Les MisérablesTouchez pas au grisbi

Saga Lino Ventura

La 7ème cible (1984)


1. LA 7ÈME CIBLE

classe 4

Résumé :

Un homme qui sort le soir dans la rue, se fait agresser. Il s'agit de Bastien Grimaldi un ancien grand journaliste qui est aujourd'hui un écrivain. Les incidents se poursuivent : coups de fil sans personne à l'autre bout, voiture qui lui rentre dedans, sa voiture qui explose, etc. Grimaldi va à la police et en profite pour commencer à mener sa propre enquête. Il remonte alors jusqu'à un certain Sylvain Hagner, un escroc notoire, la police le connaît bien. Grimaldi reçoit une demande de rançon contre sa vie : 1 milliard.

La police monte alors un guet-apens qui fonctionne et les arrestations tombent les unes après les autres sur le réseau d'extorsion mis en place, seul Hagner reste introuvable. Par hasard, Grimaldi découvre que sa fille adoptive, Laura, est la maîtresse de Hagner, il se rend en Allemagne et celle-ci lui raconte tout : elle aime Hagner et lui a tout raconté de sa vie, elle vient de recevoir une lettre de lui qui la quitte. Mais Hagner doit encaisser une rançon d'une autre victime, et Grimaldi le prend en filature. Ce dernier réussi à se faire suivre par la police, et Hagner apeuré s'enfuit et renverse un homme, sous les coups de feu de la police, Hagner est tué.

unechance 7

Critique :

Un bon film, réalisé par Claude Pinoteau (L'Homme en Colère, L'étudiante, Le Grand Escogriffe) avec un scénario et des dialogues de Jean-Loup Dabadie (César et Rosalie, Les Choses de la Vie, Courage Fuyons). Le film tire son nom du fait que Ventura est la 7e victime des maîtres chanteurs. C'est une mise en scène classique mais très efficace que nous livre Pinoteau, les éléments s'imbriquent les uns dans les autres au fil de la découverte des choses par Ventura, et de fil en aiguille on découvre le résultat, c'est bien amené, ça se fait d'une façon linéaire agréable, rien à redire.

Ventura interprète cette fois-ci un ancien grand-reporter devenu écrivain et qui vit seul entouré de ses amis. Il interprète un personnage plus vulnérable que ses rôles précédents, et s'en sort à merveille, notamment lors de ses attitudes de pleine détresse : je pense évidemment à la séquence de la cabine téléphonique lorsqu'il est avec sa petite amie et son fils, et qu'il pense tenir celui qui l'appelle et que la cabine ne fonctionne pas. On a encore du grand Ventura, et ça ne fonctionne vraiment pas mal. 

ladoublure 3

Autour de lui, on retrouve Jean Poiret (La Cage aux Folles, Poulet au Vinaigre, Le Dernier Métro) qui joue son ami ventriloque que Ventura doit sans arrêt porter à bout de bras. Si la prestation de Poiret est très bonne, c'est en revoyant ce film que ça me confirme que Serrault a déteint et d'après moi beaucoup trop sur son jeu d'acteur. J'avais déjà remarqué que Poiret avait des similitudes avec Serrault pour jouer, mais là c'est tout juste flagrant : Poiret nous livre une interprétation de son personnage à la Serrault et ça gâche un peu le plaisir. Viennent ensuite Jean-Pierre Bacri (Subway, Didier, Place Vendôme) dans le rôle de l'inspecteur Esperanza chargé d'enquêter sur l'affaire de Grimaldi, Bacri nous fait déjà du Bacri et honnêtement je ne sais trop quoi en penser, néanmoins il s'agît d'un petit rôle.

Dans les autres seconds rôles masculins nous retrouvons Roger Planchon (Radio Corbeau, I... Comme Icare, Le Dossier 51) en commissaire et dont le face à face avec Grimaldi est mémorable. Nous avons ensuite Erick Desmarestz dans le rôle de l'inspecteur Buvard, Robert Hoffmann (Perversion, Le Vieux Fusil, Le Commando de sa Majesté) dans le rôle de Hagner et Mario Pilar (Un Flic Hors la Loi, Chère Femme, La Vie des Autres) qui est l'employé à l'aéroport de Roissy. Pour les vedettes féminines, nous retrouvons Lea Massari (Peur Sur la Ville, La Femme en BleuLe Professeur) dans le rôle de Nelly Renoir la compagne de Poiret et ex de Ventura dans le film. J'adore cette actrice, mais elle a vraiment une horrible coupe de cheveux dans celui-ci et gâche sa beauté physique, nous avons ensuite la très jolie Béatrice Agenin (Itinéraire d'un Enfant Gâté, L'Année des Méduses, La Femme de ma Vie) qui nous livre une très belle composition de femme fragile amoureuse de Ventura, rien à dire c'est un vrai bonheur de la voir à l'écran à chacune de ses apparitions dans le film. 

Nous terminons avec la non moins séduisante Elizabeth  Bourgine (Un Cœur en Hiver, Abus de Confiance, Le Trajet de la Foudre) pour le rôle de la fille adoptive de Ventura. Là aussi, elle nous livre une excellente prestation de femme qui ment pour pouvoir aller retrouver l'homme qu'elle aime et qui n'est autre que le maître-chanteur de son père adoptif. Le film joue d'ailleurs assez bien sur le rôle de Laura dans cette affaire, au début on peut penser que Laura est dans le coup de la machination envers Grimaldi pour lui soutirer de l'argent, mais en fait non, le film fait dans le classique et nous nous retrouvons au lieu de cela avec une femme amoureuse abusée dans sa confiance par son amant. C'est peut-être d'ailleurs le seul petit reproche qu'on peut lui faire à ce film, c'est qu'il ne va pas assez loin dans le complot, si Laura avait eu un rôle participatif, cela aurait tout de suite eut beaucoup plus d'impact.

Néanmoins, l'histoire s'en tire au final assez bien. Malgré tout, il y a tout de même une ou deux petites longueurs, notamment lors des passages où Ventura est en voiture avec la musique en premier plan, on voit un peu passer les 1H45 du film. L'histoire se déroulant en France et en Allemagne, la majorité des scènes du film sont en extérieur, près du mur de Berlin qui était encore debout à cette époque, nous découvrons donc une Allemagne austère qui renforce encore un peu plus l'ambiance du film. De même que une ou deux scènes angoissantes comme celle où Ventura avance dans la pénombre du garage sous-terrain avant que sa voiture n'explose : simple, mais efficace.

La musique de Vladimir Cosma n'est pas mémorable et serait même assez agaçante par moment, ce n'est clairement pas ici sa meilleure composition. Bon film donc, avec un Ventura encore bien dans son rôle, mais qui aurait pu être mieux c'est la raison pour laquelle je ne lui mets pas la note maximale. Le film marchera moyennement avec un peu plus de 1.2 millions d'entrées, je conseille aux fans de Ventura de l'avoir dans leur vidéothèque bien entendu. 

Anecdotes :

  • La 7ème Cible  est officiellement le denier film tourné par Lino Ventura, effectivement, il tournera ensuite juste par amitié dans un téléfilm de Roger Hanin : La Rumba où il n'est pas crédité. En effet, Lino Ventura devait tourner ensuite deux autres films dont La Jonque. Mais ce dernier sera annulé pour raisons financières.

  • C'est Sophie Marceau qui devait interpréter le rôle de Laura, la fille adoptive de Grimaldi, mais l'actrice refusa au dernier moment pour jouer dans le film L'Amour Braque. Le rôle revint alors à Elizabeth Bourgine.

  • Le budget assez important du film, permit à tout l'équipe de faire un joli voyage à Berlin pour pouvoir y tourner les scènes de celui-ci qui se déroulaient en Allemagne.

Séquences cultes :

Mais qu'est-ce que c'est que ce fou ?

Mon taxi est là.

Parking

T'as pas de boulot mais t'as une belle voiture !

Aéroport

Course-poursuite à Berlin

Retour à l'index