saison 1 saison 3

Département S (1969-1970)

Guide des épisodes


1. SIX JOURS
(SIX DAYS)



Un avion qui avait disparu durant six jours entier réapparaît, sans que les passagers et l'équipage ne sans rend compte. Le Département S, un bureau des affaires non classées, constitué de trois agents, Stewart Sullivan, Annabelle Hurst et Jason King, ils travaillent sous la houlette de Sir Curtis Seretse, et appelé afin de résoudre cette enquête.

La série commence sur les chapeaux de roues avec un excellent épisode qui nous plonge directement dans l'atmosphère de la série, avec cet avion qui disparaît, et qui réapparaît miraculeusement six jours après. C'est en tous les cas, un excellent pilote pour commencer cette superbe série, qui mérite d'être vue. Cet épisode se place d'entrée sous le signe de la Twilight Zone, qui à plusieurs reprises s'est fascinée pour les avions (égaré dans l'espace-temps, attaqué par un monstre, échoué dans le désert...). Le coup de l'amnésie générale est une fort bonne idée car nous mettant d'entrée devant une situation inexplicable.

Le scénario signé Gerald Kelsey (auteur du formidable Echec et mat du Prisonnier) est une totale réussite, c'est certainement un des meilleurs pilotes pour une série policière. Toutefois, si la réalisation de Cyril Frankel (Georges et Fred dans les Avengers) est correcte, elle n'est pas non plus excellente, à cause de quelques ralentissements de rythme. Le seul gros point négatif que l'on peut faire à la mise en scène d'une manière générale sont les décors extérieurs tous faits de cartons-pâte assez flagrants ! En effet, tous les épisodes sont tournés en studio (excepté Le Village Désert)... et le budget de la série n'a rien à voir avec le luxe des Avengers !

Le pilote est loin de manquer d'atouts : sa puissante idée de départ débouche sur une intrigue soigneusement développée et captivante, avec une fin trépidante. Si le trio apparaît complice et soudé, leurs différences, leurs comportements très différents sont mis en avant dès les premiers instants. Nos héros se complètent et forment en effet une équipe du tonnerre ! De superbes scènes d'action émaillent l'épisode lorsque Sullivan court après Stevens, le copilote, dans le garage souterrain. La musique parfaitement bien orchestrée s'accorde divinement bien avec cette scène. Également pas mal de scènes à suspense lorsque Sullivan assomme Carter, le pilote de l'avion afin de forcer Borowitsch, un des suspects, à piloter l'avion. Il y a aussi la scène où Annabelle entre par effraction dans l'appartement de Mr.Walsham, et que Janet, l'amie de Walsham arrive... contraignant Annabelle à se mettre en sous-vêtements et perruque blonde (comme Tara ?) afin de faire diversion !! Excellente scène très drôle, certainement la meilleure de l'épisode (prouvant au passage que Rosemary Nicols est réellement une très belle femme).

Comme je le disais, la série joue aussi beaucoup sur l'humour avec Jason, et dans cet épisode il nous offre une imitation d'un Albanais auprès de Janet, imitation à mourir de rire tellement il est ridicule (on comparera avec l'imitation joyeusement caricaturale de Steed d'un islandais dans un épisode de la saison 3 des Avengers : Les Sorciers), pas étonnant que Walsham découvre vite sa couverture !

Notre quatuor principal apparaît déjà finement dessiné, les acteurs se saisissent tout de suite de leurs rôles et les jouent avec une formidable aisance.

Niveaux guests, nous sommes royalement servis d'entrée : une bonne flopée d'excellents acteurs et actrices comme Borowitsch interprété par le toujours génial Peter Bowles ! Bien connu des fans de Chapeau melon et bottes de cuir : Seconde vue (saison 3), Meurtre par Téléphone (saison 4), Remontons le Temps (saison 5), et Les Évadés du Monastère (saison 6) mais il a aussi joué dans les séries Hercule Poirot, Le Prisonnier, Amicalement Vôtre, Le Saint, Le Baron, Destination Danger, etc…

Charles Hallet joué par Tony Steedman, il a aussi joué dans deux épisodes de The Avengers : Les Petits Miracles (saison 3) et Faux Témoins (saison 6). Il a également participé aux séries Les Champions, Jason King, Thriller, Sherlock Holmes, etc...

En résumé, une brillante ouverture pour une brillante série !

Retour à l'index


2. LE PROJET DE TROJAN TANKER
(THE TROJAN TANKER)

Après qu'un camion-citerne ait quitté la route, le conducteur de l'autre véhicule aperçoit une femme évanouie à l'intérieur du container. Mais lorsque la police arrive, la femme a disparu ! Seret se confie l'affaire à Sullivan et son équipe. Après avoir fait sa petite enquête, Jason découvre l'identité de la jeune femme, tandis que Sullivan essaye de gagner sa confiance...

Très bon épisode. Un tout petit peu moins bon que le pilote, mais l'intrigue est bien dans l'esprit de la série : comment une jeune femme peut-elle disparaître d'un camion-citerne, alors que le témoin de l'accident se trouvait à côté de ce camion ? Voilà l'énigme qu'Annabelle, Jason et Sullivan devront découvrir.

L'épisode commence donc fort avec cette mystérieuse disparition. D'ailleurs, la musique que l'on peut entendre dans l'introduction, et qu'on peut aussi écouter tout au long de l'épisode, sera reprise dans beaucoup d'autres épisodes. C'est une des meilleures composées pour la série (signée par le talentueux Edwin Astley)

Le scénario de Philip Broadley est très bien à quelques détails près, quelques longueurs comme les scènes dans le casino ou bien celle où Jason est avec l'une de ses conquêtes. Bien qu'elle soit très drôle, elle n'est pas très utile à l'intrigue. Cela n'empêche pas un suspense omniprésent d'envelopper joliment l'intrigue. De plus, la réalisation de cet épisode est bien meilleure que celle du pilote, Ray Austin (un nom bien connu pour les fans des Avengers) est beaucoup plus convaincant que Cyril Frankel. On reste stupéfait devant son dynamisme, et sa virtuosité dans la mise en scène, alors qu'il débutait fraîchement dans le métier !

Comme d'habitude, de très bonnes scènes d'action, comme celle où Sullivan se bat contre Mike Taylor. Jason aura quant à lui beaucoup moins de chance contre Mike. Mais quelle que soit l'issue, ces scènes bénéficient du savoir-faire d'Austin et de l'investissement des comédiens. La scène finale est excellente, et très angoissante : l'ingénieux plan d'Annabelle fonctionnera-t-il ?

Pour cette enquête, les agents du Département S iront enquêter en France, à Nice plus exactement ! Comme le Saint, Jason, Sullivan, et Annabelle voyageront un peu partout dans le monde pour résoudre diverses enquêtes. Cependant, les décors du studio sont vraiment très voyants, comme celui de la plage. Il est dommage que la série n'ait pu se payer le luxe de belles scènes d'extérieur (point sur lequel elle ne peut comparer avec Les Avengers). Ni à défaut de bénéficier des décorateurs expérimentés du Saint.

A noter que la voiture de Jason King était la véritable voiture de Peter Wyngarde, une Bentley Continentale.

De très bons seconds rôles pour ce deuxième épisode, comme la belle Veronica Bray interprétée par Patricia Haines ! Déjà vus dans quatre épisodes de Chapeau Melon et Bottes de Cuir : La Trapéziste (saison 1), Le Cocon (saison 3), Les Aigles (saison 4), Qui suis-je ? (saison 5), mais elle a aussi participé aux séries Les Champions, Le Saint, Le Baron, Destination Danger, etc... Bonne nouvelle pour ceux qui l'ont appréciée dans Chapeau melon : elle est excellente !

Mike Taylor joué par Simon Oates est aussi très bon ! Il a lui aussi participé aux Avengers. Il a joué dans les épisodes : Meurtres à épisodes (saison 5), Le document disparu (saison 6), et Otage (New Avengers). Il a aussi joué dans les séries L'homme a la valise, Jason King, Sherlock Holmes, etc…

Retour à l'index


3. QUATRE HOMMES DÉGUISÉS
(A CELLAR FULL OF SILENCE)

Quatre bandits déguisés sont retrouvés assassinés dans un appartement. L'affaire est confiée à Jason, Annabelle, et Sullivan. Pour cette enquête, Sullivan commence par enquêter auprès de Mr.Martin Kyle, un des principaux suspects. Mais celui-ci est retrouvé mort peu de temps après...

Premier ratage avec cet épisode qui n'est pas du tout dans l'esprit de la série. Il est difficile de comprendre comment les créateurs ont pu accepter un scénario pareil, avec une intrigue aussi ridicule. Rien d'extraodinaire dans cette banale enquête policière sans à-côtés bizarres. Cela rend incompréhensible le fait que le Département S soit saisi du dossier. Oui, les quatre bandits étaient déguisés... et alors ? Non, cela ne tient absolument pas la route.
On peut tolérer (comme dans La Quatrième Dimension) des épisodes pas du tout "étranges" du moment que l'atmosphère de mystère demeure, mais ce n'est pas le cas ici : en plus d'un mauvais scénario qui ne casse pas trois pattes à un canard, la réalisation ne parvient pas à extirper l'épisode de l'ornière où elle s'est fichu dedans. Heureusement, quelques scènes d'action comme la bagarre entre Sullivan et l'homme de Kyle, la scène finale, et celle où Annabelle est faite prisonnière permettent de passer quelques bons moments. Et enfin, quelques seconds rôles comme le médecin, et Tronson, sont suffisamment bien dessinés pour qu'on s'y intéresse.

Le scénario de Monty Berman et Terry Nation est vraiment cousu de fil blanc, et ne tient pas le spectateur en haleine. De plus, la plupart des seconds rôles sont totalement ridicules comme Libby Spear, dont les crises de nerf sont vraiment agaçantes à la longue. Méforme qui se communique hélas aux personnages principaux : peu d'humour car Jason est plus lourd qu'autre chose ici : il fait vraiment potiche, je pense notamment à la séquence de la cabine téléphonique, et celle où il se fait avoir comme un bleu dans le bureau de Martin Kyle. Seule Annabelle reste très convaincante, le seul bémol est qu'elle ne sait pas se battre, ce qui fait qu'elle reste souvent sur la touche durant les scènes d'action. Ce privilège semble être réservé dans les années 60 uniquement aux Avengers, qui se montre plus audacieuse dans ce domaine que ses consoeurs (à l'exception relative des Champions, Sharron étant une superhéroïne).
Le féminisme commençant à peine à émerger dans les années 60, ce n'est pas un pari qu'oseront encore prendre les séries en général (malgré sa réussite dans Les Avengers). Les nouveautés apportées par Département S sont d'un tout autre genre.

En ce qui concerne la musique de l'épisode, elle est excellente, comme à son habitude, Edwin Astley nous offre de merveilleuses compositions, qui s'accordent toujours avec les scènes d'action ou de suspense, etc…

En ce qui concerne les seconds rôles, ils sont plutôt moyens, excepté Tronson interprété par Brandon Brady ! Il a joué dans un épisode de Chapeau melon et bottes de cuir : Toy Trap (saison 1). Il a également participé aux séries Le Saint, Les Champions, Des jours et des vies, etc…
Libby Spear est jouée par Denise Buckley... qui est hélas très mauvaise dans ce rôle ! Dommage pour cette jolie comédienne habituellement si douée ! Elle a joué dans un épisode de The Avengers : Le Visage (saison 6) où elle eut le privilège d'embrasser Steed ! Elle a aussi joué dans les séries Thriller, Le Saint, L'homme à la valise, Le Prisonnier, Sanctuary, etc…
A noter aussi dans le rôle de Kyle, le ici peu inspiré Paul Whitsun-Jones, venu dans les Avengers à quatre reprises : L'homme aux deux ombres, Lavage de cerveau (saison 3), Avec vue imprenable (saison 4), et Brouillard (saison 6).

En bref, un épisode très moyen.

Retour à l'index


4. LE VILLAGE DÉSERT
(THE PIED PIPER OF HAMBLEDOWN)

A son réveil, Susan Lewis découvre qu'elle est seule dans son village qui se nomme Hambledown. Le Département S est appelé à la rescousse afin de découvrir où sont passé les habitants du village et surtout savoir ce qui s'est passé. Mais plusieurs complications surgissent une fois qu'Annabelle, Jason, et Sullivan arrivent au village.

C'est pour moi le meilleur épisode de la saison 1. Cet épisode est un véritable chef-d'œuvre de suspense et d'action.
Le thème du village désert est un sujet classique qui a fait le bonheur de nombre de séries. La Quatrième Dimension fut une des premières à délivrer plusieurs épisodes sur ce thème (Solitude, Deux...). On le retrouve bien sûr dans la série Chapeau melon et bottes de cuir [L'heure perdue (saison 4), Le matin d'après (saison 6), Le S95 (saison 7)]. Mais aussi dans Le Prisonnier avec l'épisode Le Retour, dont l'idée de base est exactement identique. Cette impression de déjà-vu s'efface heureusement très vite : le traitement de l'intrigue se révèle bien différent... et tout aussi efficace !

En effet, bien que tous les épisodes de The Avengers abordant ce thème sont excellents, l'épisode de Département S se situe un niveau au-dessus, l'angoisse et le suspense sont beaucoup plus présents. Passé l'étonnante introduction, l'histoire cache bien ses zones d'ombre, ses mystères, qui ne se lèvent que peu à peu et ce jusqu'à la dernière scène où on ne se doute absolument pas du dénouement de l'histoire, avec un méchant tout à fait machiavélique qu'on aurait aimé revoir dans la série. Grâce au génial scénario de Donald James (qui a écrit Un dangereux marché dans les Avengers), Département S tient la dragée haute à ses consoeurs (atteignant des sommets qu'on ne retrouve guère que dans l'épisode de la Twilight Zone : Etape dans une petite ville, l'une des plus fabuleuses histoires dans le genre). Si on ajoute la brillante réalisation de Roy Ward Baker (qui mit en scène plusieurs épisodes des Avengers) qui ne se lasse pas de nous montrer toute la beauté des extérieurs sans négliger l'action, on a là un résultat enthousiasmant !

L'épisode commence comme d'habitude avec une superbe introduction qui nous met l'eau à la bouche, avec la très belle Susan Lewis (Gina Warwick, effectivement très agréable à regarder) en robe de chambre, en train de courir dans le village à la recherche d'un habitant ; la musique est vraiment angoissante, et nous plonge directement dans l'univers de l'épisode, c'est un des épisodes les plus représentatifs de la série. Je le conseille à tous les fans de séries policières.

L'épisode continue sur sa lancée avec nos trois agents en pleine forme, qui établissent le quartier général dans le bistrot du père de Susan, tandis que comme à son habitude Jason drague une des secrétaires d'Annabelle... Mais malgré son sujet plein de mystère, l'humour est également présent durant tout l'épisode, la scène la plus drôle étant certainement celle où Jason casse une vitre... alors que la porte-fenêtre était déjà ouverte !! A voir la tête d'Annabelle, HILARANT !

Les scènes d'action sont toutes excellentes, en particulier la bagarre Jason/Sullivan vs les hommes de Borgan. Un excellent combat, accompagné d'une merveilleuse musique. La bagarre entre Sullivan et Yates est également superbe !

A noter que cet épisode a été tourné en extérieur ce qui prit quatre semaines au lieu de deux pour finir l'épisode. C'est en tous cas beaucoup plus réaliste que les décors en carton-pâte que nous devons subir habituellement. Les décors du village d'Hambledown sont les plus beaux de la série, on se croirait presque dans l'idyllique village de Portmeirion...

En ce qui concerne les seconds rôles, ils sont tous au cordeau comme la superbe Susan Lewis interprété par Gina Warwick, avec beaucoup de classe ! Elle a joué dans très peu de films et de séries, ce qui est bien dommage pour une actrice aussi belle (et pas sans talent) qu'elle !

Le Dr.Brogan est joué par Jeremy Young, c'est un des meilleurs méchants de la série ! Cet inoubliable acteur polymorphe a joué dans quatre épisodes de Chapeau Melon et Bottes de cuir : Le club de l'Enfer (saison 4), Interférences (saison 5), Ne m'oubliez pas (saison 6), et Le monstre des égoûts (saison 7). Il a aussi joué dans les séries Le Saint, Docteur Who, Cosmos 1999, Les Professionnels, Hercule Poirot, etc...

Et enfin le Colonel Loring interprété par Richard Vernon ! Il a participé à un épisode de The Avengers : The Mauritius Penny (saison 2). Il a aussi joué dans les séries Thriller, Amicalement vôtre, Le Saint, etc...

Vous l'aurez compris, cet épisode est un must see !

Retour à l'index


5. L'AVION VIDE
(ONE OF OUR AIRCRAFT IS EMPTY)

Un avion atterrit à l'aéroport de Londres sans passagers ni pilote ! L'équipe de Sullivan est appelé en renfort. Grâce à Tantine, Annabelle découvrira qu'une personnalité importante était à bord de l'avion. Quand à Jason il se rendra en Irlande afin de prendre contact avec cette personnalité !

La fascination qu'exercent les avions, se mouvant dans un espace si longtemps interdit aux hommes, qui leur a permis enfin de "voler", est un sujet revenant souvent dans les séries à tendance SF : plusieurs épisodes de La Twilight Zone, Le Tempus Fugit des X-Files, le Vol 627 de Fringe, L'avion fantôme des Champions, sans même parler de Lost qui accorde une place primordiale à cet aeronef, etc. La série ne pouvait donc se permettre de rater ce rendez-vous, et y réussit plutôt bien.

Au-delà du clin d'oeil au film du même nom en 1942 (dans le titre original), c'est un très bon épisode avec un excellent thème : un avion qui atterrit sans passagers ni pilote, un véritable énigme, très complexe posé à nos trois agents ! Certes, le connaisseur de la Quatrième Dimension reconnaîtra sans peine le sujet de L'Arrivée, exactement identique. Mais il n'empêche qu'une telle situation produit toujours son effet ! Quel mystère ! Si l'épisode parvient à nous convaincre, notamment grâce à son alliage éprouvé de policier mâtiné de (faux) paranormal, il est cependant moins réussi que le pilote (qui se passait également dans un avion) pour cause de quelques longueurs et bavardages !

Le très bon scénario de Tony Williamson, scénariste de bon nombre d'épisodes Avengeresques, est une grande réussite malgré l'absence d'humour (justifié par l'intensité de l'enquête) et un aspect verbeux qui ralentit le rythme de l'intrigue, je pense surtout à la scène dans le bureau de Terrell, affreusement ennuyante. Et puis Jason se fait (encore) vraiment avoir comme un bleu ! C'est pour moi le seul gros point négatif de l'épisode ! Bien sûr, n'étant pas agent, il n'est pas aussi entraîné que Sullivan, mais le faire passer pour un naïf n'est pas vraiment ce à quoi on s'attend d'un héros...

L'angoisse est présente durant tout l'épisode, dès le départ avec cette superbe introduction, où deux hommes se rendent à l'intérieur de l'avion afin de voir ce qui s'y passe, où ils le trouvent totalement vide ! La musique qui accompagne cette intro est divine !

Alors que le voile commence à se lever, toujours avec cette lenteur calculée qui fait le succès de la série, la mise en scène de Paul Dickson (A vos souhaits ! dans les Avengers) ne perd jamais le nord, nous immergeant totalement dans l'investigation des trois détectives pris dans une enquête de longue haleine.

Ainsi pas mal de suspense lorsque Sullivan se rend dans le hangar, où il y trouve le corps de Thomas Ferla, le pilote de l'avion. Le policier et l'action reprennent leurs droits ave la scène suivante : une énergique bagarre entre Stewart et les hommes de Terrell, excellent combat parfaitement bien chorégraphié ! A ne pas louper !

La scène finale dans l'avion est tout simplement excellente, Annabelle, Sullivan, et Jason sont prisonniers et menacé d'une arme par l'un des hommes de Terrell, pendant que du gaz est lâché dans l'avion. La technique que Jason propose à Sullivan afin qu'il neutralise l'homme est redoutablement ingénieuse, nous rappelant que malgré son statut de "talented amateur" (tout comme Cathy Gale et Emma Peel), il est véritablement le cerveau de l'équipe. Les autres scènes de baston, aussi enlevées que celles entre Sullivan et Terrell/Chalmers sont également admirables !

A noter que la musique que l'on peut entendre lorsque Chalmers et Terrell pilotent l'avion est une musique très souvent utilisé dans la série... Les Champions ! Certaines musiques des Champions seront également réutilisées dans la série, certainement à cause du petit budget dont la série disposait ! Mais cette musique d'ambiance se plie à beaucoup de scène dans le même genre, et donc est tout à fait convenable.

Les seconds rôles de cet épisode sont très bons à commencer par Terrell, un très bon méchant, interprété par Anton Rodgers ! Il a joué dans les séries Les Champions, Jason King, Le Saint, L'homme à la Valise, Destination Danger, Le Prisonnier, etc…

Howard Finch joué par Basil Dignam. Il a participé à deux épisodes de la série Chapeau melon et bottes de cuir : Le cheval de Troie (saison 3) et Un chat parmi les pigeons (saison 7). Il a aussi joué dans les séries Destination Danger, Le Saint, Les Champions, Le Prisonnier, etc...

En clair, un très bon épisode qui mérite d'être vu !

Retour à l'index


6. L'ENVERS DU DÉCOR
(THE MAN IN THE ELEGANT ROOM)

Deux hommes découvrent à l'intérieur d'un hangar une pièce d'un appartement, très huppé, bien reproduit... et où se trouvent un homme fou et le cadavre d'une femme assassinée ! Seretse confie l'affaire à Annabelle, Jason, et Sullivan. Pour commencer, Annabelle et Sullivan interrogent l'homme tandis que Jason essaye de découvrir qui est Selina, une femme dont parle tout le temps Danny, l'homme du hangar...

Cet épisode est un des meilleurs de la série sans contestation.

L'épisode commence avec une sidérante introduction avec ces deux hommes visitant un hangar transformé en superbe salon d'apparat mortuaire ! Le tableau n'est pas sans évoquer un fameux épisode des Avengers : Caméra meurtre, avec sa reconstitution fidèle de la réalité (l'appartement d'Emma). Mais là où le chef-d'oeuvre de Brian Clemens prenait des allures de pastiche pétaradant, cet épisode de Département S s'écarte vite de cette voie pour emprunter celle de l'étrangeté et du suspense.

A quoi pouvait bien servir cette réplique (il n'y a aucun Z.Z. von Schnerk dans la salle) et qui est cette énigmatique Selina dont parle sans cesse Danny ? Un nouveau mystère qui ne fait pas peur à nos trois agents d'Interpol !

Le scénario magnifiquement construit de Terry Nation (pas un inconnu pour les fans de Chapeau melon !) et Monty Berman est un des meilleurs de la série. Aucun temps mort, début véritablement intrigant, scènes d'action prenantes, humour délicieux, suspense à fleur de peau, angoisse magnfiquement mise en scène... tout y est !

Annabelle et Sullivan comment par interroger l'hystérique Danny (qui peut faire penser au schizophrène Borowski de l'Homme aux deux ombres des Avengers), scène très intense surtout lorsque Danny s'approche d'Annabelle en l'appelant Selina (!) à noter une petite ressemblance entre les deux femmes ! Le numéro de Clive Colin Bowler est absolument subjuguant !

L'action est très présente tout au long de l'épisode, on détachera la bagarre entre Jason et Douglas, le peintre ! D'une vitalité entraînante, tout à fait dans le type de la série !

La réalisation est signée Cyril Frankel est tout simplement splendide ! Très à l'aise, il s'amuse à multiplier les impressionnants angles de vues. Sa caméra très mobile nous immerge dans ce scénario diabolique, et restitue dans toute sa force les effets de la machination ourdie dans l'ombre.

Depuis le commencement de la série, c'est plutôt rare de voir Annabelle sur le terrain, elle nous montre beaucoup de ses talents, même si elle se fait kidnapper par Selina. La filature d'Annabelle est une des meilleures scènes de l'épisode, sa durée, son attente faussement immobile font leur effet... par contre, un point qui paraît quand même louche : comment Annabelle ne remarque-t-elle pas qu'elle a été repérée par Sélina ?

La scène finale couronne le tout, avec un très bon dénouement assez inattendu : même Jason, qui trouve souvent la solution, n'a pas trouvé !

A noter que cet épisode fut le premier à être tourné dans les studio Elstree en avril 1968, bien que diffusé en quatrième position dans la série.

En ce qui concerne les seconds rôles, rien à dire, tous excellents comme Selina Trenton, la meilleure méchante de la série, interprétée par l'éblouissante Toby Robins ! Donner à une femme le rôle d'une perverse machiavélique à la télévision était rare à l'époque, là où elles étaient cantonnées au mieux au rang de simple complice du méchant.

La comédienne a joué dans les séries Jason King, Cosmos 1999, Poigne de fer et séduction, Le Saint, etc...

Paul Trenton joué par Straford Johns. Il a participé à deux épisodes de Chapeau melon et bottes de cuir : Passage à tabac (saison 1) et Le Legs (saison 6).

Ah, et puis merci aux traducteurs français, pour une fois que le titre est bien trouvé...

En bref, un excellent épisode !

Retour à l'index


7. MORT SUR LA PLAGE
(HANDICAP DEAD)


Johnny Collins, un joueur de golf, est retrouvé assassiné sur la plage à côté du terrain de golf ! Sullivan prend l'affaire en main avec l'aide d'Annabelle. Sullivan commence par enquêter auprès de Diane Lyne, une amie de Collins, pendant qu'Annabelle fera la tournée des casinos afin de trouver d'où vient son jeton porte-bonheur retrouvé sur lui...

Une banale enquête policière qui n'a rien à voir avec Département S, on se croirait dans tout sauf Département S !

Le scénario de Monty Berman et Philip Broadley commet l'erreur de partir d'une situation sans élément bizarre. Certes, le coup du terrain de golf semble être un clin d'oeil à un des romans les plus célèbres d'Agatha Christie, l'excellent Crime du golf. Mais cette histoire n'a rien à faire ici. Si encore le classicisme de l'histoire était relevée par une enquête efficace... mais non, c'est d'un ennui mortel ! Seules quelques scènes sauvent l'épisode de la catastrophe. On citera ainsi la scène finale pleine d'action, la bagarre avec Jason et Sullivan au sommet de leur forme est superbe avec une très bonne musique. Il y a aussi la scène où Sullivan se rend chez Annabelle alors qu'elle prend son bain, la scène du saut en parachute de Jason, et deux très bons seconds rôles : la charmante Diane Lyne, dont il est bien dommage qu'elle se fasse tuer rapidement, ainsi qu'Eddie Curtis... lui aussi assassiné en cours de route ! C'est toujours les meilleurs qui partent en premier... Mais à part ces quelques bons moments, l'épisode ne parvient pas à décoller, s'embourbant dans une histoire bardée de clichés et de déjà-vu. La faiblesse du méchant de l'histoire est également risible.

L'introduction n'a rien de choquant, mais elle est totalement ridicule dans son contexte, je pensais que Monty Berman et Dennis Spooner étaient fascinés sur le fait que l'on enquête sur des situations à priori impossibles, mais il n'ya rien d'impossible dans cet épisode, l'enquête elle-même n'est rien moins que routinière.

De plus nous n'avons aucune scène d'humour ce qui rend l'épisode encore plus lourd ! Même Jason et Sullivan ne semblent pas particulièrement investis (!), Jason est ainsi d'un ridicule complet lorsqu'il essaye d'ouvrir la porte de la cave ! La série commet parfois ce genre d'erreur : voulant bien différencier le "talented amateur" Jason de ses deux compagnons agents secrets, elle le fait passer parfois pour un crétin ! Maladroit... Le salut vient finalement d'Annabelle, fraîche et ravissante dans cet épisode, elle est magnifique durant les scènes de casino, et sa robe courte bleue est une des tenues les plus sexy de la série !

En ce qui concerne la réalisation de John Gilling, elle est correcte mais on a vu beaucoup mieux pour la série ! Par contre la musique d'Edwin Astley est toujours aussi géniale, un vrai régal !

Pour les seconds rôles du jour ce n'est pas terrible excepté la belle Diane Lynne interprétée par Dawn Addams ! Elle a joué dans les séries Le Saint, Destination Danger, Sherlock Holmes, etc...

Eddie Curtis joué par Neil McCallum, est le seul autre second rôle « potable » de l'épisode ! Il à participé aux séries Le Saint, Poigne de Fer et séduction, Invasion UFO, etc...

Un épisode très moyen dont on se serait bien passé !

Retour à l'index


8. L'AMNÉSIQUE
(BLACK OUT)

Un homme, Skelton, se rend à l'Opéra de Londres... et se réveille trois jours plus tard au Mexique ! L'affaire est confiée au Département S. Pour cette enquête, Sullivan et Annabelle commenceront par interroger Skelton. Le seul indice est un plat de coquilles de tortues des Bahamas que Skelton a mangé. Nos trois agents partent donc au Bahamas, afin de retrouver un homme du nom de Sinclair, qui pourrait connaître les détails de l'affaire, et découvrir le fameux restaurant où l'on sert les coquilles de tortues !

La saison 1 de la série se termine piteusement avec cet épisode calamiteux où rien ne marche. Un épisode qui commençait plutôt bien avec une très bonne introduction digne de la série, et une ambiance très mystérieuse comme on l'aime (indubitablement très Twilight Zone). Mais la suite de l'épisode lorsque les trois agents partent aux Bahamas est lénifiante à souhait, ce qui fait de L'amnésique un des pires épisodes de toute la série !

Donc nos trois agents partent aux Bahamas. On se régale de sublimes décors très soignés pour une fois, et de musiques exotiques (agréables d'ailleurs)... et c'est tout ! Le prochain meilleur moment de l'épisode étant le générique de fin !

Le scénario signé Monty Berman et Philip Broadley est encore plus désastreux que celui de l'épisode précédent. Ils commettent l'exploit de faire un épisode "anti-Département S" : aucune scène d'humour (alourdissant un épisode déjà bien terne), ni d'action, ni de suspense, ni de mystère ! Restent donc des bavardages crispants, des délayages inutiles, une pseudo-interrogation qui ne tient pas la route, un rythme amorphe... Ah oui, il faut rajouter une distribution qui se situe aux hauteurs bien basses du scénario. Le titre original apparaît tristement approprié, car c'est l'inspiration des scénaristes qui est en black-out en ce moment ! Trois seconds rôles restent acceptables comme les deux méchants : Le Dr.Lang, et Brigitte, ainsi que Peter Sinclair, l'amnésique. Les autres sont d'un ridicule... enfin, on va dire qu'ils s'accordent parfaitement bien avec l'épisode !

La scène finale, qui est d'habitude, « spectaculaire », est ici vite expédiée avec trois coups de pistolet de Jason et puis c'est tout ! Déjà que métamorphoser Jason en "gunman" relève du goût le plus douteux, si en plus les scénaristes se laissent aller à ne même pas offrir de feu d'artifice final, on capitule !

De plus, Annabelle et Sullivan se font avoir comme des débutants ! Bon, on se plaignait que ce soit Jason à qui ça arrivait dans quelques épisodes précédents, et donc, un peu de changement n'est pas de trop... sauf que là, une telle contre-performance de la part de deux des meilleurs agents de Sa Majesté est encore plus hors-sujet ! Ce qui prouve encore une fois que cela ne correspond pas du tout à la série.

A noter que la musique que l'on peut entendre lorsque Wolf, l'homme de main de Lang, essaye de tuer Jason avec son fusil est une des musiques très souvent utilisées dans la série Les Champions.

Les seconds rôles de l'épisode sont plutôt moyen comme Brigitte interprétée par Sue Lloyd ! Elle est connue pour avoir incarné le rôle de Cordelia Winfield dans la série Britannique Alias le Baron. Elle a joué dans un épisode de Chapeau melon et bottes de cuir : Dans sept jours le Déluge (saison 4). Cette ravissante femme fait partie de ces belles actrices britanniques que l'on peut voir régulièrement dans les séries de l'époque. Ce fut elle qui joua Hannah Wild, la partenaire de John Steed dans l'adaptation théâtrale des Avengers. Dommage que cette ravissante brune ne soit pas à son affaire dans cet épisode.

Le Dr.Lang joué par Neil Hallett, est aussi moyen ! Il a participé à cinq épisodes de The Avengers : Dead of Winter (saison 1), Le Vengeur Volant (saison 5), Les évadés du Monastère (saison 6), Visage (saison 7), et Steed et la Voyante (saison 8 ).

Un des plus mauvais épisodes de la série ! A fuir!

Retour à l'index

 


9. LA DOUBLE MORT DE CHARLIE CRIPPEN
(THE DOUBLE DEATH OF CHARLIE CRIPPEN)

 

Une limousine qui devait transporter un important homme diplomatique explose, un chauffard qui passait par là essaye de sauver les occupants... mais n'en retire qu'un mannequin de cire ! Seretse confie l'affaire à Jason, Sullivan, et Annabelle. Pour commencer, Annabelle examinera la limousine, tandis que Sullivan interrogera le chauffard.

Après deux épisodes vraiment très moyens, la série revient à la « normale » avec une très bonne intrigue digne de la série.

Certes, l'interrogation soulevée par l'énigme n'a pas la densité d'autres épisodes plus aboutis, mais cette affaire que le Département S devra résoudre est excellemment mise en scène. L'introduction de l'épisode est simple mais très mystérieuse ! Cet épisode est plus classique, moins original que les précédents mais le suspense très présent donne de très bons moments.

Après le France et les Bahamas, Annabelle, Jason et Sullivan enquêtent à Naples en Italie, pour cet épisode ! Les paysages sont somptueux, l'aspect "décor" ne saute pas trop aux yeux. La musique est superbe, avec ses reflets latins !

Le scénario de Leslie Darbon est très bon malgré quelques lenteurs, un peu gênantes comme les scènes avec Paul Dupont, l'ami d'Annabelle, ou bien encore la scène ou Jason et Sullivan rendent visite à la Comtesse, scène pas vraiment utile, à mon avis ! Malgré ça, l'action est toujours à l'appel comme dans la scène où Jason et Sullivan se battent contre les hommes de la Comtesse, où bien la scène finale splendide, quand Sullivan et "l'imposteur" filent en voiture suivis des hommes qui ont fait sauter la limousine, la musique donne beaucoup de rythme à cette superbe scène !
Plus non négligeable, le dénouement dramatique de l'épisode est brillant, les promesses engagées sont tenues jusqu'au bout, je n'en dirais pas plus : à vous de voir l'épisode ! On ne manquera pas non plus d'applaudir le travail de John Gilling qui par l'intelligence de son jeux de caméras parvient à nous illusionner quant aux moyens serrés de la série.

Le nom de Charlie Crippen à été inventé par Jason pour le mannequin de cire de la limousine ! D'ailleurs les scènes où Jason parlent avec ledit mannequin sont assez amusantes, on reconnaît toute la folie légère du personnage de Peter Wyngarde !

Quant aux seconds rôles, ils sont tous à leur place, comme Slovic interprété par le grand Peter Arne ! Déjà vu dans quatre épisodes de Chapeau melon et bottes de cuir, dont deux épisodes où il jouait des méchants d'anthologie : Death on the slipway (saison 1), Warlock (saison 2), Les œufs d'or (saison 2) et Avec vue Imprenable (saison 4). Il a aussi joué dans les séries Les Champions, Destination Danger, Le Saint, Poigne de fer et séduction, Pour l'amour du risque etc…

Le capitaine Svenoski joué par John Savident, est également fantastique ! Il a aussi joué dans un épisode dans The Avengers : Mon rêve le plus fou (saison 6). Mais il a aussi joué dans les séries Dr.Who, Les Professionnels, Le Saint, L'Homme à la valise, Sherlock Holmes, etc...

Retour à l'index


10. LE TRÉSOR DE LA COSTA DEL SOL
(THE TREASURE OF THE COSTA DEL SOL)

 

Deux hommes sont retrouvés assassinés sur la plage avec un poisson en plastique bourré de billets ! Jason, Sullivan, et Annabelle, prennent l'affaire en main. Pour cette enquête Jason commence par interroger toutes les conquêtes de Thorn, un des deux hommes, mais il est vite repéré et manque d'être tué !

Si l'on excepte le bizarre poisson en plastique de l'introduction, il faut reconnaître que la situation présentée dans l'épisode n'a rien de vraiment bizarre : juste un double meurtre. Mais surprise ! Pour une fois cette banale affaire policière va vite se développer en une investigation rythmée et plaisante !

Le très bon scénario de Monty Berman et Philip Broadley est classique mais efficace. L'effet "chasse au trésor fatale" fonctionne à plein et donne un charme supplémentaire à cette histoire de suspense. Le jeu de dupes imaginé par les héros du Département S est un excellent tremplin vers le dénouement, avec cette scène de surveillance qui fleure bon les traditionnels récits d'espionnage dont la télévision aime se régaler. On regrettera quand même que la plage où sont Annabelle et Jason fait très studio, c'est très peu crédible !

La meilleure scène de l'épisode est certainement celle ou Annabelle et Sullivan se font passer pour un couple raffolant des toiles du suspect du jour, Camilo Garria. Le jeu de Rosemary Nicols est savamment étudié, son côté outrageusement snob donne un joli décalage ! Sa prestation est annonciatrice de celle des Drôles de Dames quand elles devront jouer les richardes condescendantes, en particulier Sabrina Duncan dans Les Diamants (saison 2). Si Peter Wyngarde s'amuse visiblement, on sera moins admiratif de Joel Fabiani, beaucoup moins à l'aise, et serrant les mâchoires plus que jamais.

Peu d'action dans cet épisode (c'est rare !), mais l'enquête est tellement bien menée qu'on ne ressent pas vraiment ce manque, d'autant que la réalisation bénéficie de l'expérience de John Gilling, dont la caméra très mobile évite toute pesanteur dommageable. L'unique scène d'action est la bagarre dans la cave de Camilo Garria, magnifiquement bien chorégraphiée et filmée. La musique, très évocatrice tout au long du récit, s'accorde superbement avec cette scène !

Je ne mets pas toutefois la note maximale pour deux raisons : la première est une intrigue pas tellement dans l'esprit de la série, même si elle est convenable pour une série policière. La deuxième est une fin un peu trop vite expédiée à mon goût !

A noter que Jason parle plusieurs langues : français, allemand, italien et espagnol en plus de l'anglais bien sûr ! Autre point à préciser, lors de l'écriture des premiers scénarii le personnage principal des romans de Jason King devait s'appeler Mark Fury mais il fut changé en Mark Cain !

De très bons seconds rôles pour cet épisode comme l'excellent Camilo Garria interprété par George Pastell ! Il a participé à un épisode de Chapeau melon et bottes de cuir : Du miel pour le prince (saison 4). Il a aussi joué dans les séries Le Saint, Les Champions, Destination Danger, Maigret, Docteur Who, etc…
Et la charmante Elaine jouée par Isla Blair ! Elle a joué dans un épisode de The Avengers : Une petite gare désaffectée (saison 5). Elle a également joué dans les séries Cosmos 1999, Le Saint, Docteur Who, etc...

En bref un très bon épisode, peut-être pas très typique mais plaisant !

Retour à l'index


11. LE CONDUCTEUR FANTÔME
(WHO PLAYS THE DUMMY?)

 

Un policier poursuit un chauffeur, mais quand il découvre l'intérieur de la voiture, il voit que c'est un mannequin qui est au volant ! L'affaire est confiée au Département S : Jason et Sullivan commenceront par se rendre sur les lieux de l'accident. Mais peu de temps après, Jason et Sullivan retrouvent cette même voiture en train de prendre feu...

Un épisode vraiment très moyen !

L'épisode commence fort bien avec une très bonne introduction comme on les aime, totalement inexplicable : un mannequin est retrouvé dans une voiture qui roulait trop vite ! Le mystère demeure : qui a bien pu conduire la voiture ? Voilà une énigme qui paraît géniale... mais qui tourne vite au désastre ! L'épisode est d'une lenteur pas possible, et le scénario de Tony Williamson n'est constitué que de bavardages inutiles quand ils ne sont pas proprement ridicules ! Le mystère n'arrive pas à prendre, car étouffant sous un vernis routinier rendant l'enquête insipide.

Les deux points que j'attribue pour cet épisode sont dûs à nos héros. Malgré la dilution ennuyeuse de l'histoire, Jason, Sullivan et Annabelle tiennent l'épisode à bout de bras par leur présence indéniable. En particulier la scène où Annabelle se fait passer pour une touriste afin de protéger Jason qui manque de se faire tuer par Gilford, le propriétaire du garage ! La scène est totalement hilarante. On signalera aussi le déguisement caricatural de paysan de Jason, très drôle !

Le rythme mou de l'ensemble n'est pas relevé par les scènes d'action, trop peu présentes. On citera toutefois la bagarre dans le garage avec Jason et Sullivan contre les hommes de main de Gilford, bonne bagarre, mais un peu trop cite expédiée, quand même... Heureusement, les numéros d'acteur de Peter Wyngarde, Joel Fabiani, et Rosemary Nicols sont suffisamment plaisants pour sauver ce qui peut l'être.

Cet épisode médiocre atteint son sommet d'irréalisme avec son final ridicule, avec la cascade la plus improbable de la série : comment Jason peut-il sortir tout son corps de la voiture tout en essayant de libérer Sullivan ? De plus, les décors sont affreux on sent le studio à des kilomètres !

De plus John Gilling traverse un passage à vide : sa réalisation est vraiment très mauvaise, ce qui est vraiment dommage car cet épisode très prometteur au départ sombre vite dans l'ennui total !

A noter un point intéressant : Jason conduit souvent des voitures de courses, et d'ailleurs dans l'épisode Mort sur la Plage, il participe aux 24H du Mans ! Serait-il un ami de la belle Jill Munroe ?

Pour les seconds rôles, ils sont tous très mauvais (!) à commencer par Gilford, rôle peu reluisant qu'Alan MacNaughton enfonce dans le convenu ! Il a joué dans deux épisodes de Chapeau melon et bottes de cuir : Voyage sans retour (saison 4) et Affectueusement vôtre (saison 6). Il a aussi joué dans les séries Les Champions, Jason King, Le Saint, Alias le Baron, Les professionnels, etc...

Tous très mauvais... sauf une quand même : Pietra jouée par Kate O'Mara, est une lumière au milieu de cette purge ! Elle a joué dans un épisode des Avengers : Le Visage (saison 6). Elle a aussi joué dans les série Docteur Who, Mission Casse-Cou, Les Champions, Le Saint, Le Retour du Saint, Poigne de fer et Séduction, etc...

Retour à l'index


12. LE MASQUE DE LA MORT
(THE MAN WHO GOT A NEW FACE)

 

Une nuit, un homme entre par effraction dans la demeure de Mr.Kolliatis et lui colle un masque sur le visage pendant qu'il est endormi. Le matin, en se réveillant, Kolliatis succombe à une crise cardiaque en essayant de l'enlever ! Le Département S est chargé de l’enquête, mais peu de temps après avoir commencé leurs investigations, Sullivan reçoit une menace de mort...

Cet épisode est un des meilleurs de toute la série, un véritable chef-d’œuvre que je recommande à tous !

Cet épisode fait partie de ceux où il y a le plus d'action, ce qui joint au splendide scénario, en fait un épisode très fougueux et intense. L'épisode bénéficie par ailleurs de la meilleure introduction de la série (avec celle du Squelette de Byron Blain). Jugez du peu : comment un banal masque de carnaval devient un instrument de mort ?!! Au-delà de la possible allusion à la fameuse nouvelle d'Edgar Allan Poe Le masque de la Mort Rouge, c'est une introduction frissonnante, aux orées du Fantastique, qui n'est pas sans présager certaines ouvertures d'X-Files. La musique qu'on y entend est comme une menace à peine voilée qui fait froid dans le dos !

Le scénario de Monty Berman et Philip Broadley est un véritable petit bijou, aucun temps mort, des dialogues soignés, pas mal d'humour, de l'angoisse savoureusement distillée, à commencer par la scène où Annabelle et Sullivan découvrent un enregistrement les menaçant de mort, ou bien encore la scène finale totalement angoissante. Final d'un suspense magistral rendu encore plus stressant par la mise en scène impeccable de Cyril Frankel. Annabelle et Sullivan guettent l'arrivée du tueur, mais personne ne vient... jusqu'à la dernière image. Le fait que l'identité du tueur nous soit révélé au beau milieu de l'épisode n'est pas un problème, car c'est moins son identité que la dimension de son machiavelisme, de son habileté, qui nous importe ici.

Et puis, une guest star de choix dans cet épisode, puisque sa complice est interprétée par nulle autre que la superbe Alexandra Bastedo ! Dennis Spooner et Monty Berman rendent ici comme un hommage à leur précédente héroïne de série. Et il faut bien avouer que sa prestation est vraiment excellente, elle est aussi charmante que diabolique ! Prouvant ainsi que l'actrice savait parfaitement passer d'un rôle de superhéroïne du côté du bien, en foudroyante méchante !

En ce qui concerne les scènes d'action, elles sont toutes parfaitement bien réalisées, en particulier le meurtre en voiture de Monique Grail, l'amie et actrice de Jason. Scène qu'on peut trouver d'une violence inhabituelle pour les canons de l'époque, en particulier le plan brusque nous faisant voir son cadavre !

Pour les seconds rôles de jour, nous avons ici pour moi le meilleur guest de la série : Nicole Barjou jouée par l'extraordinaire Alexandra Bastedo, bien connue pour avoir joué le rôle de la superhéroïne Sharron MacReady dans la série Les Champions ! Mais elle a aussi joué dans les séries Le Saint, Jason King, etc... Un vrai bonheur de la voir dans ce rôle qui lui va à merveille !

Emilio André est interprété par Eric Pohlmann, il est également excellent ! Il a joué dans un épisode de Chapeau melon et bottes de cuir : Le clan des grenouilles (saison 2). Il a aussi joué dans les séries Derrick, Le Saint, Destination Danger, Jason King, Alias le Baron, etc...

Un vrai chef-d'oeuvre !

Retour à l'index


13. LES FLEURS DU MAL
(LES FLEURS DU MAL)

Deux hommes sont retrouvés assassinés dans une chambre d'hôtel à Rome, l'un d'eux avait confié à un de ses amis un paquet contenant trois fleurs et une citation de La Fontaine « Aide-toi et le ciel t'aidera ». Seretse confie l'affaire au Département S. Sullivan se fait passer pour l'ami du mort afin de découvrir le dénouement de l'histoire...

C'est sans aucun doute le pire épisode de toute la série, j'ai personnellement vraiment cru à une blague de la part des scénaristes quand j'ai vu l'épisode pour le première fois. L'introduction n'a certes pas le mystère pénétrant que l'on apprécie quand on regarde le début d'un bon épisode de la série, mais la petite énigme du message initial (Aide toi et le ciel t'aidera) est un peu intriguante, et semble prometteuse...

... Comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences : Le trio Monty Berman-Philip Broadley-Cyril Frankel vient de nous régaler avec un brillant épisode, et là, le même trio nous offre une consternante bouillie à l'opposé complet du chef-d'oeuvre précédent ! La chute de niveau n'en est que plus rude !

Le scénario est tout simplement catastrophique : rien d’intéressant à l'horizon. L'intrigue n'est pas du tout dans l'ADN la série : l'absence du côté surnaturel que l'on aime tant dans la série est dommageable. Apparemment, notre trio a dû se rendre compte du peu d'intérêt de l'affaire puisqu'aucun de hos héros n'arrive à briller. Particulièrement atones, ils traversent l'épisode sans éveiller le moindre enthousiasme (le final sans tambour ni trompette ne relève pas du tout le niveau). Ajoutez à cela que Les Fleurs du Mal est lourdement verbeux, et statique (mais que fait Cyril Frankel ?), et vous avez un navet quasi intégral. Aucune scène d'action, aucun suspense, aucun humour.. un néant quasi absolu dont il n'est pas certain que Charles Baudelaire aurait apprécié que le titre soit tiré de son célèbre recueil poétique.

A noter qu'à plusieurs moments Jason parle en Français, lorsque lui et Annabelle discutent de La Fontaine ! A noter également que le titre original est en français.

Une énorme erreur de continuité, lors des plans rapprochés de la voiture de Jason : on peut voir très clairement la doublure de Peter Wyngarde. De plus la voiture est très bien éclairée ce qui met sa doublure bien en avant !

En ce qui concerne les seconds rôles, ils sont tout bonnement catastrophiques à commencer par Danielle, interprétée par Edina Ronay ! Cela est assez triste pour cette superbe mannequin qui était autrement bien plus inspirée quand elle jouait aux côtés de Patrick Macnee dans Chapeau melon et bottes de cuir : Tueurs à Gage (saison 2) et Le Cocon (saison 3). On l'a déjà vue dans l'épisode L'avion vide (la secrétaire de Jason). Elle a aussi joué dans les séries Sherlock Holmes, Les Champions, Jason King, etc...
Weber est joué par Michael Gothard, qui en fait des tonnes, dépassant les limites du supportable ! Il a joué dans beaucoup de séries comme Les Professionnels, Ivanhoé, Mon ami le fantôme, etc.

En bref, un épisode à louper !

Retour à l'index


14. LA JOLIE SECRÉTAIRE
(THE SHIFT THAT NEVER WAS)

 

L'ensemble des membres d'une entreprise produisant des produits chimiques se fait porter malade à l’exception de la secrétaire, Mlle Roys, sans que personne aux alentours ne remarque quoi qui se soit ! Le Département S est appelé à la rescousse !

Cet épisode est tout simplement fabuleux !

Comme dans tous les épisodes réussis de Département S, l'épisode commence avec une étonnante introduction ! La vision de cette secrétaire saine de corps et d'esprit au milieu de tous ses collègues mal en point ouvre l'épisode avec une situation frisant l'absurde.

Le superbe scénario de Monty Berman et Donald James nous tient en haleine jusqu'à la fin, on remarquera une vague parenté avec l'excellent Le document disparu (saison 6) des Avengers, tandis que le titre évoque The hour that never was de la même série. Le suspense est présent durant tout l'épisode, et Rosemary Nicols nous offre une de ses meilleures prestations, montrant brillamment l'audace et l'intelligence de son personnage : l'intensité de la séquence où Annabelle est confrontée aux interrogatoires tenaces de Johnny est d'une grande force, grâce au sang-froid imperturbable de l'agent. Elle arrive même à berner Sam, un des hommes de Mlle. Mortimer. De fait, Annabelle a véritablement le premier rôle ici et se montre à la hauteur de l'événement, se hissant quasiment au niveau d'une Avengers girl. Elle est tout simplement remarquable au cours de cette affaire.

Peu d'action dans cet épisode, mais cela ne dérange en aucun cas son déroulement, qui continue sur sa superbe lancée par une enquête vivace et passionnante. Les seules scènes d'action dont nous disposons sont celles où Sullivan se bat dans le hangar, où Dennis Alaba Peters se montre toujours aussi impressionnant, et la scène finale qui est très angoissante lorsqu'Annabelle doit identifier le camion citerne qu'elle a vu lorsqu'elle était prisonnière ! La musique audible durant cette scène est très énigmatique, discordante à souhait !

L'intensité de l'enquête est renforcée par la mise en scène de John Gilling, alternant brillamment lenteur captivante des scènes les plus curieuses, et vélocité virtuose des scènes plus musclées.

Nous avons pour cet épisode également de magnifiques décors comme ceux du salon de beauté de Mlle. Kate Mortimer, les couleurs rose bonbon et bleu pâle sont idéales, sans le côté carton-pâte ! Ainsi que les décors extérieurs qui sont pour une fois tournés en décors naturels, cela change agréablement des fonds bleu roi et des branches de feuilles artificielles éparpillées par-ci par-là !

Enfin, on remerciera le flair du directeur du casting qui fait un carton plein : en dehors de l'impériale Rosemary Nicols, et de ses partenaires inspirés, on applaudit la superbe Kate Mortimer, interprétée avec densité par Caroline Blakiston ! Elle a joué dans plusieurs épisodes de Chapeau melon et bottes de cuir : Dance with Death (saison 1), Les fossoyeurs (saison 4) et La dynamo vivante (saison 5). Elle a également joué dans les séries Le Saint, Les Champions, Alias le Baron, Miss Marple, etc...
Douglas Stayte est joué par Eric Lander. Il a joué dans un épisode des Avengers : Un Steed de trop (saison 4).

En clair, un très bon épisode que je recommande !

Retour à l'index


15. UN TICKET POUR LE NÉANT
(A TICKET TO NOWHERE)

 

Mr. Blain, un scientifique, se réveille sur une piste d'atterrissage en pyjama et robe de chambre ! L'avion manque de le tuer, mais si il évite le drame, Blain succombe à une crise cardiaque ! Jason fait la connaissance de Susan Blain, la nièce du scientifique, et l'aide à trouver ce qui s'est réellement passé. Parallèlement, Seretse confie à Annabelle et Sullivan la mission de retrouver Mr. Drieker, un autre scientifique. Mais il semblerait que les deux affaires soient reliées...

Un épisode typique de la série, et un des meilleurs qui plus est ! Une intrigue vraiment très sombre et mystérieuse, commençant avec une des meilleures introductions de la série, qui contient une scène intense d'entrée de jeu (l'avion s'apprêtant à écraser le pauvre homme) et un retournement (la crise). Cette intro fait beaucoup penser à celle d'un épisode de Chapeau melon et bottes de cuir : Les marchands de peur (saison 5), où un homme se réveille dans un stade vêtu également d'un pyjama, et finit par mourir fou !!! Sans doute Département S s'inspire de sa glorieuse aînée dans son bizarre postulat de départ, d'autant que Tony Williamson, le scénariste, a participé aussi à cette série. Cette influence est flagrante dans le déroulement de l'épisode : Diabolical mastermind, machination aux moyens sophistiquées, tempo allant... et cette atmosphère convient très bien à l'épisode.

Le thème de l'épisode n'est pas la peur, mais l'amnésie, sujet typique des séries d'espionnage et dont Département S nous avait servi un désastreux exemple dans le catastrophique L’amnésique. Ici, le scénario magnifiquement bien construit, très clair, sans temps mort, fait plonger le spectateur directement dans l'épisode. D'autant que la réalisation du compétent Cyril Frankel se montre nerveuse à souhait.

L'action est comme très souvent dans cette série, très présente, avec dès le départ la bagarre dans l'appartement de Susan, entre Jason et les hommes de l'hôtel, scène que j'ai trouvé hilarante, car Williamson, suivant la recette des Avengers, écrit une scène de combat dynamique mais pas dénuée d'humour !

L'enquête est bien menée, avec des personnages bien dessinés et qui apportent un vrai sel. Cette réussite culmine dans la scène finale, pure angoisse, lorsqu'Annabelle pénètre dans l'hôtel en habit de serveuse afin de surveiller Jason, qui doit faire en sorte de se faire enlever (!). Le tout aboutit à un final surprennent où Jason passe extrêmement près de la mort ! Le réalisme de l'ensemble, ainsi que l'interprétation investie des comédiens sont de la meilleure eau.

On a à faire ici à de remarquables méchants, comme Mlle Lisa Crane (Fiona Lewis, d'une vitalité ébouriffante), aussi belle que diabolique. On retiendra la scène où elle fait une prise de karaté à Sullivan... qui est très amusante !

En ce qui concerne les seconds rôles, ils sont tous parfaitement à leur place comme la très séduisante Susan Blain interprétée par Bridget Brice. Elle a participé aux séries Les Professionnels, Z-Cars, Coronation Street, etc…

Mr. Carter joué par Alan Wheatley. Il a joué dans un épisode des Avengers : Affectueusement Vôtre (saison 6). Il a également joué dans les séries Alias le Baron, Destination Danger, Docteur Who, Maigret, etc...

On saluera aussi la présence, en Paula, de la très séduisante Juliet Harmer (Voyage sans retour, saison 4 des Avengers), une des plus jolies comédiennes anglaises des années 60, figure familière à la télévision à l'époque (apparue notamment dans deux épisodes d'Amicalement vôtre).

En bref, un des meilleurs épisodes, que je recommande !

Retour à l'index


16. L'HOMME DE NULLE PART
(THE MAN FROM X)

 

Un homme vêtu d'une combinaison spatiale est retrouvé asphyxié dans une rue de Londres ! Seret se confie l'affaire à Sullivan et son équipe. Pour commencer, Sullivan va rendre visite à un certain Mr.Carter, afin d'y vérifier si des combinaisons spatiales ont disparu. Mais à sa sortie, une bouteille de gaz est placée dans sa voiture !

Quoi de plus étrange qu'un homme vêtu d'une combinaison de cosmonautes, s'étouffant dans une rue de Londres ? Ca, c'est une affaire pour nos agents du Département S !

Cet épisode est très bon malgré quelques longueurs qui font que je ne lui attribue pas la note maximale.

La scénario de Tony Williamson est excellent, tout à fait dans l'esprit de la série. C'est le facétieux Jason qui tient le rôle principal, et il utilise toutes ses ressources lors d'une bonne vieille opération d'infiltration, prenant la place de Max Instanton, le perceur de coffres. Le seul point négatif sont les scènes où Jason et les hommes avec qui il doit faire équipe, attendent le grand patron, scènes bien trop lentes et ennuyeuses. Williamson par la suite sera plus efficace dans ce domaine (comme dans le génial Le mot de passe d'Amicalement vôtre).

Un suspense permanent dans cet épisode, dont les originalités viennent à la rescousse d'un tempo trop lâche. D'autres scènes plus conventionnelles mais efficaces alimentent aussi cet épisode comme lorsque Jason tire sur... Annabelle qui le prenait en filature ! Scène également très angoissante lorsqu'une bouteille de gaz est installée dans la voiture de Sullivan. Les amateurs des Avengers se plairont à remarquer qu'il n'y a pas que les dentistes criminels qui utilisent du gaz hilarant !

Gilbert Taylor n'est pas réalisateur, et d'ailleurs L'homme de nulle part constitue l'unique réalisation de sa carrière. Mais il met à profit son savoir-faire de directeur de la photographie avec d'excellents jeux de lumières. Sa mise en scène est très bonne, mais malheureusement les décors font trop studio, surtout lorsque nos agents sont en voiture : l'image est beaucoup trop pâle, où bien lorsqu'ils sont dans les forêts… il arrive cependant à maintenir le mystère de l'intrigue.
A noter que la musique qu'on entend durant la scène finale est très souvent utilisée pour les scènes d'action de la série Le Saint, avec Roger Moore ! Les séries britanniques d'époque étaient une grande famille...

Les seconds rôles sont tous excellents sans exception comme la très jolie Leila Rankin interprétée par Wanda Ventham. Elle a participé aux séries Docteur Who, Invasion UFO, Le Prisonnier, Le Saint, etc. Et elle a aussi joué dans un épisode de Chapeau melon et bottes de cuir : Les fossoyeurs (saison 4).

Mr.Carter joué par John Nettleton. Il a également joué dans The Avengers : L'homme transparent (saison 5) et Du bois vermoulu (saison 6). Mais aussi dans les séries Docteur Who, Les professionnels, Poigne de fer et séduction, Maigret, etc.

Retour à l'index


17. OÙ SE CACHE CHRISTOPHER LOMAX
(DEAD MEN DIE TWICE)

 

Lors d'un festival en France, un photographe prend en photo une foule de gens, mais lorsque celui-ci y prête plus attention il y voit le visage d'un tueur qui était sensé être mort ! De plus, deux tueurs à gage se rendent chez lui afin de le tuer, mais ils tombent sur son cadavre ! Le Département S enquête afin d'essayer de déméler cette affaire concernant cet homme semblant être mort plusieurs fois ! Annabelle se fait passer pour une journaliste...

Un très bon épisode. Malgré quelques petites longueurs vers la fin, l'épisode est fidèle à l'ADN de la série, avec son mélange de mystère et de fausse SF. Pour une fois, Annabelle a le premier rôle, et sa couverture de journaliste qu'elle empruntera durant tout l'épisode (une très bonne idée), lui va à merveille, d'autant que interprétation de Rosemary Nicols permet de broder plusieurs scènes astucieusement troussées sur les qualités de l'agent, dont ici la patience et la logique triomphent.

Le scénario superbement orchestré et signé Monty Berman et Philip Broadley, ne souffre que de quelques coups d'arrêt et de bavardages en trop (la scène où Annabelle se rend dans la maison d'Alexandre Lizardos est un rien trop creuse). A part cela, l'épisode tient la route partant de son étonnant postulat initial, et en y développant des complications tout à fait réjouissantes ! Certes, le thème d'un homme donné pour mort qui ne l'est pas n'est pas si rare dans les séries et le cinéma d'espionnage, mais sa revisitation par Département S est de bonne facture, surtout qu'elle est soutenue par la réalisation du grand Ray Austin, fabuleuse du dynamisme et de l'énergie que tout fan des Avengers connaît bien ! Du tout bon !

L'action est également très présente, et même pour la première (et unique) fois de la série, Annabelle se battera avec un homme (le gars à la cicatrice) ; un combat bref mais tout de même excellent. Le final est également très bon avec Jason et Sullivan lorsqu'ils poursuivent le duo de blonds, brillante scène très angoissante : la course-poursuite, et le duel final qui s'ensuit accompagnés d'une superbe musique, très entraînante, donnent un final trépidant. L'épisode comporte encore pas mal de scènes d'action tout aussi bonnes les unes que les autres !
(Merci Ray Austin !) De plus, le trio principal est très en forme, et ne commet aucune faute de jeu.

En ce qui concerne le tag final, il est inhabituellement dramatique avec la résolution finale de Christophe Lomax, où la belle Annabelle est impuissante à le retenir. Son si joli visage d'ordinaire devient bien pâle devant l'événement.

A noter que les deux kidnappeurs roulent dans une élégante Volvo P1800, qui est bien entendu la célèbre voiture de Mr.Simon Templar (Le Saint !), sauf que celle-ci est rouge ! On ne peut s'empêcher de penser qu'il s'agit là d'un complice clin d'oeil à la série la plus en vogue en Angleterre (avec Chapeau melon et bottes de cuir) qui allait toutefois bientôt tirer sa révérence.

En ce qui concerne les seconds ils sont tous plus ou moins très bons, comme Christophe Lomax interprété par Kieron Moore ! Il a joué dans les séries Jason King, Poigne de fer et séduction, Destination Danger, etc...
Tania André jouée par Barbara Murray, est aussi très bonne dans ce rôle ! Elle a joué dans les séries Le Saint, Docteur. Who, Jason King, Sherlock Holmes, etc...

Retour à l'index


18. AUTREFOIS À ISTANBUL
(THE PERFECT OPERATION)

 

Lors d'une opération chirurgicale sur Mr.Haslet-Wood, un homme d'une grande importance, le Dr.Walker, est assommé alors qu'il prenait une pause de quelques secondes. Il est ensuite remplacé par un autre homme qui finit parfaitement bien le travail du docteur ! Lorsque la supercherie est découverte, l'affaire est confiée à nos trois agents du Département S.

Un épisode assez spécial, de par sa curieuse mais réussie fin qui rachète en partie son scénario inefficace.
L'épisode débute avec une introduction très intéressante, on se demande pourquoi échanger de chirurgien si ce n'est que pour finir le travail du premier ? Pas de crime ni d'intérêt particulier à l'horizon, le mystère est admirablement installé ! Malheureusement la suite de l'épisode adopte un train de sénateur, qui ne serait pas désagréable si l'enquête était réellement prenante. Ce n'est hélas pas le cas, le fléau des bavardages, ainsi que l'intrigue qui n'a rien de vraiment très improbable pénalisent l'histoire de Leslie Darbon. Le vétéran Cyril Frankel tente louablement de donner un peu plus de vie à ce script anémique, mais n'y parvient que par intermittence. On notera quand même quelques scènes d'humour avec Jason et l'infirmière dans l'hôpital, ou bien la scène initiale du thermomètre, etc… Le manque global de suspense est également un gros point négatif car c'est habituellement une des forces majeures de la série. Enfin, avec pas une seule d'action, ni de bagarre, ni de poursuite, on pourrait croire que l'on pourrait d'ores et déjà tirer le rideau sur cette histoire...

Et pourtant non, tout n'est pas mauvais dans Autrefois à Istanbul (les traducteurs français se surpassent décidément en nous donnant des titres toujours plus consternants). Car l'épisode joue principalement sur les personnages : c'est grâce au trio ainsi qu'aux seconds rôles qu'il retrouve des couleurs. Robert Allison bénéficie ainsi de l'interprétation du polymorphe Ronald Radd qui crève encore une fois l'écran ; ou encore la très mystérieuse amie de Jason, Agatha, dont la froideur étonne mais qui est un atout de choix dans cette histoire peu reluisante.

En ce qui concerne les décors d'Istanbul, c'est toujours malheureusement du studio…, quant aux clichés sur la Turquie, l'épisode y va à fond ! Mais le bar où se rend Jason est crédible. Et la musique orientale ainsi que la belle danseuse sont de légeres touches d'exotisme qu'on ne boudera pas. On remarquera que cette musique a déjà été utilisée dans la série ainsi que dans Les Champions.

L'épisode nous réserve toutefois une surprise par son absence de fin « heureuse » pour Annabelle, Jason et Sullivan, qui certes déjoueront la conspiration du jour mais ne réussiront qu'à moitié leur objectif d'interpeller le cerveau de tout ça. Ce semi-échec révolte totalement Sullivan. Je crois que c'est la première fois que Sullivan est autant énervé. Sa fureur finale est parfaitement rendue par Joel Fabiani qui nous offre certainement sa meilleure interprétation de la série. Dommage qu'elle soit dans un épisode vraiment très moyen.

En ce qui concerne les personnages secondaires, ils sont plutôt bons comme Agatha, l'amie de Jason, interprétée par la polyvalente et si douée Jean Marsh. Les amateurs de La Quatrième Dimension souriront en revoyant l'émouvante femme-robot du Solitaire, une des figures les plus dramatiques de l'anthologie, dans cette série qui s'en inspire si directement ! Elle a par ailleurs joué dans les séries Hawaii Police d'état, La croisière s'amuse, Amicalement Vôtre, Le Saint, Destination Danger, etc…

Robert Allison est joué par Ronald Radd. Il a joué dans les séries Le Prisonnier, Thriller, Poigne de fer et Séduction, Jason King, Le Saint, Les Champions, etc… Mais il a aussi joué dans la série Chapeau melon et bottes de cuir, dans les épisodes Le point de mire (saison 2), Le retour du traître (saison 3), et Mission très improbable (saison 5).

Retour à l'index


19. AGENT DOUBLE
(THE DUPLICATED MAN)

 

Un agent, Mr. Harvey, meurt dans une explosion. Seretse ne croit cependant pas à la mort de l'agent. Il confie donc comme mission à Annabelle et Sullivan de retrouver Harvey. Mais les choses se gâtent lorsque nos agents découvrent qu'Anthony Harvey était en réalité un agent double !

Un épisode que j'avais sous-estimé lors de mon premier visionnage, qui est en réalité très bon.
Certes, l'intrigue est comme l'épisode précédent, du pur policier, semblant montrer que les scénaristes devaient certainement être à court d'idées sur les sujets improbables voire paranormaux (d'ailleurs Jason fait cette remarque à Sullivan lors de l'épisode, lorsque Sullivan lui apprend qu'il recherche un agent !). Mais on ne s'en attriste pas vraiment car l'histoire proposée, brillamment rythmée et efficace, est d'une qualité suffisante pour qu'on s'y laisse prendre. On remarquera que l'intrigue (recherche d'un agent double se faisant passer pour mort) ressemble énormément à L'homme dans le miroir des Avengers !

Le scénario très bien bâti de Harry W. Junkin donne à la série une nouvelle mouture au bon vieux thème de l'agent double, traité dans toute bonne série policière/espionnage qui se respecte (Les Avengers n'y ont pas échappé non plus, du Cocon à Méfiez-vous des morts ! entre autres). Il privilégie l'atout maître de la série : le suspense, bien présent pendant tout l'épisode. Sa tension ne cesse de monter et atteint deux fois son sommet : la scène où Annabelle se rend dans la boutique d’antiquité d'Andrew Heywood/Anthony Harvey ; et durant la scène finale qui est terriblement angoissante lorsque le traître - démasqué - menace Sullivan de se jeter dans le vide, le suspense est à son comble... Paul Dickson (réalisateur de A vos souhaits !, saison 6 des Avengers) fait également du bon travail avec sa mise en scène calibrée pour ressortir toute la tension dramatique de chaque séquence.

A noter un fait intéressant, Annabelle conduira la même voiture que Tara King à partir de cet épisode : la célèbre Lotus Elan rouge qu'elle conduit dans les épisodes Un dangereux marché (saison 6) et Homicide et vieilles dentelles (saison 6). Les séries britanniques des 60's étaient de grandes familles ! En passant, la scène où Annabelle est prise en filature est excellente (musique parfaite !).
Un autre point qui confirme que nous sommes toujours en pleine guerre froide : les méchants du jour, russes, sont comme beaucoup de séries policières de cette période bien trop caricaturaux (avec accents à couper à la tronçonneuse), à commencer par les outranciers hommes de main. Kirov, leur chef (Guy Deghy, cabotin furieux), est également ridicule lorsqu'il s’énerve sur l'un de ses agents (forcément incompétents).
On notera que Jason (Peter Wyngarde) est beaucoup moins présent dans les épisodes depuis l'épisode précédent !... Et que les traducteurs français devaient vraiment être sous-payés pour pondre des titres aussi nuls !

En ce qui concerne les seconds rôles, le crû est bon. Deuxième participation de Basil Dignam dans le rôle de Henri Smith après Autrefois à Istanbul. Il a également participé à l'épisode L'avion vide. Il a joué dans les séries Les Champions, Poigne de fer et séduction, L'homme à la valise, Le Prisonnier, etc.
Mr Harvey/Andrew Heywood est joué avec justesse par l'acteur Robert Urquhart. Il a joué notamment dans la série Chapeau melon et bottes de cuir : Le fantôme du château De'Ath (saison 4) et Étrange hôtel (saison 6).

En bref un très bon épisode.

Retour à l'index


20. MORT DANS UN HANGAR
(THE MYSTERIOUS MAN IN THE FLYING MACHINE)

 

Un homme est abattu dans un avion... en réalité une reproduction qui se trouve dans un hangar ! L'affaire est confiée à Sullivan, Jason, et Annabelle. Pour cette enquête, Jason et Sullivan commenceront par se rendre dans le fameux hangar, où ils font une découverte surprenante...

Un très bon épisode, qui est un des meilleurs de la série à mon avis, avec une intrigue très intéressante, à l'écriture et à la mise en scène éminemment efficaces.

L'épisode commence comme à son habitude par une introduction pour le moins bien mystérieuse, avec cette simulation de vol et ce meurtre froidement orchestré, avec musique très angoissante de rigueur qu'on peut entendre dans plusieurs autres épisodes de la série. On s'attend tout de suite à un très bon épisode, et nos espoirs ne sont pas déçus tant le reste de l'épisode ne fait que nous surprendre par une succession de rebondissements et de faux-semblants. On peut penser à l'excellent Meurtre en trois actes d'Agatha Christie pour le moyen utilisé par les assassins pour abattre leur victime.

Le suspense est bien présent pendant une bonne partie de l'épisode, où Annabelle a pour couverture de séduire Le Beau, un des suspects, et de placer un micro dans son appartement. La prestation de Rosemary Nicols est une nouvelle fois exemplaire. On peut voir dans cet épisode comme dans pas mal d'autres qu'Annabelle est tout aussi utile sur le terrain que derrière son ordinateur.

La scénario de Philip Broadley, est bon même très bon, il arrive à nous faire passer de l'humour à l'inquiétude en un rien de temps. Jason donne, comme d'habitude, beaucoup d'humour à l'épisode, et ce mélange entre humour et dramatisme, qui fait penser aux Avengers marche tout à fait. Les deux seuls points négatifs que je donnerais à cet épisode est le manque d'action, pas une seule bagarre à l'horizon. Et le pire de tout, le décor de la plage, piteusement artificiel, je n'ai jamais vu un décor aussi ridicule dans une série, c'est bien dommage... Heureusement, le talent du réalisateur Cyril Frankel se manifeste toujours avec éclat, en particulier lorsque l'action se resserre.

A noter que Jason étudie l'astronomie en compagnie d'une charmante jeune fille, lors du début de l'épisode. Cette scène est hilarante ! On saluera également le titre original assez déjanté, bien meilleur que sa fade traduction française.

Pour les seconds rôles du jour, tous très bons, comme Le Beau interprété par Hans Meyer. Il a joué dans les séries Thriller, Jason King, Commissaire Moulin, etc...

Nous avons aussi comme méchant du jour Gérard, un tueur sans scrupule joué par Clinton Greyn. Il a joué dans les séries Poigne de Fer et séduction, Alerte dans l'espace, Les Champions, Jason King etc...

Retour à l'index


21. LA MORT DANS LE MIROIR
(DEATH ON REFLECTION)

 

Un miroir est vendu trois fois son véritable prix durant une vente aux enchères. Peu de temps après, le nouveau propriétaire est retrouvé assassiné ! Seretse confie l'affaire à Sullivan, Jason, et Annabelle, ils doivent à tout prix découvrir pourquoi ce miroir a été vendu si cher ! Jason fait alors la connaissance d'une comtesse qui possède le même miroir que celui qui fut proposé à la vente...

Un épisode passionnant de bout en bout, il serait certainement en très bonne place dans le TOP 10 de la série.

Les miroirs ont souvent été des sources d'inspiration pour les histoires fantastiques : le miroir d'Alice au pays des merveilles, celui de la belle-mère de Blanche-Neige ; mais aussi La Quatrième Dimension qui y a consacré un épisode entier (Le miroir), ainsi que bien des films. Département S, sur un mode certes plus terre à terre, ne rate toutefois pas son rendez-vous, avec une intrigue finement imaginée sur le mystère entourant cet objet.

Elle commence comme toujours par une très bonne introduction bien mystérieuse, à laquelle Seretse participe. L'assassinat de l'acquéreur, conjoint au vol de son bien fatal bien que sans valeur, provoque une frissonnante surprise.

Le scénario de Philip Broadley, écrivain le plus prolifique de la série (10 épisodes), est une véritable pépite d'action trépidante et de suspense tendu, sans relâchement. Cette histoire, atout majeur de l'épisode, met en scène notamment plusieurs scènes climatiques bien amenées comme la vente aux enchères ou la scène finale, qui fait l'objet d'un dénouement inattendu qui n'est pas sans évoquer les révélations fracassantes de la Twilight Zone !

Il faut citer aussi la meilleure scène de l'épisode : celle où Annabelle et Sullivan se trouvent dans l'appartement de Yves Decharolais, un des suspects qui se trouvait à la vente aux enchères... lorsque l'un de ses coéquipiers arrive pendant que Seretse essaye de les prévenir en vain ! Sommet de suspense lorsque le coéquipier sonne à la porte de l'appartement...

La Mort dans le miroir bénéficie également d'une carte maîtresse supplémentaire en la caméra fastueuse de Ray Austin, qui signe là sa quatrième et dernière réalisation pour la série. Son sens de l'action, cultivé pendant ses années comme cascadeur puis réalisateur occasionnel dans Chapeau melon et bottes de cuir fait ici des merveilles !

On notera que pour la première fois, Seretse participe activement à la mission. Le charisme de Dennis Alaba Peters lui donne suffisamment d'aura pour lui permettre de se joindre au trio sans difficulté. Il est dommage qu'il n'ai pas participé à d'autres missions, car il contribue beaucoup à l'épisode.

Pas mal de personnages intéressants dans cet épisode, comme la magnifique comtesse de Noverre, jouée par Jennifer Hilary. J'ai trouvé qu'elle ressemblait beaucoup à Lynda Carter (Wonder Woman).

Les autres seconds rôles sont également très bons mais l'amateur des Avengers aura reconnu en l'infortuné Gresford, Paul Whitsun-Jones, figure familière de la série de Brian Clemens qui apparut dans quatre épisodes : L'homme aux deux ombres (saison 3), Lavage de cerveau (saison 3), Avec vue imprenable (saison 4), et Brouillard (saison 6). Mais il a aussi joué dans d'autres séries comme Amicalement Vôtre, Le Saint, Maigret, Ivanhoé, etc…

Retour à l'index


22. LE DERNIER TRAIN POUR REDBRIDGE
(THE LAST TRAIN TO REDBRIDGE)

 

Tous les passagers d'une rame de métro sont retrouvés empoisonnés ! Seretse confie l’affaire aux agents du Département S. Annabelle accompagnee Mme Taylor, veuve d'un des passagers, à la morgue afin d'identifier son mari, mais à la sortie, elle se fait kidnapper. Peu de temps après, c'est au tour de Jason d'être enlevé… Annabelle et Sullivan devront tout tenter pour découvrir le fin mot de cette histoire...

Après un excellent épisode, on tombe de haut avec un épisode qui était portant très prometteur au départ qui se transforme très vite en chloroforme !!!

La très bonne introduction nous montrant un empoisonnement général, est typique des débuts chocs des séries faisant intervenir le paranormal (véritable ou pas), elle peut faire penser à un début d'un épisode d'X-Files. Mais cette interrogation se dilue ensuite dans une enquête dépourvue d'intensité. La suite est d'un terrible ennui à partir du moment où Jason se fait kidnapper, se faisant avoir comme un vrai débutant. Ce n'est pas la première fois certes, mais cela devient de moins en moins crédible !

Très peu de scènes sortent du lot dans cet épisode, King nous déçoit, et Sullivan ne se démarque pas. Le salut vient donc de la toujours ravissante Annabelle, très à son affaire dans cet épisode. Rosemary Nicols est comme toujours délicieuse. La scène où Annabelle se fait engager comme secrétaire auprès de Mr.Draper, puis fouille dans son bureau et manque d'être surprise par celui-ci, donne un regain d'intérêt ! La séquence voyant Annabelle identifiant un des hommes qui ont enlevé Mme Taylor, suivi de la bagarre de Sullivan est également bien réalisée. Un très beau combat accompagné d'une excellente musique très familière de la série.
Cet épisode comporte tout de même une scène pour le moins très violente : Le meurtre de Mme Taylor, renversée par une voiture, scène inattendue et très crédible comparée au reste de l'épisode !

Ce sont pour ces quelques morceaux de bravoure que l'épisode se laisse regarder, car le reste est tout simplement ennuyeux, ça n'a quasiment rien à voir avec Département S. Le coup de l'amnésie de Jason est très peu crédible ainsi que le moment où il retrouve subitement la mémoire…, ah, la grosse ficelle scénaristique ! Gerald Kesley, scénariste de l'épisode, nous inflige une scène finale bâclée sans queue ni tête : comment Jason peut-il se rappeler en un instant de tant de détails, alors qu'il a été bien drogué ? Bref, le grave défaut de cet épisode est de recourir à des raccourcis hâtifs qui décrédibilisent l'ensemble. Si la série accepte la fantaisie, elle n'a pas l'ambition de se placer sur le terrain de sa concurrente Avengerienne, et reste quand même plus réaliste. Ce qui demande donc plus de rigueur dans la crédibilité des histoires. La réalisation de John Gilling s'inscrit parfaitement dans ce concept, et parvient à donner un peu de tonus à ce script trop inégal pour convaincre.

En ce qui concerne les seconds rôles, ils sont bons, sans être extraordinaires comme Mr.Draper interprété par Leslie Sands. Il a joué dans un épisode de Chapeau melon et bottes de cuir : Le quadrille des homards (saison 3).
Mme Taylor est jouée par la superbe Patricia English. Si elle ne renouvèle pas son grandiose numéro de Mission to Montreal, elle reste convenable. Elle a joué dans plusieurs épisodes de The Avengers : Mission à Montréal (saison 2), Le marchand de secrets (saison 3), et Interférences (saison 5). Mais elle a aussi participé aux séries Alias le Baron, Les champions, Jason King, etc…

Retour à l'index


23. UNE ARME QUI PEUT DÉTRUIRE LE MONDE
(A SMALL WAR OF NERVES)

 

Le Département S a pour mission de retrouver un scientifique du nom de Greg Halliday, qui est en possession d'un gaz mortel, l'Otriox-5, capable de tuer jusqu'à un million de personnes... et qui est bien décidé à l'utiliser ! Lorsqu’il réussit à leur échapper, nos agents tentent le tout pour le tout pour le neutraliser...

En dépit de son titre de nanar SF, A small war of Nevers est un épisode totalement passionnant, de bout en bout. Après un épisode pour le moins très moyen, on revient sur notre lancée avec ce chef-d’œuvre. Dans la grande tradition de Mission : Impossible ou du futur 24, Jason, Annabelle et Sullivan n'ont que quelques jours pour retrouver Greg Halliday et anéantir son projet mortel. Une intrigue inédite pour la série, où la SF est certes quasi inexistante mais dont l'urgence dramatique en fait un véritable succès.

L'introduction est parfaite, avec Greg Halliday seul dans sa chambre d'hôtel, qui a des hallucinations. La musique est terriblement angoissante - Edwin Astley s'impose définitivement comme un des plus grands compositeurs de musique de série télé - , on est tout de suite plongé dans l'univers de l'épisode. Le scénario de Harry. W Junkin, mélange à la perfection le triptyque sacré de la série : action, suspense, humour ! Les dialogues entre Jason et Halliday sont très enlevés, notamment ceux dans la voiture lorsqu'ils viennent de s'échapper de la maison de santé. Mais aussi lors du final lorsque Jason tente d'arrêter Halliday de ne pas lancer la fiole d'un immeuble, en jouant expressivement sur l'unique corde sensible du scientifique. Cette scène, en plus de son suspense hitchcockien est particulièrement touchante, c'est très certainement la meilleure scène de tout l'épisode. Sinon, encore un mégalo qui veut détruire Londres, décidément une récurrence dans bon nombre de séries anglaises de l'époque.

La suite continue à nous surprendre, avec pas mal de scènes d'action énergiques notamment lorsque Jason entre par effraction dans la maison de santé de Mr.Ruckert, scènes très réussies, la bagarre contre l'un des gardes est superbement tonique !

Le seul petit bémol de l'épisode serait qu'Annabelle soit encore une fois trop peu présente durant l'épisode, qui met surtout en scène Jason. Cela permet cependant à Peter Wyngarde de démontrer encore une fois qu'il est tout à fait dans son élément dans la comédie.

Nous avons également la chance d'avoir une excellente réalisation de Leslie Norman, qui parvient à saisir tous les éléments différents et variés de l'intrigue. Ainsi que des décors extérieurs de toute beauté au lieu des affreux décors de studio, un épisode pratiquement parfait, y compris dans l'esthétique !

Et enfin la cerise sur le gâteau est bien entendu la participation exceptionnelle de l'immense Anthony Hopkins !!! Ce fantastique acteur qui a porté sur ses épaules un nombre monstrueux de films désormais parties intégrantes de la culture collective démontre que dès ses premiers essais, il bénéficiait déjà de son charisme époustouflant ! Greg Halliday acquiert ainsi une dimension de Diabolical Mastermind, prélude aux personnages hauts en couleur qu'interpréterait l'acteur dans les décennies suivantes. A noter d'ailleurs que son rôle dans Département S est l'un de ses premiers rôles.

Le Docteur Stickney, joué par Colin Gordon, parvient malgré tout à exister. Il est également excellent. Il a joué dans les séries Alerte dans l'espace, Le Prisonnier, Docteur Who, Alias le Baron, etc...

On notera également dans le rôle d'Arkwright une figure bien connue des Avengers : Frederick Jaeger, qui joua dans Mort d'un grand danois (saison 2), mais aussi Benson, l'expert en robotique associé au sinistre Dr.Armstrong puis à son frère dans Les Cybernautes (saison 4) et Le retour des Cybernautes (saison 5).

Retour à l'index


24. LE SQUELETTE DE BYRON BLAIN
(THE BONES OF BYROM BLAIN)

 

A son arrivée au ministère de la défense, le corps de Byron Blain n'est plus qu'un squelette à bord de sa limousine !! Le Département S est chargé de l'enquête, mais alors qu'il avait rendez-vous dans un train avec Seretse, Sullivan y découvre le squelette de son supérieur !...

Cet épisode est pour moi le meilleur épisode de la série, il reflète parfaitement bien son atmosphère de la série ainsi que ses thématiques.
Un premier point qui joue en sa faveur est l'aspect purement Science Fiction : comment est-ce qu'un homme peut-il se transformer en squelette en un rien de temps ? Voilà le nouvel X-File que devront élucider nos trois agents d'Interpol.
A noter que cet épisode est le tout dernier à avoir été tourné, environ un an après l’arrêt de la série ! On peut y voir quelques changements comme par exemple la coupe de cheveux d'Annabelle qui évoque furieusement celle de Tara King !

L'épisode commence avec une superbe introduction, digne de la série, avec la "putréfaction humaine spontanée" de Byron Blain ! Avec peu de temps après c'est le squelette de Seretse qui est trouvé par Sullivan alors qu'ils avaient rendez-vous, quel est le lien entre ces deux hommes ? Cette double énigme captive immédiatement. Evitant tout blabla inutile, l'épisode se concentre sur l'action et sur son tempo mené tambour battant. L'accumulation de plus en plus délirante des squelettes, jusqu'à confiner au pastiche ironique, dégage un irrésistible humour noir - on se croirait dans un script de Darin Morgan, scénariste iconoclaste des X-Files et de MillenniuM - venant servir l'alerte scénario magnifiquement bien bâti de cet excellent auteur qu'est Tony Williamson. Son grand talent qu'on avait pu admirer dans Les Avengers éclate de nouveau ici. Tous les ingrédients sont présents pour constituer un véritable chef-d’œuvre d'humour, angoisse, de suspense, d'action, tout !

Parmi les moments forts, on retiendra lorsqu'Annabelle pénètre par effraction dans le garage, et se retrouve nez à nez avec quelque chose qu'elle n'aurait jamais voulu voir ! Ou bien la dernière partie de l'épisode où Jason et Annabelle sont prisonniers dans la demeure de Kilvern, notre vilain du jour (un des meilleurs méchants de la série qui plus est).
Pas mal de scènes d'action durant la scène finale, avec la bagarre entre Sullivan/Jason contre Kilvern et ses hommes, un peu dommage qu'Annabelle ne participe pas à la bagarre ! Mais en même temps, une femme qui sait se battre, ce n'était pas courant de le montrer à cet époque, à l'exception bien entendu de The Avengers !

Comme je le disais, l'humour est également traité durant l'épisode, comme avec le pré-générique lorsque Jason fait de la pêche, encore en compagnie d'une superbe créature. A noter quelque chose d'ahurissant : Jason embrasse Annabelle sur la bouche durant cet épisode !!! Sans doute est-ce un petit cadeau des auteurs pour leur public sachant que la série allait bientôt tirer sa révérence.

Comme dans les épisodes précédents nous pouvons nous extasier de généreux décors en extérieur, avec plusieurs plans sur la si belle campagne anglaise mais aussi sur Londres, vues que tout amateur des Avengers prendra plaisir à voir. Les décors intérieurs et extérieurs de la demeure de Kilvern sont somptueux notamment ! Il faut dire que la mise en scène de Paul Dickson atteint elle aussi un certain aboutissement esthétique qui est un écrin formidable pour ce joyau.

Venons-en aux seconds rôles de l'épisode, qui sont tous magistraux à commencer par Kilvern interprété par John Carson. Il a joué dans les séries Hercule Poirot, Les Professionnels, Thriller, Les Champions, L'homme à la valise, Le Saint etc... Mais il a aussi joué dans plusieurs épisodes de Chapeau melon et bottes de cuir : Le clan des grenouilles (saison 2), Seconde vue (saison 3), Meurtre par téléphone (saison 4), et Le Baiser de Midas (saison 7).
Malgré qu'il n'apparaît que peu, on signalera Byron Blain joué par John Barron. Il a participé aux séries Poigne de fer et séduction, Le Saint etc... Il a aussi joué dans un épisode de Chapeau melon : L'économe et le sens de l'histoire (saison 4).

En bref, le meilleur épisode de la série, à ne surtout pas manquer !

Retour à l'index


25. UN JEUNE HOMME DE 60 ANS
(SPENCER BODILY IS 60 YEARS OLD)


Un jeune homme est retrouvé mort, il s'est apparemment suicidé. Après autopsie, un fait étrange est découvert : la victime qui a l'apparence d'un homme d'une vingtaine d'années a en réalité 60 ans ! L'affaire est confié à nos trois agents du Département S, qui devront découvrir l'identité de l'homme ainsi que le secret de son éternelle jeunesse !


Le mythe de la jeunesse éternelle est un des thèmes les plus anciens crées par l'homme. De la mythologie grecque à Faust en passant par la pierre philosophale, on ne compte plus nombre de légendes et récits qui y sont bâtis. La science-fiction en a aussi fait son miel : La Quatrième Dimension y a consacré quelques épisodes fascinants : Longue vie, Walter Jameson, La fontaine de jouvence, La reine du Nil... Mais ce thème peut aussi se retrouver dans la littérature policière comme l'originale L'homme qui grimpait dans Sherlock Holmes, et surtout l'inouïe Chambre ardente de John Dickson Carr. Aussi, une série policière teintée de SF comme Département S ne pouvait que s'y intéresser...

Et avec succès ! Encore un excellent épisode, avec une intrigue très surprenante, d'un homme n'accusant pas le poids de son âge. L'intrigue peut faire penser à celle d'un épisode de Chapeau Melon et Bottes de Cuir : Le Long Sommeil (saison 8 ). Pas mal de similitudes entre les deux épisodes.

Un thème à la X-Files (le gore de l'ami Eugène en moins). Annabelle m'a d'ailleurs beaucoup fait penser à Dana Scully. L'introduction est excellente, avec pas mal de suspense, notamment lorsque l'on apprend que Spencer Bodily a en réalité 60 ans ! Seconde énigme qui semble dépourvue de sens : à quoi peuvent bien servir ces deux dés rouges marqués d'épis de blé qui semble tellement intéresser Sullivan ?

Le scénario de Harry W. Junkin est très efficace, et nous tient en haleine jusqu'à la dernière seconde où le voile est enfin levé sur cette mystérieuse affaire. On remarque que l'histoire joue moins la carte policière que celle SF, ce qui lui donne un cachet particulier. La réalisation de Leslie Norman, moins classique que de coutume avec quelques plans intéressants, se met à son diapason. Les moments forts arrivent à tempo et s'insèrent dans un récit mystérieux et frénétique à la fois. Un peu d'humour avec comme d'habitude Jason et l'une de ses conquêtes lorsqu'ils sont en Égypte. Un peu d'action dans cet épisode avec la scène où Jason se bat contre Guido, le fiancé de la charmante Ingrid ; très bonne bagarre, ainsi qu'une très bonne musique.

Les décors extérieurs ne sont pas tournés en studio pour une fois, et c'est très agréable de pouvoir voir la très belle ville de Londres hors des studios de tournage, sans inserts maladroits ou décors en carton-pâte. Un très bon point pour l’épisode.

Les seconds rôles sont très bons, comme George Kendall, un des meilleurs méchants de la série, il est interprété par Ian Cuthberston. Il a joué dans Chapeau melon et bottes de cuir : Haute Tens ion (saison 6). Mais il a aussi participé aux séries Poigne de Fer et séduction, Docteur Who, Hercule Poirot, etc... Ingrid interprétée par Patricia Donahue, est excellente dans ce rôle. Elle a joué dans les séries Thriller, Le Saint, Destination Danger, Perry Mason, Alfred Hitchcock présente, etc...

En clair, un des meilleurs épisodes, que je recommande à tous.

Retour à l'index


26. LE FANTÔME DE MARY BURNHAM
(THE GHOST OF MARY BURNHAM)

 

Mary Burnham, la femme d'un homme modeste, est assassinée sous les yeux de son mari. Quelques temps plus tard, le veuf, qui a passé quelques jours à l'hôpital pour récupérer, rentre chez lui... et aperçoit sa femme devant sa porte, et reçoit des appels venant d'elle !! Seretse confie à Sullivan et Annabelle cette affaire ; les agents devront faire au plus vite avant que Mr.Burnham ne sombre dans la folie !

On a ici, en ce qui me concerne, le troisième meilleur épisode de la série après Le squelette de Byron Blain, et Le village désert.

C'est un des épisodes les plus représentatifs de la série, je le conseillerais comme pilote à toute personne qui désirerait connaître cette série. L'introduction est d'une inquiétante étrangeté avec cette "ressurrection". Et l'histoire parvient à maintenir le frisson de l'incertitude pendant sa majeure partie, montrant ainsi une certaine parenté avec La Quatrième Dimension. Cela grâce au suspense habilement maintenu du script, et aussi à la mise en scène de Cyril Frankel, clairement à son meilleur niveau, agréablement variée et évocatrice.
Jason n’apparaît qu'au bout de 30 minutes, mais cette entrée tardive n'est pas génante tant Annabelle Hurst et Joël Fabiani occupent l'écran avec une forte présence. De plus, Peter Wyngarde arrive quand même à nous offrir une de ses meilleures interprétations de la série, en particulier dans le gag du laveur de carreaux, reprenant un déguisement de son héros Mark Caine dans un de ses livres (L'identification de l'écrivain à son héros est un thème qui a fait le bonheur de bien de fictions, Le Magnifique de De Broca devait d'ailleurs sortir quatre ans plus tard). Le plus drôle est lorsque l'un des méchants le force à aller sur la gouttière, et qu'il essaye d'entrer donc par d'autres fenêtres, mais il se trouve qu'un petit garçon s'y trouve et refuse de le laisser entrer. Il finit donc par arriver dans une salle de bains où une très jolie fille prend sa douche ! Hilarant !!

En ce qui concerne le scénario de Harry W. Junkin, c'est un véritable chef-d’œuvre. L'humour loin d'être absent ne porte pas préjudice au ton plus mortuaire de l'ensemble : il arrive à nous faire partager l'angoisse et le doute qui se porte sur cette mystérieuse Mme Burnham, est-elle vivante ou non ? Cet épisode ne contient aucune scène d'action, préférant un suspense psychologique bien mené (Frankel est décidément très en forme) excepté la scène finale dans le garage souterrain, avec une bagarre toniquement chorégraphiée !
Le personnage de John Burnham est très bien cerné, il arrive à nous faire partager toutes ses émotions. Son état proche de l'hystérie maladive devant ce surnaturel apparent qui l'oppresse est brillamment retranscrit par Donald Houston, et fait penser aux grands numéros d'acteur que la Twilight Zone aimait tant à nous régaler.

La musique composée pour cet épisode est splendide, en particulier celle que l'on peut entendre durant les dernières minutes, très belle variation de la musique du générique, bonne idée qui sera d'ailleurs réutilisée dans d'autres épisodes.

Pour les seconds rôles du jour, ils sont vraiment géniaux comme la superbe Mary Burnham interprétée par la belle Lois Maxwell ! Connue certes pour avoir été Miss.Moneypenny dans 14 James Bond. Mais elle a aussi participé à la série Chapeau melon et bottes de cuir, en bonne soeur excitée de la gâchette dans l'épisode Les petits miracles (saison 3). On l'a vue aussi dans Le Saint, UFO, Alias le Baron etc…
On notera aussi que le Dr.Grant a les traits d'Anthony Nicholls, bien connu pour avoir été Tremayne, le chef des Champions ! Sans doute Dennis Spooner et Monty Berman ont-ils voulu rendre hommage à leur précédente série en l'invitant. Après Alexandra Bastedo et Stuart Damon (caméo dans Mort sur la plage), Nicholls est ainsi le troisième comédien des Champions à apparaître dans Département S. Dommage que William Gaunt n'ait pas suivi leur exemple...

En bref, un épisode à ne surtout pas manquer !

Retour à l'index


27. MICHÈLE
(A FISH OUT OF WATER)

A Beyrouth au Liban, un agent d'Interpol est retrouvé mort par noyade. Seretse confie l'affaire aux agents du Département S. Pour ce faire, Jason se rendra à Beyrouth, mais lorsqu'il arrive, il est repéré par des agents ennemis et devient leur cible !

Cet épisode est constitué d'une banale enquête policière qui n'a strictement rien à voir avec la série. Rien d'exceptionnel ne se produit, nos trois agents enquêtant sur la noyade de leur collègue, qui était un ami proche de Sullivan. L'absence d'élément SF ou faussement SF n'est pas compensée par le sentiment de vendetta de Sullivan qui veut venger son ami et faire l'enquête seul - Seretse devra le recadrer -. Ce genre d'épisodes où un héros outrepasse les ordres pour poursuivre une vengeance nihiliste est commun à bien des séries policières (ou dans James Bond avec Permis de tuer), mais le traitement de Philip Broadley reste basique, sans imagination. De plus, Annabelle est pas mal mis à l'écart durant la mission, dommage car elle aurait très certainement apporté un peu de fraîcheur à cet épisode. Tant qu'à faire, il eut mieux valu écarter également Jason pour se concentrer sur la colère vengeresse de Sullivan. Ici, il gène plus qu'autre chose.

L'épisode commence avec la découverte du cadavre de Birney sur la plage, contrairement à la plupart des introductions de la série, elle est très faible mais ce n'est que le début malheureusement, car la majorité de l'épisode empile les temps morts, avec rien à ne se mettre sur la dent. Pas de scènes d'action, très peu de suspense à part lorsque Sullivan pénètre dans l'appartement de Michèle Duplay, et qu'un des poursuivants de Jason arrive. La caméra de Cyril Frankel, plate jusque-là, semble se réveiller pour redonner un peu d'intérêt. Le seul autre bon point de l'épisode serait les sentiments moins frivoles que de coutume qu'éprouve Jason à l'égard d'une belle femme, ici, la charmante Michèle Duplay. La fin de l'épisode est une des plus tristes de la série, ce qui est assez inhabituel ! Ces deux points autorisent une note de deux sur quatre au lieu de la note minimale.

A noter que cet épisode est un des rares où l'on apprend des choses sur le passé de notre maître du roman policier : on apprend qu'il a été marié à une femme du nom de Marion - actrice de son état -, qui est morte dans un accident d'avion. Tout comme James Bond, il est possible que cette mort ait déclenché chez lui son tempéramment de séducteur impénitent. Cela explique peut-être aussi sa propension au danger, vu qu'il n'a plus d'attaches affectives...
A noter également lors de la scène précédant le générique, on peut voir Jason pratiquer l'escrime, encore en compagnie d'une charmante créature, bien sûr !

Les seconds rôles de cet épisode sont bons mais pas extraordinaires. On exceptera la superbe Michèle Duplay, interprétée par Magda Konopka. Elle a joué dans les séries Amicalement Vôtre, Jason King, Destination Danger, etc...

Le méchant du jour, Rafic, est plutôt fade, il est interprété par Lee Montague. Il a participé aux séries Mission Casse-cou, Cosmos 1999, Alias le Baron, Destination Danger, etc...

Retour à l'index


28. LA SOUPE DU JOUR
(THE SOUP OF THE DAY)

 

A Liverpool, un entrepôt est cambriolé et les voleurs partent avec une caisse des boîtes de conserve contenant de la soupe de poisson du Portugal ! Seretse confie l'affaire à Annabelle, Sullivan, et Jason. Pour cette nouvelle enquête, Jason se rendra à Lisbonne, tandis qu'Annabelle et Sullivan se rendront à Liverpool dans le but de remonter la trace des cambrioleurs !

Comme on dit, toutes les bonnes choses ont une fin. Département S tire sa révérence sur ce très bon épisode, nous permettant de quitter le trio sur une bonne note. Rien n'est évoqué concernant l'arrêt de la série, ce qui est un peu dommage. On peut reprocher aux scénaristes de finir avec une enquête "normale" au lieu d'un feu d'artifice final, mais à cette époque-là, les séries étaient souvent annulées sans préavis. L'épisode en lui-même reste divertissant à voir malgré quelques bavardages un peu barbants !

L'épisode commence sur une introduction qui n'a vraiment rien d'extraordinaire, plusieurs hommes cambriolant un entrepôt de soupe de Portugal. La nature de la marchandise volée est toutefois assez étrange ! Pour une fois c'est à Jason que Seretse confie la mission au lieu de Sullivan. Dans ces derniers épisodes, le plus grand investissement de l'écrivain plein de bonhommie au détriment de ses collègues agents plus rigoureux nous fait penser que la série avait probablement le but d'évoluer vers davantage de fantaisie ; recette qui réussit tellement aux Avengers.

On peut d'ailleurs voir que cet épisode à probablement aussi été tourné un an après la série, car beaucoup de choses ont également changé comme les tenues vestimentaires ou bien encore les voitures. Pas mal de scènes angoissantes dans cet épisode, notamment dans la scène où Jason entre par effraction dans le bureau de Ramos, un des principaux suspects, et que ce dernier arrive en compagnie de ses hommes de main ! La scène finale n'est pas mal non plus, l'action est bien présente, et nous pouvons bénéficier d'une très agréable musique entendue dans bien d'autres épisodes de la série.

Bien soutenu par l'énergique réalisation de l'habitué Leslie Norman, le scénario de Leslie Darbon, en plus d'imaginer une histoire solide à défaut d'être irréprochable, est principalement situé sur le personnage de Jason. Rien d'étonnant puisque l'année suivante, son personnage fera l'objet d'un spin-off, cette nouvelle série portera le nom de Jason King, elle sera aussi créée par Dennis Spooner et Monty Berman, créateurs également des Champions. Jason King est généralement considérée comme inférieure à son modèle, mais semble s'inscrire dans plus de légèreté.

Par contre, les amateurs des Avengers apprécieront de retrouver pas moins de douze seconds rôles (dont quatre faisant partie des plus mémorables) déjà vus dans leur série. Finalement, c'est peut-être ça le cadeau d'adieu de la série !
En premier, Segres interprété par le toujours fantastique Peter Arne (Death on the slipway (saison 1), Warlock (saison 2), Les œufs d'or (saison 2), et Avec vue imprenable (saison 4)). Il a également joué dans un autre épisode de Département S : La Double mort de Charlie Crippen.
Ensuite, la très belle Pamela Ann Davy (Mission à Montréal (saison 2), et surtout Le mort-vivant (saison 5)).
Le toujours chevronné Sandor Elès (Concerto (saison 3), et La dynamo vivante (saison 5)).
Et enfin Ronald Lacey (Le Joker (saison 5), Le Legs (saison 6), Le baiser de Midas (saison 7)).

Sinon, on trouve dans cet épisode Isobel Black (La poussière qui tue (saison 4)), Robert Cawdron (Le club de l'Enfer (saison 4), Le village de la mort (saison 5)), Cecil Cheng (Interrogatoires, saison 6), Michael Coles, Anthony Valentine (L'oiseau qui en savait trop, saison 5), David Morrell (l'heure perdue, saison 4), Patrick Mower (l'économe et le sens de l'histoire, saison 4), et John Ronane (Le village de la mort (saison 5), L'homme au sommet (saison 6)).


L'épisode aurait pu être meilleur pour une fin de série, mais la termine honorablement. Cette série fut la première à mettre en scène une équipe spécialisée dans des affaires étranges, parfois à la limite de la SF. Cet exemplaire du style "Spy-FI" dont Chapeau melon est le plus grand représentant, sut pimenter ses classiques histoires policières par une atmosphère étrange. La série est très policière, la greffe avec la SF n'est pas encore aboutie mais elle est le point de départ des grandes séries qui feront du policier-SF leur essence et leur succès. Au-delà de son intérêt historique, de ses similtudes - jusque chez les acteurs invités - avec les Avengers, c'est bien une série plaisante, hautement recommandable, et visionnaire, que nous avons parcourue ensemble.

Retour à l'index

Images capturées par Alexandre.

Le Fantôme de Mary Burnham (The Ghost of Mary Burnham)