V : La bataille finale (1984)V (1983)

V (1983-1985)

V : La série (1984-1985)



1. LE JOUR DE LA LIBÉRATION
(LIBERATION DAY)



Résumé :

La résistance a gagné contre les visiteurs, mais Diana parvient à s'enfuir. Heureusement Mike Donovan, parvient à la rattraper. Plus tard, celle-ci va avoir droit à un procès, mais Nathan Bates avec l'aide de Ham Tyler qu'il paie grassement, montent une évasion pour elle en la faisant passer pour morte. Mais Donovan et Martin la poursuivent et retrouvent sa trace. Bates veut la garder prisonnière pour avoir tous ses secrets médicaux, mais Martin veut la tuer, malheureusement elle lui échappe et le tue en prenant son antidote contre la toxine rouge. Ailleurs, Elizabeth commence à montrer des signes de transformation. Diana parvient à un centre de communications et appelle du secours qui viennent la récupérer, Donovan lui tire dessus mais elle s'échappe. Elle rejoint une nouvelle flotte prête à envahir la Terre.

Critique :

Ce premier épisode de la série hebdomadaire de V reprend exactement à l'endroit où s'est terminé la mini-série : La Bataille Finale. Ainsi, Mike Donovan, toujours interprété par Marc Singer (Arrow, Beauty and The Best, Les Feux de L'Amour), donne l'ordre sur le vaisseau-mère à Martin, toujours joué par Frank Ashmore (400 Days, The Guild, Chips), de rentrer sur Terre en compagnie de Julie, toujours incarnée par Faye Grant (Sarah, State of Grace, Ralph Super-Héros), et des autres résistants. La résistance a gagné, mais Diana toujours jouée par Jane Badler (Mission Impossible 20 ans Après, The HighwayMan, Falcon Crest) parvient à s'enfuir avec une navette. Mike Donovan la rattrape et elle va être jugée pour crimes contre l'humanité. Mais Nathan Bates, incarné par Lane Smith (Lois & Clark : Les Nouvelles Aventures de Superman, Good Sports, Kay O'Brien), qui se paie les services de Ham Tyler, toujours joué par l'excellent Michael Ironside (SmallVille, Cold Case : Affaires Classées, Desperate Housewives), organise son évasion en la faisant passer pour morte.

Bates veut lui soutirer tous les secrets scientifiques qu'elle possède pour devenir le plus riche et le plus puissant homme d'affaires de la Terre. Mais Mike et Martin ne sont pas dupes et poursuivent Diana et la retrouve, malheureusement Martin qui veut la tuer se fait avoir et Diana s'échappe à nouveau. Et les embrouilles commencent désormais pour les humains, car elle contacte des gens encore acquis à sa cause et qui ont une nouvelle flotte de vaisseaux prêt à attaquer la Terre. Plusieurs choses pour ce premier épisode, qui n'est pas mal du tout : c'est rythmé, on voit qu'il y a des moyens (l'hélicoptère, les effets spéciaux même si ils ont un peu vieillis) et l'histoire est prenante, d'autant qu'en parallèle il y a l'histoire avec Elizabeth l'enfant stellaire qui commence à muter.

Norman Bates est un nouveau personnage mis sur le devant de la scène et qui aura une certaine importance dans la série, par lui et un autre biais. Par contre, on commence à sentir que Mike et Julie sont de plus en plus distants l'un envers l'autre, et la toxine rouge n'a plus tellement l'air efficace. Ce sera un fil rouge pour le déroulement de la série. Nous avons encore super Donovan pendant cet épisode : il ne se fait pas berner par l'échange de voitures pour Diana, pilote un hélicoptère, pilote une navette et capture Diana... : bref, on se demande à quoi sert le reste de la résistance ? Pour les musiques on retrouve les thèmes des mini-séries : donc pas de souci. Il faut savoir que Kenneth Johnson s'est fait éjecté pendant les mini-séries, et qu'il ne voulait surtout pas d'une série hebdomadaire, mais le succès des mini-séries fut tel que NBC commanda cette série hebdomadaire. Le coût fut alors pharaonique, et le budget était de 1 million de dollars par épisode, la plus coûteuse de l'époque à produire. Néanmoins, très vite, le destin allait donner raison à Kenneth Johnson. À noter que le générique de la série montre les acteurs Jennifer Cooke, Jeff Yagher et June Chadwick alors que leurs personnages ne sont pas encore apparus.

Retour à l'index


2. TRIAX
(DREADNAUGHT)

Résumé :

Diana vient de s'enfuir et des hommes tombent sur Donovan et Tyler et tentent de les tuer. Loin de là, Elizabeth termine sa transformation et ressort en femme adulte : humaine. Diana à peine arrivée sur le nouveau vaisseau-mère commandé par Lydia, lance immédiatement son attaque contre la Terre : les visiteurs reviennent en force. Heureusement, la toxine rouge est encore efficace sur une grande partie de la planète et Nathan Bates menace Diana de faire exploser les réserves si elle ne coopère pas avec lui. Diana décide alors de faire usage du vaisseau Triax, une arme de destruction massive. Heureusement, Mike et la résistance s'empare du vaisseau-mère sur Terre et grâce au sacrifice de Robert Maxwell détruisent le Triax.

Critique :

Un second épisode un peu moins rythmé que le premier, nous avons enfin la première apparition de June Chadwick (Going To Extremes, Riptide, Magnum) dans son rôle de Lydia et qui commandait le vaisseau-mère caché sur lequel Diana est revenue. Idem, Elizabeth a terminé sa transformation définitive, et c'est donc désormais Jennifer Cooke (Le Voyageur, Haine et Passion, A Year in The Life) qui reprend le rôle en lieu et place de la petite Jenny Beck. Très jolie actrice qui n'aura pas une grande carrière. Elle fait passer beaucoup d'émotions dans son personnage, et spécialement lors de la mort de Robert Maxwell, toujours interprété par Michael Durrell (Desperate Housewives, Beverly Hills, Matlock). Nous ne sommes qu'au second épisode, mais le concept commence déjà à s'essouffler : on retrouve les mêmes situations que dans le début des mini-séries, lorsque les visiteurs montraient leur vrai visage et prenaient de force les villes. On retrouve également les éternelles dissensions entre Tyler et Mike, et commencent les intrigues de Lydia pour mettre Diana dans la panade, et réciproquement. Bref, c'est déjà moins passionnant et moins haletant que le premier épisode. Exit donc le personnage de Robert Maxwell, ce ne sera pas le seul à disparaître, et donc on fait passer Elizabeth à un âge adulte.

La toxine rouge perd de son effet, mais il y a quand même encore certaines zones où elle fonctionne, heureusement pour Julie et Robert à un moment donné. Les visiteurs, enfin Diana surtout, veulent l'enfant stellaire mais eux sont restés sur le fait qu'elle soit petite. Le personnage de Ham Tyler est décevant, puisque c'est à cause de lui que Diana est libre, et il essaie tant bien que mal de se racheter en aidant Mike Donovan. On retrouve également Willie, toujours joué par Robert Englund (Fear Clinic, Freddy Le Cauchemar de Vos Nuits, Le Bar de L'Angoisse) qui est avec Elias lui aussi toujours interprété par Michael Wright (Oz, New York Undercover, Transitions) qui ont ouvert un bar où les résistants trouvent refuge. Le couple Julie/Mike ne tient plus qu'à un fil et ça c'est réellement dommage je trouve. Pour le reste, ça fait un peu déjà vu : batailles contre les visiteurs, et Elizabeth qui aide pour démarrer le vaisseau mère afin d'empêcher Diana de le récupérer et permettre en plus de détruire le Triax. Espérons que ça va tenir le rythme dans les épisodes suivants. On termine sur un cliffhanger : Robin Maxwell qui arrive à un barrage des visiteurs et qui essaye de s'enfuir dans la forêt pour l'éviter.

Retour à l'index


3. L'ÉVASION
(BREAKOUT)

Résumé :

Mike Donovan et Ham Tyler débarquent à Ojaï, pour retrouver le fils de Mike. Mais les visiteurs sont partout, et Mike et Ham doivent se cacher chez quelqu'un qui leur apprend que tous les enfants ont été enlevés par les visiteurs. Mike et Ham se font capturer, tandis que Diana et Nathan Bates recherchent toujours Elizabeth. Qui, elle, commence à développer d'étranges pouvoirs. Mis dans un camp, Mike et Ham font la connaissance de Kyle Bates, le fils de Nathan, avant de s'évader. Diana étant arrivée entre-temps, pour pouvoir faire chanter Nathan avec son fils. Mais ce dernier s'échappe aussi. Ils retournent à Los Angeles pendant que les visiteurs recherchent toujours Elizabeth, mais en tant que petite fille.

Critique :

Ça commence à devenir mou et un peu du déjà vu, je le redis : les visiteurs qui occupent les villes, Mike Donovan à la recherche de son fils avec l'aide de Ham Tyler... Rien de bien neuf, à part le fait qu'Elizabeth commence à révéler des pouvoirs étranges comme commander aux animaux, ou encore savoir jouer d'un instrument sans l'avoir appris. Et d'autres choses... Toujours interprétée par Jennifer Cooke, l'actrice est vraiment très bien dans son rôle et sait visiblement comment faire réagir son personnage par rapport à la situation. On retrouve sa mère Robin, toujours jouée par Blair Tefkin, qui est prisonnière dans le camp où sont amenés Mike Donovan et Ham Tyler : le hasard fait bien les choses ! Et nous découvrons enfin Kyle Bates, incarné par Jeff Yagher (Six Feets Under, Les Experts, Star Trek : Voyager), qui était crédité depuis le début mais qui n'était pas encore apparu : c'est chose faite. Il sera d'ailleurs à nouveau présenté dans l'épisode suivant, car cet épisode avait été à la base refusée par NBC à cause de la violence inhérente dans celui-ci.

Finalement diffusé, le personnage de Kyle fut donc présenté à nouveau dans l'épisode 4. Après comme je l'ai dit, il ne se passe pas grand-chose, on découvre les Krivitz : des étranges bestioles des visiteurs qui vivent dans le sable. Et comme je l'ai dit et répété plus haut, c'est du déjà vu, d'ailleurs on peut voir que c'est un stock shoot qui est utilisé lors du combat de Donovan avec la navette qu'il vole avec Ham. À noter que c'est Ray Austin (connu pour avoir travaillé sur Chapeau Melon et Bottes de Cuir ou bien encore Cosmos 1999) qui est à la réalisation et c'est étonnant que ce soit aussi peu actif, car celui-ci est connu pour avoir une réalisation assez énergique. Et dans les détails assez amusants, Mike Donovan et Ham Tyler sont dans la ville d'Ojaï : la ville de Super Jaimie et de Steve Austin ! C'est étonnant de voir cette ville dans la série des lézards, peut-être un petit clin d'œil. Bref, nous attendons tout de même mieux de cette série V, et on espère qu'elle va se relever un peu dans les épisodes suivants, vu le coût de celle-ci à produire !

Retour à l'index


4. DÉCEPTION
(THE DECEPTION)

Résumé :

Alors qu'elle s'est enfuie du camp où elle était prisonnière avec Mike et Ham, Robin fait la connaissance de Kyle Bates qui l'emmène en moto. Sur leur chemin, ils voient un avion s'écraser avec le pilote qui s'éjecte. Kyle va voir et le pilote lui confie une sacoche avant de mourir qu'il doit porter au club Créole d'Elias. Diana détient Sean le fils de Donovan, et grâce à lui, elle capture Donovan. Enfermé dans une pièce holographique, Diana parvient à faire dire à Donovan l'heure et le lieu où il doit retrouver Elizabeth pour l'emmener à New-York. Diana va réussir son plan, heureusement grâce à Kyle et l'arrivée de Donovan qui s'est libéré, ils sauvent Elizabeth.

Critique :

C'est encore un épisode très axé sur Elizabeth. Normal, les visiteurs continuent de vouloir la retrouver, j'aime bien le fait qu'ils cherchent une petite fille, alors qu'elle est une femme adulte et c'est d'ailleurs grâce à cela que Donovan réussi à comprendre qu'il y a quelque chose de bizarre lorsqu'il est prisonnier. Dans cet épisode, Diana embrasse Donovan (en étant sous l'apparence de Julie) : on savait qu'elle craquait pour lui ! Par contre Donovan est vraiment le super héros de la série, surtout lorsque l'on voit avec quelle facilité déconcertante il arrive à s'évader ! C'est un personnage important de la résistance, et on le laisse pratiquement sans surveillance. On notera la petite erreur que je vous ai dit pour l'épisode précédent : Ham Tyler et Donovan tombent sur le dos de Kyle Bates, or Ham fait comme s’ils ne s'étaient jamais rencontrés, puisque à nouveau il lui ressort la phrase qu'il déteste le nom de Bates et ceux qui le portent. Ce qu'il avait déjà dit à Kyle lorsqu'ils étaient dans le camp de prisonniers de l'épisode 3. Mais ce dernier ayant été refusé au départ, ils ont donc refait une introduction du personnage de Kyle dans l'épisode 4, rien de bien méchant. Diana devient la JR Ewing de V : elle est toujours à deux doigts de réussir ses magouilles, mais au dernier moment se fait toujours avoir.

Là ce sera grâce à l'intervention de Donovan qui s'est enfui et celle de Kyle, on est d'ailleurs heureux de voir qu'à la fin de l'épisode Kyle se joint à la résistance. À part cela, rien de particulier, cet épisode est encore assez bien, il y a des effets avec l'apparition des navettes de patrouilles au début de l'épisode lorsque Kyle prend Robin pour la ramener chez elle, et pas mal de tirs de lasers. Par contre, à nouveau un effet de déjà vu, lorsque Diana va à son nouveau QG sur terre, on a l'impression de revoir celui des mini-séries tout simplement. C'est désormais Nicky Katt (Les Rois du Texas, Boston Public, Knight Rider 2010) qui incarne Sean Donovan, le fils de Mike. Et qui visiblement se fait toujours avoir par les visiteurs et trahi sans arrêt son père auprès d'eux. Bon épisode donc, mais rien d'exceptionnel.

Retour à l'index


5. SANCTION
(SANCTION)

Résumé :

Diana est poursuivie par un homme habillé tout en noir. Il la trouve et la tue, mais en fait ce n'était pas elle, il s'agissait d'un exercice pour un nouveau corps d'élite. Donovan essaye de récupérer son fils, et se retrouve poursuivi par Klaus le nouvel officier de la Ravak. Kyle fait de plus en plus connaissance avec Elizabeth qui finit enfin par retrouver sa mère.

Critique :

Deux détails à noter dans la série, c'est que jusqu'à maintenant chaque épisode commence par un bulletin d'antenne liberté avec la présence spéciale de Howard K. Smith. Qui, on le rappelle, est un grand journaliste américain, et qui refusa pendant la seconde guerre mondiale de diffuser la propagande nazie dans ses journaux et fut pour cela expulser. Il fut l'un des derniers journalistes américains à quitter Berlin avant que les États-Unis n'entrent en guerre contre l'Allemagne. Il a réalisé de nombreuses interviews des nazis les plus influents, faisant même une interview d'Hitler lui-même. L'autre détail à noter est que les visiteurs n'ont plus leur drôle de voix modifiée comme ils l'avaient dans les deux mini-séries. Désormais ils parlent normalement comme les humains. Ceci étant dit, une fois encore il ne se passe pas grand-chose dans cet épisode, et on fait du trompe l'œil pour faire croire qu'il y a de l'action, comme par exemple la scène où Kyle et Elizabeth tombent sur le cheval et qu'ils se battent avec les visiteurs. Ou bien encore la scène du cinéma.

Nous avons l'arrivée d'un nouveau personnage complètement nul, alors qu'il est présenté comme un grand exterminateur : Klaus, interprété par Thomas Callaway (Falcon Crest, Washington, Simon et Simon), et qui se fait battre à plate couture par Mike Donovan, d'ailleurs la façon dont Klaus meurt est vraiment ridicule et risible. Mais bon, en même temps, il affrontait le héros de la série, il ne pouvait donc pas gagner. Le fils de Donovan est maintenant totalement sous le contrôle de Diana au grand dam de Mike. L'autre nouveau personnage que nous voyons apparaître est M. Chiang, joué par Aki Aleong (Roswell, Sept Jours pour Agir, JAG), le bras droit armé de Nathan Bates mais qui n'est pas si net que ça. La romance entre Kyle et Elizabeth commence dans cet épisode, et va normalement se développer au fil de la série. C'est Bruce Seth Green qui a réalisé cet épisode et qui est bien connu pour avoir travaillé sur la série Buffy Contre Les Vampires et d'autres séries de renom comme par exemple Babylon 5, Diagnostic Meurtre, Seaquest Police des Mers, Homefront, Hercule, etc.

C'est donc assez étonnant que ce ne soit pas plus énergique dans la réalisation des épisodes avec des grands noms comme celui-ci. C'est étrange. Elizabeth et sa mère Robin se retrouvent enfin dans cet épisode, là aussi que de choses alambiquées pour faire traîner le fait qu'elles soient enfin réunies. L'intro de l'épisode est tout de même pas mal avec le lézard qui a le visage de Diana pour l'entraînement de Klaus, et que celle-ci trouve de mauvais goût. À part cela, rien d'extraordinaire.


6. LE CHOIX DU VISITEUR
(VISITOR'S CHOICE)

Résumé :

La résistance monte une opération qui lui permet de récupérer des documents qui leur apprenne que les principaux chefs de conditionnement alimentaire des visiteurs vont bientôt se réunir à Playa Del Mar. Julie et Mike décident alors de monter une attaque qui leur permettrait d'en finir avec les principaux chefs des visiteurs sur Terre. Les membres de la résistance qui doivent les aider ont leur sœur qui a été capturée par les visiteurs. Mike, Julie et Ham réussissent leur opération et à libérer la sœur des membres de la résistance. Dans le même temps, Kyle qui avait été pris par son père réussi à s'évader grâce à l'aide d'Elizabeth.

Critique :

Un épisode qui montre une totale réussite de la résistance sur les visiteurs, pour une fois ce n'est pas coutume. C'est dans cet épisode qu'on voit également Mary Kruger dans sa tenue léopard, incarnée par Sybil Danning (The Lair, Tonnerre Mécanique, Simon et Simon) très connue de la tv US. Nous pouvons aussi noter la présence de Robert Ellenstein (L'Homme de Fer, Mission Impossible, Les Mystères de L'Ouest) dans le rôle du général Maxwell Larson. Et enfin également Chad McQueen et Jon Caliri dans le rôle des résistants qui aident Mike et Julie et dont la sœur a été capturée par les visiteurs. Ces deux acteurs n'ayant pas eu une grande carrière à l'écran. Kyle se fait capturer par son père qui veut lui apprendre les bonnes manières grâce à M. Chiang, ceci donne un prétexte d'utiliser les dons d'Elizabeth pour l'aider à s'évader. D'ailleurs à ce propos, le combat entre Kyle et M. Chiang est ridicule ! On sent que c'est chorégraphié à outrance, de plus, les acteurs attendent trop longtemps que l'autre fasse le geste pour enchaîner leurs coups, c'est mal peaufiné : dommage.

À contrario, les combats de Donovan avec Marc Singer sont plus crédibles. On sent d'ailleurs la rivalité qui commence à pointer entre Robin et sa fille Elizabeth à propos de Kyle. L'opération menée par Mike, Ham et Julie se passe sans problème, à part la petite difficulté de Julie qui se retrouve enfermée dans le frigo, mais elle s'en sort rapidement, et les deux résistants, avec la chance incroyable, retrouvent leur sœur qui étaient parmi les victimes de cette réunion de chefs des visiteurs. Dont on peut voir un peu la tête de ceux-ci et les différents secteurs qu'ils contrôlent ! Diana est officiellement appelée la reine des lézards dans cet épisode. Elle est donc la chef absolue des visiteurs sur Terre. Pour le reste rien à dire, nous avons droit à une explosion spectaculaire grâce à la résistance et l'épisode est pas mal du tout, mais il manque toujours ce petit quelque chose qu'avaient les mini-séries et que ne possède pas la série tv. L'épisode est pas mal, mais vraiment ça manque de rythme. C'est dommage, il ne suffit de pas grand-chose pour faire la différence.

Retour à l'index


7. ZOOM
(SHOWDOWN IN RAWLINSVILLE)

Résumé :

Une ville est prise en otage par des motards-bandits qui sont à la solde de Diana pour faire extraire aux gens du cobalt pour l'armement des visiteurs. Mais l'une des habitantes, Glenna, s'enfuit et contact Elias pour que la résistance vienne les aider à se libérer de leurs oppresseurs. À sciences sans frontière, Julie est de plus en plus soupçonnée par Nathan Bates d'être celle qui donne des informations sur ses activités à la résistance. Glenna et la résistance viennent à la ville et commencent à libérer les habitants, mais en fait Glenna voulait prendre la place de Garrison, le chef du gang des motards. Donovan, Ham et leur équipe se retrouvent prisonniers. Heureusement ils parviennent à se libérer et à retourner la situation et délivre la ville.

Critique :

Plusieurs choses se mettent en place dans cet épisode : tout d'abord de plus en plus soupçons pèsent sur Julie de la part de Nathan Bates, concernant un traître à sciences sans frontière qui communique des informations à la résistance. Nathan veut des preuves et charge M. Chiang de les trouver, ce que ce dernier fera, mais grâce à l'aide Robin, Julie échappera de peu au désastre. D'ailleurs, il est amusant de constater que ça ne vient pas à l'idée de Chiang que ce soit la femme de ménage qui ai changé la disquette. Enfin bon, passons. De l'autre côté, la résistance est contactée via Elias par une certaine Glenna, incarnée par Sheryl Lee Ralph (MacGyver 2017, Fam, L'Apprentie Maman) actrice noire très très connue des séries américaines. Celle-ci vient demander de l'aide car sa ville est sous l'emprise d'un certain Garrison, joué par Michael Champion (Alf, Matlock, K2000) là aussi un second rôle assez connu des séries US et qui fait généralement des rôles de méchants garçons, qui fait exploiter une mine de cobalt par ses habitants pour le livrer à Diana et aux visiteurs pour leurs armes. Elias tombe amoureux de Glenna et ne se rend pas compte qu'elle lui monte un bateau, elle veut prendre la place de Garrison. Heureusement grâce à Ham ils s'en sortent, libèrent la ville et détruisent la mine. D'ailleurs l'endroit où a lieu le dernier combat, on croirait la place de Retour Vers Le Futur, là où arrive Marty dans les années 50.

De même on se demande si Garrison ne serait pas un clin d'œil au créateur de la série des Mystères de L'Ouest. Ceci étant dit, voir Willie déguisé en femme au début de l'épisode vaut le détour, par contre même si l'épisode est rythmé et que l’on ne s’ennuie pas, nous ne sommes par contre plus du tout impressionné ni surpris par les habitudes des visiteurs. Ainsi lorsque Diana cherche à séduire son jeune lieutenant, voir le verre d'eau avec un poisson rouge dedans, ou encore la table avec des araignées, des souris, etc. ça donne plus envie de sourire qu'autre chose. Et c'est peut-être ça qui plombe un peu la série, elle devrait plutôt se concentrer sur l'action plutôt que sur ce genre de détails ridicules, il n'y a qu'à voir la scène où Diana demande au disciple de Zon de parler et qui pour impressionner Garrison fait venir un monstre dans la cage du prisonnier : c'est à pleurer. Et je ne suis pas sûr qu'en son temps, elle fut plus réaliste à nos yeux. C'est l'épisode où Elizabeth déclare son amour à Kyle également. Sinon pour le reste c'est du tout bon, les héros gagnent à la fin et vraiment il n'y a presque pas de temps mort pendant tout l'épisode. On aimerait en avoir d'autres comme celui-là.

Retour à l'index


8. DISSIDENT
(THE DISSIDENT)

Résumé :

Alors que Ham et Kyle attendent un camion de munitions, Diana a mis au point une nouvelle arme : un champ de force qui permet de désintégrer tout ce qu'il touche, le camion se retrouve vaporisé. Diana demande à Nathan Bates d'installer un relais ordinateur à sciences sans frontière pour optimiser le champ de force. C'est l'œuvre d'un génie chez les visiteurs : Jacob. Diana le torture pour qu'il lui donne les informations pour le champ de force, heureusement Mike et Ham arrivent à temps et le libère. Mais ils sont poursuivis, Julie pendant ce temps va à sciences sans frontière et ouvre le champ de force. Et au moment où Elizabeth va passer le champ avec Jacob, celui-ci se sacrifie pour détruire le champ de force.

Critique :

Amère victoire si l'on est des résistants, car c'est par le sacrifice de Jacob, interprété par John McLiam (Dynastie, Les Routes du Paradis, Falcon Crest), un visiteur qui est un génie de la technologie de ceux-ci et qui est un pacifiste. Mais le leader et Diana ont détournés ses inventions pour en faire des armes. Il doit donc se sacrifier pour détruire le champ de force qu'il a créé. À noter une incohérence dans cet épisode, en effet, le lieutenant de Diana qu'elle a exécuté dans l'épisode précédent est bien vivant dans celui-ci. À moins qu'il ne s'agisse d'un autre personnage, comme les lézards mettent n'importe quel masque humain, ce qui se vérifiera un peu plus tard dans la série pour un autre personnage. Pour le reste, nous avons un épisode moyen, certes il y a de l'action mais ce n'est vraiment pas génial. Le couple Julie/Mike n'est plus qu'un lointain souvenir à la vue du peu de préoccupation qu'a Mike lorsque Julie dit qu'elle va devoir prendre des risques pour s'introduire dans la pièce de l'ordinateur du relais à sciences sans frontières. C'est même Willie qui vient à son secours en faisant ce qu'il peut. Ce qui devait arriver, est arrivé : Robin est amoureuse de Kyle et Elizabeth également.

D'ailleurs à nouveau comme pour le lieutenant de Diana, il semble que nous ayons fait machine arrière dans cet épisode dans la relation Kyle/Elizabeth, puisque à nouveau elle lui avoue son amour pour lui, et qu'il semble l'entendre pour la première fois. C'est très étrange. Les effets graphiques pour le champ de force font très vieillot, en même temps nous étions dans les années 80, et l'ordinateur n'était pas aussi sophistiqué que maintenant. Cela fait donc un peu daté, va t-on dire. Pour le mot de passe de Nathan Bates, on se doutait à 3000km que sur 4 lettres, ça ne pouvait être que le prénom de son fils : KYLE. Après l'histoire en elle-même n'est pas géniale, et pour montrer que Jacob est aveugle on le voit avec son visage humain, c'est étrange. Il ne devrait pas avoir les mêmes yeux que nous, rappelons que normalement ils ont des yeux de reptiles. Voilà, épisode moyen, je le répète.

Retour à l'index


9.  JOYEUX NOËL
(A REFLECTION IN TERROR)

Résumé :

C'est la période des fêtes de Noël. Alors qu'ils sortent pour se balader, Kyle et Elizabeth voit une vieille femme qui vend du houx, Kyle décide d'en offrir une branche à Elizabeth, la vieille dame tend une branche à Elizabeth qui se coupe dessus et saigne. La vieille dame apporte le sang récolté à Diana : cette dernière décide de créer un clone d'Elizabeth pour faire une race de visiteurs immunisés contre la toxine rouge. Mais celui-ci génétiquement modifié par Diana, se transforme en monstre qui tue sur son passage. Devenue adulte, elle recherche Elizabeth et finalement la sauvera d'un limier de Diana qui était sur ses traces.

Critique :

Alors cet épisode me pose plusieurs problèmes : et c'est dommage car l'idée du clone raté d'Elizabeth qui se transforme en monstre était une bonne base de scénario et ouvrait des perspectives intéressantes. Malheureusement, nous sommes dans un show tous publics et il fallait se douter que nous n'aurions pas droit à des morts atroces et des bains de sangs ainsi qu'un véritable monstre bien gore. Pourtant la première scène dans le labo où le garde se fait tuer, promettait pour la suite. Mais lorsque plus loin dans l'épisode nous voyons Elizabeth version enfant (qui a un faux air de la gamine dans l'Exorciste lorsqu'elle possédée) : la première question qu'on se pose, c'est : le garde visiteur a été effrayé par une enfant humaine ? Cela en dit long sur l'armée des visiteurs alors !

À propos d'Elizabeth enfant, d'ailleurs, cela marque le retour de Jenny Beck qui interprétait le rôle pendant la première partie de V : mini-séries + début de la série tv. Elle refait une courte apparition, puisque comme la vraie Elizabeth, elle mute et devient adulte rapidement. Nous avons alors Jennifer Cooke qui fait les deux rôles. Et pour son clone adulte, nous avons donc une version décoiffée d'Elizabeth avec une langue de lézard : très effrayant ! Bon, même si la fin du clone est assez poignante, ça ne relève pas tout. L'autre problème est le traitement du personnage de Ham Tyler dans cet épisode, d'accord la petite fillette est mignonne et on peut dire qu'il est tout de même un être humain et qu'elle a pu l'attendrir, mais quand même dans la mini-série, Ham est quelqu'un de dur et qui ne fait pas sentiment, là il devient un cœur de chamallow. Et le pire étant de le voir apparaître en père noël à la fin de l'épisode : no comment ! Ceci étant, cet épisode marque le retour de Chris Farber, toujours incarné par Mickey Jones (Justified, Son of The Beach, Papa Bricole), l'ami 'explosif' de Ham Tyler et ça fait réellement plaisir de le revoir. Julie se fait griller par Nathan Bates à science sans frontières et de sa connivence avec les résistants. Mais là aussi, Julie était à la base une résistante et la chef de ceux-ci, et était toujours avec Mike Donovan, on se demande comment Nathan Bates pouvait l'ignorer et tomber de haut lorsqu'il découvre qu'elle marche avec la résistance.

Dans les autres choses qui ne vont pas : la trombine d'Elizabeth passe au journal de 20H via son clone, et peu après on la voit tranquillement acheter ses cadeaux de noël en pleine rue sans le moindre souci : personne ne la reconnaît. C'est quand même hallucinant. Sinon, un petit raté à 18'34 à peu près de l'épisode, lorsque Mike, Ham et Chris se dirigent dans la petite ruelle et que la caméra tourne, on voit un petit morceau d'un membre du staff technique dans le champ de la caméra sur la droite, c'est furtif mais assez visible pour m'avoir attiré l'œil. Bref, je suis très déçu par cet épisode qui promettait des lendemains qui chantent et qui au final se retrouve comme un soufflet qui serait trop vite retombé. Dommage, dommage.

Retour à l'index


10. L'ÉCHANGE
(THE CONVERSION)

Résumé :

Ham et Kyle avec un autre résistant, attaquent un convoi des visiteurs qui est censé transporter un convertisseur de cerveaux pour Diana. Mais c'est un piège, et Kyle avec Ham sont fait prisonniers. Un nouvel officier des visiteurs, Charles, arrive pour gagner la guerre contre la résistance. Diana se retrouve cantonnée à ses activités scientifiques à son grand dam. Grâce à Diana, la résistance réussit à capturer Lydia, pendant ce temps Charles convertit Ham pour qu'il tue Donovan. Charles propose un échange de Ham et Kyle contre Lydia, mais c'est un traquenard destiné à ce que Ham tue Donovan pendant l'échange à la télévision. Mais le piège foire, et c'est Nathan Bates qui est tué.

Critique :

Un autre épisode qui, personnellement, me dérange et une fois encore à cause du traitement que l'on fait subir au personnage de Ham Tyler, cette fois-ci on le transforme carrément en mauviette qui se laisse convertir par les lézards : là où Julie a réussi à résister à la conversion ! Bye, bye Nathan Bates ou presque, ce qui pour moi est une bonne chose, car j'ai toujours trouvé que son personnage rajouté pour la série tv, ne servait à pas grand-chose pour les intrigues et polluait la série plus qu'autre chose. Nous avons un nouveau haut gradé chez les visiteurs, Charles joué par Duncan Regehr (Fast Track, Star Trek Deep Space Nine, Matt et Jenny) le célèbre Don Diego dans la série Les Nouvelles Aventures de Zorro. Vous reconnaîtrez tout de suite son visage.

Diana se retrouve en mauvaise posture, d'autant que Lydia réapparaît saine et sauve (personnellement je ne m'étais même pas aperçu qu'elle avait disparue après l'épisode où sa navette explose). Donc, Ham Tyler est converti et c'est grâce une fois de plus à Elizabeth, que le piège de Charles échoue. Après je trouve que l'épisode s'attarde encore sur des petits détails comme l'écriture propre aux visiteurs, ou encore lorsque Kyle tente de s'échapper et qu'il se retrouve dans une salle de sport du vaisseau mère avec des lézards sans apparence humaine, et qui lui offre une souris pour la manger, on a passé ce cap depuis longtemps et ce genre de détails sont désormais, de mon point de vue, inutiles. Cela tend plus vers la farce qu'autre chose.

Dans le même ordre d'idée, il n'y a qu'à voir la séquence où Willie est habillé en souris pour faire libérer Ham : c'est totalement ridicule. Dommage, une fois encore, qu'on mette ce genre de choses dans la série. La séquence où Ham imagine Donovan avec sa femme et son fils me dérange énormément car ce n'est vraiment pas le genre du personnage, de plus c'est la première nouvelle que j'entends de savoir que Ham détesterait Donovan, alors qu'il fait toujours équipe avec lui et lui fait assez confiance pour lui confier sa vie ! Je trouve cela assez illogique pour ma part, mais bon, passons. Cet épisode est donc pour moi, un des plus mauvais de la série.

Retour à l'index


11. LE HÉROS
(THE HERO)

Résumé :

Après la blessure de Nathan Bates lors de l'échange, des résistants organisent des attaquent contre sciences sans frontière. C'est en fait un commando de visiteurs monté par Charles pour discréditer la résistance. Dans le même temps, Diana a infiltré un de ses hommes qui fait la connaissance de Robin. Cette dernière est capturée avec d'autres gens et M. Chiang via un faux message de Nathan Bates, demande aux chefs de la résistance de se rendre sinon un otage sera exécuté par jour. John Langley un nouveau résistant se porte volontaire pour être le premier tué. Mike, Julie et Ham montent alors une opération pour libérer les otages. La résistance accueille John, sans savoir qu'il est un visiteur.

Critique :

Un épisode légèrement au-dessus des autres, pour plusieurs raisons : la première est que l'idée d'un visiteur infiltré dans la résistance est pas mal du tout. Même si je trouve que l'on sait un peu trop rapidement qui est le traître. Ici, il s'agit de John Langley, interprété par Bruce Davison (The Fosters, Kingdom, Hôpital Central) très connu pour son rôle du Sénateur Kelly dans les films X-Men de Bryan Singer. On le devine par des petits détails, tout d'abord il est tout nouveau et personne ne le connaît, ensuite lorsqu'il sort dehors vers la fin de l'épisode, il met des lunettes de soleil, comme si la lumière le gênait comme les visiteurs, et enfin il suffit d'observer l'attitude de Diana à son égard, on comprend immédiatement. Néanmoins, il est infiltré dans la résistance et eux ne le soupçonnent pas encore. Nathan Bates est censé être toujours en vie, mais on ne le voit pas à l'écran, quoique si mais sous la forme d'une représentation holographique d'un ordinateur : merci Charles.

Un autre personnage important disparaît sans crier gare : Elias Taylor. C'est vite fait et sans fioriture, et surtout très très rapide. Ce sera la dernière apparition de l'acteur dans la série. Ensuite, il y a le combat de Charles contre Mike Donovan ! Mike ne se démonte pas et y met vraiment toutes ses forces dans ce combat, mais n'arrive qu'à soutirer un pauvre : « Tu m'as fait mal ! » de Charles après l'avoir bien tabassé. Néanmoins, Donovan ne démérite pas. Au passage lorsqu'il libère John, observez bien le fait que John fait le nécessaire pour gêner Willie. Pour le reste, c'est du classique, nous avons droit à l'utilisation des pouvoirs d'Elizabeth, la scène des friandises des lézards, etc.

Et il y a quand même de la latence, qui je trouve plombe le show. On peut également noter la venue d'un nouveau personnage chez les visiteurs qui va faire reparler de lui dans les épisodes suivants, il s'agit du lieutenant James, incarné par Judson Scott (Charmed, X-Files : Au Frontière du Réel, Dynastie II : Les Colby) et que l'on avait pu découvrir en France dans la série Le Phénix. Ici, il joue pour le moment le rôle d'un faux résistant qui organise des attaques contre les civiles pour discréditer la résistance. À noter que Diana ne le connaissait pas, et qu'elle est surprise de trouver un résistant dans ses locaux, Lydia lui en fait d'ailleurs la remarque. Bref, bon épisode qui se laisse bien regarder, un peu plus rythmé il aurait été très bon.

Retour à l'index


12. TRAÎTRE
(THE BETRAYAL)

Résumé :

Willie rencontre un membre de la 5e colonne, mais ils se font découvrir par une patrouille de visiteurs, Simon le contact de Willie est tué et Willie est grièvement blessé. Mike et Ham enlèvent alors un médecin des visiteurs pour faire soigner Willie. Mais alors qu'il meurt, Elizabeth le sauve in extremis. Howard le médecin informe la résistance que des armes transitent en ville en cachette et leur montre le lieux où elles sont stockées. Il reconnaît par la même occasion John, qui se dévoile et tente de capturer la résistance. Mais heureusement, il sera tué et l'entrepôt d'armes sera détruit.

Critique :

Encore un épisode pas si mal, qui cette fois-ci est bien rythmé. Les moments calmes alternent bien avec les moments d'action, c'est bien dosé. Cette fois-ci, Nathan Bates meurt pour bon et non pas de la main des visiteurs, mais de son homme de main M. Chiang qui s'était mis dans une sale posture avec les images holographiques diffusées que Charles lui donnait. Et il fallait qu'il tue Nathan Bates qui venait de se réveiller de son coma pour ne pas être inquiété voir tué par Nathan. Kyle était venu le voir pour le sortir de là, mais Chiang leur est tombé dessus. Mais Kyle reviendra venger son père et tue M. Chiang. Dans cet épisode c'est d'ailleurs un peu la suite du grand ménage commencé il y a quelques épisodes auparavant. John Langley se fait reconnaître par un médecin visiteur que Mike et Ham ont enlevé pour sauver Willie, qui était blessé : on a bien cru que lui aussi allait partir, mais Elizabeth le sauve.

Donc Howard, joué par Richard Minchenberg (Arliss, Urgences, Cagney et Lacey), le médecin visiteur, reconnaît John Langley et celui-ci se dévoile pour capturer les chefs de la résistance, mais Howard le tuera. Notons d'ailleurs dans les petits détails, que John Langley était le seul visiteur à avoir un nom et un prénom ! On peut aussi remarquer que Robin a le chic pour tomber amoureuse des visiteurs, cette fois-ci : elle n'est pas enceinte, ouf ! D'ailleurs en parlant d'elle, c'est également au tour de Robin de partir, mais en plus c'est Ham Tyler qui va lui servir d'escorte et qui quitte donc également la série. Dommage qu'on ne voit plus Michael Ironside qui apportait un quelque chose de plus à la série. Il ne reste désormais plus que le noyau dur de la résistance : Mike Donovan, Julie Parrish, Kyle Bates et Elizabeth Maxwell. On est heureux d'apprendre également dans cet épisode que la 5e colonne existe toujours chez les visiteurs. Bon épisode donc, mais on pourrait faire mieux, bien mieux.

Retour à l'index


13. LE MARIAGE
(THE RESCUE)

Résumé :

Un couple de civils dont la femme est enceinte, demande l'aide de Julie pour mettre au monde le nouveau né. L'homme, Alan, est un ami de Julie. Pendant ce temps, Diana a ordonné l'attaque de Los Angeles et va réussir à la prendre. Devant son succès, Charles, décide de l'épouser au grand dam de Lydia. Le QG de la résistance est découvert, et ils doivent aller ailleurs, Mike doit aller prévenir Julie et Kyle qui sont coincés par le lieutenant James. Heureusement, Mike arrive à temps pour les secourir et les emmener au nouveau QG pour que la femme d'Alan ai son bébé. Lydia qui veut tuer Diana tue Charles par inadvertance, elle est arrêtée pour meurtre.

Critique :

Un épisode réellement pas génial, tout d'abord pour la réalisation, elle n'est vraiment pas très soignée : on peut clairement voir que c'est une maquette au tout début de l'épisode lorsque l'on voit la ville de Los Angeles à feu et à sang. Cela gâche un peu la scène, même si immédiatement après on passe à une vraie scène en extérieur. La transition est tout de même visible. Ensuite, on a droit dans cet épisode à un clin d'œil au mariage de Lady Di et du Prince Charles avec le mariage de Diana et Charles sur le vaisseau mère. D'ailleurs, dans les similitudes, on peut noter qu'on nous avait vendu le mariage princier comme un conte de fées et qui s'est révéler quelques années plus tard, un joli scandale. Quand on voit comment termine Charles ici, dans V on peut voir que c'est un cauchemar aussi. D'ailleurs il faut bien regarder le mannequin de Charles complètement asséché par le poison : c'est assez drôle. La chose qu'on pourrait dire, c'est que pourquoi le poison détruit sa fausse peau humaine et pas sa perruque !

Mais bon, passons sur ces détails, comme je le disais plus haut la réalisation n'est pas excellente. Lydia se retrouve donc accusée et se voit arrêtée pour le meurtre de Charles. Pour la résistance, vient le moment de changer d'endroit pour le QG, depuis la mort de Nathan Bates, Diana a donné l'ordre de prendre Los Angeles et elle y parvient. Le lieutenant James l'aidant dans sa tâche. Julie pendant ce temps porte secours à un vieil ami : Alan, joué par Terence Knox (Premiers Secours, Le Retour des Envahisseurs, The Road Home) et dont la femme Joanne, interprétée par Darleen Carr (Simon et Simon, Magnum, Drôles de Dames), va avoir un bébé. Mais coincés par le lieutenant James, Mike Donovan doit intervenir pour les aider et les prévenir qu'ils ont changé d'endroit pour le QG. Tout se terminera bien. Dans les petits détails à retenir, on peut apercevoir une petite figurine de Godzilla sur la table décorée où se trouve le repas pour le mariage de Diana et Charles. Sûrement pour faire un petit hommage à leur cousin japonais.

Dans la version française, lorsque Charles parle avec Lydia de son mariage avec Diana, il lui dit qu'elle se retrouvera en peu de temps 'mariée à un lézard...' : drôle de formulation pour un visiteur ! Il aurait dû dire qu'elle se retrouverait marié à l'un de ses congénères par exemple ! Pour le reste, il ne se passe vraiment pas grand-chose, si ce n'est que nous avons encore droit aux pouvoirs d'Elizabeth et les scènes de vie quotidienne des visiteurs, qui sont assez ridicules de mon point de vue, je le rabâche à nouveau. Deux choses étranges à noter qui je pense est pour une question de budget : lorsque Mike vient au secours de Kyle et Julie, il utilise une mitrailleuse classique plutôt que son pistolet laser habituel (il faut rappeler qu'il était un des rares résistants à utiliser une arme des visiteurs avec Julie), et l'autre est que lors du mariage beaucoup de visiteurs, y compris Diana et Charles sont sous leur apparence humaine.

Retour à l'index


14. LE CHAMPION
(THE CHAMPION)

Résumé :

Kyle et Mike font une livraison d'armes pour la résistance de Tucson, lorsqu'ils se font arrêter par une voiture de police. Ceux-ci exigent la moitié de la cargaison, Mike et Kyle tentent de s'enfuir mais se font rattraper, alors qu'ils sont en mauvaise posture, une jeune femme vient à leur secours. Elle se nomme Kathy Courtney et vit avec sa fille Jessie. Elle apprend à Mike et Kyle que le shérif qui les a attaqués est John Roland et qu'il est à la solde des visiteurs. Pendant ce temps, Lydia prisonnière et accusée du meurtre de Charles se retrouve jugée et condamnée à mort. Mais elle est sauvée par un nouvel inspecteur général : Philip le frère jumeau de Martin. Mike décide de rester avec Kathy et Jessie pour les aider à s'organiser contre Roland. James arrive et veut Donovan, mais celui-ci avec l'aide de Kyle arrive à leur résister et les mettre hors d'état de nuire.

Critique :

Très bon épisode qui se démarque assez des autres, grâce à l'histoire sentimentale entre Mike Donovan et Kathy, incarnée par la très jolie Deborah Wakeham (Jake 2.0, Le Rebelle, Cap Danger), et sa fille Jessie, interprétée par Sherri Stoner (Hooker, Côte Ouest, La Petite Maison dans la Prairie) qui, pour cette dernière, est devenue en plus d'être actrice une grande scénariste. La scène de fin où Jessie dit au revoir à Mike et qu'elle lui avoue qu'elle ne veut pas qu'il parte est très touchante, c'est un point fort de l'épisode. L'autre étant la bagarre entre le lieutenant James et Mike : il faut voir la raclée que James se prend ! C'est juste formidable, on a un Mike Donovan en grande forme.

À noter d'ailleurs qu'il a retrouvé son pistolet laser dans cet épisode, puisqu'il l'utilise contre la navette par laquelle il est poursuivi. À ce propos, on voit une réutilisation d'un stock shoot, et franchement le fait que la navette se crashe contre une montagne en ne faisant pas attention est tout de même un peu gros (et surtout usé !). On le sait que Mike Donovan est le héros de la série, et au bout de 14 épisodes, nous n'avons plus besoin de ce genre de scène pour le savoir. La réalisation bien que meilleure que l'épisode précédent, est parfois un peu défaillante et on peut tout de même voir quelques petits défauts comme par exemple un bout de micro à 6'18 de celui-ci en haut sur la gauche. Il se détache aussi des autres par le grand retour de l'acteur Frank Ashmore, non pas en tant que Martin mais sous le personnage de Philip son frère jumeau et plus haut gradé : inspecteur général qui le place au-dessus de Diana et Lydia. Acteur que j'aime beaucoup, personnellement, il dégage vraiment quelque chose de particulier.

Par contre dans les choses ridicules de l'épisode, on peut noter la chute de Willie juste pour la séquence d'utilisation de ses pouvoirs par Elizabeth, c'est juste mal amené et ridicule. Dans le même ordre d'idée, on peut aussi mettre en avant le combat de Lydia et Diana avec leur maquillage façon groupe de rock KISS ! C'est assez amusant à regarder, mais sans plus, là aussi : ridicule et ennuyeux au possible. Pour le reste, c'est du tout bon, il n'y a pas de temps mort, et ça s'enchaîne rapidement et de manière fluide. C'est bien dosé entre les moments d'action et les moments de repos. À noter qu'il y a un nouveau générique sans les acteurs qui sont désormais partis, et qui reprend un peu un ancien du début de la série.

Retour à l'index


15. LES COUGUARS
(THE WILDCATS)

Résumé :

Il y a une épidémie de diphtérie qui fait des ravages chez les humains. Julie, qui a besoin de pénicilline, décide de faire appel à un groupe de voyous nommé les Couguars. Malheureusement, l'opération se passe mal : les visiteurs les attendaient et au lieu d'avoir de la pénicilline, ils n'ont que du bicarbonate. Il y a un traître parmi les couguars. Julie demande alors à Mike Donovan de faire une livraison spéciale. Ils doivent trouver la taupe avant l'arrivée de Donovan. Pendant ce temps le procès de Diana et Lydia se poursuit, et elles arrivent à faire accuser Martha du meurtre de Charles.

Critique :

Un épisode encore assez moyen. Il ne se passe pas grand-chose, et il traîne assez en longueur. D'ailleurs il faut noter que cet épisode est celui où Marc Singer avec son rôle de Mike Donovan a le moins de temps de présence à l'écran. Donc cette fois-ci c'est surtout Kyle, Willie, Elizabeth et Julie qui sont à l'honneur plus les jeunes de la bande des couguars. Elle est composée de Tony Baker, incarné par J. J. Cohen (Retour Vers le Futur I à III, Histoires Fantastiques, Providence), de sa sœur Ellen, jouée par Rhonda Aldrich (Sequestered, Esprits Criminels, FBI – Portés Disparus), d'Andy qui est le traître de la bande et qui est interprété par Adam Silbar (Snoops, Des Jours et des Vies, Spencer) et de Bart, incarné par Reggie Johnson (Platoon, Campus Show, Private War). Ainsi que d'une autre jeune femme mais qui n'apparaît que 2 minutes à l'écran et est jouée par Cathy Wellman qui a eu une carrière aussi courte que son apparition dans cet épisode. Ces joyeux drilles vont aider Julie et Kyle pour avoir les médicaments dont elle a besoin et même la taupe finira par devenir un héros. D'ailleurs, on essaye de détourner les soupçons avec le passage où Bart est introuvable et arrive quelques instants plus tard, comme si il communiquait avec les visiteurs par exemple. Nous avons le droit à une petite romance entre Willie et la fille du groupe : Ellen, mais qui ne le prend pas très bien lorsqu'elle découvre qu'il est un lézard.

Cela donne l'occasion d'un péril, pour à nouveau avoir une scène avec les pouvoirs d'Elizabeth. Lydia et Diana s'en tire à bon compte pour leur procès et leur sentence, en faisant accuser la pauvre pharmacienne Marta, interprétée par Gela Nash (Rick Hunter, Capitaine Furillo, La Belle et la Bête) très jolie actrice brune qui dans cet épisode termine mal. La scène de fin de l'épisode où elle se réveille à côté du cadavre lézard de Charles assez décrépi est terrible. Néanmoins, ça ne relève pas le niveau de l'épisode, comme je le disais beaucoup trop de longueurs comme par exemple celle où les couguars découvrent que c'est Handy le traître. Où encore la scène où Elizabeth utilise ses pouvoirs pour projeter Tony contre le mur. Deux ou trois autres choses sont gênantes : comme toujours dans les séries américaines, ceux qui sont le moins armé sont ceux qui gagnent : lors de l'attaque des couguars pour les médicaments ou de l'embuscade un peu plus tard, ils n'ont que des mitraillettes mais gagnent facilement face à une armée de pistolets lasers et même de canon lasers : d'ailleurs si vous regardez bien attentivement, vous verrez que les armes au laser ne laissent aucun impact ! L'autre chose est la scène lorsque Willie vient aider Ellen, c'est quand même énorme et tiré par les cheveux. Bref, la série déclinait lentement mais sûrement et on sentait que la fin de celle-ci était proche, tant le sujet s'étirait un peu trop sur la durée. Dommage.

Retour à l'index


16. LE PARRAIN
(THE LITTLEST DRAGON)

Résumé :

Diana a tendu un piège à Mike Donovan, Willie et Kyle. Mais alors qu'ils s'approchent de l'objectif à détruire, celui-ci explose avant qu'ils ne soient dedans. Diana échoue une fois de plus, sur le vaisseau mère, un visiteur de la 5e colonne vole des cristaux, qui empêchent Diana d'activer un faisceau laser qui aurait pu tuer Mike et les autres. Le visiteur, nommé Robert, s'enfuit avec sa femme enceinte sur Terre et rejoint Mike et les autres pour qu'ils l'aident à accoucher. Philip les poursuit et veut tuer Donovan car Diana lui a dit qu'il était le meurtrier de son frère Martin. Diana charge Angela une tueuse de tuer Philip lorsqu'il affrontera Donovan et elle veut par la même occasion faire inculper Lydia pour cet assassinat. Mike sauve Philip d'Angela et deviennent amis. Le bébé est aussi sauvé.

Critique :

Un épisode auquel je mets 3 bottes, même si c'est un peu une resucée de l'épisode 13, mais côté visiteurs cette fois-ci pour la femme enceinte. C'est juste pour la relation d'amitié que Donovan retrouve avec Philip comme il l'était avec Martin. Cela fait chaud au cœur de les revoir amis. Évidemment cet épisode, n'est pas exempt de défauts, il y a encore beaucoup de longueurs, comme notamment l'attente dans le hangar lorsque Mike et le couple de visiteurs qui attendent leur bébé sont pris au piège par Philip et Angela, incarnée par Leslie Bevis (Les Feux de L'Amour, Arabesque, Star Trek : Deep Space Nine). C'est vraiment trop long et comme le dit Angela : il lui suffirait de faire raser le hangar pour que tout soit terminé. Alors le prétexte que Philip ne veut pas tuer le couple de la 5e colonne : Robert, joué par Brett Cullen (True Detective, Narcos, Person of Interest), et sa femme Glenda, interprétée par la très jolie Wendy Fulton (Côte Ouest, Nord et Sud, Bare Essence) vous la reconnaîtrez immédiatement elle est assez connue des séries US malgré sa courte carrière qui s'est terminée en 1991. C'est tout de même un peu abusé.

Dans les autres choses qui dérangent, nous avons encore une scène ridicule, alors qu'ils sont assiégés, Willie prend le temps d'aller à la chasse à la souris pour nourrir le nouveau né, le tout sur fond de musique guillerette, ils auraient réellement dû éviter ce genre de scène qui cassent tout le sérieux de leur situation désespérée. L'autre chose est qu'encore une fois dans cet épisode, on comprend vraiment que Mike Donovan est le super-héros de service : Kyle se fait ratatiner à un moment donné, et c'est Mike, qui seul contre tous arrive à résister à une armée de lézards avec des fusils lasers et des canons lasers. À force ça devient vraiment très gros, non seulement ça, mais il sauve également Philip pratiquement. Ceci étant dit, le reste se déroule assez lentement. Mention spéciale pour le petit mannequin articulé du petit bébé lézard, et spécialement à la fin, lorsqu'il est dans son bain d'huile de vidange et de gros sel, et que ses petites mains pataugent sur le liquide : c'est assez bien fait, tout comme les tirs des lasers, mais malheureusement là encore, aucun impact n'est crée sur les objets touchés par ceux-ci. Contrairement aux armes conventionnelles, qui elles, laissent des trous dans les objets. Il devrait y avoir une trace de brûlure sur l'objet touché par le laser. Autre chose, lorsque Philip utilise sa lentille pour suivre la trace de Robert et sa femme, on voit des traces de sang au sol : or, ils n'ont perdu aucune goutte de sang. C'est des petits détails, mais ce serait bien s’ils avaient été soignés. Bon épisode pour l'amitié retrouvée entre Donovan et Philip, mais pas exceptionnel non plus. À noter, c'est le premier épisode de la série où Faye Grant n'est pas là.

Retour à l'index


17. DURE BATAILLE
(WAR OF ILLUSION)

Résumé :

Philip avertit Mike et Kyle que les visiteurs mettent au point une nouvelle arme qui va anéantir une partie du pays et mettra fin à la résistance. Pour cela, ils vont utiliser un super ordinateur pour la coordonner. Philip va leur avoir une copie de la carte mère de l'ordinateur, mais il leur faut un informaticien pour pirater l'ordinateur des visiteurs. Kyle connaît quelqu'un : un certain Atkins. Mais ce dernier est arrêté car son fils piratait justement l'ordinateur du vaisseau mère. Mike et Kyle doivent persuader le fils d'Atkins, Henry, de les aider à stopper l'attaque prévue par les visiteurs. Henry réussit, et Philip libère le père d'Henry.

Critique :

Un épisode vraiment étrange par son montage assez incohérent et chaotique. Tout d'abord, plutôt que de voir une armada de vaisseaux pour l'attaque massive des visiteurs, on fait dans l'économie de budget, et ce sont des petits points sur un ordinateur que nous verrons à la place à l'écran. Avec quelques réutilisations de stock shoots d'attaques de navettes des visiteurs pour parfaire le tout. Qui dit ordinateur dit spécialiste de l'informatique pour pirater les ordinateurs des visiteurs et annuler l'attaque ! Pour cela, Kyle pense à un de ses anciens professeurs, un certain Atkins, incarné par Conrad Janis (Frasier, Arabesque, Mork & Mindy), malheureusement celui-ci est capturé par les visiteurs, et ensuite c'est son fils Henry, joué par Josh Richman (21 Jump Street, La 5e Dimension, Pacific Blue), qui est en fait le nouveau génie de l'informatique. Notons que c'est le second épisode où Faye Grant est absente de la série, vous ne verrez donc pas encore Julie Parrish dans celui-ci. Par contre, nous avons le retour d'Elizabeth pour les séquences utilisation de ses pouvoirs. Elle remet l'électricité désormais, et fait monter les ascenseurs !

Philip est désormais entièrement dans le camp des résistants et c'est grâce à lui que la résistance a les plans de l'attaque massive. Comme je le disais, le montage est perfectible, nous avons des scènes répétées (notamment celle de devant le magasin des Atkins), une scène tirée de la mini-série : la bataille finale lorsque l'on voit les avions en pensant que la résistance va utiliser les aéroports pour diffuser la toxine avec des avions et qu'en fait ce sont des ballons. Nous avons donc cette scène en plein milieu de l'épisode sans réellement comprendre ce qu'elle vient faire là. Et à la fin de l'épisode nous avons un stock shoot réutilisé de la sempiternelle navette qui s'écrase sur la montagne, avec le pilote qui est surpris. Ainsi que d'autres stock shoots utilisés bizarrement (lorsque James demande d'inspecter la camionnette rouge par exemple). Et sinon, justement, le lieutenant James se fait encore rouler plusieurs fois dans cet épisode, et on le sent moins sûr de lui que les épisodes précédents. Bref, rien de vraiment exceptionnel.

Retour à l'index


18. LE VOLCAN
(THE SECRET UNDERGROUND)

Résumé :

Des résistants arrêtés arrivent sur le vaisseau mère, le lieutenant James confie la liste des leaders de la résistance à un soldat pour préparer leur arrestation. Mais des membres de la 5e colonne assistent à la scène et l'un d'eux vole la disquette contenant la liste, malheureusement il se fait voir et il est blessé. Avant de mourir, il cache la disquette dans une sculpture représentant un volcan. Philip est averti, et préviens Mike et la résistance. Mike et Julie se rendent alors sur le vaisseau mère pour y chercher la liste, à bord Julie retrouve son premier amour de jeunesse que les visiteurs forcent à travailler sur un virus pouvant détruire les humains. Julie et Mike récupèrent la liste, détruisent les virus et parviennent à s'échapper du vaisseau mère.

Critique :

Un autre épisode encore bien étrange. Dans celui-ci, nous apprenons donc, officiellement, que Mike et Julie ne sont plus ensemble ! En effet, lorsque le docteur Maitland, interprété par John Calvin (Black Tie Affair, Simon et Simon, Matlock) acteur bien connu des séries US, demande à Julie si elle et Mike sont amoureux, elle répond que c'est juste un ami ! Donc, ça c'est fait ! Par contre je mets 3 étoiles pour le coup des faux Mike Donvan et Julie Parrish avec l'histoire des masques sur le vaisseau-mère, c'est trop bien mené et amené ! Surtout lorsqu'ils recollent les masques sur des lézards et que Diana a l'impression de devenir dingue ! Sinon, nous faisons la connaissance du frère de Lydia, Nigel incarné par Ken Olandt (Esprits Criminels, Le Rebelle, Super Force) très connu pour son rôle de Dooley dans la série Riptide. Et donc on nous ressort un amour de jeunesse de Julie totalement inconnu au bataillon dans la première mini-série ! Rappelons qu'elle était avec quelqu'un d'autre, avant de tomber amoureuse de Mike Donovan. Et là, hop, c'est à nouveau Mailtland qui est l'objet de son cœur. Elle est même prête à quitter la résistance à la fin pour le suivre, mais c'est lui qui lui conseille de rester avec la résistance jusqu'à la fin de la guerre.

Nous faisons également un peu plus connaissance avec le personnage d'Oswald, joué par Peter Elbling (It's A Living, Magnum, Les Deux Font la Paire), qui a un personnage cocasse et qui amène des situations amusantes ! Il n'y a qu'à voir les regards de Diana et Lydia lorsqu'elles parlent avec lui de son art des expériences qu'il pratique sur les humains. La situation de Philip est de plus en plus en danger, Diana l'accuse clairement d'être un membre de la 5e colonne, il trouve fort heureusement un allié inattendu en la personne de Lydia qui montre enfin des sentiments en tentant par tous les moyens de sauver son frère de la mort. Ce qu'elle réussira à faire. Dans cet épisode, c'est donc Julie qui revient sur le devant de la scène avec Mike. Elizabeth, Willie et Kyle sont mis de côté. En tous cas, je ne sais pas si c'est une impression personnelle, mais avec cet épisode, on sentait que la fin de la série approchait. Bon épisode pour le quiproquo avec les masques de Julie et Mike, le reste c'est du classique !

Retour à l'index


19. LE RETOUR
(THE RETURN)

Résumé :

Mike, Kyle, Elizabeth, Willie et Julie sont poursuivis par le lieutenant James et vont être pris au piège, lorsque soudain, une voix venant du vaisseau mère, ordonne à tous les visiteurs de cesser les hostilités et de revenir sur le vaisseau mère. Le leader des visiteurs veut cesser la guerre et va venir en personne sur Terre pour négocier les conditions de la paix. Il prend directement contact avec Elizabeth qui se rend à bord du vaisseau mère avec ses amis. Mais Diana compte bien saboter la trêve pour que la guerre continue. James et Diana font plusieurs tentatives sans succès, et le dernier échec de Diana la trahie. Alors qu'elle cherche à s'enfuir et faire exploser le vaisseau mère, le leader aide Mike et ses amis via Elizabeth et Diana est enfin arrêtée avec James.

Critique :

Et bien voilà, enfin la série V se termine, il faut le dire : elle aurait dû se terminer beaucoup plus tôt. Elle a traîné en longueur inutilement ce qui fait que NBC déboursa une somme folle pour un succès qui ne fut pas au rendez-vous. De ce fait, la série se termine en queue de poisson avec cet épisode 19 : en effet, NBC annula le show qui devenait beaucoup trop cher à produire ! Drôle de décision lorsque l'on sait que l'épisode 20 qui lui concluait la série était déjà écrit mais ne fut jamais tourné ! Nous restons donc sur une fin bizarre : le leader des visiteurs est en contact avec l'enfant stellaire, et Philip a œuvré pour qu'une paix durable s'installe entre humains et visiteurs, mais Diana ne l'entend pas de cette oreille, et avec son homme de paille : le lieutenant James, elle compte bien saboter cette action, allant même jusqu'à s'attaquer à leur propre leader. Leader que l'on ne voit pas d'ailleurs, nous ne voyons qu'une simple lumière dans la navette dans laquelle monte Elizabeth. Et qui semble posséder d'étranges pouvoirs lui aussi.

Diana y a placé une bombe, et Kyle part avec eux : ça se termine comme ça, on ne sait pas ce qui va se passer après. C'est le moment des retrouvailles pour tous, et notamment Willie avec sa fiancée Thelma, jouée par la jolie Marilyn Jones (Arabesque, King's Crossing, Le Juge et le Pilote), et qui veut absolument épouser Willie qui ne semble plus sûr de lui. Bizarre, lorsque dans les épisodes précédents il se plaignait d'être seul. Mais au final, il acceptera à condition de vivre sur Terre. Howard Smith n'apparaissait plus depuis pas mal d'épisodes dans antenne liberté, là c'est Tawny Schneider, interprétée par Tawny Little (Malcolm & Eddie, Superminds, Ralph Super Héros), qui présente cette fois-ci le bulletin de la résistance lorsque les vaisseaux des visiteurs s'en vont, on regrettera juste la réutilisation d'un stock shoot des mini-séries, pour montrer la liesse des gens. Elizabeth change totalement de personnalité dès qu'elle entre en contact avec le leader, elle devient très froide, presque inhumaine, même envers Kyle, à son grand désarroi. C'est pourtant Elizabeth qui avait avoué à Kyle qu'elle était amoureuse de lui. Elle est la clé de voûte de la paix, puisqu'elle est l'être qui fait le lien entre les visiteurs et les humains. À noter d'ailleurs, qu'avec la paix : les visiteurs ne rendent même pas son fils à Mike Donovan, lui qui n'a pas arrêté de le chercher pendant toute la série.

Nous sommes sur un épisode qui ne conclut rien. Néanmoins, l'épisode est rythmé, on se serait passé du combat d'épées atomiques qui est de trop à mon goût, pour le reste c'est pas mal du tout. La série s'acheva donc en ce mois de mars 1985, et il faudra attendre 24 ans avant de revoir V sur les écrans de télévision avec la nouvelle série de 2009, où Jane Badler reprendra son rôle de Diana, mais l'histoire sera totalement changée par rapport à la série originale. Kenneth Johnson ne travaillant pas sur celle-ci non plus. Une série qui au final aurait pu être bien meilleure vu le budget alloué, et qui n'aurait pas du durer sur 19 épisodes, 10 ou 12 tout au plus auraient largement suffi.

Retour à l'index