Le MarginalJoyeuse Pâques

Saga Jean-Paul Belmondo

Les Morfalous (1984)


1. LES MORFALOUS

classe 4

Résumé :

Tunisie, à El Ksour, les combats font rage en avril 1943 entre les français et les allemands. Lorsqu’un convoi de légion étrangère arrive, et se rend à l'union de banques de l'Afrique du nord. À peine ont-ils mis le pied à terre qu'ils subissent une terrible attaque. Il ne reste que 5 hommes en vie, dont parmi eux le sergent Augagneur. Leur mission consiste à récupérer l'or stocké dans la banque, de le charger dans leur camion et de l'emmener à Sfax. Mais alors que l'adjudant Mahuzard tente une sortie de nuit avec le soldat Borzik, ce dernier se fait tuer aussi.

Après avoir éliminé les allemands, Augagneur et Boissier ont l'idée de voler l'or pour le partager. Mais l'adjudant Mahuzard n'est pas d'accord. Ils le font prisonnier, et le directeur de la banque arrive avec sa femme mais il ne veut pas donner le numéro du coffre pour l'ouvrir. Après diverses péripéties, il ne reste que Augagneur, un conducteur de char Allemand et la femme du banquier de vivant. Augagneur et le pilote du char, s'en vont vers une filière pour blanchir l'or. Mais l'allemand le trahi, et Augagneur récupère l'or pour lui seul et l'emmène au contacte de l'allemand qu'ils devaient rencontrer. Malheureusement l'armée française le trouve et il est obligé de rendre l'or. Augagneur est décoré pour son geste.

ladoublure 2

Critique :

Il me semble que comme L'As des As, j'avais vu ce film au cinéma, et là aussi il ne me restait que quelques bribes. Réalisé par Henri Verneuil, qui a sans nul doute fait les meilleurs Belmondo : Un Singe en Hiver, Le Casse, Peur sur la Ville, etc., il aime visiblement les vols impressionnants. Ici, Belmondo essaye de voler 6 milliards de francs en lingots d'or rien de moins ! Néanmoins, je trouve que même si il y a quelques bonnes choses, ce film n'est pas exceptionnel et est en deçà des précédents films de Belmondo.

Ce dernier incarne donc le sergent Pierre Augagneur de la légion étrangère, venu avec sa compagnie pour convoyer l'or d'une banque de El Ksour jusqu'à Sfax. Malheureusement, les allemands sont déjà là et allument la compagnie avant qu'ils aient le temps de poser le pied à terre, ils meurent pratiquement tous, sauf Augagneur et 3 autres de ses autres dont son supérieur, l'adjudant Édouard Mahuzard interprété par Michel Constantin qui retrouve une nouvelle fois Belmondo. Constantin livre une belle prestation dans ce film, je n'ai jamais trop aimé cet acteur, mais j'avoue que là, il est pas mal du tout. Belmondo étant fidèle à lui-même, toujours dans cette décontraction qui le caractérise, et sa façon extravertie de faire les choses. On retrouve aussi Michel Creton (Les Bronzés, Au-Delà de la Peur, Le Dingue) incarnant le légionnaire Boissier et qui retrouvera Belmondo un peu plus tard dans Le Solitaire. Bon jeu également pour lui aussi, j'aime beaucoup cet acteur qui comme quelques autres se démarque, ici le duo avec Belmondo fonctionne très bien à l'écran, et ça fait plaisir à voir. Nous retrouvons également Jacques Villeret (La Soupe Aux Choux, Le Dîner de Cons, Le Furet) en brigadier Béral et qui lui aussi retrouvera Belmondo l'année d'après dans Hold-Up. Sa composition est habituelle à son jeu je dirai, et puis son rôle ne dure pas vraiment longtemps non plus. Nous avons ensuite François Perrot en directeur de la banque et qui retrouve lui aussi une fois de plus Belmondo, là aussi il livre une prestation qui est complètement en adéquation avec sa façon de jouer habituelle, il faut juste signaler qu'il a une mort vraiment idiote dans le film. Puis vient Matthias Habich (Au-Delà du Silence, La Demoiselle Sauvage, Noir comme le Souvenir) qui joue le rôle du conducteur de char allemand. 

ladoublure 3

Pour la partie féminine, nous retrouvons Marie Laforêt à nouveau aux côtés de Belmondo. J'ai déjà dit tout le bien que je pensais de cette actrice pour Flic ou Voyou, ici elle me confirme ma bonne impression. Je la trouve encore plus magnifique qu'avant, et elle est tout simplement extraordinaire dans son rôle de salope sans aucun scrupule : c'est un vrai régal.

Augagneur aura donc du mal à récupérer l'or, le tout après la mort de Boissier, de l'adjudant Mahuzard et du brigadier Béral. Grâce à l'aide du pilote du char allemand, il arrive jusqu'au contacte qui doit blanchir l'or, en laissant au passage sur le bord de la route : la femme du directeur de la banque et le dit conducteur du char allemand. Mais au final, Belmondo se retrouve face à l'armée française qui commence avec l'aide des alliés à gagner la guerre et progresse de ce fait rapidement. Au lieu de 6 milliards, il devra se contenter d'une décoration pour bravoure. Cela rappelle un peu le dénouement du Guignolo. Ce huit clos traîne un peu en longueur par moment je trouve, notamment au début lorsqu'ils sont bloqués par les allemands qui les canardent et qu'ils doivent aller jusqu'au canon de Béral pour les détruire, c'est un peu longuet. 

classe 4

Pas de cascade de la part de Belmondo dans ce film, néanmoins une bonne bagarre avec Constantin dans la banque : c'est pas mal du tout. Ensuite ça tourne rapidement à des histoires de « j'ai l'or, je n'ai plus l'or, je récupère l'or... », répétitif. Les extérieurs sont assez bien, mais rien d'extraordinaire. Et les dialogues d'Audiard manque un peu de punch je trouve, même si il y a une ou deux répliques bien cinglantes comme celle que Marie Laforêt lâche lorsque son mari dans le film meurt idiotement. La musique de Georges Delerue est sympathique, le thème principal est assez entraînant, mais ce n'est vraiment pas exceptionnel.

Le film fera tout de même un bon score au box-office, et fera un peu plus de 3.6 millions d'entrées en France, un peu plus de 634 milles entrées en Allemagne, et un peu plus de 239 milles entrées en Espagne. On est quand loin du score de L'As des As. Ce n'est pas un Belmondo éblouissant, ni exceptionnel, mais vous passerez un moment sympathique en le regardant.

ladoublure 6

Anecdotes :

  • L'affiche du film réalisée une fois encore par René Chateau, est inspirée du film Rambo avec Sylvester Stallone et sorti un an plus tôt. Belmondo était de plus en plus en désaccord avec Chateau à cette époque, et ce dernier se rendra compte après la sortie du film, que l'affiche finalement ne plaisait pas trop à Belmondo.

  • Jean-Paul Belmondo s'est préparé physiquement pour être en forme dans le film qui fut tourné en Tunisie. Installé à Monastir avec sa compagne de l'époque Carlos Sotto Mayor, il faisait quotidiennement du footing et de la musculation.

  • Il s'agit ici du dernier film sorti en salle de son vivant, écrit par Michel Audiard. Ses deux autres derniers scénarios, La Cage aux Folles 3 et On ne Meurt que Deux Fois sortiront quelques mois après sa mort survenue en 1985.

Séquences cultes :

Il croit que j'ai besoin d'un fusil pour me farcir un péquenaud du Loir et Cher ?

C'est bien la première fois qu'il fait des étincelles...

On les a eus pendant deux mois sur le dos

Qu'est ce qu'on peut bien faire avec six milliards ?

Retour à l'index