saison 4Présentation

Saga Francis Veber

Le Jaguar (1996)


1. LE JAGUAR

lejaguar 1

Résumé :

Perrin rencontre par hasard un indien d’Amazonie, Wanu, en passage à Paris pour alerter l’opinion sur les dangers de la déforestation. L’indien s’attache inexplicablement à lui.

lejaguar 2

Critique :

Francis Veber s’éloigne de la comédie pour nous offrir un film d’aventures ambitieux, aux accents fantastiques. C’est plutôt une bonne surprise. Le Jaguar décevra certainement ceux qui s’attendaient à une comédie dans la lignée des films précédents, mais Le Jaguar reste un pari réussi pour Francis Veber. Ce dernier excelle sur un terrain où on ne l’attendait pas. 

Après une séquence parisienne un peu longuette, Le Jaguar prend son envol en Amazonie. La mise en scène de Francis Veber est véritablement le gros point fort du Jaguar. Loin de ses sentiers habituels et bénéficiant d’un budget confortable, celui qui se dit avant tout scénariste se révèle ici comme un réalisateur d’envergure. Le film est soigné avec une superbe photographie, sans compter le cadre sublime de l’Amazonie habilement exploité et apportant au film toute sa dimension spectaculaire. On soulignera encore une fois la très belle musique de Vladimir Cosma. 

lejaguar 3

Le Jaguar n’a rien à envier aux meilleurs films d’aventures hollywoodiens et est un divertissement plaisant. Même si Perrin et Campana sont de retour, les gags et le burlesque sont absents du film. On est même surpris parfois de la violence de certaines scènes pour un film grand public.

Patrick Bruel est convaincant, Jean Reno impeccable. Ni l’un ni l’autre ne font des étincelles mais ce nouveau tandem fonctionne bien. On regrette les potentiels comiques de leurs prédécesseurs, mais on sent rapidement que le but du film n’est de toute façon pas là. Danny Trejo, alors tout juste découvert par Robert Rodriguez, compose un méchant d’envergure.

lejaguar 4

Francis Veber nous propose un film d'aventures léger, enlevé et dépaysant. Une aventure de BD sans éclats mais distrayante, malgré quelques scènes Manimal aux frontières du nanar. Ce film d’aventures connut un succès honorable au vu de son budget lors de sa sortie en salles avec plus de 2,3 millions d’entrées.

lejaguar 6

Anecdotes :

  • Le film fut tourné avec un budget de 17,5 millions d’euros.

  • L’idée du film fut inspirée à Francis Veber par le tour du monde de l’indien Raoni Metuktire, il vint notamment en France. Ce dernier fit beaucoup pour sensibiliser les opinions publiques sur la forêt et les peuples d’Amazonie.

  • Vincent Lindon devait originellement incarner Campana, mais à cause des retards pris pour démarrer le tournage, c’est finalement Jean Reno qui reprit le rôle. 

lejaguar 5

Retour à l'index