Saison 3Saison 5

Inspecteur Derrick

Saison 4

1. L'imposture (Yellow He) 

2. Une affaire louche (Hals in der Schlinge)

3. Une nuit d'octobre (Eine Nacht im Oktober)

4. La note (Offene Rechnung)

5. La mort de l'usurier (Tod des Wucherers)  

6. Responsabilité partagée (Das Kuckucksei)

7. Le crime du Trans-Europe-Express (Mord im TEE 91)

8. Via Bangkok (Via Bangkok)

9. Encaissement (Inkasso)

10. L'Anglaise (Tote im Wald) 

 

1. L'IMPOSTURE
(YELLOW HE)



Date de diffusion originale : 23 janvier 1977.

Résumé :

« Yellow He », une reine de la nuit séduit Ali Rabes, un jeune homme bégayant au physique un peu difficile, l’oncle de celui-ci se fait assassiner dans la foulée. Est-ce lié ?

Critique :

La conclusion de l’épisode est certes très prévisible, car on ne peut pas croire une seconde que cette histoire d’amour, débutant par un coup de foudre, tellement belle, ne cache pas quelque chose.

Entre cette jeune fille très attirante et ce jeune homme qui n’attire pas vraiment les regards.

Comme par hasard, il est le petit-fils d’un homme très riche et mourant. Et son oncle vient tout juste de se faire tuer. Alors qu’il se marie dans la foulée, Derrick et Klein mènent leur enquête paisiblement, interrogeant son épouse (qui leur apprend le côté volage du défunt) et son frère.

Ils soupçonnent tout d’abord les deux d’avoir préparé le meurtre afin d’hériter du pactole, d’autant que lorsqu’ils reviennent la voir : elle apparaît non plus triste, mais souriante, gaie.

Puis ils font connaissance avec le mari de la secrétaire du défunt, connu pour son alcoolisme et pour avoir fait des menaces à ce dernier. D’ailleurs, on notera que Klein fera preuve d’un certain sarcasme lorsque le frère évoquera ces menaces : « Il lui as dit : « Attention ça va barder. » », ce à quoi Klein répond : « Non, mais dis donc, ça devient sérieux ! ».

Mais Derrick a déjà une autre idée et il finira par revenir inévitablement à notre couple qui convole dans leur nouvelle maison, et surtout au meilleur ami d’Ali, qui squatte la maison et ne cache pas qu’il considère Ali comme un attardé (bien que ce ne semble pas être péjoratif) …

Cette quatrième saison s’ouvre avec un épisode plutôt léger, prévisible donc, par moments euphorique : entre moments d’enquête pur et bonheur simulé. Les dialogues sont punchy.

Anecdotes :

  • La chanson « Bei Mir Bist Du Schön » interprétée par Benny Goodman et Martha Tilton sert de thème récurrent à l’épisode.

  • Du côté du casting, cet épisode signe la première apparition de Volker Eckstein (1946-1993) dans le rôle du meilleur ami d’Ali. Il jouera dans neuf autres épisodes jusqu’en 1985.

  • En version française, il est doublé par Michel Paulin : comédien connu notamment pour avoir été la voix française de Sam Waterston dans la série « New York District ». Il double beaucoup d’autres acteurs dans la série, généralement plus âgés que ce personnage.

  • Martin Semmelrogge, qui joue Ali reviendra dans trois autres épisodes jusqu’en 1989. En version française, il est doublé par José Luccioni qui a fait un travail assez impressionnant sur ce personnage.

  • Quand à Suzanne Beck qui joue « Yellow He », elle rempilera dans deux autres épisodes, Maria Schell, ici la femme de la victime, reviendra dans l’épisode « Concerto » (saison 5, épisode 6) et Karl Lieffen (1926-1999), ici le frère de la victime, rempilera dans quatre épisodes dont le tout dernier en 1998 qui sera également la dernière production tournée dans sa vie.

Retour à l'index


2. UNE AFFAIRE LOUCHE
(HALS IN DER SCHLINGE)

Date de diffusion originale : 06 février 1977.

Résumé :

Un frère et une sœur découvrent leur père pendu dans le grenier de la demeure familiale... Alors que cela ressemble à un suicide, la sœur est persuadée que son père a été tué…

Critique :

A quel point connaissons-nous vraiment nos proches ? C’est à cette question que tente de répondre cet épisode en apparence très classique (l’enquête en elle-même n’a rien d’exceptionnelle), mais soutenu par des personnages très bien écrits et des dialogues, comme souvent à cette époque de la série, tendus, ciselés.

Heli (incarnée par une Helga Anders en très grande forme) refuse de croire que son père puisse être suicidé : « Il n’avait aucune raison de le faire. C’était un homme heureux. », affirme-t-elle, mais peut-être avait-il des problèmes dont il ne se serait pas confié, justement pour ne pas qu’elle s’inquiète ? Elle refuse d’y croire, et Derrick se débat presque avec elle : pour lui, c’est un suicide. Mais elle reviendra à la charge jusqu’à ce qu’il accepte d’enquêter, Klein lui sera toujours réservé.

Il découvre que les affaires du défunt ne fonctionnaient pas si bien que cela : ce qui confirmerait la théorie du suicide, sauf qu’il avait été victime de détournements de fonds par son bras droit et qu’il était en désaccord avec Kless, mania de l’immobilier sur une affaire très importante.

Avec ce dernier que Derrick ne porte pas de son cœur, je noterais cet échange très drôle.

Kless, agacé par les questions de Derrick : « Vous me faites perdre mon temps, vous savez ce que ça coûte ? », ce quoi à Derrick, détaché, réponds négativement, Kless insiste : « Bon, encore des questions ? », Derrick, ne change pas de ton, réponds à nouveau négativement, Kless s’en va alors furieux et pressé de son bureau.

Le final est remarquable, plein de suspense et très bien monté.

Anecdotes :

  • On peut entendre le tube « Daddy cool » de Boney M. pendant le final. Cette chanson reviendra dans plusieurs épisodes ultérieurs.

  • Du côté du casting : Helga Anders (1948-1986) ici dans le rôle d’Heli, la fille de la victime était déjà apparue dans l’épisode « Johanna » (saison 1, épisode 2) dans le rôle de Roswitha, reviendra dans cinq autres épisodes.

  • Il en est de même pour Herbert Fleishmann (1925-1984) ici dans le rôle de Ludemann, déjà aperçu dans l’épisode « La fête » (saison 1, épisode 3).

  • Günter Strack (1929-1999), ici dans le rôle de Kless était déjà présent dans l’épisode « La mort sur la voie ferrée » (saison 2, épisode 2). Il est surtout connu pour avoir été Maître Renz dans la série « Un cas pour deux ».

  • Willi Kowalj (1943-1988) qui joue Ingo, le fils de la victime, est doublé dans la version française par Edgar Givry. Givry est connu pour être notamment la voix française de Richard Dean Anderson et John Malkovich. Il doublera d’autres acteurs dans la série.

Retour à l'index


3. UNE NUIT D'OCTOBRE
(EINE NACHT IM OKTOBER)

Date de diffusion originale : 06 mars 1977.

Résumé :

Une jeune femme est retrouvée morte devant chez elle. Derrick soupçonne un représentant de commerce n’ayant pas la langue dans sa poche…

Critique :

La première partie de l’épisode où Derrick a affaire à Steinbrink, le représentant de commerce et vraiment hilarante. Traugott Buhre qui l’interprète est absolument irrésistible. Personnage au métier payé pour avoir du bagout affirme à Derrick qu’il a accepté et voulu raccompagner la jeune femme chez elle, mais presque arrivée à destination, il a commencé à se montrer pressant envers elle, quittant sa voiture très brutalement. Mais personne ne veut le croire !

Il n’est pas vraiment aidé par des témoins, amis de la victime. En plus, l’avocat chez qui elle était secrétaire, fait tout ce qu’il peut pour l’enfoncer, proposant à Derrick et Klein son aide, quitte à les aider un peu trop – notamment en leur faisant envoyer un dossier sur ses penchants sexuels étranges. Ce bon avocat cour-cuitera même Derrick, qui ne va guère apprécier et orientera ses soupçons vers lui. Mais ce n’est pas si simple.

D’autant que Derrick va rencontrer sa mère, qui est une femme autoritaire, sèche, n’ayant jamais pu tolérer la victime, avec qui, évidemment, il avait une liaison. Alors qui couvre qui ? Où se couvrent-ils mutuellement ? Le dénouement sera très surprenant, affaires de regards et de jalousie.

Le mobile le plus vieux du monde pour une enquête très intéressante.

L’interprétation est de très bonne tenue, malgré une mise en scène assez rigide.

Anecdotes :

  • Musiques de l’épisode : « Serenade » de Steve Miller Band et « Jeans On » de David Dundas.

  • Du côté du casting : Bernhard Wicki (1919-2000), qui incarne maître Lechner reviendra dans l’épisode « Le témoin » (saison 7, épisode 9).

  • Traugott Buhre (1929-2009), ici Steinbrink, était déjà apparu dans l’épisode « La valise de Salzbourg » (saison 2, épisode 9) reviendra dans cinq autres épisodes.

  • Sabine von Maydell (née en 1955), ici Hilde, jouait un personnage portant le même prénom dans l’épisode « La mort d’un musicien » (saison 3, épisode 02) et reviendra une dernière fois dans l’épisode « L’ange de la mort » (saison 6, épisode 12).

  • Thomas Astan (né en 1942), ici Gottfried, en est déjà à sa troisième apparition (sur onze) dans la série, après « Le diplomate » (saison 2, épisode 3) et « Quand les oiseaux ne chantent plus » (saison 3, épisode 4).

Retour à l'index


4. LA NOTE
(OFFENE RECHNUNG)

Date de l’épisode originale : 20 mars 1977.

Résumé :

Après un cambriolage, plusieurs pensionnaires d’une maison de retraite transportent l’un des leurs, blessé, à leur domicile. Derrick se montrera assez brutal envers eux…

Critique :

Très original, assez triste et parfois amusant, cet épisode centré sur des papys bandits, se suit agréablement. L’introduction est particulièrement savoureuse : les quatre retraité(e)s traversant la ville, tentant de maintenir l’un de leurs amis debout, que les passants pensent alcoolique, vont finir par voler une voiture pour achever leurs parcours et laisser son corps dans le jardin de la maison de la retraite. Ici, tout est verrouillé : ils ont des horaires bien précis pour sortir, faire une promenade, mais ce soir, comme plusieurs autres, ils sont sortis pour faire un cambriolage.

Qu’importe leur âge très avancé (les comédiens ont entre 70 et 80 ans), Derrick ne les ménagera pas : il soupçonne aussitôt quelque chose dans leurs attitudes. Et en plus ils ont du répondant ! Impressionnant leur vitalité.

Justement, cet épisode pose un regard sans fard sur la vieillesse dans une maison de retraite : les routines, le règlement qui leur laisse peu de liberté, se sentant prisonniers, en attendant l’inévitable Mort. Alors, à l’instar des jeunes de l’épisode « Risque » (saison 3, épisode 12) : ils décident de finir leur vie en vivant justement, prenant des risques, se faisant de l’argent afin de se payer des petits plaisirs auxquels ils ont du renoncer depuis longtemps.

Derrick, alerté par la petite fille de la victime qui prétendait recevoir tout bientôt une « importante » somme d’argent, se dit qu’il y a matière à creuser et fait surveiller nos chers papys pendant leurs sorties. Et découvrent que le leader de la bande rencontre un type qui fréquente un bar louche.

La fin est assez prévisible : ces vieux travaillant pour leurs comptes d’autres personnes bien plus dangereuses qu’eux, et Derrick éprouve peut être finalement une certaine compassion envers eux.

Anecdotes :

  • Rudolf Platte (1904-1984) ici Robert Berger était déjà apparu dans l’épisode « Le bus de minuit » (saison 2, épisode 1) dans le rôle de monsieur Wollweber.

  • Rudolf Furnau (1898-1985) ici Engel, reviendra dans l’épisode « L’heure du crime » (saison 8, épisode 11).

  • Rudolf Schündler (1906-1988) ici Neil était déjà apparu dans l’épisode « La cavale » (saison 2, épisode 5), il reviendra deux autres fois.

  • Konrad Georg (1914-1987) ici Toppe en est déjà à sa quatrième apparition dans la série, il reviendra encore trois autres fois.

  • Johanna Elbauer (1944-2015) ici la petite fille de Toppe reviendra dans quatre autres épisodes.

  • Alf Marholm (1918-2016) ici le directeur de la maison de retraite reviendra dans dix autres épisodes.

Retour à l'index


5.  LA MORT DE L'USURIER
(TOD DES WUCHERERS)

Date de diffusion originale : 3 avril 1977.

Résumé :

Minsch, un usurier au caractère épouvantable est assassiné. Son comptable et sa secrétaire sont soupçonnés…

Critique :

Un épisode très inspiré et fourre-tout, soutenue par une interprétation intense, où chaque personnage est écrit avec un soin particulier. Ce n’est pas l’enquête qui est intéressant ici, elle est somme toute classique, mais les suspects et témoins, aux comportements euphoriques.

Dans cet épisode : nous avons droit à une histoire d’amour, à de l’action, à des secrets dissimulés.

Et on aurait rarement vu une victime autant détestable, d’un autre côté, Minsch est interprété par Peter Kuiper, grand adapte des rôles de bourrins. On peut souligner, à ce titre, le casting très bien choisi.

Tout son entourage était lassé du comportement de Minsch, alors lorsqu’il meurt : c’est une véritable délivrance. Winterhammer, son comptable et Hilde Hensch, sa secrétaire vont pouvoir vivre heureux ensemble.

Leur relation d’ailleurs est vraiment très intéressante, touchante : le premier est un grand dadais très timide, fou amoureux qui cherche à sauver la deuxième et ferait absolument tout pour cela y compris se faire défoncer la tête lorsque ses anciens potes viendront la chercher. Et c’est là que Derrick, qui les soupçonne fortement tous les deux (leur alibi est très fragile) interviendra.

Si les sentiments ne sont pas réciproques au premier abord, tant la jeune Hilde est une jeune femme très belle, extravertie, soit son opposée, ils éprouvent clairement un attachement réciproque.

Ils ont aussi soudainement de l’argent, qui leur permet de réaliser leurs rêves. Winterhammer gâte Hilde de beaux vêtements et lui achète une machine à écrire pour lui apprendre à être une vraie secrétaire.

Un bonheur euphorique et partagé, l’enquête passant au second plan dont le dénouement, d’ailleurs, est très surprenant et un peu trop facile (Derrick explique à l’assassin toutes les preuves qu’il a trouvé, alors que nous n’en avons jamais entendues parler).

Gerd Baltus qui incarne Winterhammer est exceptionnel, plein de retenue tout en étant presque tout le temps en mouvement, face à lui, Agnes Dünneisen, très bien en Hilde, en accord total avec son partenaire : couple improbable, vraiment attachant.

Anecdotes :

  • Gerd Baltus reviendra dans huit autres épisodes, mais jamais dans un rôle aussi fort.

  • Agnes Dünneisen reviendra dans l’épisode « Le mystère » (saison 5, épisode 13).

  • Peter Kuiper (1929-2007), déjà vu dans l’épisode « La mort sur la voie ferrée » (saison 2, épisode 2) reviendra dans cinq autres épisodes.

Retour à l'index


6. RESPONSABILITÉ PARTAGÉE
(DAS KUCKUCKSEI)

Date de diffusion originale : 12 juin 1977.

Résumé :

Eberhard Horre, un entrepreneur reçoit un coup de fil de sa femme : elle semble être blessée. Il se précipite là où elle se trouve, dans un appartement : il la découvre morte. Derrick découvrant la vie secrète de la victime, va vite le soupçonner.

Critique :

Le final de cet épisode est absolument extraordinaire, l’un des meilleurs de la série.

Pour y arriver, nous avons droit à une enquête qui nous emmène aussi bien sur des chantiers que dans des milieux plus « légers » car la victime, ancienne prostituée, continuait à pratiquer son métier, afin de continuer à se faire un peu d’argent, bien entendu sans que son mari et sa famille peu ouverts d’esprits ne le sachent.

Toutefois, à l’un de ses amies, elle avait confié qu’elle pensait qu’ils l’avaient découverts.

La liste des suspects se rallonge : entre anciens clients et membres de la belle-famille, ces derniers ne la portant pas vraiment de son cœur, même avant d’avoir découvert son petit secret.

Sa personnalité extravertie ne collant pas vraiment avec le sérieux de cette famille. 

Derrick est alors contacté par un de ses clients qui vient de recevoir une menace de chantage, et sans vraie surprise, découvrent que le beau-frère est dans le coup.

Derrick songe alors à comment le mari a fait pour tuer sa femme, alors qu’il l’avait au téléphone : où du moins a-t-il fait semblant de l’avoir au téléphone, car seul lui peut témoigner de cela : la secrétaire qui a pris l’appel n’a pas bien entendu la voix de sa femme. Il l’avait déjà tué avant, et avec son frère : ils ont mis au point leur plan : le deuxième allait appeler un peu plus tard, pour faire croire que la femme était encore en vie. Astucieux, reconnaît même Derrick. Et nous aussi.

L’interprétation est de bonne tenue et la mise en scène, efficace.

Anecdotes :

  • C’est le dernier épisode où apparaît Schröder interprété Günter Stroll, décédé quelques semaines après le tournage à seulement 52 ans.

  • Ralf Schermuly, ici Eberhard Horre, était déjà apparu dans l’épisode « La valise de Salzbourg » (saison 2, épisode 09). Il reviendra dans cinq autres épisodes.

  • Gerd Böckmann, ici Alfred Horre, était déjà apparu dans l’épisode « L’ami de Kamilla » (saison 2, épisode 10). Il reviendra dans deux autres épisodes.

  • Alexander Kerst (1924-2010), ici le client de la victime victime de chantage, avait déjà joué un rôle nettement plus intéressant et important dans l’épisode « Le lendemain du crime » (saison 2, épisode 11). Il reviendra dans deux autres épisodes.

Retour à l'index


7. LE CRIME DU TRANS-EUROPE-EXPRESS
(MORD IM TEE 91)

Date de diffusion originale : 10 juillet 1977.

Résumé :

Un journaliste, voisin de Derrick, est assassiné dans le Trans-Europe-Express. Derrick et Klein découvrent l’appartement de la victime saccagée…

Critique :

Un épisode très complexe à saisir, qui prends vraiment son temps. Mais intéressant pour l’implication de Derrick dans cette affaire : puisque Kessmer, la victime était un de ses voisins, qu’il le connaissait, cela devient plus personnel. Il s’impliquera donc au maximum dans cette enquête, quitte à désobéir à ses supérieurs, dès lors qu’il entre dans des milieux auquel il ne peut pas accéder.

Car il découvre, à peu près à la moitié de l’épisode, que Kessmer était un espion.

A partir de là, Derrick semble craindre où il va devoir mettre les pieds et exprimera à plusieurs reprises une certaine lassitude envers son métier – ce qui est peu arrivé jusqu’à présent dans la série, ou en tout cas autant – regrettant d’abord les crimes ordinaires « motivés par la jalousie », un peu plus tard, il dit qu’il aimerait prendre des vacances deux semaines.

L’épisode s’engage dans une sauce James Bond où Derrick tombe sur le charme de l’ex-collègue de Kessmer sur fond de musique élégante, quelque chose d’agréablement rétro dans l’air.

Pour en revenir directement à l’enquête, heureusement pour le téléspectateur qui n’y comprend pas grand-chose, que vers la fin de l’épisode, Klein fait le point à Derrick.
Par ailleurs, on notera que c’est l’habituel discret Berger qui s’y colle en infiltration, ce qui est plutôt original.

Anecdotes :

  • Petit détail amusant : on peut apercevoir un cheveu en haut à droite sur l’image vers la 54ème minute de l’épisode.

  • Harry Meyen (1924-1979) qui joue ici Harris était déjà apparu dans l’épisode « L’ami de Kamilla » (saison 2, épisode 10).

  • Alwy Becker, ici Andrea signe sa première apparition dans la série. Elle reviendra dans trois autres épisodes.

  • Siegfried Rauch (1932-2018), ici Mohr était déjà apparu dans l’épisode « Les faussaires » (saison 3, épisode 08). Il reviendra encore deux autres fois.

Retour à l'index


8. VIA BANGKOK
(VIA BANGKOK)

Date de diffusion originale : 21 août 1977.

Résumé :

Renz, un musicien malade revient d’un voyage en Asie. Dans la soirée, il doit se rendre à un rendez-vous où il est tabassé. Il meurt peu après…

Critique :

Un épisode vraiment très intriguant mais plutôt classique.

Le lendemain du meurtre, Helga, la fille de la victime reçoit un coup de fil de personnes visiblement liés au crime : ils se fixent rendez-vous mais c’est Rosska, un ami de son père qui vient et lui propose son soutien. Peu après, elle reçoit un autre coup de fil menaçant exigeant qu’elle rende un paquet que transportait son père : ils se donnent de nouveau rendez-vous, cette fois dans une boite de nuit. Comme par hasard, juste après, Rosska qui semble connaître l’existence de ce paquet se montre insistant et fouille les bagages de son père mais il ne trouve rien.

Derrick et Klein assistent à la scène de la pièce d’à côté, sans réagir.

Helga se rend au rendez-vous, tandis que Rosska, arrêté par Derrick et Klein leur raconte qu’au cours du séjour à Bangkok, un de ses amis lui a proposé de se faire un peu d’argent, en acceptant de transporter quelques paquets d’héroïne qu’il a donné à deux hommes à son arrivée à Munich. Mettant également Renz dans le coup mais ce dernier n’a pas remis son paquet et cela lui a coûté la vie.

Après ces aveux, dans la boite : Helga se fait kidnapper et s’en suit une poursuite et des échanges de coups de feu dans le sous-sol. Elle est sauvée et peut dire la vérité à Derrick, qui lui assène une leçon de morale.

Sa dernière réplique signe les prémisses d’une charge anti-drogue de Reinecker, puisque ce thème reviendra régulièrement dans des épisodes ultérieurs notamment dans le Marquant « Du sang dans les veines ». L’interprétation de Cornelia Froboess est très bonne et elle fera encore mieux avec un personnage beaucoup plus intéressant dans l’épisode « Ute et Manuela ».

Anecdotes :

  • Thomas Holtzmann (1927-2013) ici Jakob Renz, acteur au visage marqué, reviendra dans trois autres épisodes.

  • Christian Wolff ici Rosska, reviendra dans l’épisode « Courrier de nuit » (saison 10, épisode 3).

  • Dans la version française, il est doublé par le comédien Edgar Givry.

Retour à l'index


9.  ENCAISSEMENT
(INKASSO)


Date de diffusion originale : 18 septembre 1977.

Résumé :

Un laveur de voitures à domicile découvre le cadavre d’un homme : un certain Rombach. Derrick et Klein le soupçonnent d’abord avant de l’innocenter et de découvrir la vie très chargée de la victime...

Critique :

Un épisode à la conclusion assez prévisible mais plutôt futée qui évoque le thème du viol – assez rarement exploité dans la série.

Parmi les plaisirs de cet épisode, déjà de retrouver le jeune acteur au visage enfantin Wolfgang Müller, en simple témoin, alors qu’il avait joué le meurtrier dans « Risque » (saison 3, épisode 12), fidèlement et très bien doublé dans la version française par l’inestimable William Coryn. Évidemment, Derrick soupçonne le laveur de voiture à domicile qu’il incarne mais il sera innocent.

L’enquête oriente Derrick vers le monde de la photographie et l’univers de la mode : un univers « bling-bling » pas si souvent que cela traité de la série, ce qui permet quelques scènes très bien éclairées.

Derrick vient rendre visite à l’ex-femme de la victime, qui reste de glace face à la nouvelle.

Peu après, ils découvrent que Rombach a été tué avec la même arme qu’un photographe : un certain Hoffman. Ce dernier jouait souvent au skat avec Baukhaus, un pharmacien, qui semble avoir peur d’y passer à son tour. En le surveillant, ils le voient se rendre à l’école des Beaux-Arts où il veut parler à un certain Weyk, qui ne veut pas le voir. Derrick et Klein vont lui rendre visite et ils apprennent que Baukhaus, Rombach et Hoffman ont drogués et violés sa fille Gabriella qui s’est suicidée… Ils soupçonnent alors sa sœur Lena d’avoir commis les meurtres.

S’ensuit une jolie séquence bucolique où Derrick, Echterding et Klein observent Lena et son copain faire du cheval, sur fond d’une musique romantique. L’épisode se finit sur Derrick et Klein qui empêchent Lena et son copain de tuer Baukhaus.

Il fallait oser tout de même : démarrer un épisode de manière assez froide et brutale et l’achever sur une histoire d’amour créer à partir de la manipulation : d’un autre côté, comment pas être charmer par Lena, incarnée par l’irrésistible Lisa Kreuzer ?

Au fond, une histoire de vengeance manichéenne mais contrebalancée par un romantisme exacerbé. L’amour ne peut pas protéger de la haine.

Anecdotes :

  • C’est le premier épisode dont Frank Duval compose la musique. Il deviendra le compositeur le plus actif de la série.

  • Il s’agit du dernier épisode avec Echterding, policier qui seconde Derrick et Klein, interprété par Gerhard Bormann, présent dans vingt épisodes.

  • Lisa Kreuzer qui joue Lena reviendra dans neuf autres épisodes.

  • Dirk Galuba, habitué aux rôles de méchant dans la série, joue ici étrangement un rôle d’apparition.

  • Dieter Schidor (1948-1987) ici Hasse, reviendra dans quatre autres épisodes.

  • Karl Walter Diees (1928-2014) ici Backhaus était déjà apparu dans les épisodes « L’ami de Kamilla » et « Pecko ». Il reviendra dans quatre autres épisodes.

Retour à l'index


10. L'ANGLAISE
(TOTE IM WALD)

Date de diffusion originale : 16 octobre 1977.

Résumé :

Un ancien taulard découvre le cadavre d’une adolescente anglaise, ayant déjà été condamné pour tentative de viol quelques années plus tôt, il a peur de se faire accuser à son tour.

Critique :

Un épisode plein de suspense qui traite à nouveau de la thématique du viol et rappelle fortement l’épisode « La tentation », car au final : ça sera de nouveau (et dans des décors assez proches) le meurtre d’un homme poussé par ses pulsions sexuelles sur une belle jeune fille seule...

Mais ce nouvel épisode, qui laisse l’enquête au second plan (nous voyons relativement peu Derrick et Klein) est le portrait d’un ancien taulard : Hans Beck, ayant une nouvelle vie depuis peu après avoir passé quelques années en prison pour tentative de viol.

Et trouvant le corps d’une jeune fille : il craint bien sûr d’être de nouveau soupçonné.

De voir sa nouvelle vie éclatée, d’autant que sa femme ne sert rien de son passé. Alors il demande à son meilleur ami Manfred d’aller parler à la police en sa faveur. Mais ce dernier se montrera finalement assez ambigu à son égard, il aide, avant de réorienter ses soupçons vers lui sentant que l’étau se resserre : balançant à sa femme son passé par exemple. On notera que Derrick se montrera plutôt tendre envers Beck, ne le jugeant pas, le rassurant : « Ce n’est pas parce que vous avez fait de la prison, que je vais m’acharner sur vous. ».

Lorsque Manfred se retournera contre Beck : Derrick commencera à avoir de sérieux soupçons, d’autant que des petits détails dans ses propos ne collent pas. 

Le final, jouant justement de ces petits détails est absolument génial, et la dernière réplique du meurtrier (et de l’épisode) est vraiment ironique.

Anecdotes :

  • Carolin Ohrner, 15 ans lors du tournage, joue ici la victime qui en a dix-huit ans. Elle reviendra dans l’épisode « La trompette » (saison 12, épisode 2).

  • Gaby Dohm qui joue la femme de Beck était déjà apparue dans l’épisode « La cavale » (saison 2, épisode 05).

  • Max GrieBer (1928-2000) ici Lohmann était déjà apparu dans deux épisodes dont « L’imposture » (le premier de cette saison) où il jouait Pfortner. Il reviendra dans l’épisode « Le canal » (saison 8, épisode 1).

  • Udo Thomer (1945-2006) ici Burgstaller reviendra dans huit autres épisodes jusqu’en 1996.

Retour à l'index