saison 1 saison 3

Hawaï Police d'État (1968-1980)

SAISON 5

1. Massacre sur commande (Death Is a Company Policy)

2. Course contre la mort (Death Wish on Tantalus Mountain)

3. Il n'est pas nécessaire de tuer (You Don't Have to Kill to Get Rich, But It Helps)

4. La Mort d'un ami (Pig in a Blanket)

5. Le Vol du prototype (The Jinn Who Clears the Way)

6. Double Chantage (Fools Die Twice)

7. Évènements en cabine (Chain of Events)

8. Vengeance à froid (Journey Out of Limbo)

9. Trilogie : Le fils [1/3] (« V » for Vashon: the Son [1/3])

10. Trilogie : Le père [2/3] (« V » for Vashon: the Father [2/3])

11. Trilogie : Le patriarche [3/3] (« V » for Vashon: the Patriarch [3/3])

12. Au douzième coup (The Clock Struck Twelve)

13. Escroquerie en famille (I'm a Family Crook - Don't Shoot)

14. Rapt d'enfant (The Child Stealers)

15. Merci pour la lune de miel (Thanks for the Honeymoon)

16. La Paranoïaque (The Listener)

17. Deux maisons et une double vie (Here Today, Gone Tonight)

18. Diabolique entreprise (The Odd Lot Caper)

19. Qui êtes-vous M. Winkler ? (Will the Real Mr Winkler Please Die)

20. Rapt (Little Girl Blue)

21. Pourcentage (Percentage)

22. Dernier avertissement (Engaged to Be Buried)

23. Le Pendentif (The Diamond That Nobody Stole)

24. Procès (Jury of One)

 

 


1. MASSACRE SUR COMMANDE
(DEATH IS A COMPANY POLICY)



Premier épisode de la cinquième saison, "Massacre sur commande" inaugure deux changements : il n'y a plus de pré-générique, la vague commence d'emblée avec la musique trépidante de Morton Stevens, et l'entrée en scène officielle de deux acteurs : Herman Wedemeyer et Al Harrington, ce dernier remplaçant Zulu.

Il faut dire qu'Harrington fut imposé par Léonard Freeman, le producteur créateur, contre l'avis de Jack Lord, qui le licencia dès la mort de Freeman. Harrington aujourd'hui ne se prive pas de participer au remake 2010 de Hawaii 5-O. Dès la première saison, il avait joué des petits malfrats, des rôles différents à chaque fois. Zulu ne fut pas renvoyé, mais au bout de quatre saisons il s'était lassé de la série, exit Kono donc. On ne peut s'empêcher de penser que l'ambiance devait être tendue sur le tournage. Jack Lord n'était pas un rigolo, et Harrington tournant avec lui contre son avis et pistonné par Freeman ne devait pas être une position appréciable. Cet épisode dramatique qui confronte pour ses vrais débuts après deux apparitions dans la saison 4  Duke Lukela à un coup dur, voit également l'arrivée de son interprète Herman Wedemeyer (1924-1999), qui jouera dans 153 des 284 épisodes. L'équipe de Five-O est désormais constituée de deux nouveaux membres : Ben Kokua (Al Harrington) et Duke Lukela.

L'épisode a pour vedette invitée George Chakiris. Ce dernier joue le traître dans l'équipe du procureur Manicote (Glen Cannon) dont les amateurs de la VF seront déçus de constater qu'il a changé de voix française  à la solde de la mafia. Quant à Miss Simpson, la comptable de Manoa, elle est jouée par Laraine Stephens, que l'on avait vue dans "Meurtre, amour et poésie" (03-12). Elle sera plus tard Claire Kronski, la partenaire de Matt Helm en 1975.

La première diffusion eut lieu le dimanche à 19h30 sur FR3 début 1975. Depuis, l'épisode, qui est excellent, a été multi-diffusé par toutes les chaînes.

Un truand est abattu, il s'agit de Johnny Resko. Ce dernier a laissé des preuves contre son tueur Manoa (Michael Ansara). Hélas, le traître fait disparaître les preuves, Lahani (Georges Chakiris) en l'occurrence. En faisant effectuer des versements (19000 dollars !) sur le compte bancaire de Duke, Lahani jette en pâture un innocent à sa place comme taupe.
Duke est le seul policier de l'épuipe de Steve qui soit en uniforme. McGarrett, bien que le croyant innocent, est obligé de le mettre à pied, ce qui donne lieu à une scène bouleversante.

Steve découvre qu'une compagnie suisse est derrière l'accusation mensongère de Duke. Ses soupçons se portent sur Chris Lahani qui s'est payé des études à Harvard grâce à la compagnie suisse qui a compromis Duke. Quant à Manicote, il va désormais être pratiquement de tous les épisodes. Il accepte l'opinion de Steve sur Lahani. Nous découvrons que le procureur se prénomme "John". Un détail de plus pour peaufiner l'étoffe scénaristique de la série.

Un piège est tendu à Lahani : une prostituée, Angela Caroll, que Manoa a fait abattre, est montrée inopinément à Lahani. Manoa ayant fait descendre la vraie Angela, Lahani s'empresse de lui répéter qu'elle est toujours vivante et gardée comme témoin secret. Tombant dans le piège tête baissée, Lahani/Chakiris va permettre le démentélement de la bande et la réhabilitation de Duke Lukela. Un grand moment pour cet excellent pilote de la cinquième saison s'annonçant sous les meilleures auspices.

Retour à l'index


2. COURSE CONTRE LA MORT
(DEATH WISH ON TANTALUS MOUNTAIN)

Cet épisode sur le coureur automobile Alex Pareno (Ricardo Montalbán) après une première diffusion début 1976 sur Antenne 2 a tellement été diffusé qu'il est l'un des plus connus de la série. Pareno, aidé de sa compagne Angela (Diana Muldaur, qui revient après avoir été la fiancée de McGarrett dans "Souvenirs au présent" (03-04)) et de son fils Niki (Michael Margotta) veut vaincre la montagne en battant tous les records.

Toutefois, des sabotages interviennent : Dimitri le chef mécanicien de Pareno est assassiné, d'où l'intervention de McGarrett. Angela sera accusé et mise en prison sans que Pareno bronche, et elle ne lui pardonnera pas quand on découvrira la vérité : c'est Niki, le propre fils de Pareno, ivre de douleur que son père ait divorcé et voulant venger sa mère délaissée, qui s'acharne à tuer son père. "Alex Pareno vaincra la montagne" sera la sentence de McGarrett lorsque Angela quittera le coureur et que ce dernier retournera s'entraîner. Entretemps a lieu un accident spectaculaire (sabotage) où un pilote meurt. Les décors naturels sont fabuleux et s'accordent très bien avec les nombreuses scènes de rallye.

Un épisode sentimentalo-policier de la meilleure facture. Nous vivons l'âge d'or de "Hawaï police d'État".

Retour à l'index


3. IL N'EST PAS NECESSAIRE DE TUER
POUR DEVENIR RICHE, MAIS ÇA AIDE
(YOU DON'T HAVE TO KILL TO GET RICH, BUT IT HELPS)

Encore un épisode diffusé en 1975 le dimanche soir, depuis il est rediffusé sous le titre plus court de "Il n'est pas nécessaire de tuer".

Cet épisode parle de chantage : des hommes d'affaires venus à Hawaï, comme un certain Schuster (Bill Edwards) se font piéger par des photos compromettantes avec une blonde. Précédemment, deux touristes se sont suicidés. Dans cette affaire, on retrouve William Shatner de "Star Trek" en détective véreux voulant piéger les racketteurs ; il s'appelle ici Sam Toliver. Schuster fait appel à lui.

McGarrett est sur les traces d'une blonde mêlée aux chantages. Toliver lui sert de "chèvre" pour son ami afin de coincer les maîtres-chanteurs. Il est vite abordé par une jolie fille, puis une seconde mais... hawaïennes. La blonde est retrouvée les pieds dans le ciment dans l'océan : Karen Bell. Cette fille se trouvait sur les photos ayant servi pour les chantages.

L'épisode est l'un des nombreux qui abordent le thème du chantage. L'intrigue est bien menée, avec vivacité, avec assez de bavardages mais pas trop. McGarrett comprend qu'il a affaire à une très grosse organisation.

Toliver est confronté au maître-chanteur, Larry (Tommy Fujiwara, qui avec Kwan Hi Lim l'avocat acteur, est celui qui fait le plus d'apparitions dans la série).

De chasseur, Larry devient proie. Toliver a filmé toute la scène de chantage. Speer (Rick Marlow) est le chef de l'organisation de Larry. Steve décide de surveiller toutes les compagnies qui utilisent des télex sur l'île, et il a besoin de l'autorisation de Manicote. Comme on le constate, c'est devenu un personnage récurrent de "Hawaï police d'État".

Toliver est un ripou, et il veut s'associer à Speer. La bande de Speer découvre qu'il est détective et kidnappe sa famille sur le continent.

L'équipe de Five-O découvre que l'une des sociétés dont le télex est mis sur écoute, Veritex, s'intéresse à tous les riches touristes qui visitent Hawaï. Mis sur écoute, Toliver dit qu'il cherche un tueur. Steve lui envoie Ben Kokua pour le piéger. Al Harrington retrouve là (pour la bonne cause) les petits rôles qu'il tenait dans les saisons 1 à 4.

Finalement, on constate que la France, de 1973 à 1977, a acheté les meilleurs épisodes, et que les scories se trouvent surtout dans l'intégrale programmée en 1989 par TF1. On remarque aussi que Kono est remplacé par deux personnes, Ben Kokua et Duke. Toliver et Ben Kokua tombent sur Speer qui a kidnappé la famille du détective. Cernés par McGarrett, Speer prend Ben Kokua en otage pour fuir. Il veut se sauver par la mer avec un bateau. C'est compter sans l'équipe de Five-O et Steve McGarrett qui boucle tout ce petit monde, le capitaine Kirk compris !

- "Je ne suis finalement qu'un petit détective", marmonne Toliver.
- "Detective, je ne sais pas mais policier je peux vous apprendre, bouclez-les Danny !"

Retour à l'index


4. LA MORT D'UN AMI
(PIG IN A BLANKET)

Cet épisode a été diffusé par FR3 en février 1975 peu après les USA (Octobre 1972 - certains autres ont attendu 21 ans pour être doublés en français). Mais ensuite pour une histoire de droits, il fut invisible jusqu'en 1989.

"La mort d'un ami" évoque des épisodes centrés sur Danny comme "Le rat d'hôtel", "La vieille dame et l'incendiaire", "Meurtre, amour et poésie". Son meilleur ami, policier de la route, est tué par un chauffard qui a refusé de se soumettre à un contrôle. Encore une fois, nous voyons un flashback d'un épisode imaginaire où le policier tué aurait sauvé Danny. Il n'existe pas avant la cinquième saison, il n'a jamais été question de Chinough Olena.

Après le chagrin de Danny, nous découvrons l'odieux coupable qui n'a aucun remords. Et fremissons que Danny ne fasse une bêtise et mène sa vendetta personnelle. Danny a déjà été arrêté pour meurtre dans "Le rat d'hôtel" (01-07). Il a le sang chaud quand il s'agit de venger ceux qu'il aime, comme sa fiancée dans "Meurtre, amour et poésie" (03-12) ; Danny y verse des larmes, mais pour voir McGarrett pleurer, il faudra attendre l'assassinat de Chin Ho dans "Un deuil dans la famille" (10-24).
Danny est obligé de se contenir devant le drogué qui a tué son ami. Ce dernier le provoque pour qu'il sorte de ses gonds.

En 1975, ce genre d'épisode montrait aux français une police irréprochable et idéale, une police faite de héros. Aujourd'hui, ce sont plus souvent leurs travers qui sont décrits, et dans le remake 2010, ils ne portent plus de cravates et ont perdu toute classe.

Après avoir cherché la bagarre et avoir dû son salut à Ben Kokua, Danny fait une ronde et assiste à un hold-up. Et ce que nous craignons arrive : il abat un jeune homme qui n'a rien fait, dont il pensait qu'il le menaçait. Nous retombons dans le cauchemar de "Le rat d'hôtel" dont "La mort d'un ami" devient un semi-remake.

Danny se retrouve à l'hôpital au chevet de sa victime. Nous souffrons pour lui. De héros, il devient criminel. McGarrett ne va pas lui faire de cadeau.

Steve, au lieu d'accabler Danny, se montre réconfortant et incite son adjoint à se remettre au travail. Une bonne partie de l'épisode se déroule à l'hôpital où le jeune homme est opéré. Danny et Steve assistent aux obsèques de Chinough Olena.

Les journalistes commencent à s'acharner sur Danny, et ce dernier s'écroule ; il admet devant la presse qu'il plaiderait coupable. Steve affronte la mère de Ricky, le jeune homme abattu. Heureusement, Steve trouve des objets volés chez Ricky.

Le regretté James McArthur fait une formidable prestation d'acteur, grâce au scénario et à son talent, car Jack Lord Dieu ait son âme n'aimait guère partager la vedette.

En fouillant dans une poubelle sous les insultes de passants ulcérés contre la police, Chin Hodécouvre un révolver. Manicote n'est pas si complaisant avec Danny et l'inculpe de meurtre. Cet épisode recèle beaucoup de tension, les scènes d'hôpitaux alternant avec celles de rue. Jack Lord lui aussi tire son épingle du jeu. "Visage de pierre" comme l'appelaient les journalistes américains donne une épaisseur à Steve McGarrett que son "successeur" de 2010 est loin d'égaler.

Le coup de théâtre final à l'höpital montre que si Ricky est innocent, son frère, qui accablait de reproches Danny, est l'auteur du hold-up. Une fois n'est pas coutume, c'est Ben Kokua qui le boucle.

Retour à l'index


5. LE VOL DU PROTOTYPE
(THE JINN WHO CLEARS THE WAY)

Après quatre épisodes magnifiques, le retour de Wo Fat déçoit dans cet épisode plutôt banal et monotone.

Soon Taik Ho, le lieutenant Hip du 007 "L'homme au pistolet d'or", joue le rôle de Tom Wong, un maoïste convaincu membre de la famille de Chin Ho, complice de Wo Fat. Il s'agit d'une intrigue d'espionnage, comme à chaque apparition de Wo Fat. L'intrigue est centrée sur un système top secret de guidage de missiles ; Wo Fat veut le voler, chose à laquelle il arrive rapidement.

George Wong (Andi Ichiki) est tué sur l'ordre de Wo Fat, écrasé par une voiture ; c'est le frère de Tom. Le tueur, Carl Tu (Danny Kamehona) s'étant fait repérer, il est éliminé par Wo Fat. C'est ensuite le père Wong qui est étouffé avec un oreiller juste après avoir rencontré Chin Ho ; c'est un nationaliste taïwanais opposé à Pekin.

L'épisode se centre sur les rapports de Wo Fat avec Tom Wong qui est prêt à accepter n'importe quelle mission pour la Chine Rouge. McGarrett demande à Chin Ho d'arrêter son cousin Tom. Steve apprend à Tom que son père et son frère ont été assassinés. Son idée est de retourner Tom contre Wo Fat. Chin Ho montre à Tom le rapport d'autopsie du père qui a griffé son assassin : on s'est servi de Tom pour qu'il devienne le chef de famille et fasse enterrer dans un cercueil plombé son père à Taïwan selon sa volonté, et non à Hawaï : Wo Fat fera ainsi sortir en contrebande le prototype caché dans le cercueil depuis Hawaï jusqu'à Pékin via Taïwan.

Jetant le doute dans l'esprit de Tom et lui précisant que l'assassin est griffé, le jeune homme interroge Wo Fat. Ce dernier ne prend même pas la peine de nier, mais McGarrett est là et l'arrête.

Jonathan Kay, de la CIA, libère Wo Fat à la grande colère de Steve. Il est échangé avec un pilote espion américain. De colère, Steve, laissé seul, jette un objet dans son bureau.

Un épisode vraiment très moyen.

Retour à l'index


6. DOUBLE CHANTAGE
(FOOLS DIE TWICE)

Cet épisode a été diffusé en mars 1975 sur France 3 le dimanche soir.

McGarrett reçoit une bande magnétique disant qu'il va y avoir une attaque à trois heures de l'après-midi qui va secouer toute l'île. L'auteur en est Jack Gulley (Clu Gulager, vedette invitée de toutes les séries des années 60-70 comme "Les rues de San Francisco"...). La voix lui précise que trois fusils ultra puissants ont été volés il y a un mois et que la presse a tu la nouvelle.

Steve et Danny suivent donc la piste de Gulley. La paie des soldats (quatre millions de dollars) est volée mais les bandits ne trouvent que des coupures de journaux. C'est un piège tendu par Galley à Kira Johnson (Michael Conrad de "Capitaine Furillo/Hill Street Blues", qui mourut sur le tournage de cette série en 1983). La police d'État donne l'assaut. Johnson sort avec des otages et veut un hélicoptère. Steve et Danny abattent Johnson de plusieurs balles. L'homme semble aussi indestructible que le Michael Myers d'Halloween mais finit par s'écrouler. Malgré huit balles, Johnson est encore vivant. Il est gardé à l'hôpital.

Le docteur Frank Clapton (Albert Harris) est gardé prisonnier à bord d'un bateau par Gulley, ex-militaire aigri que sa femme et ses enfants ont quitté. Clapton est le responsable des codes secrets militaires de l'Asie du Sud-Est.

L'épisode se suit sans déplaisir mais sans passion. La voix de Gulley appelle à nouveau McGarrett pour réclamer un million de dollars. Gulley veut des diamants en paiement. On retrouve à nouveau le fade Jonathan Kay (Bill Evans), chef des services secrets à Washington. Ce personnage et l'acteur n'apportent rien à la série comme le font par contre le gouverneur et Manicote le procureur, ou encore le médecin légiste Al Eben. Kay est l'homme qui a libéré Wo Fat dans "Le vol du prototype". Une nouvelle fois, Kay et McGarrett s'affrontent. Steve pense que le ravisseur tuera l'otage.

Johnson sort du coma ! Mais il refuse de donner "Gulley" à McGarrett. Tandis que le policier négocie avec le diamantaire la remise de la rançon, Kira Johnson s'évade de l'hôpital : la comparaison avec le monstre d'Halloween n'était pas exagérée. L'ex-colonel Gulley prend contact avec Chin Ho car il fait partie du personnel civil de la base militaire. Il commet l'erreur devant le policier de laisser percer son amertume.

Kira Johnson recherche Gulley pour le tuer. Il s'attaque à la femme avec laquelle vit Jack Gulley. Lorsqu'il appelle McGarrett, ce dernier l'appelle Gulley. Danny identifie le bruit d'une pompe au bord de mer sur les enregistrements des appels de Gulley. McGarrett doit remettre la rançon à un chien-loup qui attend dans une cage. Gulley avec un sifflet à ultrasons appelle le chien.

Danny localise la pompe près d'un voilier dans un port. Une fois la rançon remise, Gulley veut vendre Clapton aux russes pour deux millions, ùais l'épuipe de Five-O cueille Gulley sur son voilier à cause de la pompe trouvée à proximité.

Bouclez-le Danny !

Retour à l'index


7. ÉVÉNEMENTS EN CHAÎNE
(CHAIN OF EVENTS)

Les magazines télé  impayables  ont moult fois appelé cet épisode "Événements en cabine" !

Un certain Jacob Kalima est tué de deux balles, il appartenait au département de la santé. Le vol n'est pas le mobile du crime. Kalima recherchait les porteurs de maladie vénérienne. Steve et Danny enquêtent au département de la santé. Les laboratoires préviennent le département lorsqu'ils trouvent des MST, l'enquête est délicate puisque les porteurs de maladie ne sont pas des criminels et qu'il faut veiller à leur vie privée.

Danny et Ben Kokua enquêtent sur le premier malade. Ils suivent la piste de tous ceux qui porteurs de MST ont rencontré Kalima. On recherche finalement un certain Walter, le Dirk Benedict de "L'agence tous risques". On passe de partenaires sexuels infidèles en autres partenaires. Walter donne le nom d'une Linda Rynak : elle est retrouvée morte tuée par balles ; son père (Lou Frizzell) est effondré.

Le père de Linda kidnappe Walter pour venger sa fille et le passe à tabac. Mais dans cette affaire, on retrouve en fil rouge un homme politique coureur de jupons et malade de MST, James Trevor Warren (Linden Chiles, vu deux fois dans "Les Envahisseurs"). Linda était sa collaboratrice de campagne.

On comprend que Warren est l'assassin de Linda et de Kalima. L'épouse de Warren, Paula, a décidé de le quitter quand elle a appris qu'elle était contaminée par une MST parce que son mari la trompait.

En 1972, l'hypocrisie régnant autour des hommes politiques était la même qu'aujourd'hui. Dans le journal de sa fille, Rynak trouve la photo et les aveux d'amour pour Warren. La voiture de l'assassin est retrouvée sur le parking de Warren, la police recherchant des traces de pneus trouvés près des corps de Linda et Kalima.

Rynak retrouve Warren pour le tuer. Warren se retrouve donc à cinq jours de son élection, dans de sales draps ; le scandale va éclater. L'équipe de campagne tente de convaincre Paula, l'épouse de Warren, de donner un alibi à son mari.

Dans les bénévoles qui travaillent pour Warren, une jeune femme a un comportement plus que suspect : Jean Holland (Mary Frann). Elle semble tout faire pour embrouiller l'enquête et sauvegarder la réputation de Warren.

Effaré, Warren découvre que sa secrétaire a tué Kalima et la jeune Linda pour un politicien dont elle voudrait qu'il soit président.

Bouclez-la Danny !

Retour à l'index


8. VENGEANCE À FROID
(JOURNEY OF OUT LIMBO)

Danny Williams est retrouvé blessé dans un camion de sable. Pendant ce temps, le gouverneur confie à Steve une mission de sécurité d'un ressortissant chinois, Lin Mai Lu (Philip Ahn, le maître Kan de "Kung-Fu"), qui vient rencontrer un vieil ami, l'homme d'affaires Hummel (Keenan Wynn).

Le chauffeur du camion est un repris de justice libéré sur parole. Il proteste de son innocence. Danny est dans le coma. Toute l'équipe, de Che Fong (Harry Endo) au légiste (Al Eben) se mobilise. Danny est devenu amnésique à sa sortie de coma, et a une commotion cérébrale.

Danny essaie de retrouver la mémoire. Comme on a retrouvé des poils de cheval sur lui, l'enquête se poursuit dans un centre équestre. Là, Danny croit entendre un coup de feu. Il effraie Ben Kokua qui le trouve perturbé et sur la défensive, car ce n'était qu'un pot d'échappement.

La visite officielle de Lin Mai Lu commence, et il rencontre son ami Hummel, en présence de Steve et du gouverneur.

Danny commence à retrouver la mémoire et se souvient d'une rose des vents et d'un cheval. Il a été poursuivi par des tireurs sur une jeep alors qu'il était à cheval. L'équipe retrouve le cadavre de la jument. Et au bord d'un précipice, pour échapper aux tueurs, il a sauté dans un camion de sable.

Pendant ce temps, dans une chambre, Hummel se souvient de la guerre et regarde le portrait d'un jeune homme en uniforme sur une photo ancienne. On devine qu'il est lié à l'affaire. Danny a surpris des hommes portant des caisses mystérieuses. Des caisses de... dynamite. On trouve un bunker et Duke Lukela des empreintes, celle d'un tueur, Durko (Bob LaVarre) qui vient d'arriver à Hawaï. Il est abattu par Ben Kokua.

Nous découvrons que derrière cette affaire se cache Hummel qui veut provoquer une explosion tuant le diplomate chinois en faisant porter le chapeau aux marines.

Danny s'est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment, mais la vengeance à froid ne lui était pas destinée. Durko travaillait dans une entreprise d'appareils électroniques de commande à distance.

La mémoire revient in extrémis à Danny et va sauver McGarrett. Il se rappelle avoir vu un bateau télécommandé bourré d'explosifs avec des mannequins de bois représentant des marines qui va heurter celui de Lin Mai Lu. Hummel tente de tuer le chinois mais McGarrett l'abat.

- "Pourquoi ?
- Ils ont tué mon fils, mon fils unique".

Un épisode un peu longuet malgré une bonne intrigue mais qui laisse une question en suspens : si le bateau explosait, non seulement le chinois était tué mais aussi Hummel. Les scénaristes ne pensent pas à tout !

Retour à l'index


9. TRILOGIE : LE FILS
(V FOR VASHON: THE SON)

Nous abordons maintenant un moment majeur de la série "Hawaï police d'État" avec la trilogie imaginée par le scénariste Alvin Sapinsley en 1972. Mais bien après la mort de Leonard Freeman, il apportera une quatrième pierre à l'édifice avec l'épisode "McGarrett sur la sellette" ("The case against McGarrett", 08-07) en 1975, épisode dans lequel nous retrouverons dans le rôle d'Honoré Vashon l'excellent Harold Gould qui nous a quittés en 2010, et tentera de venger son fils et son père depuis la prison où il a été incarcéré à vie.

Mais ce sera pour la huitième saison, et nous allons commencer par le début.

Il était une fois une famille de caids de la Mafia, genre "Soprano", appelée Vashon. Le grand-père aurait pu combattre Elliot Ness, mais il est devenu un paisible et fortuné retraité après une vie dédiée au crime. Il a légué son empire à son fils Honoré, mais le petit-fils, un enfant gâté, veut lui aussi se faire un nom. Et il va provoquer une véritable guerre entre les Vashon et la police d'État.

McGarrett enquête sur des larcins minables dans un hôtel. Un homme est blessé par un V en fer provenant d'une chevalière. Cela rappelle à McGarrett la guerre des gangs et la famille Vashon, mais les Vashon sont rangés depuis quarante ans. Steve comprend très vite que c'est le petit-fils Vashon, Chris (Robert Drivas), qui est le chef d'un gang de minables.

Honoré est obligé de couvrir son fils qui ne le respecte pas. Il sort des billets et paie toutes les victimes pour qu'elles changent leur témoignage, quittent le pays, retirent leurs plaintes... Mais rien n'y fait, Chris continue ses bêtises.

Honoré finit par aller voir son père, le vieux Dominick Vashon (Luther Adler, qui ressemble un peu au producteur des James Bond, Cubby Broccoli). Chris reçoit une correction et les anciens pensent l'avoir maté, mais Chris recommence et en le poursuivant, McGarrett tue le jeune homme qui rejoint la propriété familiale et meurt dans les bras de son père.

- "McGarrett, vous avez tué mon fils !
- Non, Vashon, c'est vous qui l'avez tué. C'est moi qui ait tiré mais vous qui l'avez tué, vous et son grand père"

Le regard meurtrier d'Honoré fusille McGarrett et conclut l'épisode :
- Je vous tuerai, McGarrett !

Retour à l'index


10. TRILOGIE : LE PÈRE
(V FOR VASHON: THE FATHER)

Fou de douleur, Honoré Vashon va passer sa vie à vouloir tuer McGarrett qui a abattu son fils unique.

McGarrett sait qu'il y a un contrat sur sa tête : il a reçu une photo de la tombe de Chris, et sa voiture a été piégée ; il est obligé d'envoyer la brigade de déminage. Malgré le désamorçage, le démineur est tué par une seconde bombe.

Honoré comprend qu'il y a des micros chez lui. La peur change de camp. L'artificier d'après Che Fong est un européen. Steve pense qu'Honoré Vashon va "importer" à grand prix un tueur à gages étranger pour le tuer. Et au passage, la famille Vashon liquide l'artificier malchanceux : l'échec est puni de mort dans la famille.

Sur l'ordre de Dominick, Honoré se sert d'un sacristain pour engager un tueur :
- Mais, Père, l'Église, c'est sacré.
- Rien n'est plus sacré que de tuer McGarrett !

Heyward, un tueur, est engagé. Il est joué par le regretté Don Knight (Fletcher, l'éternel poursuvant de "L'immortel" avec Christopher George). Knight a joué dans "Les voies de l'amour" (01-09) et "Le reflet du sang" (06-09).

Mais Heyward va jusqu'à menacer le vieux Vashon s'il n'est pas payé après la mort de McGarrett. Dominick lui propose de lui montrer la tombe du premier homme qui l'a menacé.

Le tueur veut agir seul : c'est un jeu du chat et de la souris entre le tueur des Vashon et McGarrett. L'épisode nous ménage un formidable suspense : meilleur est le méchant, meilleur est le film disait Hitchcock, et nous sommes gâtés. Telle l'hydre à sept têtes, les Vashon renaissent toujours pour mieux frapper.

Grâce au service de l'immigration, Heyward est identifié. Et le chasseur devient proie : Danny, Ben Kokua, et Chin Ho surveillent le tueur. McGarrett n'a pas peur : il sert de "chèvre" mais sait que ses hommes le sauveront. Aucune seconde de cette trilogie n'est ennuyeuse. Nous nous régalons à chaque scène.

Une fausse prostituée (en réalité un agent de Five-O) frappe à la porte du tueur, le temps de remplacer McGarrett par un mannequin. Heyward retourne à son travail et tire. Il est arrêté et négocie son témoignage contre une prison de haute sécurité. Honoré Vashon est arrêté et condamné à dix ans de prison.

- Mon tour, dit Dominick Vashon.

Retour à l'index


11. TRILOGIE : LE PATRIARCHE
(V FOR VASHON: THE PATRIARCH)

Cet épisode se terminera par le suicide de Dominick Vashon, nous privant du fameux "Bouclez-le Danny !". Le vieux Vashon a son petit-fils au cimetière, son fils en prison, et McGarrett en liberté. À son tour, il va tenter de tuer le chef de la police d'État.

CBS nous propose un résumé depuis la mort de Chris Vashon. La mafia a toujours passionné le public : "Le Parrain", "Les Soprano", "Les incorruptibles"... Ici, les Vashon ne dépareillent pas dans la galerie des grands truands.

A la fin du segment 2, on est étonné qu'Honoré prenne dix ans et pas perpète. Nous le retrouvons en prison, il le sera encore dans "McGarrett sur la sellette" dans la huitième saison. Mais revenons en 1972.

Dominick fait semblant de prendre sa retraite et de vouloir quitter Hawaï. Il vend sa propriété. Le patriarche essaie de convaincre Freddy Sullivan (Robert M. Luck), un homme qui vient de sortir de prison, que McGarrett veut l'y faire retourner. L'homme tente de tuer McGarrett et... se fait tuer. Mais le piège est la disparition du révolver par Dominick, qui ainsi veut faire accuser McGarrett de meurtre : il a en effet donné à Sullivan un pistolet chargé à blanc.

Manicote reçoit dans son bureau Steve. Heureusement, un témoin affirme que l'on a tiré sur McGarrett : le sénateur Harvey Drue. Mais Manicote l'inculpe quand même de meurtre au deuxième degré. On trouvera le procureur plutôt vache avec Steve, en persuadant le témoin Drue qu'il n'a pas entendu plus de deux coups de feu, et qu'il peut s'agir de retours de flammes de pot d'échappement. McGarrett est reconnu coupable de meurtre, une première dans la série, au bout de cinq saisons.

Tout semble perdu pour McGarrett. Dominick le menace de mort quand il sera en prison. Manicote finit par accepter de pencher pour la conspiration montée par Vashon. Et les soupçons se portent sur le sénateur Drue qui a changé son témoignage au tribunal, sans doute sous la coupe de Dominick Vashon.

McGarrett et ses hommes prouvent que l'on a pu dissimuler le révolver dans l'ascenseur en filant en 8 secondes par la trappe du dessus. D'autre part, une seconde autopsie de Sullivan montre qu'il a été tué par une piqure de curare. Danny découvre qu'un certain Raisbeck (John Beatty) a menacé Drue, le témoin.

Ce troisième segment explore une autre piste que le fait d'utiliser un tueur, celle d'envoyer Steve en prison.

Coup de théâtre : Drue est un homosexuel et c'est ainsi que Vashon a prise sur lui. Lorsque McGarrett et l'équipe Five-O viennent arrêter Dominick Vashon, il se fait sauter la cervelle devant eux.

FIN

Mais Honoré Vashon reviendra dans "McGarrett sur la sellette" en 1975, dans la saison 8.

Retour à l'index


12. AU DOUZIÈME COUP
(THE CLOCK STRUCK TWELVE)

Des indépendantistes hawaïens menacent de détruire le palais du gouverneur et le tribunal si des prévenus qui vont être jugés ne sont pas libérés. McGarrett sait que le palais de justice est une construction ancienne et ne peut être défendu vu le nombre de portes et d'entrées.

Le thème de l'indépendantisme hawaïen est rarement abordé. Dans "Nous serons des étrangers" (01-04) et "Kailimoku" (04-13), il s'agissait d'actes isolés d'individus un peu dérangés. Ici, une américaine a été violée et brûlée vive par une bombe par un groupe de terroristes. Elle meurt mais a le temps de désigner les coupables. Cet épisode très violent n'a pas été diffusé avant 1989.

Si la série est capable de nous distraire avec Lewis Avery Fuller ou de nous captiver avec la famille Vashon, ici nous abordons une intrigue réaliste et politique. C'est le premier épisode type lutte contre le colonialisme style "Nouvelle Calédonie et kanaks" de la série.

Danny et Ben partent en mission. Ils veulent savoir (comme Tara King dans 'Affectueusement vôtre") si le système de sécurité est sûr. Une bombe est découverte dans le palais par Danny et Ben. Duke Lukela et Che Fong tentent d'identifier la provenance de la bombe.

L'idée du groupe terroriste indépendantiste était intéressante, mais la piste scénaristique n'est ici qu'effleurée. Le public de Hawaï police d'État attend davantage du "Police procedural" et de l'action plutôt qu'une intrigue politique. Broccoli, le producteur des James Bond, s'était opposé à un scénario de terroristes politiques dans le premier jet du scénario de "L'espion qui m'aimait" où tous les terroristes du monde investissaient le QG du SPECTRE. Ici, la plupart des héros à part Steve et Danny sont des policiers hawaïens, et nous voyons ce peuple parfaitement intégré à la civilisation américaine. Danny passe son temps à désamorcer des bombes.

Devenue trop sérieuse, l'histoire nous empêche d'entrer dans l'intrigue, qu'il est difficile de rattacher à "Hawaï police d'État".

Curieusement, l'humour reste présent :

- Danny : J'ai les mains très fatiguées.
- Che Fong : arrête toi, Danny, c'est très dangereux.
- Danny : Je suis assuré tiers collision.

Un épisode de la sorte (en fait un arc) existe dans "Les chevaliers du ciel" avec le groupe Pembalas Dendam à Tahiti, et la France colonialiste percevait mieux le contexte. Tandis que les américains échouent ici à nous faire vraiment croire à cette guerre civile.

Peu d'action avec la multiplication de scènes de désamorçage de bombes et leur longueur.

Abraham Mehela (Manu Tupou) compose un méchant bien trop réaliste et violent pour une série des années 70. McGarrett l'abat depuis un hélicoptère. Nous restons sur cette fin bâclée. Deux melons à peine et c'est bien noté.

Retour à l'index


13. ESCROQUERIE EN FAMILLE
(I'M A FAMILY CROCK, DON'T SHOOT)

Pour beaucoup de téléspectateurs français comme votre serviteur, cet épisode fut le premier à être vu. En effet, 12 épisodes avaient été diffusés de juillet à septembre 1973 de "Sombre dimanche" à "Naïf comme un savant" sur la 3e chaîne ORTF, mais elle ne couvrait pas tout le territoire.

En février 1975, FR3 à la même case horaire, le dimanche à 19h30, programmait 12 autres épisodes et "Escroquerie en famille", épisode avouons-le assez fade, nous permettait de découvrir Steve McGarrett, le générique, la musique trépidante de Morton Stevens...

L'histoire raconte celle d'une famille d'escrocs plutôt sympathique venue du continent américain avec femme et enfant détrousser les touristes. Mais lors de leur périple, ils tombent sur un membre de la pègre et l'affaire tourne au vinaigre.

Les Lovejoy sont interprétés par Andy Griffith et Joyce Van Patten qui jouent sur un registre comique. On retrouve (encore !) dans la série l'avocat acteur Kwan Hi Lim à peine sorti de la trilogie Vashon. Il aimait décidémment beaucoup jouer dans la série.

La malette du truand Frank Butrell (Bryan Da Silva) est dérobée par le couple Lovejoy. Les Lovejoy comprennent que la malette bourrée de billets (100 000 dollars) est dangereuse et qu'ils doivent fuir. Le porteur de la mallette est tué par son chef Charlie Walters (Bob Basso).

La petite fille Lovejoy est enlevée par le gang et le couple en sera quitte pour une belle peur. McGarrett les rééxpédira dare dare sur le continent après avoir arrêté la bande de Walters.

Cet épisode n'était pas idéal pour débuter "Hawaï police d'État" mais en 1975 le public français avait moins de choix et était moins difficile. La semaine suivante, "Deux maisons et une double vie" (05-17) était de meilleure augure. La drôlerie foldingue des Lovejoy tranche avec la bande de Walters. Steve fait un marché avec les Lovejoy pour abandonner les charges en échange d'un témoignage.

Un épisode dont la diffusion précoce en France fait la seule valeur ajoutée. À noter que cet épisode et les 12 autres diffusés en 1975 se terminaient par le générique "gyrophare" de la première saison 1968-1969 mais en reportant la distribution exacte.

Retour à l'index


14. RAPT D'ENFANTS
(THE CHILD STEALERS)

La diffusion de cet épisode eut lieu comme dernier des douze opus proposés par FR3 en avril 1975. Et il n'a quasiment jamais été rediffusé parce que les chaînes le confondent avec un épisode de cette même cinquième saison, Rapt (05-20) dont le titre original est "Little girl blue".

Dans cette histoire de kidnapping, nous retrouvons le fade Richard Hatch, qui succèdera à Michael Douglas dans "Les rues de San Francisco", et qui fut l'un des héros de "Galactica" et un récurrent de son remake "Battlestar Galactica".

Un jeune couple a kidnappé le bébé pour le "vendre". Inutile de dire qu'ils se feront coffrer sans ménagement par un McGarrett furieux à la fin de l'épisode. Et l'on ne saurait lui en vouloir. Gary (Richard Hatch) et Nina (Meg Foster) exercent le plus odieux commerce du monde : vendre des bébés volés.

Richard Anderson, Oscar Goldman de "L'homme qui valait trois milliards", et qui s'appelle ici Goodman - Goldman dans la VF ! - achète le bébé pour un couple stérile pour 5000 dollars. Il s'agit d'un trafic organisé. L'enfant est le troisième que Gar et Nina vendent à l'avocat Goodman, le premier ayant été... le leur.

Les parents du bébé volé, Les Empson (Jack Hogan et Brooks Almy), sont desespérés. Ils font un appel à la télévision. En les voyant, Nina a des remords, pas Gary. Le couple a l'intention de kidnapper un autre enfant. Chez Gary, le cynisme est de mise. Tous les moyens sont bons pour avoir de l'argent. L'équipe Five-O est effondrée : il y a déjà eu un cas similaire, le cas Orringer ; Steve n'a rien pu faire. Danny se souvient d'un autre rapt dont le bébé a été retrouvé car il avait un bras atrophié. Steve comprend que c'est un trafic d'enfants.

Après les monstres qui font partie de la légende Hawaii Five-O, Wo Fat, la famille Vashon, Le lieutenant Ralston... nous sommes confrontés, comme pour les terroristes de "Au douzième coup" à des criminels infiniment plus dérangeants car réalistes.

Steve et Ben s'envolent pour Los Angeles sur les traces d'un précédent kidnapping. Steve rencontre Goodman, qui comprend qu'il est confondu par McGarrett. L'homme fait le malin, Steve lui frappe le visage avec un mandat du procureur. Lorsque les enfants volés sont récupérés, la douleur des parents adoptifs est atroce. Gary et Nina nous semblent alors plus démoniaques que tous les Wo Fat et Vashon de la série. En compensation, le soulagement du couple Empson donne au téléspectateur une bouffée de détente dans ce climat oppressant.

Gary et Nina volent un autre enfant.

La scène de l'arrestation dans un aéroport est brutale. Jack Lord vit littéralement la scène, n'ayant pas à se forcer car il n'était pas facile de caractère. L'imprimeur des faux papiers est bien entendu également mis sous les verrous.

- Nous l'argent, on s'en fiche, ce qu'on a fait, c'était pour avoir la liberté.
- La liberté. J'ai l'impression que vous allez pouvoir l'apprécier longtemps. Bouclez-les Danny !

Retour à l'index


15. MERCI POUR LA LUNE DE MIEL
(THANKS FOR THE HONEYMOON)

Patty Duke porte sur ses épaules cet épisode. La comédienne au début rend son personnage antipathique, pour l'adoucir à la fin. Toni (Petty Duke) propose de donner Manola, le plus gros gibier après lequel court Steve.

Avec le procureur Manicote, McGarrett accepte de se placer sous le programme de protection de témoins. Elle est enceinte et veut l'immunité pour elle et son petit ami Marty. Mais Manola (Lane Bradford) réussira malgré toutes les précautions à faire empoisonner Marty. Le couple était protégé par McGarrett, Manicote et l'équipe Five-O dans un hôtel quatre étoiles pour y vivre leur lune de miel qui va se transformer en cauchemar.

Outre qu'il nous propose une invitée vedette de choix avec l'excellente actrice Patty Duke, l'épisode éclaire le téléspectateur français sur le programme de protection de témoins du FBI aux États-Unis. On découvre que malgré les protections policières, les trahisons, la corruption, mille dangers pèsent sur les témoins. Des petits truands retrouvent des libertés conditionnelles (ici 24 heures) pour coffrer un gros poisson.

On trouve dans l'épisode une ex de McGarrett, une reporter, Margo (Carol Lawrence), ce qui n'est pas fréquent. Le tueur envoyé par Manola a l'air d'un abruti parfait, nommé Vincent  Personne ne s'en méfie et en fait c'est un as.

Jamais Steve ne fait preuve de compassion pour Toni, dont il réprouve de devoir marchander pour avoir la tête de Manola. On trouve Jack Lord peu crédible et maladroit dans les scènes romantiques avec Carol. Et plus convaincant dans les scènes où il doit se montrer dur et inflexible.

La dernière scène confronte Manola avec le témoin à charge Toni. McGarrett a fait croire que le couple a été empoisonné au cyanure alors que seul le mari est mort. À noter que le grade de McGarrett rarement mentionné l'est ici par un journaliste : lieutenant (en VF, il est capitaine en VO).

- Bouclez-le Danny ! Meurtre avec préméditation.

Retour à l'index


16. LE PARANOÏAQUE
(THE LISTENER)

Un des joyaux de la série. Imaginez un psychiatre dont le bureau et le domicile sont truffés de micros. Il est victime de chantage. Le médecin a refusé de soigner gratuitement un simple gardien d'immeuble, et il a décidé de se venger.

L'homme s'appelle "Cerbère, le gardien de l'enfer" (Greg Mullavey). Il veut faire chanter le docteur Fowler (Robert Foxworth). Cerbère provoque très vite des dégâts irréversibles : suicides de patients, révélations de maladie incurable à un enfant qui a une tumeur au cerveau,

La vie de Fowler devient un cauchemar, aussi décide-t-il de se défaire de tous ses patients. L'épisode nous plonge dans un climat oppressant, malgré la présence de l'équipe de Five-O. Puis Cerbère que rien n'arrête s'en prend à la vie privée du toubib.

Un détraqué de plus dans la gallerie des Ralston ou du serial killer de "Les clefs de l'énigme" (04-03).

Après qu'une patiente se soit jetée d'une fenêtre et tuée, le psy décide de capituler et en fait part à McGarrett, mais ce dernier évidemment n'abandonne pas.

En le maintenant longtemps au téléphone, Chin Ho localise Cerbère dans une cabine. Lorsqu'il tombe entre les mains de McGarrett, ce dernier, peu soucieux de violence policière, lui fait sa fête. En 1972, le téléspectateur indigné par les suicides provoqués par le fou applaudit des deux mains. Pas de "Bouclez-le Danny !" puisque le fou est emmené à l'asile. Cet épisode reflète une époque "Inspecteur Harry" où la dureté d'un flic face à une fripouille n'heurtait pas le "politiquement correct".

Retour à l'index


17. DEUX MAISONS ET UNE DOUBLE VIE
(HERE TODAY... GONE TONIGHT)

Cet épisode fut diffusé en février 1975 deux ans à peine après la diffusion US. Puis, appartenant à FR3, il fallut attendre le rachat des droits par TF1 pour le revoir en 1990.

Il raconte l'histoire d'une mystification : pour commettre un meurtre, le bras droit d'un homme d'affaires se dit présent dans deux endroits à la fois, la seconde maison étant démolie après le meurtre.

Monte Markham et la regrettée Madlyn Rhue font partie de la distribution. 

Barry Dean (Monte Markham) a des révélations à faire sur son patron, Fleming. Mais se sentant menacé, il accepte de rencontrer McGarrett à condition de le conduire en hélicoptère les yeux bandés. Le gouverneur refuse et envoie Danny à la place de Steve.

On réentend le joli thème musical de "Recherche archéologique" (04-01). Dean feint un malaise, quitte Danny, et s'envole tuer Fleming se créant un alibi puisqu'il est soi-disant dans sa maison. Mais il a deux maisons identiques dont l'une près de chez Fleming.

Episode superbe visuellement malgré un scénario compliqué. Qui en effet peut dupliquer un si bel appartement et le faire détruire en une nuit ?

Pour l'heure du crime, l'alibi de l'assassin est Danny. McGarrett flaire vite l'embrouille car Dean s'est fait faire un électrocardiogramme indiquant soi-disant un malaise.

L'épisode nous vaut de superbes vues d'hélicoptère. McGarrett va chez Dean à Maui. Il ignore que Danny la veille n'était pas là mais dans une réplique à Honolulu.

June, la veuve de Fleming (Madlyn Rhue), est la maîtresse et complice de Dean. Steve se demande si Dean n'a pas un sosie qui était avec Danny Williams.

Pris de soupçons, Steve fait des recherches avec Che Fong dans une maison détruite le jour même. Et il démontre à Danny qu'il a été joué. Décidément, on n'abuse pas McGarrett même avec la mise en scène la plus ingénieuse.

Avec l'aide de l'agent d'assurances Bella Morgan (Sandra Smith), Steve monte une machination. Bella fait chanter June Fleming en lui disant qu'elle est au courant de l'existence des deux maisons. Mais surtout, elle se fait passer pour la maîtresse de Dean. McGarrett est sur place lors de la rencontre entre les deux femmes. Et entend June tout avouer.

Puis il arrête Dean.

Retour à l'index


18. DIABOLIQUE ENTREPRISE
(THE ODD LOT CAPER)

Cet épisode, programmé assez tôt en France (printemps 1975) nous permet de retrouver Richard Basehart, l'amiral Nelson héros de "Voyage au fond des mers", qui interprète ici Murdock, un entrepreneur immobilier en fauteuil roulant.

Un agent de change, Stan Cooper, est abattu devant la bourse sur l'ordre indirect de Murdock. McGarrett commence son enquête. Peu après, Murdock retrouve un ex détective privé, Laughlin (Ron Hayes), à qui il reproche d'avoir tué Cooper, voulant seulement le mettre de côté de l'affaire qu'il prépare et qui concerne une somme de 40 millions de dollars. 
Peu après, pourtant, Laughlin commet un autre meurtre, tuant le garde de la banque de la bourse.

On ne sait trop où les scénaristes veulent nous entraîner, l'histoire est assez embrouillée. Lorsqu'à la moitié de l'épisode, le téléspectateur n'a encore rien compris, c'est mauvais signe et en tout cas on sait que l'on ne va regarder un épisode majeur.

Cooper et ses complices font un hold-up à la bourse. Ils y brûlent les dossiers de Murdock. On reste un peu pantois devant la taille des ordinateurs de l'époque. Murdock feint auprès de Steve d'être furieux du manque d'efficacité des services de Five-O.

D'ailleurs, cet épisode correspond bien à une époque où tout n'était pas informatisé et centralisé. La bande de Cooper se contente de détruire des actions et ordinateurs dont on ne peut retrouver aucune trace.

Les actions ont été brûlées, mais elles étaient assurées. Le script ne serait donc plus utilisable aujourd'hui. La piste de McGarrett est le fait que les bandits ont utilisé des lance-flammes portatifs. Chin Ho retrouve la seule entreprise de l'île qui en a vendu quatre récemment. La piste mène à Cooper.

Un épisode mineur qui n'apporte pas grand chose à cette saison 5. On mettra deux melons pour l'aspect documentaire de l'époque et le talent de Richard Basehart. Cooper tente de faire chanter Murdock en lui demandant de devenir son associé, mais l'homme en fauteuil roulant a tout prévu et il dénonce le tueur à McGarrett.
L'enquête de Steve évolue car une employée de la bourse se souvient d'avoir eu une action entre les mains et de son contenu.

L'employée de la bourse témoigne que l'action qu'elle a eu entre les mains se trouve bien chez Murdock. Pour une action d'une valeur infime datant de 1912, Murdock est confondu.

- Monsieur Murdock, je vous arrête pour association de malfaiteurs, vous n'étiez pas satisfait de mes services, j'espère que vous allez l'être. Bouclez-le Danny !

Retour à l'index


19. QUI ÊTES-VOUS MONSIEUR WINKLER ?
(WILL THE REAL MR. WINKLER PLEASE DIE?)

Cet épisode avec Nehemiah Persoff en espion qui a changé trente-six fois d'identité est un ratage total. Intrigue d'espionnage mal construite, et beaucoup de bavardages. Filmé par hasard lors d'un reportage sur un tunnel, Winkler blesse un journaliste et est arrêté par la police.

Bien que le reporter ait retiré sa plainte, la police s'intéresse à Winkler. Il n'a pas d'identité ni de trace d'existence de lui avant 1966. Winkler admet être en réalité Hoffman, un homme qui a témoigné dans le cadre de la protection des témoins et dont Winkler est la nouvelle identité.

McGarrett est absent de l'épisode, étant à Washington. À peine la police laisse-t-elle Winkler qu'il est rattrapé par son passé, en l'ocurence Reeves (Malachi Throne), qui tue un homme et le fait accuser du meurtre.

Jack Lord est en vacances visiblement, et l'épisode s'en ressent. L'équipe interroge Winkler ; son véritable nom est El Perrin, agent soviétique étant passé à l'Ouest.

Fort heureusement, à la moitié de l'épisode, nous retrouvons Jack Lord face à des agents soviétiques. Steve essaie d'en savoir plus auprès des russes.

L'ennui se propage tandis que l'histoire manque de mouvement. On ne comprend pas l'acharnement de la police d'État sur El Perrin/Winkler. Ce dernier est mis au secret par Danny dans l'attente de la visite de Rogloff (Mark Lenard). La police d'État se fait aider par le KGB maintenant ? L'épisode s'étire en longueur. Un coup de théâtre arrive lorsque l'assistant de Rogloff (Peter Carew) déclare à McGarrett qu'il n'est pas El Perrin, il s'agit de Otto Steiner, quatrième identité ! Artiste de music hall est-allemand, il a fui à Hawaï. Le télespectateur a depuis longtemps décroché.

Sous les yeux de Steve et Chin Ho, Winkler est kidnappé. Par Reeves qui est en réalité El Perrin. Si vous avez suivi, vous avez de la chance. Mais l'équipe de Five-O cerne tout ce beau monde dans une carrière et désarme la bande de Reeves.

Embarquez-le Danny ! demande Steve concernant Reeves/El Perrin ; quant à Winkler, il devra changer encore de nom sous l'égide du programme de protection de témoins et de McGarrett

Retour à l'index


20. RAPT
(LITTLE GIRL BLUE)

Deux paumés kidnappent une petite fille. Le chef est joué par l'assassin de "Qui a tué Mira Bai ?", l'acteur Ron Feinberg qui est ici un certain Luther. Il jouait aussi dans "Incinération" (04-02). Avant de mourir en 2005, ce comédien a joué dans "Transformers" au cinéma.

Arrêtés pour un contrôle routier, les deux paumés paniquent et Luther étrangle le policier de la route. L'épisode a un air de déjà-vu puisque les paumés qui se réfugient sur une hauteur et sont cernés, nous en avons vus dans Pianolo (03-15) et surtout le tireur fou de "Tireur d'élite" (04-06). On a l'impression de voir un remake de ce dernier épisode. Ce n'est pas en soi que l'épisode est mauvais, mais le schéma est exactement le même (avec l'arrivée de la grand-mère du tireur ici, au lieu de la mère dans "Tireur d'élite"). Ici, au bas de la montagne, nous voyons la mère et la grand-mère s'affronter. McGarrett accuse la mère d'être complice de l'enlèvement.

Luther ne comprend pas que son complice est mort d'une crise cardiaque et retrouve un rôle similaire à celui de "Qui a tué Mira Bai ?", un simplet. On a le sentiment que la série tourne un peu en rond et que le présent épisode est un mélange de cet épisode et de "Tireur d'élite". La petite fille s'enfuit et tombe dans les bras de sa mère. Il reste là-haut Luther qu'il faut déloger. Les prises de vue ressemblent à celle de beaucoup d'autres épisodes (Hélicoptère, McGarrett au mégaphone...).

Luther dans son délire se croit à la guerre et voit des soldats l'attaquer ressemblance avec "le roi de la colline" (01-15).

McGarrett réussit à désarmer Luther sans violence en se faisant passer pour un militaire de son unité. Coup de théâtre : c'est la grand mère qui a engagé les deux kidnappeurs. Tout juste deux melons pour cet épisode qui est une compilation d'autres déjà vus.

- Danny, embarquez-moi cette charmante grand-mère !

Retour à l'index


21. POURCENTAGE
(PERCENTAGE)

Retour de deux comédiens familiers en guest stars : Milton Selzer et Kwan Hi Lim.

Début très violent : un homme est tué à coups de poings américains.

Nous retrouvons ensuite un tripot de jeux où Howard (Mitch Mitchell) perd 120 000 dollars. Sam Greene (Milton Selzer), associé de l'homme assassiné, O'Hara, s'est porté caution pour les pertes de Howard. Yoshigo (Kwan Hi Lim) est derrière l'assassinat de O'Hara. On se demande si en le voyant à la télévision, les justiciables hawaïens avaient bien confiance pour prendre comme avocat cet acteur partageant sa vie entre son cabinet d'avocat et les studios CBS.

Howard meurt assassiné par ordre de Yoshigo afin de l'empêcher de rembourser Kuang (Seth Sakai) et par là même, éliminer Sam Greene qui s'est porté caution et n'a pas l'argent. Ainsi, Yoshigo éliminera un concurrent (Sam).

La connivence entre Sam et l'équipe de Steve est hautement improbable.

Kwan Hi Lim (moustachu pour la première fois), habituellement, joue des personnages rusés et mielleux. Ici, il est le caïd impitoyable, il punit son associé Herman Stein (Leonard Stone) en le rétrogadant comme comptable après que Stein l'ait menacé de révéler qu'il avait tué Howard.
Sam Greene propose à Herman Stein une alliance contre Yoshigo.

L'enquête aurait pu se révéler plus passionnante. Mais il y a trop de personnages, trop de noms à retenir, d'associés, de responsables de tripot. Le légiste (Al Eben), en faisant l'autopsie, découvre qu'Howard (tombé du 15e étage) était mort avant la chute et a été torturé.

L'histoire s'égare avec une enquête sur Valérie Sinclair, petite amie d'Howard (Carole Kai), vue sur les lieux de la chute de son amant. Pour tenir les cinquante minutes syndicales, le scénariste essaie de noyer un peu le poisson. Des preuves sont trouvées contre Yoshigo suite à l'effraction de son coffre.

Les doubleurs de la VF ne sont pas toujours attentifs (Il s'agit pourtant d'un épisode doublé pour FR3 en 1975 et non à la va-vite pour TF1). Or Ben Kokua dit "Ici Ben Tanaka" !

Le couple Sinclair (Valérie, la maîtresse de Howard) et son mari (Douglas Kennedy) deviennent de sérieux suspects du meurtre de Howard alors que Yoshigo avait la position de favori. Mais peu après, Sam Greene est accusé du meurtre par McGarrett.

Qui a tué Howard ? Sinclair par jalousie ? Steve pense que Sinclair a payé Sam Greene pour tuer l'amant de sa femme. Steve dépose de preuves (indices trouvés sur les lieux).

Steve garde l'argent de Kwang.

- Ben, bouclez Sam pour meurtre au premier degré et arrêtez Yoshigo pour le meurtre de O'Hara ! Beaucoup de rebondissements de cet épisode, mais l'arrestation de Sinclair (que sa jeune épouse quitte) n'est même pas mentionnée !

Retour à l'index


22. DERNIER AVERTISSEMENT
(ENGAGED TO BE BURIED)

Le propriétaire d'une salle de billard est racketé par deux jeunes voyous, les fils Vadago dont le père est un caïd. Puis, ils font exploser une voiture devant sa salle.

Rono Vadago (Erik Estrada, le beau gosse de "Chips") est le petit ami de la fille de Chin Ho, Alia (Irene Tsu). Le père de Rono est joué par Simon Oakland, une nouvelle fois vedette invitée de Hawaï police d'État. Pour la seconde fois après "Hara Kiri" (03-08), Oakland joue un handicapé.

Un autre propriétaire de billard, Carlson, porte plainte contre les Vadago, alors que le premier lâche n'a pas voulu donner suite. Chez Carlson travaille Pamela, la meilleure amie de la fille de Chin Ho. Les différents éléments du drame se mettent en place. Le père Vadago est cloué sur un fauteuil roulant et il apprend que son fils fréquente la fille de Chin Ho. Roméo et Juliette au pays de McGarrett, on se doute que cela finira mal.

Le curé qui doit marier Rono et Alia connaissant les activités criminelles du père de Rono, Shako Vadago, il met en garde Alia et refuse l'union.

Danny fait la morale à Alia, de même que Chin Ho furieux, en montrant des films sur les crimes de Rono Vadago.

Carlson est à nouveau attaqué par les Vadago. Pamela (la meilleure amie de la fille de Chin Ho) est grièvement blessée par une explosion qui tue aussi un policier. Pamela meurt. Alia veut rompre avec Rono.

Bertie (Donald Roessler), assassin de Pamela et du policier, voudrait faire un marché avec Manicote pour obtenir une réduction de peine s'il dénonce les Vadago. Il est molesté par Chin Ho et Steve menace de le suspendre. Rono et Alia se marient finalement.

L'épisode se termine en tragédie : Rono prend sa femme en otage, tue le prêtre, et veut tuer Chin Ho quand McGarrett fait signe à Duke Lukela qui abat Rono avec un fusil à lunettes.

Alia pleure son "mari" et se réfugie dans les bras de son père, puis elle dit à McGarrett :

- Vous ne saviez pas ce qu'il aurait pu être.
- Non, mais nous savions ce qu'il était.

Retour à l'index


23. LE PENDENTIF
(THE DIAMOND BUT NOBODY STOLE)

Eric Braeden, Victor dans "Les feux de l'amour", revient dans "Hawaï" après "Attentat sur commande" (03-03).

Cet épisode devait marquer le retour de la série en janvier 1976 sur Antenne 2 mais il fut déprogrammé ("Voyages organisés" la semaine suivante fut donc le premier a été diffusé dans cette troisième série d'épisodes en France), et "Le pendentif" revint en juin 1976.

Pendant une réception dans la villa de Djebara (Eric Braeden) et de son épouse, une princesse, un cambrioleur se sert de mercure pour neutraliser l'alarme du coffre-fort et dérobe un pendentif inestimable. L'équipe de Five-O commence par fouiller chez un joaillier suspect, Willard Allen (Melvin Cobb). Chez le bijoutier, on retrouve le pendentif, qu'il a acheté 8000 dollars alors qu'il en vaut 40 000.

Le voleur du pendentif découvre dedans un microfilm top secret recelant des secrets d'espionnage.

Djebara n'a pas porté plainte pour le vol. Il reçoit un coup de téléphone du voleur pour le microfilm. Il mène son affaire bien en marge de la police, travaillant à son compte, alors que sa belle-mère pense qu'il l'aide, par ses activités secrètes, à reconquérir son palais d'un pays d'Indochine dont elle a été chassée. Dans un parc, il rencontre un espion étranger à qui il promet de retrouver et de remettre le film dans un délai de trois jours. L'espion en échange doit lui remettre de l'argent.

Le receleur joaillier Willard Allen qui a pris le pendentif est torturé et tué, aussi Steve mène une enquête sur le volé, Djebara. Tout d'abord, il s'efforce de nier le vol, alors qu'un bijoutier a dit à un homme de l'équipe Five-O avoir fait le pendentif exprès pour Djebara. Ce dernier demande d'ailleurs à Steve de ne pas parler du vol du pendentif à sa belle-mère pour ne pas l'affoler.

Steve apprend qu'entre les années 50 et 60, Djebara était agent du contre espionnage (CIA) en Asie du Sud-Est. Puis, il découvre que le cambrioleur serait Paolo Malana (John Stalker).

L'équipe de Five-O recherche aussi Sammy York (Frank Trott), mais on ne retrouve que son cadavre. Il a été assassiné. Sur le corps, McGarrett découvre un microfilm. De victime, Djebara devient suspect.

Alors qu'ils le suivent avec beaucoup de mal, puisque Djebara est un "pro", un homme lui porte une valise. À cet instant, un tireur isolé avec un fusil à lunettes abat Djebara. L'équipe de Five-O arrête l'homme à la valise.

Cette intrigue d'espionnage est particulièrement embrouillée, et l'épisode mérite à peine deux melons.

La belle mère de Djebara, Madame Souvang (Seula Quo), l'a fait abattre. Elle estime que Djebara l'avait trahie et était un mercenaire. Steve l'arrête.

- Bouclez-la Danny, pour meurtre et délit d'espionnage !

Retour à l'index


24. LE PROCÈS
(JURY OF ONE)

Avec cet épisode se termine la saison 5.

Cet épisode, diffusé en 1975, et longtemps invisible en France, relate l'histoire d'un procès fait par un jury populaire. L'accusé, Lucas (Paul Camen), a mis "dans sa poche" un membre du jury. C'est l'information qu'obtient McGarrett d'un indicateur, Artie Boland (Arthur Malet).

En réalité, le juré est menacé car on a enlevé sa fille. Steve ne le sait pas et contacte Manicote (Glenn Cannon) pour l'informer de ce que lui a dit Boland. L'avocat de Lucas, Mills (Edward Binns), informé de la prévarication d'un juré, fait un scandale. C'est un échange très vif qui a lieu entre Mills et John Manicote. McGarrett enquête sur les huit jurés masculins du jury. Mais après un premier écrémage, il ne reste que quatre cas à examiner.

Le juge convoque Jenkins, un des jurés qui a reçu 5000 dollars sur son compte en banque. Jenkins à ce moment là a une crise cardiaque. Il veut parler à McGarrett à l'hôpital.

Artie Boland, ivre, veut parler à McGarrett. Il joint Danny. Il a semble-t-il un tuyau en or concernant le juré qui va empêcher la condamnation de Lucas. Mais peu après, il est renversé volontairement par une voiture et mortellement blessé.

Clifford Sprague (Ray Buktenica) aurait sa fille disparue. Chin Ho se rend chez Helen Sprague (Dale Morse) qui déclare que leur fille est à Los Angeles chez sa grand mère. L'enfant n'y est pas.

Steve obtient de Manicote de mettre les Sprague sur écoute. Pendant ce temps, Sprague fait face aux onze jurés et déclare Lucas non coupable. Ben Kokua surprend une conversation téléphonique entre Mme Sprague et le ravisseur. Pour McGarrett, une course contre la montre commence. Le juge a donné un nouveau délai d'un jour au jury pour se mettre d'accord.

In extrémis, McGarrett comprend que c'est l'associé de Lucas qui a kidnappé l'enfant. Il réussit à le libérer. McGarrett arrive au tribunal avec la petite fille. Sprague change son vote et Lucas est condamné.

Retour à l'index

Crédits photo: Paramount.

Images capturées par Patrick Sansano.