PrésentationSaison 2

Les Professionnels

Saison 1


1. DANGER PUBLIC
(PRIVATE MADNESS, PUBLIC DANGER)



Résumé :

Un biochimiste, horrifié par l’utilisation militaire potentielle de ses compétences, menace de contaminer le réseau d’eau potable de Londres et organise des petites mais mortelles « démonstrations » pour forcer le gouvernement à cesser ses recherches dans ce domaine. Le CI5 est chargé de le mettre hors d’état de nuire.

Critique :

Il est étrange que Brian Clemens ait voulu faire diffuser cet épisode en 1er plutôt que le 1er réellement tourné et bien meilleur (« Old Dog for New Tricks » traduit en VF par « L’échéance ») : en effet, cet épisode n’est ni formidable, ni catastrophique, juste moyen avec de nombreuses incohérences et interrogations restant en suspens. Ce sera d’ailleurs un défaut récurrent des Professionnels.

Le gros hic de cet épisode tient à son scénario : Nesbitt exige l'arrêt complet des armes biochimiques mais on n’en connaît jamais la raison. La psychologie du personnage est proche de zéro : il passe pour un dérangé alors que sa demande est pourtant assez respectable de prime abord (arrêt de la confection d’armes biochimiques). Est-il motivé par une idéologie de paix et d’écologie ? Assouvit-il une vengeance personnelle ? A-t-il été viré auparavant de World Chemical Products ? Mystère et boule de gomme. Même arrêté, il ne dira rien de spécial et c’est logique, vu qu’on ne lui demande rien.

Les « intuitions » des Professionnels sont tout aussi étonnantes : après cette première « démonstration mortelle » via le réservoir d’une machine à café, Cowley soupçonne tout de suite que Nesbitt va poursuivre un objectif d’une autre envergure et viser ensuite un réservoir d'eau potable. Dans la même lignée, malgré un indice très ténu, notre trio déniche très vite le réservoir ciblé par Nesbitt au motif qu’il se situe à proximité du lieu où celui-ci a fait du ski nautique par le passé. C’est extrêmement léger mais dans les deux cas, les Professionnels ont vu juste. Le spectateur avisé ne peut s’empêcher de rester un peu dubitatif sur ce flair digne de Mme Soleil.

Leur intuition est parfois bien aidée par les coïncidences. Doyle et Bodie débarquent ainsi chez le seul témoin susceptible de remonter à Nesbitt pile au moment où vient de sortir de chez elle un dealer familier à l’ex-flic qu’est Doyle.

Les points positifs de cet épisode initial tiennent principalement dans la présentation des divers personnages. L’épisode demeure assez révélateur : les hommes du CI5 sont des "durs" (interrogatoire) et ont tous les droits (service spécial). Dans cette optique, la méthode d'interrogatoire un peu limite (droguer un fournisseur de came pour le faire parler…) est révélatrice : le CI5 a tous les droits et ne recule devant rien pour arriver à ses fins. On découvre le bluff dont sera souvent capable Cowley.

Paradoxalement dans cet épisode, Bodie, réputé dur, se montre assez tendre avec l’employée droguée tandis que Doyle, plutôt idéaliste et humaniste, montre un visage assez sévère lors de ses investigations. Il reste toutefois surpris de la méthode employée par Cowley pour l'interrogatoire et on peut se demander s'il aurait été jusqu'au bout au cas où le suspect n'aurait pas parlé et si Cowley lui avait ordonné de le piquer.

Anecdotes :

  • En début d'épisode, le patron de Biochemicals indique que des examens peuvent être effectués par Cummings, très bon chercheur. Il décroche donc son téléphone pour joindre l'intéressé...sauf que celui-ci est dans la pièce. Incroyable coquille donc.

  • Nesbitt réside dans une ferme isolée, débusquée par l’équipe chargée de trouver les lieux de tournage extérieurs. Le propriétaire expliqua qu’on lui demanda s’il voulait bien prêter sa ferme et les environs au tournage d’une nouvelle série appelée « Les professionnels ». Il donna son accord et vit débarquer dès le lendemain une centaine de personnes ainsi que le food truck permettant à toute l’équipe de se nourrir. Durant le tournage, une murette fut endommagée ainsi que d’autres endroits de la propriété. Il pensait obtenir un dédommagement mais celui-ci n’est jamais venu. Sa mère était fan de Gordon Jackson qui conversa longuement avec elle tandis que Shaw et Collins faisaient les dernières mises au point de leurs scènes avec les cascadeurs.

  • L’équipe connut de nombreuses difficultés pour tourner les scènes se déroulant sur la rivière, notamment celles où Keith Barron tente de fixer des explosifs sous le réservoir.

  • Beaucoup de liberté et d’erreurs sont prises par le doublage français dans cet épisode et ce ne sera pas le seul. Ainsi, à la World Chemical Products, Doyle se présente ainsi comme un agent du CIS (au lieu du CI5). Doublage mal écrit ? En réponse, le chef hiérarchique de Ted Miller le présente comme Ted Mills. Il évoquera ensuite à nouveau Ted Miller. Autre fantaisie du doublage : lorsque Cowley confie leur mission à Bodie et Doyle en indiquant que la victime a sauté, Bodie réplique en VO par de l’humour noir (british), affirmant à propos de la victime : « It’s own business » (« C’est son affaire ! ») mais la VF reprend la réplique précédente et traduit par « C’est l’affaire de la police ».

Données techniques :

  • 1er épisode diffusé (le 30 décembre 1977 en GB, le 18 février 1989 en France) mais 6e tourné.

Casting de l’épisode :

  • Keith Barron fut aperçu l'année précédente dans l'épisode « Cible ! » des New Avengers. On a également pu le voir dans des séries comme Bizarre, Bizarre, Barnaby et Juge John Deed, série inédite en France dont le rôle principal est tenu par...Martin Shaw.

  • Trevor Adams jouera le même rôle d’indicateur du CI5 dans deux autres épisodes des Professionnels. Il a également joué dans l'épisode Méfiez-vous des Morts des New Avengers et Fawlty Towers.

  • Donald Douglas est apparu dans Alias Le Baron, The Avengers, Guerre et Paix, Bergerac, Poirot et Taggart. Au grand écran, il apparaît dans les trois volets de Bridget Jones.

  • Angus Mac Kay a été vu dans Special Branch, The Sweeney, Docteur Who, Bizarre Bizarre et Mission Casse-Cou.

  • Bridget Brice était apparue dans Département S puis The Sweeney avant de devenir la secrétaire de Cowley durant huit épisodes. On la retrouvera dans Dick Le Rebelle puis Enquête en Direct.

  • Ian Fairbarn a également joué dans Van Der Valk, Docteur Who et Enquête en Direct ainsi que dans un autre épisode des Professionnels.

  • Peter Perry-Jones a été aperçu dans Colditz, Bergerac et Barnaby.

  • Christopher Ellison, déjà vu dans The Sweeney, rejouera dans un autre épisode des Professionnels avant d'être aperçu dans Bergerac, Mission Casse-Cou, Histoires Singulières et Juge John Deed. La série The Bill sera son principal fait de gloire, interprétant le rôle principal tout au long des 16 saisons et des 284 épisodes.

Retour à l'index


2. L'ÉLÉMENT FÉMININ
(THE FEMALE FACTOR)

Résumé :

Une call-girl se présente à l’ancienne adresse de Doyle pour lui demander de l’aide mais ne tombe que sur le gardien de l’immeuble. Poursuivie par ses deux proxénètes, elle fuit avant que ledit gardien ait pu lui communiquer le numéro de téléphone actuel de Doyle. Constatant que deux hommes semblaient la suivre, il appelle l’agent du CI5. Ce dernier et Bodie se déplacent et découvrent non loin de là le corps de la femme en bord de Tamise…

Critique :

Un épisode de très bonne facture où l’ensemble tient la route, tant au niveau du scénario que des seconds rôles, souvent très bons. Mention particulière à Felicity Dean, très convaincante en junkie, Barry Justice, excellent en souteneur glauque de bas étage qui tente de paraître respectable et Walter Gotell, odieux en « Uncle Sam » ne reculant devant rien.

On découvre qu’en entrant au CI5, Doyle semble avoir changé de statut social puisque parti depuis trois ans pour les quartiers chics, vers Chelsea. Il était chez les stups. On apprend également que Bodie était dans l’armée au même moment.

Doyle paraît compatissant et Bodie plutôt dur du fait que Ann Seaford était une call-girl, d’où une blague bien lourde pas du tout du goût de son coéquipier.

Quelques réserves toutefois : la photo de la « nouvelle recrue » du proxénète est très étonnamment encadrée comme si c’était un portrait de famille alors que c’est son « mac » qui la possède.

Il semble qu’il y ait des kms entre les domiciles de Vince et de Sam puisque Simon et Sara roulent un bon moment pour y arriver. A croire qu’il fallait gagner du temps.

Sur le fond, le politique Sir Charles est un peu naïf : à aucun moment, il ne doute de l’âge de la fille qui l’aguiche et ne se méfie jamais…

Sur la forme, entre deux scènes, comme dans The New Avengers, petit écran noir “clin d’oeil”.

Anecdotes :

  • Lors de la scène où Pamela Salem s’enfuit, elle est seulement vêtue d’un manteau de fourrure et lorsque Barry Justice lui ôte, elle est réellement dévêtue alors que la température est plus que fraîche. Voyant cette scène, de nombreux badauds s’attroupèrent non loin de là, faisant une pub inespérée à la série, qui n’allait être diffusée que quelques mois plus tard.

Casting :

  • Anthony Steel (1918-2001) : ancien mari d'Anita Ekberg, cet acteur a eu une riche carrière avec de nombreux films dans les années 50-60 à Hollywood sans jamais y réussir vraiment avant de revenir en Angleterre et de jouer dans le film Histoire d'O et dans des épisodes de quelques séries dont Poigne de Fer et Séduction, Strangers, Bizarre Bizarre et Bergerac.

  • Walter Gotell (1924-1997) : acteur allemand surtout célèbre pour son rôle récurrent du général Gogol dans les James Bond tournés entre 1977 et 1987, il tourna dans de nombreuses séries britanniques (Destination Danger, Alias Le Baron, Les Champions, Special Branch) puis américaines (K 2000, Mac Gyver, L'homme qui tombe à pic, Spenser, Supercopter, L'île fantastique, Agence tous risques, Cagney et Lacey, Deux flics à Miami, X-FIles).

  • Felicity Dean (1959) : a joué dans Les Règles de l'Art, Inspecteur Barnaby ou encore Scotland Yard: crimes sur la Tamise.

  • Pamela Salem (1950) : vue dans Jason King, New Scotland Yard, L'Aventurier ou Van Der Valk avant cet épisode des Professionnels, elle tourne ensuite au cinéma dans La Grande Attaque du Train d'or et Jamais Plus Jamais avant d'apparaître dans Magnum, Docteur Who, EastEnders, Urgences, A La Maison Blanche.

  • Barry Justice (1940-1980) : connu pour son rôle dans des séries britanniques peu connues  en France comme The Doctors ou The Pallisers.

  • Patrick Durkin (1936-2009) : vu dans Le Saint, Les Champions, Département S, Enquête en Direct, Strangers ou Mission Casse-Cou, il tient également despettis rôles au cinéma dans Yanks, Les Aventuriers de l'Arche Perdue et Britannia Hospital.

  • Stephan Khalifa (1940) : acteur trinitéen aperçu également dans Van Der Valk, Strangers, Bizarre Bizarre et Mission Casse-Cou ainsi qu'au cinéma dans Rien que Pour Vos Yeux, Superman 3 ou Indiana Jones et la Dernière Croisade.

Diffusion : 6 janvier 1978 (LWT) et 25 février 1989 (TF1)

Retour à l'index


3. L'ÉCHÉANCE
(OLD DOG WITH NEW TRICKS)

Résumé :

Charles Turkey, figure du milieu londonien, planifie l’évasion de son frère Henry. Après avoir récupéré tout un armement auprès de terroristes irlandais qu’il fait éliminer, il conçoit le plan de prendre en otage le ministre de l’Intérieur en échange de son frère.

Critique :

Très bon épisode, le tout 1er, tourné en juin 1977.

Les seconds rôles sont bien interprétés avec quelques transfuges des New Avengers comme Pamela Stephenson (la jolie blonde vue aux côtés de Caroline Munro dans Les anges de la mort).

Le discours de Cowley devant ses troupes du CI5 s’avère à la limite du fascisme comme Bodie le lui fait remarquer. On y apprend que Cowley a reçu sa balle dans le genou en Espagne.

Doyle, Bodie et les truands ne connaissent pas le visage du Ministre de l’Intérieur, ce qui est très peu crédible.

Processus “clin d’œil” (comme dans The New Avengers) avec un écran noir d’une seconde entre certaines scènes mais qui ne sera pas poursuivi ensuite.

Les soucis VO/VF reprennent de plus belle. Ainsi, sur les lieux du crime des Irlandais, Bodie indique « It’s not Valentine’s Day » (« Ce n’est pas la St Valentin ») alors qu’en VF, cela est traduit par « Ce n’est pas la St Barthélémy ». Cette VO se révèle donc plus caustique avec l’allusion à la St Valentin. La traduction en VF n’a pas de sens d’autant que la St Barthélémy est un évènement totalement étranger aux Anglais.

Lors d’une vague allusion à l’IRA et à Belfast, on devine que Bodie était présent en Irlande du nord lors des tragiques évènements dont le « Bloody Sunday ».

La prise d’otage de l’infirmière est un très bon moment d’action mais la VF prend encore beaucoup de libertés. Au début de la scène, les deux infirmières conviennent en VO d’un rendez-vous au cinéma avec leurs copains respectifs. En VF, cela se transforme en un dialogue où la seconde répond à la première qu’elle a dégagé son petit copain et qu’elle ne le regrette pas !

« Oh, I think you might see me there. – Yeah, I hope so. – Oh, really. I think I Might ask Peter. – Well, if you could come along about four” devient  ainsi “Tu sors toujours avec Peter ? – Non et je ne le regrette pas. – On pourrait sortir au cinéma un soir ensemble ? – Oui d’accord. »

Idem pour d’autres dialogues où la VF en rajoute mais sans que cela porte à confusion : « Bodie, this is Doyle…Where is he ? »  en VO devient “Moi, c’est Bodie, lui c’est Doyle…et nous sommes très sympathiques” en VF.

En fin d’épisode, Doyle s’étonne que Cowley n’ait pas demandé à Bodie de rendre le costume loué pour l’occasion. En VO, Bodie répond « He did…that’s where we going » (« Il l’a fait…c’est là où nous allons ! »). En VF, sa réponse devient : « Il l’a fait…mais je ne peux pas, j’ai fait craquer le pantalon ». No comment.

Anecdotes :

  • Au bout de trois jours, Anthony Andrews fut remplacé par Lewis Collins dans le rôle de Bodie puisque Brian Clemens jugeait que l’alchimie désirée ne prenait pas entre Shaw et Andrews. Gordon Jackson fut absent les premiers jours, retenu par un tournage. Collins et Shaw se retrouvaient donc quelques semaines seulement après l’épisode Obsession des New Avengers au cours duquel les rapports avaient été un peu tendus. Et c’est justement pour cela que Clemens rappela Collins.

  • Collins raconte qu’il était très stressé pour la scène de la prise d’otage de l’infirmière car il devait faire ses preuves et que son prédécesseur l’avait réussie en deux prises. Pour Collins, ce fut plus compliqué puisqu’il fallut sept prises pour mettre cela en boîte. Il craignait le pire mais on lui confirma son engagement.

  • Le bureau faisant office de commissariat de quartier se trouvait dans une rue assez passante et commerçante. Il fallut une fois encore arrêter le trafic un court moment et user de stratagèmes (tourner certaines scènes dans des rues adjacentes moins fréquentées) pour pouvoir tourner correctement la fin d’épisode.

Casting :

  • Johnny Shannon (1932) : une riche carrière, dans des séries inconnues en France comme Beryl's Lost et The XYY Man mais aussi des rôles dans The Sweeney, L'Hôtel en Folie ou Bizarre Bizarre.

  • Stephen Chase (1947) : vu dans Poigne de Fer et Séduction, Le Club des Cinq, Le Retour du Saint, Histoires Singulières, Mission Casse-Cou.

  • Phil Davis (1953) : il apparaît dans Target, Bergerac, aux côtés de mel Gibson et Anthony Hopkins dans Le Bounty, Inspecteur Morse, Alien 3 et quelques séries anglaises jamais diffusées en France.

  • Anthony Morton (1927-2001) : on l’a vu dans Le Saint, Regan, Histoires Singulières, Mission Casse-Cou.

  • Pamela Stephenson (1949) : vu dans les New Avengers où elle était un des "Anges de la Mort", cette jolie Néo-Zélandaise réapparaîtra deux fois dans Les Professionnels. Auparavant connue pour son rôle dans la série policière australienne Ryan, on la voit également dans Cosmos 1999, Target, Not the Nine O'Clock News, Columbo ainsi que dans Superman 3.

Diffusion : 13 janvier 1978 (LWT) et 4 mars 1989 (TF1).

Retour à l'index


4. MEURTRE À LONGUE PORTÉE
(KILLER WITH A LONG ARM)

Résumé :

L’assassinat d’un policier motorisé conduit Cowley, Doyle et Bodie sur la trace du tueur, qui a ensuite abandonné sa voiture (volée à Athènes). Dans le plancher de celle-ci, est en effet découvert un compartiment servant à convoyer une arme exceptionnelle, qui laisse augurer une opération criminelle de grande envergure.

Critique :

Un très bon épisode avec quelques bonnes scènes d’action, notamment à la fin. Le scénario tient la route, c’est bien filmé et on a droit à quelques images du tournoi de tennis de Wimbledon 1977.

On peut toutefois déplorer quelques incohérences. On est par exemple surpris que le tueur international puisse faire mouche à 3 kms mais soit incapable d’éliminer un témoin gênant à 100 mètres. Avant la scène finale, il est également délicat que Cowley soit capable de voir que Giorgi (situé à l’intérieur de l’appartement au 7e ou 8e étage) sort son pistolet alors que lui-même se trouve au rez de chaussée et caché derrière une jardinière. C’est donc rigoureusement impossible.

Ultime point faible mais 100% français celui-là : la VF modifie totalement la VO et cela est ici déplacé. Dans le pré-générique, un motard arrête la Jaguar de Giorgi, qui roulait trop vite. Son complice l’abat sans sommation. Le dialogue tendu entre les deux hommes en VO (« - You’re fool ! –The car is stolen ! – I’ve got all papers, passport…Amateurs ! » (« - Imbécile ! – C’est une voiture volée ! – J’ai les papiers, le passeport…vous êtes vraiment un amateur !) ) devient un échange presque aimable en VF : « - C’est pas grave ! – Vous rouliez trop vite ! – Un flic de moins, ce n’est pas une affaire ! ». Un véritable contre-sens.

Anecdotes :

  • L'acteur Michael Latimer indiqua avoir tourné 5 fois avec Gordon Jackson et ne tarissait pas d'éloges à son égard: "Gordon Jackson était toujours calme et charmant du matin au soir, ayant toujours un mot sympa pour les uns et les autres".

  • Il fut paradoxalement difficile de trouver un épouvantail pour la scène de l'essai de l'arme. Faute d'en dénicher dans des fermes, l'équipe de la série du en fabriquer un.

  • Il y eut de sérieux problème pour obtenir des voitures auprès de British Leyland. Ce souci récurrent incita les producteurs à signer un accord avec Ford quelques semaines plus tard.

  • Le propriétaire du restaurant où Doyle casse des assiettes refusa de les fournir. L’équipe du en acheter dans le commerce.

  • La scène dans laquelle Diane Keen est renversée par une voiture après avoir été au supermarché fut compliquée à tourner puisque il fallut trouver un créneau horaire sans que trop de monde ne soit obnubilé par le tournage et les caméras, le public présent n’ayant pas été averti.

Casting :

  • Michael Latimer (1941-2011) : lui aussi tourna peu de temps avant dans The New Avengers, dans l'épisode "Les anges de la mort" ainsi que dans deux épisodes des Avengers dix ans plus tôt. Cet acteur a tenu un rôle important (13 épisodes) dans la série Van Der Valk aux côtés de Barry Foster et joué dans des séries comme Special Branch ou Regan. Il disparaît quasiment des écrans après 1980.

  • Diane Keen (1946) : une longue carrière parsemée de nombreux rôles dans des séries inédites en France. Elle a également tenu des rôles dans Le Retour du Saint, Taggart et Inspecteur Frost.

  • Milos Kirek (1946-1993) : vu dans Colditz, Poigne de Fer et Séduction, Special Branch, cet acteur joue dans les années 80 outre-Atlantique puisqu’il apparaît dans Les Deux font la Paire, MacGyver, Le Magicien et Arabesque. On peut le voir aussi dans le film Jamais Plus Jamais en 1983.

  • Alan Tilvern (1918-2003) : une carrière débutée en 1946 et 130 rôles avec des apparitions dans Docteur Who, Le Saint, Regan et, sur grand écran, dans Superman, Firefox, l'arme absolue, Qui veut la peau de Roger Rabbit ? Il jouera une seconde fois dans Les Professionnels (dans un autre rôle).

Diffusion : 20 janvier 1978 (LWT) et 11 mars 1989 (TF1)

Retour à l'index


5. L'HOMME DE LA RUE
(HEROES)

Résumé :

Un politicien américain est abattu alors qu’il allait quitter le pays. Plusieurs témoins ont vu le crime, l’un d’eux démasquant même un des tueurs, et se rebellent contre eux, parvenant à les faire fuir. Le CI5 compte sur ces témoignages pour retrouver le gang mais la presse publie noms et adresses desdits témoins. Une course contre la montre s’engage afin de les protéger avant que les tueurs ne les éliminent.

Critique :

Le scénario est plutôt bon mais il est gâché par trop de scènes et détails irréalistes.

Ainsi, le film fait par un des témoins lors du braquage s’avère un peu exagéré car un des plans montre l’intervention d’un témoin comme si c’était filmé par un des malfrats. Durant cette intervention des malfaiteurs, personne ne passe sur l’autre voie de l’autoroute, en sens inverse.

Autres scènes peu crédibles :

  • Le personnage de Tommy se fait canarder en arrivant au repaire des truands, une brasserie de Watford. Lorsqu’ils le rejoignent, Doyle et Bodie marchent calmement à découvert, sans aucune précaution.

  • Une fois les jeunes mariés (eux aussi témoins) repérés par le CI5 à leur hôtel du Surrey, aucune consigne n’est donnée pour les prévenir afin qu’ils restent à l’abri. Ils partent ainsi se promener tranquillement et quand les agents du CI5 arrivent à l’hôtel en question, ils ne semblent guère empressés, marchant calmement vers le site où les jeunes mariés sont partis. Ils ne courent qu’après avoir entendu des coups de feu.

  • L’info du transport de Patterson était peu connue. Latymers a donc eu besoin de complicité (visiblement au sein de l’ambassade américaine selon un coup de téléphone donné à son informateur). Or, à aucun moment dans l’épisode Cowley et son équipe ne tente d’approfondir cette piste d’une manière ou d’une autre, ce qui est tout de même très curieux.

  • Le fait que des témoins, au mépris du danger, prennent l’initiative de contrecarrer les plans de truands armés. Ceux-ci sont étrangement passifs ou stupides voire les deux puisque n’ouvrant le feu sur aucun témoin de près mais se décidant à les éliminer plus tard dans l’épisode.

  • Dommage car l’histoire à la base était intéressante et certains passages sont biens vus (celui où Cowley montre que les médias peuvent influencer le peuple facilement) mais peu ou pas exploités.

  • VF et VOST : durant le guet-apens, la VF rajoute de la romance entre les amoureux puisque à la question de sa jeune épouse (« Que se passe-t-il ? »), le marié répond (« Des travaux. Cela laisse le temps de se faire des bisous ») alors qu’en VO, il répond sobrement « Roadworks ». Bizarre traduction du passage entre Doyle et Hurley puisque le premier dit au second « Tin Can est noir, vous êtes Blanc » alors que Hurley est un homme de couleur également et que la VO est fort différente puisque Doyle semble au contraire faire jouer la fibre raciale, sa réplique étant celle-ci : « They’re whites (les truands), Tin Can is black (sous-entendu « comme toi ») ».

Anecdotes :

  • Le braquage du fourgon a réellement eu lieu sur une autoroute dont la portion était en travaux. La voie arrivant dans l’autre sens resta fermée.

  • Une averse torrentielle retarda le tournage de la scène finale, dans laquelle le CI5 tend un piège aux truands.

  • C’est après cet épisode que fut tourné le générique du début de cette 1ère saison, visible sur les DVD britanniques mais pas sur les DVD en VF, qui ne proposent que le 2e générique introductif tourné pour les saisons suivantes.

  • C’est également après cet épisode qu’une partie de l’équipe artistique fut remplacée car jugée trop lente à boucler les épisodes.

Casting :

  • John Castle (1940) : apparu quelques mois plus tôt dans l'épisode « Commando Très Spécial » des New Avengers, cet acteur apparaît dans Le Prisonnier, Strangers, Bizarre Bizarre, Miss Marple, Hercule Poirot, Affaires non classées, Inspecteur Barnaby, MI-5 et Inspecteur Frost.

  • Rufus Collins (1935-1996) : il apparaît dans un autre épisode de la série ainsi que dans les films Britannia Hospital et Les Prédateurs.

  • Ralph Michael (1907-1994) : une carrière longue de presque soixante-ans avec des apparitions dans The Avengers, L'Homme à la Valise, Docteurs en Folie, Colditz, Docteur Who, Bergerac, Histoires Singulières, Les Deux font la Paire, Miss Marple et surtout Mission Casse-Cou où il joue dans trois épisodes le rôle de Lord Winfield, le père de l'agent Harriet Makepeace.

  • Thomas Baptiste (1936) : aperçu dans Destination Danger, Le Retour du Saint ainsi qu'au cinéma dans Shaft contre les trafiquants d'hommes, Les Oies Sauvages ou encore Les chiens de guerre.

  • Bruce Boa (1930-2004) : acteur canadien ayant fait surtout carrière en Angleterre et apparaissant dans de nombreuses séries dont The Avengers, L'homme à la Valise, Le Saint, Les Champions, Département S, Special Branch, The New Avengers, L'Hôtel en Folie, Philip Marlowe Détective privé, Pour l'Amour du Risque ou Remington Steele. Mais on se souvient surtout de lui dans le double épisode de Mission Casse-Cou intitulé "L'étincelle" dans lequel il interprète le rôle de Coltrane, l'ancien chef véreux de Dempsey.

Diffusion : 27 janvier 1978 (LWT) et 18 mars 1989 (TF1)

Retour à l'index


6. LE RAT DE LA JUNGLE
(WHERE THE JUNGLE ENDS)

Résumé :

Un commando armé de cinq hommes dévalise une banque avant de prendre la fuite par avion. Bodie y reconnaît la façon de faire de mercenaires qu’il a bien connus par le passé, qui opèrent sous les ordres d’un certain Krivas…

Critique :

Un épisode médiocre dont le seul intérêt est de nous apprendre ce que fut le passé récent de Bodie avant d’intégrer le CI5 : celui d’un militaire souvent en mission en Afrique.

Pour le reste, on frise le néant. Il y a de nombreuses incohérences (une fois encore) et on s’ennuie ferme. Le commando est secondé dans sa mission par un « conducteur fantôme » du camion qu’on ne voit jamais mais qui existe bel et bien. Krivas offre ses services à un homme d’affaires anglais louche mais comment connaît-il ses affaires et pourquoi ne pas faire des « affaires » plutôt en Afrique, plus lucrative a priori ? Sinclair ne connaît Krivas que pas son nom d’emprunt (Smith) mais lorsque Bodie l’interroge à propos de Krivas, il finit par admettre qu’il le connaît. En outre, Benny se laisse piéger bêtement en se rendant chez sa femme pour voir son gosse qu’il n’a pas vu depuis trois ans alors que dans les bras de l’épouse, on voit un bébé qui n’a même pas deux ans.

On ne comprend pas pourquoi le gang de Krivas revient sur ses pas en fin d’épisode si ce n’est pour permettre l’affrontement avec le trio du CI5, Cowley venant lui aussi sur le terrain. Il reçoit d’ailleurs un couteau au-dessus du cœur mais à la fin de l’épisode, il marche comme si de rien n’était. La bagarre finale entre Krivas et Bodie est ridicule et pas du tout crédible. Son seul intérêt est qu’elle rend importable pour la suite l’ignoble chemise rouge au col « pelle à tarte » que Bodie arbore durant les 2/3 de l’épisode. Si voir Bodie dans cette allure fait rire Cowley, il n’en va pas de même pour Doyle. L’acteur Martin Shaw semble presque gêné de cette fin risible.

Anecdotes :

  • Peu en forme visiblement, David Suchet oubliait régulièrement son texte d’où l’interpellation de Raymond Menmuir, le producteur, à son égard : « David, pourquoi rends-tu le travail si pénible ?! ».

  • Dans le passage où Cowley sermonne Bodie, Lewis Collins prend un malin plaisir à se tenir au garde-à-vous, conscient que Gordon Jackson avait du mal à hausser le ton, étant un homme « délicieux » selon de nombreux témoignages. D’où l’hilarité générale sur le plateau, hormis pour Raymond Menmuir qui grommelait contre le retard ainsi pris.

  • La personne chargée de trouver les lieux de tournage fustigea quelque peu les producteurs au sujet des scènes tournées dans l’immeuble de la femme de Benny (interprété par Del Henney). En effet, les producteurs souhaitaient que l’action se passe à Londres alors qu’avec les dizaines de personnes nécessaires pour tourner, trouver un lieu en ville était un enfer puisque cela supposait de couper quasiment la rue, le trafic, etc.

  • Lewis Collins expliqua que le cascadeur doublant David Suchet pour la bagarre finale avait du mal comprendre ce qu’il devait faire car il donna de vrais coups, auxquels Collins répondît. À la fin de la scène, les deux ressortent avec des yeux au beur noir mais allèrent tout de même trinquer autour d’une pinte.

Casting :

  • David Suchet (1946) : acteur régulier de séries et de téléfilms, David Suchet joue dans deux épisodes de Poigne de Fer et Séduction. Il accède à la renommée internationale avec son rôle d'Hercule Poirot dans la série du même nom qui dura 24 saisons et 70 épisodes. Il y retrouve Martin Shaw dans l'épisode "Meurtre en trois actes" de 2008.

  • Del Henney (1938) : acteur irlandais apparu dans Poigne de Fer et Séduction, Regan, Docteur Who, Inspecteur Frost et Inspecteur Barnaby, on peut également le voir dans quelques rôles de cinéma, notamment dans Les Chiens de Paille et Brannigan.

  • Geoffrey Palmer (1927) : soixante ans de carrière avec de multiples rôles au petit écran (4 épisodes des Avengers, Le Saint, Docteur Who, Colditz, Van Der Valk, Regan, L'Hôtel en Folie, Inspecteur Morse, Bergerac, Hercule Poirot, Parade's End) et quelques apparitions au cinéma (Un poisson nommé Wanda).

  • Paul Humpoletz (1943) : vu à la TV dans Jason King, Colditz, Target, Les contrebandiers, CQFD Alambic et Torpedo ainsi que dans quelques petits rôles au cinéma dans L'ouragan vient de Navarone, Le pacte Holcroft et Bridget Jones: l'âge de raison.

  • Leon Lissek (1927) : acteur australien bien connu des séries TV puisque on l'aperçoit dans The Avengers, Special Branch, Poigne de Fer et Séduction, Van Der Valk, Le Club des Cinq, Le Retour du Saint, Shogun, Remington Steele et Inspecteur Wexford.

  • Christopher Reich (1945) : vu dans Jésus de Nazareth, Bizarre Bizarre, Mission Casse-Cou et East Enders, il ne tourne presque plus depuis 1988.

Diffusion : 3 février 1978 (LWT) et 25 mars 1989 (TF1).

Retour à l'index


7. LES TERRORISTES
(CLOSE QUARTERS)

Résumé :

Blessé à la main, Bodie se retrouve en congé forcé. Alors qu’il se balade avec sa dernière conquête à la campagne, il croise et reconnaît Helmut Myer, un dangereux terroriste lors d’une promenade en barque. Il le fait prisonnier mais se retrouve poursuivi par ses complices. Avec sa compagne, Bodie trouve refuge dans la demeure d’un vicaire, que le trio de terroristes commence à assiéger afin de libérer leur leader.

Critique :

Les scénaristes se sont clairement inspirés de la bande à Baader et du couple Baader-Meinhof pour cet épisode mettant en scène le groupe Myer-Helmut.

Comme souvent, il y a de nombreuses incohérences : les deux terroristes tuent un homme en plein aéroport d’Heathrow sans être inquiétés. Puis, Bodie oublie son talkie-walkie dans sa Ford Capri (tout sauf professionnel). Ensuite, plutôt que de prendre trente secondes à informer Cowley et Doyle qu’il a surpris Myer, il préfère appréhender seul et diminué ce dangereux terroriste. Là aussi, cela laisse rêveur. Enfin, même très bon tireur, il faut une veine incroyable pour que Bodie puisse viser juste à 800 mètres de distance pour alerter ses deux collègues.

Le thème de l’épisode est intéressant avec un huis-clos oppressant même si cela a les défauts de ses qualités. On tourne rapidement en rond avec une action cantonnée à la demeure du vicaire.

Quelques points forts : les terroristes sont très crédibles, notamment celui pris en otage, excellemment interprété par un acteur à l’air vraiment inquiétant. Sa complice féminine n’est pas en reste. Vu dans The New Avengers, la délicieuse Gabrielle Drake joue la compagne à la fois solidaire et offusquée de Bodie. La gouvernante du vicaire joue juste. Le vicaire paraît par contre incroyablement naïf et semble vivre chez les Bisounours. Il paraît tomber des nues lorsque Bodie déboule dans la maison et ne réalise pas le danger de sortir à découvert au-devant des terroristes.

Anecdotes :

  • Lewis Collins raconte qu’il encouragea Gabrielle Drake à ramer rapidement en la coachant comme si c’était une course d’avirons Oxford-Cambridge. Du coup, la barque toucha le banc de la rivière, faisant chavirer l’embarcation et l’actrice par la même occasion. Collins plongea à son tour pour la secourir, occasionnant un important retard dans la journée de tournage.

  • Gabrielle Drake confessa plus tard qu’elle n’avait pas aimé participer à cet épisode, trop violent à son goût.

  • Dans la scène où Collins désire prévenir ses acolytes en appelant d’une cabine téléphonique, il se casse un ongle en ouvrant ladite porte. Il sympathisa malgré tout avec les employés de la British Telecom.

  • Diffusé le 10 février 1978, ce 7e épisode fut suivi par 17,4 millions de téléspectateurs (record de la 1ère saison) et conforta LWT dans l’idée de commander une seconde saison.

Casting :

  • Clive Arrindell (1950) : acteur plutôt rare (26 rôles en 40 ans !) qui joua dans quelques séries non diffusées en France.

  • Gabrielle Drake (1944) : vue quelques mois avant dans l'épisode « Méfiez-vous des morts » des New Avengers, elle joua dans Le Saint et eut un rôle régulier dans UFO: Alerte dans l'Espace. On peut également l'apercevoir dans The Avengers, Les Champions, Special Branch et plus récemment dans Meurtres à l'Anglaise.

  • Hildegard Neil (1939) : aperçue dans Poigne de Fer et Séduction, Cosmos 1999 et Van Der Valk.

  • David Bradley (1942) : acteur à la carrière riche, surtout depuis le milieu des années 90 avec des apparitions dans maintes séries (dont Broadchurch, Game of Thrones et The Strain) et au grand écran, notamment dans la saga d'Harry Potter.

Diffusion : 10 février 1978 (LWT) et 1er avril 1989 (TF1)

Retour à l'index


8. SUZY CARTER
(EVEREST WAS ALSO CONQUERED)

Résumé :

En 1952, une femme est poussée dans le vide par la fenêtre du Star Hotel sous les yeux d’une jeune policière, impassible. 25 ans plus tard, Sir Harden French déclare avant de mourir « J’ai tué Suzy Carter » devant quelques témoins dont Lord Peter Errington. Celui-ci, ami de Cowley, charge ce dernier de faire toute la vérité sur cette affaire.

Critique :

Les Professionnels version policier. Une histoire solide bien qu’assez classique. Cowley y tient le rôle principal, guidant ses troupes, regrettant l’envoi du jeune Tony Miller auprès d’un ancien témoin plutôt qu’’un agent plus expérimenté et se révèle sans pitié pour son ami Errington. Seule question mais de taille : pourquoi Errington, impliqué dans l’affaire, la relance-t-il par l’intermédiaire de Cowley dont il connaît l’intransigeance et la ténacité ? C’est se jeter dans la gueule du loup.

Anecdotes :

  • Le pub à la sortie duquel Doyle et Bodie menottent Goodman est le White Lion, celui-là même qu'on voit dans le générique des New Avengers lorsque Purdey et Gambit escaladent la grille (lui-même extrait de l’épisode Le Baiser de Midas). Depuis longtemps démoli, ce pub était celui de l’usine de gaz de Southall, quartier populaire de l’ouest de Londres. Désaffectés au début des années 70, ce site et les rues adjacentes ont servi de cadre à de nombreux épisodes des New Avengers (Le baiser de Midas donc mais aussi Un Chat parmi les pigeons et Le S95 où Purdey y est poursuivie en voiture) et à d’autres des Professionnels.

  • Coquille : le pare-brise de la Ford Capri des deux héros est explosé par des tirs de Goodman. Peu de temps après, il est intact.

  • Durant la scène entre Gordon Jackson et Michael Denison, Lewis Collins casse la poignée extérieure de la porte du bureau. Cela occasionne des fous rires au sein de l’équipe mais Denison, acteur très sérieux, parvient à tourner la scène en une seule prise, jugeant que c'était un incident mineur.

  • Une autre scène longue à tourner fut celle où Richard Greene balance son verre de scotch sur Bodie. Pour la première prise, il en mit surtout sur l'épaule plus que sur le visage et il fut plusieurs prises avant d'en obtenir une satisfaisante.

Casting :

  • Michael Denison (1915-1998) : près de soixante ans de carrière, surtout dans des séries non diffusées en France.

  • Richard Greene (1918-1985) : essentiellement connu pour son interprétation de Robin des Bois dans la série éponyme (144 épisodes), son apparition dans cet épisode est l'un de ses derniers rôles.

  • Ann Lynn (1933) : apparaissant dans Destination Danger, Alias Le Baron, Le Saint, Les Champions et Minder, elle se fait rare à partir du milieu des années 80 avant de disparaître des écrans en 1996.

  • Kathleen Byron (1921-2009) : actrice connue par le grand écran (Le Narcisse Noir, Elephant Man), elle apparaît dans Destination Danger, The Avengers  et Minder.

  • Charles Keating (1941-2014) : acteur régulier de la série Crown Court (1972-1979), il apparaît dans Strangers et Bizarre, Bizarre avant de participer à des séries américaines comme Hôtel, Deux Flics à Miami et Equalizer. Au grand écran, on peut le voir dans Bodyguard et Thomas Crown.

  • Gary Waldhorn (1943) : lui aussi joue dans The New Avengers (épisode « La grande Interrogation ») après avoir participé à Regan et Cosmos 1999. On le voit ensuite dans Le Retour du Saint, Minder, Histoires Singulières et Les Règles de l'Art.

  • Roy Boyd (1938) : vu dans Le Saint, Colditz, New Scotland Yard, Van Der Valk, Regan, Cosmos 1999 ainsi que dans l'épisode « Cible ! » des New Avengers (rôle de Bradshaw) puis dans Histoires Singulières, Mision Casse-Cou et Hercule Poirot. Beaucoup plus rare depuis 1992, il a également joué au grand écran, notamment dans The Wicker Man et La Malédiction.

Diffusion : 17 février 1978 (LWT) et 8 avril 1989 (TF1)

Retour à l'index


9.  UNE NUIT DIABLEMENT CHAUDE
(WHEN THE HEAT COOLS OFF)

Résumé :

Été 1971. Alors, jeune inspecteur de police, Doyle arrête en pleine nuit le dénommé Haydon, qu’il accuse du meurtre de son coéquipier et d’un informateur, intervenu dans la pénombre. Reconnu coupable, Haydon est incarcéré pour un minimum de trente ans. En 1977, sa fille vient voir Doyle et tente de le convaincre qu’il s’est trompé et que son père a été piégé. D’abord réticent, l’agent du CI5 accepte de tout revérifier d’autant que de nombreux éléments troublants se font jour.

Critique :

A l’instar de l’épisode « Suzy Carter », il s’agit là d’une histoire principalement policière et assez solide. On y voit Doyle six ans plus tôt à son poste précédent de flic ordinaire. On y découvre qu’il aimait les motos et que cela demeure toujours d’actualité puisqu’il en répare une ancienne dans son garage six ans plus tard.

Tout paraît logique dans cet épisode mais on est surpris que Doyle soit si aisément influençable. Certes, la fille de Haydon a du charme mais de là à ce qu’elle lui fasse totalement tourner la tête…Cowley demeure heureusement circonspect et c’est principalement grâce à lui que le pot aux roses est découvert.

Anecdotes :

  • Dans la VO, il est stipulé que l’ancien concierge a acquis une villa à Cap-Ferrat. En VF, cela devient Veulettes-sur-Mer sans aucune explication, ni justification vu que Cap Ferrat est plus connu et plus significatif pour l’intrigue, aussi bien en VO qu’en VF.

  • Dans les deux versions, le temps passé depuis le fait divers est le même : 7 ans, 5 mois et 2 jours. Un calcul curieux puisqu’il n’y a que six ans entre 1971 et 1977.

  • Les escaliers et intérieurs de l'appartement de Finch sont en fait tournés dans le même bâtiment que celui où se trouve le QG de Cowley et du CI5. La salle de visite de la prison de Haydon est en fait une salle de squash.

  • Un fan britannique de la série s’intéressa à l’été 1971 et, contrairement à ce que laisse entendre la série, il fût non pas torride mais pourri et très frais !

Casting:

  • Peter Hugues (1922) : jouant dans Le Saint, Destination Danger, The Avengers, Special Branch, Bergerac et Hercule Poirot, il est retiré des écrans depuis 1999.

  • Lalla Ward (1951) : auparavant vue dans Poigne de Fer et Séduction et Van Der Valk, cette actrice participe à 46 épisodes de Docteur Who entre 1979 et 1981 avant de quasiment disparaître hormis pour quelques réapparitions presque exclusivement pour Docteur Who.

  • Bernard Kay (1928-2014) : participant à The Avengers, Alias Le Baron, Docteur Who, Les Champions, New Scotland Yard, Poigne de Fer et Séduction, Regan, Cosmos 1999, Target, Dick Le Rebelle, Bizarre Bizarre, Histoires Singulières et Minder.

  • Gerald Sim (1925-2014) : The Avengers, L'Homme à la Valise, Special Branch, Amicalement Vôtre, New Scotland Yard, The New Avengers (épisode « Le Lion et la Licorne ») et Bergerac.

Diffusion : 24 février 1978 (LWT) et 15 avril 1989 (TF1)

Retour à l'index


10. LES NERFS EN BOULE
(STAKE-OUT)

Résumé :

Fraser, agent du CI5, appelle Cowley en lui indiquant qu’il a découvert un « gros coup » et lui donne rendez-vous quinze minutes plus tard. Mais, découvert, il est poignardé et a juste la force d’aller à l’endroit prévu pour mourir dans les bras de Cowley. Dans la poche de son blouson est trouvée une carte de score d’un bowling. Doyle et Bodie s’y rendent pour monter une souricière et dénicher des indices.

Critique :

Malgré une bonne idée de base, l’histoire ne parvient jamais réellement à décoller. L’unité de lieu (le bowling) confirme que Les Professionnels est une série d’action où ça doit bouger. Sans cela, on s’ennuie rapidement et cet épisode en demeure un flagrant exemple. Comme Bodie et Doyle, on se met à regarder la pendule, seulement réveillé par la présence de la toujours délicieuse Pamela Stephenson même si elle joue très mal son rôle de junkie, semblant aussi perdue que son personnage. Le scénario accumule les invraisemblances : pour faire reconnaître une « Afrique blanche » par le gouvernement britannique, un petit groupe d’illuminés veut carrément faire exploser une bombe atomique en plein Londres, celle-ci ressemblant à une boule de bowling cachée dans un sac de sport. C’est assez risible et on n’y croit pas une seconde. Les trois héros non plus puisque aucun ne tremble malgré cette situation explosive.

Par ailleurs, plus les épisodes avancent, plus les agents du CI5 paraissent faiblards en dehors du duo Bodie-Doyle. Les autres se font assez aisément tués ou se montrent d’une incroyable naïveté (Tony Miller dans l’épisode « Suzy Carter », Fraser dans celui-ci, bientôt un autre dans l’épisode « Annie sous Protection »). C’est un peu gênant pour une unité réputée d’élite de n’avoir que deux réels as dans ses rangs. L’épisode est sauvé par quelques dialogues humoristiques, notamment entre Doyle et Bodie mais l’ensemble reste assez médiocre tout de même.

Anecdotes :

  • « Come On, David Bailey » indique l’agent Turner au photographe voyeur en VO. David Bailey était un célèbre photographe fort populaire en GB notamment dans les années 60, qui inspira le personnage de David Hemmings dans Blow Up.

  • Le club de bowling où se déroule l'épisode fut particulièrement dur à trouver car cela signifiait quasiment dix jours de fermeture. Un deal fut trouvé avec les propriétaires qui était de tourner seulement du lundi au mercredi, en début de journée. Il a été depuis démoli, cédant la place à un parking.

  • Martin Shaw et Tony Osoba, qui se battent dans l'épisode, s'étaient réellement chamaillés sur le tournage et ne s'entendaient pas. Osoba fut davantage copain avec Collins.

  • Betty Brice, actrice interprétant la secrétaire de Cowley dans les épisodes précédents, avait prévenu la production qu’elle serait en vacances en fin d’année 1977, d’où son remplacement dans cet épisode.

Casting :

  • David Collings (1940) : il a joué dans Destination Danger, Special Branch, UFO: Alerte dans l'Espace, Docteur Who et Inspecteur Wexford.

  • Barry Jackson (1938-2013) :  très riche et longue carrière sur les écrans britanniques puisque vu dans Special Branch, New Scotland Yard, The New Avengers (épisode « Pour Attraper un Rat »), Docteur Who, Les Contrebandiers, Les Règles de l'Art, Bergerac, Minder, Affaires non classées, Inspecteur Frost et un rôle régulier dans Inspecteur Barnaby (Dr. Bullard dans 76 épisodes).

  • Pamela Stephenson: 2e apparition dans la série de l’”attractive blonde” (nom de son rôle au générique) après avoir été une infirmière prise en otage dans « L’échéance ».

  • Jack Lynn (1923-2012) : on le vit dans Poigne de Fer et Séduction et Enquête en Direct. Ne tourna plus à partir de 1983.

  • Peter Armitage (1937) : aperçu dans Regan, Strangers, Les Règles de l'Art, il est connu pour son rôle dans Coronation Street (durant 34 ans et 390 épisodes).

  • Tony Osoba (1947) : acteur écossais déjà aperçu dans Cosmos 1999, Target, Minder, Bizarre Bizarre,  et Bergerac, on se souvient surtout de lui pour son rôle récurrent (27 épisodes) de Chas Jarvis, collègue de Dempsey et Makepeace dans Mission Casse-Cou. On le revît ensuite dans Coronation Street et Taggart.

Diffusion : 3 mars 1978 (LWT) et 22 avril 1989 (TF1)

Retour à l'index


11. TIR GROUPÉ
(LONG SHOT)

Résumé :

Ramos, un tueur international, arrive en Grande-Bretagne, pour éliminer une « cible » lors d’une conférence sur le terrorisme se déroulant sous la surveillance du CI5. Notre trio doit contrecarrer ce plan machiavélique et tenter de le neutraliser.

Critique :

Un très bon épisode avec un tueur inquiétant présentant des similitudes évidentes avec le terroriste Carlos (pseudonyme sud-américain mais résidant au Moyen-Orient comme le montre le pré-générique). Sa crédibilité est toutefois mise à mal par le fait qu’il n’est guidé ni par l’argent, ni par un quelconque « contrat ». Il se lance en fait un défi à lui-même, ce qui doit être unique dans le domaine du crime international où les terroristes sont généralement guidés par des intérêts financiers et/ou politiques. De plus, il se fait trop facilement berner en fin d’épisode et on ne comprend pas pourquoi il n’est pas retenu par le CI5 alors qu’il leur indique ce qu’ils veulent savoir avant d’embarquer dans l’avion qui doit lui permettre de fuir l’Angleterre. De même, Doyle et Bodie le laissent repartir sans avoir le temps de vérifier ses dires. Bref, c’est un peu cafouilleux. Idem en début d’épisode où Ramos visionne des films portant sur Cowley issus d’épisodes précédents. Toutes ces incohérences empêchent de donner une 4e botte à cet épisode dont les scènes d’action sont nombreuses et plutôt bien menées. On note une fois encore à la fin toute la roublardise de Cowley. Laquelle est également bien connue de ses hommes comme en témoigne la question posée par Doyle qui clôt l’épisode.

Anecdotes :

  • La résidence où se déroule la conférence est la même que celle utilisée un an plus tôt pour la conférence du professeur Von Claus dans l’épisode Le repaire de l’aigle des New Avengers.

  • Dans le parc de la résidence, il a fallu construire un mirador pour les besoins de l’épisode. Toutefois, les propriétaires ne voulaient pas qu’il se situe trop près de la maison, même temporairement. L’équipe du alors le construire plus loin et à un endroit accessible de l’ensemble de l’équipe.

  • Le bâtiment en destruction où est retenue la fille de Mitchell fut difficile à dénicher par l’équipe de production car il n’y en avait aucun de disponible. Enfin trouvé, il fallût assurer l’entreprise chargée de la destruction qu’en cas d’accident, elle ne serait pas inquiétée et que l’assurance de la boîte de production prenait tout à sa charge.

Casting :

  • Roger Lloyd-Pack (1944-2014) : auparavant vu dans Jason King, Special Branch, Poigne de Fer et Séduction puis dans Inspecteur Morse, Les Règles de l'Art, Hercule Poirot, les Borgias et Londres Police Judiciaire.

  • Martin Benson (1928-2010) : Destination Danger, Le Saint, Les Champions, Poigne de Fer et Séduction, L'Aventurier, Le Retour du Saint, Bizarre Bizarre.

  • Ed Bishop (1932-2005) : surtout connu pour son rôle-vedette dans UFO: Alerte dans l'Espace, on le vît également dans Le Saint, L'Homme à la Valise, Poigne de Fer et Séduction, Colditz et Philip Marlowe, Détective Privé.

  • John Horsley (1920-2014) : vu dans Les Champions, Département S, L'Aventurier, on se souvient de lui pour son rôle de père meurtri dans l'épisode « Jugement » de Mission Casse-Cou où il interprète le juge Hackett. On l’a ensuite revu dans Miss Marple, Bizarre Bizarre, Les Règles de l'Art, Inspecteur Wexford et Hercule Poirot.

  • Judy Matheson (1945) : actrice surtout active dans la première moitié des 70’s avec des rôles dans L'Aventurier, Regan et quelques films de la Hammer.

Diffusion : 10 mars 1978 (LWT) et 29 avril 1989 (TF1)

Retour à l'index


12. ANNIE SOUS PROTECTION
(LOOK AFTER ANNIE)

Résumé :

Évangéliste célèbre ayant échappé à la mort deux ans plus tôt, Annie Irvine vient à Londres afin d’y donner une conférence exceptionnelle. Ex-amour de Cowley, ce dernier décide de la placer sous la protection exclusive du CI5 au grand dam de Doyle et Bodie, qui n’y voient aucun intérêt.

Critique :

Pas désagréable, cet épisode n’en demeure pas moins terriblement ennuyeux. Il vaut surtout pour l’éclairage qu’il donne sur le passé de Cowley : on y apprend qu’il fît la guerre jeune et qu’il retourna ensuite à l’université où il fît la connaissance d’Annie Irvine, son seul véritable amour et il ne s’est jamais remis sentimentalement de leur rupture. Elle aussi est restée éprise mais aucun des deux ne parvient à dire clairement ce qu’il ressent pour l’autre. C’est le seul intérêt de cet épisode avec également le plaisir de revoir certaines figures connues de séries TV comme Clifton Jones (Cosmos 1999), Keith Buckley (New Avengers) ou Nick Brimble (Mission Casse-Cou).

Le reste n’est guère emballant, l’action étant surtout assurée par des extraits du film « All Coppers Are » sorti en 1971 et montrant des manifestations réprimées par la police. Doyle échange bien quelques coups avec des voyous en fin d’épisode mais cela ne dure guère. Par ailleurs, si on comprend que Cowley ait pu s’amouracher d’Annie Irving jeune, on a du mal à comprendre son manque de clairvoyance en la revoyant, vu qu’elle semble plus ou moins porte-parole de ce qui ressemble fort à une secte, la Workers Christian Alliance.

Anecdotes :

  • Lors de la bagarre finale avec les voyous emmenés par Nick Brimble, Martin Shaw reçoit un véritable coup de crosse sur le bras, Brimble ne s’étant pas aperçu qu’il avait frappé trop fort.

  • Les posters d’Annie aperçus dans l’épisode s’avéraient ridicules, voire comiques. Au point que les acteurs avaient du mal à ne pas pouffer de rire en les voyant.

Casting :

  • Diana Fairfax (1927) : actrice australienne, elle a interprété de nombreux rôles dans des séries britanniques peu connues en France, exception faite de Scotland Yard, crimes sur la Tamise. Son dernier rôle semble remonter à 2005 alors qu’elle avait 78 ans.

  • Clifton Jones (1937) est un acteur jamaïcain surtout connu pour son rôle de Kano dans la 1ère saison de Cosmos 1999 mais il joua également dans des épisodes de Destination Danger, L’homme à la valise, Amicalement Vôtre, Jason King, New Scotland Yard, Ike et Star Trek : la nouvelle génération. Il semble être retiré des écrans depuis 1994.

  • Patricia Quinn (1944) : actrice née en Irlande du Nord, elle a joué dans Van Der Valk, Bizarre Bizarre, Minder ou encore Bergerac.

  • Derek Francis (1923-1984) : décédé à seulement 60 ans, il eût une carrière très riche avec des rôles notamment dans Docteur Who, Destination Danger, La Dynastie des Forsyte, l’Homme à la valise, Jason King, Regan ainsi que The New Avengers puisque il joue le rôle de l’évêque et beau-père de Purdey dans l’épisode « Le château de cartes ».

  • Keith Buckley (1941) est un des nombreux transfuges des New Avengers puisqu’il tenait le rôle de Brady, chef de gang l’année précédente dans l’épisode du « S95 ». Il joua également dans The Avengers, Colditz, Poigne de Fer et Séduction, Van Der Valk, Special Branch, Regan, Enquête en Direct, Strangers. Invisible depuis 1991, il a également joué au grand écran dans Le Messager de Joseph Losey, L’espion qui m’aimait avec Roger Moore comme agent 007, Tess de Polanski et La nuit des juges aux côtés de Michael Douglas.

  • Nick Brimble (1944) rejouera dans un épisode de la série mais reste surtout connu en France pour son rôle de Lymon dans deux épisodes de Mission Casse-Cou. Sa carrière, timide dans les années 70 (apparitions dans Cosmos 1999 et Regan) prît une toute ampleur à partir de 1979 avec des rôles dans Les contrebandiers, Bergerac, Crossbow (72 épisodes), Inspecteur Barnaby, Affaires non classées ou encore Londres police judiciaire.

  • Frank Jarvis (1941-2010) a joué dans Le Saint, New Scotland Yard, Special Branch, Regan, Target, Docteur Who ainsi que dans des films comme L’or se barre ou Un pont trop loin. Il apparaîtra dans des rôles différents dans deux autres épisodes des Professionnels.

Diffusion : 17 mars 1978 (LWT) et 6 mai 1989 (TF1)

Retour à l'index


13. QUESTION DE COULEUR
(KLANSMAN)

Résumé :

Des habitants de couleur noire d’un quartier de Londres sont régulièrement menacés et malmenés par des militants d’extrême-droite encagoulés et tous vêtus de blanc. Écœuré, Cowley décide d’envoyer Bodie et Doyle sur le terrain pour qu’ils mènent l’enquête. Alors qu’il tient une piste, Bodie se fait poignarder et c’est seul et malgré les réticences de Cowley que Doyle tente d’éclaircir cette sombre affaire en tentant d’infiltrer un groupuscule fasciste.

Critique :

Un épisode très fort. On y découvre un Bodie raciste, au grand dam de Cowley et Doyle. Blessé grièvement, Bodie ne doit son salut qu’à un médecin noir et à la veille d’une infirmière, de couleur noire également. Cette double sollicitude fait revoir son jugement initial à Bodie. Doyle intègre un groupuscule d’extrême-droite et la philosophie du chef de celui-ci est assez bien cernée puisque pour lui, il faut mener des actions nauséabondes mais jamais jusqu’à l’inéluctable afin de ne pas se discréditer aux yeux de l’opinion publique. Un calcul très politique donc et assez réaliste.

Les méchants le sont vraiment (surtout Anthony Booth) et Judd s’avère excellent en fin calculateur chef de l’ « Empire Society ». On peut cependant regretter que les figurants choisis pour interpréter les membres du groupuscule aient tous l’air paumés et masculins. Des membres de toutes classes et des deux sexes auraient été bienvenus pour la crédibilité du propos. Ces quelques points faibles sont très mineurs et cet épisode demeure un des meilleurs de la série, n’en déplaise aux décisionnaires de London Weekend Television qui ont jugé cet épisode trop spécial alors que, comme l’indique Cowley dans de nombreux épisodes, le CI5 a toute autorité pour s’immiscer dans n’importe quelle affaire.

Anecdotes :

  • Cet épisode ne fut finalement pas diffusé en GB car LWT craignait des critiques et des réactions belliqueuses, le jugeant à tort raciste. C’est en fait tout l’inverse mais la dénonciation de ce racisme s’appuie sur des scènes extrêmement violentes, clairement inspirées du Klu-Klux Klan. Pour se justifier, LWT édita un communiqué de presse dans lequel il indique que Les Professionnels demeure avant tout une série d’action et d’aventures et que cet épisode, même remarquable, n’entre pas dans ce cadre-là.

  • Lewis Collins n’aimait pas cet épisode en raison du comportement et des propos racistes qu’on fait tenir à son personnage en première partie d’épisode. Brian Clemens répliqua que sur le moment, Collins ne s’était pas plaint auprès de lui.

  • Martin Shaw reconnaissait la puissance du message de cet épisode mais se plia à la décision de LWT.

  • Cet épisode fut en majeure partie dans le quartier de Southall, notamment aux abords du fameux complexe gazier utilisé plusieurs fois dans The New Avengers ainsi que dans Les Professionnels (vu aussi dans des épisodes de Docteur Who et de Regan). L’usine à gaz a fermé en 1973 et ne subsiste les années suivantes qu’un site en partie désaffecté, maintenu pour la distribution de gaz et le stockage. Il restait toutefois des ouvriers sur place et la scène de la croix en feu à la tombée de la nuit créa la panique chez l’un d’eux qui, pensant à un début d’incendie, appela la police et les pompiers. Ceux-ci avaient été avertis par l’équipe de production et un rapide coup de téléphone mît fin à l’imbroglio. Prévenir les habitants fut toutefois nécessaire afin de ne pas déclencher de réactions belliqueuses à certaines scènes de l’épisode.

  • L’acteur Louis Mahoney, qui interprète le docteur opérant Bodie a réellement été docteur à son arrivée en Grande-Bretagne depuis sa Guinée natale avant de devenir acteur. Durant la même période, il interprète à nouveau le rôle d’un médecin dans la série General Hospital.

Casting:

  • Edward Judd (1932-2009) : acteur anglais né en Chine, il tient des rôles réguliers dans quelques séries anglaises dès la fin des années 50. Apparaissant également dans des films de série B, il apparaît dans deux épisodes de la série Thriller de Brian Clemens avant de tenir le rôle de Cromwell dans l’épisode « Pour Attraper un Rat » des New Avengers. On le verra ensuite dans Regan et Coronation Street avant de finir sa carrière sur les écrans en 1992.

  • Trevor Thomas: de nombreux rôles entre 1975 et 2000, notamment dans Cosmos 1999, Le retour du Saint, Regan, Minder et Affaires non Classées en 2000.

  • Sheila Ruskin (1946) : actrice encore active bien que plus rare depuis 2008, elle a joué dans Special Branch, Regan, Inspecteur Wexford, Inspecteur Frost. Elle apparaîtra dans un des ultimes épisodes des Professionnels.

  • Anthony Booth (1931-2017) : près de 90 rôles dont celui de Mike Rawlins durant 52 épisodes dans une série inconnue en France (Till Death Us Do Part) et une apparition dans le film Brannigan aux côtés de John Wayne ainsi que dans deux épisodes du Saint.

  • Lawrie Mark: connu dans la série The Fosters (26 épisodes, 1976-1977), ce jeune acteur disparût vite de la circulation, apparaissant dans Dick Le Rebelle en 1979.

  • Joseph Charles: déjà tenant du même rôle dans l’épisode « Les Terroristes », cet acteur se fait rare sur les écrans mais est réapparu récemment dans le film Solo : A Star Wars Story.

  • Louis Mahoney (1938) : une carrière qui continue, débutée en 1962. On a pu le voir dans Destination Danger, Special Branch, Vivre Libre, Docteur Who et Bergerac. Il reprendra son rôle dans un épisode ultérieur des Professionnels.

  • George Harris (1949) : une carrière au cinéma avec Flash Gordon, Les chiens de guerre et Les aventuriers de l’arche perdue notamment ainsi que dans trois volets de Harry Potter plus récemment. Il a également joué dans Mission casse-Cou, Suspect n°1.

Diffusion : Jamais diffusé en Grande-Bretagne (mais disponible en DVD) et 13 mai 1989 en France (TF1).

Retour à l'index