épisode. Au lieu de cela, le scénario part un peu dans tous les sens. Il se perd dans une longue réunion de femmes ménopausées anonymes dans le salon d’Edina et des problèmes au travail d’Edina. Celle-ci se retrouve pratiquement sans client, fortement concurrencée par sa rivale Claudia Bing, déjà vue dans la saison 3. A être trop plein d’idées, l’épisode perd en efficacité et la fin tombe à plat quand se termine le rêve de Saffron.

Ce vingt-sixième épisode de la série et dernier de la saison 4 se clôture un peu comme celui de la saison 3 : une séquence dans le futur, où Edina et Patsy ont plus de 70 ans et continuent à s’amuser sur le dos de Saffron, malgré leur grand âge et leurs problèmes d’incontinence et d’ostéoporose. La séquence est d’ailleurs très réussie et hilarante.

Anecdotes :

  • Seconde apparition dans la série de la comédienne et animatrice britannique, Ruby Wax, après l’épisode « Fin » de la saison 3. Elle interprète ici Beth De Woodi, une femme ménopausée.

  • Seconde apparition également du personnage de Claudia Bing, interprétée par Celia Imrie, après l’épisode « Jalousie » de la saison 3 (1995). 

Retour à l'index

Images capturées par Adrien C..