Le baiser de Midas

7-03-03Le dernier des Cybernautes

LE CHÂTEAU DE CARTES
(HOUSE OF CARDS)

Tournage : mai 1976

Diffusion : ITV, 26 octobre 1976 – TF1, 1er janvier 1977

Scénario : Brian Clemens

Réalisation : Ray Austin

Peter Jeffrey (Perov), Frank Thornton (Roland), Lyndon Brook (Cartney), Derek Francis (The bishop), Mark Burns (Spence), Geraldine Moffatt (Jo), Annette André (Suzy), Ina Skirver (Olga), Murray Brown (David), Gordon Sterne (Vasil), Dan Meaden (Boris), Jeremy Wilkin (Tulliver), Anthony Bailey (Frederick).

Résumé

Alors qu'un avion vient de se poser, Gambit, déguisé en rock star, est accueilli par des groupies hystériques. Steed profite de la confusion pour enlever un professeur des mains des agents russes. Perov, devant son échec, n'a d'autre solution que de se donner la mort. Du moins, le croit-on. Commence alors le rappel des troupes pour Perov grâce à un jeu de cartes et une couleur : le cœur. Le roi, le valet, toutes ont au dos le nom de futures victimes et elles sont remises à de vieilles connaissances et amis de Steed, Gambit et Purdey qui sont les cibles.

Steed et son équipe découvrent enfin le plan machiavélique de Perov : Le Château de cartes. Vingt ans auparavant, Perov a infiltré treize agents en Angleterre, tous des tueurs qualifiés prêts à exécuter les ordres. Ces agents dormants sont réveillés par les cartes. Mais le plan de Perov est plus vicieux : il fait peur à Steed qui le mène droit à la planque du professeur Vasil. Heureusement, Purdey comprend tout mais elle arrive trop tard accompagnée de Gambit : Perov a tué Vasil. Enfin, c'est ce qu'il semble. Il s'agissait en fait de Steed déguisé et protégé par un blason en métal.

Fin de l'épisode

Purdey dit à Steed : "You're beautiful", Steed répond : "I'm experienced".


CRITIQUES

7-03-01


Denis Chauvet


Avis : Encore un excellent épisode ! Quelle joie de revoir Peter Jeffrey, toujours dans un rôle de méchant diabolique. Comme dans Le joker, les cartes ont de l’importance dans cette aventure rythmée et parfois violente. Néanmoins, le combat de Gambit avec son prof de judo est une des meilleures scènes de combat de toute la série. Une petite pointe de nostalgie à l’évocation des Avengers girls précédentes. Ne manquez pas la scène où Purdey se déshabille, inconsciente de la présence de Gambit. Steed aux jeunes filles à l’aéroport : ‘Remember, when you're screaming, you're screaming for England.’ [rappellez-vous, lorsque vous criez, c’est pour l’Angleterre.]

Avec le recul (nouvel avis, juillet 2012): Un épisode que je remonte d’un cran car il mérite quatre melons. Ces treize espions dormants (cela pourrait s’appeler Espion lève-toi) réactivés vingt ans plus tard par le rusé Perov fait plus penser à un John Le Carré qu’un Avengers, mais c’est subtilement joué jusqu’au dénouement. D’ailleurs, Perov aurait roulé Steed si Purdey n’avait pas remarqué les capsules à l’eau. Les personnages sont intéressants (même si Perov n’a pas l’envergure de Prendergast) et j’ai plus apprécié à cette rediffusion Roland, l’excentrique aux roses. La musique de Johnson est appropriée, avec des airs de La lettre du Kremlin, et les espionnes russes sont enfin jolies : qui échangerait cette Olga contre celle de Nutski ? Les années 70 ont cessé les caricatures grossières car même James Bond a remplacé Rosa Klebb par Anya Amasova ! Les meilleurs moments sont le combat Gambit/Spence, surement le plus violent de la série, la ruse de Gambit pour laisser Purdey se déshabiller et le final, assez souvent bâclé dans les TNA, mais celui-ci est réussi et rehausse ma note.

Steed 3003 13 aôut 2004

Sans aucun doute, un des meilleurs épisodes des New Avengers. Malgré une intrigue qui met du temps à décoller et qui ne soit pas follement originale, difficile de ne pas se laisser happer par cet épisode. La réalisation de Ray Austin est excellente, tout à fait dans le style des old avengers et a conservé tout son panache de nos jours. Les scènes d'action sont incroyablement bien tournées (on retiendra une superbe séquence de combat dans le noir et une scène finale impeccable). Entre les extérieurs tous plus beaux les uns que les autres (voir les rosiers), des personnages bien frappés (Peter Jeffrey nous signe, après Le joker et Jeux, une excellente interprétation) ; les nombreuses surprises qui parsèment l'épisode et la tournure enfin intéressante que prend la relation Purdey-Gambit (leurs échanges plein d'humour) ; les New Avengers renouent enfin avec les qualités qui sont celles de la série d'origine (en nous offrant de plus, une hilarante, mais très touchante, scène de continuité avec celle-ci). Elle en apporte, aussi, de nouvelles : dans sa parfaite composition d'homme trahi et blessé, Patrick Macnee donne une profondeur insoupçonnable à John Steed et la musique de Laurie Johnson (bien plus rythmée et variée que celle des old avengers) accompagne une fois de plus parfaitement l'épisode.

EN BREF : Sans aucun doute, un must see des New Avengers malgré, il est vrai, une intrigue parfois confuse.

Estuaire44 25 mai 2015

Le récit revêt rapidement une agréable saveur de madeleine, la nouvelle série rendant ici un bel hommage à son illustre devancière. Le retour de l’emblématique Peter Jeffrey associé à ses cartes à jouer nous renvoie directement au Bristow de Game, d’autant que Perov se montre ludiquement fort excité par la partie en cours. Son association avec un sbire  observateur et plaisamment cynique évoque également le savoureux majordome de cet épisode, l’un des plus fameux de la saison 6. Avec l’agent du Ministère amateur de roses et l’évêque haut en couleurs, on renoue également avec l’excellente tradition des Excentriques, jusqu’ici absents de la nouvelle série. Le scénario se structure malicieusement autour de l’un des marronniers de la série classique, la succession des meurtres, ici poussée à son paroxysme mais se composant essentiellement d’échecs !

On éprouve également un grand plaisir à retrouver la charmante AnnetteAndré, 12 ans après son épatante scène avec Macnee dans Mandrake. Ces retrouvailles avec les temps jadis culminent avec l’excellente scène des photographies, suffisamment irriguée en humour pour ne pas sombrer dans le lénifiant. Une petite pensée pour Vénus l’Oubliée, qui sut éclairer par ses chansons et sa fraicheur les sombres récits de naguère.

De manière amusante, House of Cards boucle d’ailleurs la boucle avec cette période désormais lointaine des Avengers, en retrouvant les thématiques de l’espionnite, de manière plus réaliste et brutale que lors de la parenthèse enchantée des saisons 4 à 6. Si la personnalité hors normes de Perov apporte une indéniable plus-value, le récit renoue avec succès avec ces intrigues de conflits inter et intra organisations, via une conspiration dont le pot aux rose n’est astucieusement révélé que sur le tard.

On retrouve avec plaisir des agents de l’est captivants, une denrée rare depuis Concerto. De plus l’ambiance de paranoïa autour de la figure coutumière des réseaux dormants de la cinquième colonne se voit reconstituée avec efficacité. Les protagonistes ne sont pas négligés pour autant. Purdey contribue grandement à solutionner l’affaire, tandis que Gambit brille de ses qualités de combattant  lors d’un combat intense et lui aussi bien davantage réaliste que par le passé. Steed, ici pleinement dans l’action, hérite de superbes dialogues auprès de la félonne et de la troublante Olga. On regrettera simplement que sa nouvelle demeure, certes superbe, soit impersonnelle, moins révélatrice de sa personnalités que précédemment.

EN BREF : Déjà un récit d’espionnage parfaitement efficace, l’épisode s’agrémente de très plaisantes références aux Avengers classiques. Peter Jeffrey crève une nouvelle fois l’écran.


EXTRAIT VIDÉO


Quelques pouliches que j'affectionne

A PARTAGER! NEW AVENGERS (SAISON 1) - LES SÉQUENCES CULTES - Le Château de cartes : Quelques pouliches que j'affectionneDevenez fan de notre page pour retrouver chaque jour une nouvelle séquence culte des New Avengers!Consultez la fiche complète du Château de cartes sur Le Monde des Avengers: http://theavengers.fr/index.php/chapeau-melon-bottes-de-cuir/saisons/saison7/le-chateau-de-cartesParticipez à la discussion autour de l'épisode sur notre forum: http://avengers.easyforumpro.com/t1698-le-chateau-de-cartes-house-of-cards

Posted by Le Monde des Avengers on Saturday, May 30, 2015

L'écurie de Steed !


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

7-03-02


Tournage

o La scène pré générique fut tournée à l’aérodrome de Northolt en banlieue de Londres. Certaines scènes des James Bond, Goldfinger (1964) et Octopussy (1983) furent également filmées à cet aérodrome. Aéroport militaire fondé en 1915, il constitua un élément stratégique de la défense de Londres durant le Blitz. Devenu en partie civil après guerre il fut l’aéroport le plus actif du pays jusqu’à la mise en service complète d’Heathrow et sert toujours de base logistique à la RAF.

cartes 1cartes 1

o David Miller galope pour prévenir Steed de la signification du jeu de cartes. Il arrive à Binfield Manor dans le Berkshire. Édifiée en 1754 pour Pitt, futur Premier Ministre, cette résidence est désormais la propriété du Sultan de Brunei, qui y séjourne durant la saison de polo.

o Le moulin à vent où se déroule la scène finale est celui de Cobstone Windmill, bâti en 1816 en remplacement d’un autre remontant au XVIe siècle. Il fut rénové en 1967 par HKen Adam qui s’en servit comme décor pour Chitty Chitty Bang Bang .

Cobstone Windmill

o  L’église où l’évêque prononce son sermon est celle Saint Mary the Virgin, située à Hedgerley, dans le Buckinghamshire. Elle fut construite en 1851, dans le style néo-gothique et classée au patrimoine en 1955.

Continuité

o Gareth Hunt serait doublé en partie lors du combat de Gambit avec Spence. Difficile de vérifier !

Détails

o Une grande scène de l'épisode lorsque Steed « évoque » ses précédentes partenaires : Cathy Gale, Emma Peel et Tara King en les comparant, involontairement, à des pouliches.

Le château de cartes

o Le fan club de Gambit est composé de dix-huit jeunes filles !

o Beaucoup de fans anglo-saxons ont vu une photo de Diana Rigg chevauchant un cheval blanc à Woburn Sands (promo pour la saison 5) sur le bureau d’Olga.

Le château de cartes

o Le père de Purdey fut tué comme espion dix ans auparavant. Son beau-père est évêque.

o Steed conduit une Jaguar XJ-12 5.3 de 1976. Réputée pour sa puissance, elle est surnommée The Big Cat par ses aficionados, Dotée du moteur V 12 5,3 litres (289 chevaux), elle est conçue dès le départ conçue par Broadspeed Jaguar pour être une voiture de course et connaît de grands succès en compétition. Développant néanmoins un important confort, La XJ-12 fut commercialisée de 1972 à 1992. Comme les autres véhicules des New Avengers, la voiture a été mise à disposition de la production par British Leyland, alors propriétaire des différentes marques.

o L’hélicoptère vu dans l’acte final de l’épisode est un Bell 47G-5A. Le 47G est le modèle le plus courant du  Bell 47 (1946), premier hélicoptère à connaître des applications civiles. Il est réputé pour son cockpit totalement transparent et sa capacité à atteindre de hautes altitudes. Il est le premier hélicoptère à franchir les Alpes et a servi de simulateur de L.E.M. aux astronautes d’Apollo. Sa version militaire s’est illustrée durant la guerre de Corée, ce qui lui vaut de figurer en bonne place dans la série MASH. Très présent à l’écran, il a aussi l’honneur de figurer le fameux Batcopter dans le film Batman de 1966.

Acteurs

o Peter Jeffrey (1929–1999) a participé à trois autres épisodes de la série : Avec vue imprenable (saison 4), Le joker (saison 5) et Jeux (saison 6). Il était un acteur talentueux et reconnu. Un grand comédien britannique. L'un des plus grands méchants des Avengers : les personnages de Prendergast du Joker et Bristow de Jeux sont mémorables. Diplômé de Cambridge, son répertoire allait du théâtre classique aux comédies télévisées. Jeffrey fut ainsi un mémorable adversaire de Doctor Who, le Comte Grendel, dans un épisode intitulé : The Androids of Tara ! Rien à voir avec les Cybernautes ! Il travailla avec les plus grandes compagnies théâtrales dont la Royal Shakespeare Company. Il est décédé le jour de Noël 1999 d'un cancer de la prostate.

o Annette André (1939), née en Australie, a débuté sa carrière en 1960. Elle a participé à de nombreuses productions pour la télévision, dont La mandragore de la saison 3, mais également Le Baron, Le prisonnier, Le Saint (cinq épisodes), Amicalement vôtre (deux épisodes dans le rôle de Pekoe), Le retour du Saint. Elle est Camilla Wells dans la série australienne Prisoner qui se déroule dans une prison pour femmes. Elle demeure principalement connue pour son rôle récurrent de la veuve Jeannie Hopkirk, dans les très populaires Randall and Hopkirk (Deceased) (1969-1970). Également chanteuse et danseuse, elle est apparue dans plusieurs spectacles musicaux, dont Vanity Fair, au West End.

o Frank Thornton (1921) a également joué dans Death on the Slipway, saison 1, ainsi que dans Destination danger (deux épisodes), Benny Hill, Les champions, la célèbre comédie appréciée en Grande-Bretagne : Are you being served ? ; au cinéma dans The Assassination Bureau (avec Diana Rigg et Telly Savalas), La vie privée de Sherlock Holmes.

o La jolie Ina Skriver (Olga) a peu joué mais on lui doit une autre participation à une série de Brian Clemens, Les professionnels. Vue aussi dans Cosmos 1999 et le film Victor/Victoria en 1982.

Ina Skriver

À noter que…

o Pendant des années, cet épisode n’a pas pu être diffusé car Jeremy Wilkin ne le voulait pas. Il interprète le tueur qui doit liquider Purdey. 

o Ray Austin, le réalisateur, était le coordinateur des cascades des saisons Emma Peel ; on le voit dans l'épisode Les fossoyeurs et brièvement dans L'heure perdue (le laitier assassiné), deux épisodes de la saison 4.

o Le roman House of Cards de Peter Cave, sorti en 1976 (Futura Publications) est une adaptation de l’épisode. À noter que la couverture de l’édition britannique est illustrée par une photo provenant de l’épisode Le dernier des cybernautes. Dans le roman, les agents dormants de Perov ont été entrainés derrière le rideau de  fer dans un village représentant une communauté britannique.

Le roman House of Cards

o Problème de chapitrage sur l'édition kiosque.

o L’idée d’un village situé derrière le Rideau de Fer et servant de base d’apprentissage du mode de vie anglais aux agents secrets, présente dans la novélisation écrite par Peter Cave, a d’abord été décrite lors de l’épisode Colony Three de Destination Danger, en deuxième saison (1964).

o Le nom de Peter Jeffrey est mal orthographié dans le générique de fin, il y devient « Jeffery ».

o Coupures de presse lors de la 1re diffusion française.

Télé Poche

Télé Star


Fiche de l’épisode Le château de cartes des sites étrangers

En anglais

http://theavengers.tv/forever/newave-2.htm
http://www.dissolute.com.au/the-avengers-tv-series/new-avengers/n02-house-of-cards.html
http://deadline.theavengers.tv/NAS1-02-HouseOfCards.htm

En flamand

http://home.scarlet.be/%7Epvandew1/avengers/newav03.htm

En italien
http://www.serietv.net/guide/gli-infallibili-tre/stagione_1.htm

En espagnol
http://losvengadores.theavengers.tv/tna_cards.htm

Retour à la saison 7