saison 1 saison 3

Hercule Poirot

Présentation


A PARTAGER! LES GÉNÉRIQUES CULTES DE SÉRIES TV - Hercule Poirot (Saison 1)Devenez fan de notre page pour découvrir d'autres génériques de séries cultes!Retrouvez notre grand dossier Hercule Poirot sur Le Monde des Avengers: http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/annees-1990/hercule-poirot-1989-2013Rejoignez la discussion Hercule Poirot sur notre forum: http://avengers.easyforumpro.com/t74p270-serie-hercule-poirot

Posted by Le Monde des Avengers on Monday, April 20, 2015

Réfugié en Angleterre lorsque la Belgique fut envahie par les armées du Kaiser, le policier Hercule Poirot s’est désormais installé à Londres en tant que détective privé. Au cours des années 30, ses spectaculaires succès face à des meurtres retentissants lui apportent une immense réputation et des clients souvent fortunés. S’il n’est pas un héros d’action ou un féru d’indices scientifiques, le Belge peut compter sur ses brillantes petites cellules grises et sur sa lumineuse compréhension de la psychologie humaine.

Notre ami éprouve d’ailleurs une grande satisfaction de lui-même, dont il abreuve régulièrement ses contemporains. Ses nombreuses petites manies et sa qualité d’étranger font que ses interlocuteurs se méfient rarement de lui, à leur propre détriment. Chaleureux, épicurien et volontiers romantique, Poirot doit également son succès à l’excellente équipe réunie dans ses locaux de Whitehaven Mansions : son bras droit, le valeureux Capitaine Hastings, et son parfaite secrétaire, la tonique Miss Lemon. Le détective aux moustaches finement cirées peut également compter sur l’amitié, non dénuée de rivalité, de l’inspecteur principal Japp, du Yard.

poirotpres 1

Né en 1920 sous la plume de la grande romancière Agatha Christie, Hercule poirot est devenu son personnage récurrent le plus fameux, avec Miss Jane Marple. Jusqu’en 1975 le Belge aura charmé, diverti, ému et enthousiasmé un lectorat toujours plus imposant et sans cesse renouvelé. La popularité d’Hercule Poirot lui valut d’apparaître sur bien d’autres supports, au cinéma dès les années 30 (incarné par Austin Trevors), ou à la radio (avec notamment la voix d’Orson Wells). Durant les années 70 et 80, il fut incarné par de grands acteurs, dont Albert Finney et Peter Ustinov.

L’humour acidulé de ce dernier fit merveille au cinéma, mais aussi, déjà, à la télévision, avec plusieurs téléfilms, dont Le couteau sur la nuque (1985), avec un certain David Suchet dans le rôle de l’Inspecteur Japp. Et pourtant, pour nombre des contemporains voyant Poirot devenir personnage de bandes dessinées, dessins animés ou encore jeux vidéos, le détective demeure avant tout associé à la prestation mimétique de David Suchet, tout au long de la série au long cours d’ITV, Agatha Christie’s Poirot. Apparue à l’écran en 1989, la série va s’étendre sur près d’un quart de siècle, adaptant l’intégralité des enquêtes de Poirot, avant de s’achever en novembre 2013.

poirotpres 2

Au premier rang des fondements du succès de la série, on distinguera l’intelligence de sa transposition des œuvres de Dame Agatha Christie, constituant un modèle d’adaptation de l’écriture littéraire à la télévisuelle. Si les auteurs, en parfaite identité de vue avec David Suchet, sont demeurés constants dans leur volonté de se baser uniquement sur les écrits de la Duchesse de la Mort, ils n’ont pas hésité à s’autoriser de grandes libertés pour en assurer l’adéquation à leur propre format.

Au-delà des traditionnelles simplifications et réécritures ponctuelles, parfois fort conséquentes, ils vont avoir la grande idée de structurer l’ensemble de l’œuvre afin de la doter des éléments fondamentaux de toute série : un univers et des personnages pareillement permanents. La quasi-totalité des enquêtes de Poirot prennent désormais place durant les années 30, d’où une précieuse unité de ton. L’institution de Whitehaven Mansions comme décor central joue également puissamment dans ce sens. Les divers associés de Poirot apparaissent beaucoup plus régulièrement que dans les ouvrages de Christie et deviennent ainsi de véritables personnages récurrents, une situation toujours appréciée par les amateurs de série.

poirotpres 3 

Agatha Christie’s Poirot demeure néanmoins fidèle sur l’essentiel, les diaboliques mécanismes de l’intrigue et le portrait psychologique des protagonistes, à commencer par le Belge lui-même. Le programme saura également évoluer, évitant ainsi toute lassitude du public. Les épisodes passeront ainsi d’un format cout de cinquante minutes à un long, autour de cent. La tonalité des récits, souvent humoristiques lors de la première période de la série, s’obscurcira progressivement, avec Curtain comme point d’orgue de ce mouvement. Une place importante se verra accordée aux thèmes de la mort et de la religion. D’une manière générale, beaucoup de ce qui était implicite chez Agatha Christie devient ici explicite, donc plus en phase avec notre époque.

De nouveaux personnages effectueront leur entrée en scène, comme George le loyal valet, ou la délicieusement excentrique Miss Ariadne Oliver. Ces diverses évolutions se dérouleront avec goût et clairvoyance, le groupe de scénariste sachant intégrer de nouveaux talents, jusqu’à l’audacieux Mark Gatiss en fin de parcours. Cette ambition et cette qualité vaudront au programme le soutien de la famille d’Agatha Christie. Son petit-fils nouera d’ailleurs un lien d’amitié avec David Suchet et l’ultime tournage de la série (Poirot joue le jeu) se déroulera dans le site exceptionnel de Greenway, où l’auteure résida si fréquemment. Une reconnaissance du labeur accompli et un précieux signal pour la communauté des amateurs d’Agatha Christie.

poirotpres 4 

La mise en scène apporte également son écot à la réussite de la série. Celle-ci demeure un perpétuel régal pour le regard grâce à une reconstitution d’époque particulièrement convaincante et raffinée. Costumes, véhicules et décors intérieurs manifestent une grande élégance, tandis que les divers paysages anglais urbains, ruraux où côtiers s’avèrent aussi superbes que variés. La transposition de l’action au sien des seules années 30 permet de tirer le meilleur parti du sublime Art déco caractéristique de la période. La série s’adorne d’une succession de bâtiments et d’intérieurs d’époque particulièrement suggestifs, à commencer par Whitehaven Mansions.

Cette esthétique identifiant le programme apporte également beaucoup au générique, tant du point de vue des images de Pat Gavin que de la musique particulièrement évocatrice de Chris Gunning. Si l’action pure demeure rare et le rythme, tranquille, cette allure paisible correspond idéalement aux nombreux entretiens (bien davantage qu’interrogatoires) menés par Poirot. Outre qu’il met également en valeur un environnement particulièrement soigné, le procédé permet ludiquement au spectateur de se forger à loisir son opinion, à partir des éléments savamment mis à sa disposition par le scénario. Par ailleurs la mise en scène se montre souvent élégante et sait instaurer une authentique scénographie animant le rituel de la grande scène de révélation par Poirot de la solution l’énigme, l’apothéose de chaque épisode.

 poirotpres 5

Mais, pour la grande majorité de ses aficionados, l’atout maître d’Agatha Christie’s Poirot réside bien dans l’interprétation du Belge par David Suchet, en définitive le véritable  secret de la longévité de la série. Contrairement à d’autres grands comédiens précédents, s’emparant du rôle pour lui insulter leur propre charisme ou leur personnalité, Suchet se fond dans la figure littéraire (soit le dénominateur commun de l’ensemble des lecteurs de Christie), qu’il restitue avec une admirable perfection. Son effarant travail de reconstitution physique (attitudes et démarche) lui fait également exprimer, avec saveur et véracité, la rondeur, la malice, l’humour, l’irrésistible fatuité, et parfois la colère du juste, animant Poirot et faisant de lui un personnage aussi irrésistible. La sabir franco-anglais distillé par l’acteur vient couronner un ensemble assurant un lien souvent fusionnel établi entre Suchet et son public (un récital à compléter avec la version française assurée par le formidable Roger Carel). Suchet va également s’imposer comme un excellent chef de bande, sachant mettre en valeurs les autres talents réguliers de la distribution. Il en sera de même avec les artistes invités, comptant souvent parmi les meilleurs comédiens anglais et avec lesquels la complicité s’instaure toujours.

Porté par un acteur fusionnant comme rarement avec son rôle, devenu pour son public l’incarnation définitive de Poirot, une enthousiasmante reconstitution des années 30 et une réécriture très aboutie des textes d’Agatha Christie, la série nous immerge pleinement dans le petit monde si ludique d’Hercule Poirot, nous permettant pleinement de jouer au détective. Cele débute par l’énigmatique disparition de la cuisinière de Mme Mrs Ernestine Todd.

Retour à l'index