saison 1 saison 3

Hawaï Police d'État (1968-1980)

SAISON 4


1. RECHERCHE ARCHÉOLOGIQUE
(HIGHEST CASTLE, DEEPEST GRAVE)



La quatrième saison de « Hawaï Police d'État » commence par un chef d'œuvre, « Recherche archéologique », qui est l'un des meilleurs épisodes de la série.

Cette saison va nous proposer quatre épisodes tout à fait exceptionnels : outre le premier, il y a « Les clefs de l'énigme », un épisode haletant et au suspense constant, sorte de remake de « Meurtre, amour et poésie » de la saison 3, puis « Kailimoku » qui est un peu l'équivalent de « Jeux » pour « Chapeau melon et bottes de cuir », c'est-à-dire l'épisode le plus réussi toutes saisons confondues, et se conclura par « Le lieutenant Ralston », autre suspense mémorable. En fait, derrière la qualité de la série se trouvait un producteur-créateur, Leonard Freeman, qui va brutalement décéder le 20 janvier 1974. Sans lui, la série va très vite perdre en qualité pour prendre l'eau de toutes parts lors de la dernière saison.

Diffusé pour la première fois en février 1976 par Antenne 2, cet épisode bénéficie d'une partition musicale spéciale, absolument réussie, qui ne sera jamais réutilisée par la suite.

Herbert Lom et France Nuyen interprètent les rôles principaux, le premier ayant été le chef de Clouseau dans « La Panthère Rose », France Nuyen jouant le rôle de la mère (morte) et de la fille.

Lors de recherches archéologiques sur un site du XVIIe siècle, on découvre deux corps qui sont morts depuis une dizaine d'années avec une balle. Nous découvrons ensuite le nouveau générique de Morton Stevens réorchestré.

L'un des corps est identifié comme celui de Parker, secrétaire de Mondrago (Herbert Lom), un homme d'affaires richissime. À peine arrivé dans la splendide demeure de Mondrago, McGarrett tombe en arrêt devant le portrait d'une femme, Mrs Mondrago, tandis que sa fille Sirona (France Nuyen) le surprend : il se trouve qu'elle est le sosie de sa mère.

Danny Williams apprend à Steve que Mrs Mondrago avait une liaison avec Parker. Elle est morte il y a dix ans d'une rupture d'anévrisme. Steve et Chin Ho se rendent chez le docteur de Mrs Mondrago, Herbert C. Ventnor (Bill Edwards), qui pendant l'entretien s'enfuit et trouve la mort au volant de sa Lincoln en voulant échapper à la police, ce qui nous donne un accident spectaculaire (la voiture n'avait plus de freins et il plonge d'une falaise). Ventnor a brûlé avec lui le dossier de Mrs Mondrago.

McGarrett fait une seconde visite à Mondrago qui se montre menaçant envers le policier, lui demandant d'arrêter son enquête, tandis que Sirona lui demande s'il est amoureux du portrait de sa mère. McGarrett se rend chez Duncan, le peintre qui a fait le tableau. Il lui demande de témoigner sous serment mais à peine a-t-il quitté les lieux que la cabane du peintre explose. McGarrett demande l'exhumation du corps de Mrs Mondrago.

Le peintre Duncan n'est pas mort, il rejoint la nuit Mondrago qui lui remet une fortune pour disparaître.

Danny découvre que la femme dans le cercueil n'est pas Mrs Mondrago mais la victime d'un raz de maréee, Marie Pulani. Marie a eu un bras cassé comme le squelette de la supposée Mrs Mondrago. Le mari convoqué avoue le meurtre de sa femme et de Parker son amant.

Steve n'est pas convaincu par les aveux du mari. Chin Ho retrouve le dossier médical de Mrs Mondrago chez feu le docteur Ventnor. On découvrira que c'est le dossier psychiatrique de la fille, Sirona, que Ventnor a emporté dans sa fuite. Le peintre Duncan ivre mort raconte que le jour de la mort de Mrs Mondrago, il était avec le mari qui n'a pu matériellement tuer sa femme.

Mc Garrett raconte à Danny qu'il est tombé amoureux du portrait de Mrs Mondrago ! Il se rend de nuit une nouvelle fois chez Mondrago et met KO le maître d'hôtel cerbère (qui évoque beaucoup le garde coréen de « Goldfinger »).

Admirant le portrait, il se fait tirer dessus par Sirona qui le blesse au bras. C'est elle qui a tué sa mère et Parker, traumatisé de voir ceux-ci faire l'amour. Son esprit chavire dans la folie et elle est internée. En tirant plusieurs fois, Sirona a détruit le portait de sa mère.

Comme Lilly Rush dans « Cold Case », dans la maison déserte, Steve voit le fantôme de Mrs Mondrago.

Les scénaristes Jérome Coopersmith, Elick Moll, et Joseph Than ont cependant fait une grave erreur : Mondrago ne sera jugé que pour avoir dissimulé la vérité. Mais qui a saboté les freins de la voiture du docteur Ventnor, s'enfuyant avec le dossier pyschiatrique de la fille ?

Retour à l'index


2. INCINÉRATION
(NO BOTTLES, NO CAN, NO PEOPLE)

Après le merveilleux épisode "Recherche archéologique", le spectateur est déçu par ce deuxième opus de la saison 4. On y trouve en vedette Henry Darrow, célèbre à l'époque pour le rôle de Manolito dans la série western « Chapparal ». L'épisode raconte l'implantation d'un Syndicat du crime qui élimine de petits proxénètes, les jette aux ordures et à l'incinérateur.

L'épisode ne fut pas diffusé avant l'intégrale en 1989, il faut dire qu'il est loin d'avoir les qualités des bons épisodes. McGarrett doit empêcher Johnny Oporta/Henry Darrow de s'implanter comme mafioso local. L'intrigue est mince. On reconnaît dans le rôle de l'éboueur qui jette le corps à la benne le tueur simplet de « Qui a tué Mira Bai ? » (01-13). Il s'agit de Ronald Feinberg (1932-2005) qui reviendra dans « Rapt » (05-20). Une "gueule". Il est ici Luther.

Steve décide de défier sur le champ chez lui Oporta. Al Harrington, qui n'est pas encore Ben Kokua, revient encore en petit truand, Ray, après « Les otages » (01-17). Jack Lord détestait ce comédien qui était un protégé de Leonard Freeman. Nous sommes en 1971, trois ans avant la mort de Freeman, et la saison suivante, Freeman, au désespoir de Lord, va lui offrir de remplacer Kono.

Mais comme il le dit dans le documentaire de 1996 « Souvenirs d'Hawaii », Harrington sut que ses jours étaient comptés dès que Freeman mourut.

Avouons qu'après le très esthétique « Recherche archéologique », cet épisode qui se déroule dans les poubelles et incinérateurs est assez hideux. Un à un les truands indésirables se retrouvent incinérés. McGarrett oriente son enquête sur le transport d'ordures.

Oporta est vite confronté à la petite amie d'un des hommes qu'il a fait liquider. Comme mafioso, il fait peine à voir. Même s'il tue cette femme, bien malgré lui, il est loin d'avoir la prestance et l'assurance que le Syndicat du crime attend de lui.

Même s'il est cent fois meilleur que le meilleur des épisodes du remake 2010 ni fait ni à faire, « Incinération » est un épisode banal, sans vrai suspense. Il faut dire qu'il est coincé entre deux chefs d'oeuvre de la série, « Recherche archéologique » (05-01) et « Les clefs de l'énigme » (05-03).

McGarrett confond Luther, le complice incinérateur de Oporta. Il dispose désormais de preuves de sept meurtres avec incinération des corps.

Steve arrête à l'aéroport Oporta et laisse un quart d'heure à son patron du continent venu à sa rencontre pour reprendre l'avion et filer. « Dites à vos amis qu'Hawaï n'est pas pour vous ».

Retour à l'index


3. LES CLEFS DE L'ENIGME
(WEDNESDAY, LADIES FREE)

Lors de la première diffusion de ce "must" de la série en septembre 1979 sur FR3, il était intitulé « Le jour de liberté de ces dames ».

Depuis la diffusion de l'intégrale TF1 en 1989, il a trouvé un autre titre « Les clefs de l'énigme ».

Le traducteur avait confondu gratuité et liberté car dans le film, le mercredi est le jour où une station service propose un lavage gratuit de voitures aux conductrices !

Épisode multidiffusé, il fait partie des plus célèbres de la série. Monte Markham, qui joue le détective Jerry Rhoades et fut le successeur de Raymond Burr dans « Perry Mason » en 1973, a eu sa femme tuée par un serial killer qui s'amuse à maquiller ses victimes.

En réalité, Jerry, ami de Steve (il ne le sera plus à la fin de l'épisode) a tué sa femme infidèle en jouant les copycat, c'est à dire en la faisant passer pour une victime du maniaque, joué par Soon Taik Ho, le lieutenant Hip dans le Bond « L'homme au pistolet d'or ». Il est ici le tueur détraqué Vic Tanaka.

Rhoades va se faire pincer car le lien entre toutes les victimes est une station service où chaque mercredi, le lavage est gratuit. Et pour cela, Tanaka, employé à la station, possède les clefs des clientes.

Or Marie, la femme de Jerry Rhoades, ne conduisait pas. Ce dernier s'arrange pour mener une enquête parallèle et comprend que Tanaka recherche une prostituée qui s'est retirée du métier et mariée. Son mari ne sait rien. Rhoades donne l'adresse à Tanaka, qui s'évertue en tuant des femmes à les maquiller comme Cathy, la prostituée. Il tend un traquenard à Tanaka et le tue, mais McGarrett n'est pas dupe et arrête Jerry : meurtre avec prémédiation : "Bouclez-le Danny".

Par son sujet, l'épisode est un semi remake de « Meurtre amour et poésie » aka « Angoisse », autre épisode diffusé par FR3 et qui a changé de titre (03-12).

Retour à l'index


4. VOYAGES ORGANISÉS
(3000 CROOKED MILES TO HONOLULU)

Cet épisode a été diffusé en janvier 1976 sur Antenne 2 face à "Samedi est à vous" à 13h30 et rediffusé depuis régulièrement. Il met en scène un professeur escroc, Ambrose Pierce (Buddy Epsen, vedette de The Beverly Hillibillies, série culte aux states).

À Denver, un camion transportant un million de dollars en chèques de voyage est attaqué au bazooka. Les deux convoyeurs sont brûlés vifs. Le professeur Pierce récupère 500 000 dollars qu'il donne à une bande de touristes pour les écouler à Hawaï.

Son plan est bien au point puisqu'il fait tuer la secrétaire de Frank Okawa (Tommy Fujiwara) qui était chargée de communiquer les numéros de traveller chèques volés aux commerçants.

L'un des touristes, malade, provoque la panique dans l'équipe de Pierce. Il délire et parle des chèques. Il est vite abattu dans sa chambre d'hôpital.

La mort de la secrétaire d'Okawa et celle du touriste mettent McGarrett sur la piste du professeur Pierce. Il comprend rapidement la combine.

Au moment de repartir à bord de leur avion, le commandant de bord se retourne : c'est Steve McGarrett qui arrête tout le monde d'un coup : « Aloha, bienvenue à Hawaï ».

Un excellent suspense distillé à partir d'un scénario impeccable et original.

Retour à l'index


5. LE PIGEON
(TWO DOVES AND MR HERON)

Épisode diffusé par Antenne 2 au début 1976 le samedi (Comme "Air cargo", "Le pendentif", "Course contre la mort", "Dernier avertissement", en tout 24 de diverses saisons et avec un générique semble-t-il perdu à jamais dans lequel on voit Jack Lord, puis aucun de ses hommes, remplacés par des vues de Honolulu, et plusieurs plans sur les monuments).

Dans cet épisode, deux hippies s'attaquent à un touriste, Edward Heron (Vic Morrow, mort tragiquement en 1982 sur le tournage de « La quatrième dimension »). Morrow avait un potentiel pour jouer les personnages de méchants, voir à ce titre le rôle qu'il tenait dans la série « Hunter » avec James Franciscus et Linda Evans en 1979 en espion est-allemand responsable de la mort de la petite amie du héros (ne pas confondre avec l'autre série « Rick Hunter » ). Les hippies ont assommé Heron et volé son portefeuille contenant une clef.

Chin Ho interroge Heron à l'hôpital, et il est surpris que ce dernier ne veuille pas porter plainte. Cela l'intrigue.

Danny demande à McGarrett une faveur au sujet d'une jeune fille vaguement parente qui a fugué. Pendant ce temps, Heron se sauve de l'hôpital.

La clef est celle d'une consigne dont le hippie se sert pour récupérer une mallette. Les empreintes prises à l'hôpital révèlent que Heron a fait un détournement de fonds de 250 000 dollars.

Le hippie, Ryan, est joué par John Ritter (1948-2003), sa copine Cleo par Dianne Hull, perdue corps et biens pour le métier depuis 1991.

Or Cleo est la fugueuse que recherche Danny. Les deux histoires s'entrecroisent à merveille, donnant un suspense constant.

Vic Morrow joue à la perfection le tueur sadique à la recherche de son magot. Il retrouve une fille qu'il prend pour Cleo et bat la jeune fille. Il la tue accidentellement et met le feu.

Danny apprend la nouvelle. Mais il respire en apprenant par le légiste que le cadavre de la fille calcinée n'est pas celui de Cleo. Danny et Heron recherchent Cleo qui va quitter Hawaï pour Hong Kong. Un prêtre aide Danny grâce à une amie de Cleo. On apprend que Brenda, qui a brûlé, était une amie des deux filles. Les deux fuyards veulent gagner Katmandou après Hong Kong. Mais Heron est sur leurs traces à l'aéroport.

Ryan est arrêté par la police. Il fuyait sans ce soucier de Cleo malgré un coup de fil de Heron lui donnant un rendez-vous.

Finalement, Heron est blessé à la jambe par McGarrett et arrêté ainsi que Ryan. McGarrett laisse filer Cleo qui dit cependant à Danny ne pas être prête à retourner chez ses parents tout de suite. Une fin un peu en demi-teinte.

Un épisode de l'âge d'or de la série.

Retour à l'index


6. TIREUR D'ÉLITE
(...AND I WANT SOME CANDY AND A GUN THAT SHOOTS)

Un jeune homme achète un fusil et des munitions, puis il s'installe sur une colline et tire sur les pneus d''une automobiliste qui prévient la police. Il abat alors les deux policiers. L'un d'eux est tué sur le coup. McGarrett installe un véritable siège au bas de la colline.

On ne sait rien des motivations du tueur. Des hélicoptères partent en reconnaissance.

Ce genre d'épisode, en respectant l'unité de lieu ("Le roi de la colline" 01-14 ou "Pianolo" 03-15), ne donne pas en général de grandes réussites Exercice de mise en scène certes, mais au niveau du scénario, cela donne rarement des perles.

Chin Ho identifie le propriétaire de la voiture laissée au bas de la colline : William Thomas Shem (Michael Burns), un type déjà interné en hopital psychiatrique pour avoir tiré au hasard lors de la guerre du Vietnam, puis sur les fenêtres du dortoir des filles d'une université. Il était considéré comme "guéri"...

Un officier de Five-O en congé, Paul, ne peut s'empêcher de venir prêter main-forte contre l'avis de McGarrett. Il est grièvement blessé. McGarrett passe un sacré savon au psychiatre qui a libéré Shem. Jack Lord, dans les scènes de colère, excelle. Peu après, Kono apprend à Steve que Paul est mort.

L'épouse, Sue (Annette O'Toole, la mère de Clark dans "Smallville"), est amenée sur les lieux. « Il était tellement gentil, il avait l'air si tendre ». Il ne s'est pas intéressé à sa femme pendant la nuit de noces, allant téléphoner à sa mère. McGarrett tente de trouver Mme Shem mère. Le suspense finit par combler un scénario peu original.

McGarrett oblige la mère, Ann (Jeanne Cooper, Katherine Chancelor dans "Les feux de l'amour"), à venir sur les lieux de l'assaut. McGarrett se rend compte qu'elle est incestueuse, ne veut pas admettre la réalité, et traite sa belle-fille de prostituée.

Danny part à l'assaut mais est blessé. Il réussit à tuer le fou. McGarrett s'approche du cadavre et, consterné, voit que le tireur avec ses balles avait écrit "Mom" (Maman) entouré d'un coeur. Un fils que sa folle de mère prétendait ne pas connaître.

L'excellente mise en scène de Michael O'Herlihy permet à l'épisode d'accéder aux trois melons.

Retour à l'index


7. AIR CARGO
(AIR CARGO DIAL FOR MURDER)

Cet épisode fut diffusé la première fois un samedi d'avril 1976 par Antenne 2.

Un employé de la sécurité de l'aéroport, Jerry Turner (Ward Bensen), qui travaillait pour les services secrets dirigé par Cook (Barney Phillips), meurt écrasé par un chargement. C'est un meurtre.

McGarrett commence son enquête et ses soupçons se portent sur un chinois, Mr Ling (James Hong), un ingénieur mécanicien. Ce dernier refuse de croire à la thèse du meurtre.

Peu après, Ling rejoint un homme, Al Sullivan (Don Chastain), avec lequel il dirige une organisation criminelle. Ling désapprouve le meurtre de Turner, et, mort de peur, il quitte le groupe. McGarrett étudie toute la liste du personnel de l'aéroport.

Dès sa première diffusion, cet épisode m'avait paru assez complexe et ennuyeux. On retrouve Ling mort étranglé dans un container. La piste mène à Anita Coolman (Marion Ross - la mère dans "Les jours heureux").

Grayson (Michael Strong), dont la femme Joanna est gravement malade, attendait des médicaments ; le paquet a été volé et il se plaint à McGarrett. On le voit, cette intrigue est de plus en plus embrouillée après avoir mal commencé. Quant à Joanna Grayson, la malade, Chin Ho la trouve morte.

McGarrett enquête sur Anita dont le compte bancaire révèle des versements réguliers d'origine inconnue. Elle a fait l'objet d'un chantage suite aux problèmes de drogue de sa fille Cynthia. Anita dans le réseau devait communiquer à une voix inconnue les frêts assurés au delà de 20 000 dollars. Pour ne pas aller en prison, elle donne à Steve le numéro de téléphone d'un répondeur qui sert de contact au réseau de trafiquants.

McGarrett demande au mari veuf de Joanna d'expédier des pièces de collection pour un montant assuré important. Grayson accepte, mais ivre de vengeance, il met de la dynamite dans le colis qu'il prépare. McGarrett découvre qu'un collègue de Jerry Turner, John Malcolm, (Bill Bigelow), détourne le colis. Il suffit de suivre la piste. Pour l'occasion, Chin Ho se déguise en livreur. Corinne (Patricia Herman), l'employée de Grayson, découvre que son patron a mis de la dynamite dans le colis pour venger sa femme. Corinne prévient la police : la caisse de jade contient une bombe.

Le colis arrive chez Al Sullivan, le chef de la bande, que McGarrett sauve de la bombe avant de l'arrêter. Episode pas passionnant en 1976 lors de la première vision, et qui ne s'est pas bonifié en vieillissant.

Retour à l'index


8. POUR UN MILLION DE DOLLARS
(FOR A MILLION... WHY NOT?)

Épisode diffusé par FR3 le dimanche à 19h30 en 1975 parmi les douze programmés à partir de février.

L'épisode commence par un cambriolage assez classique. Lors de ce dernier, un malfaiteur simule un malaise.

Encore une fois (la troisième), Al Harrington joue un gangster nommé Noonan. Ceux qui regardent la série dans le désordre ne doivent pas comprendre pourquoi Ben Kokua (à partir de la saison 5) joue les malfaiteurs ! Et la France a toujours programmé Hawaï police d'État dans le désordre.

On retrouve Sam Melville, comédien qui depuis un épisode du "Fugitif" avec David Janssen est une "gueule" des séries américaines de l'époque. Il est ici Hawkins.

Carlson qui a imprimé des faux billets est tué par les faussaires Hawkins et Noonan. Or, Carlson est joué par Glenn Cannon qui sera dès la saison suivante le procureur Manicote jusqu'en 1977.

Hawkins est un ancien du Vietnam aigri de se faire traiter de monstre par les hippies. Il a été blessé à la guerre et veut prendre sa revanche.

Carol (Leigh Christian) fait partie du gang et a laissé un mot à son avocat dénonçant Hawkins et la bande s'il lui arrivait un accident. On le voit, la confiance règne chez les truands.

Noonan et Hawkins attaquent avec un camping-car un fourgon de convoyeurs de fonds sans faire de quartier. Les deux convoyeurs sont abattus froidement.

Notons que la jolie Leigh Christian qui a arrêté sa carrière en 1987 semble s'être fait une joie de jouer les guest dans les pires séries de la télévision américaine. Elle a un palmarès éloquent : "Rick Hunter", "Hooker", "Vegas", "L'homme qui tombe à pic", "Le signe de justice" avec Dark Rambo... Eh oui, il y en a qui vivent sous une mauvaise étoile et ne tirent que les mauvaises cartes.

Grâce à une anagramme, Chin Ho, Danny, et Kono découvrent le nom de l'entreprise d'où agissent les malfaiteurs. Ils s'y rendent aussitôt.

A bord d'un camion, les tueurs ont camouflé le fourgon complet avec un million de dollars. Ils sont vite cernés par l'équipe Five-O. Hawkins et Noonan tentent de fuir et meurent brûlés vifs dans le camion des convoyeurs.

Un épisode que je n'avais pas revu depuis longtemps et qui ne vaut pas plus de deux melons.

À noter que Jack Lord est pas mal absent de cet épisode, censé assister au procès d'un caïd, Johnny Pata, qui prend la perpétuité. Sans doute une astuce pour laisser quelques vacances au comédien.

Retour à l'index


9. QUI A TUÉ MELISSA ?
(THE BURNING ICE)

Le premier samedi de juillet 1976, Antenne 2 nous offrait en début d'après-midi cet épisode.

McGarrett enquête sur le meurtre de Melissa, la femme du docteur Southmore (Jackie Cooper). Nous retrouvons à nouveau l'acteur local Tommy Fujiwara, qui a accumulé le plus d'apparitions dans la série. Il est ici Charlie Ling.

Une petite touche de nostalgie nous atteint avec la voix française de Jackie Cooper, le regretté Serge Sauvion, voix de ce cher Columbo-Peter Falk qui nous a aussi quitté.

Charlie Ling, receleur, achète les bijoux de Melissa Southmore pour 1000 dollars. Ils en valent dix fois plus.

Le docteur n'est pas inconsolable : il a une maîtresse, une jolie infirmière, Betty, et voulait divorcer. McGarrett découvre que le docteur Souhtmore possède l'arme du crime.

Charlie Ling "vend" le voleur à McGarrett, un certain David Harper (Lou Antonio). Il est arrêté par l'équipe de Five-O. Danny et Kono se rendent chez l'épouse de Harper.

Harper avoue le crime et le vol des bijoux, mais McGarrett n'est pas convaincu. L'affaire lui paraît trop simple.

Harper meurt d'une hémorragie célébrale, il se savait condamné par une leucémie. La veuve défend la mémoire de son mari, elle estime qu'il n'a pas tué Melissa. McGarrett enquête sur le passé de David Harper. Il fait fouiller la rivière aux alentours du crime, puis il rend visite à Southmore dans son garage : A-t-il déjà vu Harper ? Le médecin comprend que Steve n'est pas satisfait.

McGarrett et Chin Ho continuent l'enquête et découvrent que Harper ne pouvait être sur les lieux du crime à l'heure voulue. De plus, le docteur connaissait Harper et la gravité de son cas.

Steve accuse le docteur Southmore du meurtre de sa femme et d'avoir acheté les aveux de Harper en lui demandant de voler les bijoux. Il tente de tuer Steve avec un moteur suspendu dans son garage mais se fait boucler par l'équipe à la sortie.

"Bouclez-le Danny".

Un gros regret : la jolie Betty restera à jamais une inconnue, elle n'est pas créditée au générique.

Retour à l'index


10. KAMEHAMEHA
(REST IN PEACE SOMEBODY)

"Kamehameha" a été diffusé en mars 1976 sur Antenne 2 le samedi après midi.

Cet épisode renverse le schéma de la série : McGarrett ne fait pas une enquête sur un meurtre mais est menacé, ainsi que toute son équipe. Kono trouve une photo dans son réfrigérateur, Chin Ho un message disant que le garage où se trouve la voiture de sa femme est piégé, Danny que sa voiture va exploser, et McGarrett un message selon lequel dans 51 heures quelqu'un va être assassiné. Le mystérieux correspondant a aussi adressé une clef par la poste.

L'homme joue au chat et à la souris. Il a signé ses lettres Mona. L'équipe de Five-O fait appel au psychiatre du service qui pense que Steve est la personne visée. Et que le persécuteur se croit tellement intelligent qu'il brouille les pistes avec un possible attentat contre une tierce personne.

Mais grâce à la clef, McGarrett comprend que la personne visée est le gouverneur (Richard Denning), pour le jour de la fête nationale. Richard Denning (1914-1998) fut interviewé en Californie en fauteuil roulant par James McArthur en 1996 pour le documentaire "Souvenirs d'Hawaii". Il déclara qu'il ne regardait plus "Hawaï Police d'État" : il avait les cassettes mais les avait vues deux fois et en avait assez. Pourtant, si nous nous souvenons de Denning, c'est bien pour un seul et unique rôle : le gouverneur de "Hawaï police d'État".

Lors d'un des messages, le correspondant anonyme se trahit et McGarrett comprend qu'il s'agit de Bill Cameron (Norman Alden), un policier de la brigade de la route qui faisait des mauvais traitements sur les suspects : Steve l'avait fait passer en conseil de discipline. Nous voyons un flashback, mais jamais dans la série nous n'avons vu cette histoire. Un peu comme lorsque le passé de Purdey surgit dans l'épisode des "New Avengers" : "Obsession".

La mission de Steve est donc de sauver le gouverneur contre ce policier révoqué ivre de vengeance. Mais Cameron a pris la place d'un des gardes en le mettant KO. Il tire dans le dos du gouverneur à son passage, mais ce dernier était revêtu d'un gilet pare-balles.

"S'il n'est pas mort, pourquoi aurais-je fait tout ça? " murmure Cameron mourant à Steve après que Danny l'ait abattu.
"Et oui, pourquoi ?" est le mot de la fin de McGarrett.

Retour à l'index


11. MARCHÉ DE DUPES
(A MATTER OF MUTUAL CONCERN)

Branlebas de combat à Hawaï après la découverte du corps d'un mafioso du continent qui a été torturé, Francis McCoy. Steve doit empêcher qu'une gigantesque guerre de gangs ne s'installe sur l'île.

Steve soupçonne Tasi (Manu Tupou) qui est le principal suspect. Un géant peu commode. Puis c'est une visite à Li Wing. Dans ce rôle, on retrouve ici David Opatoshu (1918-1996) après "Face au dragon" (01-16). C'est l'un des autres parrains de la mafia sino-hawaïenne. Tasi et Li Wing commencent à se reprocher l'un et l'autre la mort de McCoy.

Il s'agit d'un épisode diffusé en 1989 par TF1, la chaîne reprenant à la fois des inédits et des épisodes multi-diffusés. Les fans de la VF reconnaissent les doublages à la va-vite de TF1. Ainsi, l'homme qui renseigne Tasi ne bouge pas les lèvres alors que nous entendons une réplique en français : "Je dis toujours la vérité lorsque cela ménage mes investissements" !

Peu d'action et beaucoup de parlottes dans l'épisode. Steve arrête Tasi après une poursuite en voiture. Dans le coffre, on trouve "le samurai", un tueur envoyé par Li Wing.

Hirsch, l'homme du Syndicat du continent, est joué par un comédien non crédité au générique et qui a l'air d'un abruti complet. McGarrett l'intercepte à l'aéroport et le renvoie illico presto chez lui.

Steve découvre que l'on a fait accuser Tasi du meurtre de McCoy. Il soupçonne les chinois d'avoir fait alliance avec la mafia du continent. Mais il comprend que les factions rivales vont s'entretuer et il se contente de compter les coups, tant que les meurtres ne visent que des caïds.

Une rencontre entre truands a lieu : Li Wing désire se retirer et partir à Taïwan. Mais son concurrent Kim Lo Lang (Marc Marno) veut tout sans rien débourser. Grosse erreur de l'épisode : lorsqu'un truand va en tuer un autre, il lui récite toute une tirade. Ainsi Kim Lo Lang vient réciter toute une litanie à sa future victime, il laisse tout le temps à McGarrett de l'abattre. Kim avait conclu un accord avec le parrain du continent pour se partager Hawaï.

Steve donne un billet aller simple à Lin Wing pour Taïwan.

Retour à l'index


12. NEUF, DIX MORTS
(NINE, TEN, YOU'RE DEAD)

Retour du comédien Albert Paulsen après "L'ours en peluche" (02-04) et "L'affaire du Guarnerius" (03.05).

Cet épisode sur le monde de la boxe rappelle un peu "Son dernier round" (01-19). Paulsen est ici Matt Edmonds. Son poulain a été blessé et il veut se venger. Un ex-boxeur a écrasé la main d'un jeune prometteur, aussi a-t-il à ses trousses la police et Edmonds.

Nous assistons ici à un jeu du chat et de la souris entre un homme puissant et dangereux et un ex-boxeur malade en fuite, mais la souris n'est pas celle que l'on croit.

Albert Paulsen joue ici le manager d'un boxeur mafieux, son jeu frise l'hystérie. Il est menaçant autant qu'un serpent venimeux. Ses amis le supplient de ne pas déranger le Syndicat du crime pour une petite affaire, mais par orgueil, il ne les écoute pas. Cela lui coûtera la vie car le tueur blondinet effeminé que la mafia envoie est pour Edmonds, et non pour l'homme qui a blessé le champion prometteur. On ne dérange pas pour rien le Syndicat du crime, c'est une règle d'or.

Willy Stone (Moses Gunn) a brisé les mains du jeune boxeur Robby Davis (Henry Porter) pour éviter qu'il ne devienne comme lui la proie des gangsters et ne souffre des douleurs atroces que lui connaît pour avoir trop pratiqué ce sport destructeur.

Dans cet épisode, Steve et ses hommes ont toujours un tour de retard, ils assistent un peu en spectateurs au drame, mais sont là pour sauver Stone dans la dernière scène une fois Edmonds éliminé de deux balles de sang-froid. Par contre, curieuse idée de faire jouer le tueur du Syndicat par un bel éphèbe blond aussi peu crédible que Andreas Wisniewski en terroriste Necros dans le Bond "Tuer n'est pas jouer".

Retour à l'index


13. KAILIMOKU
(IS THIS ANYWAY TO RUN A PARADISE?)

En 1991, dans l'émission "Continentales", Alex Taylor demande à Alain Carrazé quel est le meilleur épisode des Avengers ? Tout le monde s'attend à ce qu'il cite un épisode avec Diana Rigg. Et là, comme une évidence, il cite "Jeux", un épisode de la saison 6.

Et pour "Hawaï police d'État", la même évidence existe. Il y a un épisode qui, toutes saisons confondues, est un tel joyau de suspense, humour, mystère, où "tout y est", que l'on ne peut que le citer, c'est "Kailimoku".

L'épisode est diffusé la première fois en France sur Antenne 2 en juillet 1977, un dimanche avec un autre chef d'oeuvre, "Le Lieutenant Ralston" la semaine suivante. Ralston sera bientôt abordé puisqu'il clôture la saison 4. A2 avait acheté 26 épisodes et diffusé de janvier à juillet 1976 24 du lot face à "Samedi est à vous", les deux restants durent attendre un an pour être programmés.

Kailimoku préfigure le terrorisme écologique. C'est un épisode qui commence comme une plaisanterie et finit en tragédie. Un homme a décidé que la pollution de l'île d'Hawaï devait cesser. Au début, il s'attaque à un incinérateur, et cela inspire presque de la sympathie à l'équipe de McGarrett. L'homme a réussi un exploit en grimpant le long d'une cheminée et en bouchant un incinérateur. Il laisse comme signature un masque avec une plume jaune.

Aussitôt Kono fait le rapprochement avec Kaili, une divinité locale. Un dieu hawaïen est-il sorti de sa légende pour venir frapper les pollueurs américains ?

Tandis que Kono parle près de l'incinérateur, un fondu enchaîné nous montre un camion conduit par Kailimoku sur une autoroute, il deverse des déchets (sa cargaison complète) devant le palais du gouverneur.

Mais très vite, Kailimoku n'en reste pas là. Après un premier avertissement, le dieu de la guerre s'en prend à un avion qui jette des produits chimiques sur un champ. Cette-fois, il tire sur l'avion et manque tuer le pilote, même s'il sort le pilote de l'avion en flammes. Désormais, McGarrett déclare la guerre à Kailimoku.

McGarrett enquête auprès du parti écolo local et obtient la liste des membres. L'épisode jongle avec les notions de bien et de mal, qui est le gentil, et le méchant ? Après tout McGarrett défend la pollution, et Kaili la nature et la sauvegarde de l'île.

Le scénario de Bill Stratton synthétise en un épisode tout ce qui fait le succés de Hawaï police d'État. Et la réalisation de Michael O'Herlihy relève du pur chef-d'oeuvre. Il nous montre sans qu'on le voit Kaili à tous les coins de rue.

Le pilote raconte que c'est un géant musclé qui l'a sorti des flammes après avoir tiré sur l'avion.

L'enquête se dirige vers chacun des militants écolos. Cet épisode, tourné en 1971, pose en fait la question de la fin et des moyens, et disons le mot, du terrorisme.

Kono, par hasard, rencontre l'un des membres, un moniteur de gym qui a la carrure d'un potentiel Kaili, un nommé Akua Molo (Nephi Hanneman).

McGarrett reçoit dans son bureau un hippie illuminé qui se rend et demande que l'on convoque la presse. Danny le dirige vite vers... un hopital psychiatrique. Cette fausse piste humoristique nous permet de souffler entre deux moments de suspense.

Car Kaili continue. Un pollueur notoire passe à la télévision, il ne parle que de profit. Kaili le met sur sa liste de condamnés à mort. Bien que l'homme, Lai Han (Richard Morrison) soit protégé, Kaili arrive par la mer dans sa villa et lui brise le cou.

Kaili s'en prend ensuite au sénateur Patterson (Fred Titcomb) mais des voitures de police précèdent et suivent la voiture du sénateur.

Entre temps, l'équipe de Five-O découvre que le patron du moniteur de gym a menti et donné un faux alibi à Akua Molo, qui n'est donc autre que Kaili.

La police cerne Akua Molo dans un champ de cannes à sucre et y met le feu. Akua Molo/Kaiki préfère mourir brûlé vif que de sortir. De rage, Kono jette le masque du dieu de la guerre dans les flammes.

Multi diffusé depuis 1977, cet épisode est la perle rare à ne pas manquer de toute la série. Un véritable chef d'oeuvre de suspense. Un grand moment de télévision.

L'épisode a été tourné en extérieurs à Waimanalo, à O'ahu, sur l'autoroute Kalanianaole et dans l'Anderson Estate.

Retour à l'index


14. MASCARADE
(ODD MAN IN)

Cet épisode marque la seconde et dernière apparition de Lewis Avery Filler, que McGarrett avait arrêté dans "Le voleur au monopoly" (03-11). Ce voleur sympathique qui se déguise est interprété par un intime d'Alfred Hitchcock, Hume Cronin. Il semble qu'il était prévu de faire revenir de façon récurrente Filer, mais - et c'est bien dommage - l'aventure s'arrêta là. La production tenta bien de lancer un personnage similaire avec un autre acteur dans le dernier épisode la saison 6 "L'homme au cent visages" ("30 000 rooms and I have a key") mais le succès cette fois ne fut pas au rendez-vous.

On se souvient que dans "Le voleur au monopoly", l'histoire se terminait par l'arrestation de Filer après qu'il ait défié en long et en large pendant cinquante minutes la police d'État. Filer constitue une exception dans la série, c'est l'un des rares "gentils méchants" si l'on peut dire.
Les autres tentatives de ce genre se solderont par des échecs, ainsi le naif professeur de "Coup de tonnerre atomique" (06-12) qui mourra de ses "bonnes intentions". Mais Filer est drôle, et cela en fait un personnage quasi unique dans les méchants de la série.

Véritable Frégoli, il se déguise plus vite que son ombre. Pourtant, Filer est un homme sans éclat, plutôt petit et passe-partout. Un ancien employé d'une compagnie d'assurances jeté au chômage et qui veut une revanche sur la société en dégotant le gros lot.

Dans cette séquelle du "Voleur au monopoly", Filer s'évade sans trop de mal et dérobe quatre millions de dollars, représentant une réserve de drogue. Bien entendu, comme une fatalité, McGarrett sera là dans les dernières images de l'épisode pour mettre un terme aux rêves de Filer qui beau joueur, se laissera arrêter.

Comme dans "le voleur au monopoly" et plus tard dans "L'homme aux cent visages", ce n'est pas tant l'intrigue mais le climat assez humoristique qui prédomine. Il faut dire que Filer ne tue pas (comme Arsène Lupin, mais sans avoir le panache d'un gentleman cambrioleur) et qu'au fond, il n'est pas dangereux. Ce sont presque des missions de "repos" pour l'équipe de McGarrett habituée à bien pire (La saison 4 va se terminer par l'un des bad boys les plus détraqués de toute la série, "Le lieutenant Ralston").

Un bon moment en compagnie de Hume Cronin (1911-2003) qui après avoir été l'un des plus fidèles d'amis de Sir Alfred fut la vedette des deux films "Cocoon". Cronin fit toujours "vieux avant l'heure", ce qui lui permit de jouer des rôles variés dès le début de sa carrière. Et avouons le, il est rare qu'un ennemi fasse sourire Jack Lord.

Retour à l'index


15. VERTIGE
(BAIT ONE, BAIT TWICE)

Cet épisode a été diffusé la première fois par TF1 en 1989, et en le voyant, on comprend pourquoi il n'a pas été acheté avant. Une jeune femme, Betty Landers (Loretta Switt de "M.A.S.H.", déjà présente dans "Assurance sur les morts" 02-01 et "Alerte à Hawaii" double épisode 02-23 et 02-24), tente de se suicider. Elle s'aventure sur une corniche d'immeuble. Mais elle ne se jette pas dans le vide, et pendant une trop longue partie de l'épisode, McGarrett va devoir la sauver.

Il s'agit en fait d'un piège destiné à tuer son fiancé. Un tireur avec un fusil à lunettes guette la fenêtre. Dès que l'homme paraît, il est abattu. McGarrett va devoir ensuite protéger Betty du gang.

On ne sait trop si c'est dû au doublage à la va-vite, mais ces épisodes de TF1 en VF sont immédiatement reconnaissables, la voix française de Jack Lord a légèrement changé, la prise de son ne semble pas très naturelle par rapport aux autres épisodes doublés et diffusés depuis 1973.

À noter la présence dans l'épisode de Malachi Throne (le chef de Al Mundy dans "Opération vol") qui reviendra dans "Qui êtes-vous Monsieur Winkler ?" (05-19), une intrigue d'espionnage alambiquée. En dehors d'"Opération Vol", Throne a le plus souvent joué les malfrats. Il joue ici le rôle de Bonamo.

Cet épisode très statique est vite ennuyeux. Betty a absolument voulu la présence de son fiancé pour ne pas se tuer, or l'homme faisait partie du programme de protection de témoins. Il était sous la garde du procureur Manicote. Il est joué par Glenn Cannon, comédien qui a déjà joué plusieurs fois dans la série, mais il va devenir ce personnage récurrent jusqu'en 1977, où il l'abandonnera. Avant, il a joué d'autres rôles dans "Chantage" (02-20), le boulersant pamphet anti-guerre du Vietnam "Tuer ou mourir" (03-17), et "Pour un million de dollars" (04-09). Le pauvre téléspectateur français, avec la diffusion de la série qui se déroula toujours dans le désordre, retrouve ainsi des visages familiers tantôt dans des rôles d'un jour, tantôt dans des rôles récurrents. Glenn Cannon participera en personnage récurrent dans "Magnum" après son départ d'Hawaï Police d'État.

Quant à l'épisode, il ne brille pas par ses qualités, et l'on trouvera beaucoup mieux dans la catégorie protection de témoins avec "Merci pour la lune de miel" (05-15). Deux melons tout juste.

Retour à l'index


16. UNE VIE POUR 90 SECONDES - PREMIÈRE PARTIE
(THE NINETY-SECOND WAR - PART 1)

Épisode en deux parties qui commence par un spectaculaire accident dans lequel McGarrett est coincé dans une voiture. À travers le pare-brise cassé, nous voyons le visage de Danny Williams, scène pourtant hideuse mais qui sera retenue pour présenter le comédien James McArthur au générique des saisons suivantes.

Cet épisode nous permet de retrouver Wo Fat avec une intrigue certes pleine de rebondissements mais aux limites de la crédibilité. Un sosie parfait de McGarrett, fruit de la chirurgie esthétique mise à disposition par l'espion chinois, permet de compromettre le chef de l'équipe Five-O, partant pour la Suisse où il dispose d'un compte en banque secret.

Comme souvent, les épisodes doubles traînent un peu en longueur (Ici l'extraction de Steve de la voiture accidentée par les pompiers et Danny). Cet épisode rappelle un peu "Le cocon" (Pilote de la série) ou ultérieurement "Le vol du prototype" (05-05).

L'épisode se termine en cliffhanger avec la rencontre entre McGarrett et son sosie qui trouve la mort. On ne sait pas trop où les scénaristes veulent en venir, d'où l'obligation de vite regarder le second volet.

L'intrigue est toutefois artificiellement étirée sur deux segments alors qu'un seul aurait suffi et aurait permis plus de suspense et d'action.

Retour à l'index


17. UNE VIE POUR 90 SECONDES, DEUXIÈME PARTIE
(THE NINETY-SECOND WAR, PART 2)

CBS commence par nous rappeler toutes les scènes importantes de la première partie, on gagne ici du temps pour "meubler" ! Donald Pleasence fait son apparition dans le rôle de Hans Vogler, savant allemand sous la coupe de Wo Fat. Ce nom de Vogler rappelle la série "Le Saint" avec Adolf Vogler/George Murcell, mais aussi l'incarnation de Pleasence en Blofeld dans "On ne vit que deux fois", même si ici Pleasence nous joue le rôle de façon plus sobre que lorsqu'il était le chef du SPECTRE.

Dans cette seconde partie, nous allons apprendre le nom du gouverneur joué par Richard Denning, qui est "Paul Jameson". On retrouve le comédien Tim O'Connor de la série "Peyton Place" dans le rôle de Jonathan Kaye. Toute l'histoire en fait a eu pour but de laisser 90 secondes à Wo Fat pour paralyser le système anti-missile américain et permettre l'envoi d'une roquette chinoise contre Honolulu sans être détecté. Au final, McGarrett l'en empêche, mais une fois de plus Wo Fat prend la fuite. Tout ceci a un air de déjà-vu dans la série.

Ce genre d'épisodes, à la différence des intrigues policières, a pris un sacré coup de vieux. Mais il faut replacer la série dans le contexte de son époque.

Retour à l'index


18. VIOL
(SKINHEAD)

Cet épisode aborde le thème du viol, qui reviendra dans la saison 6 avec "le refoulé" (06-21) où Katherine Justice sera violée. Ici c'est une jeune chinoise, Nora (Miko Mayama), qui subit le drame.

Les soupçons de Steve McGarrett se portent sur un militaire, Mitch Keller (Lee Paul), qui a eu une rixe avec la jeune femme dans un bar. Or, ce soldat cache un secret inavouable : il est totalement impuissant. Il continue de payer depuis sa caserne le chirurgien qui a vainement tenté de l'opérer. Mais pour être selon ses concepts "un homme", il va se laisser accuser et même tenter de convaincre le coupable de l'accuser.

Dans l'épisode datant de 1972, l'avocat Tosaki (Kwan Li Him) essaie de démontrer que Nora était consentante car elle a déjà eu des relations sexuelles avec d'autres amis. Témoignage d'une époque où la victime d'un viol paraissait être une accusée.
À noter que dans le documentaire "Souvenirs d'Hawaii" de 1996, on découvre que Kwan Li Him, qui a tourné des petits rôles dans de nombreux épisodes, était un véritable avocat. Ses confrères se moquaient de lui parce qu'il jouait dans "Hawaï police d'État".

Au procès, on retrouve le procureur Manicote (Glenn Cannon) qui sera un complice de McGarrett jusqu'en 1977.

Luke, un client du bar présent peu avant le viol (Murray McLeord), avoue que Keller l'a menacé de mort, et au procès, il vend la mèche accusant le soldat. Steve découvre que Keller a quitté l'armée pendant dix-huit mois, période où il a eu son accident qui l'a rendu impuissant. Mitch Keller dans cet accident de la route est devenu impuissant après avoir suivi quatre opérations d'un chirurgien canadien. McGarrett, avec des boutons de chemise arrachés par Nora, arrête Luke. Bouclez-le Danny !

Mais McGarrett s'interroge : pourquoi Keller a risqué 25 ans de prison ? "Parce que je ferai tout pour qu'aucun gars de la base ne découvre que je ne suis plus un homme".

"Un homme. répond Steve, vous connaissez le sens de ce mot ; non, vous n'en avez aucune idée !"

Retour à l'index


19. UNE BALLE PERDUE
(WHILE YOU'RE AT IT, BRING IN THE MOON)

Steve McGarrett est enlevé par les hommes de main du milliardaire Morgan Hilliard (Barry Sullivan, abonné aux rôles de milliardaires puisqu'il était Jordan Braddock, le premier poursuivant de "L'immortel" Christopher George). Hilliard prétend avoir été victime d'une tentative de meurtre par "une balle perdue" d'un de ses concurrents.

Morgan Hilliard évolue au milieu de truands. Parmi eux, on retrouve Ed Flanders ("Alerte à Hawaii") dans le rôle de Byers. Bien entendu, McGarrett n'a pas apprécié le kidnapping et garde un chien de sa chienne envers le milliardaire. Hilliard se réfugie sur son yacht où il a fait transporter Steve et ne veut pas le quitter.

L'épisode tourne vite court et l'ennui nous gagne. On devine qu'il s'agit d'un épisode destiné à meubler la saison de 24 opus. Milton Selzer lui aussi est de retour après "Nous serons des étrangers" dans le rôle de Tabernash.

Beaucoup de bavardages, Danny mène une enquête sur une balle perdue qui a tué quelqu'un. Hilliard libère McGarrett et l'on devine que ce dernier va vite lui donner une leçon de bonnes manières, tout richissime homme d'affaires qu'il est.

Parmi les autres suspects, Mims (H. M. Wynant) qui se soumet au détecteur de mensonge, comme Tabernash, trop émotif. L'intrigue tourne en rond et le télespectateur ne comprend pas où l'on veut le mener.

Hilliard commet la bourde de trop consistant à se cacher dans le bureau de McGarrett qui pourrait bien l'arrêter.

Steve et Danny passent un bon moment à chercher les balles perdues. Il finit par arrêter Byers, ingénieur allemand qui est l'auteur de la tentative de meurtre sur Hilliard. Byers tient en joue McGarrett et s'apprête à fuir en hélicoptère, mais il se fait capturer. Magnanime, Steve n'en veut pas à Hilliard de l'avoir enlevé et accepte qu'il le remercie.

Deux melons à peine.

Retour à l'index


20. RÈGLEMENT DE COMPTES
(CLOTH OF GOLD)

Le propriétaire d'une agence immobilière meurt empoisonné par des fruits de mer le jour de son anniversaire. Mingo (Jay Robinson) était un homme d'affaires véreux et avait deux associés, Wallis (Jason Evers, vu dans "Mannix", "Les Envahisseurs"...) et Akamai (Ray Danton).

Épisode acheté tardivement par la France (1989), il n'est guère passionnant. Le docteur (Al Eben), lors de l'autopsie, découvre que Mingo a été empoisonné à l'ammonium. Akamai reçoit la même lettre de menace qu'avait eu Mingo.

Il faut avouer que l'épisode n'est guère passionnant. Lors d'une plongée sous marine, Akamai manque être tué par un harpon. Steve découvre que les trois hommes sont des escrocs et vendent de soi-disant palmeraies qui ne sont que des rochers.
À son tour, Akamai est tué. Wallis désormais a peur. Il déclare être la prochaine cible alors que Danny Williams le considère comme le principal suspect.

Le docteur apprend à McGarrett que Akamai a été tué avec du curare qui se trouvait sur son oreiller mouillé d'eau de mer. Nos héros sont fatigués et bavardent avec le docteur sur les différents poisons, dissertant au lieu d'agir. L'ambiance est plate et morose. Kono et Danny découvrent que l'on a tué à partir d'un coquillage appelé "La petite lumière".

Manoa (William Valentine) est un domestique dont la fille a été droguée pour tourner dans un film porno fait par la bande des trois malfrats. Elle est morte il y a cinq ans et il se venge avec le coquillage. Il s'enfuit sur une petite embarcation. La police d'État le poursuit en hélicoptère et en bateau. La poursuite finale s'étire en longueur. Cerné, Manoa se suicide avec son coquillage. Méchant sans relief, intrigue tirée par les cheveux, un épisode vraiment poussif.

Retour à l'index


21. BONSOIR MON AMOUR
(GOODNIGHT BABY, TIME TO DIE)

Attention, il est fait référence ici à une histoire que nous n'avons jamais vue. On présente l'épisode comme s'il était la suite d'une ancienne enquête. Le même procédé a été utilisé pour "Kamehameha" (04-10). Ce procédé fait croire au spectateur qui prend la série en route qu'il existe un autre épisode qu'il n'a pas vu.

Une femme, Carol Rhodes (Beth Brickell,) est menacée de mort par un certain Barker (William Watson). McGarrett parle de sa nomination à la tête du Five-O en 1959 et d'un coup de blues qu'il a eu en 1968 où il a été se reposer en Suisse. L'affaire Barker a eu lieu durant son absence.

Steve apprend que Carol était la maîtresse de Barker (Dans la VF on dit "Barkey"). Il veut se venger d'elle car avant d'être emprisonné pour meurtre, elle l'a quitté pour un autre qu'il a tué. C'est la première apparition de Duke (Herman Wedemeyer), non crédité au générique, et qui suivra Steve jusqu'à la saison 12.

Le fuyard n'a rien d'un méchant de prestige, il ressemble plutôt à un clochard. Quant à Jack Lord, il nous fait un numéro d'homme froid, réticent aux charmes de Carol et aussi à prendre un seul verre d'alcool ; il suscite sa curiosité. McGarrett la soupçonne de ne pas être une oie blanche dans cette affaire.

McGarrett pense que Barker n'a peut être pas tué l'amant de Carol. Nous assistons à long dialogue entre la femme menacée et Steve. Ce dernier se replonge dans l'enquête de 1968 avec des enregistrements d'interrogatoires de l'époque. Steve commence à trouver des preuves accablantes contre Carol, qui s'est contredite dans ses témoignages. Il découvre que le prisonnier évadé a peut-être agi en état de légitime défense et a été manipulé. Barker assomme McGarrett et fait passer la belle aux aveux : c'est elle qui a tué. C'est alors que Steve se relève et explique que tout cela était une mise en scène pour faire avouer la femme : Barker a été mis en liberté avec l'accord du procureur. Bouclez-la Danny !

Retour à l'index


22. RENDEZ VOUS POUR UN MEURTRE
(DIDN'T WE MEET AT A MURDER ?)

Retour (déjà) de l'authentique avocat Kwan Hi Lim, recordman d'apparitions dans la série dans des petits rôles ; rappelons qu'il s'agit d'un vrai avocat, acteur par hasard car il vivait à Hawaï à l'époque. Il est ici Chang, un chef de gang.

On retrouve Simon Oakland, déjà présent dans "Nous serons des étrangers" et "Hara Kiri" dans le rôle d'un caïd appelé Mauritany. En VF, il a la voix du regretté Henri Djanik, vu dans "Peur sur la ville" avec Bébel, et surtout voix française de Kojak.

Une jolie fille, Bonnie (Joanna Barnes), est également de la partie. Avec deux complices, elle abat dans sa chambre d'hôtel Mauritany que McGarrett avait accueilli à l'aéroport sous le nom de Marty.

Trois personnes ont rendez-vous pour commettre un meurtre en se donnant des alibis respectifs. Parmi elle, Bonnie et deux larrons : un faux réparateur de télévision nommé Clem (Morgan Upton), et un homme de la Chambre de Commerce faisant partie du comité d'accueil, Wellman (Bill Edwards).

Évidemment, le réparateur, l'homme de la Chambre de Commerce, et Bonnie se donnent des alibis respectifs, ce qui déroute Danny et Steve. La mayonnaise prend si facilement que l'on se demande comment les scénaristes peuvent parfois nous mitonner de mauvais épisodes. Mauritany était venu acheter une usine de moquettes quand il a été tué. À l'usine, nous retrouvons Chang, notre avocat-acteur.

McGarrett commence à flairer l'embrouille. Chang est trop poli pour être honnête. Chez Chang, Steve tombe sur un repris de justice qui vient d'être libéré. L'épisode nous vaut des déplacements dans des décors naturels assez variés, même si en 1972 (époque du tournage) tout était urbanisé. Chin Ho, surveillant l'usine de moquettes, caché sur un toit, sera la prochaine saison présenté dans cette scène au générique.

Wellman commet l'erreur de contacter Chang, Danny l'arrête, mais il s'évade... pour tomber du haut d'un immeuble. Clem, lui, est victime d'un chantage de la part de Chang pour avoir déserté durant la guerre. Wellman aussi était victime d'un chantage, étant un homosexuel travesti. Enfin, Bonnie a fait tuer quelqu'un et est aussi sous la coupe de Chang.

Steve découvre que l'usine de moquettes jouxte la banque fédérale d'Honolulu et que les criminels dirigés par Chang creusent un tunnel. Mauritany voulait sa part du gâteau et les autres l'ont éliminé. En effet, ils ne pouvaient surenchérir sur le prix qu'allait proposer le truand.

Comme il se doit, tout ce petit monde est arrêté.

Un excellent épisode.

Retour à l'index


23. DROGUE EN MER
(FOLLOW THE WHITE BRICK ROAD)

Avec grand renfort d'annonces, on nous présente cet épisode comme ayant été tourné avec l'aide de la marine américaine. Il a été diffusé une première fois au printemps 1976 sur Antenne 2.

L'épisode met beaucoup en scène le regretté James McArthur qui revêt ici l'uniforme bleu de matelot avec un bob blanc sur la tête. Il a une mine impayable.

Pendant ce temps, Steve et Kono enquêtent sur la mort du marin Albert Woodley. Notons dans l'épisode la présence de David Birney, le héros de "Serpico" (la série). Il est ici un dealer, Dillon. C'est lui qui fournit les marins en drogue. Avec un air cynique qui ne ressemble pas au gentil comédien, il laisse mourir les marins drogués en manque.

L'épisode bénéficie d'une mise en scène grandiose avant le feu d'artifice "Le lieutenant Ralston" qui va conclure la quatrième saison. Les décors du bateau de guerre prêté à la caméra de Michael O'Herlihy sont filmés sous toutes les coutures.

Le docteur (Al Eben) précise à Steve que Woodley est mort d'une dose d'alcaloïde, c'est une plante dangereuse. Elle peut tuer avec une goutte sur une main en sueur.

Danny surprend un marin, Art Salton (Mark Jenkins), en train de se droguer. Jenkins est le comédien qui voulait venger son frère dans "La vieille dame et l'incendiaire" (03-22), suite du "Rat d'hôtel" (01-06). À nouveau, il interprète un personnage tourmenté.

Danny téléphone à Steve pour lui signaler la piste Salton et découvrir qui, à l'intérieur de la marine, deale de la drogue. Sur le point d'être découvert, Dillon donne une dose mortelle de drogue à Salton qui venait réclamer son argent pour se faire soigner à la place.

Danny découvrant que la drogue est cachée dans les extincteurs, trouve la trace de Dillon qui est chargé de leur réparation. Il tient son coupable.

Steve a accosté, et en uniforme militaire, tente de surveiller les opérations depuis un écran de contrôle.

L'épisode nous ménage d'un bout à l'autre un grand suspense, mais le réalisateur en fait un peu trop pour nous montrer des décors certes inespérés pour une série télévisée.

Dillon se fait piéger par la vidéo-surveillance, mais auparavant, Steve et Danny doivent se contenter de la capture d'un simple "contact".

Le contact livre le colis de drogue à Dillon que suit l'équipe de Five-O. McGarrett troque vite son uniforme contre une chemise bariolée de touriste. Et c'est ainsi que Dillon et son master chief se font pincer. "C'est mon argent", proteste le chef de Dillon.

"Ah oui, répond Steve, vous en profiterez après avoir purgé votre peine dans cinquante ans. Bouclez-le Danny !"

Retour à l'index


24. LE LIEUTENANT RALSTON
(R & R & R)

Il s'agit là d'un des meilleurs épisodes de toute la série. Il a été diffusé pour la première fois un dimanche après-midi de juillet 1977, juste une semaine après le formidable "Kailimoku".

Au Vietnam, le lieutenant Syzmanski obtient une permission. Il doit retrouver sa femme à Hawaï. Tel le Norman Bates de "Psychose", un homme poignarde sous sa douche Ella Syzmanski (Robyn Millan).

Leo Penn, notamment réalisateur pour "Columbo", signe ici un chef-d'oeuvre. Le scénario a été écrit par Bill Stratton (auteur justement de "Kailimoku"). McGarrett commence à enquêter avec la sécurité militaire.

Syzmanski arrive à Hawaï et il faut lui annoncer la nouvelle. Le sergent est effondré, McGarrett essaie de le réconforter et de lui poser quelques questions ; certaines sont délicates : par exemple, avait-elle un amant ?

Un autre permissionnaire, Nichols, attend sa femme. Quelqu'un soi-disant envoyé par l'armée vient la chercher à l'aéroport : le lieutenant Ralston (Alan Vint). Il propose une excursion touristique en prime. Il est jeune, beau, avec des lunettes noires et un bel uniforme, et au bord d'une falaise, projette Mme Nichols dans le vide.

Steve, dans cet épisode, se trouve confronté au mal absolu : le lieutenant Ralston. Il a poignardé Mme Nichols (Jackie Russell) avant de la jeter dans le vide. La voiture militaire a été volée. Le meurtrier selon Steve serait donc un militaire ou un faux militaire, très au courant des permissions des militaires au Vietnam.

Danny, Kono (pour sa dernière mission), et Chin Ho font de leur mieux pour récolter le moindre témoignage. Pendant ce temps, Steve interroge le capitaine Nichols (James Davidson). Il recherche qui pourrait être l'ennemi, celui qui en voudrait à Nichols.

Sous le nom de Willer, Ralston tente de se faire engager par l'armée américaine. Mais l'officier qui le reçoit lui dit qu'on l'a reconnu : Thomas Robert Ralston, récemment libéré de l'armée américaine. Il a été révoqué par le médecin militaire. Alan Vint (1944-2006) campe avec une maîtrise parfaite le monstre Ralston. Une troisième femme de soldat, Mme Carter, doit voir son mari en permission, ce faux télégramme est envoyé par... Ralston.

En épluchant les dossiers militaires, McGarrett et Nichols trouvent la trace de Ralston, qui a tué onze vietcongs d'un coup, sauvant ses camarades. Pourtant, aussitôt après, il a été transféré pour "malaria" dans une unité de soins par le médecin.

Un officier vient annoncer la mort du lieutenant Denis Carter, or sa femme est partie avec l'homme qui doit la mener à Honolulu. Elle a reçu le télégramme de Ralston. Il a signé le télégramme sous le nom de Nichols. Steve envoie une femme policier pour jouer le rôle d'une fausse madame Carter. Le portrait-robot de l'homme qui a passé le télégramme est dressé.

Steve demande à nouveau à Nichols pourquoi Ralston a été transféré. La réalité est que Ralston est un fou paranoïaque : on a caché ses transgressions parce qu'il était un héros et venait d'être décoré. Steve s'oppose violemment à Nichols, mais ce dernier rétorque que s'il a fait une erreur de jugement, cela lui a coûté la vie de sa femme.

Ralston s'avère, de toute la série, l'un des fauves les plus dangereux. Il n'agit pas comme Wo Fat pour le pouvoir ou pour une idéologie. Le Vietnam l'a rendu irrémédiablement fou. Pour le piéger, McGarrett se déguise en employé d'aéroport. On annonce à la vraie Mme Carter (Marie Cheatam) la mort de son mari.

Une fille de la Five-O, Cathy (Genevieve Ann Nelson), prend la place de Mme Carter et va affronter le diable aux lunettes noires. Ralston fait appeler au téléphone Mrs Carter et se rend compte qu'elle n'est pas celle qu'il connaît. Aussitôt, Steve revient à l'avion. Ralston a assommé l'officier qui surveillait Mrs Ralston et au fond de l'appareil, il menace de la tuer avec un poignard. Steve lui dit que Carter a été tué au combat : "C'est le plus gros mensonge que j'ai entendu", murmure Ralston.

Steve se blesse contre le poignard de la bête immonde, qu'il abat avec son révolver. "Le seul mensonge que j'ai jamais entendu, dit Steve, c'est de parler de vous comme d'un héros".

Un must absolu de la série. Le lieutenant Ralston, avec ses airs innocents, ses lunettes noires, ses sourires pour accueillir les femmes de militaires permissionnaires, restera comme l'un des plus grands et horribles adversaires de toute la carrière de Steve McGarrett.

Retour à l'index

Crédits photo: Paramount.

Images capturées par Patrick Sansano.