Saison 2Présentation

Les Chevaliers du ciel

Saison 3



1. ÉPISODE 1



Scénario : Jean-Michel Charlier, Antoine Tudal, François Villiers. Réalisation : Jean Couturier.

Résumé

Tanguy et Laverdure sont envoyés en Belgique pour étudier les problèmes opérationnels des Mirages V achetés par les forces aériennes belges. Laverdure, victime d’un canular, se fait affecter à Lonzay, tandis que Tanguy va à Bourchain. Ils ne sont donc pas ensemble.

La critique

Les téléspectateurs avaient quitté Tanguy et Laverdure le samedi 27 juillet 1968 aux Canaries, après avoir vu 26 épisodes depuis le 16 septembre 1967. Aussi, lorsqu’ils retrouvent, sans rediffusions entre temps, leurs héros le dimanche 7 décembre 1969, sur la première chaîne en noir et blanc (pour une série en couleurs), ils les ont un peu oubliés. Mai 68 a un influencé les jeunes vers l’antimilitarisme, nous sommes en plein conflit au Vietnam, et deux héros militaires sont passés de mode. Mais surtout, l’incroyable médiocrité de ce pilote de la saison 3 n’arrange pas les choses. Ici, Christian Marin et Jacques Santi, le temps d’un opus, ne jouent pas ensemble. On se demande pourquoi on a pondu un script aussi médiocre. Premier signe du manque de nouveauté : on reprend la chanson de la saison 1.

Laverdure est quasi absent de l’épisode, confiné dans un trou où un « copain » lui a vendu un carnet d’adresses de filles dont les numéros son tous imaginaires. Tanguy se laisse prendre à un défi avec un aviateur belge, Roger Terwaegne (Nicolas Takach), en voulant ravir la petite amie de ce dernier, Nathalie (Aude Olivier, qui n’a quasiment rien fait à part cet épisode en dehors de « Dernier domicile connu »). Et voilà, les deux pilotes vont faire un pari stupide et mettre leurs vies en danger pour cette Nathalie. Le scénario est aussi mince que du papier à cigarettes.

C’est de plus mal réalisé par Jean Couturier, qui nous inflige des scènes de mess des officiers, de fête de Carnaval. On est très loin du suspense des deux premières saisons. Cela augure mal de la suite.

Cette saison 3 renouera avec un cycle suspense au Pérou pour les épisodes 10 à 13, qui retrouvent la veine de ceux des Canaries. L’épisode 8, un stage de réoxygénation à La Plagne, inspirera un album BD, « Mission Spéciale ». Le reste nous entraînera à Salon de Provence, Orange, Cap Canaveral. Mais en regardant cette saison, on comprend rétroactivement qu’il n’y en a pas eu de quatrième. Il y aura un méchant, Fergusson, qui pratique plus l’espionnage industriel que celui de Monsieur X, et fera un bien piètre adversaire sous les traits de Jean Dalmain.

Ce fade pilote de la saison 3 nous met mal à l’aise car on a le sentiment que la magie de la série s’est enfuie.

Les infos supplémentaires

Cet épisode a été proposé et diffusé dans « Samedi est à vous » en 3e diffusion en mars ou avril 1975, et la série ne fut plus choisie ensuite.

A la fin du 13e épisode, on se demandera si le budget n’est pas épuisé. Lorsque Tanguy et Laverdure arrivent à la base de Dijon, ce sont des scènes de la saison 1 de 1966 qui sont utilisées, avec les voix des comédiens et un nouveau texte dessus.

Les anecdotes de Christian Marin

Christian Marin ne se souvenait absolument pas des dates de tournage, mais par contre de sa rencontre avec un serpent dans un épisode au Pérou.

Retour à l'index


2. ÉPISODE 2

Réalisation : Jean Couturier.

Résumé

Roger Terwagne se marie avec Nathalie. Laverdure tombe en panne en se rendant à la noce. Il est arrêté par les gendarmes ayant perdu ses papiers. Un avion transportant des produits toxiques s’écrase et Laverdure se retrouve en danger de mort.

La critique

Deuxième épisode belge aussi soporifique que le premier. Aucune vedette invitée intéressante. A la différence du précédent, on voit beaucoup Christian Marin. Mais tout est académique et documentaire. Il faut bombarder l’avion contenant des bonbonnes toxiques. Or, Laverdure, voulant rejoindre la noce a vélo, s’est effondré auprès de l’appareil en raison des vapeurs bactériologiques. Même François de Roubaix pour ses nouveaux thèmes n’est pas inspiré, c’est dire ! On comprend que Tanguy va sauver son partenaire en se rendant en hélicoptère juste avant que les bombardiers n’attaquent.

Les infos supplémentaires

L’un des comédiens belges est doublé par Jean Berger.

Episode tourné sur la base aérienne de Florennes.

Anne Lauriaut, qui incarne Suzy, meilleure amie de Nathalie, a tourné un film érotique ou plus  exactement une satire des films érotiques en 1970 au Canada, « Un succès commercial », de Jean-Pierre Lefebvre. On l’a vu dans les séries « Thibault ou les croisades » (1969), « L’éloignement » avec Catherine Sola et Henri Piegay (1973), « Les cavaliers de la route » (1968), « Les oiseaux rares » avec Claude Jade (1969)

Les anecdotes de Christian Marin

Très fidèle en amitié, Christian m’écrit lors du décès d’André Falcon : « J’ai perdu comme vous le savez mon grand ami André Falcon. Grande peine, grande douleur. Il était presqu’un frère pour moi, lui-même le proclamait ».

Retour à l'index


3. ÉPISODE 3

Réalisation : Jean Couturier.

Résumé

Laverdure retrouve Mounier (devenu commandant) à Salon de Provence, tandis que Tanguy essaie à Istres les Mirage G dont les ailes sont à géométrie variable. Il retrouve une amie, Monica, qui travaille pour l’industriel scandinave Fergusson qui lui aussi veut mettre au point un Mirage semblable mais civil.

La critique

Monica (Jacqueline Laurent) est à la fois une amie de Tanguy et Laverdure, mais aussi un ingénieur aéronautique proche de l’espionne industrielle. Séparés dans cet épisode, Christian Marin retrouve avec un plaisir évident Jacques Richard en Mounier, tandis que Jacques Santi est en bonne compagnie. Il faut avouer que Jean Dalmain n’a pas l’envergure de José-Luis de Villalonga. Jacqueline Laurent est formidable en espionne. Mais cela ne suffit pas à faire un épisode quatre étoiles. Tanguy n’apprécie guère qu’on le trahisse, surtout s’il s’agit de sa petite amie. Le ton revient un peu à celui des deux premières saisons.

Fergusson, à l’inverse de Max ou Monsieur X, est plus un « looser » qu’un diabolic mastermind. Il ne génère pas la peur et est aussi limpide qu’Henri Gilabert en chef des espions aux Canaries. En regardant cet épisode, on a l’impression que « Les chevaliers du ciel » ne sont plus ce qu’ils étaient, qu’une page est tournée, et que l’on est tombé dans les redites, en moins bien.

Les infos supplémentaires

Jean Berger depuis le début de la série juste après le générique résume ou présente l’intrigue.

Retour de Jacques Richard dans le rôle du capitaine – devenu commandant -  Mounier muté à Salon de Provence.

Sans parler de destin tragique, la belle canadienne Jacqueline Laurent (1941-), dont  Monica fut le premier rôle, ne perça pas et se tourna vers le cinéma érotique (« Le journal intime d’une nymphomane » de Jésus Franco, 1973, « La bonzesse », « Quand les filles se déchaînent », « L’emprise des caresses » etc). En 2014, alors qu’elle est enseignante d’art dramatique au Canada, un de ses élèves la reconnaît dans un ancien film érotique. Elle est aussitôt renvoyée !

Jean Dalmain (1915-2010) est Fergusson, le « méchant ». On l’a vu dans « Violette Nozière ». Sa diction et son style rappelent un peu Grégoire Aslan.

Lorsque Monica épluche le dossier du Mirage G, on voit sur le dossier que c’est un avion Marcel Dassault.

Le colonel est incarné par Dominique Rozan (1929-). Sociétaire de la Comédie Française, on la vu au cinéma dans « La guerre est finie », « Mon oncle d’Amérique », « On connaît la chanson », « Harry, un ami qui vous veut du bien ».

Les anecdotes de Christian Marin

Christian Marin ne se souvenait pas de Jacqueline Laurent.

Retour à l'index


4. ÉPISODE 4

Réalisation : Jean Couturier.

Résumé

Chassée par Fergusson, Monica devient monitrice dans un aéroclub et rompt avec Tanguy. Le conseil d’administration de la société de Fergusson l’oblige à kidnapper Tanguy pour obtenir le dossier du Mirage G.

La critique

Tandis que Laverdure et Mounier brillent à la patrouille de France à Salon, Tanguy tombe dans un piège. Monica ne veut plus le voir, mais ce pleutre de Fergusson se voit dépasser par ses hommes. Mais où sont les méchants du style Max qui avaient du panache et de la classe tout en étant menaçants ? Le ton est celui de la farce de carabins, relevé quand même par de nouveaux thèmes de François de Roubaix.

Visiblement ici, on veut renouer complètement avec le suspense. Mais le monde de l’espionnage industriel est ennuyeux. Jacques Santi semble parfois se demander ce qu’il fait là.

Les décors n’ont rien d’extraordinaire, Tanguy est prisonnier dans un mas de pierre en Provence sous le champ des criquets. Ajoutons que le rythme est très lent (que de temps perdu dans la prison avec de gros plans sur Jacques Santi). Toutes les scènes dans les garrigues sont vite lassantes. Le sauvetage du héros par la patrouille de France est un peu tiré par les cheveux. Encore un épisode plutôt faible, qui ne retrouve pas la fougue des deux premières saisons.

Les infos supplémentaires

La patrouille de France est mise à contribution dans cet épisode.

Pierre Forget (1929-1993), qui incarne le mécanicien  Fouquet, tournait là son premier rôle comme Jacqueline Laurent. Il tourna au cinéma « Que la fête commence », « Trois couleurs bleu », « Les galettes de Pont Aven », « Le professionnel », « Marche à l’ombre », « L’emmerdeur », « L’aile ou la cuisse ».

Les anecdotes de Christian Marin

Christian Marin jusqu’à sa mort rédigeait son courrier avec une plume sergent major, des pleins et des déliés. Il écrivit ainsi la préface d’un livre pour moi, mais s’aperçut une fois publié d’une faute d’orthographe faite par inattention. Comme il fut impossible de refaire le tirage, il me demanda de corriger un maximum d’exemplaires à la main, ce que je fis volontiers.

Retour à l'index


5. ÉPISODE 5

Réalisation : Jean Couturier.

Résumé

Alors que Mounier et Laverdure font un exercice avec la patrouille de France, un avion leur coupe la route. Mounier, furieux, veut le retrouver. Le pilote étant mis à pied, on demande à Tanguy de le remplacer.

La critique

L’aspect fiction disparaît de plus en plus pour celui de pur documentaire. Des militaires récitent leurs dialogues de façon peu naturelle, ce ne sont pas des comédiens. En 1992, une série tombera dans cet écueil : « Van Loc, un grand flic de Marseille », où le véritable commissaire George N’Guyen Van Loc jouait son propre rôle, mais de façon désastreuse.

Heureusement, quatre comédiens sont présents : Christian Marin, Jacques Richard, Jacques Santi et Jacqueline Laurent. Dans cet opus, c’est la première dispute grave entre Laverdure et Tanguy. Ce dernier devait partir aux Baléares avec Monica, et refuse à Laverdure de remplacer un pilote dans la patrouille de France, mais la jeune femme ne lui demande pas ce sacrifice. On comprend mal, en voyant ces épisodes, que Jacqueline n’ait trouvé à tourner que du cinéma érotique. Quel gâchis.

Nous voyons plusieurs démonstrations de la patrouille, mais ce n’est pas ce que l’on demande à la série, qui perd ici toute idée scénaristique. On s’ennuie ferme. Cette saison 3 accumule les épisodes mineurs. Ici, il est question de rivalités entre pilotes, d’un brésilien qui accidentellement se trouvait là où il ne fallait pas et manque ruiner la carrière d’un membre de la patrouille. Ceci sans ressort dramatique. Bref, cet épisode avec de flamboyantes images de la patrouille de France est plus un documentaire qu’autre chose. On a l’impression que la production présente la facture des décors aux téléspectateurs.

Les infos supplémentaires

Sur les chaînes étrangères, cet épisode s’appelle « Patrouille de France ».

Lors de la démonstration de la patrouille, c’est la voix de Jean Berger qui s’adresse aux spectateurs.

Christian Kerville, un comédien de l’époque, tournait là son dernier rôle. Plus de nouvelles ensuite. Il incarne le pilote Le Gall. On le vit dans « Mission spéciale à Caracas » (1965), « Coplan FX 18 casse tout » (1965), « Le vicomte règle ses comptes » (1967), « Happening » (1967),  « Un jeune couple » (1969), « Quatre hommes aux poings nus » (1970), « Alyse et Chloé » (1970).

Michel Herval, qui est Vigon, le pilote accusé à la place du brésilien, avait joué avec Christian Marin dans « Le gendarme en balade ». On l’a vu à la télé dans « Madame êtes-vous libre ? » série avec Denise Fabre (1971), un « Maigret » avec Jean Richard, et dans quelques films au cinéma (« Bel ordure » dont le titre est orthographié ainsi au lieu de « Belle », « Les petits enfants d’Attila », « Les raisins de la mort »). Sa carrière cesse en 1978

Les anecdotes de Christian Marin

Christian Marin m’a confié qu’il fut invité à des fêtes militaires aériennes. On le fit même, longtemps après la série, monter dans un mirage.

Retour à l'index


6. ÉPISODE 6

Réalisation : Jean Couturier.

Résumé

A la base d’Orange, Tanguy et Laverdure mettent au point un équipement radar destiné aux Mirages. Une alerte est déclenchée car un porte-avions se trouve dans la zône à surveiller, dans le cadre d’un exercice.

La critique

Cette saison 3 anticipe ce que sera en 1973 la série « La mer est grande » : une série réaliste qui ressemble à un simple documentaire. Le suspense ici est censé être un exercice qui tourne mal, Laverdure devant s’éjecter de son mirage et étant sauvé in-extremis par Tanguy dans la mer, transis de froid. Cela ne pourrait même pas donner lieu à une BD de la série, tellement les péripéties d’un exercice militaire constituent un sommet d’ennui, sans aucun élément scénaristique.

Est-ce un hasard ? L’épisode ne dure que 23 minutes, et on a l’impression que le temps ne s’écoule pas. Bref, on peut facilement zapper cet opus qui n’apporte rien à la série.

Les infos supplémentaires

Pierre Rousseau interprète le lieutenant Guillou. On a vu ce comédien à la TV dans « L’homme du Picardie », « Maigret : Signé Picpus » avec Jean Richard, « Les cinq dernières minutes », et au cinéma dans « Trois milliards sans ascenseur », « Le crabe tambour », « Les égouts du Paradis », « La légion saute sur Kolwezi », « Neuf mois ».

Yves Massard (1923-1996) fait une apparition dans l’épisode en officier. On l’a vu notamment dans « Le passager de la pluie » avec Charles Bronson.

Les anecdotes de Christian Marin

Le comédien m’informa un jour de ce qu’était l’ADAMI, où je pourrais faire mille trouvailles pour mes recherches. Il me donna les coordonnées mais je fus éconduit car il s’agit d’un organisme uniquement destiné aux artistes et pas au public. L’ADAMI gère les droits de propriété intellectuelle des artistes interprètes. Informé, il se mit en rapport avec André Falcon, lequel fit les recherches à ma place ! Il était difficile de trouver quelqu’un d’aussi serviable et disponible que le regretté Christian Marin envers le public fan de séries.

Retour à l'index


7. ÉPISODE 7

Réalisation : Jean Couturier.

Résumé

Tanguy et Laverdure, dans le cadre d’un exercice, sont « prisonniers » à bord du porte-avion Foch. Un avion sans autorisation de vol s’introduit dans la zône interdite.

La critique

Les moyens mis à disposition de la production par la marine militaire sont colossaux. Il est dommage que l’absence de scénario, et les dialogues déclamés de façon peu naturelle par les militaires gâchent l’ensemble. C’est le lieutenant Guillou, à bord de son mirage, qui vole la vedette au tandem de héros.

Jean Couturier n’a pas le talent de François Villiers. Il filme la série sans imagination. On a parfois l’impression d’être dans un film promoteur commandé par la Marine pour d’éventuelles futures recrues.

Christian Marin et Jacques Santi semblent s’ennuyer autant que le téléspectateur. La plupart des scènes tournées à l’intérieur du porte-avion souffrent de trop d’obscurité. A la 19e minute, la fiction revient enfin avec un inconnu qui menace Tanguy qui en homme grenouille a découvert une épave pleine de lingots d’or.

Les infos supplémentaires

Jean Berger est mis à contribution pour doubler ici un officier du porte- avion Foch.

Le nom du comédien qui joue le chef du gang n’est pas crédité au générique.

Les anecdotes de Christian Marin

J’eus la surprise de recevoir avec les courriers de Christian Marin divers objets dérivés de la série « Les chevaliers du ciel » : timbre à l’effigie des deux comédiens dans leurs personnages, cartes de correspondance avec l’image d’un mirage.

Retour à l'index


8. ÉPISODE 8

Réalisation : Jean Couturier.

Résumé

A la station de La Plagne, Tanguy et Laverdure font un stage annuel de ré oxygénation. Laverdure, éternel Don Juan, s’amourache d’une monitrice de ski, Mika. Or elle fait partie d’un gang qui prépare un hold-up.

La critique

Nous retrouvons enfin l’univers de la fiction. C’est un épisode qui se veut un peu humoristique, et pour l’occasion François de Roubaix a composé une partition sautillante. L’épisode commence dans la comédie pour se terminer dans le genre policier. Tout cela n’est guère convaincant.

Lorsque l’opus bascule dans le drame, le chef de gang en venant au meurtre, on n’y croit pas. La scène de l’avalanche, réussie, ne parvient pas à sauver l’ensemble de la torpeur. Les comédiens qui entourent Mika (Keiko Fishi) jouent comme des amateurs. Ermanno Casanova tout particulièrement n’est pas crédible un instant en organisateur du hold-up et tueur.

Les infos supplémentaires

Cet épisode a été repris mais avec un scénario plus long dans l’album de BD « Mission Spéciale ».

Keiko Fishi (1932-), comédienne japonaise, qui fut l’épouse du metteur en scène Yves Ciampi, est la partenaire d’un épisode des chevaliers.

Ermanno Casanova, qui incarne le chef du gang, a joué dans « César et Rosalie », « Le chat », « La décade prodigieuse », « Les noces rouges ».

L’épisode a bénéficié du concours des chasseurs alpins.

Les anecdotes de Christian Marin

Des années après le tournage, Christian Marin fut contacté par la patrouille de France. Une amie à lui, décoratrice, avait imprimé des T Shirt à l’effigie de Tanguy et Laverdure, ce qui permit au comédien de rencontrer le général de la patrouille de France.

Retour à l'index


9. ÉPISODE 9

Réalisation : Jean Couturier.

Résumé

Laverdure a rendez-vous à Cap Kennedy avec un ami astronaute, John Kelly. Mais sur place, il ne trouve nulle trace de son ami. Il se fait refouler. En fait, l’astronaute est un vendeur de souvenirs !

La critique

La production avait les moyens de se déplacer en décors naturels, ici rien de moins que Cap Kennedy. Le ton est à la comédie pure, et l’on ne s’ennuie pas un seul instant. Malgré l’absence de Santi, Christian Marin s’en donne à cœur joie. C’est un autre scénario qui devait être tourné, mais (voir l’anecdote), l’équipe dût changer son fusil d’épaule. A la 14e minute, nous sommes à Pointe à Pitre. Jean Couturier en profite pour tourner les scènes du carnaval local. Puis, une seconde aventure se greffe à la 18e minute : Laverdure doit servir de pilote pour rapatrier un blessé, un grand brûlé, dans une île isolée de Guadeloupe. Au final, l’épisode est assez réussi. La mission à Cap Canaveral se transforme en sauvetage humanitaire.

Les infos supplémentaires

Episode tourné aux Etats Unis avec Christian Marin seul.

Amarande (1939-) fait une apparition au début de l’épisode.

Jacques Santi apparaît pour la scène finale à bord du boeing (quelques secondes).

François Patrice (1924-) qui tournait encore en 2010, interprète le docteur qui demande à Laverdure de sauver le brûlé. Il jouait un petit rôle aux côtés d’Alain Mottet dans la saison 2, partie Sahara (le chef des parachutistes).

Les anecdotes de Christian Marin

Christian Marin se souvenait très bien de cet épisode, car la production n’obtint pas l’autorisation de tourner à Cap Kennedy.

Retour à l'index


10. ÉPISODE 10

Réalisation : Laurent Grousset.

Résumé

Tanguy et Laverdure se rendent à Lima, au Pérou, qui vient d’acheter des mirages. Ils doivent les tester. Ils retrouvent Merlet devenu conseiller technique de l’armée de l’air péruvienne. Tanguy tombe amoureux de Maria, que son oncle surveille.

La critique

Avec cet épisode, commence le cycle final (quatre épisodes) de la série. On y retrouve l’ambiance des Canaries dans la saison 2. Le retour de Roger Pigaut en Merlet, qui a du quitter l’armée suite au complot des faux canadiens dans la saison 1, est apprécié. Merlet a mis au point un viseur.

Tanguy, qui trouve que le viseur déséquilibre l’appareil, est sceptique. C’est un peu tard mais on retrouve l’ambiance de la saison 1 et des meilleurs épisodes de la 2. C’est une façon de terminer en beauté.

L’épisode introduit le personnage de Maria (Claudia Olaechea), qui deviendra la dernière conquête de Tanguy, et aura le suprême honneur d’épouser le héros. A l’époque, une saison 4 était prévue sans Maria. Les scénaristes n’eurent pas à se creuser la tête pour se débarrasser du personnage.

La tension revient dans la série, Merlet chassé de l’armée de l’air pour  raisons de santé, a failli se faire tuer à Dijon pour sauver nos héros.

Roger Pigaut est excellent en Merlet. Lorsque son personnage disparaît lors d’un vol en Amazonie, on retrouve l’atmosphère des débuts, après une grande partie de la saison 3 décevante.

Les infos supplémentaires

L’affaire de Dijon est évoquée et remonte à quatre ans selon Tanguy.

La future Madame Michel Tanguy de l’épilogue, Claudia Olaechea, ne semble avoir tourné que ce seul rôle.

Les quatre épisodes qui concluent la saison 3 ont été réalisés avec le concours de la Force Aérienne Péruvienne.

Les anecdotes de Christian Marin

Dans sa toute dernière lettre du 21 mars 2012, Christian Marin, sollicité à propos de comédiens ayant joué dans la pièce « Les quatre vérités », semble un peu oublié et isolé. « Il me serait agréable de vous renseigner, mais les comédiens et comédiennes  sont éparpillés dans le temps et dans Paris. Je n’ai hélas plus de nouvelles, bien que certains furent mes partenaires. Comment les joindre ? Le temps passe si vite portant dans sa vitesse oubli et indifférence ».

Retour à l'index


11. ÉPISODE 11

Réalisation : François Villiers.

Résumé

L’ancien instructeur de Tanguy et Laverdure, Jacques Merlet, se perd lors d’un vol dans la jungle amazonienne. Laverdure et le capitaine Larco partent à son secours.

La critique

Second épisode après Cap Canaveral sans Tanguy. On se demande pourquoi Tanguy ne participe pas aux recherches. Le capitaine Larco (Cesar Faura) aide Laverdure. A la neuvième minute, c’est le drame. Une poutre de bois qui flotte renverse l’embarcation que les deux hommes avec un guide indien, Chico, ont prise sur le fleuve. Le guide sera dévoré par un crocodile. C’est le passage le plus trash de toute la série. L’eau du fleuve devient rouge à la surface.

Le tournage a vraiment lieu dans la jungle et cela se voit. Chez les jivaros, réducteurs de tête, nos héros n’ont, pour se défendre, que des lances fusées. L’épisode se termine par un cliffhanger.

Les infos supplémentaires

C’est la première fois que le prénom de Merlet, Jacques, est mentionné.

Les anecdotes de Christian Marin

Une anecdote que racontait en tout premier Christian Marin au sujet du tournage des « Chevaliers du ciel » : la scène avec le serpent n’est pas truquée.

Retour à l'index


12. ÉPISODE 12

Réalisation : Laurent Grousset.

Résumé

Merlet est toujours vivant. Dolorès, sa femme, reproche à Tanguy de ne pas lui avoir fait confiance pour le viseur. Aussi notre héros décide de s’occuper de cette invention. C’est l’amour fou entre Maria et Tanguy.

La critique

A la onzième minute, Merlet est retrouvé et la joie règne. Auparavant, nous avons eu de superbes vues des alentours de Puno où les amoureux, Maria et Tanguy, font des balades romantiques. La famille de la jeune péruvienne n’est pas favorable à leur union. Tanguy réussit à faire la preuve, lors d’un essai de tir, que le viseur de Merlet fonctionne. A la 15e minute, une scène mémorable, que beaucoup de téléspectateurs n’ont pas oublié : le combat de coqs lors d’une fête. Laverdure trouve cela inhumain et s’interpose pour l’empêcher en pansant le coq blessé. Quant à l’oncle de Maria (Orlando Sacha), il sert de chaperon à la jeune fille et veut l’écarter du français.

La propriété du père de Maria, Manuel, est un décor superbe. L’oncle veut qu’elle épouse le riche Sebastian car il lui a promis la direction de ses affaires. La romance prend le pas sur les intrigues d’aviation.

Les infos supplémentaires

Episode tourné sur la base de Puno, au Pérou.

Rotraud Girard incarne la jeune épouse de Merlet, Dolorès.

Il est précisé lors d’une scène que Tanguy et Laverdure sont toujours lieutenants.

Laverdure joue les toréros dans l’hacienda de Manuel.

Les anecdotes de Christian Marin

Christian Marin m’a téléphoné un jour de la gare d’Avignon, sortant d’une représentation de la pièce de théâtre « Un amour de vache », pour s’enquérir du résultat de mes recherches. Un cas unique de gentillesse envers le public !

Retour à l'index


13. ÉPISODE 13

Réalisation : Laurent Grousset.

Résumé

L’oncle de Maria Tuma, la fiancée de Tanguy, paie des hommes pour semer le pilote dans le désert. Ils attaquent la base militaire de Talara et volent le viseur de Merlet. L’oncle veut passer la frontière avec la précieuse invention et faire accuser Tanguy de trahison. Merlet et Laverdure interviennent.

La critique

Si cet opus clôture en beauté la série, on regrettera le manque de charisme de l’oncle en « méchant ». On est loin, malgré son plan machiavélique qui a failli marcher, de Max et de Monsieur X. Pour la dernière scène, il semble que la série, en réutilisant des séquences du premier épisode de la saison 1, et en faisant doubler par Santi et Marin de vieilles images, ait utilisé tout son budget. Cela sent l’économie de bout de chandelle, après les décors splendides vus tout au long de la série souvent mis à disposition par l’armée.

On retrouve ainsi nos deux héros avec leur apparence de 1966, ainsi que Nicolas Vogel, dans une scène qui a été colorisée à une époque où la saison 1 était en noir et blanc. Maria épouse en France Tanguy, mais on ne l’y voit pas, on n’a pas payé à l’actrice le voyage ! Toutefois, dans la séquence suivante, on a droit à de l’inédit, avec deux « bleus » qui viennent d’arriver et qu’une remplaçante de Nicole Laugier précipite dans le bureau de Tanguy ! Cela nous vaut un flash back voulu celui là qui rappelle au héros leur bizutage. Le dernier plan montre Jacques Santi et Christian Marin dans leur nouveau poste, dans le bureau jadis occupé par le colonel. Puis ce sont quelques scènes de mirages en vol extraites du générique, sur la musique de Bernard Kesslair (et non plus celle de De Roubaix) de la saison 1.

Ainsi s’achève la saga des « Chevaliers du ciel » après trois saisons et 39 épisodes. Le dernier est diffusé le dimanche 3 mars 1970. On constate que l’ultime saison diffusée longtemps après les autres est plus faible. Une page se tourne. On peut facilement penser qu’une saison 4 (prévue avant l’accident de voiture qui défigura Santi) n’aurait pas vu le retour de Maria. Tanguy est par essence un célibataire, et il serait devenu divorcé ou veuf. Les scénaristes n’auront pas eu à se pencher sur le problème. La première saison reste la plus réussie, la seconde avec les trois premiers épisodes à Tahiti, et certains du cycle des espions brouilleurs de guidage de l’ogive, surtout la partie aux Canaries. Dans la 3, il faut voir les épisodes 10 à 13, soit le cycle Pérou qui constitue un ensemble homogène hautement qualitatif.

Les infos supplémentaires

Lorsque Laverdure reçoit un télégramme pour la promotion de Tanguy, il s’adresse à lui comme à un capitaine. Les deux lieutenants viennent d’être élevés à ce grade. Mais la seconde suivante, le père de Maria lit que le capitaine Tanguy est nommé Commandant de la base aérienne 102 de Dijon !

Les anecdotes de Christian Marin

Christian Marin m’a dit : « Jacques Santi était comme un petit frère, il avait dix ans de moins que moi. Quand je l’ai connu, il vivait en couple avec Muriel Baptiste, un couple comme tous les couples, quelques disputes de temps en temps mais rien de grave. Moi j’étais marié et père de famille. Ensuite, je n’ai plus vu Muriel, et Jacques menait une vie nocturne de célibataire, donc très différente de la mienne. Ainsi la vie nous a séparés. Muriel n’est pas venue à ses obsèques ».

Je voudrais dédier ce dossier en hommage à Christian Marin qui est l’artiste le plus gentil et le plus disponible que j’ai connu.

Retour à l'index

Images capturées par Patrick Sansano.