saison 1 saison 3

STAR TREK: ENTERPRISE

SAISON 3


1. A LA RECHERCHE DES XINDIS
(THE XINDI)


Deux changements d'emblée dans cette troisième saison : La série au générique s'appelle "Star Trek Enterprise", et Rod Stewart a réenregistré le générique avec une version plus rythmée. De plus dans cette mission contre les Xindis dans le Delfik, ce n'est pas l'équipage des deux premières saisons qui est à bord. Il y a des officiers militaires terriens n'appartenant pas à Starfleet.
Dans le pré-générique, qui ressemble à un film d'horreur, nous assistons à une réunion d'insectes reptiliens qui communiquent dans un langage incompréhensible (leurs paroles sont sous titrées en anglais)
Tucker n'arrive pas à se consoler de la mort de sa soeur, et il s'imagine qu'il réussit à la sauver en venant la prévenir avant l'attaque Xindi. Plhox pense que T'Pol pourrait le consoler avec une technique vulcaine de relaxation.

Archer apprend qu'un travailleur Xindi se trouve dans une colonie minière. En échange de platine, un priisonnier Klingon lui présente le xindi.
Dans la colonie minière, Archer et Tucker sont retenus. Un prisonnier se propose de les aider à s'évader en passant par les égoûts. Ils sont secourus par une navette de l'Enterprise. Mais le Xindi est tué. Ils a donné à Phlox cependant les coordonnées de la planète Xindi.
Il y a de bons et de moins bons éléments dans cette troisième saison. La qualité se maintient et augmente même. T'Pol est enfin devenue un personnage sympathique, et ce qui ne gâche rien, elle évolue le jour dans une nouvelle combinaison moulante (genre emmapeeler) avec un décolleté profond. Jolene Blalock malgré sa coiffure vulcaine ne peut dissimuler qu'elle est une jolie fille.

Bak semble moins porté sur les sourires et davantage sur l'action, mais il faut considérer que cet épisode suit une agression de la terre où 7 millions de personnes ont été tuées.

Les méchants ont enfin un look digne d'un budget de SF, les Xindis sont terrifiants et ces insectes reptiliens n'ont plus rien à voir avec des ET dont le masque semble d'un moment à l'autre tomber. Les décors deviennent des lieux insensés comme on en a vu dans "Ondes de choc" et que l'on s'attend à voir dans une série de SF.

Quelques points négatifs, j'en ai relevé deux.

La présence de militaires à bord de l'Enterprise modifie beaucoup l'esprit "trekkien" de Gene Roddenberry pacifiste.

Le gros point négatif est que Linda Park est devenue quasi inexistante, les apparitions de Hoshi Sato sont réduites au minimum.
En avant toute.

Retour à l'index


2. LA FIN JUSTIFIE LES MOYENS
(ANOMALY)


Le début surprend et déçoit un peu, car l'on s'attendait à une suite directe du précédent épisode, et à la poursuite de la recherche des Xindis dans le "triangle des bermudes" Delfik.

Or, il s'agit ici de perturbations à bord de l'Enterprise et de la vitesse de distorsion. L'équipage découvre un vaisseau spatial inconnu sur lequel l'apesanteur ne règne pas et dont tout l'équipage est mort.

Un autre vaisseau approche, ce sont des osaariens belliqueux qui abordent l'Enterprise et attaquent l'équipage.

En trois saisons, c'est la première fois qu'un membre de l'équipage est tué, l'enseigne Fuller. La scène où Bak regarde le drap blanc recouvrant un mort et interroge le docteur est un moment de tension intense, on se demande si Hoshi par exemple n'est pas la victime.

Un ossarien est prisonnier. Archer le menace de torture car ses congénères ont volé toute l'anti matière, et l'Enterprise risque de faire bientôt du sur place.

Nous sommes toutefois rassurés : nous sommes bien dans le Delfik, le triangle des Bermudes spatial. C'est la promesse de dangers inconnus et de retrouvailles avec les insectes reptiliens les Xindis.

L'Enterprise découvre une structure en forme de planète de 19 km de circonférence. Ce sont malheureusement des décors sombres (un défaut de la série dû à un budget réduit) qui nous attendent. Pénétrant avec une navette dans la structure, l'équipage retrouve le butin des ossariens.

Et nous retrouvons la trace des Xindis, Hoshi ayant décrypté des hiéroglyphes sur le vaisseau où tout le monde a été tué.
Pour le première fois, Archer, à l'indignation de Reed, torture et manque tuer un être. Bak, du registre léger et humoristique qu'il traînait avec lui depuis "Code Quantum" et au fil des deux premières saisons de "Enterprise", passe à tout autre chose et nous montre une facette de son talent de comédien inexploitée. Il sait ici se montrer sauvage et convaincant. Fini le bon samaritain et le pacifiste. Il ne fait plus de sentiments. C'est une bonne leçon pour ses détracteurs. Scott Bakula sait jouer sur tous les registres.

Quelque chose a changé dans la série, et pas seulement le titre "Star Trek" accolé à "Enterprise". Fuller est mort. La terre a été attaquée. Les Xindis ne sont pas des ET de pacotille que l'on peut berner ou vaincre en un épisode. Et Scott Bakula se devait de donner une nouvelle impulsion à Jonathan Archer, même si, on s'en doute (vu le reste de sa carrière), il actionne là une corde de son arc rarement touchée.

En effet, même dans un téléfilm comme "Netforce", Bakula ne se départissait pas de son jeu habituel. Dans le second épisode de la troisième saison de "Enterprise", une page est tournée. Il nous est certes désormais peut être moins sympathique, mais il nous révèle qu'il est un grand comédien.

Regrettons encore que Hoshi, alias Linda Park, soit tant négligée (deux scènes à peine dans cet épisode) alors que l'on voit lors de l'exploration de la sphère un nouveau visage féminin autre que T'Pol.

L'autre regret reste le récurrent manque de moyens par rapport à des séries comme "Caprica" ou "Stargate SG1". Mais en troisième saison, et sachant que la quatrième se termine par l'annulation de la série, on perd espoir dans ce domaine.

Retour à l'index


3. MÉTAMORPHOSES
(EXTINCTION)



Tucker s'apprête à recevoir un massage vulcain de T'Pol pour dormir, lorsque celle-ci est convoquée par Archer. Il a retrouvé la trace des xindis.

Cette planète où l'on se déplace avec des lampes torches électriques comme Mulder et Scully dans X Files, nous l'avons vue dans le pré générique lorsque deux humanoïdes ressemblant à des terriens ont passé au lance flammes un alien qu'ils poursuivaient.

Archer et les terriens sont victimes de mutations, de graves malaises , de véritables métamorphoses physiques comme si leurs corps, leurs visages devenaient du caoutchouc. Reed et Hoshi également. Il s'agit d'un virus. Ils sont devenus des monstres. Reed est ramené sur l'Enterprise et mis en quarantaine.

T'Pol, elle, n'est pas affectée. Elle se bat avec eux avec une technique rappelant celle de Purdey (Elle n'a pas imité que sa coiffure).

Les trucages sont excellents. On ne reconnait plus Linda Park, Dominic Frontiere et Scott Bakula.

Episode déconcertant, qui s'attarde sur les métamorphoses, et dont le rythme faiblit vite, cet opus 3 arrive à la moitié du métrage sans que l'histoire ait beaucoup évoluée. C'est alors que tout change par l'apparition d'une ville sur la planète.
Scott Bakula méconnaissable en Archer mutant la découvre. Ce type de paysages manque cruellement à la série, alors ne boudons pas notre plaisir.

Urkuat, la cité de ceux qui ont commencé à habiter le corps des terriens, est-elle imaginaire ou réelle ? Seuls les mutants semblent la voir.

A bord de l'Enterprise, c'est la panique. Une race d'aliens (ceux qui ont passé aux lance-flammes les habitants d'Urkuat) veulent détruire les trois terriens contaminés.

La cité que découvrent T'Pol, Archer et Hoshi est détruite. Les porteurs de lance flammes poursuivent nos héros. Ils sont sauvés par des membres de l'équipage grâce à la téléportation.

A quelques minutes de la fin, Phlox trouve un antidote fabriqué avec des prélèvements faits sur T'Pol.

Cet épisode hors normes est un vrai petit film se science fiction à lui tout seul. On découvre que tout est possible dans le Delfik, dont nous sommes loin d'être sortis, à la recherche des xindis. Loin de tomber dans le ridicule, les métamorphoses ont généré un véritable suspense. Nous avons même eu droit, le temps d'un rêve d'Archer mutant, à de splendides vues d'une cité disparue.

On pourra certes objecter que la fin est bâclée (on pouvait s'attendre à un épisode en deux parties lorsqu'à quelques minutes de la fin, aucune solution ne pointait à l'horizon). La réalisation de LeVar Burton est absolument prodigieuse, normal, il connaît bien l'univers trekkien : il était Geordi La Forge, l'un des principaux personnages de "Star Trek, la nouvelle génération".

Retour à l'index


4. L'ESPION QUI L'AIMAIT
(RAJIIN)


Nous retrouvons nos horribles insectes reptiliens les Xindis en conférence. Ils veulent détruire la Terre.

Cachés quelque part dans le Delfik (On peut écrire aussi l'étendue delphique). ces monstres complotent. Pendant ce temps, sur l'Enterprise, T'Pol continue ses exercices relaxants pour faire dormir Tucker, mais ce dernier est assez gêné de leur promiscuité.

Archer, lui, dort avec son chien Porthos. Le contraste avec le "couple" chaste T'Pol/Tucker est saisissant. On retrouve un peu notre Bak humoristique après des épisodes très tendus. Mais ce n'est qu'un bref pas en arrière, car depuis qu'il a torturé un alien, Archer n'est plus le même, on s'en rend compte par son agressivité lorsqu'il sera contrarié par un marchand lors d'une escale sur une planète. Il n'est littéralement plus le même.

Sur une planète, Archer et ses hommes font leurs courses dans une sorte de marché qui a un aspect un peu médiéval. Ce choc des images et des cultures rappelle un peu les dieux egyptiens de "Stargate SG1", même si l'on se croirait l'espace d'un instant dans une scène du "Roi de fer" lorsque Philippe Le Bel croise ses belles filles. En effet, la lumière vient de torches et les murs ressemblent à l'intérieur d'un château fort.
Archer vient acheter du Trelium D, mais aussi des renseignements sur les Xindis. Sur un marché aux esclaves, Archer achète une femme Xindis. Non pas un insecte reptilien mais une trés jolie fille, Rajiin (Nikita Ager).

En fait, Rajiin n'est pas une xindi mais travaille pour eux. On se demande le pourquoi du titre français bondien alors que "Rajiin" allait très bien.

Rajiin drague Archer. Bak réagit comme le gentilhomme Sam Beckett dans "Code Quantum" à l'inverse du lubrique Al Calavicci/Dean Stockwell. Il est très gêné. En réalité, Rajiin utilise ses pouvoirs hypnotiques.

Elle va les essayer ensuite sur Hoshi et T'Pol ! Elle se retrouve vite en cellule.

Les Xindis attaquent ensuite l'Enterprise. Ils réussissent à monter à bord. Une bataille rangée a lieu. Lex Xindis s'enfuient en libérant Rajiin.

Lex Xindis s'avèrent l'espèce d'aliens la plus dangereuse que les hommes ont jamais affronté depuis le début du vol de l'Enterprise. Les sulibans à côté font figure d'enfants de choeur. Pour fuir, ils utilisent le Vortex, qui leur permet de se propulser à des allures absolument hors de portée de l'Enterprise. Une véritable guerre est déclarée depuis l'épisode "Menace sur la terre" (02.26). La série a perdu la légèreté qu'elle pouvait parfois s'octroyer, et même Scott Bakula a dû changer son jeu de comédien.

Passionnante série de SF, "Enterprise" peut se regarder indépendamment de son statut de préquelle de Star Trek Classique. Nous attendons la suite avec impatience. En avant toute !

Retour à l'index


5. PIÉGÉE
(IMPLUSE)


Un vaisseau vulcain en perdition arrive. Le survivants ont muté et contaminent T'Pol.

L'épisode en pleine recherche des Xindis dans l'étendue delphique commence mal, car on a le sentiment que l'on nous détourne de notre intrigue passionnante. Pas de décors faramineux non plus. On a l'impression que UPN ne donne pas les moyens suffisants à la série de produire des épisodes magnifiques et dignes de la saga.

Les vulcains ont muté en des créatures belliqueuses et dangereuses. Une féroce bataille commence en guise de sauvetage. Un quart de l'épisode est passé et nous en sommes au point mort. Les bébêtes au son guttural avec des têtes d'insectes reptiliens nous manquent.

Notre frustration s'accroît lorsque toute l'histoire se résume à un virus mutant frappant les vulcains. Nous en arrivons à la moitié du métrage et c'est la désolation. Cet épisode ne sera pas réussi, il est bien trop tard. L'intrigue, trop longue à se mettre en place, et divergente de l'arc actuel sur les xindis, déçoit. De plus, tout est filmé dans l'obscurité. Quel gâchis, un épisode mineur qui vient s'intercaler en pleine guerre entre terriens et xindis.

T'Pol touchée par le virus, devient de plus en plus bizarre et paranoïaque. T'Pol se met à menacer Archer à l'intérieur du vaisseau vulcain en perdition.

Si l'épisode était coupé en quatre chapitres comme "Les rues de San Francisco" et "Les envahisseurs", nous en serions au 4. Et il ne s'est toujours rien passé d'exaltant.

L'épisode se termine par le dilemme de Archer entre garder le métal de protection le trellium et T'Pol, puisque le trellium tue les vulcains. Les 140 mutants vulcains sont morts. On a le sentiment que tant Archer que Tucker sont tombés amoureux de T'Pol, alors qu'elle n'est même plus en mission officielle, ayant démissionné pour rester sur l'Enterprise. La question est pourquoi faire une saison de 26 opus si c'est pour y inclure un épisode médiocre comme "Piégée" ? C'est nous qui sommes piégés!

Retour à l'index


6. LA BÊTE ET LA BELLE
(EXILE)



Après le médiocre "Piégée", "La bête et la belle" apparaît comme un épisode nettement plus ambitieux. Hoshi Sato que l'on voit ENFIN après tant d'épisodes où elle fait tapisserie entend des voix d'un alien télépathe, Tarquin (Maury Sterling), qui a des informations sur les xindis.

En avant toute, la bataille contre les insectes reptiliens reprend. Au début, on ne croit pas Hoshi Sato. On la croit surmenée. Même Phlox est sceptique.

Le télépathe persiste et l'épisode commence à virer au film fantastique.

Archer croit Hoshi et lui demande des précisions sur Tarquin. Il accepte de faire un détour pour rencontrer l'alien. Depuis l'attaque des xindis contre la Terre et surtout qu'il a pratiqué la torture, Archer n'est plus le même, entraînant le comédien Scott Bakula loin de son registre décontracté habituel. Archer pense qu'il peut s'agir d'une tentative xindi pour infiltrer l'Enterprise.

Le décor évoque plus un château hanté ou un film de vampires qu'un décor de space opera. Les murs bordés de torches enflammées, le repas aux chandelles. Hoshi accepte de rester seule avec Tarquin, ce qui montre son courage et sa détermination.

Archer avait raison de se méfier : l'Enterprise est perturbée par des secousses dangereuses. Pour protéger le vaisseau, il faut mettre du trellium et éloigner T'Pol.

Après le fiasco de "Piégée", la qualité revient à grands pas dans cet épisode dont la vedette est Hoshi, et où elle peut voir dans une boule de cristal l'attaque sur la terre et les projets des xindis. Les décors se mettent à lorgner du côté de "Stargate SG1" en moins minutieux. Nous sommes en tous cas dans un segment de l'arc terriens vs xindis dont nous avait éloigné l'opus précédent. Linda Park est enfin employée à sa juste valeur.

L'ambiance rappelle "La belle et la bête" de Cocteau, mais aussi les films d'épouvante. Tarquin veut que Hoshi devienne sa compagne. Il y avait bien un piège. Monstrueux, Tarquin peut prendre forme humaine et celle d'un bel homme, mais ce n'est qu'une illusion.

L'histoire tourne au cauchemar quand "la bête" se déguise en Archer pour lui demander de rester avec lui. Procédé grossier car Archer n'est pas télépathe, et il parle de Travis auquel Hoshi pense. Un suspense assez effrayant se met en place. Pour garder Hoshi, Tarquin est prêt à détruire l'Enterprise.

Tarquin, après avoir libéré Hoshi sans donner d'infos sur les xindis, change d'avis et lui apparaît sur l'Enterprise en hologramme : il a apporté les coordonnées de la colonie xindi....

A suivre...

Un épisode éblouissant, d'abord par la beauté de l'actrice Linda Park, mais aussi celle de l'histoire qui reprend point par point la légende de la belle et la bête. Pour éviter qu'Hoshi soit tuée, Tarquin accepte de la perdre en lui donnant le maximum de renseignements pour qu'elle soit en sécurité à bord d'un navire qu'il était prêt à détruire.

L'étendue delphique remplie de cinquante sphères d'énergie aurait mérité qu'UPN ouvre un peu plus sa bourse, car nous ne voyons qu'un dessin là où "Stargate SG1" nous aurait montré un effet spécial. Dommage.

Depuis le début de la série, l'arc des xindis est l'argument le plus passionnant avec le voyage temporel au 31e siècle de "Ondes de choc". Mais l'arc xindis se poursuit sur davantage d'épisodes et nous réserves des histoires de grande qualité.

En avant toute!

Retour à l'index


7. CARGAISON MAUDITE
(THE SHIPMENT)


Nous revoyons dans le pré-générique des séquences de l'épisode précédent "La belle et la bête", et assistons à une réunion des insectes reptiles xindis près à lancer leur arme sur la Terre.

Archer et son équipe s'insèrent à l'intérieur d'une usine sur la colonie xindi où l'on construit l'arme.

Eternel reproche à la série, elle est souvent filmée dans l'obscurité, alors que nous aimerions tant des couleurs et des paysages extérieurs.

Il existe cinq races de xindis, les insectes reptiliens n'en représentent qu'une.

On nous a vraiment changé Bak. Il est perpétuellement sur la défensive, agressif et prêt à se venger. Continuer à jouer les capitaines plein d'humour et un peu dilettantes après l'attaque de la terre n'aurait sans doute pas convenu. Ici, Archer se retrouve face à un xindi humanoïde, Gralik (John Coltrane Jr) qui ignore l'attaque meurtrière de la Terre. Mais Archer a été conçu pour Bakula, et il lui reste au fond du coeur cet humanisme et cet optimisme en lui. Archer demande à Travis que l'on détruise l'usine mais pas les habitations.

Sur le visage de Scott, on sent la déchirure d'un capitaine profondément attaché à une mission de paix et qui ne veut pas que la guerre continue, tout au plus parle-t-il d'auto défense.

Gralik proteste de son innocence, mais Archer n'est pas encore prêt à refaire confiance à autrui. Il a été trompé par l'esclave Rajiin, obligé de torturer un xindi, 

Gralik explique à Archer que les insectoîdes et les reptiliens sont les plus dangereux des peuples xindis. Il y avait six espèces de xindis, il en reste cinq.

Archer décide de ne pas tuer Gralik. Des insectes reptiliens atterrissent.

Gralik propose d'aider les terriens contre sa race. Archer peine à lui faire confiance.

Les humains sont surpris dans la forêt par des caméras volantes envoyées par les xindis. Ils doivent suivre Gralik et se réfugier dans une caverne.

L'épisode est l'histoire d'une confiance retrouvée de Archer. Au point que le capitaine change ses plans. Il va suivre le vaisseau des reptiliens au lieu de faire sauter le dépôt où l'on prépare l'arme.

En avant toute!

Le dernier quart de l'épisode montre le changement progressif qui est en train de se produire pour nous redonner un capitaine Archer un peu plus optimiste et renouant sa confiance en l'humanité. Les insectes disent à Gralik que ce sont les terriens qui attaquent. Gralik et Archer boivent à leur confiance mutuelle. Travis lui se montre plus sceptique et presque agressif avec Archer lui reprochant de placer sa confiance en un xindi. Il se fait illico presto envoyer sur les roses. Archer pénètre à bord du vaisseau xindi pendant que Gralik retient l'attention des insectes. Archer à bord d'un vaisseau xindi rappelle les séquences de David Vincent découvrant l'intérieur de la soucoupe volante dans deux épisodes des "Envahisseurs".

La lutte continue et le danger est toujours là, mais les terriens ont trouvé un allié.

Retour à l'index


8. UNE AUTRE DIMENSION
(TWILIGHT)


Tout commence par un Archer survolté qui est prisonnier sur l'Enterprise. T'Pol est devenu capitaine. C'est alors qu'une immense sphère xindi s'abat sur la Terre.

Tel Patrick Mc Goohan dans l'arrivée, le premier épisode du "Prisonnier", Archer se réveille alors en pyjama dans une chambre. Il est sur la cinquième planète de Alpha, loin de l'étendue delphique et avec T'Pol (comme compagne ?) douze ans plus tard.

T'Pol est ravissante sans sa coiffure vulcain. Elle lui raconte avoir été blessée lors du passage de la sphère. Archer lui a été infecté des parasites qui brouillent ses souvenirs. En sauvant T'Pol, il a été infecté à sa place. Devant son état, Archer a été remplacé par T'Pol. Les Xindis les ont attaqués. La Terre a été détruite, ainsi que Mars, Alpha du Centaure, Véga. Il ne reste que 6000 humains dans l'univers.

Dans ses souvenirs, nous voyons T'Pol en flash back mais elle a quitté sa dernière tenue décolletée et sexy pour revenir à son uniforme d'avant. Une anomalie qui nous montre que quelque chose cloche.

T'Pol a démissionné de son poste de capitaine par amour pour Archer qu'elle a rejoint sur la colonie Alpha. Elle avoue à Archer qu'ils sont devenus amants.

Phlox a trouvé un remède qu'il va tenter sur Archer. Sur l'Enterprise, Tucker est devenu capitaine. Tout ce déroule comme dans un rêve. L'épisode évoque le film de Bertrand Blier "Notre histoire" avec Delon et Nathalie Baye (1984) qui n'est qu'un long rêve.

Au moment où Phlox opère le cerveau de Archer au laser pour lui rendre la mémoire, un vaisseau xindi apparaît. Nous nageons en plein mystère.

En soignant Archer, Phlox fait "remonter le temps". Or l'Enterprise est en train d'être détruite par les xindis. Tucker a privilégié l'attaque mais la dernière chance semble de soigner Archer et en chassant les parasites qui l'habitent pouvoir remonter le temps et changer l'histoire.Phlox est tué par un xindi. Puis c'est au tour de T'Pol de mourir dans les bras de Bak, victime d'un tir de xindi.

Archer est victime d'un tir de l'ennemi mais contre toute attente, il ne meurt pas, il a le temps d'actionner le traitement de Phlox contre les parasites tandis que l'Enterprise explose.

In extrêmis, Archer se soigne et nous faisons un bon dans le temps de douze ans en arrière. Archer et T'Pol n'ont jamais été un couple, T'Pol et Phlox ne sont pas morts, la terre n'a pas été détruite. C'est un scénario hasardeux, c'est dément, mais l'on accroche à ce voyage temporel qui semble sorti tout droit de "Code Quantum".

Le scénariste Mike Sussman n'a pas fait dans la dentelle. Nous sommes plongés dans un récit parallèle, un peu comme avec la série "Sliders". Pourtant, l'incroyable a existé, on en a la confirmation lorsque la mémoire est revenue à Archer et qu'il commence à traiter une T'Pol éberluée comme sa compagne! Après l'émotion et le suspense, c'est un grand sourire que nous avons devant ce récit digne d'un conte d'Andersen. Scott Bakula est redevenu un temps l'homme assez cool et plein d'humour qu'il était avant "La fin justifie les moyens". T'Pol elle a perdu la mémoire. Elle ne comprend pas pourquoi Archer se permet d'être familier et lui demande deux oreillers.

La terre a été détruite, il ne restait que 6000 habitants, et par un coup de baguette magique, nous sommes revenus au point de départ. Les morts ont ressuscité. La science fiction nous entraîne toujours plus loin. Lorsque c'est fait avec talent comme ici, on ne peut que se régaler.

Félicitons aussi les acteurs qui se sont dépassés pour être crédibles. Nous faire avaler une telle histoire aurait pu sombrer dans le ridicule infini. L'exploit est tel qu'il s'agit là d'un des meilleurs épisodes de la série. On est bien content que la Terre ne soit pas détruite, mais l'on regrette presque le couple qu'on formé douze ans durant T'Pol et Archer.

Un effort notable a été fait sur les décors, élément nécessaire pour que le réalisateur Robert Duncan McNeill puisse mettre en image ce scénario délirant.

Les xindis sont toujours là et n'ont pas changé d'avis. Ils veulent détruire la Terre. En avant toute!

Retour à l'index


9. LES HORS LA LOI
(NORTH STAR)


Cet épisode se déroule sur une planète qui vit comme au temps du far west (Pendaison, shérif, chevaux). On hallucine un peu en pleine guerre contre les xindis de voir cet épisode aussi surprenant que celui du Numéro 6 au far west.

Cette planète est habitée par des humains qui étaient traités en esclaves après avoir été enlevés sur Terre et se sont révoltés. A leur tour, ils ont asservi la race alien, les skagariens, qui les dominait. Le pré générique a commencé par une pendaison, fruit d'un lynchage et non d'un procès.

Très vite, Archer s'en mêle. Il se révolte contre cette société où des hommes se conduisent en esclavagistes. Mais une fois de plus, on se demande si les studios UPN ont payé la note d'électricité, car beaucoup de belles scènes en extérieurs sont filmés de nuit, comme sur le vaisseau.

Il est interdit de faire l'école aux skagariens, alors l'institutrice, Bethany (Emily Bergl) les fait de nuit ! Elle sera condamnée à dix ans de prison, tandis que Archer est chassé de la ville. Il fait évader Bethany.

Vu que le scénario semble avoir été écrit sous acide, Bak fait du Scott Bakula, c'est à dire son jeu habituel, humaniste et jamais désorienté.

L'épisode tend à montrer que les humains peuvent se montrer bestiaux et revenir à leurs instincts sauvages. Bethany est tuée par le sadique adjoint du shérif, Bennings (James Parks). mais Archer la téléporte et Phlox la ressuscite.

Archer se pose avec une navette et convainc le shérif Mac Ready (Glen Morshower), mais il est abattu par son ex adjoint, Bennings.

Nous avons droit alors à une bataille entre cowboys avec leurs carabines et membres de l'Enterprise et leurs phasers. Surréaliste comme le "Casino Royale" avec David Niven!

Une chose est sûre: après avoir été un chimpanzé dans "Code Quantum" avec le plus grand sérieux et en réussissant à nous émouvoir sur la condition des cobayes animaux, Scott Bakula transforme l'essai avec l'exploit de ne pas être ridicule dans cette bataille entre cowboys et aliens, c'est l'assurance que Bak ne sera JAMAIS ridicule, tant son jeu est habile. Il passe du registre léger Cary Grant/Roger Moore enchaînant les vannes avec dans la scène suivante les justiciers féroces à la Timothy Dalton dans "Licence to kill".

Il est éblouissant dans cet épisode hors normes en recréant la bataille éternelle entre le bien et le mal lors de sa lutte à mort avec Bennings.

Eblouissante leçon d'humanité, qui rejoint l'esprit de Gene Roddenberry, Archer promet qu'après la victoire contre les xindis, les humains enverront des vaisseaux pour rapatrier les humains sur Terre. L'institutrice revenue à la vie grâce à Phlox fait l'école au grand jour aux petits scagariens et le shérif Mac Ready qui a miraculeusement survécu a abrogé les lois anti scagariennes, ce qui fait penser à Mendela et à l'abolition de l'Apartheid.

Un épisode complètement déjanté mais sensationnel. Quatre melons.

Repartons pour la guerre contre les insectes reptiliens xindis qui veulent nous anéantir. En avant toute.

Retour à l'index


10. LE CLONE
(SIMILITUDE)


L'épisode commence comme le James Bond "On ne vit que deux fois", dans le film, Bond était tué, ici c'est Trip Tucker qui a été tué en faisant une chute lors d'une manoeuvre. Son cercueil est jeté à bord d'un container dans l'espace sidéral.

Tout l'épisode se déroule ensuite en flash back. Nous voyons l'accident qui plonge Tucker dans un coma irreversible, à moins que....

Phlox décide de créér un clone de Tucker qui va grandir à une vitesse démesurée. En huit mois, il rejoint l'âge adulte. Bien qu'éprouvant les même sentiments que Trip, le clone Sims est un être indépendant. Il sait que Phlox veut le sacrifier en opérant Tucker avant qu'il ne meure, et tente de résister pour continuer à vivre. Archer affirme à Sims qu'l est prêt à le tuer.

Bien construit, l'épisode hésite entre mélodrame et suspense. Et en fait, la cérémonie funéraire vue dans la pré-générique sera celle du clone Sims, pour son sacrifice, tandis que Tucker est ressuscité.

Au delà de l'intrigue, réalisé par Levar Burton, acteur de STTNG, l'épisode nous fait croire à ces scènes où un jour, Sims est un bébé, un autre un petit garçon jouant avec son "navire spatial" en maquette radio commandée, puis l'ado et enfin l'homme qui avoue à T'Pol être amoureux d'elle.

Son cadeau d'adieu avant l'opération fatale sera un baiser de T'Pol.

Peu d'action et beaucoup d'émotion ici où tout se passe à bord de l'Enterprise. Cela signifie un épisode tourné à l'économie, sans effets spéciaux, sans gadgets.

On pourra trouver l'épisode larmoyant ou versant dans la sensiblerie. Connor Trinneer réussit le prodige à l'âge adulte d'incarner son clone sans que l'on tombe dans l'incroyable.

Comme souvent, le manque de moyens est flagrant. On ne peut s'étonner qu'ensuite, la série fût annulée en fin de saison 4.

Trois jeunes acteurs interprètent Sims/Tucker aux âges respectifs de 4, 8 et 17 ans. Mention spéciale au petit comédien qui incarne Sims à 8 ans, Adam Taylor Gordon. La relation qu'il instaure avec Archer ressemble à celle de père et fils.

Un excellent épisode.

Retour à l'index


11. VIRUS
(CARPENTER STREET)


Cet épisode nous permet de retrouver le voyageur temporel Daniels de "Ondes de choc" (01.26). Il apparaît sur le vaisseau Enterprise pour dire qu'il y a des xindis sur Terre en 2002 en train de changer la frontière temporelle du 31e siècle et de modifier l'histoire.

"Virus" est un épisode décevant car le voyage temporel de Archer et T'Pol en 2002 nous montre des xindis en train de comploter dans une usine abandonnée (On se croirait dans la série "Les envahisseurs"). Ils paient un certain Loomis, un terrien (Leland Orser) pour qu'ils leur amène un terrien de chaque groupe sanguin pour créer un virus mortel.

En dehors de quelques scènes comme Archer utilisant ses gadgets pour se faire délivrer de l'argent d'un distributeur bancaire et pouvoir faire le plein d'essence, et de Loomis racontant son histoire lorsqu'il est arrêté par la police ("allez chercher les serpents humains, et ceux qui ont des pistolets lasers) et se fait prendre pour un fou, l'épisode se traîne en longueur et ne nous apporte pas grand chose.

On se souviendra aussi de T'Pol allergique aux cigarettes de Loomis et le menaçant d'un phaser, ou refusant la nourriture d'un self service (étant végétarienne).

Mais l'ensemble ne mérite guère plus que deux melons, malgré le suspense final où Archer récupère le flacon de virus de justesse en détruisant le dernier xindi.

Habituellement, les apparitions de Daniels, le voyageur temporel, nous permettent de faire des incursions veritigineuses dans le futur, au 31e siècle par exemple, mais ici, revenir en 2002. discourir de la disparition du pétrole avec T'Pol ne suffit pas, et de loin de nous exalter.

Bref, un épisode très moyen, à peine deux melons.

Retour à l'index


12. LES ENNEMIS DE LA VÉRITÉ
(CHOSEN REALM)


D'emblée, cet épisode sur la rencontre avec un peuple de fanatiques religieux nous agace, car c'est un nouvel intermède dans la guerre contre les xindis. Il y a déjà eu une diversion avec "Les hors la loi", cette fois, il s'agit des triannons. Leur gourou est un certain D'Jamat (Conor O'Farel).

Il s'agit de pélerins. Un nom qui revient souvent dans les romans de SF. Dans "Hypérion" de Dan Simmons, les pélerins du Grinche (sorte de monstre invincible) se rendent à une mort certaine, et ceux veulent sauver Hypérion font aussi un pélérinage. Dans "Le scarabée dans la fourmilière" des frères Strougatksi, les pélerins sont les ennemis des humains. Dans la série "Enterprise", cette foi religieuse fanatique se retrouve chez les triannons.

Par leur seule force psychique, les pélerins réussissent à faire sauter un réacteur. D'Jamat demande à Archer les commandes de l'Enterprise, sinon il fait tout sauter.

Dans l'explosion, il y a eu deux victimes : un membre de l'Enterprise et un triannon.

Il s'agit de pélerins. Un nom qui revient souvent dans les romans de SF. Dans "Hypérion" de Dan Simmons, les pélerins du Grinche (sorte de monstre invincible) se rendent à une mort certaine, et ceux veulent sauver Hypérion font aussi un pélérinage. Dans "Le scarabée dans la fourmilière" des frères Strougatksi, les pélerins sont les ennemis des humains. Dans la série "Enterprise", cette foi religieuse fanatique se retrouve chez les triannons.

Par leur seule force psychique, les pélerins réussissent à faire sauter un réacteur. D'Jamat demande à Archer les commandes de l'Enterprise, sinon il fait tout sauter.

Dans l'explosion, il y a eu deux victimes : un membre de l'Enterprise et un triannon.

Retour à l'index


13. UN ALLIÉ INCERTAIN
(PROVING GROUND)


Nous nous retrouvons dans l'étendue delphique où des anomalies endommagent l'Enterprise. Heureusement, les andoriens sont là et portent secours aux terriens. Nous retrouvons le commandant Shran (Jeffrey Combs).

Les xindis ont un prototype d'arme qu'ils vont essayer sur une cible vide. Archer voudrait la détruire, mais Shran l'en dissuade, et lui dit qu'il vaut mieux espionner les xindis avant qu'ils ne procèdent à une attaque finale.

L'essai n'est pas concluant,et cela grâce à Gralik qui a saboté le composant de l'arme xindi.

Nous assistons à une scène drôle lorsque Shran découvre la nouvelle tenue d'une T'Pol démissionnaire. Il la trouve ravissante.

Les andoriens, en dehors de Shran, ne sont pas des alliés sûrs car leur général (Granville Van Dussen) n'est pas favorable à un traité entre terriens et andoriens et dit à Shran que ce n'est pas à lui de décider.

Il en résulte un conflit entre Shran et le "peau rose" Archer. L'arme xindi décontaminée de ses radiations est capturée par le vaisseau Andorien.

Les andoriens restent omnubilés par leur haine des vulcains. Quand aux xindis, ils sont toujours aussi affreux et redoutables, entre ceux qui parlent et ceux qui émettent un son guttural.

Archer, évacué par une navette, a rejoint l'Enterprise et menace Shran de détruire leur vaisseau car il a peur qu'ils se servent du prototype xindi contre les vulcains.

Très bon épisode, comme à chaque apparition des insectes reptiliens, véritablement affreux et terrifiants. Cela sauve l'épisode dont le scénario était un peu complexe (Andoriens contre vulcains, xindis contre terriens, Shran commandant andorien contre son général).

Bak s'en donne à coeur joie, mettant son poing dans la figure de Shran quand il obéit contraint et forcé au général andorien, et le traite de nom d'oiseaux. On regrettera qu'Hoshi soit limitée à de toutes petites apparitions Théoriquement, Hoshi Sato est un personnage important au point que sa photo figure sur le coffret DVD de la saison 3 (et pas T'Pol), mais par rapport à la première saison, elle est totalement sacrifiée.

On ne peut s'empêcher d'avoir une certaine sympathie pour Shran. Partagé entre sa sympathie pour Archer et les ordres de l'armée de l'empire andorien.

Depuis "Menace sur la terre" (02.26), l'arc xindi constitue le moment le plus passionnant de la série. Nous n'avons pas hâte que cette intrigue prenne fin, car on devine facilement que ce qui suivra ne sera pas à la hauteur. Même si la suite de la série nous ramènera le voyageur temporel Daniels, l'intensité scénaristique ne reviendra pas à un tel niveau. Mais ne dévoilons pas la suite, car à l'ordre du jour, c'est le combat contre les xindis qui figure. Le réalisateur David Livingston se montre aussi doué que LeVar Burton.

En avant toute!

Retour à l'index


14. STIMULATIONS
(STRATAGEM)


Episode déconcertant où Bak nous fait un sacré numéro de comédien : Degra, un xindi non insectoïde (Randy Oglesby), a été capturé par l'Enteprise. Drogué, les terriens lui ont fait perdre la mémoire. Archer est censé lui faire croire que la Terre et la planète Xindi toutes les deux sont détruites.

L'histoire décrite à Degra se situe après trois ans d'emprisonnement sur un pénitencier. La ficelle est grosse mais grâce aux drogues de Phlox, Degra va y croire une bonne partie de l'épisode et mener nos amis au repaire de l'arme secrète, ou sur sa piste proche tout du moins.

Scott Bakula s'est fait le look de l'emploi de quelqu'un qui a galéré trois ans. Il abuse ainsi de Degra qui mord à l'hameçon d'une amnésie supposée. Hélas, il piégera Archer avant d'en révéler trop en demandant le nom de ses enfants et qui est l'aîné.

Episode hors norme mais pierre à l'édifice de la bataille contre les xindis, "Stimulations" comble l'absence d'effets spéciaux contre des informations intéressantes sur les xindis. Le fait que les xindis non insectoïdes et les autres puissent se faire la guerre est plausible, puisque Degra l'accepte. Bak ici nous rappelle ses déguisements de "Code Quantum". Comment faire parler des ennemis sans qu'ils le savant et sans les torturer, c'est la recette de l'épisode.

La fin nous laisse "sur notre faim" car la découverte du pot aux roses xindi est proche. Néanmoins la partie n'est pas encore gagnée. L'épisode rappelle un peu certaines mises en scène de "Mission Impossible " comme "la fiancée" avec James Gregory.
Faire croire à un méchant toute une série d'évènements n'est pas l'apanage des séries de SF.

L'histoire de Terry Matalas est intelligemment agencée par le metteur en scène Michael Vejar, et pourtant, stricto sensu, il ne se passe pas grand chose. Bak arbore un déguisement de quelqu'un qui n'a pas vu un rasoir depuis trois ans. L'épisode ne va trop loin dans l'absurde et reste crédible.

La lutte continue. En avant toute!

Retour à l'index


15. LE COBAYE
(HARBINGER)



Lorsqu'ils sont repartis de Terre, Archer et son équipe ont pris des militaires à bord. le major Hayes (Steven Culp) et sa troupe.

Amanda Cole (Noa Tishby), qui fait partie de l'unité de Hayes, devient très proche de Trip Tucker. Voulant lui montrer les manipulations dans le dos de T'Pol, ils finissent par s'embrasser.

Une anomalie, sorte de planète rouge gluante, apparaît dans l'étendue delphique. T'Pol détecte une présence humanoïde. C'est un alien. Il est sauvé par les terriens qui le sortent de sa navette, mais la créature est mourante.

Hayes propose un entraînement sportif très haletant. Malcolm Reed s'oppose aux méthodes brutales de Hayes. On retrouve ici la cohabitation difficile entre les explorateurs pacifiques de Gene Roddenberry et les militaires.

T'Pol semble jalouse d'Amanda, un comble pour une vulcaine!

L'épisode est un peu complexe à suivre car il développe de façon contemporaine quatre intrigues : la relation de Tucker et Amanda, avec la jalousie de T'Pol, l'affrontement Hayes/Reed pacifiste contre militaire, la découverte de l'alien mourant, et enfin l'inquiétude de Archer et T'Pol devant les anomalies de l'étendue delphique, le tout dans le cadre de l'arc xindi !

On ne voit pratiquement plus Hoshi, personnage complètement sacrifié dans cette saison. Elle est d'ailleurs absente de l'épisode.

Nous assistons à une scène de ménage si l'on peut dire entre T'Pol et Tucker qui finissent par s'avouer leur amour en tombant dans les bras l'un de l'autre. Il est fait référence à l'épisode "Le clone" (03-10) où le jeune Tucker a avoué son amour à la vulcaine. Mais ensuite, elle dira à Tucker (vrai ou faux?) qu'il n'a été qu'un cobaye pour elle!

L'alien malade neutralise Phlox et semble traverser les parois du vaisseau. Il devient un danger (alors que Reed et Hayes sont en train de se flanquer une raclée). Neutralisé par Reed pourtant blessé par Hayes, l'alien s'avère être un xindi. Avant de mourir et de disparaître comme un des envahisseurs de la série avec David Vincent, il crache sa haine à Archer qui voulant le frapper ne trouve que le vide.

L'épisode est extrêmement violent. En se battant, Reed et Hayes ont eu chacun un décollement de la rétine et un passage à l'infirmerie. Bak quitte ici les oripeaux de Sam Beckett pour se livrer à une enguelade mémorable. Et plus la série avance, plus Scott Bakula nous éblouit par la palette de son talent de comédien.

Le fil rouge des xindis reste l'arc le plus scénaristiquement convaincant de "Enterprise" : les sulibans à côté des insectoïdes sont des petits rigolos. L'épisode semble aborder le temps d'une confession de l'alien xindi mourrant le genre "Fantasy" puisqu'il prétend venir d'un royaume lointain.

A vrai dire, on aurait aimé que la piste de cet alien et de son royaume soient sérieuse, mais UPN aurait-elle eu les moyens de mettre en scène un décor qui ne soit pas ridicule?

Les xindis continuent de menacer la Terre et le combat continue. L'Enterprise s'enfonce un peu plus dans le triangle des Bermudes spatial. En avant toute.

Retour à l'index


16. SEUL DANS L'ESPACE
(DOCTOR'S ORDERS)


Dans l'étendue delphique, l'Enterprise doit traverser une zône dangereuse pour l'équipage, et Phlox doit plonger dans un coma artificiel les terriens.

Curieusement, dès le pré-générique, on sait que l'épisode ne sera pas un grand cru. En effet, Phlox jouant avec le chien Porthos et tandis qu'il fait le beau lui lançant une sangsue qu'il dévore comme un sucre, ne prédispose pas à un grand suspense. On comprend que ce ne sera pas un affrontement grandiose avec les xindis.

Phlox a l'air de s'embêter et regarde un film tout en discutant avec ...le chien. Soudain, Phlox entend des bruits bizarres. T'Pol qui résiste aux troubles engendrés par la zône traversée, travaille seule. Mais en rencontrant Phlox, elle ne le trouve pas dans son état normal.

Scott Bakula manque cruellement dans cet épisode à deux personnages, les deux aliens de l'équipage. On ne sait pas trop où le scénariste veut en venir.

Phlox voit un vaisseau extra terrestre sur la coque, comme dans "La quatrième dimension", un homme voyait un monstre rampant sur une aile d'avion. C'est peut être un clin d'oeil hommage à la série de Rod Sterling.

Phlox voit deux xindis à bord de l'Enterprise. T'Pol le prend pour un fou. Croyant voir un insectoïde xindi, Phlox tire sur Porthos. Le ratant heureusement.

Phlox voit Hoshi se consumant, puis un faux Archer soit disant réveillé, et finit par reconnaître qu'il a des hallucinations.

On a le sentiment que le scénariste tire à la ligne pour tenir les 42 minutes syndicales. Le vaisseau ne va pas assez vite et au lieu de 4 jours, il faudrait laisser dix semaines l'équipage dans le coma. Dilemme pour Phlox livré à lui même qui le manuel de l'Enterprise comme le mode d'emploi d'un appareil ménager!

Phlox parle tout seul avec un Tucker imaginaire qu'il voit. L'épisode ne nous arrache aucun sourire, ni ne nous plonge dans le suspense.

On se doutait que la fin serait bâclée. Phlox trouve de façon bien improbable le moyen de passer en distorsion 2. Et il réveille l'équipage. Mais constate que la T'Pol qui l'a accompagnée tout l'épisode était une hallucination. La vraie se réveille du coma avec les terriens. Un épisode mineur et tout à fait dispensable. Deux melons pour la performance de John Billingsley qui a tout de même fait un sacré numéro d'acteur. Mais c'est le genre d'épisode que l'on note dans un coin de sa mémoire pour le zapper lors d'une nouvelle vision de la série.

Retour à l'index


17. MUTINERIE
(HACHERY)


L'Enterprise découvre sur une planète un vaisseau des insectoïdes xindis écrasé, l'équipage entièrement mort. Comme d'habitude, cela se passe dans le noir sidéral, bien commode pour réduire le budget.

Pour la première fois, Archer joué par Scott Bakula aussi humaniste que dans "Code Quantum", se trouve en opposition avec son équipage. On trouve à bord une "nursery" d'oeufs d'insectoïdes, et Archer veut les épargner. Sauver un nid de xindis pendant que leurs grands frères s'acharnent à détruire la terre semble une aberration à Tucker.

Phlox en autopsiant les xindis découvre qu'lls vivent au maximum 12 ans, n'ont pas de sexe et de reproduisent avec des incubateurs.

L'équipage - T'Pol comprise - s'insurge contre la décision de rester pour "couver" les insectoïdes et fait face à une mutinerie.
Le point de vue de Archer est d'épargner les "enfants" en temps de guerre. Mais peut on considérer ces espèces de monstres comme des êtres à respecter. Archer pousse un peu loin le bouchon. Il se réfère à une école lors d'une guerre entre terriens.

Mise aux arrêts, T'Pol complote avec Tucker pour faire vérifier par Phlox l'état mental de Archer.

Archer fait arrêter Reed. Devenu fou, il veut que l'on lance un SOS aux parents des insectoïdes pour qu'ils viennent récupérer leurs charmants bambins.

Phlox prend partie pour la mutinerie et ordonne une expertise psychiatrique du capitaine. Les mutins prennent l'armurerie contre les militaires de Hayes (Steven Culp). Tout le monde va presque s'entretuer sur l'Enterprise lorsque Phlox découvre que le capitaine Archer est victime d'un poison que les oeufs lui ont envoyé. Il se prend pour la "mère" des bébés insectoïdes incubés. Phlox va bien sûr le désintoxiquer.

N'importe quel autre acteur aurait paru absurde dans le rôle, imaginez William Shatner, Martin Landau de "Cosmos 1999", Richard Dean Anderson de "Stargate SG1" ou même Harrison Ford - Han solo de "Star wars" défendre les oeufs des bébêtes les plus dangereuses de la galaxie sans sombrer dans le ridicule. C'est le talent de Bak de faire passer des choses aussi invraisemblables entre deux de ses mimiques. Et de revenir à la fin de l'épisode le capitaine Archer déterminé et combattant.
Auréolé de sa performance de Sam Beckett dans "Code Quantum", Scott Bakula ne surjoue jamais. D'une série à l'autre, il promène sa nonchalance humaniste et pacifiste.

Le capitaine est rétabli. La guerre reprend. En avant toute!

Retour à l'index


18. INTRIGUES
(AZATI PRIME)


L'Enterprise arrive sur la planète où les xindis préparent leur arme qui détruira la terre. Avec la navette que leur ont laissée les insectoïdes morts dans l'épisode précédent, ils s'avancent en territoire xindi. Ils sont refoulés, mais Hoshi parvient à parler à leur place en langue insectoïde. Tucker et Travis se dirigent alors vers un autre endroit de la planète et trouvent... un océan. La navette xindi est submersible et sous l'eau, ils découvrent une sorte d'équivalent du volcan de "On ne vit que deux fois" avec une cité souterraine et l'arme. Mais pour aller détruire celle-ci, il faut un kamikaze. C'est une mission sans retour. Travis Montgomery veut être ce kamikaze, Trip Tucker aussi et il ajoute que c'est un officier qui doit faire cela. Archer les départage, il ira lui!

Mais à ce moment là apparaît Daniels, le voyageur temporel, qui transporte Archer 400 ans dans le futur.

Daniels vient dire à Archer qu'il ne doit pas détruire l'arme xindi, car il va modifier l'histoire. Le saut 400 ans plus tard est décevant par rapport à "Ondes de choc" (01.26) car il se résume à des parlottes sans décor apocalyptique.

Archer refuse d'écouter Daniels qui lui parle de la fédération qui n'existera pas sans les terriens. En gros, il est là pour sauver "Star Trek classic" et ses spin off !

Entre le saut temporel où l'on n'a rien vu et les décors sombres (excepté une scène où la navette conduite par Archer survole l'océan), une certaine déception s'empare du spectateur.

En fait, Archer a été capturé par les insectoïdes. Bak nous fait alors son numéro à la "Code Quantum", comparant les xindis reptiles aux dinosaures. Il parle au chef xindi de "la soupe de tortue" tandis qu'il est torturé.

Degra (Randy Oglesby) que Archer avait rencontré dans l'épisode où le xindi était drogué, accepte de parler de paix. Daniels a donné une preuve à Archer. Un médaillon de 400 ans dans le futur, qui permet de prouver qu'il ne ment pas. Archer sème la zizanie chez les xindis entre insectoïdes et non insectoïdes.

Les insectoïdes finissent par arrêter Degra et les non reptiliens, et par attaquer l'Enterprise qui à la fin de l'épisode est supposé détruit.

Le manque de moyens est flagrant. Et certaines images nous rappellent le premier épisode de "Cosmos 1999" lorsque tout l'équipage de l'Enterprise est balloté d'un endroit à l'autre, tombe, se retient comme il peut pour ne pas tomber. Bak mérite mieux que cet épisode certes bon mais pas parfait.

C'est aussi un audacieux cliffhanger alors que nous ne sommes pas en fin de saison. Véritable série-feuilleton, "Enterprise" devient incompréhensible pour quelqu'un qui prendrait le train (pardon le vaisseau) en marche.

Avec moins de scènes dans l'obscurité et moins de bavardages en huis clos, l'épisode aurait atteint trois voire quatre melons, mais en l'état, il ne dépasse pas les deux.

Retour à l'index


19. LE DEVOIR DU CAPITAINE
(DAMAGE)


Cinq morts et plusieurs blessés à bord du vaisseau Enterprise presque entièrement démoli. Le capitaine Archer, prisonnier des insectoïdes, va être traduit devant le conseil xindi qui lui sera plus favorable.

Archer dans sa prison voit une sorte de monstre aquatique xindi. L'épisode prend un tour "L'île mystérieuse" et Archer des allures de Capitaine Nemo.

Peu après, Archer est libéré sans explications et se retrouve à bord d'une navette avec laquelle il regagne l'Enterprise. Archer pense que sa libération est due à Degra. Peu après, un vaisseau en perdition d'une race alien inconnue demande de l'aide. Ces nouveaux extra-terrestres ont un look "minimal" (On dirait que les masques sont à peine posés sur les acteurs et qu'ils vont tomber) et proposent une entraide avec l'équipage de l'Enterprise. 

Oh joie, Hoshi est de retour, complètement sacrifiée pendant une bonne partie de la saison 3, son personnage revient en première ligne.

Victime de troubles visuels et du comportement, T'Pol va voir le docteur Phlox. Elle rêve qu'elle fait l'amour avec Tucker (Ce qui nous vaut une scène torride). Elle avoue à Phlox qu'elle se drogue au trellium. Elle devient dépendante. Mais Jolene Blalock n'est pas une grande actrice, et confrontée à des scènes de comédie et non d'action pure, son jeu n'est pas à la hauteur des prétentions du scénario.

Bak nous fait un nouveau numéro d'acteur exceptionnel lors d'un dialogue avec Phlox/John Billingsley où il parle d'éthique. Il doit voler une pièce du vaisseau en détresse. D'abord face au docteur, puis à T'Pol, Scott Bakula reprend cet air de chien battu qu'il adoptait parfois dans "Code Quantum". Il fait une symbiose de la force et de l'émotion, révélant une grande vulnérabilité derrière le masque pour une fois peu expressif de son visage. Sans ses mimiques et ses clins d'oeil, il réussit à obtenir le même résultat. Scott Bakula est décidément un acteur prodigieux. Ses ressources de jeu semblent inépuisables.

Les scènes du conseil des xindis non insectoïde reptiliens sont superbes et ressemblent à ce que l'on est en droit d'attendre d'une série de science-fiction.

En multipliant les scènes de téléportation, "Le devoir du capitaine" rend un hommage appuyé à "Star Trek classic". Il n'était pas évident de s'inscrire avec ce préquel dans la ligne de la franchise Star Trek.

Un très bon épisode de "Enterprise" avec en prime le retour de Hoshi, le seul bémol restant la trop grande importance accordée à T'Pol.

Retour à l'index


20. L'ALLIANCE DE L'ESPOIR
(FORGOTTEN)


Avec l'Enterprise à moitié détruit, Archer suit Degra à un rendez-vous pacifiste. Degra (Randy Oglesby) demande des preuves du complot des reptiliens insectoïdes.

Cet épisode nous permet à nouveau de revoir Hoshi, qui semble définitivement revenue au premier plan. Archer montre à deux membres du conseil tout ce qui pourrait les convaincre qu'ils ont été trompés par les inesctoïdes.

Il y a une microfissure sur le vaisseau qui met en péril l'avenir de l'Enterprise. Phlox, sur les indications de T'Pol, relève de ses fonctions pour raisons médicales Tucker pendant quelques heures. Tucker désobeit, sort de sa chambre pour rencontrer le fantôme de la jolie Taylor, morte pendant la dépréssurisation. Le fantôme de la jolie femme ingénieur vient demander que Tucker écrive à ses parents.

Les non insectoïdes sont divisés entre ceux qui croient Archer comme Degra et ceux qui sont sceptiques comme Jannar (Rick Worthy).

"Enterprise" ne relève plus seulement de la seule SF mais aussi du fantastique avec l'apparition de Taylor. La série se maintient à un tel haut niveau que l'on ne peut s'empêcher de craindre une baisse de qualité lorsque le long arc des xindis sera terminé.

Malcolm Reed expose sa vie pour colmater la fissure, alors que Trip Tucker semble plus sûr de lui. Les deux officiers parviennent à sauver l'Enterprise de l'explosion. Tucker lorsqu'il rencontre des xindis même non insectoïdes ne peut s'empêcher de les agresser. Sa soeur fut tuée. Archer a beaucoup de difficultés pour le calmer.

On peut regretter que situation oblige, Bak ait perdu tout son humour. Tucker annonce depuis l'ordinateur la mort de l'ingénieur Jane Taylor à ses parents.

Les reptiliens arrivent subrepticement, sans avoir prévenus Degra et Jannar. Archer tente de retourner les xindis entre eux. Jannar et Degra détruisent le vaisseau reptilien.

Connor Trinneer a énormément de talent en faisant passer sa douleur de la perte de la soeur de Tucker et de Jane Taylor. La série fut lancée en saison 1 avec une vedette (Scott Bakula) et des inconnus, mais petit à petit, certains percent et arrivent à nous émouvoir.

Retour à l'index


21. CONFLIT DE GÉNÉRATIONS
(E2)


Tucker rend visite à T'Pol espérant à nouveau faire l'amour avec elle. Mais celle-ci l'évite désormais. Elle lui rappelle qu'elle n'a voulu faire qu'une expérience.

Archer prend le raccourci subspatial pour se rendre au conseil xindi. Mais un vaisseau de Starfleet met le cap sur l'Enterprise. Ce sont des vulcains. Ils viennent informer Archer que s'il prend ce cap, il va retourner 170 ans dans le passé et n'empêchera pas la destruction de la Terre. Cela s'est déjà passé et les vulcains veulent empêcher le passé de se reproduire.

Les vulcains venus intervenir viennent du futur et sont des métis humains/vulcains. Le "fils" de Tucker lui révèle qu'il va mourir jeune. Le fils avait 14 ans quand son père est mort. L'épisode nous révèle ainsi un spoiler de la saison 4 : la mort de Tucker. Archer est confronté avec une femme très âgée qui n'est autre que T'Pol dans le futur.

L'épisode nous propose donc deux T'Pol à bord de l'Enterprise, celle que nous connaissons, et celle qu'elle sera vers la fin de sa vie.

Il faut avouer que règne une certaine confusion. Mais Scott Bakula semble ne pas se laisser dérouter par un script écrit sous acide.

Lorian (David Andrews), mélange de vulcain et d'homme, entend ne pas laisser Archer mener à bien sa mission. Tucker n'arrête pas de chahuter T'Pol puisque la T'Pol du futur s'est mariée avec ...lui.

Archer comprend qu'il se fait doubler par le fils de Tucker, Lorian. Une bataille se déclenche entre les deux Enterprise du présent et du futur. Archer téléporte à bord de l'Enterprise de 2154 (Celle que nous connaissons) le matériel dont il a besoin.
Et les autres ne peuvent pas tirer sur leurs ascendants faute de disparaître!

L'une des scènes les plus hallucinantes est la rencontre des deux T'Pol, la jeune et la vieille. Loin de sombrer dans le ridicule, la scène est émouvante. La vieille T'Pol lui parle de son mariage avec Trip Tucker.

Avant le couloir, les kovaliens, des aliens ennemis du futur, attaquent l'Enterprise de 2154 qui réussit néanmoins à y entrer. 

L'enterprise du futur a sans doute été détruite. Archer espère qu'il n'en est rien et que les descendants ont survécu. Le rendez vous avec Degra se précise. Ce dernier dit à Archer qu'il est en avance.

Il n'était pas évident de faire un bon épisode avec autant de données comme le paradoxe temporel, la rencontre entre les descendants et leurs aïeux, voire entre la jeune et vieille vulcaine T'Pol. A partir d'un script complexe à l'extrême de Mike Sussman, Roxan Dawson a su assurer une mise en scène correcte et les comédiens se sont dépassés. On trouvera quand même étonnant que la grande surprise de la fin de saison 4, la mort d'un personnage de la franchise "Enterprise", en l'occurrence Tucker, soit annoncée ainsi alors qu'à l'époque, les producteurs pouvaient espérer maintenir à l'antenne la série pour sept saisons comme les autres séries dérivées de Star Trek.

L'épisode, quoi qu'l en soit, est excellent.

Retour à l'index


22. TRAHISON
(THE COUNCIL)


La trahison, titre de la VF, est celle de Degra vis à vis des créateurs des sphères. Nous approchons de la fin de la saison. Archer va se rendre devant le conseil, tandis que le reste de l'équipage va tenter de pénétrer dans une sphère pour en ramener des preuves.

Petit rappel : les xindis sont une race composée de cinq races. Les humanoïdes, les aquatiques, les arboréales, qui sont les "gentils", tandis que les insectoïdes et les reptiliens sont les méchants.

Après avoir beaucoup économisé au niveau des effets spéciaux, UPN nous offre de superbes décors. La planète où se trouve le conseil n'a rien à envier aux meilleures séries de SF. Idem pour l'intérieur des sphères.

Scott Bakula a retrouvé son humour : lorsqu'il va se présenter devant le conseil, il dit se rappeler la fois où il fut convoqué par le directeur pour avoir fait des avances à une fille, chose qu'il raconte à Hoshi, qui traduit les 67 dialectes xindis.

Cet épisode est un feu d'artifice télévisuel. Après l'assassinat de Degra par le commander reptilien Dolim (Scott Mc Donald), l'arme est lancée contre la Terre qu'elle va détruire. Dès lors, des combats à la "Star Wars" prennent le pas sur les discussions. Les moyens étant là, les scènes ne sombrent pas dans le ridicule. David Livingston est-il plus doué que d'autres réalisateurs de la série ou simplement plus chanceux de tourner l'épisode enfin doté d'effets spéciaux qui rendent l'ensemble crédible ?

Quand à ce cher Bak, il a retrouvé sa verve "Beckettienne". Ainsi, il comprend Tucker qui aurait applaudi hier à la mort de Degra et le regrette aujourd'hui. Nous avons droit à une scène "moralisatrice" que n'aurait pas désavoué Donald Bellisario. Malgré le danger de destruction de notre planète, Scott Bakula place ici et là dans le rôle de Archer des éléments qui lui sont propres : l'humour et l'humanisme.

Le téléspectateur comprend que l'arc xindi est sur sa fin. C'est l'avant dernier épisode de la saison 3 (déjà! Nous n'avons pas vu le temps passer). Et les deux épisodes suivant seront cruciaux. Le présent représente un des sommets de la série. Tous les comédiens ont leur morceau de bravoure : Linda Park en traductrice, enfin revenue à un rôle de premier plan, Dominic Keating pourtant habituellement plutôt effacé en Malcolm Reed a aussi droit à "sa" scène. Jolene Blalock - beaucoup trop gâtée dans cette saison au détriment des autres comédiens hormis Bak - reste à un niveau que ni son personnage, ni ses talents d'actrice limités ne justifient.

Le combat final approche. L'Enterprise va-t-elle sauver le monde ? Comme dans les serials des années 30-40, il faut attendre l'épisode suivant.

En avant toute !

Retour à l'index


23. COMPTE Á REBOURS
(COUNTDOWN)


Oh joie, Toshi est en première ligne. Ce qui nous vaut de nombreux plans de Linda Park, au détriment de la vulcaine. Capturée parce qu'elle est capable de traduire le langage des xindis aquatiques que le commander reptilien Dolim (le meurtrier de Degra) n'a jamais su apprendre, elle se montre brave et crée un code secret qui empêche les reptiliens-insectoïdes de posséder le code de lancement.

Scott Bakula discutant avec des sortes de mutants barracudas/dauphins (les xindis aquatiques) sans sombrer dans le ridicule, à travers un hublot, est une des scènes les réussies de la série. La présence du chien Porthos vient amener un peu de calme au milieu de la tempête.

On me permettra de ne pas partager la joie de Jonathan Archer lorsque T'Pol annonce qu'elle quitte définitivement les vulcains pour rejoindre Starfleet. Le plus étonnant est que, sortie de son personnage et de sa coiffure affreuse, Jolene Blalock est une jolie fille à qui l'on ne refuserait pas de faire un brin de causette. Mais cela ne suffit pas pour être comédienne.

Bien que la jacquette du DVD annonce "date stellaire inconnue", nous sommes le 13 février 2154.

T'Pol et Trip s'évertuent à faire sauter la sphère 41 qui commande l'ensemble du réseau de Sphères, ce qui annulerait les anomalies de l'Etendue Delphique et révèlerait leurs mystérieux constructeurs au grand jour. Deux actrices, Mary Mara et Ruth Williamson, interprètent ces dizaines de personnages féminins au masque improbable qui régentent le réseau de sphères : Les gardiens.

Hoshi est sauvée par téléportation (Vive Star Trek classic!) A noter la mort d'un personnage récurrent de la saison 3, le major Hayes (Steven Culp) de Starfleet, fait plutôt rare dans la série.

Dans dix heures, les reptiliens insectoïdes atteindront la Terre avec leur arme de destruction finale.

Attardons nous un instant sur l'enseigne Toshi Sato (Linda Park). Son cerveau aurait dû être irrémédiablement endommagé par les reptiliens, mais elle a su ruser. Toutefois, Archer fait preuve de fermeté, c'est le moins que l'on puisse dire, lorsque Phlox interdit qu'on la transporte à bord du vaisseau de Degra. Phlox l'estime intransportable. Archer ne se laisse pas fléchir. Le vaisseau xindi de Degra est plus rapide que l'Enterprise. Inutile de dire que nous sommes très loin de la vitesse de la lumière d'Enstein !

Le coup de théâtre de l'épisode est la rebellion des insectoïdes (créatures franchement répugnantes) contre Dolim, chef des reptiliens. Les insectes dans le camp des gentils, alors qu'ls sont plus terrifiants à voir que les hommes reptiles paraît une faute de goût des scénaristes André Roumanis et Chris Black. On n'y croit pas une seule seconde. Mais les aliens insectes s'expriment dans un langage ressemblant a à des bruits de serpents à sonnettes, tandis que les reptiliens, comme dans toute série américaine de SF qui se respecte, parlent anglais.

Le suspense n'est pas terminé. La bataille finale contre les xindis et la survie de la Terre, rien moins que cela, sont l'enjeu du dernier épisode de la saison 3.

En avant toute!

Retour à l'index


24. LE DERNIER COMBAT
(ZERO HOUR)



Le titre français rappelle le premier film de Luc Besson. Comment va se terminer l'arc xindi et cette saison 3 ? Souvent, les séries se terminent en queue de poisson.

Dans le pré générique, où les reptiliens mangent des souris vivantes, on pense à la série "V".

Le combat se livre sur deux fronts : T'Pol et Tucker à bord de l'Enterprise veulent détruire la sphère 41, et Archer rattraper à bord du vaisseau de Degra les reptiliens. Hélas, la sphère 41 est protégée par les gardiens, ces femmes étranges qui ont jadis sauvé l'espèce xindi.

Daniels, le voyageur temporel, projette Archer en 2161 lors de la création de la fédération. Daniels explique que le capitaine sera l'un des fondateurs de la fédération. Archer s'en moque et demande à revenir au 14 février 2154. On se régale de ces voyages temporels dans la série, ils interviennent toujours lorsque l'on ne s'y attend pas.

Archer et Hoshi parlent de leurs souvenirs sur Terre au Brésil, ce qui paraît incongru vu la situation. Hoshi Sato doit déchiffrer le code de la bombe. Dolim, le chef reptilien (Scott Mc Donald) accompagne la bombe à sa destination.

Les andoriens, race alien que Archer a plusieurs fois rencontré, viennent à la rescousse pour l'aider.

Le vaisseau reptilien est abordé. Maintenant, Jonathan Archer est en train de désarmorcer la bombe. On se croirait en plein James Bond. Tout explose autour de lui, et Dolim, le chef reptilien, entame un combat à mort avec notre héros. Moins fort physiquement mais plus intelligent, Archer introduit une bombe dans la carapace du reptilien qui explose.

La bombe ayant explosé, le complot xindi désamorcé, il reste à s'inquiéter du sort du héros. Archer est le type même du héros américain qui existait bien avant les séries de SF, l'homme droit et juste de "Le train sifflera trois fois". L'Amérique aime ainsi se montrer la nation des héros triomphants. Notons que la voix authentique de Bak est nettement moins belle que sa voix post synchro française, Guy Chapellier, qui adoucit beaucoup le personnage.

Scène anachronique, Tucker et T'Pol se mettent à flirter et elle lui avoue son âge, 66 ans. C'est la scène des adieux aux xindis qui deviennent, débarrassés des reptiliens, des gentils. Une ficelle un peu grosse! Archer est considéré comme mort.

Le dénouement de l'arc xindi semble intervenu bien trop tôt dans l'épisode et l'on ne comprend pas où le réalisateur Allan Kroker veut en venir. Nous avons droit à des scènes larmoyantes avec T'Pol, Phlox et Travis. Même le chien Porthos est de la partie.

Archer n'est pas mort. Il est grièvement blessé, brûlé, (que l'on se rassure, Bak nous reviendra en saison 4 le teint parfait et la coiffure impeccable dans son uniforme). Il est déjà sur Terre et T'Pol et les autres le croient mort. Sort peu enviable, il est aux mains des ... nazis. Mais la surprise de ce dernier épisode réside dans le fait que les gardiens ont changé le cours du temps. Voilà notre vaisseau Enterprise arrivant sur Terre croyant se trouver en 2154. 

Et nous sommes... en 1944. Les nazis ont gagné à la guerre et dominent le monde. Le drapeau SS flotte à San Francisco!

A suivre...

Retour à l'index

Crédits photo: Paramount.

Images capturées par Patrick Sansano.