saison 1 saison 3

Daktari

Présentation


A PARTAGER! LES GÉNÉRIQUES CULTES DE SÉRIES TV - Daktari (Saison 1)Fan de Daktari? Retrouvez notre dossier complet sur la série culte par Patrick Sansano sur Le Monde des Avengers:http://theavengers.fr/index.php/hors-serie/annees-1960/daktariRejoignez la discussion sur Daktari sur notre forum: http://avengers.easyforumpro.com/t3814p240-serie-daktari-1966-1969

Posted by Le Monde des Avengers on Wednesday, October 28, 2015

Si vous discutez avec un téléspectateur américain, comme je le fis à la fin des années 70, vous découvrirez que certains gros succès us en France ont très largement dépassé la popularité de leur pays d’origine. C’est bien sûr le cas de « Les Envahisseurs », « Starsky et Hutch », mais aussi de la série animalière « Daktari ».

Comportant quatre saisons de 1966 à 1969, elle a été annulée au bout de 89 épisodes. Comme souvent pour les séries n’atteignant pas les 100 épisodes, elle n’a pas été rediffusée sur les chaînes régionales (en syndication) et de ce fait fut rapidement oubliée. 

Pourtant « Daktari » était bien partie pour être un gros succès. La série a été créée par Ivan Tors (1916-1983), auteur de « Flipper le dauphin » (1964-1968) et « Mon ami Ben » (1967-1969), avait fait l’objet de produits dérivés : la voiture de Daktari, une Ford zébrée, disponible chez Corgi Toys, des bandes dessinées, traduites en France par Sagédition. Mais les américains l’on vite oubliée.

« Daktari » veut dire « docteur » en langue Swahili. La série est censée se dérouler au Kenya, mais elle fut tournée en Californie dans le parc animalier « Africa and Africa ». Des scènes de studio furent filmées à Miami.

De la série, seul le comédien Hari Rhodes (1932-1992) a tiré son épingle du jeu en devenant la vedette de « Racines » (Roots) en 1977. Il est aussi le psychiatre, le docteur Morelind, dans « Morts suspectes » (Coma) de Michael Crichton (1978).

Les autres comédiens sont Marshall Thompson (1925-1992), qui interprète le rôle du Daktari, Marsh Tracy. L’acteur et le personnage n’ont pas que le prénom comme ressemblance. En 1969, le comédien décida d’adopter le fameux Clarence, l’un des deux animaux vedettes de la série. Thompson n’a plus connu de rôle marquant après la série, et il est mort d’une crise cardiaque en 1992, la même année qu’Hari Rhodes.

Yale Summers (1933-2012) incarne Jack Summers, l’assistant du héros, amoureux de sa fille Paula dans la première saison (idée abandonnée ensuite). Il s’est consacré après la série aux récompenses « Screen actors guild awards » qu’il a co-créés et produits. Une embolie pulmonaire l’a emporté en 2012. Il ne tournait plus depuis longtemps.

Cheryl Miller (1943) est connue pour le rôle de Paula dans la série, la fille du Daktari. Il est difficile de trouver des informations sur elle car il y a deux actrices qui portent le même nom aux Etats-Unis.

Hedley Mattingly (1915-1998) est un comédien anglais que l’on a pu voir dans « Columbo » et « Dynastie » mais qui n’a pas fait une grande carrière. Il a le même prénom dans la série qu’à la ville. Il symbolise la présence britannique au Kenya, la série commençant trois ans après l’indépendance du pays. Un cancer l’a emporté en 1998.

Le personnage de Luke (dans la VF) s’appelle Mike Makula dans la VO. Pourquoi Luke ? Eh bien parce que dans les premiers épisodes apparaît un Luke joué par le comédien Don Marshall. Bachir Touré doublait Luke et il resta « Luke » dans la VF. Les téléspectateurs les plus attentifs remarquent cependant que l’épisode 02-23 s’appelle « Au revoir Mike Makula » et qu’il est question de … Luke.

Fait exceptionnel, l’ORTF diffusa sur une période assez courte (d’août 1969 à août 1973) 52 épisodes répartis en quatre « saisons » de 13. Il fallut attendre l’arrivée de la Cinq pour voir l’intégrale, avec des épisodes de la saison 4 mettant en vedette deux nouveaux personnages : Jenny Jones (Erin Moran de la série « Happy days », née en 1960) et Bart Jason (Ross Hagen 1938-2011).

Le succès des 13 épisodes montrés en soirée en août septembre octobre 1969 incita l’ORTF à acheter d’autres épisodes. Deux saisons de 13 furent diffusés sur la Une, l’une au printemps, l’autre à l’automne de 1971, et Cheryl Miller fit la couverture de « Télé Poche ».

Les vraies vedettes de la série sont Clarence, le lion qui louche, et Judy (que beaucoup de téléspectateurs transformèrent involontairement en "Judith" S'il n'y a qu'un Clarence, avec son strabisme qui le rend unique, plusieurs chimpanzés se relayèrent pour interpréter Judy.

Notons que l'intelligence du lion et la guenon dépassent et de loin les limites du possible. Ils comprennent l'anglais et adoptent des attitudes "humaines". C'est bien entendu de la pure imagination.

Retour à l'index