Le ProfessionnelLe Marginal

Saga Jean-Paul Belmondo

L'As des As (1982)


1. L'AS DES AS

classe 4

Résumé :

Durant la première guerre mondiale, en 1916, un aviateur français et allemand s'affrontent, et se descendent mutuellement. Au sol, ils commencent à se battre, mais devant l'intensité des bombardements respectifs, ils se sauvent la vie. 20 ans plus tard, Jo Cavalier est devenu l'entraîneur de l'équipe de France de Boxe, et se rend à Berlin pour les jeux olympiques.

Mais un petit garçon qui lui a demandé son autographe dans le train est abandonné et Jo le prend alors sous son aile ainsi que sa famille qui sont juifs. Jo retrouve son camarade du combat d'avion : Gunter Von Backmann devenu général de la Luftwaffe. Ainsi que Gabrielle, une journaliste dont Jo est tombé amoureux. Après bien des péripéties et des aventures, Jo arrive à sauver le petit Simon et sa famille les Rosenblum, et à les emmener en Autriche pour qu'ils soient libres, en compagnie de Gabrielle. 

ladoublure 2

Critique :

Ce film n'est certainement pas le meilleur des Belmondo (quoique...) mais je pense qu'il est le plus populaire ! Réalisé par Gérard Oury (Le Corniaud, La Grande Vadrouille, La Folie des Grandeurs) qui est un maître du box-office surtout avec les De Funès, et qui avait déjà réalisé le film au plus haut score au niveau entrées pour Belmondo également : Le Cerveau. Alors on retrouve de suite la patte de Oury par des petits détails dans son film : les déguisements, ou encore par exemple le changement de pancarte qui indique l'Autriche et que de ce fait les protagonistes prennent la mauvaise direction, ou encore certains acteurs choisis... Bref, nous ne sommes pas dépaysés, on sait à quoi nous aurons à faire.

Belmondo nous livre ici une performance tout simplement stupéfiante : au moment du film, l'acteur a 49 ans, et le temps ne semble pas avoir de prise sur lui tant il est en pleine forme du début à la fin du film et enchaîne comme dans ses anciens films les cascades sans sourciller ! C'est impressionnant, et rien que pour cela, on dit chapeau à l'acteur. Ici, il tape dans le registre à moitié sérieux, à moitié comique : c'est fluide, pas surjoué, Belmondo passe de l'un à l'autre sans trop de problème, c'est du bon.

À ses côtés nous trouvons Jean-Roger Milo (La Clé sur la Porte, Germinal, Les Enragés) dans le rôle de Lucien qui gère l'équipe de boxe avec lui. Nous avons aussi Frank Hoffman (Inspecteur Derrick, Cockpit, Armen et Bullik) l'ami allemand de Jo. Et le jeune Rachid Ferrache (Mille Millards de Dollars, Banzaï, Le Radis Noir) dans le rôle du petit garçon Simon. Pour le rôle féminin, Belmondo retrouve une vieille complice avec qui il a travaillé dans Le Corps de mon Ennemi : Marie-France Pisier, dans le rôle de la journaliste qui se fait humiliée d'abord par Jo, puis dont il tombe amoureux. Dans les seconds rôles, nous retrouvons Benno Sterzenbach qui fait le rôle du commissaire de la Gestapo, et qui faisait déjà le rôle d'un Nazi dans un autre film de Oury : La Grande Vadrouille, en effet, le major Achbach qui veut attraper Bourvil et De Funès, c'est lui. Et nous avons une des premières apparitions à l'écran de Florent Pagny également. Pas de copains de Bébel cette fois-ci dans ce film comme Charles Gérard ou Michel Beaune par exemple, ce qui n'est peut-être pas plus mal. Car cela fait un bien fou de voir des nouvelles têtes autour de Belmondo. Marie-France Pisier est toujours aussi jolie, et son jeu est en adéquation avec son rôle du film, rien de spécial à dire. 

ladoublure 3

Alors j'ai un peu hésité avant de lui mettre la note maximale, mais il y a quand même des séquences qui sont extraordinaires : lorsque Belmondo récupère le flambeau pour allumer la flamme, celle de la librairie avec la bagarre avec les allemands, la scène avec le sauvetage de Simon lorsque Jo arrive en avion et saute en parachute, lorsqu'ils dorment à la belle étoile... En fait voilà en quoi est la force du film, et le sentiment que j'avais eu en le voyant la première fois au cinéma lorsque j'étais plus jeune : Belmondo a un rôle de superman, sauveteur de l'enfant et de sa famille, et on adore ça !

Enfin, moi, j'adore ça. Je trouve qu'à ce titre le film est bourré de tendresse du début à la fin : que ce soit ses retrouvailles avec l'enfant, ou son ami Gunter, ou bien alors justement cette amitié qui le lie à Gunter. La séquence avec l'ourson, ou bien Gunter qui par amitié accepte de se sacrifier avec la sœur de Hitler... Et puis le film finit bien : ils retrouvent le petit ourson et ils sont libres, une fin heureuse, ça fait parfois du bien.

Pour les cascades donc, vous ne serez pas volés non plus : que ce soit celle avec la voiture (là ce n'est pas des citrouilles sur des motards allemands, ce sont des pneus sur des motards allemands), et celle avec l'avion, Belmondo est encore au top et ça marche. Bref, des bons sentiments, du rire, de la détente, finalement on comprend pourquoi ce film a marché. J'assume entièrement la note maximale, comme je l'ai dit, on n'a pas ici le meilleur Belmondo, mais en sortant de ce film, on a le cœur léger et le sourire aux lèvres, on est de bonne humeur et rien que pour ça il mérite sa note maxi. 

classe 4

Autre point important : la bande musicale de Vladimir Cosma qui fait énormément pour le film ! Tous les passages héroïques de Bébel dans le film, vous enlevez le fameux thème principal, ça enlève 80% de l'effet ! Je crois que ça doit être un des thèmes les plus connus des films de Belmondo je pense. Cette musique si entraînante au piano, dès le début du film on a envie prendre la vie du bon côté car elle met de bonne humeur, vraiment une très grande force pour le film et pour laquelle je mets une mention spéciale.

Gérard Oury étant le spécialiste du Box-Office, ce film sera le 2e plus gros succès de Belmondo derrière... Le Cerveau de Gérard Oury déjà ! L'As des As fera un peu plus de 5.4 millions d'entrées, c'est moins que Le Cerveau qui avait fait un peu plus de 5.5 millions d'entrées, mais c'est mieux que Le Professionnel et ses 5.2 millions d'entrées. Beau carton du film donc, ce qui arrange bien Belmondo alors coproducteur une fois encore du film, et dont le budget s'élevait à 40 millions de francs. L'As de As fera également un peu plus de 1.4 millions d'entrées en Allemagne et un peu plus de 488 000 entrées en Espagne. Moi je vous le conseille L'As des As, c'est un excellent divertissement.

ladoublure 6

Anecdotes :

  • Lors de la cascade avec la voiture, lorsque c'est le petit garçon qui conduit et Belmondo jette les pneus sur les allemands. En fait c'était Rémy Julienne, qui était sur une plate-forme et qui avait le double des commandes, qui conduisait. Mais lors de la cascade, une manche de Belmondo s'agrippe à une manette qu'il enclenche sans le vouloir et ceci repasse les commandes au volant de la voiture. Oury et le caméraman étaient en train de filmer sur le capot, et risquaient donc un accident mortel. Heureusement, le petit Rachid Ferrache a réussi a conduire la voiture sur la route escarpée sans qu'il y ai d'accident.

  • Gérard Oury voulait à l'origine pour son film, un budget de 50 millions de francs. Mais Belmondo coproducteur, n'avait pas suffisamment la puissance financière nécessaire pour monter le dit budget. Il demanda donc à Oury de revoir sa copie, et le film fut finalement produit avec un budget de 40 millions de francs.

Séquences cultes :

Avec un K comme Kaput ?

Verbotten

Beethoven

Prends le volant p'tit

Parachute

Hébergeriez-vous pour la nuit un orphelin sans défense ?

Retour à l'index