Saison 2 Saison 4

Miss Marple (2004-2013) - Julia McKenzie

Saison 4


1. UNE POIGNÉE DE SEIGLE
(A POCKET FULL OF RYE)



Résumé :

Le richissime Rex Fortescue est retrouvé mort, empoisonné dans son bureau londonien. L’héritage colossal fait que les membres de sa famille deviennent suspects, que cela soit ses enfants ou sa jeune épouse Adèle, mais elle aussi est assassinée. Lance, qui avait rompu avec son père Rex avant de s’installer en Afrique, vient tout juste de réapparaître. L’ambiance devient encore plus lourde au manoir familial quand l’une des domestiques, Gladys, est également victime d’un meurtre. Or elle avait auparavant travaillé pour Miss Marple, ce qui va conduire celle-ci à intervenir.

Critique :

A sa manière, l’épisode marque avec éclat l’arrivée de Julia McKenzie en rompant avec l’évolution jusqu’ici suivie par la série (et que celle-ci retrouvera bien vite par la suite). En effet loin de se risquer à une adaptation très libre du roman, cet opus y demeure très fidèle, quasiment autant que chez Joan Kickson. La cohérence de la manouvre, car outre l’écriture de l’intrigue et des personnages, elle s’étend également à la mise en scène et à l’interprétation. Ainsi l’on ne retrouvera point ici les virevoltes de caméra, la photographie surexposées ou les couleurs saturées accentuant la joliesse d’opus précédents, jusqu’à y avoisiner le surréalisme. Au contraire, la mise en scène demeure élégamment classique, à l’instar de la musique, tout en instaurant un tempo plus élevé que chez le programme de la BBC.

Avec des moyens également sensiblement plus importants, l’épisode permet ainsi de pleinement bénéficier de superbes des et localisations de tournage, la reconstitution époque se montrant une nouvelle fois impressionnante. Julia McKenzie y effectue une entrée fort réussie, avec une Miss Marple nettement plus proche de la littéraire qu’avec Geraldine McEwan tout en restant plus jeune et dynamique qu’avec Joan Kickson, l’actrice ayant alors un peu plus que la soixantaine. Cela correspond sans doute judicieusement à une expression visuelle de personnage, tandis que Julia McKenzie s’avère impeccable dans les registres de l’émotion et de l’humour, tout en sachant exprimer l’autorité naturelle de Miss Marple lorsque son intellect s’exprime. Le reste de la distribution se montre également de qualité, à l’occasion de ce prometteur lancement de la saison 4.

Anecdotes :

  • Diffusé le 06 septembre 1999, le téléfilm est adapté du roman éponyme, publié en 1953. Le scénario comporte peu de différences notables avec ce livre

  • Rupert Graves (Lance Fortescue) est dans l’Inspecteur Lestrade dans la série Sherlock, il participe également à Doctor Who, la dynastie des Forsythe, Wallander, inspecteur Morse

  • Lucy Cohu (Pat Fortescue) joue actuellement Mme Maigret  dans les téléfilms où Rowan Atkinson incarne le célèbre commissaire.

  • Julia McKenzie apparaît ici pour la première fois dans le rôle de Miss Marple. Elle connaît une très belle carrière au théâtre, à Broadway ainsi qu’au West End, et est devenue une figure populaire de la télévision anglaise, à travers plusieurs sitcoms (Fresh Fields, Maggie and Her…).

  • Yew Tree Lodge est représenté par Englefield House, dans le Berkshire. Cette grande demeure élisabéthaine fut élevée en 1558, la tradition veut que la Reine Vierge l’offrit à Sir Francis Walsingham, son maître espion. Englefield House a servi de décor à de nombreuses productions, représentant notamment l’école de Xavier dans deux films des X-Men. Elle figure également Auradon Prep dans la série Disney Descendants.

  • Pinewood Sanitorium est représenté West Wycombe Park, dans le Buckinghamshire. Construits entre 1740 et 1800, cette superbe demeure en colonnades, ses jardins et son parc abritèrent les plaisirs du richissime et libertin baron Francis Dashwood, trésorier royal.  Ce philanthrope et ami des philosophes (notamment de Benjamin Franklin) fut également le fondateur du second Hellfire Club, Sous une apparence scandaleusement sataniste, le club fut  en fait un salon de discussion libre et festive entre politiques et membres de la haute société.

Retour à l'index


2. UN MEURTRE EST-IL FACILE ?
(MURDER IS EASY)

Résumé :

Alors qu’elle se rend à Londres en train, Miss Marple fait la connaissance de Lavinia Pinkerton. Celle-ci lui déclare avoir connaissance de deux meurtres survenus dans son village de Wychwood, avant de brusquement décéder dans ce qui semble être un accident.  Intriguée, Jane se rend à Wychwood où se trouve confrontée à une complexe affaire d’empoisonnements. Mais le village est similaire par bien des aspects à St Mary Mead et Miss Marple va savoir y exercer son infaillible sagacité.

Critique :

Après un A Pocket Full of Rye de facture tout à fait classique, la série renoue ici avec la grande liberté de ses adaptations, puisque Miss Marple s’y voit de nouveau incorporée à une enquête où elle ne figurait pas initialement. Le résultat de cette nouvelle intromission narrative résulte inégal. En effet les changements apportés à l’intrigue la rendent davantage floue et la lestent de dialogues manquant souvent cruellement de naturel alors même que l’énigme du jour ne constitue sans doute pas la plus captivante d’Agatha Christie. Toutefois on apprécie malgré tout que, même transformé, l’épisode apporte l’occasion de mettre en avant l’un des romans les plus méconnus de la Duchesse de la Mort. Par ailleurs, Miss Marple se retrouve, sinon, à St Mary Mead, du moins dans un alter ego de l’Angleterre profonde, soit son environnement naturel. Surtout, la série a fini par acquérir un certain en savoir-faire en la matière et l’introduction de Jane s’opère de manière assez naturelle, de même que sa collaboration amicale avec Luke Fitzwilliam, bien aidée par l’évidente complicité existant entre Julia McKenzie et Benedict Cumberbatch.

Des spectateurs malicieux pourront s'amuser à y discerner comme une association entre Miss Marple et un Sherlock soudan converti à l’amabilité et à la vie sociale, mais le duo fonctionne efficacement sur le modèle du policier et un consultant spécial actuellement en vogue. Cumberbatch apporte évidemment beaucoup à l’opus, à la tête d’une distribution une nouvelle fois particulièrement relevée, avec les habituels visages de Doctor Who (Russell Tovey, l’Alonzo matelot de l’Espace ayant sympathisé avec Le Docteur, mais bien davantage encore avec Captain Jack, Jemma Redgrave, la fille du Brigadier, ou encore Shirley Henderson, la Ursula de Love & Monsters). Julia McKenzie achève de composer talentueusement son intéressante Miss Marple, proche de celle de Joan Hickson, mais davantage portée sur l’émotion et rajeunie (à l’instar curieusement de plusieurs autres personnages). Les comédiens et l’évocatrice mise en scène, parfaitement relayée par la musique, façonnent Murder is Easy comme un authentique épisode d’atmosphère, sur une tonalité très sombre. L’abord très direct et explicite du thème du viol y contribue également, de même que la faramineuse succession de meurtres, avoisinant parfois dangereusement le grand guignol, sans toutefois y sombrer.

Anecdotes :

  • Diffusé le 13 septembre 2009, le téléfilm est adapté du roman éponyme, publié en juin 1939. Miss Marple n’y figure pas, l’enquête y étant menée par Luke Fitzwilliam (qui est celui à qui se confie Lavinia Pinkerton) et par le Superintendant Battle.

  • L’intrigue diffère considérablement de celle du livre. De nombreux personnages et évènements s’y voient en effet changés, de même que les motivations de l’assassin.

  • Sylvia Syms (Lavinia Pinkerton) a connu une très belle carrière au cinéma et à la télévision, où elle est notamment apparue dans de nombreuses séries d’aventures des années 60, dont Le Saint, à quatre reprises.

  • Shirley Henderson (Honoria Waynflete) a été Gail dans Trainspotting 1 et 2, Jude dans les films de Bridget Jones et Mimi geignarde dans ceux d’Harry Potter. A la télévision elle a notamment été Ursula, l’amoureuse d’Elton dans l’épisode Love & Monsters de Doctor Who.

  • Benedict Cumberbatch (Luke Fitzwilliam) est alors sur le point de devenir Sherlock Holmes dans la série Sherlock, lancée par la BBC en juillet 2010. Le succès rencontré va propulser sa carrière au cinéma (Le Hobbit, Star trek ib.o Darkness, Dr. Strange…). Egalement très présent au théâtre, Benedict Cumberbatch est élevé par la Reine au rang de Commandeur de l’Empire britannique, en 2015.

  • La station de métro où Lavinia Pinkerton chute mortellement dans l’escalier mécanique est Southgate, située dans le nord de Londres. Inaugurée en 1933, elle est réputée pour son architecture Art déco et se spectaculaires escaliers mécaniques, aux lampes de bronze également représentatives de ce style. 

Retour à l'index


3. JEUX DE GLACES
(THEY DO IT WITH MIRRORS)

Résumé :

Miss Marple est appelée à l’aide par Ruth, la sœur d’une de ses amies d’enfance, Carrie-Louise. Celle-ci serait en train d’être progressivement empoisonnée par un mystérieux ennemi. Or Carrie-Louise, épouse du philanthrope Lewis Serrocold,  est quelqu’un de candide et elle refuse de prendre la menace au sérieux. Et pourtant Miss Marple trouve qu’une ambiance familiale menaçante entoure effectivement son amie, dans sa belle demeure de Stoneygates servant d’institut de réinsertion modèle pour de jeunes délinquants.

Critique :

Vis-à-vis de bien d’autres épisodes, le téléfilm se montre relativement modéré dans les modifications qu’il apporte au texte originel. Si de nombreux personnages voient leur profil et leur relationnel évoluer au sein de la famille dysfonctionnelle du jour, le cœur de l’intrigue demeure néanmoins préservé. Si plusieurs changements apportés ne paraissent pas apporter de plus-values notables, globalement la réécriture opérée rend plus clair le déroulement de l’action tant le roman, écrit tardivement par Agatha Christie, résultait touffu lesté par un grand nombre de personnage. Cette volonté de lisibilité adaptée au format télévisuel se montre manifeste avec comme contrepartie des protagonistes parfois devenus trop déclaratifs et emphatiques notamment Carrie-Louise. Les auteurs ont également visiblement d’accorder davantage d’importance au petit monde de l’instit et aux jeunes gens en souffrance que dans le roman (en définitive très centré sur la famille),

L’approche du livre se voit ainsi judicieusement renouvelée. Dans cette optique, musique costumes, photographies et décors contribuent dans un bel ensemble à instaurer toute une atmosphère mélancolique et désenchantée, mais jamais mélodramatique. On peut y discerner la griffe du réalisateur Andy Wilson, qui a également su instiller des ambiances marquées chez Poirot (Death on the Nile, The Labours of Hercules). Il reste d’ailleurs patent que c’est avant tout la peinture du micro univers de Stonygates qui le motive, les quelques scènes périphériques (comme la rencontre entre Miss Marple et Joan Collins) se voyant traites plus à l’emporte-pièce. Quoique toujours juste, la distribution impressionne légèrement moins qu’à l’accoutumée (en dehors de la curiosité apportée par la brève présence de Ruth Van Rydock) mais Julia Mckenzie défend toujours talentueusement une Miss Marple très humaine.

Anecdotes :

  • Diffusé le 01 janvier 2010, le téléfilm est adapté du roman éponyme, publié en 1952. Si le cœur de l’intrigue demeure inchangé, plusieurs personnages sont changés, de même que leurs motivations.

  • Joan Collins (Ruth Van Rydock) reste bien entendu l'emblématique Alexis de Dynastie (1982-1989) mais cette actrice anglaise a également accompli une solide carrière au cinéma (La Terre des Pharaons, 1955 ; Bravados, 1958). Elle se fait néanmoins surtout connaître à la télévision, où elle participe à Star Trek, Mission Impossible, Cosmos 1999, Amicalement vôtr, Police Woman, Starsky et Hutch, Will and Grace, L'amour du risque, etc.

  • Ian Ogilvy (Johnny Restarick) fut proche d'obtenir le rôle de James Bond, en remplacement de Roger Moore. La série Le Retour du Saint l'a fait connaître. Il apparut également dans cinq épisodes d’Arabesque, et interpréta le Duc de Wellington au cinéma (Waterloo, 1970). Scénariste, il est aussi depuis 2004 l’auteur d’une série d’ouvrages à succès destinés aux enfants : Measle and the Wrathmonk.

  • Penelope Wilton (Carrie Louise Serrocold) a été Isobel Crawley dans Downton Abbey et Harriet Jones dans Doctor Who. Sa superbe carrière théâtrale lui vaut d’être élevée au rang de Dame de l’Empire britannique, en 2016.

  • Stoneygates est représenté par Fawley Court, dans le Buckinghamshire (1771). 

Retour à l'index


4. POURQUOI PAS EVANS ?
(WHY DIDN'T THEY ASK EVANS?)

Résumé :

Le jeune Bobby découvre un homme agonisant sur le bord d’une falaise. Le mourant a toutefois le temps de prononcer une ultime et mystérieuse phrase « Pourquoi pas Evans ? ». En compagnie de son amie d’enfance Frankie, il se lance dans une enquête le conduisant à s’intéresser à Castle Savage, résidence d’une famille aussi riche que singulière, dont le patriarche vient juste de décéder. Les deux jeunes gens vont pouvoir compter sur l’aide de Miss Marple, amie de la mère de Bobby.

Critique :

L’épisode signifie derechef une particulièrement large déformation du roman originel. Le procédé ne pose pas de problème en soi pourvu que le jeu en vaille la chandelle et que la version proposée de l’histoire dégage un réel intérêt. Or ici, il nous faut déchanter. Certes, le scénario présente l’avantage de conserver le postulat initial très hitchcockien (la phrase énigmatique de l’agonisant inconnu, point de départ de la résolution du puzzle) et veiller à conserver le relationnel entre Bobby et Frankie. Cela nous vaut un début prometteur, mais le développement de l’intrigue ne convainc guère. L’épisode préserve fort heureusement les fondamentaux de la série magnifique travail de production et mise en scène pertinente. Mais les auteurs confondent l’embrouillé et le ludique, en nous proposant des dialogues empesés et une histoire inutilement complexe, à l’humour moins présent (même si l’opus demeure plus léger que la tonalité générale de la saison). Cela suscite également une progression assez lente de l’action, là où le roman, très alerte, surfait sur l’enthousiasme juvénile des deux protagonistes, très proches de la version Jeunes Aventuriers du couple Tommy & Tuppence Beresford.

Si le côté dysfonctionnel de la famille Savage autorise quelques portraits croquignolets, cette version de Bobby et Frankie véhicule un certain déséquilibre des personnages. Bobby semble davantage confit en religion que chez Agatha Christie (il incorpore visiblement plusieurs caractéristiques de son père, ici absent). Frankie s’en tire un peu mieux, grâce à son intrépidité renouvelle, mais son caractère affirmé se traduit également par un aspect parfois frontalement désagréable, en lieu et place de son ironie finalement très complice envers Bobby. Si l’introduction de Miss Marple s’effectue de manière très bateau (Jane comptant décidément des amis à travers toute l’Angleterre) la formule en trio fonctionne assez harmonieusement pour ne pas réellement pénaliser l’ensemble. Toutefois elle réduit mécaniquement l’importance de la relation entre les jeunes gens, alors que l’histoire raconte aussi comment ce couple très attachant se cristallise. Toujours dominée par l’impeccable Julia McKenzie, la production défend fort honorablement ses personnages. On apprécie notamment une brune Georgia Moffett pour Frankie et une Natalie Dormer en rupture de ban des Tudors, parfaitement choisie pour le rôle de cette femme mystère qu’est Moira Nicholson.

Anecdotes :

  • Diffusé le 15 juin 2011, le téléfilm est adapté du roman éponyme, publié en 1934. Miss Marple ne figure pas dans le livre, où l’enquête est menée par les seuls Bobby et Frankie. Hormis le duo et la situation initiale, l’intrigue est totalement réécrite.

  • Sean Biggerstaff (Bobby Attfield) a été Chris Wood dans la saga Harry Potter. Il a également été la voix de Chris Parsons dans Shada (2003), la série animée adaptant le projet de Douglés Adams écrit pour Doctor Who.
  • Georgia Moffett (Frankie Derwent) est la fille de Peter Davison, interprète du Cinquième Docteur dans Doctor Who. Elle est également l’épouse de David Tennant, interprète du Dixième, qu’elle rencontré lors du tournage l’épisode La Fille du Docteur.

  • Samantha Bond (Sylvia Savage) a été Lady Rosamund Painswick dans la série Downton Abbey et Mrs. Wormwood dans The Sarah Jane Adventures, série dérivée de Doctor Who. Au cinéma, elle a incarné la Miss Moneypenny des James Bond de Pierce Brosnan.

  • Natalie Dormer (Moira Nicholson) est une populaire actrice de télévison tenant des rôles importants dans The Tudors, Game of Thrones, ou encore Elementary. Au cinéma elle a également participé à Captain America: First Avenger et Hunger Games. .

  • La distribution comporte deux actrices tenant des rôles récurrents dans la série Game of Thrones : Natalie Dormer (Margaery Tyrell) et Hannah Murray (Gilly).

  • Tournée en 2009, l’épisode n’a été diffusé en Grande-Bretagne que deux ans plus tard.

  • Castle Savage est représenté par Loseley Park, qui avait déjà servi de décor à l’épisode Mon petit doigt m’a dit (2.03). 

Retour à l'index

 

Résumé :

Miss Marple passe quelques jours à Londres, dans le palace très luxueux et traditionnel qu’est l’Hôtel Beltram. Elle y retrouve de nombreux souvenirs, y ayant séjourné étant enfant. Une femme de chambre est retrouvée étranglée et Miss Marple va résoudre l’affaire en faire équipe avec une autre employée de l’établissement. Jane Cooper. Les deux femmes partagent le même prénom et Miss Marple retrouve volontiers sa jeunesse chez sa partenaire.

Critique :

La saison 3 débute par une adaptation bouleversant une nouvelle fois le roman originel. En effet le téléfilm ne conserve essentiellement que l’idée de l’hôtel fréquenté par Miss Marple quand elle était enfant, et dissimulant aujourd’hui un sinistre secret. Mais la nature de la conspiration se voit totalement changée, tandis que nombre de nouveaux personnages remplacent ceux du livre. Toutefois le résultat de cette relecture va s’avérer tenir parfaitement la route. Ainsi les souvenirs de Miss Marple s’insèrent d’autant plus harmonieusement que la série a eu régulièrement recours à de telles séquences par le passé. Par ailleurs le focus désormais davantage porté sur le personnel de l’établissement (et non seulement sur la clientèle) nous vaut des portraits pertinents et une ambiance moins pastel que dans le roman. De même la conclusion apparaît plus sombre mais aussi plus marquante que l’initiale,

La distribution se montre comme à l’accoutumée de grande qualité. Elle bénéficie de plus de la présence de la formidable Francesca Annis, avec l’amusement supplémentaire de retrouver ainsi celle qui incarna une mémorable Tuppence Beresford dans les années 80. Cela reste toujours un plaisir que d’également retrouver Peter Davison, même si sa présence se limite ici à une courte apparition. A défaut de réellement crever l’écran, Martine McCutcheon se montre convaincante dans le rôle central de Jane et son duo fonctionne idéalement avec une McEwan toujours aussi à l’aise dans son incarnation d’une Miss Marple très tonique. Son tandem avec l’Inspecteur Bird apporte également de l’allant au déroulement de l’action. Les très beux décors reconstituent fidèlement l’ambiance de palace désuet, quasi hors d’âge, de l’Hôtel Beltram. Malgré quelques scènes mélodramatiques, l’ambiance demeure davantage encline à la nostalgie et à une certaine mélancolie du temps qui passe, apportant sa spécificité à cette adaptation réussie à défaut d’être fidèle. 

Anecdotes :

Diffusé le 23 septembre 2007, l’épisode est adapté du roman éponyme, publié en novembre 1965. L’adaptation est très libre, changeant aussi bien les personnages que l’atmosphère ou la conclusion.

Francesca Annis (Lady Selina Hazy) est depuis les années 60 et sa première participation à la Royal Shakespeare Company, l’une des grandes figures du théâtre anglais. Elle y a notamment brillé à plusieurs reprises avec Ralph Fiennes, qui fut son compagnon du 1996 à 2005. Au cinéma elle a notamment été Jessica Atréides dans le Dune de David Lynch. Elle interprète également Tuppence Beresford dans la série Le crime est notre affaire (1983-1984).

Peter Davison (Hubert Curtain) a été le Cinquième Docteur dans la série Doctor Who, de 1981 à 1984.

Martine McCutcheon (Jane Cooper) est à la fois actrice, chanteuse et une animatrice de télévision. Elle fait actuellement partie des animatrices de Loose Women, talk-show à succès d’ITV.

Polesden Lacey représente l’hôtel. Située dans le Surrey, il s‘agit d’une grande demeure édouardienne servant régulièrement de décor aux productions britanniques.