saison 1 saison 3

Star Trek

Saison 1


LA CAGE
(THE CAGE)

startrek 1 0

Date de diffusion : 5 octobre 1988 (sortie en VHS en 1986)

Auteur : Gene Roddenberry

Réalisateur : Robert Butler

Résumé :

A la tête de l’USS Enterprise, le Capitaine Pike répond à l’appel de détresse envoyé par les survivants d’une mission scientifique (dont la belle Virna), depuis la planète Talos, Mais Virna est en fait l’unique survivante, le reste étant une illusion crée par les Talosiens, des Humanoïdes aux grands pouvoirs psychiques. Ils veulent que Pike et Virna donnent naissance à une race d’esclaves. L’intervention de Numéro Un, le bras droit du Capitaine, débloque la situation, tandis que les Talosiens renoncent à leur projet après avoir découvert l’attachement viscéral des Terriens à leur liberté. Virna choisit de demeurer sur Talos, car les illusions des Talosiens permettent de dissimuler qu’elle a été défigurée lors du crash de son vaisseau.

Critique :

Découvrir La Cage , avant que cet épisode ne soit incorporé au canon vie La ménagerie, permet de s'amuser  du plaisir très ludique des univers alternatifs. En effet on ouvre ici une lucarne sur ce qu'aurait bien pu devenir Star Trek. Le fan de la série se plaira à en observer aussi bien les convergences (le design de l'Enterprise, le type d'histoire) que les divergences (les personnalités, les uniformes, les armes...). En ce domaine, le clou du spectacle demeure cette version de M. Spock, bien plus émotionnelle que le personnage ne le deviendra par la suite. Pour un amateur de Chapeau Melon, l’expérience se montre assez similaire à la Mrs Gale de Missive de mort, son premier opus, bien plus avenante envers Steed qu'elle ne le sera jamais par la suite. Évidemment le but du jeu consiste à se demander si Star Trek aurait connu une telle popularité ultérieure si La Cage en avait réellement été le pilote.

Même si l'on apprécie beaucoup cet épisode, on est tenté de répondre par la négative Le fonctionnement de l'équipage y apparaît plus classiquement militaire qu'il ne le sera par la suite, et relevant d'un Space Opera davantage traditionnel. La faute en revient en partie au Capitaine Pike, qui se profile comme un  héros tout à fait standard des productions du genre de l'époque, dépourvu de la vitalité et de l'humour qu'apportera la personnalité de William Shatner à James T. Kirk. Jeffrey Hunter ne démérite pas, mais ne s'extraie pas des poncifs virils de ce type de figure, assez interchangeable entre Western, Science-fiction, ou encore Policier. Globalement, le trio vedette pétille nettement moins que ce que l'on connaîtra avec Kirk, McCoy et M. Spock, mais il reste solide.

On reconnaîtra un authentique atout à cette version de Star Trek en la personne de Numéro Un. Femme de tête et assurant pleinement le commandement, avec un caractère n'étant pas sans évoquer le futur M. Spock, elle tranche clairement avec les héroïnes de séries télé de son temps. Affirmée et indépendante, elle porte également un uniforme en pantalon très différent de la tenue sexy des membres féminins de Starfleet, qui sera tant reprochée au programme par les féministes.  Majel Barrett apporte beaucoup de présence à son rôle, elle aura moins l'occasion d'y parvenir par la suite dans le rôle de l'infirmière de l'Enterprise.

Si on comprend que l'épisode ait pu sembler figé et bavard aux décideurs de NBC ayant en tête un pur programme d'aventures spatiales, les diverses séquences virtuelles où les Talosiens tentent de circonvenir Pike apportent quelques moments d'action plaisamment variés, de même que la confrontation finale. Le moment le plus mémorable demeure la sensualité aussi brute qu'exotique de la mémorable Green Slave girl of Orion, Susan Oliver aura beaucoup apporté à The Cage par les différents rôles qu'elle endosse. L'ensemble résulte évidemment très daté aujourd’hui, avec un décorum d'ailleurs très inspiré des films équivalents des années 50 (Planète interdite), alors que Star Trek sera bien plus Pop et Sixties.

Le tout bénéfice néanmoins d'une production d'une grande qualité, selon les standards des années 60, aussi bien pour les décors (avec de superbes peintures figurant l'horizon de la planète) que pour les effets spéciaux. Quelques jolies idées de mise en scène viennent encore rehausser le tout, comme les étoiles traversant littéralement l'Enterprise en hyper vitesse, ce qui ne sera plus revu par la suite, ou les Talosiens jouées par des femmes, mais dotées de voix télépathiques masculines, d'où une vraie étrangeté. L'épisode constitue clairement un important pari pour un studio relativement mineur comme Desilu (un budget de 600 000 $ a été évoqué),

Les longues scènes de dialogues entre Pike et ses interlocuteurs apportent également un thème à l'épisode, avec la condamnation de l'illusion comme dérivatif aux difficultés de l'existence, un moyen détruisant à terme ceux-ci qui s'y adonnent, mais pouvant aussi servir à les asservir par les truqueurs. Cette parabole manifeste une belle audace à ce propos, en servant d'ouverture à une serie télévisée financée par la publicité ! Ironiquement Star Trek développera ultérieurement l'Holodeck, générateur de réalités fictives revenant peu ou prou à recréer le pouvoir des Talosiens, même si cette fois sous le contrôle de l'équipage (sauf que quand cela lui échappe). Elle conserve également une pleine modernité dans notre époque toujours davantage envahie par le virtuel et les possibilités techniques de truquer le réel. La résistance acharnée de Pike vient nous rappeler à quel point ces miroirs aux alouettes sont périlleux pour l'exercice de notre liberté.

Anecdotes :

  • L'épisode est le pilote présenté par Desilu Productions à NBC. Il ne fut pas retenu pas le Network en février 1965, car jugé trop froid et cérébral. Néanmoins intéressé par la série, NBC en commanda la production d'un deuxième, qui devint Où l'homme dépasse l'homme.

  • Aucun personnage ne fut conservé, hormis le Spock de Léonard Nimoy. L'actrice Majel Barrett (future épouse de Roddenberry) perdit le rôle de Numéro Un, mais devint l'infirmière Christine Chapel.

  • Majel Barrett (Numéro Un) épousa Robbeberry en 1969. Elle devint une figure très populaire des diverses séries de la franchise : outre l’infirmière de l’Enterprise, elle joua Lwaxana Troi dans The Next Generation et Deep Space Nine. Elle fut également la voix des ordinateurs de la Fédération, au cinéma comme à la télévision.

  • Jeffrey Hunter (Capitaine Pike) décida de ne pas poursuivre sa participation à la série, espérant des rôles de Western au cinéma. Mais ces perspectives ne se concrétisèrent que médiocrement. Victime d’un traumatisme crânien suite à un accident de tournage, il décède prématurément d’une hémorragie cérébrale en mai 1969, à 42 ans.

  • Susan Oliver (Vina) participa à plus de cent séries télévisées américaines, des années 60 aux 80. Sous les traits de la Green Slave Girl of Orion figurant dans la séquence onirique de La Cage, elle devint une figure iconique de Star Trek, conservée dans le générique de fin de la série.

  • La Cage fut largement repris dans le double épisode La Ménagerie (1-15-16), ce qui rendit canon l’essentiel de ses événements. L’action est désormais censée se dérouler une décennie avant le début de la série.

  • Le Capitaine Pike et Numéro Un (mais aussi le jeune Spock), toujours aux commandes de l’Enterprise, participent à la saison 2 de Star Trek Discovery, ainsi qu'à la web série Short Treks (2019). Le récapitulatif de l’épisode Le Pouvoir de la Mémoire (2-08) est entièrement constitué d’extraits de La Cage.

  • Le tournage de l’épisode fut voisin de celui de la fameuse anthologie Au-delà du Réel (1963-1965) et Gene Roddenberry parvint à négocier l’emploi de divers costumes et décors de cette production.

Retour à l'index


1. OÙ L'HOMME DÉPASSE L'HOMME
(WHERE NO MAN HAS GONE BEFORE)



Date de diffusion : 22 septembre 1966

Auteur : Samuel A. Peeples

Réalisateur : James Goldstone

Résumé :

Le Capitaine James T. Kirk part à la recherche du Vaillant, un vaisseau terrien disparu 200 ans plus tôt. L'Enterpise est endommagé par une barrière énergétique, qui assomme Gary Mitchell et la psychiatre Elisabeth Dehner. Apèrs leur réveil, ils développent de terrifiants pouvoirs psychiques. Se prenant pour un dieu, Mitchell devient un tyran, et Kirk comprend que l'équipage du Vaillant s'est sabordé pour éviter la propagation du phénomène. Dehner se sacrifie pour permettre à Kirk de vaincre Mitchell.

Critique :

Afin de pleinement saisir la chance s'offrant à lui avec la commande d'un second pilote, Roddenberry va accomplir ce qui demeure sans doute le plus malaisé pour un showrunner dans l'âme : s'effacer. Tout en conservant le projet sous sa houlette, il a en effet largement confié l'écriture du nouveau scénario à l'un de ses collaborateurs, Samuel A. Peeples. Un choix judicieux, car Peebles s'avère bel et bien l'homme de la situation. Prolifique scénariste, à l'expérience encore supérieure à celle accumulée par Roddenberry, il saisit à la perfection ce que désirent les décideurs de NBC. Authentique fan de Science-fiction, il possède également l'une des plus grandes collections de Pulps magazines à Hollywood, ces merveilleux magazines des années 30 et 40 où, avec Amazing Stories en figure de proue, les meilleurs auteurs de l'Âge d'Or de la Science-fiction emmenaient leurs lecteurs dans les étoiles. Il va se tourner aussi bien vers son expérience professionnelle que vers l'émerveillement de sa jeunesse afin de mener son combat et remplir sa mission : sauver Star Trek

Grâce à lui, Where No Man Has Gone Before devient un magnifique cas d'école de la différence existant entre la solitude d'un écrivain, et les contraintes s'exerçant sur un scénariste de série télé. Peebles, trousse en effet un récit sachant répondre aux attentes de NBC, les explicites, comme les implicites. Ainsi dote-t-il son histoire de davantage de scènes spatiales et d'action. Il insère également ce qui manquait cruellement à The Cage, selon les canons du genre : un combat final entre le Héros et l'Adversaire, alors que tout y était résolu par le dialogue. Un choix philosophique assumé, mais aussi anti-climatique pour NBC (et aussi contraire à la série telle que l'avait vendue Roddenberry, il faut bien le dire). On en revient à des aventures davantage classiques, mais demeurant rythmées et prenantes, avec un beau suspense.

De manière davantage contestable, Peeples répond aussi aux critiques implicites d'un Network des années 60 en entreprenant aussi une normalisation de la place impartie à  la femme dans son histoire. Exit Numéro Un, l'état-major de l'Enterprise devient exclusivement masculin. Rodenberry évoquera plus tard un accueil très négatif du personnage par le public féminin des séances test, mais mais le fait demeure qu'il faudra attendre trente ans pour voir une série Star Trek centrée sur un capitaine féminin (Voyager). On gomme aussi l'érotisme brut de la Green Girl : l'on s'en tiendra aux tenues sexy de Starfleet et aux rencontres exotiques du capitaine Kirk (on sait que Roddenberry dotera Kirk de sa propre faiblesse envers le beau sexe). Si Dehner contribue à sauver la situation, on en demeure au registre sacrificiel : au total ce pilote ne tient pas les promesses féministes du premier.

Le scénariste sait néanmoins préserver l'essentiel : Star Trek ne délivre pas seulement un Space Opéra distrayant, mais aussi doté d'un discours moral. Ici la condamnation véhémente du déséquilibre fatalement négatif qu'induit la toute-puissance, même si la personne le détenant n'est pas du tout un monstre initialement. Cet aspect-là, a du souffle, d'autant que Peebles sait coupler le regard de Kirk à celui du spectateur. Cette alliance du spectacle et du questionnement va demeurer caractéristique de Star Trek. Le scénario se voit également relayé par la mise en scène efficace du vétéran James Goldstone, sachant faire vite et bien, même s'il ne parvient pas à tout à fait dissimuler la différence de moyens existant avec le premier pilote.

Mais c'est bien Roddenberry qui parachève le succès salvateur de Où l'homme dépasse l'homme, par son choix de la distribution. Léonard Nimoy sait parfaitement faire sienne la personnalité froide et analytique de Numéro un, qui s'accorde à merveille avec le côté alien de M. Spock, tandis que William Shatner apporte bien plus d'aura et de naturel à Kirk que ce proposait l'assez rigide Pike. La rencontre des deux comédiens est immédiate et concoure puissamment à mettre en place le duo mythique, déjà largement opérationnel ici. Star Trek est bien et bien lancé, l'Enterprise va pouvoir débuter sa mission de cinq ans.

Anecdotes :

  • Filmé en juillet 1965, l’épisode constitue le deuxième pilote de Star Trek, après le rejet de La Cage par NBC. Il ne fut toutefois que le troisième épisode diffusé par le Network, après avoir été remonté pour passer de 55 à 50 minutes, durée de diffusion.

  • William Shatner ne fut choisi comme interprète du Capitaine Kirk qu’après un long processus. Jack Lord et Lloyd Bridges lui furent un temps préférés. Scotty et Sulu (pas encore en navigateur) sont installés dès ce deuxième pilote, ce qui n’est pas encore le cas pour Uhura et McCoy. Chekov n’arrivera qu’en saison 2.

  • A propos de l'éviction de Numéro Un, Roddenberry mit en cause le public féminin des séances de test. Durant une convention des années 80, il déclara : In the test reports, the women in the audience were saying « Who does she think she is ?». They hated her. (source: A brief guide to Star Trek, Brian J. Robb).

  •  Costumes, décors et maquillages (dont ceux de M Spock) sont encore ceux de La Cage. Du fait de ce recyclage, le deuxième pilote coûta deux fois moins cher que premier, soit malgré tout 300 000 $. Le tournage fut également nettement plus court, NBC désirant voir à quoi ressemblerait la série avec un tournage d'à peu près une semaine, soit son rythme naturel. La Cage avait bénéficié d'un tournage deux fois plus long.
  • La pierre tombale indique James R. Kirk au lieu de James T. Kirk.

  • Le tournage fut perturbé par un essaim de guêpes et William Shatner dut être spécialement maquillé, car il fut piqué près de l’œil.

  • Sally Kellerman ( Dr. Elizabeth Dehner) va accéder à la célébrité en devenant la fameuse Maj. Margaret O'Houlihan, dite "Lèvres en feu", dans le film MASH (1970). Gary Lockwood (Mitchell) jouait le rôle-titre  de The Lieutenant (1963-1964), la série pour laquelle Roddenberry devint pour la première fois Showrunner. Outre de multiples apparitions dans les séries américaines, il est également connu pour le rôle de Frank Poole dans 2001, Odyssée de l'Espace (1968).

  • L’épisode, dont le titre est inclus dans la célèbre présentation de la série, va introduire plusieurs notions allant devenir indissociables de Star Trek : l’Académie de Starfleet, le Calendrier stellaire et les Échecs cubiques, dont la partie se déroule sur un échiquier à trois dimensions. Ce jeu a été doté de véritables règles, avec des déplacements complexes des diverses pièces. Cette variante de Échecs est passée dans la culture populaire américaine et a été vue dans de nombreuses autres séries de Science-fiction ou encore dans The Big Bang Theory.pour mourir) mais demeure principalement remémoré comme étant le partenaire d'Angie Dickinson dans Sergent Anderson (Police Woman, 1974-1978).

Retour à l'index


2. FAUSSES MANŒUVRES
(THE CORBOMITE MANEUVER)

Date de diffusion : 10 novembre 1966

Auteur : Jerry Sohl

Réalisateur : Joseph Sargent

Résumé :

L’Enterprise doit détruire une sonde spatiale cubique, au comportement agressif. Cela provoque l’intervention d’un gigantesque vaisseau militaire, aux ordres du mystérieux Balok, des forces de la Première Fédération. Celui-ci condamne l’équipage à mort, mais le capitaine Kirk va employer la ruse pour sauver la situation. Kirk doit aussi faire face à la panique rendant agressif l’un de ses navigateurs, le lieutenant Bailey.

Critique :

Premier épisode tourné après la phase des pilotes, Fausses Manœuvres est emblématique du style Star Trek. A travers la confrontation spatiale avec des Aliens (à-priori) hostiles, soit la quintessence du Space Opéra classique, l’épisode s’avère une rayonnante fable à propos de la Guerre Froide. Celle-ci se montre très à rebours du discours d’antagonisme entre les Blocs régnant sur les séries télé d’alors, notamment via l’espionnite. Mais Roddenburry a retenu les leçons de Rod Serling et sait utiliser les préjugés envers la Science-fiction, jugée infantile, pour contourner la censure.

D’ailleurs Fausses Manœuvres est à Star Trek ce que La Seconde Chance (1-03) est à La Quatrième Dimension. A travers le déroulement de la crise, puis son étonnant dénouement, y résonne un vibrant refus de la logique de confrontation et un appel au dialogue pour une coexistence positive et pacifique Le véritable ennemi n’est pas tant le camp d’en face que cette peur de l’autre, profondément ancrée en nous et incarnée par Bailey. On pourrait trouver que la conclusion est naïve, mais on y retrouve le profond et joyeux soulagement ressenti lors de la Détente, animant également l’épisode Concerto de Chapeau Melon (3-01). Balok et Kirk finissent d’ailleurs par trinquer à la concorde, tout comme Steed et Zelenko !

Un tel hymne au dialogue et à l’esprit d’ouverture étonne de la part de Jerry Sohl, auteur de l’une des plus glaçantes uchronies à propos de la Guerre Froide, Point Ultimate, un roman remarquable de cruauté (l’URSS asservissant les USA) mais ne se caractérisant pas vraiment par une main tendue. Il fut dire qu’il fut écrit durant les polaires années 50 (1955). Sohl apporte par ailleurs son savoir-faire d’auteur pour La Quatrième Dimension (il suppléa un Beaumont malade pour trois épisodes) avec son sens de l’intensité dramatique, mais aussi de la chute inattendue. L’astuce à propos du mannequin de Balok permet de justifier une apparence peu convaincante, c’est finement joué.

Roddenberry n’est pas en reste non plus, utilisant cet opus afin d’achever de planter le décor de sa série. Un rappel des objectifs et idéaux de Starfleet se voit ainsi inséré avec émotion et les personnages réguliers de la saison sont désormais au complet. McCoy est déjà pleinement McCoy, mais la grande œuvre de l’opus demeure le portrait de James Tiberius Kirk, tant par sa personnalité convenant si idéalement au Shat que sa stratégie à base de bluff et de coups de poker. Ces confrontations vont devenir ds classiques de la série. Évidemment un Capitaine accompli et résolu dans son refus de la violence, Kirk vite toutefois de perdre en substance en devenant un absurde parangon. Ainsi le voit-on se montrer inutilement cassant envers Bailey ou se lancer dans une mauvaise querelle avec son ami McCoy, au pire moment. Autant de moments émotionnellement forts.

Mais Fausses Manœuvres se révèle également caractéristique de Star Trek en manifestant à quel point le féminisme ne deviendra décidément pas son premier cheval de bataille. Uhura n’a que trois lignes de dialogues et la participation majeure de Janice à la résolution de la crise consiste à servir un café au Capitaine (véridique). Au moins la série évitera de se montrer aussi caricaturale sur ce point que les 007 de Sean Connery à la même époque.

Anecdotes :

  • Le Dr McCoy fait ici son apparition, il va demeurer le médecin-chef de l’Enterprise durant toute la série. Le bouillonnant Dr. McCoy sera l’exact opposé de son grand ami Spock. Le Capitaine aura souvent à servir de point d’équilibre à ce duo.

  • Le lieutenant Uhura arrive également, en charge des communications. Pendant deux épisodes elle va arborer un uniforme doré. Par la suite, elle parviendra à survivre à l’uniforme rouge jusqu’à la fin de la série.

  • L’épisode marque l’arrivée de Janice Rand. Elle va demeurer l’aide de camp du Capitaine Kirk durant la saison 1, avant de disparaître du fait d’économies à réaliser. Janice réapparaîtra toutefois dans les films prolongeant la série originelle.

  • Premier épisode produit après les deux pilotes de la série, Fausses Manœuvres ne sera que le dixième diffusé, du fait de nombreuses modifications apportées par Roddenberry (incorporant notamment Uhura et plusieurs effets spéciaux).

  • Kirk ne présente pas encore l’Entreprise comme étant un vaisseau de la Fédération Unie des Planètes ou de Starfleet, mais de la « Terre Unie ».

  • Balok est interprété par le jeune Clint Howard, frère de Ron. Il est notamment connu pour le rôle de Mark dans la série Mon ami Ben (1967-1969). Michael Dunn (le Dr. Loveless des Mystères de l’Ouest) fut un temps considéré pour tenir le rôle. Roddenberry considéra comme plus étrange de le faire jouer par un enfant.

  • La voix menaçante du patin de Balok est celle de Ted Cassidy, notamment connu pour le rôle de Lurch dans La Famille Addams (1964-1966).

  • Décors, costumes et accessoires deviennent ici ceux de la série, avec des versions nettement plus colorées que dans les pilotes, afin de coller à l’air du temps en cette seconde partie des années 60. Emblématiques de la série, les uniformes de Starfleet créés par William Ware Theiss apparaissent ici, avec leur système de couleurs selon le rôle joué au sein de l’équipage : dorés pour les officiers supérieurs, bleus pour scientifiques et médecins, ou encore rouges pour les techniciens et les agents de sécurité, à qui on souhaite bien du plaisir.

  • Série très centrée sur ses personnages, Star Trek va les doter de dialogues emblématiques, et l'épisode en voit apparaître deux : le Fascinating de M. Spock, volontiers ironique, et le I'm a doctor, not a (…), du bouillant Dr. McCoy. Il protestera ainsi à chaque fois qu'il lui sera demandé de faire autre chose que médecin... avant de se dévouer totalement à la mission.

Retour à l'index


3. TROIS FEMMES DANS UN VAISSEAU
(MUDD'S WOMEN)

Date de diffusion : 13 octobre 1966

Auteur : Stephen Kandel

Réalisateur : Harvey Hart

Résumé :

L'Enterprise intercepte le vaisseau du trafiquant Mudd, qui convoie trois jeunes femmes, Magda, Ruth et Eve, destinées à devenir les épouses de colons. Mudd emploie secrètement une drogue vénusienne afin de rendre ses associées particulièrement troublantes pour l'équipage et son Capitaine. La situation se complique quand l'Enterprise doit être réapprovisionnée en urgence en Dilithium et que la belle Eve refuse désormais d'employer la drogue.

Critique :

Évidemment, en notre année 2020 post MeToo (mais où il reste malgré tout des marges de progression du côté de la sélection des Césars), Mudd's Women sera perçu comme un épisode abominablement sexiste. Tout en recréant l'un des moments peu glorieux de la colonisation de plusieurs États du Commonwealth (ou de la Nouvelle France). Eve, Magda et la brune Ruth ne semblent considérer leur avenir qu'à travers leur rapport aux hommes. Le récit ne leur laisse le choix qu'entre deux statuts, la femme fatale ou la fée du logis, avec Eve virant vite à la Samantha Stephens. Il existe certes une troisième option, celle de la femme libre et indépendante, soit celle des membres féminins de l'équipage.

Mais, comme par hasard, il s'agit de l'un des épisodes où elles s’avèrent le moins présentes, réduites à de silencieuses silhouettes. Rien ne doit venir troubler cette fantaisie très masculine de Roddenberry. Dans l'épisode Hathor de Stargate SG-1, ce sera à l'inverse les femmes du SGC qui sauveront la journée. Si l'on se veut un tantinet sévère, dans le couple finalement formé par Eve et le chef des mineurs, on peut discerner l'idée que l'assujettissement de l'épouse au mari est acceptable, pour peu que ce dernier se montre aimable. C'est assez ce que nous raconte Zorro à propos de la division de la société entre caciques et peones.

Et pourtant nous considérons qu'il ne convient pas juger un épisode de 1966 à l'aune de notre époque. De fait, quand on le resitue dans son temps, Mudd's Women revêt un tout autre sens. Par la sensualité du trio et le style de ses vêtements, c'est toute toute la modernité des années 60 et de la libération sexuelle qu'elles impulsent que Roddenberry va ici malicieusement confronter à l'immuable statut de femme au foyer que promeuvent encore les Networks. S'il s'y rallie en toute fin d'épisode afin de pouvoir contourner la censure du diffuseur (Shatner indiquera ultérieurement qu'un tel épisode put alors être diffusé relevait du miracle), il érige l'essentiel du récit en manifeste de la sensualité féminine libérée des carcans moraux ou sociaux traditionnels.

La Contre-culture frappe à la porte d'un Network mystifié, alors même qu'en 1966, elle est sur le point de connaître son apogée aux USA. C'est audacieusement joué, d'autant que cet opus, certes bien plus léger que d'autres, sait s'appuyer sur une mise en scène habilement dédiée aux actrices et déjà vaguement lysergique par moments. Roddenberry ne sacrifie pas non plus à son gambit les atouts traditionnels de Star Trek. Starfleet se refuse obstinément à employer la force pour contraindre les mineurs, tandis que le relationnel entre personnages se montre très amusant, avec un McCoy totalement cramé et le très womanizer Capitaine Kirk un temps déstabilisé par la puissance sexuelle féminine. Le tout sous le regard amusé d'un M. Spock se gardant bien d'intervenir pour ne pas gâcher le spectacle. Fascinating.

Anecdotes  :

  • L'humour de Mudd fut apprécié du public et l'escroc participa à un deuxième épisode, Mudd (2-08), un événement unique dans Star Trek. Il fait aussi partie des personnages de la série que l'on retrouvera en 2019 dans la série Star Trek Discovery et dans la Web série Short Treks.

  • Harvey Hart apporta un grand soin à la mise en scène de l'épisode (notamment au service des actrices), ce qui le conduisit à achever son travail avec un jour de retard sur le planning. Il ne fut plus jamais embauché sur Star Trek.

  • Susan Denberg (Magda) venait de devenir Miss Août 1966, pour le magazine Playboy. Elle participa en 1967 à Frankenstein créa la femme, film de la Hammer. Après quelques autres apparitions durant les Sixties, elle se retira et regagna son Autriche natale.

  • Maggie Thrett (Ruth) perça tout d'abord à Broadway, grâce à ses talents de chanteuse et de danseuse. Installée à Hollywood à l'ocassion du tournage del'épisode, elle y connut un début de carrière prometteur. Toutefois elle se maria et se retira au début des années 70, se déclarant lassée des avances des producteurs.

  • Karen Steele (Eve), mannequin et actrice, connuy une belle carrière des années 50 aux 70, au cinéma comme à la télévision (Mannix, Stalag 13, Max la Menace, Bonanza...).

  • Le Cyclorama permettant de doter les planètes visitées d'une atmosphère colorée est ici utilisé pour la première fois. NBC allait se servir des opportunités offertes par Star Trek pour mettre en valeur la encore récente diffusion en couleurs de ses séries.

  • Les cristaux de Dilithium, ici encore extraits du sol et nommés « lithium », sont des éléments nécessaires a l'hyper vitesse des vaisseaux de Starfleet, de par leurs propriétés liées à l'Antimatière. Son symbole est Dt et son numéro atomique le 87, soit en réalité celui du Francium. Dans les périodes ultérieures à celle de la série originelle, la Fédération parviendra à le fabriquer. 

  • Recruté par Roddenberry, l’immense auteur de Science-fiction que fut Harlan Ellison visita les studios durant le tournage de cet épisode, afin de découvrir Star Trek. Il n'hésita pas à fausser compagnie ses accompagnateurs afin de déjeuner avec l'équipe technique et la distribution. Sa participation à la série allait devenir un grand classique, The City on the Edge of Forever (1-28).

  • Comme pour l'ensemble de la série, les costumes féminins furent spécialement créés par le designer William Ware Theiss. Celui-ci parvient toujours à jongler avec un budget limité et les contraintes du Network, afin de créer des tenues très glamour, élégantes et Sci-Fi. Le savoir-faire de « Bill » favorisa la participation de nombreuses guets stars féminines à la série.

Retour à l'index


4. L'IMPOSTEUR
(THE ENEMY WITHIN)

Date de diffusion : 06 octobre 1966

Auteur : Richard Matheson

Réalisateur : Léo Penn

Résumé :

Un incident technique dérègle le téléporteur et le Capitaine Kirk est dissocié en deux versions opposées de lui-même : une positive mais hésitante, l'autre négative, mais apte à commander. La panne du téléporteur empêche également de faire revenir Sulu et quelques autres membres de l'équipage, restés à la surface d'une planète glacée et courant le risque de mourir de froid. Les deux Kirk vont se confronter, jusqu'à accepter de fusionner via une nouvelle téléportation.

Critique :

On avouera que l'un des souvenirs que l'on conservera de cet épisode restera l'adorable (et malheureux) petit chien à corne, un élément typique Sixties, en cet époque on l'on associe volontiers jeune public et amis à quatre pattes. Les chiens et la Science-fiction connaissent d 'ailleurs un grand succès, DC Comics venant alors de populariser Krypto, le chien de Superboy. Une Ligue animalière verra bientôt le jour. La lourdeur de la conclusion sur la prétendue attractivité du Bad Boy sur la gent féminine relève assurément de Roddenberry, mais un auteur profondément original et créatif comme Richard Matheson pourrait par contre décevoir en ayant recours à un autre poncif de cette décennie : le double maléfique, d'ailleurs bien connu des amateurs de Chapeau Melon. Star Trek n'a d'ailleurs pas fini d'y revenir !

Mais le traitement apporté au sujet séduit véritablement. Matheson évite le piège de la facilité que véhiculerait un schéma manichéen. Il n'y a pas simplement un bon et un mauvais Kirk, mais deux parties de sa personnalités subtilement découpées, comportant chacune des forces et des faiblesses. L'auteur en profite pour développer tout un discours inhérent à la personnalité humaine, ses parts d'ombre et de lumière devant coexister sous l'arbitrage de son intelligence et de sa moralité. Une thématique quasi psychanalytique, à laquelle on peut adhérer ou pas, mais qui aura le mérite de susciter la réflexion du spectateur.  Si, comme à son accoutumée, William Shatner ne se montre pas économe de ses effets, il accomplit une belle performance d'acteurs en campant deux Kirk divergeant totalement dans leurs attitudes, dans le moindre détail. Cela apporte une force de conviction supplémentaire au récit, de même qu'une mise en scène très expressive.

On ne partage pas les réserves de Matheson concernant le volet Sulu de l'action. L'auteur était sans doute habitué à davantage de liberté sur l'anthologie que constituait La Quatrième Dimension, d'autant que Rod Serling était un showrunner bien moins interventionniste que Gene Roddenberry. Mais il nous semble que la crise en cours contribue à mettre en avant les faiblesses inhérentes au Kirk « positif », tandis qu'elle donne enfin l'occasion à Sulu de disposer de quelques scènes gratifiantes, en dehors de son rôle de navigateur. On reste plus sceptique de voir l'Enterprise dépourvue de navette et aussi dépendante d'un téléporteur, pouvant, au sens propre, être déréglé par un gain de sable dans les rouages. Mais ce point demeure secondaire, on restera davantage sensible à la conclusion humaniste voyant le Kirk « négatif » être réconforté par son alter ego, un moment pour le coup très à la Rod Serling.

Anecdotes :

  • Star Trek The Next Generation réalisera un semi-remake de l'épisode avec Deuxième chance (6-26). Riker y connaîtra une mésaventure très similaire à celle de Kirk.

  • Le fameux pincement neural vulcain (Vulcan Nerve Pinch) est ici introduit, à la suggestion de Léonard Nimoy. Spock devait initialement assommer le Kirk maléfique, mais l'acteur estima que l'acte était contraire à la non-violence de son personnage. Léo Penn fut d'abord sceptique, mais Shatner appuya Nimoy en se prêtant immédiatement au jeu. Reprise par les autres productions de la franchise, la prise vulcaine allait devenir très populaire chez les Trekkies et occasionner de nombreux clins d’œil dans d'autres films et séries.

  • L'USS Enterprise n'est visiblement pas encore équipée de navettes, le téléporteur reste l'unique moyen de ses poser sur une planète. Pour Roddenberry le téléporter permettait de fluidifier les histoires, tout en économisant les coûts de production liés à un atterrissage. La navette de l'Enterprise fera son apparition dans l'épisode Galileo ne répond plus (1-13). Pour assister au premier atterrissage d'un vaisseau interstellaire, il faudra attendre l'épisode Les Trente-Septiens de Star Trek Voyager (2-01, 1995).

  • Le malheureux chien vaut à McCoy d’être pourvu d'un nouveau leitmotiv, avec la phrase It's worse than that, he's dead, Jim.

  • Richard Matheson installa explicitement le métissage terrien/vulcain de M. Spock, source de conflits futurs. Matheson a également indiqué que son projet pour l'épisode était de transposer le mythe de Jekyll et Hyde dans un contexte purement de Science-fiction. S'il a regretté le développement de l'intrigue secondaire autour de Sulu, écrite par Roddenberry, il conservera un bon souvenir de sa collaboration avec Star Trek, notamment de la double performance de Shatner. 

  • On découvre ici la salle des machines de l'Enterprise, qui allait devenir le royaume de Scotty. Un effet de perspective est utilisé pour que le décor apparaisse plus rand qu'il ne l'est en réalité.

  • Le réalisateur Léo Penn est le père des acteurs Sean et Chris Penn.

  • La bouteille de « brandy saurien » va réapparaître à plusieurs reprises au cours de la série et de la franchise Star Trek. Ce whisky va devenir un article très populaire chez les Trekkies.

  • Grace Lee Whitney indiqua que l'un de ses rares mauvais souvenirs liés à Star Trek est la scène où M. Spock affirme à Jane qu'elle était attirée par le double maléfique, alors que ce dernier avait tenté de la violer.

Retour à l'index


5. ILS ÉTAIENT DES MILLIONS
(THE MAN TRAP)

Date de diffusion : 08 septembre 1966

Auteur : George Clayton Johnson

Réalisateur : Marc Daniels

Résumé :

L'Enterprise vient ravitailler le couple formé par Nancy et Robert Crater, seuls habitants d'une planète où ils étudient les ruines d'une civilisation disparue. Nancy est en outre un ancien amour du Dr. McCoy. Mais elle a été tuée et remplacée par la dernière survivante des natifs de ce monde, capable de modifier son apparence. Elle entreprend d'assassiner les membres de l'équipage, ayant un besoin vital de s'alimenter de leur sel. Jusqu'ici elle s'alimentait en prélevant peu à peu le sel de Crater, avec lequel elle avait créé une symbiose. McCoy la tue, sauvant ainsi Kirk.

Critique :

Avec The Man Trap, premier épisode diffusé, mais cinquième produit, Star Trek a désormais atteint sa vitesse de croisière, à l'instar de l'Enterprise. L'équipage est désormais parfaitement connu et identifié tel qu'il demeurera durant le reste de la saison, l'infirmière Chapel va bientôt arriver. Des découvertes continuent à avoir lieu, ici principalement concernant McCoy, mais elles résultent secondaires (passé amoureux, cabine que l'on ne reverra plus par la suite). La narration ne devient pas inintéressante pour autant, d'autant que les amateurs des séries de l'Imaginaire apprécieront de trouver ici les prémices d'un style d'histoire qui sera porté au pinacle par les X-Files ou Supernatural : succession de meurtres mystérieux, Monstre de la Semaine, enquête élucidant les pouvoirs et la nature de l'identité, confrontation finale.

Ce schéma existe déjà ici, d'autant plus appréciable que, pour assurer le lancement de sa série, Gene Roddenberry continue à faire appel à des signatures de La Quatrième Dimension, ici, après Richard Matheson et Jerry Sohl. Ces écrivains ne poursuivront pas la collaboration, sans doute du fait qu'une série classique est plus contraignante qu'une anthologie, mais aussi parce que Roddenberry fut un showrunner réécrivant massivement les scénarios à sa guise, là où Serling voyait les autres auteurs comme ses pairs. Outre un scénario impeccablement minuté, George Clayton Johnson va savoir apporter une humanité troublante, voire émouvante, à la créature métamorphe (comme dans son Quatre d'entre nous sont mourants), tout en ne minimisant pas l'horreur de ses assassinats.

Il est aidé par la remarquable expressivité du masque de glaise arboré par l'actrice (impeccable Francine Pyne), très dans la tradition de la tragédie grecque, genre impulsant le récit puisque le Vampire de Sel, dernière de son espèce, ne peut échapper à son destin, de par sa nature. Une tendresse insolite se noue également entre le mari et le substitut de son épouse, sans doute impulsée par l'effroi de la solitude sur cette planète dépeuplée, pour le coup on éprouve comme un écho d’un autre épisode de La Quatrième Dimension, Le Solitaire (1-07). On appréciera également la présence ironique de l'excellent Alfred Ryder en victime d'une Extra-terrestre, lui qui deviendra par la suite le Leader des Envahisseurs qu'affronte David Vincent.

Évidemment, la dimension féminine de la créature créera polémique parmi le public des années MeToo, tant le Vampire de Sel rejoint clairement la tradition de la Succube. Le regard porté par les hommes de l'Enterprise sur les différents aspects revêtus par l'Alien est explicitement sexué, tandis que la pseudo Nancy accumule à, peu près tous les clichés féminins négatifs possibles : soumise à ses pulsions, voire à ses hormones, séduisant et manipulant les hommes, avant de les éliminer. Le râteau pris par Uhura draguant M. Spock n'aide pas, pas plus que la comparaison entre la créature... et le bison. A cela s'oppose le portrait de l'amitié virile et positive entre Spock, Kirk et McCoy (y compris avec les querelles de vieux couple entre ces deux derniers).

Et pourtant, à l'instar de Trois Femmes dans un vaisseau, nous croyons qu'il importe ici de contextualiser l'opus. Lors de l'émergence de la contre-culture, l'épisode devient alors une métaphore de la libération sexuelle de la femme, désireuse de pleinement se réaliser en dehors des liens ennuyeux du mariage. Les couleurs insolites et saturées, aussi LSD que celles de Batman'66, favorisent le message, même si un auteur masculins sera fatalement maladroit dans l'évocation de la sexualité féminine  et qu'il faut bien faire des concessions au moralisme du Network. Alors l'épisode est-il misogyne ou non ? Cela dépendra en définitive de son public, car, là comme ailleurs, la vérité est dans l'Œil de l'Admirateur.

Anecdotes :

  • Ils étaient des millions est le premier épisode de Star Trek à avoir été diffusé. NBC comptait sur le potentiel horrifique de son histoire pour marquer les esprits.

  • Le décor de la planète Alfa-177, utilisé dans l'épisode précédent L'Imposteur, est ici recyclé pour celui de M-113. La modestie des moyens de la production et la nécessité de produire des décors à un rythme élevé feront que cette opération se répétera à plusieurs reprises au cours de la série.

  • Sulu bénit le « Grand Oiseau de la Galaxie ». Gene Rodenberry sera ultérieurement surnommé ainsi   par les Trekkies.

  • La scène voyant Uhura flirter avec M. Spock est réputée avoir servi d'inspiration à leur relation mise en place dans le reboot de la série lancée au cinéma par J.J. Abrams en 2009.

  • George Clayton Johnson a indiqué s'être ici inspiré de l'histoire qu'il avait écrite pour La Quatrième Dimension (Quatre d'entre nous sont mourants, 1-13), où l'on découvrait une créature pouvant revêtir l'aspect de différents êtres humains. Il se déclara déçu de la réécriture opérée par Roddenberry et de l'importance accordée à M. Spock, un personnage secondaire à ses yeux. Après le refus par Roddenbbery d'un scénario voyant l'équipage retomber en enfance, George Clayton Johnson cessa sa collaboration à la série.

Retour à l'index


6. L'ÉQUIPAGE EN FOLIE
(THE NAKED TIME)

Date de diffusion : 29 septembre 1966

Auteur : John D.F. Black

Réalisateur : Marc Daniels

Résumé :

L’Entreprise vient à la rescousse d’une station scientifique installée sur une planète sur le point de se désintégrer. Le responsable est une substance l’accompagnateur de M. Spock ramène involontairement à bord du vaisseau. Une folie contagieuse s’empare de l’équipage et l’Enterprise devient ingouvernable. McCoy trouve in extremis un remède et le vaisseau peut échapper à destruction de la planète en recourant à la propulsion à l’anti-matière. Le saut ramène l’Enterprise trois jours en arrière et Kirk décide de ne pas se rendre sur place.

Critique :

Le très allumé (mais pas autant que The Naked Gun) The Naked Time constitue l'essence même de ce que l'on nomme un épisode Bottle, avec un scénario ne mettant en scène que les acteurs réguliers de la série (ou quasiment), au sein des décors eux-aussi réguliers ; on aperçoit bien une nouvelle, mais il s'agit du recyclage d'un décor, avec des costumes faits à partir de rideaux de douche et un évident mannequin pour représenter un corps. Autant dire que l'économie est à l'honneur, mais l'épisode séduit néanmoins car il embrasse pleinement le surcroît d'inventivité que ce cas d'école suscite généralement chez des scénaristes mis au défi. John D.F. Black a ainsi l'excellente idée d'un fléau agissant sur l'esprit des personnages subitement désinhibés, donc en rupture totale avec leurs comportements habituels. Le précédé manque certes un tantinet de subtilité, mais pas d'impact en fait tout se déroule comme si l'ensemble de l'équipage de l'Enterprise était absolument ivre, jusqu'à la déraison.

Cette approche résulte certes moins subtile que les chefs d’œuvre similaires que Joss Whedon proposera ultérieurement chez Buffy (Tabula rasa) ou Angel (La Bouteille magique). Mais l'auteur y va franco, nous délivrant tout un florilège de scènes choc. Sulu en D'Artagnan exhibitionniste vaut ainsi le coup d’œil, Takei retrouvant l'énergie de sa prestation dans La Quatrième Dimension (La Rencontre), mais mieux justifiée par le scénario. On aime également le capitaine amoureux de son navire. Le procédé permet également de mettre en avant des membres de l'équipage jusqu'ici demeurés au second plan, comme Uhura ou Riley Le plus mémorable demeure toutefois celui voyant M. Spock être submergé par les émotions qu'il dissimule d'ordinaire sous le masque de la logique vulcaine, avec à la clef une grande prestation de Nimoy. De fait le scénario l'habileté de dévoiler la face cachée des protagonistes, au lieu de simplement rechercher le gag immédiat, de quoi largement pardonner certaines facilités, comme un Dr. McCoy inexplicablement immunisé contre le phénomène (ou alors c'est que le doc n'a aucune inhibition, tellement il est brut de décoffrage !).

Rituellement diffusé lors des conventions, on comprend aisément que cet épisode aux confins du décalé soit l'un des favoris des Trekkies, même en l'absence du questionnement moral coutumier. Il sait également de pas se contenter de ce seul sujet. La résolution de l'énigme du phénomène et désagrégation de l'équipage se montrent savamment graduelles, de même que la crise en cours ne se voit nullement négligée. Le suspense dramatique demeure en permanence présent au sein du carnaval en cours. On apprécie également que Spock soit en définitive capable de surmonter la dualité de sa nature. The Naked Time permet aussi à Star Trek d’élargir pour la première fois la palette de sa Science-fiction au-delà du seul Space Opera, avec un premier déplacement temporel. L'expérience demeure embryonnaire du fait de l'historique de l'écriture de l'opus, mais se révèle déjà prometteuse pour la suite de la série.

Anecdotes :

  • Interprétée par Majel Barrett, l'infirmière Christine Chapel fait ici son apparition. Elle va demeurer l'assistante du Dr. McCoy durant l'ensemble de la série, avant de devenir médecin dans les films prolongeant Star Trek au cinéma.

  • L'épisode sera le seul écrit par John D.F. Black, le Script Editor dc Star Trek (chargé de vérifier la cohérence des scénarios avec l'univers de la série). Il devait initialement comporter deux parties, avec un voyage dans le Temps comme cliffhanger. Il demeure finalement un épisode classique, la seconde partie allant devenir Demain sera hier (1-21).

  • Sulu devait initialement manier un katana, mais George Takei refusa, arguant qu'il s'agissait d'un stéréotype ethnique. Le fleuret fut finalement choisi, pour lequel l'acteur pris des cours auprès d'un cascadeur réputé, Max Faulkner. L'épisode devint le préféré de Takei, qui l'évoque largement dans ses mémoires, To the Stars (1994).

  • Nimoy insista pour que la scène de comportement altéré de Spock ne soit pas humoristique, mais au contraire se montre touchante. Il improvisa également les pleurs de Spock. Très appréciée par le public, la scène en inspira d’autres montrant pareillement que M. Spock ressent en réalité bien plus d’émotions que ce qu’il laisse généralement apparaître.

  • Les tenues isolantes de Tormolen et M. Spock fut créée à partir de rideaux de douche banals pour l’époque. Les accessoiristes de Star Trek vont continuellement faire preuve d’imagination dans le recyclage, afin de palier à un budget limité.

  • Il s’agit de l’unique épisode de la série où les trois personnages féminins réguliers (Uhura, Rand et Chapel) seront vus ensembles. Cela surviendra de nouveau dans le film de 1979.

Retour à l'index


7. CHARLIE X
(CHARLIE X)

Date de diffusion : 15 septembre 1966

Auteur : D.C. Fontana et Gene Roddenberry

Réalisateur : Lawrence Dobkin

Résumé :

L’Enterprise recueille Charlie, un jeune homme ayant survécu seul au crash du vaisseau familial sur Thasus, une planète isolée, durant 14 ans. Kirk se propose de l’emmener sur une planète où il a encore de la famille, mais il s’avère que Charlie est doté de terrifiantes capacités psychiques, doublées d’un caractère pour le moins instable. Il a ainsi détruit le vaisseau l’ayant découvert et remis à Kirk, car son équipage l’avait contrarié. Bientôt la terreur règne à bord de l’Enterprise, dont Charlie a pris le contrôle. Mais les Thasiens, qui ont doté Charlie de ses pouvoirs pour lui permettre de survivre, apparaissent et le ramènent avec eux l’empêcher de faire du mal à autrui.

Critique :

Charlie X (la lettre X, il n’est pas question du dernier Roi de France) s’en vient rompre la succession d’excellents épisodes caractérisant le lancement de Star Trek. Plusieurs faiblesses expliquent ce constat. Même si le début de la série a déjà été passablement marqué par La Quatrième Dimension, on assiste ici à un remake beaucoup trop évident du classique de cette anthologie que constitue C’est une belle vie (3-08). Peut-être la référence est-elle la nouvelle originelle de Jerome Bixby (1953), mais le résultat demeure le même à l’écran. On peut également pointer comme circonstances aggravantes qu’un adolescent (ou jeune adulte) se montre irritant là où un enfant se montrait mystérieux, d’autant qu’il faut dès lors aborder la problématique de la sexualité et que Star Trek se montre là-dessus aussi daté qu’à l’accoutumée. De plus, là où Rod Serling n’hésitait pas à conclure sur une note sombre et angoissante, la marche forcée au happy end conduit Fontana à voir recours à un Deus ex machina massif, ce qui ne représente jamais un indice de subtilité pour un scénario. Par ailleurs le thème de l’épisode, la toute puissante non régulée, évoque également Où l'homme dépasse l'homme.

Fondamentalement ce type d’histoire paraîtra toujours commun dans un environnement purement de science-fiction que quand il s’agit de quidams confrontés à l’inconnu. Par ailleurs l’opus repose beaucoup sur la carence affective subie par Charlie, alors même qu’il ne fait qu’évoquer celle-ci par ouï-dire. Sa compréhension résulte compliquée du fait de l'intervention des super pouvoirs et des Aliens. Kirk met également beaucoup de temps à appréhender un péril que le spectateur perçoit immédiatement. Charlie X parvient néanmoins à demeurer distrayant par les manifestations insolites ou dérangeantes, voire horrifiques du pouvoir du protagoniste. La femme sans visage suscite ainsi le même effet choc que quand Doctor Who aura bien plus tard recours au même procédé dans L'Hystérique de l'étrange lucarne (2006). La mécanique voyant Kirk se confronter aux deux extrêmes que représentent la logique de M. Spock et l’émotivité de McCoy apparaît également bien rodée. L’impuissance à sauver Charlie lors du rebondissement final suscite également de l’émotion, d’autant que Robert Walker Jr. se montre excellent dans ce rôle tout à fait dans son emploi.

Anecdotes :

  • Le Luth vulcain apparaît ici pour la première fois, avant de figurer dans les diverses séries de la franchise.

  • Le décor du gymnase de l’Enterprise est utilisé ici pour la première et la dernière fois. Par la suite il sera recyclé et deviendra une partie de la salle des machines.

  • Les phrases dites par Spock sous l’influence de Charlie sont des citations du Corbeau d’Edgar Allan Poe (Once upon a midnight dreary, while I pondered weak and weary) et de The Tyger, de William Blake (Tyger, Tyger burning bright, in the forests of the night).
  • La voix du cuisinier s’étonnant que la viande ait été transformée en dindes vivantes est celle de Roddenberry. Il n’effectuera pas d’autres caméos vocaux au cours de la série, mais ses mains seront aperçues dans l’épisode Pauvre Apollon, en saison 2. Charlie X était censé être diffusé aux environs de Thanksgiving (également cité dans les dialogues), mais les retards subis par d’autres épisodes conduisirent à avancer cette date.

  • Robert Walker Jr. (Charlie) se fit connaître durant les années 60 pour des rôles d’adolescents dangereux. Il est ainsi Billy le Kid dans Au cœur du Temps. Fervent adepte de la Méthode, il choisit de n’avoir aucun contact avec le reste de la distribution, afin de susciter un décalage émotionnel conforme à la caractérisation de son personnage. Il avait également 26 ans, contre 17 pour Charlie.

  • L’épisode est le premier pour lequel D.C. Fontana fut créditée. Elle devint la secrétaire de Roddenberry quand celui-ci était le showrunner de The Lieutenant, avant qu’il ne l’incite à devenir scénariste. Il lui conseilla également de ne conserver que les initiales de son prénom (Dorothy Catherine), à une époque où ce métier était quasi exclusivement masculin. Initialement peu à l’aise avec la Science-fiction D.C. Fontana, décédée en 2019, allait tenir un rôle majeur dans le développement de la franchise Star Trek, comme scénariste et comme romancière. Elle participa à d’autres séries, comme Babylone 5.

Retour à l'index


8. ZONE DE TERREUR
(BALANCE OF TERROR)

Date de diffusion : 15 décembre 1966

Auteur : Paul Schneider

Réalisateur : Vincent McEveety

Résumé :

A proximité de la zone neutre séparant l'espace de la Fédération de celui de l'Empire Stellaire Romulien, Kirk découvre que plusieurs avant-postes terriens ont été détruits. Un duel débute entre l'Enterprise et l'attaquant : un Oiseau de Proie romulien, doté d'un bouclier occulteur. Alors que les deux capitaines répugnent à déclencher une guerre totale entre leurs nations, le commandant romulien s'avère un adversaire aussi compétent que Kirk. Une ultime ruse de Kirk décide de la victoire, et le Romulien décide de périr avec son navire. 

Critique :

Zone de terreur souffre parfois d'une adaptation de récit de sous-marins trop tirée à la ligne. Ainsi la transmission des ordres de mise à feu perd inutilement du temps et apparaît hors d'âge. Caractéristiquement, la procédure se verra considérablement abrégée par la suite. De même la scénographie de l'affrontement se prive longtemps d'un contact direct entre Kirk et le commandant romulien (jamais nommé), soit un atout traditionnel de cette figure de style dans Star Trek. L'épisode n'en constitue pas moins l'occasion de la première véritable bataille spatiale proposée par la série et  il sait être au rendez-vous de cet événement incontournable pour les amateurs de Space opéra. Intense et spectaculaire, la confrontation entre les deux capitaines tient toutes ses promesses, suscitant jusqu'au bout un authentique suspense dramatique. La réalisation va jusqu'au bout de ce que pouvait permettre le budget limité d'une production télévisée de l'époque et s'en sort avec les honneurs.

L'opus développe conjointement une importante extension de l'univers Star Trek, avec l'introduction de la première entité rivale de la Fédération, l'Empire Stellaire Romulien. Outre le duel spatial, cette entrée en matière particulièrement réussie bénéficie également de l'amusant décorum romain, mais aussi de la troublante ressemblance avec M. Spock. L'occasion aussi pour l'épisode de critiquer les présupposés racistes,via l'attitude de Stiles envers le Vulcain. Le scénario développe également une ambition de critique de la Guerre froide. En effet, outre apporter une dimension psychologique au conflit, la convergence d'opinion entre Kirk et le commandant adverse montre qu'en définitive l'ennemi n'est pas si différent de nous. Cet épisode très riche en émotions masculines (la confiance absolue du Capitaine envers M. Spock achève de sceller leur amitié) sait également laisser une place à Uhura, qui se montre capable d'assurer la navigation de l'Enterprise au pic de la crise.

Anecdotes :

  • Le bouclier occulteur apparaît ici pour la première fois. Ce dispositif rendant un vaisseau indétectable sera utilisé aussi bien par les Romuliens que par les Kinglons. Pour des raisons notamment d'accod diplomatique avec les Romuliens, la Fédération ne dotera ses vaisseaux de cette technologie que bien après la période couverte par la série originelle, durant le conflit contre le Dominion (Deep Space Nine).

  • Rival de la Fédération Unie des Planètes, l'Empire Stellaire Romulien entre ici en scène. Très inspiré par l'Empire romain, il a été fondé par d'anciens Vulcains, à partir de la planète Romulus. Cet empire esclavagiste et militariste, perfide et sophistiqué, va demeurer un ennemi de la Fédération dans les séries ultérieures, à travers conflits ouverts et guerre froide.

  • Gene Roddenberry suggéra à Paul Scheinder de s'inspirer du film Torpilles sous l'Atlantique (1957), en transposant dans l'Espace ce duel entre sous-marins américain et allemand. La chaine de commandement pour la mise à feu des « torpilles » imite celle des sous-mariniers, elle deviendra plus directe par la suite.

  • L'interprète du commandant romulien, Mark Lenard (à la vague ressemblance avec Nimoy), jouera également Sarek, père de Spock, dans l'épisode Un tour à Babel, en saison 2, puis dans d'autres productions Star Trek. Il interprète également un Klingon dans le film de 1979, faisant de lui le premier acteur à avoir incarné les trois principales espèces extra-terrestres de la série originelle.

  • Du fait d'audiences inférieures aux prévisions, la série commence à souffrir de restrictions budgétaires. Les Romuliens portent en permanence leur casque afin d'évoquer évoquant l'Empire' romain, mais aussi pour dissimuler l'absence d'oreilles vulcaines, afin de réaliser des économies. Les casques furent prélevés sur des costumes de péplums.

Retour à l'index


9. LA PLANÈTE DES ILLUSIONS
(WHAT ARE LITTLE GIRLS MADE OF ?)

Date de diffusion : 20 octobre 1966

Auteur : Robert Bloch

Réalisateur : James Goldstone

Résumé :

Sur la planète Exo III, Kirk découvre le laboratoire souterrain du Dr. Quirby, ancien fiancé de l'Infirmière Chapel, disparu depuis des années. Kirl découvre que Kirby vit entouré de deux androïdes, Brown et Andréa, qu'il a fabriqué avec l'aide d'un natif de la planète, Ruk. Quirby capture Kirk et crée sa double mécanique, qu'il envoie s'emparer de l'Enterprise M. Spock comprend l'entourloupe, tandis que Kirk découvre que Kirby lui-même est un androïde. Ce dernier se suicide quand il comprend avoir perdu l'amour de Chapel.

Critique :

L'épisode renoue avec la tradition très Sixties des doubles, qu'il porte à un niveau rarement égalé en recourant au thème très riche de la Science-fiction qu'est l'Androïde. Les amateurs de Chapeau Melon et Bottes de cuir ne se sentiront d'ailleurs pas dépaysés, tant l'on pense ici à Interférences, en saison 5. Le talent de Robert Bloch, grand romancier également rompu au métier de scénariste, nous vaut un scénario particulièrement riche, sachant allier rebondissements astucieux, moment purement étranges (la création du double de Kirk), allusions à son mentor H. P. Lovecraft mais aussi brillante utilisation de la figure de l'Androïde comme troublant miroir de l'être humain. L'épisode mène ainsi une captivante réflexion sur les risques de l'eugénisme et de la quête absolue de perfection qui nous ferait renoncer à notre humanité en annihilant les faiblesses et défauts qui en en sont absolument partie constituante. Cela vaut pour nos sociétés, mais aussi pour le métier d'auteur et scénariste, tant il s'agit d'un courant fléau d'écriture, en particulier à une époque où les questions de représentation prennent le pas sur toute autre considération.

La planète des illusions s'offre également le luxe d'un humour sans doute partiellement involontaire avec la présence de Ted Cassidy, le Lurch de la Famille Addams revêtu des oripeaux de la Science-fiction valant largement le coup d 'œil. Mais la vedette de l'opus demeure incontestablement Andréa et le titre original indique bien à quel point un auteur aussi sagace que Bloch en a conscience. Evidemment cela se doit à sa tenue très glamour pour l'époque,en particulier sur un Network familial, mais aussi parce que Andréa est l'élément mystérieux de l'histoire, la seule androïde (y compris en englobant Kur) dont on ignore qui était le modèle initial. Malheureusement cet élément se voit en partie gâché par la sexualisation à outrance du personnage, sans dout due aux fantaisies de Roddenberry. C'est d'autant plus vrai que cela passe par une soumission à la virilité exacerbée d'un Capitaine Kirk apparaissant ici déjà pour la troisième fois torse nu, un élément en soi indicatif. Le malaise se voit encore accru à notre époque où les Sexbots deviennent plus qu'une perspective, bien après les créations de Warren chez Buffy, ou encore un film comme Une fiancée pas comme les autres (2007). On peut aussi regretter que la séparation de Kirk d'avec le Dr. McCoy et M. Spock prive l'épisode d'une dynamique d'ores et déjà placée au cœur de Star Trek.

Anecdotes  :

  • Le scénario de Robert Bloch ne prévoyait pas que l'ex fiancée du Dr. Kirby soit l'infirmière Chapel. Ceci fut rajouté par Roddenberry, qui devait ultérieurement épouser l'actrice Majel Barrett.  Il s'agit toutefois de l'unique épisode de la série dans lequel Chapel jouera un rôle de premier plan.

  • Sherry Jackson (Andréa) fut un enfant star dans les années 50, au cinéma comme à la télévision (The Danny Thomas Show). Elle eut ainsi son étoile sur le Hollywood Walk of Fame en 1960, à 18 ans. Par la suite, elle participa en guest à de très nombreuses séries, avant de se retirer au début des années 80. Sherry Jackson se tailla un beau succès dans les conventions de Science-fiction de l'époque en apparaissant dans le costume d'Andréa. Elle indiqua que cela lui valut d'être draguée par la grand écrivain Harlan Ellison en personne.

  • Ted Cassidy (Ruk) est avant tout connu pour le rôle de Lurch, l'imposant majordome de La Famille Addams (1964-1966). Sa grande taille (2,06 m) lui valut de nombreux rôles dans les productions de l'Imaginaire, souvent avec costumes et maquillages. Sa voix profonde lui apporta une belle carrière dans le doublage sonore de dessins-animés. Il fut également le narrateur de L'incroyable Hulk (1977-1982).

  • Robert Bloch fut l'un des disciples du Maître de Providence et il désigne les habitants disparus d'Exo III comme « les Grands Anciens » (The Old Ones), soit une référence à l’œuvre de son mentor H. P. Lovecraft. Il procédera de même dans l'épisode Dans les griffes du chat, en saison 2.

  • Le tournage de l'épisode pris deux jours de retard, principalement du fait des réécritures constantes opérées par Roddenberry. Le réalisateur James Goldstone ne travailla plus jamais pour la série, dont il avait pourtant réalisé le pilote diffusé, Où l'homme dépasse l'homme.

  • On découvre que le capitaine, a un frère, George Samuel Kirk. Son destin et celui de sa famille seront découverts lors de l'épisode La lumière qui tue (1-29).

  • Poussé dans un gouffre par Ruk, Matthews devient le premier enseigne à pull rouge à mourir. Cela va devenir un rituel de la série particulièrement populaire chez les Trekkies.

Retour à l'index


10. LES VOLEURS D'ESPRIT
(DAGGER OF THE MIND)

Date de diffusion : 03 novembre 1966

Auteur : S. Bar-David

Réalisateur : Vincent McEveety

Résumé :

Alors que l'Enterprise vient ravitailler la colonie pénitentiaire de Tantalus V, un prisonnier s'évade et demande asile. M. Spock découvre qu'il s'agit du Dr. Van Gelder, l'un des administrateurs de la prison. Grâce à une fusion mentale, le Vulcain découvre que l'homme a été victime des expérimentations du directeur du site, le Dr. Tristan Adams. Celui-ci cherche à mettre au point un neutralisant neural permettant de reconditionner les criminels, quitte à détruire leur personnalité. Aidé par la psychologue Helen Noel, Kirk affronte le Dr. Adams, qui périt victime de son invention diabolique.

Critique :

De manière plaisante, Les Voleurs d’esprit continue à décliner les sujets fétiches des séries Sixties. Après les Doppelgangers de La planète des illusions, voici les manipulations d’esprit et autres lavages de cerveaux peuplant les Spy Shows alors en vogue. Les amateurs de Chapeau Melon et Bottes de Cuir se sentiront d’ailleurs comme chez eux par moments, dans le seul est présent chez Steed et ses associées, on songe notamment au très sombre Lavage de cerveau, en saison 3. C’est d’autant plus vrai que le duo formé par le toujours viril Capitaine Kirk et la psychologue de l’Enterprise Helen Noel (que l’on ne reverra hélas plus par la suite) commence par produire quelques étincelles. Bien évidemment Helen finira par succomber au charme immarcescible de James Tiberius Kirk : n’est pas Cathy Gale qui veut ! On peut aussi regretter qu’en Diabolical Mastermind du jour, le Dr. Adams ne défraie pas la chronique. Sa scène la plus marquante demeure celle de sa mort, bien entendu causée par sa propre invention !

Star Trek continue à diversifier sa Science-fiction au-delà de Space-opéra classique, tout en continuant à développer son propre univers. Ainsi la fusion mentale vulcaine opère-t-elle ici une entrée en matière remarquée, lors de l’une des scènes les plus troublantes et marquantes de l’Opus. Léonard Nimoy et Morgan Woodward s’y montrent remarquables, tandis que M. Spock se pose toujours davantage en atout maître. L'épisode poursuit la réflexion sur les dangers de la quête d'une perfection devenue inhumaine débutée lors de l'opus précédent, avec le problème toujours moderne de la réinsertion des criminels. On apprécie que les auteurs se montrent suffisamment audacieux pour interroger le modèle même de la Fédération, le savant fou n'étant pas un malade mental s'étant emparé d’un asile psychiatrique, mais bel et bien un responsable officiellement mis en place par cette utopie abordant la criminalité comme un fait psychiatrique. Avec les meilleures intentions du monde, mais rejoignant des régimes bien plus sinistres.

Anecdotes :

  • Le rôle d’Helen Noel devait être initialement tenu par Janice Rand. Mais la décision avait déjà té prise de supprimer prochainement ce personnage et il parut dès lors peu judicieux de concrétiser sa romance avec le Capitaine.

  • Morgan Woodward (Van Gelder) put faire évoluer la carrière grâce à ce rôle, car jusque-là il était essentiellement cantonné au Western. Il participa ainsi à 19 reprises à Gunsmoke (1955-1975) en tant qu’artiste invité, un record. Il indiqua par la suite que Van Gelder fut son rôle le plus épuisant, aussi bien physiquement qu’émotionnellement.

  • L'épisode marque la première apparition de la fusion mentale vulcaine. Cette technique de fusion entre deux esprits va servir d’empathie, de moyen de communication ou encore d’hypnose thérapeutique. M. Spock s’avérera capable de l’établir y compris avec des créatures non humanoïdes. La fusion mentale vulcaine va connaître d’importants développements et de multiples applications tout au long de la franchise.

  • Le titre original fait allusion à Macbeth, où le protagoniste voit une dague dont il tente de saisir au moment de s’en prendre à son roi. Mais il ne s’agit que d’une hallucination créée par son esprit torturé.

  • Le script prévoyait que cela soit Scotty qui actionne le téléporteur, mais un extra fut finalement engagé pour cette seule action, une solution moins onéreuse que ce qu’aurait représenté le cachet de James Doohan.

Retour à l'index


11. MIRI
(MIRI)

Date de diffusion : 27 octobre 1966

Auteur : Adrian Spies

Réalisateur : Vincent McEveety

Résumé :

L’Enterprise découvre une planète en toute point identique à la Terre, mais qui se serait figée dans les années 60. Kirk et Spock dirigent une équipe d’exploration, et constatent que les villes sont laissées à l’abandon. Ils font la connaissance de la jeune Miri et comprennent qu’une maladie monstrueuse frappe les habitants ayant atteint la puberté, les rendant fous. Cela est dû à une expérience destinée à prolonger la vie mais ayant jadis mal tournée. Les enfants sont demeurés tels quels depuis 300 ans. Bientôt toute l’équipe est contaminée, hormis M. Spock, mais le Dr. McCoy parvient à élaborer un vaccin grâce à l’aide de Miri.

Critique :

L’épisode présente l’intérêt de nous montrer un futur dystopique, une originalité au sein de la série, mais rendant compte des courants pessimistes devenant progressivement dominants au sein de la Science-fiction des années 60, avant de triompher au cours de la décennie suivante (avec des films comme Soleil Vert, Mondwest ou L’Age de Cristal). Mais le récit surprend en tirant à la ligne de manière pour le moins outrée son message sur le danger des expérimentations génétiques en créant à cette fin une Terre bis.

Comme si les amateurs de Science-fiction avaient besoin d’un procédé aussi massif pour comprendre la portée de la mise en garde formulée. De plus le côté absurde de la situation se voit renforcé par le fait que le scénario ne se soucie jamais d’expliciter l’existence d’une autre Terre, totalement identique à la nôtre. On peut supposer que tout ceci sert en fait de justification à l’emploi de décors préexistants et à l’absence de maquillages aliens, un genre d’économies que Star Trek réitérera volontiers ultérieurement.

Par ailleurs, on regrettera le manque d’ambition global du scénario, pour lequel cette dystopie ne sert en définitive que de décor, et non de sujet Pas un instant l’épisode ne tente de sérieusement imaginer et dépeindre une société d’enfants livrés à eux-mêmes depuis 300 ans, soit l’équivalent de Sa Majesté des Mouches ou de Peter Pan, toutes proportions gardées. Au contraire, le récit bifurque très rapidement sur un suspense médical, certes efficacement mené, mais aussi très classique et centré sur l’équipe de l’Enterprise, au lieu de servir de prétexte à l’exploration de ce monde. L’épisode reste même flou sur ce qu’il va advenir de l’immortalité des enfants après que le traitement leur soit administré.

On appréciera néanmoins la présence de scènes en extérieur, pour la première fois depuis le pilote non diffusé. De même les personnages féminins semblent occuper une place plus importante qu’à l’accoutumée, avec une Janice Rand s’aventurant enfin en dehors de l’Enterprise et que Miri participant à la résolution de la crise. L’interprétation sensible de Miri par Kim Darby apporte également une belle véracité à son personnage. Le fait qu’elle soit jouée par une jeune adulte fait rend légèrement moins sulfureuses où la jeune Miri, à l’orée de la puberté se montre sensible au charme de Kirk. Mais décidément nous sommes bien dans les années 60 et leur libéralisation de la sexualité, cela passerait plus difficilement de nos jours !

Anecdotes :

  • Le scénario d’Adrian Spies fut largement réécrit par Roddenderry, qui en expurgea notamment les scènes explicitant le départ prochain de Janice Rand. La grande majorité des dialogues furent changés. Roddenderry estime également que le script était trop court de 10 minutes et dû embaucher un deuxième scénariste pour le compléter. Dès lors, il décida que Spies ne retravaillerait plus pour la série.

  • Âgée de 13 ans, Miri fut jouée par Kim Darby, qui en comptait 19. Il fut décidé que Miri porterait des vêtements amples, afin de dissimuler les formes de Kim Darby. 

  • Janice Rand quitte ici l’Enterprise pour la seule et unique fois des huit épisodes auxquels elle participe.

  • Les enfants des plusieurs membres de l’équipe de production (dont Gene Roddenberry) et de la distribution (dont William Shatner et Grace Lee Whitney) interprètent les jeunes personnages. Ceux de Greg Morris (Barney dans Mission Impossible) furent également conviés. Les deux séries étant produites par les Studios Desilu, leurs tournages étaient voisins.

  • Léonard Nimoy déclina l’invitation, refusant que ses enfants soient exposés si jeunes au monde du show business. Son fils Adam Nimoy allait néanmoins par la suite connaître une carrière de réalisateur pour la télévision, notamment sur Star Trek TNG.

  • L’épisode fut tourné par Vincent McEveety dans la foulée du précédent, Les voleurs d’esprit. Toutefois, victime d’un accident domestique, il réalisa l’épisode en chaise roulante.

  • Les rues vues dans les scènes en extérieur utilisent les décors de la sérié The Andy Griffith Show (1960-1968), également produite par les Studios Desilu. Ce décor représente la petite ville traditionnelle de Mayberry, dont le protagoniste est le shérif. M. Spock estime que la ville remonte à 1960, soit la date du lancement de cette série très populaire aux USA.

Retour à l'index


12. LA CONSCIENCE DU ROI
(THE CONSCIENCE OF THE KING)

Date de diffusion : 08 décembre 1966

Auteur : Berry Trivers

Réalisateur : Gerd Oswald

Résumé :

Le Capitaine Kirk est averti que'Anton Karidian, dirigeant d'une célérifère troupe de théâtre spécialisée dans les pièces de Shakespeare pourrait bien être Kodos, un ancien dirigeant de colonie qui aurait causé la mort de 4000 personnes. Les quelques personnes pouvant confirmer son identité sont assassinées ou manquent de l'être. Anton Karidian nie être Kodos, amis aussi l'instigateur des meurtres actuels. Le Capitaine va devoir découvrir l'identité du coupable.A cette fin il invite lma troupe à donner une représentation d'Hamlet à bord de l'Enterprise, mais son enquête se voit compliquée par le charme de la fille d'Anton, Lenore.

Critique :

L'épisode s'impose comme à part au sein de la saison, non pas comme tout à fait décalé, mais plutôt comme thématique, autour de la haute figure de Shakespeare. Au cœur de la culture anglo-saxonne, le Barde constitue une influence majeure sur nombre de séries, qu'il s'agisse d'adaptation directes ou indirectes. Les productions dédiées à l'Imaginaire ont parfois le privilège de le faire intervenir en tant que personnage, tout comme Rod Serling dans The Bard (4-18), sans doute l'épisode le plus irrésistiblement drôle de La Quatrième Dimension. Trois ans plus tard, sans se montrer aussi audacieux, Star Trek va séduire par l'ambition de son approche du Dramaturge.

Très finement écrit, le récit emprunte en effet aussi bien à McBeth (crime envers le peuple au lieu du roi, assez logiquement en démocratie, rescapé désirant exercer le châtiment) qu'à Hamlet (malédiction familiale, dérèglement du souverain, Conscience du Roi donnant son titre à l'opus, fille sombrant dans la démence) pour pleinement camper le duo Anton-Lenore en quintessence du style shakespearien. Bien avant David Tennant dans le The Shakespeare Code de Doctor Who, le choix d'un grand acteur shakespearien en la personne d'Arnold Moss contribue puissamment au succès de l'entreprise. L'épisode s'offre même l'audace de décrire pareillement James T. Kirk, via les citations de Jules César par Lenore. On redécouvre ainsi complètement le vaillant et viril Ccapitaine, en homme miné par son passé et disposé à la sournoiserie d'un complot pour défaire son ennemi. La conversation entre McCoy et Spock reste également un grand moment dramatique.

Barbara Anderson participe également à la démesure de l'ensemble, notamment lors de son impressionnant final. On regrettera par contre que le scénario choisisse ici la voix du Whodunit, assez à contretemps puisque qu'une fois saisie la mécanique shakespearienne à l’œuvre, l'identité du l'assassin ne fait plus guère de doute. On comprend que ce type de récit serve ici à dévoiler les personnalités hors normes du père et de la fille, mais les amateurs d'Agatha Christie se verront par contre sacrifiés, en l'absence de suspense et d'interrogation ludique. Star Trek n’en confirme pas moins ici la variété de ses potentialités en s'éloignant autant que possible ici de l'univers du Space-opera et sacrifiant les scènes d'action, ce qui valut d'ailleurs à l'opus un médiocre accueil auprès du public. C'est très naturellement que la série continuera par la suite à placer des références au Barde tout au long de son parcours.

Anecdotes  :

  • L'épisode restera le seul de l'épisode à montrer comment fonctionne le cycle artificiel de nuits et de jours à bord de l'Enterprise. Par la suite on entendra néanmoins des personnages se souhaiter une bonne nuit. Ici découvert, le décor du pont d'observation ne sera quasiment plus revu par la suite.

  • Barbara Anderson (Lenore) tient ici l'un de ses premiers rôles répertoriés. Par la suite elle participera à de nombreuses séries des années 60 et 70. Elle reste surtout connue pour les rôles de Mimi Davies en saison 7 de Mission Impossible et surtout d'Eve Whitfield, l'assistante de L'Homme de fer (1967-1975). Avec Lenore, elle devient l'une des artistes invitées arborant le plus de tenues différentes, avec un total de sept qui ne sera égalé que par Joan Collins.

  • Arnold Moss (Anton) fut un authentique acteur shakespearien de renom, connaissant un grand succès à Broadway. Passionné de mots-croisés, ce lettré fut également le principal auteur de ceux paraissant dans le New York Times, des années 40 aux 80.

  • L'épisode est le dernier tourné où figure Janice Rand. Grace Lee Whitney retrouvera néanmoins son rôle dans les films poursuivant la série. En 1998, elle fit paraître ses mémoires, The Longest Trek : My Tour of the Galaxy. Elle y narre notamment la période de dépression et d'alcoolisme qui suivit son retrait de la série, mais aussi qu'elle fut victime d'une agression sexuelle d'un des dirigeants du diffuseur, qu'elle refusa toujours de nommer. Elle ajoute que le seul véritable soutien qu'elle reçut durant cette période provint de Léonard Nimoy.

  • Pour la première fois, on entend la célèbre musique du générique insérée dans l'action. Un version Jazzy en est entonnée par l'orchestre durant la fête, quand Kirk rencontre Lenore, puis quand ils discutent dans la cabine.

  • Kodos donnera l'un des noms des deux extraterrestres terrifiants créés par Matt Groening et réapparaissant tout au long de Futurama. L'autre nom, Kang est celui d'un Klingon apparaissant dans l'épisode La Colombe.

Retour à l'index


13. GALILÉE NE REPOND PLUS
(THE GALILEO SEVEN)

Date de diffusion : 5 janvier 1967

Auteur : Oliver Crawford et S. Bar-David

Réalisateur : Robert Gist

Résumé :

Galilée, la navette de l'Enterprise, s'écrase sur une étrange planète alors qu'elle étudiait un phénomène énergétique. Les sept membres du groupe, dont M. Spock, McCoy et Scotty, ne peuvent plus communiquer avec le vaisseau et doivent faire face à des indigènes hostiles. Kirk recherche ses hommes mais doit aussi livrer de toute urgence des médicaments à la colonie de New Paris, ce qu'exige le Commissionnaire Farris. La tension monte dans le groupe quand deux de ses membres sont tués et que Spock continue à refuser d'employer la violence contre les agresseurs. Spock va devoir tenter une manœuvre illogique afin de sauver la situation.

Critique :

Au lieu de se centrer sur le Capitaine Kirk, The Galileo Seven a la riche idée d'accorder toute la place qu’ils méritent à ses deux officiers supérieurs, le Docteur McCoy et bien entendu M. Spock, véritable héros du récit. Le scénario s’intéresse aussi à la forte relation les unissant à à la fois si fraternelle et éruptive, tant l’humanité brute de décoffrage de McCoy se frotte à la pure logique proclamée du Vulcain. Bien entendu M. Spock va confirmer être en définitive bien plus qu’un ordinateur sur jambes. On se régale devant ce bel hommage à la place occupée dans la série et à la popularité alors grandissante de deux figures n’étant déjà plus des sidekicks. Le récit se montre également intense, avec l’emploi efficace d’un huis-clos à ciel ouvert pour dramatiser un suspense en soi classique. Kirk ne disparaît pas pour autant, l’intrigue le relègue au second plan avec élégance, mais les scènes avec son second et officier scientifique valent leur pesant d’or.

La personnalité de Boma et son affrontement avec Spock contribue également à hisser l’épisode au-delà des aventures spatiales classiques de ce type. Les thèmes du racisme, mais aussi de ce qu’implique réellement la responsabilité du commandement apportent une densité supplémentaire, et on apprécie l’acharnement à défendre la non-violence, là où la facilité aurait conduit à privilégier des affrontements spectaculaires. La représentation des gigantesques indigènes et les effets spéciaux ont sans doute vieilli, mais la mie en scène reste remarquable selon la norme des séries télévisées de l’époque. Le décorum de la navette apporte une valeur ajoutée visuelle indéniable, tout en permettant à Scotty de pleinement participer aux événements. Outre la nouvelle grande performance de Léonard Nimoy, on appréciera également celle de Don Marshall dont le talent vient à l’appui d’un rôle difficile, mais davantage ambitieux que ceux qui étaient alors communément proposés aux Afro-Américains.

Anecdotes  :

  • Le scénariste Oliver Crawford adapte ici le film Five Came Back (1939), où jouait une jeune Lucie Ball, devenue l'une des dirigeantes des Studios Desilu produisant Star Trek. Le récit narre le crash d'un petit avion dans les Andes et narre comment les épreuves (dont la confrontation avec des Réducteurs de tête !) révèlent la vraie personnalité des survivants.

  • Le grade d'enseigne est pour la première fois cité ici, avec l'enseigne O'Neill.

  • Jugeant leur maquillage peu convaincant, le réalisateur Robert Gist évita autant que possible de les filmer en gros plan. Il utilisa des éléments du décor pour suggérer leur taille supérieure à la normale.

  • Janice Rand est remplacée par l'aide de camp Mears (Phyllis Douglas), mais cette dernière ne réapparaîtra plus dans la série. Kirk n'aura désormais plus d'assistante.

  • La navette fut construite gratuitement par AMT, firme spécialisée dans les maquettes, en échange de disposer des droits de merchandising. Les vues ultérieures de la navette seront des réemplois de plans tournés à l'occasion de cet épisode.

  • Don Marshall (Boma) allait devenir l'une des vedettes de la série Au pays des Géants (1968-1970), au thème très similaire à celui de l'épisode : les rescapés du crash d'un vaisseau spatial vivent des aventures sur une planète où tout est gigantesque.

Retour à l'index


14. COUR MARTIALE
(COURT MARTIAL)

Date de diffusion : 02 février 1967

Auteur : Don M. Mankiewicz et Steven W. Carabatsos

Réalisateur : Marc Daniels

Résumé :

Le capitaine Kirk demande à passer en cour martiale quand il fait l'objet de soupçons suite à la mort de l'un membres de son équipage, Finney, survenue lors d'une tempête d'énergie. La fille de la victime l'accuse d'avoir commis meurtre, car un contentieux les opposait. La procureure Arrel Shaw, ancienne conquête de Kirk, se monte très efficace, d'autant que des enregistrements viennent aggraver la situation du capitaine. Mais McCoy et M. Spock prouvent qu'ils ont été trafiqués : Finney eest toujours vivant à bord de l'Enterprise et a tenté de détruire la carrière de Kirk, par vengeance.

Critique :

La tentative d'insérer Star Trek dans le genre très codifié et très externe à la Science-fiction que constitue le drama judiciaire ne convainc ici que médiocrement. Peut-être parce que la manœuvre n'a pas tant l'ambition de procéder à une authentique convergence de genres différents que d'opérer quelques économies, la tentative se caractérise en effet par plusieurs facilités d'écriture. Ainsi l'ordinateur ne se voit-il pas assez développé en Intelligence Artificielle pour pouvoir constituer un témoin à part entière, nous demeurons encore loin des Cyberpunks. Les personnages secondaires ne cessent d'apparaître et de disparaître sans réelle explications, selon les besoins de la procédure, alors que plusieurs éléments clefs de celle-ci demeurent très flous (pourquoi Kirk a-t-il procédé à l'éjection de la nacelle, comment Finney est-il parvenu à se cacher aussi longtemps à bord de l'Enterprise, comment la procureure pet-elle avoir été aussi proche de Kirk sans être récusée, etc.). Les costumes très flashy n'aident pas non plus à apporter de l'intensité au débat.

Le scénario, à la conclusion très précipitée, souffre en outre de plusieurs faiblesses initiales il n'aborde jamais le fait que Finney se condamne à rester à jamais dissimulé afin de ne pas réhabiliter Kirk. Plus fondamentalement, l'un des atouts majeurs du suspense judiciaire (l'accusé est-il coupable ?) s'avère totalement inopérant concernant le capitaine Kirk, héros de la série dont on ne peut douter de l'innocence. Il en va pareillement pour tous les personnages récurrents se retrouvant dans la même situation, que cela soit Walter Skinner dans La Visite des X-Files (3-21) ou encore Mère-Grand dans L'Homme au sommet de Chapeau Melon (6-24). Demeurent une solide interprétation, une évocation du danger des vidéos truquées et un amusant parallèle avec le classique de Sherlock Holmes que forme la nouvelle L'Entrepreneur de Norwood (1903), un parallèle malheureusement inexploité. On apprécie également que Star Trek confie un rôle d'officier supérieur à un acteur afro-canadien (excellent Percy Rodrigues), alors même que la ségrégation raciale ne fut formellement abolie qu'en 1964 et que peu de rôles d'autorité étaient encore confiés à des acteurs noirs.

Anecdotes :

  • Starfleet est ici définitivement instituée comme étant l'organisation à laquelle appartient l'Enterprise, avec Starflet Command à sa tête. Jusque-là son nom était demeuré évolutif. Spock continue aussi à parler de Vulcaniens et non de Vulcains.

  • En vue d'économies, la production désirait un épisode dont l'action serait circonscrite à un unique décor. Don M. Mankiewicz proposa l'idée un procès organisé autour d'un tribunal (il avait déjà écrit Le Procès, en 1955). Toutefois quelques décors secondaires moins élaborés durent être construits, comme le bureau de Stone ou le bar.

  • Le Capitaine Nensi Chandra est un des membres de la cour martiale. Le personnage sera repris dans le film de 2009, jugeant cette fois Kirk pour sa tricherie lors du fameux test de Koyashi-Maru.

  • Une version jazzy de la musique du générique est entendue au bar, quand McCoy rencontre Shaw.

Retour à l'index


15-16. LA MÉNAGERIE
(THE MENAGERIE)

Date de diffusion : 17 et 25 novembre 1966

Auteur : Gene Roddenberry

Réalisateur : Marc Daniels et Robert Butler

Résumé :

Spock s'empare de l'Enterprise et s'en sert pour emmener son ancien commandant, le Capitaine Pike, sur Talos IV. La planète a été mise en quarantaine par la Fédération voici 13 ans, après une exploration durant laquelle était sous les ordres du désormais atrocement défiguré Pike. Kirk rattrape Spock, qui se constitue prisonnier en demandant à être jugé en cour martiale. Il va révéler les étonnants événements survenus naguère sur Talos IV.

Critique :

Le double épisode recycle, principalement dans sa seconde partie, les événements survenus dans La Cage, le pilote non diffusé de Star Trek. Cet épisode ayant déjà été chroniqué, nous allons ici nous intéresser à l'histoire imaginée en première partie, autour de la rébellion de Spock, puis de son passage en cour martiale. On reconnaîtra à l'histoire de ne pas se limiter à un simple prétexte, mais au contraire d'introduire un vrai suspense quant aux raisons cachées du détournement de l'Enterprise par Spock et aux péripéties survenues sur Talos IV. Léonard Nimoy et William Shatner jouent pleinement le jeu et apportent de la conviction à ce récit mettant en avant la complicité existante entre le Capitaine et son premier officier, mais aussi à la vraie nature de ce dernier, bien plus émotionnel qu'il ne daigne l'admettre.

Le happy end, certes plus forcé que dans la cage, se montre également sensible et astucieux. Il n'en reste pas moins que le contraste d'ambition et d'intérêt avec La Cage demeure patent. De plus, quand on recadre la saison dans l'ordre de production des épisodes, le recyclage cette fois de Cour martiale apparaît lui aussi évident, avec ses récupérations de décors et de bouts d'histoire. On peut aussi s'étonner que ni Spock ni Kirk ne s'étonne que Numéro Un soit le sosie de l'infirmière de l'Enterprise, toutes deux étant interprétées par Majel Barrett ! Au total, si le cet emballage demeure suffisamment professionnel pour ne pas se moquer du public, on pourra néanmoins préférer visionner La Cage tel quel, sans fioritures non dépourvues d'intérêt, mais clairement inférieures à son corpus.

Anecdotes :

  • Il s'agit de l'unique double épisode de la série. Ce cas de figure deviendra davantage fréquent dans les productions ultérieures de la franchise. Il s'agit aussi de l'unique fois où le Journal du Capitaine sert à récapituler les événements précédents.

  • Marc Daniels réalisa l'épisode simultanément avec Cour martiale. Le retard pris sur le tournage de ce dernier épisode fut compensé par une journée gagnée sur celui de La Ménagerie. Les deux épisodes partagent plusieurs décors.

  • L'emploi du pilote non diffusé de la série fut décidé non tant pour réaliser des économies que pour compenser un manque de scripts disponibles. Par ailleurs cela permit de gagner du temps pour la réalisation des décors, effets spéciaux et costumes de la série, qui fut une permanente course contre la montre pour les relativement modestes Studios Desilu. 

  • L'épisode remporta en 1967 l'Hugo Award de la Meilleure présentation dramatique. Étaient aussi en lice deux autres épisodes de la série, mais également le Fahrenheit 451 de François Truffaut.

  • A la suite de cet épisode, Kirk fut rituellement considéré comme séduit par les femmes vertes, ce que l'on retrouve encore dans le film de 2009. Pourtant le passage concerne Pike !

Retour à l'index


17. UNE PARTIE DE CAMPAGNE
(SHORE LEAVE

Date de diffusion : 29 décembre 1966

Auteur : Théodore Sturgeon

Réalisateur : Robert Sparr

Résumé :

L’Enterprise découvre une planète apparemment paradisiaque, et le Capitaine autorise l’équipage à prendre un congé au sol. Mais des personnages issus de la littérature et de l’Histoire de la Terre (dont Alice et le lapin blanc, mais aussi Don Juan) se manifestent inexplicablement. M. Spock établit que le monde donne réalité aux pensées de l’équipage et découvre une source d’énergie. Il s’avère que ce monde est un gigantesque parc d’attraction, dont l’amical « concierge » s’est donné pour but de réaliser les rêves de ses visiteurs. L’équipage va pouvoir apprécier un agréable séjour.

Critique :

Idéalement programmé durant les fêtes de fin d’année 1966, Short Leave constitue, sinon le premier épisode ouvertement décalé de Star Trek, du moins son premier opus à clairement verser dans la comédie. On rit beaucoup lors des manifestations étonnantes et incongrues (mais aussi parfois inquiétantes) des manifestations du pouvoir de la planète. Si le scénario ne se structure guère au-delà d’allées et venues entre ces phénomènes et l’apparition du Deus Ex Machina final, on apprécie l’inventivité et la variété des effets, jouant aussi bien la carte de la Science-fiction que du Fantastique, de l’Histoire et de la Guerre. Provenant de la psyché et des désirs des protagonistes, ces apparitions permettent habilement d’en découvrir davantage sur eux-mêmes. Il en va ainsi de la soif de revanche motivant la carrière de Kirk ou de la libido très à la Playboy du bon docteur. Très dans la lignée d’un Rodenberry donnant régulièrement écho à la libéralisation sexuelle de années 60, l’ensemble du récit se montre assez explicite, ce qui le date également.

On regrettera que M. Spock ne connaisse aucune expérience de ce type, mais Sturgeon aura l’occasion d’y revenir la saison prochaine dans Le Mal du pays, épisode explorant l’arrière-cour de la roideur vulcaine. L’irruption du Deus Ex Machina s’avère plus habilement menée que lors de Charlie X. Elle est corrélée au reste de l’histoire et peut se deviner de manière assez ludique. De plus elle représente un joli pied de nez au poncif du lieu apparemment paradisiaque et se révélant piégé, puisqu’en définitive elle confirme la première impression ressentie. L’autre atout de l’épisode demeure la réalisation très efficace de Robert Sparr, sachant tirer un excellent parti des nombreuses scènes en extérieur et de l’étrangeté des apparitions, malgré les écritures imposées par Roddenberry à la dernière minute. On regrettera toutefois la réécriture massive du scénario original de Sturgeon, une pratique pouvant se justifier lorsqu’un écrivain n’est pas au fait de l’écriture télévisuelle, ce qui n’est pas le cas ici.

Le showunner tire adroitement vers la comédie ce qui constituait certainement un récit plus profond autour de la notion de loisir, cette singularité caractérisant l’être humain au sein du règne animal, et la nécessité d’y impulser une fantaisie personnelle pour que l’expérience devienne pleinement féconde. Une condamnation du tourisme de masse s’instaurant durant les années 60, mais aussi une condamnation des parcs d’attraction à la Disney, dont la planète constitue l’antithèse absolue. Une idée qui se verra développée ultérieurement par cette étonnante et parfois troublante série qu’est L'Île fantastique (1977-1984), mais aussi par le propre Holodeck qu’installera plus tard la franchise Star Trek. Le film Mondwest (Westworld) de Michael Crichton saura également en donner une version assombrie et inquiétante, en 1973. Mais, tel quel, on goûtera volontiers l’humour, volontiers à la lisière de l’auto-parodie, de Shore Leave, ce qui lui assurera une belle popularité au sein des conventions.

Anecdotes :

  • Théodore Sturgeon (1918-1985) fut une des plus grandes plumes américaines des Littératures de l’Imaginaire. Très personnelle, son œuvre particulièrement riche se situe à cheval entre Fantastique et Science-fiction, ce qui lui apporte une vraie spécificité souvent teintée de poésie. Longtemps peu lus par le grand public, ses textes explorant inlassablement la nature humaine (Cristal qui songe, Les Plus qu'humains, Les Talents de Xanadu…) connurent un grand succès critique. Ils exercèrent une influence profonde sur nombre d’auteurs de l’après-guerre, tels Harlan Ellison, Ray Bradbury ou encore Samuel R. Delany. Sturgeon est considéré comme l’une des quatre figures majeures de l’Age d’Or de la Science-fiction, aux côtés d’Isaac Asimov, Robert A. Heinlein et A. E. van Vogt.

  • Théodore Sturgeon collabora à plusieurs séries télévisées, dont les anthologies Tales of Tomorrow et Schlitz Playhouse of Stars ou encore Les Envahisseurs. Il écrivit un autre épisode pour Star Trek, Le Mal du pays (saison 2), mais mit fin à sa collaboration du fait d’une relation compliquée avec Roddenberry, qui refusa nombre de ses scénarios (dont un qui introduisait la notion de Directive Première de Starfleet).

  • Obligé de prendre un repos ordonné par son médecin (après deux ans d’activité forcenée, Roddenberry ne put superviser un scénario relevant longtemps davantage du Fantastique que de la Science-fiction. Il ne put intervenir qu’alors que le tournage était déjà commencé. 

  • Les scènes en extérieurs furent tournées au parc Africa USA Ranch, au nord de Los Angeles. Ce parc accueillit également les tournages des séries Daktari et Cowboy in Africa.

  • Le souvenir de Roddenberry assis à l’ombre des arbres du parc, réécrivant frénétiquement à la machine à écrire des scènes sur le point d’être tournées ou des dialogues à enregistrer en post-production, fut évoqué par divers membres de l’équipe comme témoignage de son souci maniaque de tout contrôler au sein de la série (aussi bien la fantaisie de l’histoire que ses conséquences budgétaires !).

  • Le réalisateur Robert Sparr s’entendit fort mal avec le reste de l’équipe et ne participa plus par la suite à Star Trek, d’autant que les réécritures de Roddenberry entraînèrent un retard d’un jour dans l’agenda de production.

  • La production loua un tigre, mais dut batailler pour que William Shatner renonce l’idée d’une scène de combat à mains nues entre Kirk et l’animal. Un éléphant fut également loué, mais ses scènes s’avérèrent trop difficile à tourner.

  • L’habituel générique de fin fut exceptionnellement remplacé par des images de scènes hautes en couleur de l’épisode.

Retour à l'index


18. LE CHEVALIER DE DALOS
(THE SQUIRE OF GOTHOS)

Date de diffusion : 12 janvier 1967

Auteur : Paul Schneider

Réalisateur : Don McDougall

Résumé :

Alors que l'Enterprise passe à proximité d'une planète, Kirk et Sulu disparaissent soudainement. McCoy dirige une équipe d'exploration au sol, qui découvre que les deux hommes sont retenus dans un château fort n'ayant inexplicablement pas été détecté. Le maître des lieux se présente comme étant le Chevalier Trelane et les traite aussi bien comme des hôtes que comme des prisonniers. Une partie difficile s'engage contre cet être tout puissant, jusqu'à ce que deux de ses aînés viennent le sermonner.

Critique :

On reprochera au Chevalier de Dalos sa forte impression de déjà-vu. Dès ses commencements, et en attendant Q, la franchise Star Trek apprécie les êtres quasi divins et on retrouve ici plus d'une convergence avec Charlie X : toute puissance, immaturité infantile, conclusion pour lemoins similaire. Il n'y a pas jusqu'à la révélation finale que des événements longtemps inexplicables soient en définitive causés par un enfant qui ne rappelle l'un des classiques de La Quatrième Dimension, Étape dans une petite ville. On appréciera toutefois cet épisode comme l'un des plus divertissants de la saison, riche en péripéties et sensations fortes. Tous les twists s'avèrent ainsi minutés avec un art consommé du spectaculaire, y compris lors de la phase initiale et de son intrigant mystère. Le récit sait pour autant ne pas verser dans la vacuité de l'effet pour l'effet, notamment lors de la dramatisation apportée par un Kirk prêt à se sacrifier pour sauver son équipage.

Exubérante et sans retenue aucune, la composition hors normes de William Campbell demeure le grand atout de l'opus, apportant à Trelane une personnalité crevant l'écran. Avec un vrai sens de l'exagération joyeuse et désinhibée fleurant bon une carrière largement dorée au soleil du Nanar, Campbell dynamite l'histoire dans la bonne humeur. A sa manière il fait de Trelane l'anti Spock absolu, et les scènes de confrontation entre les deux personnages acquièrent une indéniable intensité, avec une palpable hostilité réciproque. Léonard Nimoy n'a qu'à jour sur le registre habituel d'un Spock qu'il connaît désormais par cœur pour rendre l'ensemble détonnant. Le scénario échoue par contre à rendre la chute finale davantage convaincante que lors de Charlie X, la série tombant une nouvelle fois dans le piège que constitue l'aisance avec laquelle ces entités quasi divines peuvent devenir des Deus Ex Machina.

Anecdotes  :

  • Trelane préfigure clairement le tout puissant et passablement infantile Q, qui fera les beaux jours de Next Gen.Q-Squared, un roman dérivé publié en 1994 établira qu'effectivement Trelane appartient au Continuum Q et qu'il est le petit-fils de Q lui-même.

  • L'épisode est censé se dérouler 900 ans après l'Empire napoléonien, soit au XXVIIIe siècle. Or la série est indiquée se dérouler au XXIIIe siècle.

  • William Campbell (Trelane) connut une carrière aux très nombreux seconds rôles, notamment dans dans films 'horreurs. Il fut ainsi l'une des figures des productions de Roger Corman (Demantia 13). Dans Star Trek, il reste surtout remémoré pour le rôle du Capitaine klingon Koloth (Tribulations), qui fit de lui une vedette des conventions des années 80 et 90 et que l'on retrouvera dans Deep Space Nine.

  • Plusieurs témoins imputèrent le retard d'un jour pris dans la production de l'épisode à l'achrnement de Campbell à être doté d'une perruque à la Française, mais lui-même mis en cause une blessure survenue lors du duel à l'épée avec William Shatner.

  • Durent le tournage, Campbell fit une erreur de texte, évoquant Uhura comme « Nubien slave », au lieu de « Nubian prize ». Cela provoqua la colère de Nichelle Nicholls, militante de African-American Civil Rights Movement.

Retour à l'index


19. ARENA
(ARENA)

Date de diffusion : 19 janvier 1967

Auteur : Fredric Brown et Gene L. Coon

Réalisateur : Joseph Pevney

Résumé :

L’Enterprise poursuit des Gorns ayant détruit un avant-poste de Fédération, sur Cestus III. Des entités supérieures, les Metrons, paralysent les deux vaisseaux, puis téléportent leurs commandants sur une planète aride. Le duel à mort de ces deux champions va décider de la survie de leur espèce. Le Gorn est supérieur physiquement, mais Kirk triomphe après avoir construit un canon rudimentaire. Toutefois il décide d’épargner son adversaire et les Metrons choisient de respecter sa volonté, ne détruisant pas les Gorns. Ils estiment que, dans quelques milliers d’années, les Terriens pourront devenir leurs alliés.

Critique :

Arena se distingue par plusieurs aspects de la nouvelle originelle de la nouvelle éponyme de Fredric Brown. Ainsi le célèbre duel entre le Capitaine Kirk et son alter ego Gorn (jamais nommé) ne débute-t-il qu’à la vingt-troisième minute, alors que Brown nous y immergeait quasiment d’entrée. Sans doute trop longue, cette introduction ne pénalise que partiellement l’épisode. Le récit initial plaira aux amateurs de Space-opera traditionnel, d’autant que l’Enterprise en mode de confrontation spatiale était demeurée jusqu’ici une relative rareté. Le duel lui-même se résout de manière moins subtile qu’en littérature, où il devenait en définitive un duel d’esprit, où il s’agissait en définitive de comprendre véritable la nature de l’Autre et les faiblesses inhérentes. Ici, en substance, la victoire revient à celui qui se construit le plus grand flingue. A contrario, on apprécie davantage la conclusion de l’opus, moraliste et positive, donc dans la lignée de la série, là où Brown se montrait sombre et impitoyable. En fin de partie, on retrouve la figure désormais classique de l’entité quasi divine, mais, cette fois préalablement insérée au récit, elle ne constitue pas ici un embarrassant Deus Ex Machina.

Mais le plat de résistance d’Arena reste bien entendu le combat lui-même. C’est-à-dire l’un des moments les plus iconiques de la série entière, aussi admiré que moqué, et donnant au lieu à de nombreux hommages, mais aussi de parodies, au sein de la culture populaire (une référence absolue pour le Sheldon de The Big Bang Theory). Si, en digne précurseur des monstres de X-Or et consorts Metal Heroes, le costume du Gorn propulse effectivement la séquence vers les rieuses contrées du Nanarland, de même que les éléments en carton-pâte, on avouera apprécier son intensité, sa mise en scène au couteau et l’ingéniosité de ses péripéties. Un pur moment de bravoure télévisuelle, devant aussi beaucoup à l’apothéose de la virilité 60’s qu’incarne le Shat, mais aussi aux deux comédiens se succédant dans la peau du Gorn. Toutes proportions gardées, on songe volontiers à l’héroïsme des deux acteurs du mémorable combat préhistorique de An Unearthly Child, le légendaire pilote de Doctor Who. La version remastérisée s'efforce de résoudre cette dualité, en améliorant considérablement l’apparence du Gorn, mais nous tenons qu’en matière nanardesque le mieux est toujours l’ennemi du bien et demeurons fidèles à cette ode à la magie de l’imagination que transcende la Science-fiction.

Anecdotes  :

  • Ce ne fut qu'après que Gene L. Coon eut écrit le scénario que la production s'aperçut de fortes similarités existant avec la nouvelle Arène, publiée par Fredric Brown en 1944. Ce texte constitue l'une des œuvres les plus connues de cet auteur souvent publié dans les Pulps, maître de l'humour noir et parodique, dont l’œuvre oscille entre le Roman noir et la Science-fiction. Afin d'éviter une contestation ultérieure, il lui fut proposé d'être crédité comme co-scénariste.

  • Les scènes en extérieur, dont le fameux combat, furent tournées au parc de Vazquez Rocks. Celui-ci apparaît dans de nombreux Westerns pour figurer l'Ouest sauvage et la série Zorro de Disney y fut entièrement tournée. Le fort aperçu dans l'épisode fut redécoré en décor de Science-fiction. Bâti en 1956 pour la série historique Tales of the 77th Bengal Lancers, il apparaît dans plusieurs autres programmes : Bonanza, Les Mystères de l'Ouest, Mission Impossible...

  • Une explosion intervient trop près de William Shatner, qui en conserva un acouphène sa vie durant.

  • Outre les Gorns, l'épisode introduit la planète Cestus III, qui sera évoquée à de nombreuses reprises au cours de la franchise. Dans Deep Space Nine, Kasidy Yates en est ainsi originaire. La Fédération est également citée pour la première fois ici.

  • En 2013, William Shatner parodiera la scène contre le Gorn en 2013 dans une publicité pour un jeu vidéo Star Trek.

Retour à l'index


20. LES JUMEAUX DE L'APOCALYPSE
(THE ALTERNATIVE FACTOR)

Date de diffusion : 30 mars 1967

Auteur : Don Ingalls

Réalisateur : Gerd Oswald

Résumé :

Alors que l'Enterprise cartographie une planète inconnue, de violentes turbulences énergétiques se produisent quand le dénommé Lazarus y apparaît brusquement. Il affirme être poursuivi par un adversaire provenant d'un autre univers. Spock établit que l'Anti Lazarus provient d'une dimension d'anti-matière et que s'il finissait par atteindre Lazarus, les deux univers seraient détruits par la déflagration en résultant. Kirk parvient à ce que la rencontre ait lieu dans un tunnel entre les deux dimensions, emprisonnant les deux Lazarus pour l'éternité.

Critique :

The Alternative Factor se voit généralement placé parmi les plus mauvais épisodes de la série (voire) de la franchise), alors que cet honneur douté est généralement réservé à la saison 3, avec des incontournables comme Spock’s Brain ou Turnabout Intruder. Et pourtant, en soi, son idée originale  ne manquait pas d'atouts, avec une première incursion dans ce domaine si souvent fertile que représentent les univers parallèles, que la série saura exploiter avec autrement d'éclat ultérieurement. Le thème d'un personnage se sacrifiant pour sauver deux univers aurait également pu apporter un souffle dramatique à l'histoire. On avouera également apprécier le côté artisanal du trucage représentant l'affrontement éternel entre les deux Lazarus, l'un des souvenirs qui nous aura marqué lors de la désormais lointaine diffusion de Star Trek sur feue La Cinq. . Mais le soufflet va rapidement retomber, l'opus ayant sans aucun doute été irrémédiablement pénalisé par ses réécritures massives et laborieuses, ainsi que par un tournage ayant dû faire face à la désertion en rase campagne de l'artiste invité du jour.

De fait le scénario manque de souffle et multiplie les maladresses. Ainsi l'épisode allie des justifications scientifiques hasardeuses à des trous scénaristiques béants, pour un résultat passablement ridicule. Ainsi si tout est parfaitement symétrique entre les deux univers-miroirs, on se demande bien pourquoi les deux Lazarus sont si différents, et où a bien pu passer l'Enterprise alternative. On encore pourquoi Starfleet se préoccupe de l'évacuation du vaisseau si la galaxie entière (au bas mot) va exploser, etc. Ayant dû improviser le rôle de Lazarus en catastrophe, Robert Brown en est réduit à cabotiner et échoue à faire réellement exister la dualité de caractère entre ses deux personnages. L'acteur n'est aidé non plus par ces séquences répétitives voyant Lazarus déambuler dans le désert, un évident procédé de remplissage. En fait on comprend qu'au lieu de réellement constituer un premier opus dédié aux univers parallèles, The Alternative Factor représente une bancale et énième exploitation du thème des doubles. Soit un poncif des années 60, auquel la saison a d'ailleurs déjà consacré deux épisodes, The Enemy Within et What are Little Girls Made Of ?. Une occasion manquée.

Anecdotes :

  • Les scènes en extérieurs furent tournées au parc de Vasquez Rocks, tout comme celles de l'épisode précédent, Arena.

  • Lazarus devait être initialement joué par John Drew Barrymore (père de Drew), mais celui-ci ne se présenta pas au début du tournage. Le planning fut bouleversé pour filmer d'abord les scènes où il était absent, ce qui conduisit à diminuer les extérieurs. Robert Brown dut ensuite récupérer le rôle en catastrophe et le tournage pris deux jours de retard. Barrymore fut suspendu durant six moins par la Screen Actors Guild, ce qui l’empêchait d'exercer durant cette période.

  • L'effet représentant l'affrontement entre les deux Lazarus fut obtenu en superposant des images en négatifs, superposées avec une photographie de la Nébuleuse Trifide. Découvert en 1750, ce corps céleste est réputé pour sa luminosité et sa forme évoquant un trèfle.

  • L'épisode voit s'établir la première liaison audio directe avec Starfleet Command.

  • Le scénario prévoyait initialement une romance entre Lazarus et une membre de l'équipage, jouée par une actrice afro-américaine, mais cela fut annulé. Roddenberry expliqua que cette histoire amoureuse aurait fait doublon avec celle de l'épisode Les derniers tyrans, cette même saison.

Retour à l'index


21. DEMAIN SERA HIER
(TOMORROW IS YESTERDAY)

Date de diffusion : 26 janvier 1967

Auteur : D.C. Fontana

Réalisateur : Michael O'Herlihy

Résumé :

Un phénomène cosmique envoie l'Enterprise en orbite autour de la Terre, mais dans les années 1960. Un pilote de l'US Air Force, John Christopher, prend en chasse ce qu'il prend pour un OVNI. Afin de le sauver d'un crash, Kirk le fait téléporter à bord. En utilisant la gravité du Soleil, l’Enterprise va pouvoir revenir à son époque, mais aussi ramener Christopher juste avant les événements, empêchant ainsi que le Futur ne soit perturbé.

Critique :

Après la première excursion dans les Univers parallèles proposée par The Alternative Factor, la série s'essaie ici aux voyages temporels (hormis la très brève expérience de The Naked Time), mais cette fois le succès va s’avérer pleinement au rendez-vous. Certes, tourner dans des décors contemporains permet sans doute à la production de faire des économies vis-à-vis des décors, costumes et maquillages aliens, mais l'épisode ne se montre pas chiche pour autant. On apprécie en particulier les superbes plans de l’Enterprise surplombant la bonne vieille Terre. Surtout, l'opus va pleinement savoir saisir les différentes opportunités présentées par ce déplacement temporel. Ainsi placer l'action dans la contemporanéité du spectateur d’alors apporte une crédibilité supplémentaire à l'utopie que constituent la Fédération et Starfleet : la continuité entre notre Présent et ce Futur se voit réaffirmée. Le scénario sait déjouer l'évidente difficulté que constitue l'absence de tout réel danger pour Kirk et les siens, du fait du différentiel technologique, en jouant sur l'autre enjeu que constitue la sauvegarde impérative de la continuité historique.

Cela débouche sur un récit riche en péripéties et souvent très drôle. De fait l'opus amuse beaucoup, avec le renfort des prises de bec spécialement toniques entre M. Spock et McCoy, ou encore l'humour de l'interrogatoire de Kirk, entre mensonges et vérités. Christopher est une rencontre attachante, qui contribue à enrichir le récit d'une interrogation morale sur la conduite à tenir. On est heureux que Kirk n'en ait pas fait un prisonnier du Futur, quitte à glisser sur les diverses facilités de la résolution du problème. Il reste très amusant en soi de voir l'Enterprise être considéré comme un vaisseau alien. Toutefois la vision des Années 60 donnée par l'épisode demeure très proprette et consensuelle, au moment où la Guerre du Vietnam et la Contre-culture frappent à la porte. Star Trek demeure une production la production d'un network de l'époque, aux normes d'autant plus impératives qu'il y est question de l'US Air Force. Le film Star Trek IV : Retour sur Terre saura développer une approche plus contrastée des années 80. Au total une très divertissante excursion 60's, comme le deviendra plus tard le finalement assez similaire 1969, de Stargate SG-1.

Anecdotes :

  • L'épisode est le tout premier à se dérouler sur Terre, même si nous ne la découvrons pas encore à l'époque de la Fédération.

  • La fronde gravitationnelle permettant d'économiser du carburant sera de nouveau employée dans les films prolongeant la série au cinéma. Elle est réellement appliquée dans l'exploration spatiale, notamment concernant les sondes.

  • M. Spock craint les manipulations qu'un voyageur venu du Futur pourraient entreprendre, cette idée sera reprise dans ls séries ultérieures de la franchise, notamment dans l'épisode Question de temps (Next Generation), La Fin de l'avenir (Voyager) ou encore la saison 2 de Discovery.

  • Demain sera hier devait initialement former la seconde partie d'un double épisode, la première étant devenue L'équipage en folie.  D.C. Fontana adapta l'histoire, pour laquelle le scénariste originel, Robert Justman, ne reçut ni crédit, ni cachet.

  • Kirk indique que le premier alunissage se déroula à la fin des années 60, ce qui survent effectivement le 21 juillet 1969. Cette précision témoigne des progrès de la conquête spatiale, les productions de Science-fiction ayant jusque-là coutume de situer l’événement dans les années 70.

  • L'épisode fut toutefois diffusé la veille de la catastrophe d'Apollo 1, voyant l'intégralité de l'équipage périr durant un incendie survenu lors d'un test au sol. Il devait s'agir du premier vol avec équipage du Programme Apollo, qui connut un important déclage, afin de tirer les leçons du drame.

  • L'avion de Christopher est un F-104 Starfighter. En activité dans l'US Air Force de 1958 à 1969, il s'agissait effectivement d'un intercepteur diurne, réputé pour sa vitesse importante (plus de 2250 Km/h) et sa capacité à atteindre de hautes altitudes. Il fut aussi connu pour un nombre élevé d'accidents et des scandales de corruption liés au constructeur Lockheed, qui lui valurent le sobriquet de Fallfighter.

Retour à l'index


22. LE RETOUR DES ARCHONS
(THE RETURN OF THE ARCHONS)

Date de diffusion : 09 février 1967

Auteur : Boris Sobelman et Gene Roddenberry

Réalisateur : Joseph Pevney

Résumé :

Afin de mener une enquête, l'Enterprise aborde une planète où voici 100 ans un vaisseau terrien, l'Archon, a mystérieusement disparu. L'équipage découvre un régime autoritaire, d'un niveau scientifique équivalent à notre XIXe siècle, où tout semble figé. Les pulsions sociales s'expriment lors du Festival, où les violences se donnent libre cours. Kirk et les siens découvrent que cet ordre social trouve son origine dans le crash de l'Archon, mais aussi que le dirigeant Landru n'est en fait qu'un ordinateur géant.

Critique :

Avec Le Retour des Archons, la série continue à varier, sinon les plaisirs, du moins les fthèmes de la Science-fiction : après les Univers parallèles (Les Jumeaux de l'Apocalypse) et le Voyage dans le Temps (Demain sera hier), nous abordons la Dystopie. En soi une gageure au sein d'une série aussi fondamentalement utopiste que Star Trek, une telle approche pouvait légitimement susciter la curiosité. Malheureusement la critique sociale que développe le Monde selon landru embrasse trop large. On comprend qu'à larges trais, il s'agit d'une critique du collectivisme vis-à-vis de cette notion très américaine qu'est l'individualisme dans la quête du bonheur. Mais le collectivisme ici dépeint demeure trop générique pour que le pamphlet n'y perde en impact. Il pourrait tout aussi bien s'agir du Fascisme que du Communisme, de la Théocratie que de la menace des ordinateurs planifiant nos sociétés et nos vies. Avec dans ce dernier cas une approche très Sixties voyant l'ordinateur comme un simple objet fini, loin de la dispersion des réseaux à la Skynet, plus contemporaine.

Certains membres de l'équipe ont même ultérieurement évoqué une critique voilée de la Guerre du Vietnam ! On aurait aussi pu envisager d'enrichir le propos en évoquant aussi les excès d'un individualisme à tout crin de l'individualisme (ou loi de la jungle), mais là encore Star Trek demeure une série produite par un Network des années 60. Ce flou du discours sous-jacent rejoint celui d'un scénario parfois inutilement complexifié, parfois trop vague. Ainsi la nature du Festival et son insertion au sien de la société ne sont-elles jamais réellement explicitées, de même que la victoire de Kirk sur l'ordinateur apparaît assez naïve. La Directive Première résulte moins clairement formulée qu'elle ne le deviendra par la suite. Au total cette première expérience dystopique ne convainc qu'imparfaitement, mais demeure en soi une démonstration de la variété des thèmes qu'autorise Star trek. De plus, ce monde anti-individualiste préfigure à sa manière le terrifiant Collectif Borg, doit l'un des apports majeurs de Star Trek Next Generation à la franchise.

Anecdotes :

  • Bobby Clark a joué de nombreux figurants au cours de la série. Il tient ici son unique rôle parlant, avec l'homme sautant à travers une fenêtre en hurlant « Festival ! Festival ! ».

  • Les scènes extérieures furent tournées dans une reconstitution de rue déjà vue dans l’épisode Miri.

  • Archon est un titre de dirigeant provenant de la Grèce antique et que l'on retrouve dans de termes comme monarchie ou anarchie. Il s'agit aussi du nom d'un groupe d'étudiants auquel appartint Roddenderry.

  • L'épisode a été cité parmi les inspirations de la saga American Nightmare, au cinéma.

  • La Directive Première de Starfleet (non-ingérence dans une civilisation n'ayant pas encore découvert le vol supra-luminique) est ici évoquée, même si pas encore sous sa forme définitive. Sous l'autorité de la Fédération Unie des Planètes, vingt-quatre Directives supplémentaires vont progressivement être adjointes à la Première au fil de la franchis. Le respect (ou le non-respect) des Directives a été source de nombreux scénarios, mais plusieurs scénaristes se sont plaints d'avoir à gérer un tel carcan. Le film Star Trek Into Darkness (2013) s'ouvre sur un viol particulièrement spectaculaire et délibéré de la Directive Première par James T. Kirk, ce qui n'a pas contribué à le rendre populaire dans le noyau dur des Trekkies.

Retour à l'index


23. ÉCHEC ET DIPLOMATIE
(A TASTE OF ARMAGEDDON)

Date de diffusion : 23 février 1967

Auteur : Robert Hamner et Gene L. Coon

Réalisateur : Joseph Pevney

Résumé :

L'Enterprise mène une mission diplomatique dans un système récemment découvert. Kirk découvre que deux planètes s'y mènent une guerre atomique paternellement virtuelle : les victimes sont déterminées par ordinateur avant de devoir aller dans des cabines de désintégration. Le conflit dure depuis des siècles, sans avoir détruit la civilisation ou l'environnement. L'Enterprise est menacée mais Kirk détruit les ordinateurs et les deux planètes préfèrent faire la paix plutôt que de basculer dans la guerre totale.

Critique :

Certes, on trouvera ici des doublons superficiels avec l'opus précédent, Le Retour des Archons : société dystopique gérée par des ordinateurs finalement détruits par Kirk. Toutefois Echec et diplomatie nous vaut une dénonciation de l'holocauste nucléaire particulièrement originale au sein de la série par son recours à l'humour noir et absurde. Soit un courant alors en vogue dans la science-fiction cette fois littéraire et de fait, le récit ne déparerait pas chez Robert Sheckley, Fredric Brown ou encore Stanislas Lem. Le spectateur se voit ainsi confronté au constat sans fard de la folie froide caractérisant l'équilibre de la terreur, avec un rare impact. Le scénario sait aussi se montrer étonnamment prophétique, puisque que, à notre époque, la guerre est effectivement devenue une forme de jeu vidéo, avec ses missiles et ses drones dirigés depuis un ordinateur parfois situé à des milliers de kilomètres de distance.

Toutefois cette brillante idée de départ aurait sans doute été mieux exploitée au sein d'une anthologie comme La Quatrième Dimension, où elle aurait eu droit à toute l'attention de l'auteur. Ici elle doit partager l'écran avec la mécanique de la série, tout comme avec l'autre sujet que constituent la cour martiale de Scotty et la présence de l'Ambassadeur de la Fédération. Même si l'on apprécie   que le vaillant et loyal chef des machines ait son quart d'heure de gloire, tout ceci demeure beaucoup plus classique que le thème principal, tout en empêchant d'installer celui-ci plus solidement. Au moins l'Ambassadeur s'avère-t-il plus complexe que le poncif du boulet de service et permet-il de découvrir les rouages de la Fédération en dehors de la seule Starfleet. Par ailleurs es costumes toujours à la fois très Sixties mais aussi relevant des Pulps, jouent un grand rôle dans l'atmosphère Star Trek. Ici, hormis pour la belle Mea 3, il se montrent contre-productifs, tant les uniformes apparaissent ridicules.

Anecdotes :

  • La Fédération acquiert ici son titre complet en devenant la Fédération Unie des Planètes.

  • Une grande peinture de cité est de nouveau utilisée pour évoquer la cité à ciel ouvert, c'est la dernière fois que ce procédé sera utilisé au cours de la série.

  • La comptabilité des victimes de guerres s'inspire de celle qui vient d'être mise en place en 1967, dans le cadre de la Guerre du Vietnam.

  • DePaul est joué par Sean Kenney, qui incarnait le capitaine Pike défiguré lors de l'épisode La Ménagerie.

  • Barbara Babcock (Mea 3) est encore à l'orée d'une très belle carrière télévisuelle, qui la verra notamment tenir des rôles récurrents dans Dallas, Capitaine Furillo ou encore Docteur Quinn, femme médecin. Elle va accomplir d'autres apparitions dans la série, mais aussi y tenir des rôles de voix : en tout elle participera à six épisodes de Star Trek.

Retour à l'index


24. LES DERNIERS TYRANS
(SPACE SEED)

Date de diffusion : 16 février 1967

Auteur : Gene L. Coon et Carey Wilber

Réalisateur : Marc Daniels

Résumé :

L'équipage découvre un vaisseau terrien à la dérive, le Botany Bay. Celui-ci date des années 1990 quand la Terre fut dévastée par les Guerres Eugéniques. Une équipe de l'Enterprise s'y téléporte, dont l'historienne Marla McGivers. Elle découvre des dizaines de corps en suspension et un homme inanimé. Celui-ci se révèle être Khan Noonien Singh, un seigneur de la guerre génétiquement amélioré afin d'avoir une force surhumaine. Avec ses semblables, et l'aide de McGivers tombée amoureuse de lui, Khan entreprend de s'emparer de l'Enterprise, mais Kirk et Spock retournent la situation. Khan et les siens sont exilés sur une planète hostile mais habitable.

Critique :

Le recul a fait que Les Derniers Tyrans ait désormais avant tout considéré comme le prologue de Star Trek II : La Colère de Khan (1982), encore à ce jours le film emblématique de la franchise pour le cœur historique des Trekkies, puis du davantage contesté Star Trek Into Darkness (2013). Et pourtant l'épisode vaut aussi par ses qualités propres. D'abord, par son évocation des Guerres Eugéniques, il commence à développer ce qui deviendra l'Histoire du Futur décrit par la franchise, l'un de ses atouts majeurs. Un thème de Science-fiction toujours captivant (La passé à travers Demain, et autres récits de Robert A. Heinlein, Fondation d'Isaac Asimov, Les Seigneurs de l’Instrumentalité de Cordwainer Smith, etc.). D'un point de vue rétro-futuriste, est déjà amusant en soi de constater qu'en 1967 on prévoyait des technologies génétiques aussi développées trente ans plus tard !

Magnifiquement dialogué et interprété avec un charisme incroyable par le grand Ricardo Montalbán, Khan apporte enfin à la fin l'un de ces méchants flamboyants à la mode des années 60. On s'en régale tout au long d'un récit riches en péripéties, alors même jusque-là la saison s'était montrée plutôt chiche en antagonistes intrinsèquement mauvais. On comprend sans peine l'espère de respect contraint que ressent Kirk, jusqu'à prendre sa décision la plus contestée en condamnant simplement Khan et les siens à l'exil (ce qui ultérieurement finira par coûter la vie à Spock...), mais un méchant de qualité, c'est aussi un méchant qui revient ! Cette fin préfigure idéalement l'inévitable retour de la vengeance, qui ne surviendra qu'au cinéma. L'épisode sait aussi hisser l'affrontement entre Kirk et Khan comme symbole de l'opposition entre les valeurs démocratique de   la fédération et l'hubris du Fascisme. Équilibre et divers, l'équipage triomphe en définitive des surhommes auto-proclamés. On pourra regretter le portrait de l'historienne en femme immédiatement soumise au Mâle Alpha, mais Uhura est là pour contrebalancer l'ensemble.

Anecdotes :

  • L'épisode marque l'apparition de Khan Noonien Singh, sans doute l'antagoniste de Kirk le plus fameux. De nouveau joué par Ricardo Montalbán, il réapparaîtra dans le film Star Trek II : la Colère de Khan (1982), puis par Benedict Cumberbatch dans l'univers alternatif de Star Trek Into Darkness (2013).

  • Ricardo Montalbán, alors l'artiste invité le plus connu qu'avait connu la série, exigea que Khan soit doté de cinq costumes différents. Les Studios Desilu disposant de moyens modestes, cela obligea les costumiers à faire très simple pour les tenues des autres personnages.

  • L'évocation des Guerres Eugéniques (1992-1996) constitue le premier élément « historique » apporté par la série. Les différentes productions de la série (films séries et romans) continueront à développer une authentique Histoire du Futur. La série originelle couvre les années 2265-2269. L'horizon chronologique de l'Univers Star Trek connaîtra une nouvelle amplification avec la saison 3 de Discovery (2020), qui devrait se dérouler en 3157.

  • Le décor du Botany Bay entraîna un dépassement du budget de l'épisode, qui avoisina les 200 000 $ alors que 180 000 $ étaient prévus. La saison allait coûter alors 80 000 $ de plus qu'anticipé, ce qui compliqua son renouvellement.

Retour à l'index


25. UN COIN DE PARADIS
(THIS SIDE OF PARADISE)

Date de diffusion : 02 mars 1967

Auteur : Nathan Butler et D.C. Fontana

Réalisateur : Ralph Senensky

Résumé :

Une colonie de la Fédération avait été détruite par un rayonnement mortel peu après sa création. Kirk a la surprise de découvrir que les colons sont toujours vivants. L'équipage est accueilli amicalement, mais découvre que toute vie non humaine a disparu. La population a été sauvée par des spores émises par d'étranges fleurs, mais celles-ci influent aussi sur le comportement, les humains devenant aussi heureux qu'apathiques. L'équipage (y compris M. Spock, qui tombe amoureux) est contaminé. Kirk sauve la situation, son attachement à Starfleet surpassant l'influence des spores.

Critique :

Avec le recul, et sans être berné par le voile de la « Science-fiction pour adolescents » ayant sans doute trompé le diffuseur, il reste difficile de ne pas percevoir cet épisode comme une métaphore du mouvement Hippie et de son penchant pour les substances relaxantes, alors même que la Contre-culture commençait à déferler sur les États-Unis. Plusieurs attitudes typiques de la consommation de cannabis, marijuana et consorts, sont ainsi aisément repérables tout au long de ce récit faisant écho au Mythe des Lotophages. Un coin de paradis reste également l'occasion pour les comédiens de sortir des sentiers battus, avec une prime pour DeForest Kelley, totalement en roue libre avec un Dr. McCoy particulièrement défoncé (ou plus alcoolisé que d'accoutumée, qui peut savoir). On s'amuse volontiers tout de long de cette histoire nos parlant en définitive davantage de l'utopie de la Flower Power Generation que de celle de la lointaine Fédération Unie des Planètes.

Mais D.C. Fontana sait apporter un surcroît d'ambition à l'ensemble. Elle profite ainsi de l'occasion pour renverser astucieusement la formule de la série, voyant ici Kirk demeurer maître de son intellect tandis que M. Spock succombe totalement aux sentiments et aux sirènes de l'amour. Mise en valeur par le récit, la romance du Vulcain nous vaut une très émouvante prestation de Léonard Nimoy (qui eut très tôt une fan base féminine), formant une belle alchimie avec Jill Ireland. La scénariste installe également en sous-main comme une confrontation entre les Hippies et l'ordre établi. Cette controverse estv apparemment remportée par les tenants de l'ordre, via le succès d'un Kirk enraciné dans le devoir et le discours du dirigeant déplorant le temps perdu à ne rien faire. Mais la violence soudaine du Capitaine envers son et les bouleversantes larmes finales de ce dernier (For the first time in my life, I was happy) nous racontent une toute autre histoire. On ne saurait faire grief à Fontana de la tragédie qu'est devenue la consommation de stupéfiants à notre époque.

Anecdotes :

  • D.C. Fontana convainquit Roddenberry qu'il fallait largement réécrire le scénario originel de Jerry Shol. Roddenbbery lui confia catte tâche, en profitant de l'occasion pour la nommer Stroy Editor de la série. Fontana allait centrer l'histoire sur Spock au lieu de Sulu, accroître la menace des spores en la rendant globale, tout en alignant des figures de l'équipage déjà aperçues au lieu de parfaits inconnus. Shol n'apprécia pas cette réécriture et demanda à être crédité sous le pseudonyme de Nathan Butler.

  • Les scènes en extérieur furent largement tournées au Malibu Creek State Park, dans le Comté de los Angeles. Cette vaste réserve naturelle a également accueili les tournages des séries La Planète des Singes, Gunsmoke, Kung Fu, etc. D'autres localisations autour de Los Angeles furent utilisées, comme le Bronson Canyon, qui figure l'accès à la Batcave dans la série Batman.

  • Jill Ireland (Leila) était alors une figure connue de la télévision américaine, notamment pour ses nombreuses participations à la série Des Agents très spéciaux (1964-1968), au côté de son mari d'alors, David McCallum. En 1968, elle épousera Charles Bronson, avec lequel elle allait tourner dans une quinzaine de films.

  • On apprend ici que Spock est doté d'une force bien supérieure à celle d'un être humain et qu'il est le fils d'un Ambassadeur vulcain. L'Ambassadeur Sarek apparaîtra en saison 2.

Retour à l'index


26. LES MINES DE HORTA
(THE DEVIL IN THE DARK)



Date de diffusion : 09 mars 1967

Auteur : Gene L. Coon

Réalisateur : Joseph Pevney

Résumé :

L'Enterprise intervient quand une colonie minière est en proie à un monstre provenant des profondeurs et se rapprochant toujours plus de la surface. M. Spock découvre que la créature, le Horta, est faite de silicium et qu'elle est capable de passer à travers les murs. Kirk est partisan d'une mesure radicale, mais Spock parvient à établir un contact avec le Horta, grâce à ses pouvoirs psychiques de Vulcain. Il découvre qu les mineurs se sont fortuitement emparés de ses œufs. Une coexistence pacifique peut être établie entre les deux espèces.

Critique :

Apprécier Les Mines de Horta demande de composer avec plusieurs difficultés. Le tenues et couleurs saturées caractéristiques du design de la série conviennent idéalement à l'évocation de mondes exotiques, mais bien moins quand il s'agit plus prosaïquement de mines. Par contre les auteurs n'hésitent à du coup à supprimer les personnages féminins, le seul demeurant étant... le Horta ! Le scénario ne va pas sans quelques naïvetés, on se demande ainsi comment les galeries creusées depuis des éternités par les Hortas n'ont pas été détectées jusqu'ici par les moyens techniques de la fédération. On éprouve également du mal à croire qu'un œuf soit à ce point indifférenciation d'un caillou. Et puis, si on sait gré au Horta de rompre avec les Aleins invariablement humanoïde, il faut bien admettre que le résultat est à peu près aussi probant que le Gorn de Arena, comme une symbiose entre une pizza et un tapis animé.

Mais ces problèmes restent en surface, le coeur de l'épisode restant remarquable. En effet, tout au long d'un récit parfaitement minuté et sachant entretenir le suspense, Star Trek opère ici une véritable révolution au sein du Space-opera. Ce genre, historiquement l'un des tous premiers de la Science-fiction, s'était jusqu'ici bâti autour d'Aliens uniformément hostiles et de héros les combattant sans défaillir. Ici c'est tout le contraire qui s'opère, la réconciliation entre Humanité et Hortas une fois dissipés la méfiance et les malentendus s'imposant comme l'un des sommets des idéaux de Roddenberry : compréhension de l'autre, et coopération plutôt résolution des conflits par la force brute. Si le récit accorde un bel espace à chacun des trois personnages principaux, le cœur de cette parabole demeure sans doute la scène où M. Spock utilise sas pouvoirs vulcains pour entrer en contact avec le Horta et exprime la souffrance ressentie par celui-ci. Un émouvant moment de communion et une nouvelle grande prestation de Léonard Nimoy. Un épisode précurseur, des décennies avant le finalement assez similaire Brûle avec moi de Doctor Who (3-07). 

Anecdotes :

  • Aucun personnage féminin n'a de dialogue, pour l'unique fois de la série.

  • Gene L. Coon écrivit l'épisode après avoir été abordé par l'acrobate et cascadeur Janos Prohaska. Ce dernier lui proposa de recycler le costume du Horta, qu'il avait créé initialement pour l'anthologie Au-delà du réel (1963-1965). Prohaska joua lui-même le rôle après que son numéro eut impressionné Coon.

  • Le tournage dut être adapté afin de permettre à William Shatner de se rendre en Floride, pour assister aux funérailles de son père venant de décéder. William Shatner a indiqué dans ses mémoires (Star Trek Memories, 1993) qu'il s'agissait de son épisode préféré, l'épreuve l'ayant rapproché du reste de la distribution.

  • La nouvelle du renouvellement de la série pour une deuxième saison tomba juste après la diffusion de l'épisode. Malgré une audience décevante et un coût supérieur aux prévisions, Star Trek était populaire auprès de la jeunesse, cible stratégique pour le network. 

Retour à l'index


27. LES ARBITRES DU COSMOS
(ERRAND OF MERCY)



Date de diffusion : 23 mars 1967

Auteur : Gene L. Coon

Réalisateur : John Newland

Résumé :

Alors qu'un conflit global menace d'éclater entre la Fédération et l'Empire Klingon, l'Enterprise mène une mission diplomatique sur Organia, une planète neutre proche de la frontière. Le vaisseau doit se replier quand les Klingons du Commandant Kor envahissent ce monde, laissant sur place Kirk et M. Spock. Malgré les exactions des Klingons, les Organiens s'entêtent à vouloir demeurer passifs. Ils se révèlent être des entités incorporelles toutes puissantes, quand ils empêchent qu'ait lieu une vaste bataille spatiale et imposent un cessez-le-feu.

Critique :

Après l'originalité de la collaboration inter-espèces développée dans Les Mines de Horta, on en revient ici aux fondamentaux du Space Opéra, avec un conflit entre puissances galactiques et même batailles spatiales. Toutefois l'opus fait néanmoins date, puisqu'il introduit ces Klingons allant longtemps demeurer les meilleurs ennemis de la Fédération. Pour un coup d'essai c'est un coup de maître, tant on se régale de leur brutalité virile, plus immédiatement ressentie devant l'écran que la sophistication glaciale des Romuliens. Évidemment cela ne change pas de clichés asiatiques propres aux productions des années 60, même si, comme pour contrebalancer, Sulu se retrouve pour la toute première fois à la tête de l'Enterprise. L'épisode déroule efficacement toute la panoplie, constituant une belle carte de visite pour l'Empire klingon, avec le succulent numéro de John Colicos en tête de gondole. Ce spécialiste des rôles de vilains se montre ici totalement en roue libre, et on en redemande. On peut toutefois regretter qu'un manque de moyens rende la planète visitée assez vide, limitée à quelques décors.

Par ailleurs, en dehors des péripéties certes prenantes, l'épisode sait utiliser avec brio la confrontation entre Kor et Kirk, pour relever ironiquement les convergences entre les deux adversaires. En effet notre Capitaine se révèle bien prompt à partir en guerre, a contrario du pacifisme affiché par Starfleet. La série se livre à une vue en coupe ambitieuse de la réaction de son utopie face à une menace extérieure. La réaction de la fédération pouvant toutefois se comprendre s'il s'agit, non pas d'un conflit territorial ou d'une rivalité de puissance, mais d'une confrontation entre deux visions philosophiques, deux entités profondément antagonistes. C'est ce qu'en littérature l'autre Utopie que constitue la Culture a pu expérimenter lors de la Guerre idirane, dans le formidable roman Une forme de guerre (Iain M. Banks, 1987). Hélas, l'opus se voit en partie gâché par un énième recours cette saison au Deux Ex Machina des entités quasi divine. Non seulement la conclusion résulte abrupte, mais aussi contre-productive, tant il est aisé de demeurer neutre quand on surplombe les événements. La posture des Organiens aurait eu plus de poids s'ils avaient été effectivement concernés par le conflit.

Anecdotes :

  • Les Klingons font ici leur apparition. Ce peuple guerrier et complexe va devenir l'antagoniste principal de la Fédération, même s'ils finiront par coexister pacifiquement. Ils devaient initialement avoir une apparence orientale, s'inspirant des Mongols de Gengis Khan. Leur nom s'inspire de celui d'un ami de Roddenberry, Bob Clingan.

  • D.C. Fontana proposa que les Klingons soient les adversaires principaux de la Fédération, car leur maquillage était moins cher et plus rapide à effectuer que celui des Romuliens.

  • John Collicos reprendra le rôle du Commandant Kor dans la série Deep Space Nine. Kor devait devenir un personnage régulier de la série initiale, mais l'agenda de l'acteur ne le permit pas. Grand spécialiste des rôles de vilains, Collicos jouera également le fourbe Comte Baltar, antagoniste récurrent de la série Battlestar Galactica (1978-1979).

  • La séquence de l'Enterprise détruisant un vaisseau au canon laser sera repris à plusieurs reprises au cours de la série.

  • L'épisode est le dernier où le terme « vulcanien » est usité, « vulcain » va désormais s'imposer.

Retour à l'index


28. CONTRETEMPS
(THE CITY ON THE EDGE OF FOREVER)



Date de diffusion : 06 avril 1967

Auteur : Harlan Ellison

Réalisateur : Joseph Pevney

Résumé :

S'étant accidentellement injecté un hallucinogène, McCoy se téléporte sur une planète sujette à des perturbations temporelles. Kirk et l'équipe de secours découvrent un portail lumineux se présentant comme le Gardien de l'Eternité. McCoy le franchit, ce qui le transporte dans le New York de la Grande Dépression et bouleverse l''Histoire. L'Enterprise disparaît et Kirk et Spock franchissent à leur tour le portail, afin de rétablir la causalité. Le trio doit se résoudre à laisser mourir la pacifiste Edith Keeler, initialement sauvée par McCoy et dont l'action fera triompher l'Allemagne nazie.

Critique :

Outre la fameuse controverse ayant opposé Roddenberry à Harlan Ellison, Contretemps est remémoré comme le meilleur épisode de la série, voire de la franchise, aussi bien, par une majorité aussi bien de Trekkies que de critiques. L'épisode marque en effet comme un aboutissement dans la progression connue par cette excellente première saison, qu'il aurait sans doute davantage mérité de conclure que La lumière qui tue. Il marque ainsi une nouvelle étape franchie dans le domaine des voyages temporels, grand thème de la Science-fiction appelé à devenir l'une des valeurs sûres de la franchise. Après l'esquisse de L'équipage en folie, puis l'aller et retour sympathique mais simplifié de Demain sera hier, Contretemps s'attache bien davantage à ne négliger aucune des conséquences du déplacement temporel, des enjeux installés au cœur même de son intrigue.  Par son mystère et son superbe design le très réussi Gardien de l’Éternité constitue une justification particulièrement marquante du phénomène. On apprécie que, pour une fois la série se soit dispensée de ses sempiternels aliens humanoïdes, pour se centrer sur merveilleux artefact.

Mais il ne s'agit là que de l'un des traits de ce grand épisode. On en apprécie également la jolie reconstitution historique des années 30, ainsi que la lumineuse figure d’Édith Keeler. Magnifiquement interprétée par Joan Collins, son aura et sa personnalité engagée et libre lui vaut de se détacher parmi les multiples rencontrez féminines de James T. Kirk. Toutes proportions gardées, elle est sa Teresa di Vicenzo, à l'issue tragique rendue encore plus douloureuse par le rôle joué par son amoureux lors de son décès. William Shatner sait idéalement accompagner ce mouvement, par une interprétation plus sensible qu'à l'accoutumée. Outre la tragédie des sentiments, on aime également que Star Trek sache ne pas se montrer trop moutonnier face au pacifisme alors en vogue dans son propre espace-temps et ne pas verser dans la mièvrerie. En effet c'est sans ambiguïté aucune que Keeler est désignée comme fautive dans son refus de la guerre au Nazisme. La série refuse ainsi de sacrifier sa responsabilité face à la défense de ses idéaux. Il est positif que le Capitaine Kirk ait à endosser des choix cruels, car cela le fait gagner en réalisme, et c'est également à ce prix que l'utopie de la Fédération ne se résume pas à une simple fantaisie. L'opus ne sombre pas dans le pathos pour autant, parvenant à alterner avec réussite le drame et l'humour.

Anecdotes :

  • Le scénario est l’œuvre d'Harlan Ellison. Grande figure des Littératures de l’Imaginaire, américaine, celui qui fut l'un des animateurs institutionnels du genre durant les années 60 (avec Damon Knight et James Blish) s’intéressait davantage au réalisme poétique et à la littérature spéculative qu'à la Science-fiction classique. Il fut un maître de la nouvelle courte et à la chute fracassante, tout comme son ami et modèle Richard Matheson. A l'instar de ce dernier, il avait déjà acquis une expérience télévisuelle avant de travailler sur StarTrek, ayant écrit plusieurs épisodes d’Au-delà du Réel. Il participa à plusieurs autres séries par la suite, dont La Cinquième Dimension et fut un actif consultant tout au long de Babylon 5.

  • Comme souvent, les relations furent difficiles avec Roddenberry, qui exigea des réécritures à rallonges. Le bras de fer fut constant et Roddenberry eut la partie plus difficile qu'à l'ordinaire, Ellison ayant bien compris que la série comptait sur la popularité de son nom. L'affrontement se poursuivit durant une grande partie de la saison, voyant notamment la production envoyer William Shatner au domicile de l'écrivain, pour au moins le convaincre de limiter les dépenses occasionnées par son script et d'accepter une histoire centrée sur McCoy. L'entrevue connut une issue physique, quand Hallison jeta littéralement Shatner hors de chez lui. Il racontera plus tard que l'acteur voulait avant tout s'assurer d'avoir plus de dialogues que Nimoy. Ellison regrettera que son scénario ait dû incorporer "les merdes utopistes que Roddenberry affectionne particulièrement".

  • Joan Collins (Edith Keeler), actrice anglaise issue de la RADA, était déjà connue à l'époque. Elle avait en effet percé à Hollywood dès 1955, avec La Terre des pharaons d'Howard Hawks. Sa carrière au cinéma avait ensuite décliné. Son rôle dans Star Trek allait la faire évoluer vers les séries télévisées, où elle accéderait enfin à la gloire, notamment avec Dynasty.

  • Le tournage pris deux jours de retard et nécessita 245 000 $ de budget, contre une moyenne de 190 000 $ pour l'ensemble de la saison. L'épisode demeurera le plus cher de la série.

  • Le ciel de la planète du Gardien fut constellé d'étoiles rouges, afin de souligner sa grande ancienneté.

  • Lors de la convention des 50 ans de Star Trek, en août 2016, les Trekkies élurent l'épisode comme étant le meilleur de toute la franchise.

  • Édith propose d'aller voir un film de Clark Gable et s'étonne qu'il soit inconnu de Kirk et Spock. Pourtant Clark Gable n'était pas encore célèbre en 1930. Son premier véritable rôle crédité ne surviendra qu'en 1931, et il ne deviendra une star qu'avec La Belle de Saïgon (1932), puis NewYork - Miami, pour lequel il remportera l'Oscar en 1935.

  • Les différents projets pour faire réapparaître le Gardien de l’Éternité dans une série ultérieure ne se concrétisèrent pas. Demeuré très populaire chez les Trekkies, il figure néanmoins dans plusieurs romans et Comics de la franchise, mais aussi dans le jeu Star trek Online.

  • Roddenberry dut lutter pour conserver le dernier dialogue, (Let's get the hell out of here), NBC le jugeant inconvenant.

  • Toujours très actif au sein de la profession (il fut le vice-président de la Guilde des auteurs de Science-fiction durant les années 60), Ellison avit rassemblé un comité de soutien à la série, réunissant plusieurs grands écrivains. Toutefois lui et Roddenberry demeurèrent brouillés après la diffusion de l'épisode

  • Le script d'Harlan Ellison remporta en 1967 le prix du meilleur épisode dramatique, décerné par la Writers Guild of America. Il récompensa explicitement la version originale du script, l'épisode étant encore non tourné. La soirée de remise des prix fut très tendue entre Roddenberry et Ellison, en particulier lorsque ce dernier monta à la tribune pour dénoncer l'ingérence des studios dans l'écriture des scénarios. La version filmée obtint le Prix Hugo en 1968, battant quatre autres épisodes de la série, mais aussi 2001, Odyssée de l'Espace et la conclusion du Prisonnier. Ellison proclama que son script était tellement bon, que même sa version massacrée pouvait remporter le Hugo.

Retour à l'index


29. LA LUMIÈRE QUI TUE
(OPERATION : ANNIHILATE!)



Date de diffusion : 13 avril 1967

Auteur : Steven W. Carabatsos

Réalisateur : Herschel Daugherty

Résumé :

L'Enterprise intervient quand une épidémie de folie mortelle se répand dans tout un secteur galactique. La prochaine planète menacée est celle où réside le frère de Kirk et sa famille. Son frère est déjà décédé quand Kirk arrive, mais il parvient à sauver son neveu.  La lutte contre le parasite causant le fléau se complique lorsque Spock est contaminé à son tour. Spock parvient à dominer sa folie et accepte de servir de cobaye, ce qui permet de découvrir que les créatures sont tuées par les rayons ultra-violets.

Critique :

Évidemment, regarder cette histoire de pandémie quasi galactique en pleine période de confinement covidien suscite un frisson particulier. Contexte, tout est contexte. Mais, en lui-même, le récit relève d'un suspense médical assez classique sous les oripeaux de la Science-fiction. L'ensemble se laisse suivre, malgré un certain manque de rythme. L'opus vaut pour une nouvelle performance de Léonard Nimoy sachant exprimer à merveille ls différents états psychologiques traversés par M. Spock. Il présente aussi le mérite de développer l'univers de la série, moins concernant la famille de Kirk que par de nouvelles révélations autour de l'inépuisable physiologie vulcaine. On apprécie également quelques localisations heureuses, notamment pour les scènes extérieures en surface de planète. Malheureusement tout ceci pâtit de maladresses souvent évidentes.

Ainsi on reste surpris du peu d'émotion manifesté par Kirk devant le devenir de sa famille, même en période de crise. Ce désintérêt est d'ailleurs visiblement partagé par les scénaristes eux-mêmes car ils ne prennent même pas la peine de statuer sur le devenir du neveu, laissé dans un coma incertain. On se dit également que pour une poignée de minutes, McCoy aurait pu attendre le résultat des analyses avant de procéder au test sur Spock. On peut aussi sourire d'une certaine emphase dans la description des parasites, alors qu'ils résument ensuite à des bouts de plastiques évoquant vaguement des œufs brouillés. Rien de tout ceci n'est absolument dramatique, mais La Lumière qui tue sort difficilement du lot, alors que le remarquable opus précédent, Contretemps, aurait pu apporter une conclusion digne de ce nom à cette saison de haute volée.

Anecdotes :

  • L'auteur Steven W. Carabatsos était l'ancien superviseur des scénarios de la série. Souhaitant être libéré de cette tâche, il avait été remplacé par D.C. Fontana.

  • La dépouille du frère de Kirk fut jouée par William Shatner portant une fausse moustache.

  • Les scènes figurant le laboratoire de McCoy furent tournées au Schoenberg Hall del l'UCLA, la grande université californienne. L'endroit sert aux représentations de l'orchestre de l'université. Les scènes dans les bâtiments à la surface de la planète furent tournées au TRW Space and Defense Park, parc d'attractions dédié à la conquête spatiale, désormais fermé.

Retour à l'index

 

FAUSSES MANŒUVRES (THE CORBOMITE MANEUVER)