Don Camillo du pire au meilleurLe retour de Don Camillo

Saga Don Camillo

Le Petit Monde de Don Camillo (1952)


LE PETIT MONDE DE DON CAMILLO

classe 4

Résumé :

Au nord de l’Italie de l’immédiat après-guerre, les Communistes viennent de remporter les élections municipales dans le petit village de Brescello. Dès lors, la vie de la communauté est scandée par l’opposition perpétuelle entre le maire, Peppone, et le curé, Don Camillo, qui dialogue régulièrement avec un Jésus tentant de modérer sa fougue politique. Chaque péripétie locale devient l’occasion d’une escarmouche entre les deux hommes. Toutefois une forte amitié remontant aux maquis antifascistes les unit et ils parviennent à œuvrer ensemble pour le bien commun, quand le besoin s’en fait sentir. Après une énième échauffourée, l’Evêque décide toutefois d’envoyer Don Camillo prendre du repos, en lui confiant une paroisse montagnarde. 

unechance 7

Critique :

Près de soixante-cinq ans plus tard, le premier intérêt du Petit Monde de Don Camillo est à l’évidence historique. Paru alors que Staline était encore aux commandes de l’URSS, il évoquera auprès du spectateur contemporain un monde enseveli par les sables de l’Histoire. Celui de la confrontation mondiale entre deux blocs et deux superpuissances totalement antagonistes, durant une guerre froide mais aussi chaude. A l’affiche en 1952, le film apparaît ainsi contemporain de la Guerre de Corée (1950-1953).

Le propos se centre évidemment sur l’Italie, Giovannino Guareschi ayant eu la même géniale idée que celle qu’exprimera René Goscinny en 1959, avec son Astérix : synthétiser le portrait d’une nation à travers l’existence d’un petit village. L’opposition entre Peppone et Don Camillo et la chronique de Bruscello retranscrivent de manière malicieusement humoristique la confrontation mise en place après-guerre entre le Parti Communiste Italien et la Démocrate-chrétienne. Tous comme les deux protagonistes du film, ces rivaux politiques s’avérèrent d’ailleurs capables de compromis historique, afin de permettre au système de fonctionner pour le bien commun et d’organiser la reconstruction.

Au rebours de son ressenti actuel, le film fut donc d’une brûlant modernité lors de sa sortie en salles, en Italie comme en France, où il connut alors des critiques politisées d’une virulence que l’on imagine mal aujourd’hui. Le public français pouvait trouver bien des convergences avec la relation existant entre Communistes et Gaullistes après la Libération et la lutte commune contre l’occupant. La société hexagonale demeurait également bien davantage agricole qu’elle ne l’est revenue depuis, avec l’exode rural et le remembrement. De fait, le film véhicule une remarquable sociologie des années cinquante, sinon européennes et urbaines, du moins latines et agricoles. 

ladoublure 3

Une autre qualité du film, cette fois intemporelle, se distingue dans la qualité de sa transposition d’une œuvre littéraire à l’écran. Julien Duvivier sait conserver la nature composite du livre original, un recueil de nombreuses brèves nouvelles, en y incorporant des fils rouges (Roméo et Juliette, la Maison du Peuple) suffisamment présents pour apporter une nécessaire continuité, sans pour autant empiéter sur le feu d’artifice de contes savoureux. Les histoires retenues comptent infailliblement parmi les meilleures et savent se montrer variées, entre enjeux personnels ou sociaux, romantiques ou très terre à terre. La lecture du livre montre d’ailleurs que Duvivier ne respecte pas la chronologie des évènements, afin d’optimiser leur impact et de composer un ensemble stimulant l’intérêt du spectateur.

 On peut y discerner la patte de Barjavel, dont la méfiance pour le progrès technologique, alors exprimée avec force dans son terrible chef d’œuvre, Ravage, se mêle idéalement à cette évocation positive de la vie rustique. Mais Julien Duvivier, le cinéaste de La belle équipe et de Sous le ciel de Paris, se consacre avant tout à sa prédilection pour les portraits psychologiques, avec la matière très riche en personnages qu’assure la multiplicité des histoires. Le film rend communicatif le vif amour de ses auteurs pour ses diverses figures, toujours considérées avec humanisme. Si le film se voit évidemment dominé par la rivalité des chefs de faction, il délivre ainsi de nombreux inoubliables seconds rôles, tels les savoureux lieutenants de Peppone, l’attendrissante Mme Christina, les farouches grands-pères ou le sagace Evêque, entre bien d’autres. 

Des critiques français ont pointé du doigt la dimension supposément réactionnaire du film. Pourtant son propos ne condamne jamais les idéaux généreux et sincères de Peppone, il ne devient jamais manichéen. Si Don Camillo, domine souvent, le Maire sait rendre coup pour coup. En réalité le seul élément fustigé sans restriction demeure l’égoïsme forcené des propriétaires terriens, l’humanisme et le souci du bien commun permettant toujours à Don Camillo et à Peppone de se retrouver aux heures sombres. De fait, ceci ajoute une touche de mélancolie à la vision de ce film aussi drôle qu’émouvant, car, en définitive, qui a réellement remporté la bataille en 2016 ? Le Communisme solidaire de Peppone, le Catholicisme social de Don Camillo, ou bien la toute-puissance du Capitalisme désinhibé ? Poser la question, c’est y répondre.

Cet ancien temps se retrouve également avec plaisir dans l’humour parfois suranné du film, témoignage sensible d’une époque où l’on préférait rire avec les personnages, plutôt que de rire d’eux. La tendresse et l’émotion s’y entremêlent toujours, dans un ensemble identifiable par le public français, puisque la Provence de Pagnol ou des Lettres de mon Moulin n’est certes pas loin. On pourrait taxer cela de naïveté, mais, subtilement filmé par Duvivier, le film dégage une étonnante véracité. Duvivier peut également s’appuyer sur son formidable duo vedette, un impayable Gino Cervi et un Fernandel idéalement choisi pour incarner cette dualité de drôlerie et de tendresse caractérisant Le Petit Monde de Don Camillo.

Son merveilleux aussi, lors des précieux dialogues entre le protagoniste et Jésus sur sa croix, contemplant l’humanité avec un amour et une bienveillance jamais désespérés. Au-delà de son intérêt historique ou cinématographique, c’est bien cette foi en l’homme, en sa capacité inaltérée à trouver en lui le chemin menant à la solidarité et à la paix (magnifique séquence finale), qui assure l’indémodable succès du Petit monde de Don Camillo, film sincère et généreux, formidablement euphorisant.

Anecdotes :

  • Outre un grand succès international (dont plus de 13 millions d’entrées en Italie), Le petit monde de Don Camillo occupa la première place du box-office français 1952, avec 12 791 168 entrées, devant Violettes impériales (8 125 766 entrées) et Fanfan la Tulipe (6 726 744 entrées). Considéré comme le premier blockbuster français, Il ne sera dépassé par un film heptagonal qu’en 1966, avec La Grande Vadrouille et ses plus de 17 millions d’entrées.

  • Selon la statistique de Centre National du Cinéma, le film a été diffusé 19 fois à la télévision depuis sa sortie en salles, soit une fois de plus qu’Angélique, Marquise des Anges.

  • Le film adapte fidèlement le livre italien éponyme, publié en 1948 (1951 en France) et lui-même grand succès d’édition. L’ouvrage est un recueil de 36 courtes nouvelles, ce qui se ressent dans la construction du film. Guareschi en écrivait une par semaine, pour son journal, Candido. Le film emprunte également quelques éléments au second recueil, Don camillo et ses ouailles.

  • Giovannino Guareschi (1908-1968) était journaliste et caricaturiste, ancien opposant au Fascisme déporté en Allemagne. Après la guerre, il milita contre le Communisme, mais fut aussi très critique contre la Démocratie Chrétienne au pouvoir, ce qui lui valut de la prison.

  • Guareschi participa à l’écriture des dialogues italiens du film. Il souhaitait initialement interpréter Peppone, tandis que Cervi jouerait Don Camillo, mais la production ne fut pas convaincue par ses talents d’acteur.

  • Le tournage se déroula de septembre à novembre 1951, dans le village bien réel de Brescello, où Guareschi situait déjà l’action de ses romans. Brescello se situe dans la plaine du Pô, que l'auteur connaissait bien, étant lui-même originaire de Parme, ville distante de 20 kilomètres. L'entrée du village s'orne des statues de Don Camillo et de Peppone et des excursions touristiques sont organisées afin de visiter les lieux de tournage, ainsi qu’un musée. En 2010, durant la nuit de Pâques, un incendie a endommagé l'église, ainsi que le fameux Christ de Don Camillo.

  • Contrairement à son extérieur, l'intérieur de l'église n'est pas à Brescello, mais a été reconstitué à Cinecittà.

  • Coproduction franco-italienne, Le petit monde de Don Camillo emploie des acteurs des deux pays, chacun parlant sa langue. Le film possède ainsi deux versions originales.

  • Fernandel et Gino Cervi sympathisèrent durant le tournage et la saga doit beaucoup à leur complicité toujours maintenue. Outre les cinq Don Camillo, ils jouèrent ensemble dans Le Grand Chef (1959) et dans Le Bon Roi Dagobert (1963), où Fernandel joue le roi et Cervi, St-Eloi, inversant ainsi leur rôle.

  • Le réalisateur Julien Duvivier écrivit également les dialogues français, en collaboration avec René Barjavel, l’un des plus grands auteurs français de Science-fiction et de Fantastique. Après avoir publié quelques œuvres majeures du la Guerre (Ravage, Le Voyageur imprudent), Barjavel travailla pour le cinéma jusqu’au début des années 60, essentiellement pour gagner sa vie, après l’échec connu par son d’anticipation Le Diable l’emporte (1948). Il participe ainsi à Les Misérables  Les Chiffonniers d'Emmaüs, Le Mouton à cinq pattes, Le Guépard, etc. Barjavel revient définitivement à la littérature en 1968, avec La Nuit des Temps.

  • Le film remporta plusieurs prix décernés par la critique étrangère. En 1954 il est proposé an BAFTA du film étranger (l’équivalent de nos Césars pour la Grande Bretagne), mais le trophée est remporté par un autre film français, Jeux interdits.

  • La voix de Jésus est assurée par Jean Debucourt, grande figure de la Comédie française. Orson Wells s’en chargera dans la version américaine.

lescotelettes 5

Séquences cultes : 

Ici je peux ?

Des pierres qui brûlent !

Confession

Les visiteurs du soir

Partie de football

Entrevues chez l'évêque

La procession

Au revoir Don Camillo !

Retour à l'index