saison 1 saison 3

Les Mystères de l'Ouest (1965-1969)

Saison 4


PRÉSENTATION DE LA SAISON 4

Cette 4e saison est plus irrégulière que les précédentes. D'abord parce que la qualité moyenne des épisodes est en baisse. Ensuite parce que Ross Martin, victime d'une attaque cardiaque, a dû interrompre les tournages pendant quelques mois.

Après une saison 3 orientée western, les producteurs essaient de revenir au concept original de la série. On trouve donc quelques épisodes au scénario basé sur l'étrange ou le fantastique, pour un résultat parfois très bon (La Nuit de l'éternelle jeunesse), parfois mitigé (La Nuit de la malédiction). Il subsiste une poignée d'épisodes western, dont les scripts étaient prévus pour la saison précédente mais n'avaient pu être tournés ou achevés en raison de la grave blessure subie par Robert Conrad (La Nuit des fugitifs, La Nuit des Pistoleros…).

Globalement, un bon tiers des épisodes est en net retrait par rapport aux deux saisons précédentes. Cependant, cette saison comporte aussi de très bons moments et se laisse toujours regarder avec plaisir. La musique, à nouveau totalement renouvelée, est sans doute un peu inférieure à celle des saisons 2 et 3 mais reste excellente, notamment celle composée pour les scènes de suspense.

L'absence forcée de Ross Martin renforce l'aspect en dent de scie. En effet, la saison démarre avec lui, puis on fait connaissance de son principal remplaçant Charles Aidman avant d'assister à une valse anarchique d'épisodes avec d'autres partenaires pour West, d'épisodes où West est seul, et d'épisodes avec Gordon, Ross Martin ayant repris les tournages en fin de saison. Comble de l'absurde, le premier épisode Aidman diffusé n'est même pas le premier tourné, dans lequel le nouveau personnage était présenté ! Sans doute est-il préférable de regarder cette saison dans l'ordre de production plutôt que dans l'ordre de diffusion.

L'arrêt de la série fut une surprise pour les comédiens et techniciens qui s'apprêtaient à rempiler pour une cinquième saison. Il paraît que la série était trop violente, alors que les producteurs avaient déjà diminué le nombre de scènes de bagarres. Cette accusation apparaît aujourd'hui risible quand on sait ce que les Américains ont produit par la suite, tant pour la télévision que pour le cinéma.

Qu'aurait pu donner une saison supplémentaire ? Sans doute encore quelques bons épisodes. Mais quand on voit l'essoufflement des scénaristes, même pour les meilleurs d'entre eux, au cours de la saison 4, produisant surtout vers la fin quelques épisodes qui commençaient à sonner faux, ainsi que le manque de moyens qui a conduit à utiliser certains passages d'épisodes précédents dans les derniers de la saison, et enfin la piètre qualité des téléfilms qui ont suivi, on se dit qu'il vaut peut-être mieux que les choses se soient passées ainsi.

Retour à l'index


1. LA NUIT DU KINÉTOSCOPE
(THE NIGHT OF THE BIG BLACKMAIL)

Résumé :

Le baron Hinterstoïsser, diplomate d'un pays slave hostile aux États-Unis, s'apprête à diffuser au moyen d'un kinétoscope des images truquées compromettantes pour le président Grant. Ce dernier compte sur ses agents spéciaux pour faire échouer cette opération destinée à couper les États-Unis de leurs principaux alliés.

Critique :

Comme pour la saison précédente, les producteurs ont choisi un épisode écrit par David Moessinger pour débuter cette saison. La trame du scénario est identique à La Nuit de la Constitution puisqu'il s'agit à nouveau de récupérer un objet dans un endroit a priori impossible d'accès. S'il n'atteint pas le niveau exceptionnel de son aîné, cet épisode demeure un très bon cru.

On retrouve la tradition des adversaires cruels et implacables avec le baron Hinterstoïsser, magistralement interprété par Harvey Korman. Les gadgets de West lui sont bien utiles pour espionner et se mouvoir à travers l'ambassade, notamment lors des ascensions le long d'un fil grâce à un appareil à la fois simple et ingénieux. Ces passages sont accompagnés par une musique parfaitement adaptée, augurant de thèmes renouvelés toujours au top niveau.

Quelques scènes comiques agrémentent le récit : Gordon déguisé en cuisinier désopilant, Ross Martin semblant avoir une prédilection pour ce genre de rôles (voir La Nuit de la machine infernale), et bien sûr la scène finale très prisée par les diplomates étrangers mais pas par Hinterstoïsser… Inversement, la scène de l'arrivée au sous-sol de l'ambassade face à une horrible machine à tuer les intrus est effrayante.

Le recours au kinétoscope est une bonne idée, même si probablement anachronique. Autre trouvaille, le système de fermeture du coffre, alimenté par la vapeur. Tout ceci est bien imaginé et produit une histoire captivante de la première à la dernière minute.

Retour à l'index


2. LA NUIT DU JUGEMENT DERNIER
(THE NIGHT OF THE DOOMSDAY FORMULA)

Résumé :

Le docteur Crane a découvert la formule d'un explosif très puissant, dit « du jugement dernier ». Il est enlevé, ainsi que sa fille, par un trafiquant d'armes désireux de s'approprier la formule afin de la vendre aux enchères lors d'une rencontre avec de riches acheteurs étrangers. West et Gordon s'introduisent dans sa propriété pour faire échouer ce projet.

Critique :

Un scénario de facture traditionnelle produisant un épisode honnête mais sans génie. Kroll, l'adversaire interprété par le très bon Kevin McCarthy, va se révéler moins coriace que prévu, et finalement pas très sérieux.

Ross Martin accomplit une belle performance sous un déguisement de trafiquant d'armes oriental. Visiblement amusé par ce rôle, il en fait des tonnes sans pour autant devenir pesant, et ceci est l'apanage des très grands acteurs (la scène n'est pas sans rappeler le numéro joyeusement cabotin de Patrick Macnee en trafiquant islandais dans Les Sorciers, dans la saison 3 des Avengers).

Les effets spéciaux sur la fille du savant au milieu des flammes ne sont guère convaincants, et ôtent de la crédibilité à l'épisode.

o Cet épisode a parfois été diffusé sous le simple titre La Nuit du jugement.

Retour à l'index


3. LA NUIT DE L'ENGIN MYSTÉRIEUX
(THE NIGHT OF THE JUGGERNAUT)

Résumé :

Un fermier qui devait fournir à West et à Gordon des renseignements confidentiels est assassiné. Une mystérieuse machine blindée ressemblant à un tank apparaît et manque de tuer nos deux agents secrets. Il s'agit en fait d'une machination destinée à effrayer et faire fuir les paysans pour racheter à bas prix leurs terres, dont le sous-sol contient du pétrole.

Critique :

C'est le genre d'histoires que l'on a vues et revues agrémentées à toutes les sauces et cette nouvelle mouture est plutôt indigeste. Le scénario analogue des Brigades du Tigre dans l'épisode Le village maudit était nettement supérieur.

Ce qui rend l'épisode presque grotesque est cette machine blindée, pas du tout dans l'esprit de la série. Quant au méchant qui tire les ficelles dans l'ombre, il est facile à identifier si l'on se rappelle de La Nuit du Cobra d'or, et ce malgré les artifices inventés pour détourner les soupçons du spectateur.

Simon Scott, présent pour la seconde fois sur la série, se retrouve à nouveau dans une histoire de gisements de pétrole, d'où une impression de redite et de manque d'imagination.

Retour à l'index


4. LA NUIT DE L'ÉTERNELLE JEUNESSE
(THE NIGHT OF THE SEDGEWICK CURSE)

Résumé :

Redmond, un entrepreneur travaillant pour le gouvernement, disparaît de son hôtel juste après s'être entretenu avec James West. Gordon invente un stratagème pour être enlevé à son tour et retrouve West dans une propriété où un inquiétant médecin semble se livrer à de mystérieuses expériences ayant transformé Redmond et d'autres cobayes en vieillards.

Critique :

Un épisode magnifique, probablement un des meilleurs toutes saisons confondues. C'est un retour réussi à un thème fantastique, très éloigné des productions western de la saison précédente. L'ambiance mystérieuse est rendue encore plus inquiétante par la musique, omniprésente et terrifiante. Le summum est atteint en fin de deuxième acte lorsque West, seul dans sa chambre, voit les lumières s'éteindre. Un placard s'ouvre, dévoilant un passage secret d'où s'échappent des lamentations de vieillards et d'où surgit la domestique des Sedgewick avec son regard inquiétant, offrant une vignette de fin d'acte mémorable.

Le scénario est astucieusement bâti autour de recherches pour découvrir le secret de la jeunesse éternelle. Le docteur Maitland travaille à partir de sujets atteints par une maladie du sang qui leur confère une formule sanguine proche de celle de l'éphémère mouche de mai, explication tout à fait convaincante.

Les prestations des acteurs sont de premier ordre. Sharon Acker est géniale dans le rôle de Davina Sedgewick, cette ravissante jeune femme qui refuse de vieillir. Au vu de sa beauté, on peut comprendre cette aspiration. Quant à Jay Robinson, il campe un étonnant scientifique demi fou dans ce rôle du docteur Maitland.

Ross Martin, blessé à une jambe, se déguise en personnages âgés ou boiteux pour masquer son handicap. Ce n'est nullement gênant tant sa prestation est aussi parfaite que d'habitude.

Retour à l'index


5. LA NUIT DES JEUX DANGEREUX
(THE NIGHT OF THE GRUESOME GAMES)

Résumé :

Un certain docteur Raker a volé un flacon contenant un microbe mortel. Il se noie en tentant d'échapper à West et à Gordon. Ce dernier se rend chez un millionnaire très âgé où Raker était invité. Le vieillard organise des jeux étranges dont les vainqueurs hériteront d'une partie de sa fortune, mais certains invités sont assassinés par Raker, qui avait simulé sa mort et cherche à récupérer son flacon.

Critique :

Un épisode difficile à évaluer. On peut le trouver génial tout comme ressentir à sa vision un certain malaise. Je me rangerai finalement dans la seconde catégorie.

Si parfois les choses sont nettes dès le départ, ici on se demande pendant longtemps où l'on veut nous emmener, et l'explication finale se révèle décevante.

o Encore un épisode dont la version française semble perdue ou inexploitable. Heureusement qu'il s'agit d'une histoire peu intéressante…

Retour à l'index


6. LA NUIT DU MONSTRE MARIN
(THE NIGHT OF THE KRAKEN)

Résumé :

Un officier de la marine américaine est tué avant d'avoir pu faire des révélations sur un monstre marin ressemblant à une pieuvre géante, qui a fait plusieurs victimes parmi les pêcheurs portugais de San Francisco. West affronte l'animal et réussit à s'emparer d'un morceau de tentacule qui s'avère être fait de métal. Reste à découvrir les auteurs de la supercherie, ainsi que leurs projets.

Critique :

Cette aventure fort honorable se déroule selon un schéma classique dans la série : un fait mystérieux qu'on peut croire surnaturel est en réalité une supercherie, une petite liste de suspects, le suspect numéro un s'avère innocent et le coupable est quelqu'un que l'on n'attendait pas. Classique mais efficace, bien que sans génie.

Il faut saluer le travail des techniciens et décorateurs qui ont rendu le monstre très crédible, tout comme la base sous-marine où se conclut le récit. Autre élément savoureux, le scaphandre muni d'une réserve d'air, invention du lieutenant Bartlett qui apparaît comme un précurseur puisque l'époque du pompage était loin d'être révolue.

Côté distribution, belles performances de Ford Rainey, Jason Evers, Anthony Caruso – un habitué de la série, cette fois-ci en pêcheur portugais – ainsi que de Marj Dusay, déjà vue dans La Nuit du double jeu et naturellement abonnée aux rôles de garces tant elle s'y révèle parfaitement à l'aise.

Retour à l'index


7. LA NUIT DES FUGITIFS
(THE NIGHT OF THE FUGITIVES)

Résumé :

West et Gordon doivent arrêter et amener à Washington le comptable d'une organisation criminelle, seule personne capable de faire condamner les membres de ce syndicat du crime. Ils sont contraints de le faire sortir d'une ville où la population, acquise au syndicat, leur est hostile.

Critique :

Cet épisode fut le dernier tourné au cours de la saison 3 en raison d'une blessure subie par Robert Conrad au cours d'une scène de bagarre. Cette chute a été conservée au montage et on peut constater que James West tombe et ne se relève pas. Victime d'une fracture du crâne, il ne put continuer les tournages et la saison 3 fut limitée à 24 épisodes. 

Typique de la troisième saison, cette aventure est presque une caricature de western avec le scénario classique d'une ville entière à affronter pour emmener un prisonnier récalcitrant. 

Le plus intéressant est la présence de Simon Oakland en chef du syndicat et de Susan Hart avec ses beaux yeux bleus, ainsi que la personnalité du comptable : J.S. Johnson est un acteur doté d'un physique parfait pour ce rôle de crapule. Pour le reste, c'est un western à 100%, inutile de chercher à compter le nombre de coups de feu…

Retour à l'index


8. LA NUIT DU SARCOPHAGE
(THE NIGHT OF THE EGYPTIAN QUEEN)

Résumé :

Un rubis exposé à San Francisco parmi une collection de trésors égyptiens est dérobé. Le gouvernement doit le récupérer au plus vite afin d'éviter les complications diplomatiques, mais ses agents se retrouvent en concurrence avec plusieurs factions qui cherchent toutes à s'accaparer le bijou.

Critique :

Une aventure très distrayante et particulièrement rythmée avec de multiples adversaires prenant tour à tour l'avantage avant de se faire dépasser par la concurrence. Une bande organisée semble s'opposer au groupe ayant volé le diamant, lui-même possédé par un de ses membres, la ravissante Rosie.

Pas facile pour West et Gordon de s'y retrouver parmi ces adversaires, d'autant plus qu'à l'arrivée c'est une personne inattendue qui va tirer les marrons du feu…

Les comédiens incarnant les bandits accomplissement de belles performances : Tom Troupe, William Marshall et bien sûr la blonde et jolie Penny Gaston, interprète de charme de Rosie, cette jeune femme un peu voleuse mais au fond si sympathique.

Le scénario fait irrésistiblement penser à L'Oreille cassée de Tintin ou au film avec Belmondo, L'Homme de Rio, notamment par le dénouement.

Retour à l'index


9. LA NUIT DE L'HOMME OUBLIÉ
(THE NIGHT OF THE FIRE AND BRIMSTONE)

Résumé :

West et Gordon se rendent à Brimstone, une ville abandonnée où ils doivent retrouver un savant, le professeur Colecrest. Ce dernier est à la recherche d'un trésor caché dans une mine de soufre par les Sudistes lors de la guerre de Sécession, mais un groupe de bandits dirigés par Roach et Morton le retient prisonnier et tente de lui soutirer par la force des renseignements sur l'emplacement du trésor.

Critique :

Cette nouvelle aventure faisant référence à la guerre de Sécession est une belle réussite. Le spectateur est collé à l'écran dès le début par la multiplication de scènes d'action non dénuées de suspense.

Ross Martin est tellement parfait sous ses déguisements que l'on peut s'y laisser prendre. Quant à Dabbs Greer, il est étonnant dans ce rôle magnifique de soldat ayant perdu la raison, un plus incontestable pour un épisode qui ne manque pas d'attraits.

Fait appréciable : alors que dans la plupart des westerns les Nordistes sont les gentils et les Sudistes les méchants, on nous présente ici un Sudiste sympathique venant au secours de West. On peut ainsi admirer l'esprit de consensus des producteurs et scénaristes, déjà observé avec la vision positive qu'ils donnent des Indiens.

Retour à l'index


10. LA NUIT DE L'ŒIL MÉMOIRE
(THE NIGHT OF THE CAMERA)

Résumé :

West et Pike sont à la recherche d'un livre contenant en code les noms de tous les membres d'un réseau de trafiquants d'opium opérant aux États-Unis. Leur tâche est compliquée par l'arrivée d'un agent inexpérimenté envoyé par Washington, dont ils doivent assurer la formation.

Critique :

Ross Martin, victime d'une attaque cardiaque, a dû interrompre le tournage de la série pendant quelques mois. Les producteurs ont décidé d'engager Charles Aidman pour tenir le rôle de Jeremy Pike, nouveau partenaire de James West pendant quelques épisodes.

Après un départ quelque peu laborieux, cette histoire s'avère être une belle surprise. Le suspense va crescendo, d'abord avec la vente aux enchères au sujet de l'identité du bandit, puis avec l'opération de récupération des codes dans le bureau de Gédéon Stix, pendant que Pike distrait l'attention du maître des lieux. Le paroxysme est atteint en fin de troisième acte lorsque l'image se fixe sur les lunettes de Cranston prêtes à tomber. La mission apparaît d'autant plus risquée que West et Pike ne font guère confiance à un Bosley jusqu'alors maladroit.

Pat Paulsen contribue beaucoup à égayer l'épisode dans ce rôle amusant de Bosley Cranston. Considéré par West et Pike comme le roi des gaffeurs, il va les surprendre par certaines de ses qualités qui seront fort utiles pour mener à bien leur mission. Le couronnement sera atteint lors de la scène finale et lors de l'épilogue, dans un cocktail bien dosé d'humour et de scènes d'action.

Retour à l'index


11. LA NUIT DES CYCLOPES
(THE NIGHT OF THE AVARICIOUS ACTUARY)

Résumé :

Un diapason géant capable de détruire des maisons par l'intensité de ses vibrations sème la panique parmi la population. L'inventeur de cette curieuse machine est John Taney, un savant à la tête d'une organisation menaçant les notables propriétaires de luxueuses demeures.

Critique :

La séquence pré-générique promet beaucoup avec la scène captivante de la destruction de la villa. Même nos deux agents, pourtant rompus à affronter tous les dangers, semblent impressionnés.

Hélas, l'épisode ne tient pas la distance, le jeu de piste pour remonter jusqu'à l'instigateur des méfaits n'est guère passionnant.

Il est bien dommage qu'une telle bonne idée ait été aussi mal exploitée, et qu'un acteur aussi talentueux qu'Harold Gould ne bénéficie pas d'un rôle plus intéressant que celui de John Taney alias le docteur Kovacs.

Retour à l'index


12. LA NUIT DE LA REVANCHE
(THE NIGHT OF MIGUELITO'S REVENGE)

Résumé :

Une série de célébrités issues de milieux divers sont enlevées, chacune d'entre elles disparaissant un jour de la semaine différent des autres. Le coupable n'est autre que le docteur Loveless, désireux de se venger des personnes l'ayant autrefois offensé en les faisant condamner à mort par un tribunal composé de marionnettes et d'automates dont il tient les commandes.

Critique :

Dernière apparition du docteur Loveless dans la série, l'unique de la saison en raison de l'état de santé de Michael Dunn. Un final en forme de feu d'artifice tant l'épisode est riche en péripéties variées et caractéristique de l'univers déformé du nain maléfique.

La séquence du cauchemar de West, très bien filmée, évoque l'espace imaginaire de l'enfance et rappelle certains épisodes des Avengers comme Faîtes de beaux rêves, Rien ne va plus dans la nursery, ou La porte de la mort. Cet univers de marionnettes et automates disposés en tribunal rappelle La nuit du marionnettiste, mais avec bien plus d'atouts. Autre belle trouvaille : l'automate de Loveless dans une scène où la marionnette n'est pas celui qu'on croit…

L'idée de calquer les enlèvements sur les paroles d'une chanson enfantine est véritablement géniale, voilà qui pimente le scénario. On ne peut s'empêcher de penser au roman d'Agatha Christie Un, deux, trois, basé également sur une comptine.

Loveless est plus Loveless que jamais : à nouveau épris d'idéal comme dans ses premières apparitions, il ne supporte pas la tricherie chez les autres mais lui-même s'affranchit très bien de la morale lorsqu'il s'agit d'atteindre son but, et surtout de laver ce qu'il considère comme des affronts. C'est là qu'apparaît sa personnalité torturée, trop complexée par sa petite taille, comme si le reste de l'humanité en était responsable.

Un épisode des Mystères ne serait pas ce qu'il est sans une présence féminine de charme. Cette fois, le nain a eu la main heureuse avec sa nouvelle complice. La ravissante Dalila, interprétée par la troublante Susan Seaforth et présente dès la scène du barbier, permet d'approuver Loveless au moins sur un point : ses goûts en matière de femmes…

Retour à l'index


13. LA NUIT DU PÉLICAN
(THE NIGHT OF THE PELICAN)

Résumé :

West et Jeremy Pike sont à la recherche d'un bandit nommé Chang, qui commettrait des méfaits alors qu'il est censé être prisonnier au pénitencier d'Alcatraz. En se faisant passer pour un détenu, West découvre que Chang a pris le contrôle de la prison et s'apprête à lancer une opération de grande envergure.

Critique :

Une tentative peu réussie de renouveler le succès de La Nuit des bagnards : même univers carcéral où Jim se fait passer pour un prisonnier, mais le caporal Simon est loin d'avoir l'aura de Gustave Mauvais d'où un épisode sans grand relief. L'esprit particulier des Mystères a disparu et on a l'impression de regarder un honnête épisode d'une série ordinaire.

Quelques bons passages cependant, notamment une séquence pré-générique captivante, une enquête de Pike dans les milieux asiatiques non dénuée d'intérêt (son déguisement vaut le coup d'œil), et une scène finale spectaculaire.

Retour à l'index


14. LA NUIT DE LA MALÉDICTION
(THE NIGHT OF THE SPANISH CURSE)

Résumé :

Des hommes en tenue de conquistadors commettent une série de méfaits à Soledad, un village proche de la frontière mexicaine. Leur chef se fait passer pour Cortez, et depuis son repaire basé au Mexique, il exploite la crédulité des paysans qui le croient immortel, en exigeant le sacrifice de villageois pour calmer un volcan menaçant de faire éruption. Mais que deviennent les hommes prétendument sacrifiés ?

Critique :

Un épisode original avec un méchant redoutable aux desseins particulièrement sordides. Du coup, l'humour est peu présent, sans doute incompatible avec l'atmosphère sombre de l'aventure.

L'enlèvement de Cosina, dont Cortez veut faire son épouse, ne paraît pas très crédible. Il aurait fallu choisir une actrice au physique plus attirant que celui de Toian Matchinga, qui n'a rien d'une femme fatale.

Le clou de l'épisode, en dehors de Gordon une nouvelle fois déguisé en cuisinier, est le système mis au point par le prétendu Cortez pour faire croire à une éruption prochaine du volcan. West se laisse surprendre, pour le malheur de ses tympans…

Retour à l'index


15/16. LA NUIT DE LA TERREUR AILÉE
(THE NIGHT OF THE WINGED TERROR)

Résumé :

Diverses personnalités ont commis des actes graves et incompréhensibles, allant jusqu'à détruire l'œuvre de leur vie. Ils ont en fait été hypnotisés par un certain docteur Occularis pour le compte d'une organisation criminelle appelée « Le Corbeau ». Dirigé par un savant doté d'un cerveau énorme, ce petit groupe de fanatiques très intelligents veut s'emparer du pouvoir afin d'organiser le monde de façon scientifique.

Critique :

Seul épisode de la série en deux parties, c'est aussi le seul où West fait équipe avec Frank Harper, un spécialiste en déguisements tout comme Artemus Gordon et Jeremy Pike, parfaitement interprété par le toujours apprécié William Schallert. Dommage que ce personnage n'apparaisse pas dans d'autres aventures.

Le début de l'intrigue est construit comme les épisodes de la saison 5 des Avengers (très bonne référence…) avec une série de faits similaires incompréhensibles dont on nous montre à chaque fois un peu plus, jusqu'à la révélation des clés de l'énigme avec les corbeaux, les lunettes et les deux docteurs Occularis.

La suite comporte nombre de scènes de très bonne qualité : la programmation cérébrale de Harper pour tuer West, le conditionnement énigmatique de ce dernier, la singularité de Tycho, le chef du « Corbeau », et le fanatisme de ses complices, en particulier de Thaddeus Toombs. Citons aussi les déguisements de William Schallert, très convaincant en savant Allemand.

N'oublions pas la touche de charme au goût vénéneux offerte par Michele Carey. Jim ne reste pas indifférent à la séduction exercée par Laurette, mais de là à rejoindre « Le Corbeau », il y a un pas difficile à franchir d'où un jeu de dupes entre les bandits et lui lorsqu'il fait semblant de se rallier.

Fait remarquable, alors que les épisodes de séries en deux parties ont souvent tendance à s'enliser dans de multiples temps morts, ici on ne s'ennuie pas une seconde. Visiblement destiné à devenir un classique de la série, les producteurs ont donc atteint leur objectif avec cet épisode où le prolifique scénariste Ken Pettus fait montre d'une efficacité absolue.

Le mot de la fin reviendra à Laurette : « Tycho sait tout ce que vous savez, et tout ce que vous ne savez pas »…

Retour à l'index


17. LA NUIT DU TRÉSOR
(THE NIGHT OF THE SABATINI DEATH)

Résumé :

Se sachant condamné, un caïd de la pègre nommé Johnny Sabatini demande à West d'exécuter ses dernières volontés. Aussitôt après, il est assassiné. West et son ami Ned Brown doivent à présent retrouver le produit d'un vol accompli par Sabatini et en faire don à une jeune aveugle, qui n'est autre que la fille du défunt. Mais ils ne sont pas les seuls à convoiter l'héritage…

Critique :

Nouveau et éphémère partenaire de West, le chimiste des services secrets Ned Brown est sympathique mais ne fait oublier ni Artemus Gordon, ni ses autres remplaçants. C'est d'ailleurs le seul acolyte de Jim qui ne se déguise pas. 

Cette histoire reprend certains éléments d'aventures antérieures, telles La Nuit du fantôme du colonel pour les scènes en huis clos avec divers personnages à la recherche d'un trésor, ou La Nuit de la mort du docteur Loveless pour la fonction d'exécuteur testamentaire dévolue à West. 

Sans égaler ces épisodes, celui-ci comporte néanmoins de fort bons moments : un suspense autour de l'identité d'Harry Borman bien réel et habilement distillé ; un aspect émouvant avec Sylvia : cette jeune fille non voyante en détresse s'avère fort attendrissante.

Retour à l'index


18. LA NUIT DE JANUS
(THE NIGHT OF THE JANUS)

Résumé :

West et Pike cherchent à démasquer un traître au sein des services secrets. Un indice caché au sein d'une partition musicale codée leur a été fourni par un de leurs collègues, juste avant que ce dernier ne soit abattu. Les deux agents se rendent à l'académie des services secrets de Denver, où sont conçus tous leurs gadgets, et où des spécialistes vont tenter de décoder la partition.

Critique :

Un très bon épisode, dans la lignée des saisons précédentes parfois hélas abandonnée au cours de cette saison 4. Le scénario est ingénieux et ménage savamment le suspense jusqu'à la découverte des projets du traître puis de son identité. L'idée du message caché dans une partition musicale est excellente, de même que les fausses pistes semées ça et là par le scénariste Léonard Katzman, dont le sens du suspense et des personnages hauts en couleur fera merveille lorsqu'il deviendra le showrunner de Dallas.

Pour la première fois, on découvre le lieu de formation des agents secrets et les laboratoires où sont fabriqués les multiples gadgets si souvent utilisés par West, Gordon et Cie. Jim est heureux de retrouver Warren Blessing, le directeur, ainsi qu'Alan Thorpe, un de ses instructeurs.

Des séquences mémorables ont lieu dans la salle d'entraînement : West fait une démonstration aux débutants avant d'y être enfermé en plene nuit, attiré par le traître dans un guet-apens. Cette scène très spectaculaire montre son combat contre les pièges prévus pour les apprentis agents, mais avec balles réelles et explosions non simulées. Il est possible qu'elle ait été source d'inspiration pour l'épisode des New Avengers – Cible.

Charles Aidman accomplit sans nul doute la meilleure de ses prestations. Digne remplaçant de Ross Martin, il se déguise en aristocrate d'Europe de l'Est à qui il confère la raideur austère qui sied à ce genre de personnages. Les vedettes invitées font également de belles compositions, tant Jack Carter qu'Anthony Eisley, déjà vu dans La Nuit des excentriques.

Retour à l'index


19. LA NUIT DES PISTOLEROS
(THE NIGHT OF THE PISTOLEROS)

Résumé :

Un soldat, emprisonné pour avoir dénoncé un complot imaginaire, annonce à James West que des officiers ont été remplacés par des sosies au sein de sa garnison de Fort Challenge. Il semble être devenu paranoïaque puisqu'il soupçonne même son vieil ami West d'être un traître. Son intervention permettra néanmoins de découvrir un complot fomenté par un ambitieux désireux de s'emparer du Mexique.

Critique :

Cet épisode bien construit comporte un passage dramatique passionnant : James West assiste en effet à la mort de Gordon et se met à la recherche de l'assassin, déterminé à venger son ami. On a beau se douter qu'une histoire de sosie quelconque permettra de ressusciter Artie, ces scènes très bien jouées constituent un temps fort mémorable, à l'image des scènes de La Nuit des masques représentant une situation inverse entre les deux personnages principaux.

On reconnaît la patte de Robert C. Dennis et Earl Barret, même si on peut regretter le ton trop western de l'aventure. Il est vrai que cette histoire était prévue pour la troisième saison, orientée western mais interrompue prématurément en raison de la blessure subie par Robert Conrad.

L'épisode n'est donc pas parfait, le recours au procédé des sosies, usé jusqu'à la corde, peut même être considéré comme décevant. Mais lorsqu'on comprend pourquoi un double de Gordon a été créé et pourquoi il devait disparaître à un moment précis, la déception s'atténue devant l'astuce du scénario.

Retour à l'index


20. LA NUIT DE LA DIVA
(THE NIGHT OF THE DIVA)

Résumé :

Les agents du président Grant accompagnent jusqu'à la Nouvelle-Orléans une diva italienne en tournée aux États-Unis. La tentative d'enlèvement de la cantatrice les amène à s'intéresser aux agissements des frères Crenshaw, auteurs de plusieurs rapts de chanteuses d'Opéra qu'ils retiennent prisonnières à des fins mystérieuses.

Critique :

Premier épisode tourné par Ross Martin à son retour, la production a même failli l'appeler Le retour d'Artemus Gordon. Le coéquipier de West apparaît quelque peu vieilli et fatigué, mais on est tout de même satisfait de le retrouver toujours aussi charmeur et malicieux.

Quant à l'histoire, elle est loin d'être passionnante ; on s'ennuie ferme pendant la majeure partie de l'épisode, la faute à un scénario d'un calme plat. De beaux décors et costumes, certes ; l'ambiance de la Nouvelle-Orléans, d'accord ; mais tout cela ne suffit pas à transformer un scénario moyen en épisode intéressant.

Résultat : on a la même impression soporifique que dans certains épisodes de la première saison en noir-et-blanc, et même le coup de théâtre final ne parvient pas à captiver réellement le spectateur. L'amateur de l'excellente série de BD d'aventures Marion Duval pensera à coup sûr à Rapt à l'opéra.

Retour à l'index


21. LA NUIT DU DIAMANT
(THE NIGHT OF THE BLEAK ISLAND)

Résumé :

James West part chercher sur l'île de feu Joseph Bleak un diamant que ce dernier a légué au musée national de Washington. Il découvre une île hantée par les hurlements d'un chien sauvage et la discorde parmi les héritiers de Bleak, d'autant plus forte que le testament réserve quelques surprises. Enfin, un détective britannique le prévient de la présence sur l'île du docteur Calendar, un célèbre cambrioleur désireux de s'emparer du diamant.

Critique :

Un épisode empreint d'étrangeté et de mystère, l'atmosphère fait penser à La Nuit du loup ou La Nuit de la bête avec la plupart des scènes se déroulant la nuit, les orages, et les hurlements du chien mystérieux. Le scénario fait bien sûr référence au Chien des Baskerville.

Cette ambiance effrayante est accentuée par la musique, le summum étant atteint à la fin du troisième acte lorsque la vignette se fige sur le couple d'amoureux menacé par le couteau de l'assassin. Du coup, tout le monde devient suspect, de l'homme d'affaires véreux à la secrétaire de Bleak, en passant par sa sœur ou même les domestiques.

On peut regretter l'absence de partenaire pour West, même si celui-ci fait équipe avec Sir Nigel Scott pour combattre Calendar pendant la seconde partie de l'épisode. Certains indices apparaissent peu à peu, mais le dénouement réserve quand même une fameuse surprise.

o Cet épisode est appelé à tort La Nuit des bagnards dans les versions récentes, suite à une inversion avec l'épisode de la saison 2 du même nom. 

Retour à l'index


22. LA NUIT DES COSAQUES
(THE NIGHT OF THE COSSACKS)

Résumé :

West et Gordon sont chargés d'escorter et de protéger un prince slave en visite aux États-Unis. Le principal danger est représenté par le comte Balkovitch, un ennemi juré de la famille princière qui a l'intention de dérober l'icône sacrée sans laquelle le prince ne pourra être couronné.

Critique :

Il est dommage que le titre français ait déjà été utilisé lors de la deuxième saison car deux épisodes de série ayant le même titre ne peuvent que semer la confusion (comme pour les deux épisodes intitulés Les fossoyeurs dans Chapeau melon et bottes de cuir).

Cette seconde Nuit des Cosaques ne vaut pas la première, même si quelques scènes réussies la sauvent d'un naufrage complet. L'épisode a du mal à démarrer, toute la première partie est ennuyeuse avec entre autres une séquence de danse fort peu opportune. Question mise en scène, le cortège princier paraît être de pacotille, il y a un aspect kitsch dans le mauvais sens du terme, décor de carton-pâte donnant une impression de farce, comme si tout cela était irréel. Bref, l'épisode sonne faux.

Les moyens financiers semblent faire défaut en cette fin de série puisque la scène au cours de laquelle West tombe dans un trou est issue d'un autre épisode, en l'occurrence La Nuit de la flèche.

Heureusement la dernière partie, après l'arrivée à New Petersburg, est plus réussie. La présence certaine d'un complice de Balkovitch dans l'entourage du prince, les soupçons habilement orientés sur un de ses gardes, font naître un certain suspense et le dénouement ne déçoit pas. Donc un épisode qui finit mieux qu'il ne commence.

Retour à l'index


23. LA NUIT DU CONSEIL D'ADMINISTRATION
(THE NIGHT OF THE TYCOONS)

Résumé :

Un membre du conseil d'administration de la Jupiter Corporation vient d'être assassiné. West va essayer de protéger les autres administrateurs qui paraissent menacés à leur tour. Sa tâche est compliquée par l'hostilité de la veuve et du neveu du PDG, qui ne croient pas au danger.

Critique :

Encore un épisode où West n'a pas de partenaire. On se demande pourquoi la production n'a pas prolongé l'expérience Charles Aidman au-delà de quatre épisodes ou tourné d'autres aventures avec William Schallert, excellent dans La Nuit de la terreur ailée.

Pour ne pas lasser le téléspectateur, les épisodes avec West en solo ont été diffusés en alternance avec les autres jusqu'à la fin de la saison. Cette décision est contestable car on assiste au retour d'Artie, puis West est à nouveau seul, puis Gordon, puis personne. Cette fin de saison a vraiment des relents d'anarchie.

L'histoire est assez bien conçue avec de bons affrontements entre Jim et Lionel Bronston, ainsi qu'un bandit aux motivations inattendues. Mais on a déjà vu beaucoup mieux, la série a perdu son âme et donne l'impression de se caricaturer. Surtout, Ross Martin manque cruellement, sa verve et ses déguisements auraient pu apporter beaucoup à cette aventure.

Retour à l'index


24. LA NUIT DE L'ÉPIDÉMIE
(THE NIGHT OF THE PLAGUE)

Résumé :

Des bandits attaquent une diligence et s'emparent d'un coffre-fort. L'intervention de West, qui se trouvait parmi les passagers, provoque la fuite des gangsters avec la fille du gouverneur local en guise d'otage. Jim fait soigner un malfaiteur qu'il a réussi à capturer, avant de se lancer à la poursuite de ses complices. L'homme meurt et le médecin révèle à Gordon qu'il était atteint d'une maladie contagieuse. Artie dispose de trois jours pour retrouver West et les fuyards afin de les vacciner.

Critique :

Sans se révéler honteux, La Nuit de l'Épidémie conclut la série sur une note très moyenne. Voilà un épisode qui provoque des sentiments contradictoires : plaisir de retrouver Artemus Gordon, ainsi que la jolie Lana Wood dans un rôle d'ingénue un peu chipie rappelant les bons souvenirs de La Nuit du grand feu. Satisfaction aussi avec le scénario, sans génie mais tout à fait convenable.

Mais la tonalité générale déçoit, l'ambiance des saisons précédentes a disparu, encore une fois la série semble s'auto-caricaturer dans une fin de saison qui vire trop souvent au grand guignol. Les problèmes budgétaires continuent avec la reprise pure et simple d'une scène de La Nuit du pur-sang

o Même s'il semble que l'épisode ait été diffusé en version française au cours des années 70, il ne subsiste que la version originale.

Retour à l'index

Crédits photo : TF1 Vidéo.

Images capturées par Mergran.