BorsalinoLa Scoumoune

Saga Jean-Paul Belmondo

Le Casse (1971)


1. LE CASSE

classe 4

Résumé :

Quatre individus dont l'un d'eux est une femme, se réunissent, prennent une voiture et se rendent dans une villa éloignée de la ville. Ce sont en fait des voleurs, et vont réaliser un vol chez un riche propriétaire. Mais alors qu'ils réalisent les opérations pour ouvrir le coffre, une voiture de police arrive et s'approche de leur voiture.

C'est la première rencontre entre Azad le chef des brigands, et Abel Zacharia le policier véreux.Mais alors que Azad et ses comparses doivent s'enfuir le lendemain en bateau, celui-ci est bloqué en Grèce pendant 5 jours à cause d'avaries. Coincés en Grèce, les confrontations entre Azad et Zacharia se multiplient : ce dernier veut les émeraudes pour lui seul. Acculé, Azad n'a d'autre choix que de tuer Zacharia qui finit étouffé, Azad grimpe sur le bateau, il est libre et les émeraudes sont dispersées dans du grain pour nourrir des poulets.

ladoublure 2

Critique :

Jean-Paul Belmondo commence les années 70 sereinement : Borsalino a été un immense succès, sa carrière est florissante, et sa notoriété est grande. Avec Le Casse, on touche à un film culte. Personnellement, dans la filmographie de Belmondo, il y a 5 films qui se disputent la 1ère place, Le Casse en fait parti. Sans aucun doute un des meilleurs Bébel, si ce n'est le meilleur, Henri Verneuil réussi ici un véritable chef d'œuvre. Le Casse est un remake d'un film de 1957, Le Cambrioleur. Verneuil qui vient de terminer Le Clan des Siciliens, prépare déjà un nouveau film et il veut que celui-ci soit encore plus spectaculaire. Cela tombe bien, Bullit est sorti il y a déjà 2 ans, et Verneuil impressionné par la course poursuite avec Steve McQueen veut réaliser la même chose à la française avec Belmondo. Il part donc sur l'idée de départ d'un cambriolage impressionnant, le tout agrémenté de courses poursuites : Le Casse est en marche.

Belmondo reprend donc un rôle de voyou, après Ho !, Borsalino... Seulement, ici dans le film de Verneuil, Belmondo c'est un peu Mister Minit avant l'heure : doté d'une valise high-tech, elle lui permet de refaire une clé, de trouver la combinaison d'un coffre, de voir à travers la porte de celui-ci, bref la totale ! Cette valise m'avait impressionné à ma première vision du film, ça marche toujours encore aujourd'hui. Seule la fraise qui retaille la clé fait un bruit assez désagréable, elle a le même bruit qu'une fraise d'un dentiste. 

ladoublure 3

Belmondo réalise une performance exceptionnelle tout au long du film, ce n'est pas surjoué, c'est juste à chaque situation, les cascades qui seront la grande marque de fabrique de Bébel dans les années 70 sont énormes, il n'y a pas de temps mort : c'est juste hallucinant. Aux côtés de Belmondo nous retrouvons Robert Hossein, l'acteur avait déjà tourné les Angéliques, et était sur une pente descendante au niveau de sa carrière, Le Casse le remet en selle, sa prestation est très bien pendant tout le film, le duo fonctionne bien avec Belmondo. Vient ensuite Renato Salvatori (Flic Story, Cadavres Exquis, Rocco et ses Frères), pour un petit rôle du 4e homme. En co-star de Belmondo ce n'est autre qu’Omar Sharif qui incarne Abel Zacharia. L'acteur est très populaire à cette période, il a tourné depuis longtemps Lawrence d'Arabie, et vient de sortir du film Mayerling 2 ans plus tôt qui est un succès. Je n'aime pas beaucoup cet acteur, mais là encore, dans ce film il n'y a rien à redire ! Il campe un bon flic bien pourri, et arrive à faire passer sans le moindre problème toutes ses émotions à l'écran ! On attend qu'une seule chose à chaque fois, la prochaine confrontation avec Belmondo.

Dans les rôles féminins nous avons Nicole Calfan au sommet de sa beauté, après Borsalino elle retrouve à nouveau Belmondo, c'est l'atout charme du film avec Dyan Cannon (Les Incorruptibles, Le Ciel peut Attendre, La Malédiction de la Panthère Rose) qui fait l'amante de Zacharia qui trahi Azad. Que dire du Casse ? Ce sont les scènes mythiques telles que celle de la gifle où la lumière s'allume et s'éteint en fonction des tartes prises par Lena, la bagarre entre Belmondo et le copain d'Hélène au bord de la piscine avec la tête de clown qui a du mal à respirer quand Belmondo a allonger le beau grecque et qu'il crache ses poumons dans le micro, c'est l'annonce par Belmondo du spectacle du cirque, la scène du restaurant avec Omar Sharif ou celle dans la voiture où Belmondo et lui parle de la vitesse à laquelle il roulait en ville, etc., etc. il y a tellement de moments forts qui s'enchaînent les uns aux autres qu'il est impossible de tous les citer, tant il y en a. Je parlais des films inspirés, Le Casse en est assurément un. 

classe 4

Et ça commence dès le générique avec sa présentation un peu façon James Bond : l'écran est coloré en rouge, et un viseur fait un focus sur Belmondo de dos, et présente les autres protagonistes de face, eux, sur le magnifique thème de Ennio Morricone. Parlons-en d'ailleurs, si le film est également une telle réussite, la musique de Morricone y est pour beaucoup : le thème principal est tout simplement une merveille et les autres ne sont pas en reste comme par exemple le thème du parc « Rodeo » où Zacharia monte à cheval et ordonne à Azad de se montrer sous peine de faire feu, la musique est juste sublime.

À ce propos je vous conseille de vous procurer le CD des musiques du film, vous ne le regretterez pas : outre les deux superbes thèmes cités plus haut, vous aurez sur le dit CD, le thème principal du film repris sous forme de chanson interprétée par Mireille Mathieu, ça vaut le détour ! Sans plaisanterie, ce CD vaut vraiment le détour, la bande son est terrible. Le film n'en est pas moins, à noter une petite chose qui m'avait impressionné au premier visionnage de ce film et que je trouve toujours terrible à l'heure actuelle : ce sont tous ces malheureux poulets enfermés dans des cages riquiqui pour être transportés : l'image est terrible, et le reste encore de nos jours.

Que dire de plus ? Le Casse est incontournable, c'est un des meilleurs Belmondo des années 70. C'est un chef d'œuvre, il n'y a pas à discuter. D'ailleurs le public ne s'y pas trompé, et le film sera un véritable succès avec plus de 4.4 millions d'entrées en France, et un peu plus de 1.2 millions d'entrées en Espagne. Le Casse, c'est de la bombe ! Vous pouvez y aller les yeux fermés, vous ne le regretterez pas ! Vous ne verrez pas passer les 2H, et vous passerez un très bon moment.

ladoublure 6

Anecdotes :

  • C'est après cet immense succès avec Le Casse que Belmondo, tout comme Delon l'a fait avant lui avec Borsalino, décide de devenir producteur de ses films.

  • Le Casse sera le 7e film ayant fait le plus grand nombre d'entrées pour Belmondo.

  • La course poursuite en Grèce n'est pas réalisée par Belmondo lui-même, mais bel et bien par l'équipe de Rémy Julienne, néanmoins toutes les autres cascades sont interprétées par Belmondo qui ne démérite pas une seconde.

  • Le film a bénéficié d'un confortable budget de 15 millions de francs, et fut coproduit par La Columbia, qui avait un droit de regard sur le film.

  • Verneuil craignait beaucoup que Belmondo et Omar Sharif ne s'entendent pas, mais heureusement Sharif et Belmondo avaient des passions communes telles que la boxe et les chevaux et finalement s'entendront très bien sur le tournage, donnant cette complicité à l'écran.

Séquences cultes :

Course poursuite dans les rues d'Athènes

Ce soir, vous êtes mon invité

Qu'est-ce que vous avez là, une dent creuse ?

Suivez le bus !

Comment on dit p'tit con dans sa langue ?

Fifty, fifty ?

Retour à l'index