Le château de cartes

7-04-03Pour attraper un rat

LE DERNIER DES CYBERNAUTES
(THE LAST OF THE CYBERNAUTS... ??)

Tournage : mai 1976

Diffusion : ITV, 2 novembre 1976 – TF1, 21 décembre 1976

Scénario : Brian Clemens

Réalisation : Sidney Hayers

Robert Lang (Kane), Oscar Quitak (Malov), Gwen Taylor (Dr. Marlow), Basil Hoskins (Professor Mason), Robert Gillespie (Goff), David Horovitch (Fitzroy), Sally Bazely (Laura), Pearl Hackney (Mrs. Weir), Martin Fisk (Second guard), Eric Carte (Terry), Ray Armstrong (First guard), Rocky Taylor (Cybernaut), Davina Taylor (Tricia).

Résumé

Steed fête son anniversaire lorsque Terry, un vieil ami, arrive, mourant, chez lui et révèle qu'il a trouvé l'agent double : Felix Kane et qu'il a rendez-vous le lendemain avec son contact. Ils réussissent à l'intercepter mais la voiture de Kane termine encastrée dans un camion d'essence et est carbonisée. Un an plus tard... Steed fête son anniversaire en pensant encore à son ami mort un an auparavant. Le lendemain, sort de prison Franck Goff, ingénieur, qui a travaillé sur le projet des cybernautes avec le Dr. Armstrong (Cf. la saison 4 des Avengers où Emma Peel et Steed affrontent les premiers cybernautes). Il se fait enlever à sa sortie par un homme à la solde de... Felix Kane.

Ce dernier réactive les cybernautes pour capturer le professeur Mason afin qu'il conçoive un corps mécanique pour lui, sous peine de connaître le même sort que Goff : la mort. Mason accepte, alors que Gambit et Purdey ont un premier affrontement avec un cybernaute pour tenter de sauver Foster, l'homme qui travaille à la prison et qui a vendu Goff à Kane. Ils arriveront trop tard : le cybernaute a tué Foster, mais ils parviennent à le détruire en lui faisant faire une chute vertigineuse... L'affrontement final a lieu quelques semaines plus tard lorsque Kane, équipé de son nouveau corps, va chez Purdey pour la tuer.

Heureusement, Mason arrive à prévenir Steed. Ce dernier réveille Gambit qui s'est fait assommer par Kane, alors que celui-ci va tuer Purdey. Steed arrive et commence à lui envoyer le produit d'une bombe, aidé par Gambit et Purdey. Ils finissent par stopper Kane, en recouvrant ses parties métalliques d'enduit plastique. Ne pouvant plus bouger, il est alors réduit à l'impuissance.

Fin de l'épisode

Steed devant Kane, immobile, lui montre ce qui est écrit sur la bombe d'enduit : "Good for 100 and 1 uses". Steed ajoute : "102" (one hundred and two).


CRITIQUES

7-04-01


Denis Chauvet

  

Avis : Le troisième volet de la trilogie des cybernautes est un épisode de très bonne facture. Une évolution est palpable, l’homme devenant maintenant le cybernaute. Toujours autant d’action et de rythme orchestrés par l’excellente musique de Laurie Johnson. Felix Kane est un méchant dans la lignée de ses deux prédécesseurs : Dr Armstrong et Paul Beresford. La rencontre de Purdey et Gambit avec le cybernaute dans les escaliers est un grand moment mais le final est malheureusement décevant. Une très bonne réalisation de Sidney Hayers, associée au décor surprenant du repaire de Kane, complète le tableau. Du grand spectacle !

Avec le recul (nouvel avis, juillet 2012): Cet épisode conclut admirablement la trilogie avec l’histoire de cet agent double défiguré qui clame revanche dans une superbe interprétation de Kane (j’ai vu récemment Robert Lang dans un épisode de Thriller et il est aussi bon). C’est la première fois que je note que le tas noirâtre au milieu du somptueux décor est la voiture calcinée de Kane. Les meilleurs moments sont la rencontre de Steed avec le cybernaute au laboratoire, Gambit et Purdey face au cybernaute dans la cage d’escalier et l’agression de Kane dans l’appartement de Purdey. Parmi les points négatifs : l’horripilante Laura, envahissante, et cette volonté de faire passer Steed pour un Casanova dans les TNA (Tricia, à peine aperçue au premier anniversaire, était bien mieux), la présence de Goff au lieu de Benson, maintes fois évoquée parmi les fans, et le final très controversé. Armstrong, Beresford, Kane : quelle triplette !  C’est une suite et c’est généralement inférieur aux originaux ; par conséquent, l’épisode reste à trois melons. La réplique de Purdey à Steed est excellente : You must stop being so galant Steed. We are liberated now.

Steed 3003 19 octobre 2004

Après l'excellent Les cybernautes et le moins bon Retour des cybernautes, ces derniers connaissent enfin leur conclusion dans le dernier opus de la trilogie : Le dernier des cybernautes ? (On remarquera en passant, la grande originalité des titres, on se croirait dans une trilogie de films d'horreur de série Z !).

Le scénario, écrit par Brian Clemens (alors que les deux premiers avaient été écrits par Philip Levene) est bon, sans plus. Même s'il nous réserve de nombreux moments haletants (la première confrontation de Steed avec un cybernaute, le combat entre Gambit et un cybernaute, l'attaque de Purdey.), il sombre vite dans les facilités scénaristiques. Néanmoins, il faut bien reconnaître qu'il nous offre, pour une fois, un méchant véritablement effrayant (parfaitement personnifié par Robert Lang) et un homme de main raffiné (délicieusement joué par Oscar Quitak) qui nous change des brutes habituelles. De plus, il nous permet de connaître la femme de chambre de Steed (qui a dû en baver par le passé !) et on a qu'un regret : ne pas l'avoir connue plus tôt, tant l'alchimie entre elle et Steed fonctionne à merveille. Brian Clemens nous livre, depuis le temps qu'on les attendait, de belles répliques, marque de fabrique des Avengers, tel Purdey reprochant à Steed, qui vient encore de sauver la vie d'une femme en détresse : «You must stop being so galant Steed. We are liberated now» [Vous devez arrêter d'être si galant envers nous, Steed. Nous sommes des femmes libérées maintenant !] et ce dernier lui répondant : «I'll remember that !» [Je m'en souviendrai !]. L'humour, surtout présent à partir du milieu de l'épisode, ne manque donc pas ! Enfin, on regrettera un final à la limite du ridicule et, qui plus est, en queue de poisson (qui rappelle les fins des premières saisons des Avengers).

La réalisation de Sydney Hayers (qui avait déjà réalisé le premier opus) est symptomatique des oldAvengers : la même élégance, la même simplicité, la même efficacité. Même si on remarquera que les séquences d'action comportent infiniment plus de plans qu'avant ! De la séquence d'introduction (avec de belles cascades et de belles explosions : The New Avengers est vraiment la meilleure série d'action des 70's !) jusqu'à la fin, il réussit à nous captiver et insuffle à l'épisode énormément de rythme, tout en lui conférant un certain esthétisme. On notera aussi que, avancée technologique oblige, les effets des cybernautes sont beaucoup plus impressionnants que dans les deux précédents opus.

John Steed, véritablement au centre de l'épisode, fait une grande avancée : on continue à découvrir ses nombreuses conquêtes (finis les amours impossibles à la Emma Peel ou paternalistes à la Tara King) et on comprend que la légèreté des Avengers n'est ici plus de mise. Notre icône en prend un coup, mais le jeu tout en finesse de Macnee fait passer la pilule. Quant à Gambit et Purdey, moins présents dans l'épisode, leur relation "Je t'aime-moi non plus", quoique toujours aussi comique, commence à tourner en rond.

Les décors ont toujours la marque New Avengers : beaucoup plus réalistes que ceux de The Avengers, donc moins jolis. On notera cependant le certain esthétisme du repaire du méchant.

Les costumes sont, disons-le, franchement has been (à ne pas manquer : la tenue de danse de Purdey !) ; heureusement la robe jaune de Purdey à l'ouverture de l'épisode et l'élégance constante de Steed rattrape le coup.

Enfin, je soulignerai, encore et toujours, l'excellence de la musique de Laurie Johnson qui accompagne idéalement l'épisode.

EN BREF : Inférieur au premier, mais légèrement supérieur au second, Le dernier des cybernautes achève une trilogie brillante avec panache.

Estuaire44 25 mai 2015

Jamais deux sans trois, voilà les Cybernautes de retour. Il s’avère souvent porteur de susciter des ennemis récurrents aux héros des  séries d’aventures, mais le procédé va faire long feu. En effet les Cybernautes paient ici le prix de ne représenter qu’une version infantile, obsolète dans les années 70 (Douglas Adams et Isaac Asimov sont passés par là, entre bien d’autres), de la si riche figure de la Science -fiction que compose le Robot. Le Cybernaute, caricature du méchant robot des récits pour adolescents, reste de fait limité à son répertoire tristement binaire (-1 fracasser des portes, -2 briser des nuques), dont deux épisodes avait déjà permis de largement éprouver les limites. En ajouter un troisième ne pouvait signifier qu’une fastidieuse redite. De fait, le récit va revêtir la forme d’une interminable veillée d’armes, ponctuée de péripéties déjà vues précédemment, pour finalement déboucher sur une conclusion ridiculement expéditive et fauchée.

Déjà daté durant les 60’s, antédiluvien durant les 70’s, notre ami le robot à lunettes fait de stagnation, vertu. Mais il est vrai que le véritable intérêt des Cybernautes a toujours davantage résidé dans leur créateur et qu’Armstrong puis Beresford ont formé de grands antagonistes. Mais ici le bât blesse également avec un Kane au visage figé et surtout privé de toute interaction avec les Avengers, un double choix contre-productif, d’autant que ses dialogues sombrent dans le ronflant le plus outré (quelle différence avec l’élégance raffinée et perfide de Beresford !). Le roulement des yeux à la Split ! accuse également son âge en cette décennie de crépuscule de la Hammer. On se dit que le récit va enfin trouver son sujet quand, hélas bien tardivement, Kane devient un Cybernaute humain mais alors, bon, eh bien, il se contente de : -1 fracasser des portes, -2 tenter de briser des nuques. Tout ça pour ça, bel exploit.

Toutefois, concernant Kane, on recommandera chaudement la version française, pour l’hilarante voix de troisième couteau de la Comédie française, jouant sa vie à chaque déclamation. Une performance hors normes propulsant l’opus au sein des rieuses contrées du Nanarland, ce qui demeure le meilleur destin pouvant échoir à ce tonitruant épisode. La version française supprime aussi le point d’interrogation du titre, ce que l’on perçoit comme une promesse. On se gardera bien d’oublier le retour de la figure emblématique de la source agonisante, mais parvenant malgré tout à transmettre une ultime information, un marronnier de la série classique intervenant ici non pas une mais bel et bien deux fois, chapeau bas.

L’opus se sauve surtout du néant grâce au marivaudage toujours pétillant entre Gambit et Purdey et par la découverte de leurs appartements respectifs, enfin correctement mis en valeur et agréablement corrélés à leurs personnalités. L’antre de Kane constitue également un fort joli plateau. En attendant que cela se passe, l’amateur de Doctor Who pourra s’amuser en constatant que dans son fauteuil, avec un masque et un bras manquant, Kane prend des airs de Davros, avant de devenir un Cyberman du pauvre. Mais l’épisode n’en devient pas pour autant un coup de Maître.

EN BREF : Les Cybernautes cybernautisent derechef, les fabricants de portes ou de minerves se frottent allègrement les mains. Les spectateurs, eux, contemplent les beaux appartements des New Avengers, en attendant que la série reprenne son cours. 


EXTRAIT VIDÉO


Purdey et Gambit vs Cybernaute 

A PARTAGER! NEW AVENGERS (SAISON 1) - LES SÉQUENCES CULTES - Le Dernier des cybernautes : Purdey et Gambit vs CybernauteDevenez fan de notre page pour retrouver chaque jour une nouvelle séquence culte des New Avengers!Consultez la fiche complète du Dernier des cybernautes sur Le Monde des Avengers: http://theavengers.fr/index.php/chapeau-melon-bottes-de-cuir/saisons/saison7/le-dernier-des-cybernautesParticipez à la discussion autour de l'épisode sur notre forum: http://avengers.easyforumpro.com/t1687-le-dernier-des-cybernautes-the-last-of-the-cybernauts

Posted by Le Monde des Avengers on Sunday, May 31, 2015

Steed et sa femme de ménage !


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

7-04-02


Tournage

o Malov attend la sortie de prison de Goff. Scène tournée à St Albans, Hertfordshire. La porte aperçue est tout ce qu’il subsiste de la prison de St Albans, active de 1866 à 1930. Elle sert de décor dans de nombreux films et séries, car elle permet d’éviter d’avoir à négocier une autorisation de tournage avec l’administration pénitentiaire !

St Albans, Hertfordshire

o L’appartement de Purdey est à St Peter’s Square, Londres. Cette résidence de style Régence, située à l’ouest de Londres dans un quartier aux nombreux squares et espaces verts, a servi de décor à plusieurs films, dont Miss Potter en 2007.

St Peter’s Square

o La résidence du Pr. Mason prise d’assaut par le Cybernaute  est en fait la résidence The Old Place, à  Boveney, dans le Buckinghamshire. Construite en 1910, cette jolie demeure, typique des campagnes anglaises et bénéficiant d’un superbe point de vue sur les environs, a été classée en 1955. Le village de Boveney, fameux pour ses belles maisons d’époque, a servi de décor à de nombreuses productions (Robin des Bois, prince des voleurs, Inspecteur Morse...) Son église apparaît dans de nombreux films de la Hammer, dont les studios se situaient à proximité durant les années 60. 

Continuité

o Lorsque Steed s’apprête à effectuer un coup à la table de billards, la position de ses mains change d’un plan à l’autre (à la première apparition de Fitzroy).

Le dernier des cybernautes 1 Le dernier des cybernautes 2

o Comment Fitzroy peut-il trouver une empreinte du pouce de Kane sur la tête du Cybernaute vu que l’individu porte toujours des gants ?!

o Kane écrase peu de choses consistantes : une pomme pourrie et le révolver de Purdey… en plastique !  

Kane Kane

o Goff est censé avoir été l'assistant d'Armstrong mais aucune allusion n'est faite à ce personnage durant les deux premiers volets. Benson, interprété par Frederick Jaeger et présent dans les deux premiers épisodes des cybernautes, aurait été plus crédible.

Détails

o Le début de la ceinture de sécurité obligatoire ; tous les protagonistes de la poursuite s'attachent consciencieusement !

dernier 7dernier 7

o Purdey montre clairement une pointe de jalousie envers Mrs Peel ! "I didn't mention Mrs. Emma Peel." "You never do. Tut tut."

o A noter qu’il n’y a que trois invités au ‘premier anniversaire’ de Steed mais c’est la foule un an plus tard.

o Purdey orthographie très mal le mot Cybernaut au scrabble, ‘sighbernort’.

dernier 8

o Regardez attentivement le décor lorsque Purdey s’occupe de la main de Gambit et que Steed se sert d’une loupe. On s’aperçoit que les photos de Cathy Gale, Emma Peel et Tara King,  vues dans Le château de cartes, sont toujours là ! En fait, les épisodes étaient tournés deux par deux et le décorateur n’a pas dû avoir le temps de les retirer.

dernier 10

Steed joue de la musique avec un Stylophone. Il s'agit de l'un, des premiers instruments de musique électronique, commercialisé en 1967 par la société Dübrecq. Avec plus de 3 millions d’exemplaires vendus, l’appareil connaît un grand succès mais est davantage considéré comme un jouet que comme un réel instrument, du fait de ses faibles performances. . Des artistes comme The Velvet Underground, Erasure ou David Bowie utilisent le Stylophone comme synthétiseur, grâce à l'ajout d'extensions. Un deuxième modèle sortit quelque temps avant le tournage de la série, mais la production cessa dès 1975.

o Gambit conduit ici une Range Rover, voiture lancée en 1970 et qui connut un grand succès par son confort lié à la manœuvrabilité autorisée par ses quatre roues motrices tout terrain. La gamme est toujours active aujourd’hui. Le modèle de Gambit, dit Range Rover Classic sera commercialisé jusqu’en 1996. Il va souvent équiper la police, la pompiers et les ambulances britanniques durant les années 80.

Acteurs

o Robert Lang (1934-2004) fut acteur de théâtre avant tout. Il était dans la National Theater Company de Laurence Olivier dans les années 60. Au cinéma il apparaît notamment dans Quatre mariages et un enterrement. Sa voix (comme on peut le constater dans l’épisode en VO) était particulière. Il est décédé d’un cancer.

o Basil Hoskins (1929-2005) était un acteur réputé outre-Manche. Il a étudié à RADA et a passé cinq ans avec la troupe théâtrale de Shakespeare Memorial Company de Stratford. Il a participé aux séries Le prisonnier, Les professionnels, Le retour de Sherlock Holmes et il est le major Zulficar dans l’épisode Le retour du traître, saison 3.

o Robert Gillespie(1933), né d’une mère hongroise et d’un père canadien, a vu le jour à... Lille avant de passer un partie de son enfance à Nantes ! Il a joué dans Le Saint, L’aventurier, Regan, Les professionnels, Le retour du Saint ainsi qu’un épisode de la saison 6, Un dangereux marché (il est le préposé à l’ascenseur). Sa dernière apparition remonte à 1996. Toujours actif comme metteur en scène, il a créé sa propre compagnie théâtrale en 2000.

o Gwen Taylor (1939), le docteur Marlow, a tourné dans Cosmos 1999, Inspecteur Morse, Inspecteur Barnaby et de nombreuses productions pour la BBC dont certaines sont inédites en France. Au cinéma, elle a joué dans La vie de Brian. Elle fut nominée en 1990 pour un Bafta avec  Peggy Ashcroft, Judi Dench et la gagnante Diana Rigg. Dans l’épisode, elle flirte avec Steed et…finit dans le placard à l’approche du cybernaute!

Gwen Taylor

À noter que…

o Le dernier des cybernautes fait suite aux épisodes Les cybernautes – saison 4 et Le retour des cybernautes – saison 5.

o Tous les épisodes The New Avengers furent amputés de cinq minutes lors de leur passage aux USA, programmation oblige. Ainsi, le doctor Marlow n'est pas présent dans la version US !

o Rocky Taylor, cascadeur et doubleur de Patrick Macnee dans les saisons Emma Peel, joue le rôle du cybernaute.

Rocky Taylor cybernaute

o Le roman The Cybernauts de Peter Cave, sorti en 1977 (Futura Publications) est une adaptation de l’épisode. Il a pour titre The Cybernauts sur la couverture mais Last of the Cybernauts sur la page titre ! À noter que la couverture est illustrée par une photo provenant de l’épisode Cible.

Le roman The Cybernauts de Peter Cave

o Le scénario de l’épisode d’Amicalement vôtre, Une rancune tenace, fait penser à cet épisode, surtout pour le personnage du méchant.

o Lors de la rediffusion au Royaume-Uni en 1990, l’annonceuse déclara : « Ce soir, dans les New Avengers, les cybernautes sont de retour et le fantôme de Mrs Peel apparaît ! »

o L’histoire fut adaptée dans une bande dessinée de huit pages dans The New Avengers Annual de 1978 sous le titre The Cybernauts.  

o L’épisode marque l’ultime participation de Catherine Buckley aux New Avengers. La première dessinatrice des vêtements de Purdey va jeter l’éponge, incapable de suivre le rythme de production de la série. Elle sera principalement remplacée par Jillie Murphy, à partir de l’épisode Dirtier by the Dozen.

o Coupures de presse lors de la 1re diffusion française.

Télé 7 Jours

Télé Poche

Télé Star

Top Télé


Fiche de l’épisode Le dernier des cybernautes des sites étrangers

En anglais

http://theavengers.tv/forever/newave-3.htm
http://www.dissolute.com.au/the-avengers-tv-series/new-avengers/n03-the-last-of-the-cybernauts.html
http://deadline.theavengers.tv/NAS1-03-LastCybernauts.htm

En flamand
http://home.scarlet.be/%7Epvandew1/avengers/newav04.htm

En italien
http://www.serietv.net/guide/gli-infallibili-tre/stagione_1.htm

 

Retour à la saison 7