Présentation

Saga Star Trek au Cinéma

2 - Films issus de Star Trek : La Nouvelle Génération

 


1. STAR TREK : GÉNÉRATIONS
(STAR TREK: GENERATIONS)

2293, le nouveau vaisseau Enterprise B est inauguré sous l'égide de 3 légendes : le capitaine Kirk, Checkov et Scott. Le vol de rôdage commence sous le commandement du capitaine Harriman. Mais alors que le vol se déroule, l'Enterprise B capte un signal de détresse : du vaisseau Lakul, de la fédération qui est pris dans un rubans d'énergie. L'Enterprise B étant le seul vaisseau à proximité, se rend sur les lieux, l'un des deux vaisseaux est détruit, mais le Lakul reste encore un peu de temps en état. L'Enterprise B a juste le temps de transporter 42 personnes à son bord, avant d'être à son tour pris dans le champs d'énergie, Scotty a une solution et Kirk se rend à la machinerie de l'Enterprise B pour la mettre en pratique. L'Enterprise B sort du rubans d'énergie, mais un flux touche l'Enterprise de plein fouet : Kirk a disparu. Parmi les personnes sauvées, il y a une certaine Guinan et Tolian Soran.

Plus tard, en 2371, l'équipe du vaisseau Enterprise NCC 1701 D, est en permission dans le holodeck, lorsque le capitaine Picard reçoit un appel. Juste après, un appel de détresse de la base-laboratoire Amargosa qui est attaquée parvient à l'Enterprise. Téléportés sur la base, Riker et son équipe ne trouvent qu'un seul survivant : Tolian Soran. Visiblement les agresseurs cherchaient du trilitium, Jordi et Data sont envoyés à leur tour seuls sur la base pour enquêter : ils découvrent un compartiment secret avec une sonde étrange, mais Soran les rejoint et attaque Jordi : Data est incapable de réagir à cause de sa nouvelle puce d'émotivité qui l'a surchargé. Picard vient d'apprendre qu'il a perdu sa famille et tandis qu'il le raconte au conseiller Troi, une explosion a lieu. L'étoile Amargosa vient d'exploser, à cause d'une sonde envoyée par Soran depuis la base, puis, il s'enfuit avec Jordi sur un oiseau de proie Klingon. L'Enterprise D a juste le temps de récupérer ses hommes et de s'en aller. Il a eu l'aide de vieilles ennemis de Picard : B'Etor et Lursa. 

Grâce à Guinan, Picard sait ce que Soran prépare : il veut rejoindre le Nexus, le ruban d'énergie qui a tué Kirk, et il a incliné sa course pour qu'il passe sur une planète : Veridian III, mais pour cela il doit détruire un autre astre qui tuera 230 millions d'êtres vivants du système. Picard se lance à la poursuite de Soran. Mais il ne parvient pas à l'arrêter, au même moment l'Enterprise D est attaqué par Lursa qui grâce à Soran réussi à l'endommager gravement, le vaisseau se crache. Soran fait exploser le soleil et se retrouve dans le Nexus ainsi que Picard. Picard cherche un moyen de stopper Soran, il peut aller où il veut et quand il veut, mais a besoin d'aide, et il va en trouver en la personne de... Capitaine James T. Kirk !

Pris lui aussi dans le Nexus. Mais Kirk n'est pas décidé à aider Picard, jusqu'à ce qu'il comprenne que tout n'est qu'illusion dans le Nexus. Kirk repart avec Picard à l'instant où Soran prépare son plan pour faire venir le Nexus à lui et l'aide à stopper Soran avant qu'il ne lance sa sonde sur l'astre, malheureusement Kirk y laisse sa vie. Picard est le seul à rendre hommage à la légende qu'était le capitaine Kirk. Tandis que l'Enterprise D qui s'est craché sur la planète : sera, lui, irréparable. Les survivants sont récupérés et repartent pour la Terre.

Alors j'ai mis 4 melons car j'ai un parti pris : j'adore ce film. Il est pour moi le meilleur de la franchise, malgré ce qu'en disent les fans et les critiques qu'il a reçu. Alors certes, la « ficelle » du ruban temporel pour réunir Picard et Kirk est un peu grosse et facile (mais déjà exploitée plusieurs fois dans la franchise de Star-Trek que ce soit la série de 1966 ou les films précédents), mais ça passe. Guinan venant renforcer le lien pour le passage de relais. Tout dans ce film est excellent je trouve et d'une justesse sans faille. Alors il y a peut-être la scène d'émotion de Picard lorsqu'il a appris la mort de son frère qui est un peu « too much » mais le reste est parfait. On retrouve un Kirk bagarreur comme dans la série Classic, la scène du crash de l'Enterprise D est tout simplement impressionnante de réalisme, et la scène de réunion de Data et de son chat à la fin est tout simplement poignante à souhait. 

On a un petit déchirement au cœur en voyant mourir Kirk car on sait que cette fois-ci, c'est bien terminé, on ne reverra plus l'équipe de Classic sur les écrans (du moins en film). La fin de Kirk est peut-être un peu minable, mais il avait dit dans le film 5, qu'il savait qu'il mourrait seul. Le relais est donc passé, et c'est désormais l'équipe de Next Generation qui continuera la suite des aventures de l'Enterprise. Il est à noter également que la bande son réalisée par Dennis McCarthy est tout simplement époustouflante. Un film empreint de beaucoup d'émotions.

Retour à l'index


2. STAR TREK : PREMIER CONTACT
(STAR TREK: FIRST CONTACT)

2373, à bord de l'Enterprise NCC 1701 E flambant neuf, Picard rêve encore à son séjour chez les Borgs en tant que locutus. Justement, Picard reçoit un appel de Starfleet : les Borgs font encore parler d'eux. Ils se dirigent vers la terre pour la conquérir : le jour qu'ils craignaient est arrivé, mais l'Enterprise E ne doit pas intervenir : Starfleet n'a pas confiance en Picard qui fut assimilé. Mais ce dernier prend l'initiative de participer à la bataille et détruit avec la flotte le cube Borg, une capsule de sauvetage s'enfuit en remontant le temps jusqu'en 2063.

Picard les suit, les Borg veulent empêcher le 1er contact de Zefram Cochrane avec les Vulcains. Ils bombardent le lieu où se trouve Cochrane avec son vaisseau expérimental, mais heureusement l'Enterprise intervient à temps et Picard envoi Jordi et des techniciens pour remettre l'engin qui doit atteindre la vitesse exponentielle en état de marche. Tandis qu'on recherche Cochrane sur Terre, très vite on se rend compte que L'Enterprise est contaminé par les Borgs, Picard remonte à bord avec Data pour les affronter.

La chasse aux Borgs commence, et ils s'emparent de plus en plus de l'Enterprise, Picard essaye sans succès d'atteindre la salle des machines, et Data se fait enlever par les Borgs. Picard tombe sur Lily, une amie de Cochrane qui était soignée à bord de l'Enterprise et qui s'est enfui dans le vaisseau, et ils regagnent tant bien que mal la passerelle. L'Enteprise est de plus en plus assimilée par les Borgs.

Ils tentent de mettre en place une antenne de communication à l'extérieur de l'Enterprise via son déflecteur pour appeler des renforts dans ce siècle, heureusement Picard et Worf les stoppent à temps. Data est de plus en plus tenté par la Reine Borg de se joindre à eux et de trahir son capitaine, tandis que sur Terre Jordi et Riker font tout pour que Cochrane parte avec son vaisseau pour avoir le 1er contact avec les vulcains. Il ne reste qu'une seule solution pour l'Enterprise E : l'auto-destruction, mais alors qu'il va évacuer, Picard perçoit un appel mental de Data. Celui-ci fait semblant d'avoir trahi Picard et de détruire le vaisseau de Cochrane, mais en fait il tue la Reine Borg. Le vol de Cochrane est réussi, et les Borgs sont anéantis. Le 1er contact avec les Vulcains a lieu, et Picard et son équipe peuvent regagner leur siècle.

Après la fin des films de la série Classic, il n'était pas aisé pour l'équipe de Next Generation de prendre la relève, malgré l'excellent film précédent « Generations » qui montrait le passage de relais. Néanmoins avec « 1er Contact » elle le fait avec brio. Alors que le film précédent était plein d'émotion, ici c'est résolument l'action qui prime sur tout le reste. On voit un Picard furieux et combatif contre leur ennemi de toujours : les Borgs ! Il y a d'ailleurs des références à l'épisode de Next Generation en deux parties de la série : « Le Meilleur des Deux Mondes » où Picard fut assimilé. Qui n'est autre que les ennemis préférés des fans. L'Enterprise E est splendide et rivalise sans aucun problème avec l'Enterprise Refeat de Classique pour la beauté visuelle. Seul le personnage de Zefram Cochrane semble différent par rapport à l'image qu'on avait eu de lui dans l'épisode de la série classique « Guerre, Amour et Compagnon ». On retrouve Jerry Goldsmith à nouveau aux musiques aidé par son fils, la bande-son est très belle. 

Ce film est aussi important pour un point : la série Enterprise se situe peu après ce film dans la chronologie de Star-Trek. Le générique utilise d'ailleurs l'image du vaisseau de Cochrane, et il y a un épisode qui constitue la pierre angulaire pour les Borgs. Archer tombe sur des Borgs rescapés du crash de leur capsule dans l'épisode d'Enterprise « Une découverte Dangereuse » ils ont été retrouvés par des scientifiques et réactivés. C'est à ce moment que les Borgs envoie le signal qui fera que Picard devra les affronter au 24e siècle. Excellent film donc, qui au final nous fait passer à Next Generation en oubliant Classic : et c'est un véritable tour de force. Il est à noter également un petit détail : l'équipe de Next-Generation porte une nouvelle version de leur costume, qu'ils garderont jusqu'au dernier film.

Retour à l'index


3. STAR TREK : INSURRECTION
(STAR TREK: INSURRECTION)

2373, secteur 4.4.1 dans un village sous observation de la fédération qui fait alliance avec les Son'a : un incident éclate, alors que les membres de Starfleet sont en train d'observer le village des Ba'ku de façon invisible. Data est visiblement victime d'un mauvais fonctionnement et de par ce fait en rendant les observateurs visibles aux Ba'ku, viole la première directive. Sur l'Enterprise E, Picard est appelé par l'amiral Dougherty pour se faire envoyer les schémas de data qui ne répond plus aux ordres de la fédération.

Contrairement aux ordres reçus, Picard se rend dans le secteur 4.4.1 pour capturer lui-même Data. Après une poursuite épique en Navette, Data est maîtrisé, et Picard avec un détachement se rend sur la planète des Ba'ku pour délivrer les membres de la fédération soi-disant prisonniers de ceux-ci. En fait, Picard constate que le peuple Ba'ku est aussi évolué qu'eux et sont pacifistes. Avec l'aide de Data remis en état, Picard et son équipage enquêtent sur le sol des Ba'ku et découvrent un gigantesque vaisseau caché, rendu invisible aux yeux des habitants de la planète. Celui-ci contient dans son antre, une réplique du village des Ba'ku en hologramme. Mais très vite ils sont attaqués par un Son'a. Picard découvre alors le secret de la planète où se trouvent les Ba'ku : ses anneaux, par des radiations fait rajeunir tous ceux qui la peuple. La fédération et les Son'a sont donc partenaires pour reproduire le phénomène à grande échelle : les Son'a ont la technologie, et la fédération, la planète. Mais celle-ci deviendra inhabitable et les Ba'ku doivent donc être déportés ailleurs. Ru'afo le chef des Son'a donne un ultimatum à Picard pour relâcher ses hommes récupérés sur la planète et quitter le secteur 4.4.1.

Picard prend alors sur lui de protéger les Ba'ku et envoi Riker avec l'Enterprise avertir la fédération pour qu'il annule l'opération. L'Enterprise est attaqué par les Son'a, mais arrive à s'en sortir. Mais sur la planète, Picard et Anij la chef des Ba'ku sont capturés par les Son'a. Mais Picard a fait une découverte, les Son'a et les Ba'ku ne sont qu'une seule et unique race. Les Son'a voulaient conquérir leur planète d'origine par la force et les Ba'ku ont gagné et les ont exilés. Ru'afo est revenu pour se venger, il lance l'injecteur qui va détruire la planète, mais un Son'a aide Picard à s'évader et créer un hologramme pour Ru'afo tandis qu'il va sur la passerelle de l'injecteur pour le désactiver. Une bataille s'engage avec Ru'afo qui a découvert la supercherie de l'hologramme et est allé sur l'injecteur pour l'activer manuellement. Mais Picard réussit à détruire l'injecteur et l'Enterprise le téléporte avant la destruction dans laquelle meurt Ru'afo. Le village et les Ba'ku sont sauvés.

Deuxième film réalisé par Jonathan Frakes (Riker dans la série Next Generation), puisqu'il avait déjà réalisé le précédent : « 1er Contact ». Néanmoins, celui-ci est bien moins bon que « 1er Contact » : à des années lumières même. Si l'histoire en elle-même peut encore tenir : celle de la fontaine de jouvence, le film est je trouve très brouillon et on a du mal à comprendre les tenants et les aboutissants. 

Seuls les effets spéciaux tirent leur épingle du jeu : à noter d'ailleurs que c'est le premier Star-Trek en film à ne plus utiliser de maquette pour l'Enterprise mais de l'image de synthèse totale. Sinon une petite mention spéciale pour l'acteur qui joue Sojef : Daniel Hugh Kelly, surtout connu pour son rôle de Mark McCormick dans la série tv « Le Juge et le Pilote » (« Hardcastle and McCormick » en vo) et qui n'a pas pris une ride ici pratiquement ! Par contre âmes sensibles s'abstenir pour les scènes d'étirement de la peau des Son'a et pour la mort de l'amiral  Dougherty !

Retour à l'index


4. STAR TREK : NEMESIS 
(STAR TREK : NEMESIS)

2379, un conseil des sénateurs Romuliens est en train de se tenir pour unifier les deux planètes : Romulus et Remus dans leurs forces militaires et envahir la fédération. Mais le dirigeant de l'audience refuse. Une sénatrice s'excuse alors et sors de la salle en laissant son bijou sur sa table, celui-ci se met à luire et émet un rayonnement verdâtre qui illumine toute la salle et retombe sur les sénateurs Romuliens qui se changent en pierre et meurent. Pendant ce temps, Jean-Luc Picard célèbre le mariage de William Riker et de Deanna Troi, peu après la cérémonie sur l'Enterprise E, l'équipage détecte une signature positronique comme celle de Data dans le système Kolarus. Celui-ci est très proche de la zone neutre romulienne. Picard décide de s'y rendre, et sur place il trouve 6 parties d'un androïde qui ressemble trait pour trait à data. Ils n'ont que le temps de récupérer la dernière partie qui est la tête et de s'enfuit car ils sont attaqués. Une fois de retour sur l'Enterprise, l'androïde est assemblé et semble être une version antérieure à Data moins évoluée que lui. Son nom est B-4 (Before en anglais). Peu après, Jean-Luc Picard reçoit un appel prioritaire de l'Amiral Janeway, qui lui donne une mission diplomatique prioritaire sur Romulus. Shinzon le nouveau prêteur a demandé l'aide de la fédération pour réunir les deux planètes. Picard arrive avec l'Enterprise, tandis que quelques heures plus tard, un vaisseau se désocculte devant eux.

Il s'agit du Scimitar et il a l'air très puissant. Picard reçoit les coordonnées où se téléporter sur Romulus, le nouveau Préteur Shinzon est un humain qui ressemble beaucoup à Jean-Luc Picard en plus jeune. Il dit vouloir l'unité et la paix des deux planètes. Shinzon leur donne du sang pour l'analyser car il a une maladie génétique, la même que Picard, le docteur Crusher découvre que Shinzon est un clone de Picard. Peu après Shinzon lui explique pourquoi : les Romuliens voulaient remplacer Picard par un clone pour saper la fédération de l'intérieur, mais ce projet fut abandonné avec le changement du conseil, et Shinzon fut envoyé sur Remus dans les mines de Dilitium pour y mourir. Mais il a été sauvé par Vkruk qui est devenu son vice-roi. Peu de temps après B-4 reçoit un signal et pirate les ordinateurs de l'Enterprise et ramène les informations à Shinzon. Puis c'est Picard qui est enlevé à bord du Scimitar qui s'occulte immédiatement après. Shinzon est mourant et a besoin de Picard pour vivre, mais au lieu de B-4 c'est Data qui a été ramené sur le Scimitar, celui-ci délivre Picard. Ils retournent sur l'Enterprise E et s'enfuient car ils ne sont pas de taille contre le Scimitar. Picard sait désormais ce que veut faire Shinzon : il veut détruire l'humanité en envahissant la terre, avec les mêmes radiations qu'il a utilisé pour tuer les sénateurs Romuliens. L'Enterprise est rattrapé et neutralisé par Shinzon avant qu'il ne rejoigne le groupe de vaisseaux d'attaque de Starfleet.

Alors que l'Enterprise va succomber, deux vaisseaux Romuliens apparaissent : le commandant Donatra vient au secours de Picard, mais ils ne sont pas de taille. Grâce à Deanna Troi, Picard localise le Scimitar et lui porte un terrible coup. Mais celui-ci réplique encore plus durement, et l'Enterpise E est en piteux état. Tandis qu'un groupe du Scimitar s'introduit sur l'Enterprise pour capturer Picard, ce dernier contre toute attente envoi l'Enterprise contre le Scimitar, qui n'a pas le temps d'esquiver. Mais le Scimitar arrive à se décrocher de l'Enterprise grâce à sa formidable puissance, et déploie son arme mortelle à radiations. Ils n'ont que 7 minutes pour l'arrêter, Picard se téléporte sur le Scimitar, il est suivi peu de temps après par Data. Après un dur combat, Picard vient à bout de son clone, mais l'arme va se déclencher, Data arrive alors et renvoi Picard sur l'Enterpise E grâce à un dispositif et se sacrifie pour détruire le Scimitar. De retour sur Terre, l'Enterprise E est réparé, et Riker quitte l'Enterprise pour prendre le commandement du vaisseau USS Titan. Picard essaye d'expliquer à B-4 qui était Data, mais ce dernier ne semble pas comprendre, jusqu'au moment où saisissant une carte électronique, il se met à chantonner une chanson que Data connaissait.

Tout comme Classic quelques années auparavant, Nemesis était le dernier film avec l'équipe de Next Generation. En effet, l'équipe tirait sa révérence, et il n'y avait que William Riker et Deanna Troi qui devaient refaire quelques années plus tard une petite apparition dans la série « Enterprise » à la saison 4. Je ne comprends pas trop pourquoi Nemesis n'a pas bien marché et pourquoi il est le film le moins préféré du public de Star-Trek (hormis « L'Ultime Frontière » ^^). Je veux dire, l'histoire n'est pas moins mauvaise que celle « d'Insurrection » par exemple, et l'histoire avec le clone de Picard est assez crédible. L'acteur qui d'ailleurs interprète un Picard plus jeune est assez convainquant de mon point de vue. Les effets spéciaux ne sont pas mal du tout : le vaisseau de Shinzon, le Scimitar, est assez impressionnant à l'écran, et l'accrochage entre L'Enterprise E et le Scimitar est très réussi. 

Reste quelques scènes inutiles et un peu ridicules (mais ceci est visiblement commun aux films de Next-Generation) : comme par exemple la scène avec l'Argo, ou encore la scène du vol de Picard avec le tout petit vaisseau dans le Scimitar. Néanmoins, Brent Spinner tire assez bien son épingle du jeu : il est très étonnant lorsqu'il joue le rôle de B-4, le robot idiot. Il y a quelques bonnes scènes d'action, bref, le film se déroule assez fluidement du début à la fin. Assez étonnant qu'il n'ai pas eu plus de succès. Il faut dire que la franchise commençait sérieusement à s'essouffler. Il est à noter une toute petite apparition de l'Amiral Janeway, car Nemesis est sorti après la fin de « Voyager ». C'est elle qui donne l'ordre à Picard d'aller rencontrer Shinzon.

Retour à l'index