Le GuignoloL'As des As

Saga Jean-Paul Belmondo

Le Professionnel (1981)


1. LE PROFESSIONNEL

classe 4

Résumé :

Josselin Beaumont est en train de comparaître pour tentative de meurtre sur le colonel N'Jala, président du Malagawi. En fait, il est drogué par ce dernier pour s'accuser au maximum pendant son procès. Il purge sa peine en faisant les travaux forcés, mais un jour avec l'aide d'un autre prisonnier, Josselin s'échappe. Il revient à Paris, Josselin Beaumont est en fait un ancien espion français du service action, et chargé d'éliminer N'Jala en Afrique, il a été donné par ses supérieurs après que l'ordre de tuer N'Jala soit annulé.

Beaumont revient se venger de ses supérieurs et va tuer N'Jala qui est à Paris. Les services secrets français mettent alors le commissaire Rosen sur l'affaire, un super flic pour stopper Beaumont. Après avoir déjoué toutes les tentatives pour l'arrêter, et avoir tué Rosen, Beaumont parvient près de N'Jala et le fait assassiner par un policier français, alors qu'il va prendre un hélicoptère pour partir, le chef du service action demande au ministre ce qu'il doit faire pour Beaumont, ordre est donné de le stopper, on tue Beaumont.

ladoublure 2

Critique :

Une fois encore, je suis très très mitigé sur ce film, et je pense que je vais aller à l'encontre de l'avis général. Réalisé par Georges Lautner & Jacques Audiard, Lautner avait déjà réalisé Flic ou Voyou et Le Guignolo avec Belmondo. Bébél n'est donc pas en terrain inconnu. On le retrouve cette fois-ci en tueur professionnel des services secrets français. Lâché par sa hiérarchie, vendu même, il se retrouve à faire 2 ans d'emprisonnement dans un bagne africain avant de s'échapper avec l'aide d'un autre détenu. Revanchard, Beaumont revient à Paris pour en découdre avec ses supérieurs, et en finir avec N'Jala le président Africain qu'on avait chargé Beaumont de tuer. Mais la politique a changée, et on veut stopper Beaumont à tout prix.

On prend donc un super flic : Rosen, incarné par Robert Hossein qui n'avait par tourné avec Belmondo depuis Le Casse, 10 ans plus tôt. Malheureusement, Rosen se fait éliminer par Beaumont et ce dernier fait tuer N'Jala par un flic français, et alors qu'il va prendre l'hélicoptère pour partir, ses supérieurs qui demandent l'ordre au ministre de ce qu'ils doivent faire, reçoivent celui de le tuer. Beaumont meurt au pied de l'appareil. C'est le troisième film, avec A Bout de Souffle et Borsalino, où Belmondo meurt dans un film. 

ladoublure 3

Robert Hossein interprète un flic bien pourri, et finalement on est assez content de le voir se faire dézinguer par Belmondo. On retrouve ensuite Michel Beaune dans le rôle de Valéras, Jean-Louis Richard dans le rôle du colonel Martin, Bernard-Pierre Donnadieu qui était déjà présent dans un autre Belmondo : Le Corps de Mon Ennemi. Pierre Vernier dans le petit rôle de Volfoni et qui est désormais un habitué des Belmondo, Jean Desailly en ministre, et Pierre Saintons dans le rôle de N'Jala. Côté féminin, nous avons Cyrielle Claire (Les Misérables, Triple Agent, San-Antonio) qui joue le rôle de Alice Ancelin, la seule vraie alliée de Beaumont dans les services secrets français, nous avons également Elisabeth Margoni qui interprète la femme de Josselin Beaumont, et Marie-Christine Descouard qui incarne Doris Frederiksen la prostituée de N'Jala. Bref, pas de mauvais acteurs, et tous sont assez convaincants dans leurs rôles respectifs.

Il y a des bonnes choses dans le film, comme les cascades et la poursuite en voitures dans Paris, d'ailleurs c'est à ce moment-là qu'on se rend compte de la star qu'était Belmondo, puisque à un moment la poursuite en voitures a lieu sur l'esplanade du Trocadéro : Belmondo pouvait vraiment faire ce qu'il voulait.

L'intrigue n'est pas mal non plus et change un peu des autres Belmondo, elle est un peu plus sombre. Pourtant, je n'ai pas trop accroché au film, déjà je trouve que les séquences des tirs au début du film lorsque Beaumont s'enfuit, sont vraiment mal faite ! Ensuite, il y a des longs passages du film où la musique est omniprésente au-dessus de l'image, et ça, c'est réellement agaçant. Vient ensuite la façon dont sont traitées les femmes dans ce film : entre la fille des services secrets juste bonne à servir le café au ministre, la femme de Beaumont qui se fait déshabiller devant Rosen par l'autre folle, et la prostituée de N'Jala qui arrive en string devant l'assistance. On voit tout de suite le niveau de considération pour la gente féminine. Vous me direz, on était dans les années 80, mais tout de même... Mais il y a aussi la mort vraiment mal réalisée de Rosen, je ne sais pas qui a eu l'idée qu'il meurt ainsi, je veux dire qu'il fasse cette façon de mourir : mais ça fait vraiment très con à l'écran ! Il est à genoux et s'écroule au sol comme un sac de pommes de terre. Je pense qu'on aurait pu faire mieux, enfin, la mort de Belmondo à la fin du film est mieux soignée. 

classe 4

Les bastons sont pas mal, mais il y a des moments où l'on voit, notamment lorsque Beaumont est prisonnier, que c'est du factice, et que les acteurs ne se frappent pas vraiment : ça gâche un peu le plaisir. Enfin, j'ai un dernier petit problème avec la musique de Ennio Morricone, elle est très belle, très dramatique, dans l'esprit du film. Et accompagne bien l'image, mais alors malheureusement, à cause d'une utilisation idiote dans une publicité : je suis désolé, mais dès que je l'entends, je ne peux m'empêcher immédiatement de visualiser le Labrador Retriever avec la pub pour Royal Canin ! Ce n'est plus possible de l'entendre autrement, et c'est dramatique.

Néanmoins, visionnez Le Professionnel, et faites-vous votre avis, mais personnellement je n'ai pas trop accroché à ce Belmondo, et je l'ai trouvé un peu longuet avec son 1H50, d'où la note de 2 bottes. Pourtant, d'un budget confortable de 20 millions de francs, le film fera un carton en faisant plus de 5.2 millions d'entrées en France, plus de 3.2 millions d'entrées en Allemagne, et un peu plus de 676 milles entrées en Espagne. Seuls L'As des As et Le Cerveau auront fait mieux que lui. À vous de voir si vous aimez ou non Le Professionnel. Pour moi, film sympathique, sans plus.

ladoublure 6

Anecdotes :

  • Parmi les figurants du film, se trouve Radisa 'Steve' Jovanovic qui était un ancien garde du corps de Belmondo. Mais pas seulement, au moment où il tourne dans le film : il fait le rôle d'un agent des services secrets français, il était recherché par toutes les polices de France. En effet, connu sous le nom de Steve Jovanovic avec son célèbre complice Bruno Sulak, il avait plusieurs braquages sans violence à son actif. Mais la réalité rejoint la fiction, Steve Jovanovic en voulant faire évader son meilleur ami, mourra abattu au pied d'un hélicoptère comme le personnage de Belmondo dans le film.

  • La célèbre musique du film composée par Ennio Morricone : « Chi Maï », sera une des meilleures ventes en France de l'année, elle se classera n°2 dans le top en décembre 1981.

Séquences cultes :

Joss Beaumont, espionnage et chataîgne

Course poursuite

Le croissant, c'est pour mon ami

Moi non, j'irai chez la tienne

Je t'avais dit que je serai toujours derrière toi

Quant à moi, ça se décide en ce moment

Retour à l'index