saison 1 saison 3

The L Word (2004-2009)

Présentation


Série créée par Ilene Chaiken, diffusée entre 2004 et 2009.

En 2004, Ilene Chaiken focalise l'attention sur Showtime avec The L Word, chronique de la vie sentimentale d’un groupe d’amies, en grande majorité lesbiennes, résidant à West Hollywood. L’originalité et l’audace du sujet font sensation mais, si The L Word capte un succès critique et public (avec notamment une communauté très active sur le Net) et se déploie sur six saisons, c’est avant tout à ses qualités intrinsèques qu’elle le doit.

Si la communauté gay est largement évoquée (notamment via des évènements comme  le Dinah Shore ou la Marche des Fiertés), la série  sait éviter un ton par trop militant ou prêcheur, pour au contraire montrer par l’exemple, tout au long d’une histoire riche en humour et en émotions, que les lesbiennes sont des femmes comme les autres. Avec leurs espoirs, leurs amours et leurs amitiés mais aussi leurs galères, leurs erreurs et leurs souffrances, les personnages nous immergent dans un récit choral et sensible, constituant un drama de très haute cuvée.

Original et fort tant dans ses scènes dramatiques que lors de passages d’une drôlerie gonflée et irrésistible, The L Word représente le meilleur de ce genre parfois sujet au pathos et aux conventions, et un bel exemple de la force narrative propre aux feuilletons.

Si la mise en scène s’y montre constamment efficace (parvenant notamment à faire croire que l’action se situe à Los Angeles alors que le tournage s’effectue très majoritairement à Vancouver), on demeure particulièrement sensible au travail de production, avec des décors finement ciselés et une bande-son réellement soignée. De plus la série comporte de nombreux clins d’œil et références aux années 70 et 80 (flashes-back croquignolets, éléments culturels insérés dans les épisodes, actrices références…), lui donnant de temps à autres un air de sympathique revival .

Les dialogues, parfois très verts, crépitent en permanence, portés par des comédiennes extrêmement talentueuses et totalement investies dans leurs rôles. Bien entendu leur grande beauté accroît encore l’attractivité de la série. La série réussit notamment deux grands coups avec les retours enthousiasmants de Pam Grier et de Jennifer Beals, absolument irrésistible dans son interprétation de Bette Porter. Chacun des nombreux  personnages, admirablement dessinés, bénéficie d’une fine écriture. Parvenir à faire vivre un ensemble aussi vaste et hétérogène ne constituera pas le moindre exploit de The L Word !

Cette chronique s’effectue au long d’une découverte progressive de la série, avec des billets écrits à chaud lors de chaque visionnage d’épisode.

En février 2013, une nouvelle collaboration est annoncée entre Ilène Chaiken et Jennifer Beals, autour d'un soap destiné à être diffusé sur ABC, Venice. L'action s'inscrira dans l'ambiance de ce quartier bohême de Los Angeles. Chaiken décrit l'histoire comme une version moderne de Roméo et Juliette, Jennifer Beals jouant la matriarche de l'une des deux familles.