Les Envahisseurs - Bonus Les Envahisseurs - Saison 1

Les Envahisseurs

Présentation 



COUP DE COEUR - Fan des Envahisseurs? La dernière édition de l'excellente émission Le Magazine des Séries animée par Christophe Dordain, et seule émission radio en France à parler chaque mois des séries cultes, y consacrait une émission spéciale. Réécoutez là sur le site Le Quotidien du Cinéma (émission du 25 avril): http://www.lequotidienducinema.com/podcasts/A cette occasion, nous vous proposons de retrouver le générique de la première saison!Retrouvez notre grand dossier consacré aux Envahisseurs par Patrick Sansano sur Le Monde des Avengers: http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/annees-1960/les-envahisseurs-1967-1968Rejoignez la discussion autour des Envahisseurs sur notre forum: http://avengers.easyforumpro.com/t313p480-serie-les-envahisseurs

Posted by Le Monde des Avengers on Friday, May 1, 2015

L’origine de la série « Les Envahisseurs » se trouve dans un film de 1956 « L’invasion des profanateurs de sépultures » (« Invasion of the body snatchers ») de Don Siegel, adapté d’un roman de Jack Finney « The Body Snatchers » publié un an plus tôt.

Dans le roman et dans le film, les Etats Unis, alors en pleine guerre froide avec l’URSS, font l’objet d’une invasion par des extra-terrestres qui prennent possession de corps humains. Nous sommes en pleine paranoïa anti-communiste.

Finney d’ailleurs s’était inspiré de l’air du temps et certains l’ont accusé d’avoir plagié d’autres auteurs, entre autres Robert A. Heinlein qui avait publié en 1951 une histoire d’invasion assez similaire, « The puppet masters ».

Au début des années 60, le scénariste Larry Cohen proposa à la chaîne ABC le concept d’une série sous le format d’épisodes de 30 minutes dans laquelle des extra-terrestres envahiraient la Terre en prenant une apparence humaine. Un seul homme serait au courant de leur présence et tenterait de prévenir ses semblables. Cohen imagina que ces extra-terrestres auraient une particularité : un œil dans la paume de la main (Le chanteur Jean-Louis Murat s’en servira pour l’un de ses clips dans les années 90). La détente avec l’URSS s’étant produite, seul l’aspect « paranoïa » demeure dans cette invasion invisible où votre voisin, votre meilleur ami, peut être « un des leurs ».

ABC décida de confier le projet à Quinn Martin, producteur à succès, lequel rejeta les scripts de Larry Cohen et voulut passer au format 50 minutes.  Il porta son choix, pour incarner le héros David Vincent, sur le comédien Roy Thinnes, alors engagé sur le tournage d’une série, « Un été long et chaud » (« The long hot summer »). Ce choix déplut fortement à Larry Cohen qui déjà déçu par les modifications apportées à son projet, décida de quitter la série avant même son début. Il restera crédité comme « créateur ».

« Les Envahisseurs » ressemble beaucoup, par son schéma, à l’autre série du moment de Quinn Martin « Le Fugitif » : un héros solitaire qui court de villes en villes d’un bout à l’autre des Etats-Unis dans chaque épisode. Ce concept fut aussi utilisé par « Match contre la vie » (« Run for your life ») 1965-68, série de Roy Huggins, et « L’Immortel » (« The Immortal ») 1969-71 de Robert Specht.

Toutefois, Quinn Martin puisa dans les scripts rejetés de Cohen lors de la première saison, reconnaissant leurs qualités, même si l’auteur ne fut jamais explicitement crédité au générique : les papillons qui dévorent de la viande dans l’épisode « Cauchemar », l’extra-terrestre qui revient à sa forme originelle dans « Genèse ». L’œil dans la paume de la main fut remplacé par un auriculaire raide, ce qui constituait l’économie d’un effet spécial peu ragoûtant.

Bien que le choix de Roy Thinnes ne faisait pas l’unanimité, Quinn Martin était prêt à demander aux scénaristes de « Un été long et chaud » de faire mourir son personnage afin qu’il soit libre pour le tournage des « Envahisseurs ». Mais la série en question fut annulée au bout d’une saison.

La série fut tournée aux studios Samuel Goldwyn à Santa Monica, mais aussi à Vasquez Rocks, ainsi qu’à Pasadena, à la frontière mexicaine.

Au fil des épisodes, nous en apprenons un peu plus sur la nature des envahisseurs. Dans le pilote, David Vincent découvre qu’ils ont besoin d’être régénérés pour conserver leur forme humaine. Il faut attendre l’épisode 3, « La Mutation », pour les voir disparaître dans un halo rouge lorsqu’ils meurent. Dans l’épisode 10 « le rideau de lierre », un aviateur constate que blessés, ils ne saignent pas. Dans le 14, « L’astronaute », on constate qu’ils peuvent simuler des battements de cœur. L’oxygène les tue, et leur planète (dont nous ne connaitrons jamais le nom ni la situation dans la galaxie) est en train de mourir, ce qui les oblige à l’exode.

La première saison, qui comporte 17 épisodes, conserve le canevas du héros solitaire en proie à une incompréhension totale.

Dans la saison 2, qui débute à la rentrée 1967, ce concept continue un certain temps. Dans l’épisode 2 « La soucoupe volante », nous découvrons l’intérieur d’un vaisseau spatial, David en prenant possession d’un. Il a été entrevu dans la saison 1 dans plusieurs épisodes, notamment « L’innocent ». Dans l’épisode 5, « L’ennemi », nous découvrons enfin un envahisseur sous sa forme d’origine, ce qui nous avait été caché dans la saison 1 dans l’épisode « La genèse » où l’on suggère mais ne montre rien. Notons cependant que dans l’épisode 7 de la saison 2, « Les spores », on suggère une origine végétale aux envahisseurs, digression qui ne dure que le temps de cet épisode, le 24e donc.

Les téléspectateurs cependant se lassent de ce héros aux histoires répétitives et une innovation est faite dans l’épisode 14 « Les défenseurs ». David convainc un milliardaire, Edgar Scoville (Ken Smith), de mettre ses forces à son service pour continuer le combat. Ce gros changement de direction scénaristique banalise la série qui perd beaucoup son aspect terreur et paranoïa. Alors qu’une saison 3 était en phase d’écriture, la série s’arrête définitivement, sans épisode de conclusion, avec « Inquisition, 26e opus de la saison 2 et donc 43e épisode au total le 26 mars 1968.

Les américains passent à autre chose et pendant trente ans, la série ne sera pas rediffusée. Elle débarque en France le jeudi 4 septembre 1969 et connaît un triomphe qu’elle n’a jamais obtenu dans son pays d’origine. 13 épisodes sont diffusés jusqu’au 27 novembre 1969, 11 de la saison 1, et deux de la saison 2, « Les défenseurs » et « La rançon ».

L’ORTF achète alors 13 nouveaux épisodes qui seront programmés de novembre 1971 à février 1972. A l’exception de 2 épisodes de la saison 1  (« Le rideau de lierre », « La tornade »), ce sont 11 épisodes de la saison 2 qui sont diffusés. Les 26 épisodes font l’objet de plusieurs rediffusions dès septembre 1973. En juillet 1984, Antenne 2 propose un 27e épisode inédit, « Vikor ». Puis l’intégrale de la série est pour la première fois proposée à l’été 1987.

Entre-temps, en 1977, dans le cadre de l’anthologie « Voyage dans l’inconnu », Quinn Martin propose un remake du pilote des envahisseurs « Première preuve » sous le titre « Les Nomades », avec David Birney, qui sera diffusé par TF1 en novembre 1978. A la fin de cet épisode, le héros alter-ego de Vincent, Paul Rogers, ancien du Vietnam, est interné dans un asile. En 1980, Quinn Martin produit le téléfilm « Le cauchemar aux yeux verts » (« The aliens are coming ») qui sans jamais citer David Vincent, reprend le principe de l’invasion. On y voit notamment le vaisseau de l’intérieur, arrivant sur Terre, comme dans le générique de la série. Il est question comme dans le pilote « Première preuve » d’une centrale hydro-électrique. Mais c’est un téléfilm sans lendemain.

Pendant des années, l’acteur Roy Thinnes se battra pour reprendre la série, et écrira en 1987 avec Larry Cohen et Sam Rolfe, l’un des créateurs de la série « Des agents très spéciaux », une suite, expliquant ce qui s’est passé de 1968 à 1987. Le projet constituait en un téléfilm de trois heures et avait été accepté par ABC. C’est alors que la chaîne fut rachetée par Capitol Cities et le projet tomba à l’eau.

 

En 1995, voguant sur le succès de « X Files », un téléfilm sera enfin tourné, dans lequel Roy Thinnes ne fait qu’une apparition passage de relais au nouveau héros Nolan Wood, incarné par l’excellent Scott Bakula. Malheureusement, ce téléfilm n’a qu’un lointain rapport avec la série et constitua une déception. Aucun des canons de la série ne fut respecté. Au point que ce « pilote » ne donna pas lieu à une nouvelle série.

Retour à l'index

Toucher le fond… (Broken - Part 1)