Pour attraper un rat

7-06-02Cible

UN CHAT PARMI LES PIGEONS
(CAT AMONGST THE PIGEONS)

Tournage : juin 1976

Diffusion : ITV, 16 novembre 1976 – TF1, 8 janvier 1977

Scénario : Dennis Spooner

Réalisation : John Hough

Vladek Sheybal (Zarcardi), Matthew Long (Turner), Basil Dignam (Rydercroft), Peter Copley (Waterflow), Hugh Walters (Lewington), Gordon Rollings (Bridlington), Joe Black (Hudson), Patrick Connor (Foster), Kevin Stoney (Tomkins), Andrew Bradford (Merton), Brian Jackson (Controller).

Résumé

Un homme entre dans son magasin et constate que tous ses oiseaux se sont enfuis de leur cage. Pendant ce temps, un autre homme, apeuré, fuit un étrange bruit de flûte : Merton (c'est son nom) contacte Steed pour l'informer qu'un certain Rydercroft va être assassiné. Mais il n'a pas le temps de finir qu'il est attaqué et chute du haut d'une falaise.

Steed, Gambit et Purdey prennent alors les mesures nécessaires pour la protection de Rydercroft qui est, néanmoins, tué comme l'a prédit Merton : son avion s'est écrasé. Turner, un des hommes chargés de l'enquête, découvre une bague avec une inscription "Le Sanctuaire aux Oiseaux". Turner a à peine le temps d'entrer dans la bâtisse qu'il est attaqué. Il est apeuré et révèle à son agresseur comment il a retrouvé sa trace. Deux autres écologistes doivent mourir et Foster est le second après Rydercroft. Puis c'est au tour de Turner qui a réussi à s'enfuir de chez son agresseur mais il a le temps de prévenir Steed : "Waterlow". Steed se rend chez ce dernier et arrive à temps pour sauver le professeur Waterlow d'une attaque de volatiles en s'immergeant dans la piscine. Steed et Gambit découvrent qu'un homme peut commander les oiseaux pour tuer : Zarcardi. Purdey, tout comme Turner, s'est rendue chez lui et se retrouve prisonnière. Elle tente de fuir et Zarcardi lui envoie ses tueurs à plumes mais au bout de quelques secondes, ils ont disparu. Steed et Gambit sont arrivés à temps avec des chats, beaucoup de chats ! Zarcardi, ne pouvant supporter cela, se tue en sautant par la fenêtre.

Fin de l'épisode

Devant le cadavre de Zarcardi, Gambit dit : "He could sing" et Steed répond : "But he can't fly !".


CRITIQUES

7-06-01


Denis Chauvet


Avis : Un épisode digne de la grande époque. Les oiseaux remplacent les chats du Tigre caché : la référence à cet épisode est soulignée dans la dernière scène. Cat Amongst the Pigeons est sûrement le meilleur des New Avengers tant l'esprit Avengers est présent du début à la fin de l'aventure. Il bénéficie d'une superbe réalisation et d'un excellent vilain, très inquiétant. L'attaque des oiseaux et le thème musical font, bien évidemment, penser au grand Hitchcock. À ne pas rater : la séquence de la piscine où Steed est en immersion, parapluie à la main et melon sur la tête.

Avec le recul (nouvel avis, juillet 2012): Un superbe épisode, et sûrement celui qui fait le mieux la transition entre les deux époques Avengers au vue des nombreuses références à des aventures de la cinquième saison ; Le tigre caché, Le vengeur volant, L’oiseau qui en savait trop, entre autres. La réalisation de John Hough et la prestation de Vladek Sheybal contribuent à la réussite de l’entreprise, même si l’intrigue est un peu tarabiscotée : ‘Birds compete with humanity for food’. Les meilleurs passages sont l’échange Purdey/Gambit: ‘Definitely the real Gambit, and no!’, Steed et Waterlow dans la piscine et le final ‘Pussy Galore’. Quatre melons, of course.   

Steed 3003 29 octobre 2004

"Pussies" (Gambit) "Galore" (Steed) [Il y a des minous/Partout] : ainsi, après Le tigre caché, nos Avengers renouent avec le thème des animaux meurtriers dans un épisode réussi.

Le scénario de Dennis Spooner (qui avait déjà écrit le chef-d'œuvre de la saison 6 : Clowneries) est très original (même s'il rappelle lourdement Les Oiseaux de Hitchcock), surtout pour les New Avengers, et renoue avec les sujets plus délirants qui faisaient notre joie dans les old Avengers. Cette histoire d'oiseaux meurtriers nous permet, de plus, de voir quelques personnages délicieusement déjantés, tels que Bridlington ou Waterlow, et nous offre un méchant plutôt crédible (quoique très classique, comme quasiment tout le temps dans la série) en la personne de Zarcardi. On pourrait cependant lui reprocher : son déroulement très linéaire (pour sa défense, on pourrait adresser le même reproche à 80% des épisodes de la série), son humour mal réparti (très drôle dans sa seconde partie, l'épisode n'arrache pas un sourire dans la première) et quelques longueurs. Néanmoins, on pourrait aussi saluer un dénouement inattendu et un penchant pour l'horreur assumé sans honte et avec un certain panache, surtout pour une série dite d'espionnage. Je ne comprendrai d'ailleurs jamais pourquoi Chapeau Melon est toujours qualifié de série d'espionnage, alors qu'elle aborde une incroyable diversité de thèmes ; mais bon, c'est un autre débat.

La réalisation de John Hough (réalisateur des excellents Le document disparu, Le matin d'après – mais aussi du pas très bon Brouillard) est d'une beauté à couper le souffle. Il dote l'épisode d'un esthétisme particulièrement raffinée et en fait (profitant sûrement d'un temps clément lors du tournage) un des épisodes les plus lumineux de la série. Ces plans sont très recherchés et servent parfaitement l'intrigue. Il prend lui aussi le parti pris de l'angoisse et nous offre des séquences, et c'est rare dans la série, véritablement terrifiantes, dont l'attaque de Purdey constitue le point d'orgue.

Le trio Steed, Purdey et Gambit fonctionne parfaitement dans cet épisode (même si parfois ils ne font que se doublonner, comme le montrent quelques scènes très drôles). Les liens forts qu'ils ont entre eux apparaissent ici au grand jour.

Les décors sont épatants : le lieu du crash aérien est d'une beauté effarante, le repaire du méchant ou la volière le sont aussi.

Les costumes sont moins ratés que d'habitude et les tenues de motarde, ainsi que "le flower power", s'accordent tant bien que mal à Purdey.

La musique est ici plus discrète, mais toujours aussi variée (Laurie Johnson a composé pour cet épisode une véritable musique de film d'horreur, qui n'est pas sans rappeler certains thèmes de Hitchcock) et excellente.

EN BREF : Les New avengers font une incursion réussie dans le domaine de l'angoisse, avec notamment une superbe réalisation.

Estuaire44 25 mai 2015

L’épisode a l’excellente idée de ressusciter l’une des meilleures traditions des Avengers classiques en la personne d’un authentique et savoureux Diabolical Mastermind, denrée devenue désormais bien rare. Le Kane du Dernier des Cybernautes fait ainsi pâle figure face à l’inquiétant Zarcardi, dont la folie froide et hors monde est rendue subjugue grâce à la personnalité de Vladek Sheybal. L’acteur restitue avec immensément de talent cette psychose homicide et persuadée de son bon droit, avec une fausse douceur réellement inquiétante. Via une Purdey en grande forme, l’esprit diabolique développe une interaction avec les justiciers, un procédé toujours porteur. Les manifestations de Zarcardi sont également brillamment soutenues par une mise en scène inventive, jouant habilement sur le suggéré afin de rendre terrifiantes le attaques d’oiseaux. Dennis Spooner a l’excellente idée de la mort par choc de frayeur, qui rend le résultat visible à l’écran sans profusion d’hémoglobine, mais aussi évite le ridicule des vêtements en charpie du Tigre caché. Comme souvent au cours de la série, l’apport de la musique se montre déterminant et le spectateur découvre de forts jolies localisations, entre aéroport, campagne anglaise et superbes demeures.

Épisode d’atmosphère et d’interprétation, Un chat parmi les pigeons souffre malheureusement d’un scénario déficient. Son argument de la rivalité hommes/oiseaux pour la nourriture aurait été amusant dans la bouche du Mastermind, présenté comme une vérité scientifique, il interloque. Surtout, l’intrigue retrouve aussi quelques tics malencontreux des Avengers classiques. Elle se résume à une énième succession de meurtres, sans l’ironie du Château de cartes les voyant quasiment tous échouer. Quand on suit la fuite absurdement allongée de Turnern on se demande  progressivement si l’auteur va oser, eh bien si : le malheureux arrive chez Steed pour murmurer une ultime information, avant de décéder. Un de plus. Reprendre les Avengers classiques ne signifiait pas obligatoirement rééditer leurs poncifs. Les chats permettant de vaincre les oiseaux introduisent un  humour ici hors de propos, car à contre-courant de la menace que Zarcardi aura su  représenter. On ne peut pas édifier un magnifique esprit diabolique, pour ensuite le faire tomber par un gag, même référencé (le tigre caché), c’est contre-productif. De même son suicide bien expéditif  frustre le spectateur. Comme avec le Henry de Comment réussir un assassinat, on ressent qu’un Diabolical Mastermind doit être tout sauf pathétique.

EN BREF:  Une superbe mise en scène rend et le retour d’un authentique Diabolical Mastermind, campé avec immensément de talent par Vladek Sheybal, rendent l’épisode très prenant, malgré un scénario plus quelconque. 


EXTRAIT VIDÉO


Nous devrions continuer cette conversation à l'intérieur

A PARTAGER! NEW AVENGERS (SAISON 1) - LES SÉQUENCES CULTES - Un chat parmi les pigeons : Nous devrions continuer cette conversation à l'intérieurDevenez fan de notre page pour retrouver chaque jour une nouvelle séquence culte des New Avengers!Consultez la fiche complète de Un chat parmi les pigeons sur Le Monde des Avengers: http://theavengers.fr/index.php/chapeau-melon-bottes-de-cuir/saisons/saison7/un-chat-parmi-les-pigeonsParticipez à la discussion autour de l'épisode sur notre forum: http://avengers.easyforumpro.com/t1879-un-chat-parmi-les-pigeons-cat-amongst-the-pigeons

Posted by Le Monde des Avengers on Tuesday, June 2, 2015

Steed dans la piscine !


INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

7-06-03


 Tournage

o L'avion de Rydercroft décolle de Wycombe Air Park dans le Buckinghamshire. Cet aéroport sert de base pour les démonstrations de nombreux passionnés d'avions anciens.

Wycombe Air Park

o Steed se rend compte qu'un volatile a pris place dans sa Range Rover. Il trouve refuge dans un camion de déménagement. Scène tournée à Quarry Cottages près de Rush Green.

Quarry Cottages

o Le Sanctuaire des Oiseaux est St Huberts à Gerrards Cross.

Sanctuaire des Oiseaux est St Huberts à Gerrards Cross

o La maison de Steed est Binfield Manor près de Bracknell dans le Berkshire. Les propriétaires de cette résidence, datant de 1860, ont d’excellentes relations avec Fennell et Clemens, d'où de nombreuses apparitions dans les productions du duo (Professionnels, Nouveaux Professionnels…).

Binfield Manor près de Bracknell dans le Berkshire

o Foster réside à Southall, Greater London.

Binfield Manor près de Bracknell dans le Berkshire

Continuité

o Entre le moment de la vérification et celui de l'envol, la plaque d'immatriculation de l'avion de Rydercroft a changé !

o Ce n’est pas Joanna Lumley sur la moto mais vraisemblablement Cyd Child. L’actrice était toujours doublée pour les scènes de moto.

Cyd Chil Un chat parmi les pigeons

o Lorsque Purdey sort en courant de chez Steed pour le rattraper, il y a un microphone dans le coin inférieur gauche (source : forum international).

Détails

o Référence directe au film d'Hitchcock, Les oiseaux, dans les dialogues : 'They come in through the chimney ! Did you see that film ? Oh, terrible !" [Ils passent par la cheminée ! Avez-vous vu ce film ?]

o Gambit s'exclame : "Pussies" et Steed réplique : "Galore". Mrs Peel prononce également cette réplique ambiguë dans Le tigre caché de la saison couleur.

o L'intrigue est étrange : les écologistes attaqués préconisent une réduction du nombre d'oiseaux car ces derniers vont entrer en concurrence avec les humains pour la nourriture.

o Merton chute et le plan de ses lunettes brisées rappelle un peu une scène de Miroirs.  

pigeons 7

o La tenue noire et blanche de Purdey fait penser à celles de Mrs Peel de la saison quatre.  

Un chat parmi les pigeons

o L’enquêteur Lewington n’a pas oublié son Union Jack.

pigeons 9

o Des panneaux qui rappellent Le tigre caché

pigeons 9

o Lorsque Waterlow précise que Zarcardi est une personne qui comprend vraiment les oiseaux, Gambit répond : "Sounds like a man I should meet."[Un homme que je devrais rencontrer]. Intraduisible en français car bird signifie "oiseau" mais également "femme volage, poule, pépée"…Cette blague est une reprise car elle fut déjà utilisée dans L’oiseau qui en savait trop. 

o ‘He could sing but he couldn’t fly’. La dernière réplique de l’épisode est une référence au film On the Waterfront (Sur les quais) d’Elia Kazan en 1954 avec Marlon Brandon et Karl Malden.

o La moto de Purdey est une Yamaha DT250. Commercialisée de 1968 à 1981, cette gamme a connu un grand succès durant les années 70. Elle y accompagna idéalement l’ouverture de la moto au tout-terrain, en Europe. 

o Tout comme Gambit dans Pour attraper un rat, Steed conduit une Range Rover, mais de couleur verte. 

o L’avion de Rydercroft est un Piper PA-28, communément surnommé le « Cherokee ». Cette populaire famille d’avions de loisir ou de voyage moyenne distance a été lancée au début des années 60 et demeure active aujourd’hui. L’avion est réputé pour sa manœuvrabilité et sa puissance, jointes à un prix modeste. D’autres avions d’époque de même gamme sont visibles durant les scènes d’aéroport, dont des Cessna Skyhawk et Golden Eagle.

Acteurs

o Vladek Sheybal (1923-1992) est né en Pologne. Il arrive en Grande-Bretagne au début des années 60. Il interprète Kronsteen dans From Russia With Love (1963), le second et un des meilleurs James Bond. Il enchaîne ensuite les petits rôles, surtout pour la télévision : Destination danger, Le Saint, Le Baron, Les champions, Poigne de fer et séduction, Shogun. Il est le Dr Doug Jackson dans la série UFO. Au cinéma, entre autres : Casino Royale, Scorpio, Avalanche Express.

o Basil Dignam (1905-1979) a fait une de ses dernières apparitions dans cet épisode. Il a tourné auparavant dans un grand nombre de séries britanniques à succès. Sir Francis Drake, Le Saint (deux épisodes), Destination danger, Le prisonnier, L'homme à la valise (deux épisodes), Les champions, Département S (trois épisodes), Paul Temple, UFO, Jason King, Amicalement vôtre, L'aventurier, Poigne de fer et séduction, Regan… sans oublier un épisode de la saison 3, Le cheval de Troie. Il s’est spécialisé avec succès dans les rôles d’autorité (policiers, militaires, nobles...).

o Andrew Bradford (1944) a commencé sa carrière en 1965. On l'a vu à la TV dans L'aventurier, Poigne de fer et séduction, Target, Les professionnels, Mission casse-cou, Les mémoires de Sherlock Holmes, L'Inspecteur Morse, Mr Bean. Il a également participé aux cascades de plus de 100 productions et il joue quelques rôles au cinéma. Il est, entre autres, 009 dans Octopussy. Depuis 1998, il s'est consacré uniquement à la cascade.

o Peter Copley (1915-2008) débuta sa carrière en 1932, qu’il mena avec succès tant au West End qu’à l’écran. Il participa notamment aux plus grandes séries anglaises (Department S, Les champions, Destination danger, Le Saint, Z Cars, Dr Who, Cadfael etc...). Il nous a quittés à 93 ans, alors qu’il venait encore de participer à une version télévisée des Annales du Disque Monde. Dans Un chat parmi les pigeons, il est le Pr. Waterlow qui, en compagnie de Steed, échappe de justesse aux oiseaux du diabolique Zarcardi, en plongeant dans une piscine (extrait sur le site). Auparavant, il joua également le Major Sparshott (Miroirs) et Henry Barker (La Naine Blanche). Trois épisodes particulièrement relevés, qu’il servit avec grand talent.

À noter que ...

o Cat amongst the pigeons est le titre d'un roman d'Agatha Christie. Le cadre est une école de filles.

o Cat Amongst the Pidgeons figure sur les DVD A&E.

o Cet épisode est une référence évidente au film Les oiseaux (1963) d'Alfred Hitchcock, tant dans les dialogues (voir Détails) que dans la musique et l'intrigue.

o D'après le magazine Génération Séries, c'est le meilleur épisode des New Avengers, proche de l'esprit des classiques.

o Cet épisode fut le plus regardé de la première saison TNA en Grande-Bretagne, d'après Television's Greatest Hits.

o John Hough est un spécialiste du fantastique et de l'horreur au cinéma. La maison des damnés (1973) est une excellente adaptation d'un scénario signé Richard Matheson (auteur de Je suis une légende).

o Coupures de presse lors de la 1re diffusion française.

Télé 7 Jours

Top Télé

Le Figaro


Fiche de l'épisode Un chat parmi les pigeons des sites étrangers :

En anglais

http://theavengers.tv/forever/newave-5.htm
http://www.dissolute.com.au/the-avengers-tv-series/new-avengers/n05-cat-amongst-the-pigeons.html
http://deadline.theavengers.tv/NAS1-05-Pigeons.htm

En flamand
http://home.scarlet.be/%7Epvandew1/avengers/newav06.htm

En italien
http://www.serietv.net/guide/gli-infallibili-tre/stagione_1.htm

En espagnol
http://losvengadores.theavengers.tv/tna_pigeons.htm

 

Retour à la saison 7

800x600 Quarry Cottages Normal 0 false false false EN-US X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4