Meilleurs épisodes - Top 10Saison 1

X-Files

Flop 10 - Classement des 10 pires épisodes de X-Files


1) William (9.16)

xfiles flop 5

Alors que la fin de la série avance à grands pas, celle-ci s’emploie à trouver une fin à tous les dossiers en cours. Cela s’opère hélas souvent de manière bâclée, avec un sommet en ce qui concerne William. Après que l’on nous ait longuement vendu le vieux thème de l’enfant miracle, celui-ci se voit privé de tous ses mirifiques pouvoirs par une piqure d’un produit dont on ignore totalement l’origine et la nature. Tout ça pour ça. L’unique ressort du récit étant l’énigme de l’identité du prétendu Mulder, le scénario s’emploie à meubler massivement.

2) MillenniuM (7.04)

xfiles flop 6

Le très prometteur crossover entre les X-Files et MillenniuM se voit totalement gâché par le traitement réservé à Frank Black. Au lieu d’une enquête menée en commun permettant de jouer des différences avec Mulder, Black ne sert ici que de vulgaire indic. Il intervient  sur le tard, mais l’Apocalypse tant de fois envisagée dans MillenniuM se résume ici à une bousculade avec une poignée de zombies au fond d’une cave. L’épisode apporte néanmoins le baiser du millénaire aux amateurs de la relation Mulder /Scully.

3) Existence (7.17)

xfiles flop 1

Gillian Anderson centre son épisode autour de son seul personnage (allant jusqu’à proprement éjecter Mulder durant l’essentiel du récit), un exercice nombriliste malheureusement trop fréquent chez les acteurs. De plus, elle ne s’en sert non pas pour développer un nouvel X-Files, mais plutôt des préoccupations spirituelles qui auraient été bien plus efficacement exposées dans le cadre d’un livre. Ici on survole le sujet, tout en n’évitant pas plusieurs scènes ronflantes. La musique insipide de Moby et le recours indigeste au vieux procédé du ralenti achèvent l’ensemble. 

4) Un fantôme dans l’ordinateur (1.06)

xfiles flop 9

L’épisode développe une vision très datée de l’informatique et des intelligences artificielles, plongeant ses racines dans l’imagerie cyberpunk des encore récentes années 80. Le personnage du gourou informatique rebelle a pris un terrible coup de vieux et le manque de moyens de la série à ses débuts se fait sentir. L’histoire se déroule à un rythme très lent, les autres épisodes informatiques des X-Files seront fort heureusement davantage rythmés. 

5) Les vampires (2.07)

xfiles flop 7

Par contraste, l’épisode présente au moins le mérite de confirmer à quel point Scully  est devenue indispensable à la série, tant son absence se fait sentir, avec un Mulder tournant à vide. Pour le reste le récit accumule les péripéties confuses autour de vampires davantage grotesques qu’effrayants ou mystérieux, accumulant dialogues et postures théâtraux jusqu’à l’emphatique. Les Trois des X-files ne feront certes pas d’ombre à Angelus, Spike, Drusilla et Darla.

6) La liste (3.05)

xfiles flop 8

L’épisode détonne singulièrement, alors que les X-Files connaissent leur période la plus faste. Le décor apparaît comme un doublon du Mystère vaudou de la saison précédente, accumulant pareillement les clichés sur l’univers carcéral et le vaudou. Le vert envahissant les scènes de prison évoque les téléfilms bons marché parfois diffusés sur la TNT au cœur de la nuit. L’intrigue aligne les effets faciles tout au long d’un récit linéaire et très prévisible. 

7) Aux frontières du jamais (4.19)

xfiles flop 10

Les X-Files constituent un fascinant catalogue de la plupart des sujets relevant du Fantastique ou de la Science-fiction, mais le rendez-vous avec l’important thème du voyage dans le temps s’avère manqué. En effet on aborde ce type de déplacement que sous un aspect très basique, sans rien des subtils développements qu’il autorise et sans originalité aucune. Les jeux temporels se verront bien mieux exploités dans Lundi et dans Combattre le passé. On note aussi quelques dommageables facilites, telles le moyen du voyage demeurant imprécisé, de même que la nécessité de tuer de manière aussi compliquée les cibles. 

8) Essence (8.20-21)

xfiles flop 3

Ce double épisode conclue de manière catastrophique la saison 8. L’introduction pseudo mystique particulièrement empesée débouche sur le personnage transparent de Lizzy Gill et un énième recyclage des expériences génétiques du Syndicat (ayant échoué, sauf avec Scully, bien entendu). Une très faible intrigue multiplie les cache misères, tels les va et viens incessants entre laboratoires ou les apparitions à répétition de Billy.  Tout ceci aurait bien pu tenir en un seul épisode. Les funestes Super Soldats font ici leur apparition, diamétralement opposés à tout ce qui constituait jusqu’ici le sel de la Mythologie. 

9) Nouvelle génération (9.01-02)

xfiles flop 2

Ce double épisode prolonge et amplifie les défauts déjà présents dans le précédent, Essence, au cours de la séquence sans doute la plus dommageable de la série. Entre William et Super Soldats, la Mythologie confirme son essoufflement, les X-Files souffrant au moins autant de l’usure du temps que de l’absence de Mulder. Tandis que Scully se confine à la maternité, l’intrigue parait aussi floue qu’insipide, allant jusqu’à dramatiquement sous-exploiter la présence de Lucy Lawless. L’intervention bienvenue du duo Reyes / Doggett ne peut contrebalancer la difficulté à se renouveler que manifeste la série.

10) N’abandonnez jamais (9.15)

xfiles flop 4

L’épisode résulte certes loin d’être mauvais en soi, mais contient sans doute l’idée la plus funeste de Chris Carter : la mise à mort cruelle et passablement sordide des Bandits Solitaires. On peut y voir le fruit de mauvaises intuitions et de la conclusion assez bâclée de la série. L’ombre du passé porte loin et cet inutile trépas se fera cruellement ressentir lors du film I Want To Believe, où le fin trio se verra platement eplcé par Google, avant de réapparaître de manière expéditive en saison 10. 

Retour à l'index