L'Homme de RioLes Tribulations d'un Chinois en Chine

Saga Jean-Paul Belmondo

Ho ! (1968)


1. HO !

classe 4

Résumé :

François Holin, un coureur automobile de Formule 1, a un accident qui coûte la vie à un ami concurrent. 5 ans plus tard, il est chauffeur pour une bande de gangsters que certains le déconsidèrent et le surnomment Ho. Le chef de la bande se tue accidentellement, et Ho se retrouve en prison, où il prend l'identité d'un autre détenu, ce qui lui permet de s'échapper. En sortant il se lie d'amitié avec un journaliste : Gabriel Briand.

Mais lors d'une souricière montée pour Ho par la police, ça tourne mal et il est blessé en tuant des policiers. Les circonstances s'enchaînent alors très vite, en revenant chez lui avec sa petite amie pour prendre son argent et des affaires, il tombe sur deux de ses anciens complices qui sont poursuivis et lui volent alors son magot et prennent son amie en otage. Mais François les tue, au moment où la police arrive, son amie meurt et il arrêté.

ladoublure 2

Critique :

Alors tout d'abord, un point à signaler, la musique de François de Roubaix est pénible, mais alors pénible sur tout le long du film ! Pourtant j'adore l'artiste, qui a composé pour moi une des plus belles musiques de film français : celle de « Dernier Domicile Connu » et surtout le meilleur générique jamais crée et qui reste inégalé à ce jour : le fameux générique de fin « synthétique » de la série tv « Commissaire Moulin » de 1976, sans doute un des plus beaux jamais produit. Mais là, dans « Ho ! » c'est réellement insupportable, majoritairement au piano, on se lasse très vite. D'autant que le film est dans une mise en scène comme un peu les films muets qui étaient tout le long accompagné d'une musique, c'est dommageable.

Réalisé par Robert Enrico (« Les Grandes Gueules », « Le Vieux Fusil », « Le Secret »), ce sera la seule et unique collaboration de ce réalisateur avec Jean-Paul Belmondo. Co-production Franco-Italienne, c'est important car je pense que c'est ce qui donne cet aspect si particulier à ce film. Belmondo joue ici le rôle d'un truand, qui est en quête d'une reconnaissance car les gens de sa bande le méprise, mais qui hélas, n'a pas l'envergure de ses ambitions. 

ladoublure 3

Le film possède pourtant une excellente distribution, on retrouve à ses côtés pour la présence féminine : Joanna Shimkus (« De l'Amour », « Tante Zita », « Les Aventuriers ») qui est vraiment très jolie et offre une assez bonne prestation. On retrouve également Paul Crochet (« L'Armée des Ombres », « La Gueule du Loup », « Un Flic ») dans le rôle du journaliste Gabriel Briand : immense acteur, qui a toujours cette attitude si spécifique et qui a l'air de jouer d'un air détaché ! Raymond Bussières (« L'Aile ou la Cuisse », « Chapeau Melon et Bottes de Cuir » série de 1976, « Les Sous Doués »), André Weber (« Razzia sur la Chnouf », « Un Cave », « Les Barbouzes ») lui aussi pratiquement que des seconds rôles, mais toujours un rôle marquant. Jean-Paul Tribout qui joue ici un truand lui aussi avant d'être 6 ans plus tard enrôlé dans « Les Brigades du Tigres » en 1974 à la tv. Et même une petite apparition de Jackie Sardou et si vous arrivez à avoir un coup d'œil assez rapide même un petit caméo d'Alain Delon en passant qui se fait engueulé à l'aéroport lorsque Belmondo et sa petite amie partent. Delon n'est pas crédité au générique, « Borsalino » n'a rien inventé.

Mais même ceci, ça n'arrive pas à relever le film. Il n'est pas mauvais, et l'idée de fond en soi n'est pas mauvaise, mais je trouve vraiment que la réalisation pêche, il y a des scènes dont on arrive pas y croire et sont mal retranscrites à l'écran : par exemple la séquence où le chef de gang se tue lui-même avec son pistolet. C'est incompréhensible ce qui se passe à l'écran et il faut attendre de voir le journal pour savoir qu'il s'est tué avec son pistolet. Néanmoins, l'interprétation de Belmondo commence à avoir la forme qu'il aura un peu plus tard dans « Le Casse » et ses autres grands succès et qui fait qu'il rend son personnage très crédible, je pense que la réalisation, ici, bride son interprétation et qu'il aurait pu encore faire mieux. Il suffit de voir sa transformation dans la prison : c'est impressionnant. 

classe 4

Les décors dans le Paris de l'époque sont vraiment très agréables à l'œil, et accentue le côté réaliste du film, on a toujours un plaisir particulier de revoir la capitale à des époques différentes pour noter les changements de celle-ci. Censé être un film assez noir, la fin avec la petite amie de Ho ! par exemple qui meurt carbonisée dans sa voiture, et de le voir lui en pleine déchéance face à tous les journalistes, je trouve que le fait de le tourner avec cette musique qui empiète sur le film lui enlève justement tout son côté dramatique.

Loin d'être un échec, le film fera pourtant moins que « Les Tribulations d'un Chinois en Chine », avec un peu plus de 1.7 millions d'entrées pour la France. Et fera un peu plus de 700 milles entrées en Espagne. C'est juste après ce film, que Belmondo allait alors avoir un nouvel agent qui allait propulser sa carrière au zénith : René Chateau.

ladoublure 6

Anecdotes :

  • La scène du carrefour où le policier s'effondre d'un coup de feu, juste après la fuite de Belmondo de la boutique de cravates, fut tournée sans que les passants soient prévenus. Ce qui a valu de nombreuses réactions inattendues de la part de ceux-ci.

  • Toujours pour la même scène et la suite, où Belmondo est blessé à la jambe, la production n'avait pas l'autorisation de tourner avec des vrais revolvers et a dû utiliser des pistolets avec des amorces spéciales qui faisaient une flamme au bout du canon, car ils étaient dans un quartier de bijoutiers.

  • Pendant la scène où Belmondo s'échappent dans la rue, les gens ne l'ont pas reconnu car il portait des lunettes de soleil, et ils étaient plutôt inquiets de voir un homme avec un pistolet, qui s'arrêtait et se reposait contre un appui comme si il était réellement blessé et poursuivi.

Séquences cultes :

Vous voyez pas que je suis une cloche non ?

A PARTAGER! - JEAN-PAUL BELMONDO LES SÉQUENCES CULTES (ANNÉES 60) - Ho ! (1968) : Vous voyez pas que je suis une cloche non?Dans le cadre du lancement de notre grand dossier Saga Jean-Paul Belmondo, devenez fan de notre page pour retrouver chaque jour une nouvelle séquence culte avec Jean-Paul Belmondo!Retrouvez le résumé, la critique et les anecdotes de Ho ! dans la Saga Jean-Paul Belmondo par Alexis06 sur Le Monde des Avengers : http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/annees-1960/saga-jean-paul-belmondo/hoRejoignez la discussion autour de Jean-Paul Belmondo sur notre forum : http://avengers.easyforumpro.com/t1629p90-jean-paul-belmondo

Posted by Le Monde des Avengers on Saturday, January 2, 2016

Je viens en ami

Vous avez une licence ?

A PARTAGER! - JEAN-PAUL BELMONDO LES SÉQUENCES CULTES (ANNÉES 60) - Ho ! (1968) : Vous avez une licence?Dans le cadre du lancement de notre grand dossier Saga Jean-Paul Belmondo, devenez fan de notre page pour retrouver chaque jour une nouvelle séquence culte avec Jean-Paul Belmondo!Retrouvez le résumé, la critique et les anecdotes de Ho ! dans la Saga Jean-Paul Belmondo par Alexis06 sur Le Monde des Avengers : http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/annees-1960/saga-jean-paul-belmondo/hoRejoignez la discussion autour de Jean-Paul Belmondo sur notre forum : http://avengers.easyforumpro.com/t1629p90-jean-paul-belmondo

Posted by Le Monde des Avengers on Tuesday, December 22, 2015

On a tiré !

Retour à l'index