Guide des épisodesSaison 1

Super Jaimie

Présentation 


 

A PARTAGER! LES GÉNÉRIQUES CULTES DE SÉRIES TV - Super Jaimie (Saison 1)Fan de Super Jaimie ? Retrouvez le guide des épisodes de Super Jaimie par Estuaire44 sur Le Monde des Avengers: http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/annees-1970/super-jaimie-1976-1978 Rejoignez la discussion autour de Super Jaimie sur notre forum: http://avengers.easyforumpro.com/t4417p150-serie-super-jaimie-bionic-woman

Posted by Le Monde des Avengers on Friday, October 30, 2015

Jaimie Sommers, ancienne joueuse de tennis professionnelle, s’est reconvertie comme institutrice sur la base de Ventura, de l’US Air Force, en Californie. Sa classe reçoit les enfants du personnel, à la satisfaction générale, même si Jaimie s’absente parfois pour quelques jours. Elle a en effet un secret. Elle fut l’amour de jeunesse du Colonel Steve Austin, l’Homme bionique, dont les parents l’accueillirent comme pupille à l’âge de 16 ans. Quand elle est grièvement blessée dans un accident de parachute, Steve demande à Oscar Goldman, chef de l’OSI (Office of Scientific Intelligence), de la faire bénéficier du traitement qu’il subit jadis : le remplacement de ses membres détruits par des prothèses électroniques. Grâce au Dr. Rudy Wells, Jaimie est désormais dotée de jambes et d’un bras droit bioniques, qui lui confère une force et une rapidité bien supérieures aux normes humaines. Son tympan droit, également remplacé, lui vaut une ouïe surpuissante. La Femme bionique devient ainsi le deuxième agent d’élite de l’OSI, veillant à ce que les secrets technologiques américains ne tombent pas aux mains de puissances hostiles, mais aussi intervenant à l’étranger si nécessaire. 

 honey pres 1

Super Jaimie (1976-1978), fut une des productions  des années 70 connaissant le plus d’impact, à l’instar de sa série  mère L’Homme qui valait trois milliards (1974-1978). Rares sont les jeunes spectateurs d’alors à n’avoir pas imité les mouvements et bruits caractéristiques des deux héros bioniques. Et pourtant le lancement du programme ne fut pas chose aisée, donnant lieu à une histoire  particulièrement évocatrice des aléas de l’écriture télévisuelle. Après des débuts prometteurs la deuxième saison de L’Homme qui valait trois milliards (ABC), connut un net fléchissement d’audience durant la saison 1974-1975, notamment du fait de la concurrence de l’important succès de NBC que représenta la sitcom Chico and the Man, sur NBC. ABC envisagea un temps de stopper le programme, mais, manquant de projets de substitution, opta finalement pour une relance, via un budget accru mais aussi le recrutement de nouveaux auteurs. 

honey pres 2

Ceux-ci devaient notamment humaniser Steve Austin, qui se limitait trop à ses pouvoirs et à sa stature d’héros d’action. Le jeune talent Kenneth Johnson (plus tard showrunner de L’incroyable Hulk et de V) parvint à convaincre les producteurs d’adjoindre à Austin une compagne également bionique, même si Jaimie n’avait jamais été évoquée jusqu’ici. Le script de Johnson fut jugé si riche et si ambitieux qu’un double épisode lui fut dédié, prenant place vers la fin de cette deuxième saison. Toutefois l’histoire n’était pas censée connaître de suite, car, pour le diffuseur, Steve Austin, un temps présenté comme un simili James Bond, ne pouvait devenir  ni un homme marié, ni, à fortiori, un père de famille. Aussi une issue dramatique et définitive fut-elle décidée, la mort de Jaimie, malgré un Kenneth Johnson qui préférait conserver l’issue ouverte d’un coma.

honey pres 4

Lindsay Wagner fut retenue pour le rôle, cet ancien mannequin étant sous contrat  avec les studios Universal, qui réalisaient la série. Elle était ainsi apparue dans des productions telles Marcus Welby ou Night Gallery, de Rod Serling, et venait de se faire remarquer dans le pilote de Deux cent dollars plus les frais. Le double épisode The Bionic Woman (mars 1975) dépassa toutes les espérances, le public étant notamment conquis par le charme et la bouleversante prestation de l’actrice. Mais une conséquence inattendue en fut la colère des téléspectateurs, qui inondèrent ABC de lettres de protestation (plus de 200 000 au total) contre la mort de Jaimie, allant jusqu’à réclamer sa réapparition. A Johnson échut la délicate mission d’imaginer l’un des retours les plus improbables de l’histoire télévisuelle, sans amie sorcière ou ange gardien pour assurer une résurrection.

honey pres 5

Les circonvolutions nécessaires (coma il y eut, mais caché à Steve pour ne pas susciter une espérance pouvant être déçue, tandis qu’un problème de mémoire chez Jaimie empêchait le couple de se reformer !) ne constituèrent d’ailleurs pas l’unique difficulté de l’entreprise. En effet Lindsay Wagner se retrouvait désormais libre de tout contrat, les décideurs n’ayant décidément rien anticipé. S’en suivit une renégociation, transformée en un épique duel par son nouvel agent, Ron Samuels, qui devait épouser en 1977 une autre cliente, Lynda Carter / Wonder Woman. Il obtint un cachet de 25 000 dollars pour un seul doublé épisode, une fortune pour l’époque et pour une actrice encore récemment peu connue. Les autres comédiennes brièvement envisagées par ABC (Stefanie Powers, Sally Field) ne tinrent pas face à l’évidence du choix du public. 

honey pres 6

Il fallut également composer avec l’ego de Lee Majors (Steve Austin), peu enjoué d’avoir à partager l’affiche, même si les deux comédiens finir par sympathiser. The Return of the Bionic Woman (septembre 1975) ouvrit en fanfare la troisième saison de L’Homme qui valait trois milliards et connut le succès tant espéré par le diffuseur et les studios, écrasant notamment The Cher Show, de CBS. Dès lors la route était évidemment ouverte pour une série Bionic Woman, Il était plus porteur pour ABC de développer deux séries bioniques au lieu d’une seule, où, de plus, une vie de couple aurait été contradictoire avec des récits d’aventures.

Il fallut néanmoins convaincre Lindsay Wagner, qui souhaitait s’orienter vers le cinéma, tandis que  Ron Samuels négociait un pont d’or. Kenneth Johnson fut promu showrunner du nouveau programme et sut s’entourer de grands talents Le succès dut aussi beaucoup à une vision, partagée avec Lindsay Wagner, d’éléments de Science-fiction n’occupant pas le cœur du récit, au profit du portrait d’une Jaimie demeurant une femme avant d’être une super héroïne. Super Jaimie fait la part belle à la psychologie de son héroïne et comporte moins de violence que L’Homme qui valait trois milliards, qui demeure avant tout une série d’action. Jaimie n’exercera que rarement sa puissance bionique directement contre un adversaire humain, et ne tuera jamais personne, contrairement à Steve Austin. Un plus grande place est également accordée à l’humour.

jaimie pres 7

Johnson  a également veillé, autant que possible, à ce qu’il n’y ait pas de surenchère autour des pouvoirs de Jaimie, aux limitations le plus souvent explicites. Les valeurs positives portées par le personnage trouvèrent un écho auprès d’un public troublé par la période tourmentée traversée par les Etats-Unis (contestations, Viêt-Nam, Watergate…), tout en retrouvant l’entrain des séries d’aventures des 60’s. Un relationnel fort s’instaura entre la protagoniste et son supérieur Oscar Goldman (et le Dr Rudy Wells), tout en complicité et sans paternalisme. Jaimie demeure une femme forte et indépendante, aux accomplissements jamais inférieurs à ceux de Steve. Un système de cross-overs très porteur se mit en place entre Jaime et Steve, tout comme plus tard entre Buffy et Angel ou Hercule et Xena.

Une deuxième saison suivit, ABC réalisant d’excellentes audiences mais aussi de fortes ventes de produits dérivés, les personnages bioniques se prêtant excellemment à toute une gamme de jouets les plus divers. Lindsay Wagner, rayonnante dans un rôle dont elle partage nombre de valeurs identifiantes, y compris le rapport à l’enfance, la vie saine  ou la cause animalière, remporta en 1977 l’Emmy Award de la meilleure actrice dans une série télévisée dramatique. C’était alors la première fois qu’un artiste dans une production de Science-fiction se voyait ainsi récompensé, il faudra attendre 1997  pour que cela se reproduise, avec Gillian Anderson et les X-Files. Lindsay Wagner sera également proposée deux fois aux Golden Globes, en 1977 et 1978.

 

jaimie pres 8

La série connaît un grand succès à l’étranger, notamment en Grande Bretagne, où sa popularité dépasse celle de sa série mère. Toutefois la production connaît des tensions grandissantes durant cette deuxième saison. Les rapports se tendent entre Johnson et Lindsay Wagner, mais aussi avec son entourage. Le tournage avec enfants connaît des contraintes ralentissant et rendant plus onéreux les tournages, d’où un abandon progressif  de la dimension d’enseignante de Jaimie. Kenneth Johnson est également lassé de son rôle de producteur, aspirant à se recentrer sur l’écriture. Egalement contrarié par les épisodes relevant de la pure Science-fiction imposés par la chaîne au cours de la période, il annonce son départ au début de la nouvelle saison.

jaimie pres 9

Estimant que la série est parvenue à son pic et ne peut désormais que décliner, ABC décide de ne pas renouveler The Bionic Woman. NBC saute sur l’occasion et un accord est trouvé pour qu’elle produise une troisième saison, toutefois les cross-overs avec Steve ne sont désormais plus possibles (même si Oscar et Rudy apparaissent toujours), ce qui pénalise la série. Les scénarios convainquent moins, tandis que NBC estime judicieux de trouver un petit ami à Jaimie, qui ne sera jamais accepté par le public. En 1978 la série achève son parcours à l’issue de cette troisième saison, bénéficiant d’un véritable épisode de fin, contrairement à L’Homme qui valait trois milliards, conclu simultanément. Par la suite, trois téléfilms, diffusés durant les années 80 et 90, permettront à Jaimie et à Steve de se retrouver, puis de conclure la saga par un heureux mariage sous l’œil attendri d’Oscar.  En 2007, la série Bionic Woman (et non The Bionic Woman) tente de relancer la franchise. Mais elle ne trouve pas son public, malgré l’excellente Michelle Ryan, sans doute du fait d’une tonalité bien trop sombre et violente, plus proche d’une Nikita.

jaimie pres 10 

Super Jaimie se regarde toujours avec plaisir de nos jours, au-delà d’une nostalgie certes présente au rendez-vous. Les effets spéciaux ont pris de l’âge, mais leur simplicité et leur astuce séduit en cette époque d’images générées par ordinateur, omniprésentes et banalisées. Quoiqu’avant tout familiale, la série développe une tonalité féministe, diffuse mais bien présente. Jaimie est considérée et employée par l’OSI comme une agente d’élite à part entière, au même titre que Steve, sa féminité n’est jamais un handicap ou une limitation. Les aventures se montrent souvent entrainantes et pleines d’humour, avec un agréable cachet 70’s. L’ensoleillée et heureuse Californie d’alors convient idéalement à la radieuse Jaimie Sommers. L’éclat de la sublime et talentueuse Lindsay Wagner compose un atout clef du programme, près de quarante plus tard elle demeure d’ailleurs l’une des actrices les plus marquantes de la télévision américaine. 

Retour à l'index

Toucher le fond… (Broken - Part 1)