saison 1 saison 3

THE CLOSER: L.A. ENQUÊTES PRIORITAIRES

SAISON 1


PRÉSENTATION DE LA SAISON 1

''Une femme seule''

"Son style d'interrogatoire est à la fois docile et informel lors des phases d'approche puis lorsqu'elle a établit le contact, elle se transforme en véritable prédateur pour le suspect"... Telle est Brenda !

Cette première saison nous présente ''The Closer'' (La bouleuse de dossiers) : Brenda Leigh Johson. Cette enquêtrice hors du commun formée à la CIA arrive à la tête d'une unité de la police criminelle de Los Angeles : les enquêtes prioritaires. Son caractère et ses habitudes font qu'elle n'est pas trop appréciée par les membres de son équipe. Elle va devoir faire ses preuves...Une femme seule nous présente ce personnage pas comme les autres, tentant de commencer une nouvelle vie loin de sa ville natale.

Une excellente première saison, durant laquelle Kyra Sedgwick à gagné le Satellite Award de la meilleure actrice dans une série télévisée dramatique.

Retour à l'index


1. L'AMOUR VACHE
(PILOT)




Le corps d'une jeune femme est découvert dans la villa d'un mathématicien de renom, le docteur Elliott Collier. En arrivant à Los Angeles Brenda Leigh Johnson, la nouvelle chef de l'unité enquêtes prioritaires est dépêchée sur les lieux de cet homicide. Malgré les protestations des hommes en charge de l'enquête, cette spécialiste des interrogatoires reprend l'affaire.

Un bon premier épisode qui nous présente la série, et surtout le personnage de Brenda Leigh Johnson. Ce personnage excentrique est sans aucun doute l'atout principal de la série. Les scénarios étant très souvent classiques (c'est le cas ici : un docteur est assassiné), mais le déroulement de l'épisode nous fait oublier ce détail. En particulier les scènes d'interrogatoires. Kyra Sedgwick est parfaite dans ces scènes, et cela sera le cas tout au long de la série.

Ce pilote présente égalemment les personnages, en particulier ceux de l'agent Fritz Howard (qui deviendra plus tard son fiancé) et aussi ceux du lieutenant Flynn et de capitaine Taylor qui vont lui mettre des bâtons dans les roues bien plus d'une fois durant cette première saison. Ce premier épisode se concentre donc plus sur les personnages que sur l'intrigue policière, ce qui finit par devenir un peu ennuyeux.

Les épisodes seront plus équilibrés par la suite. Néanmoins l'intrigue policière connaît un rebondissement auquel personne ne pouvait s'attendre, ce qui sera souvent égalemment souvent le cas dans la série. Quand aux acteurs secondaires (peu nombreux dans cet épisode), ils sont tous parfaits, mais la palme revient à Allison Smith, qui interprète la coupable. Etant donné que la série s'attarde beaucoup sur la psychologie des personnages, l'actrice peut nous montrer l'étendu de son talent.

Un premier épisode efficace, parfois ennuyeux à cause de la série qui doit se mettre en place.

o En VO, Brenda Leigh Johnson à un fort accent de Sud, mais ce n'est pas le cas de Kyra Sedgwick, née à New-York. L'actrice à du suivre des cours pour apprendre à parler avec cet accent. Elle prononce alors sa fameuse réplique qu'elle répétera dans tous les épisodes avec ce fort accent : ''Thenk Yew, Thenk Yew Very Much''

o Première référence (mais loin d'être la dernière) à la liaison qu'à eu Brenda avec le chef Will Pope.

o L'agent Fritz Howard est le seul personnage envers lequel Brenda ne se montre pas froide. On peut deviner qu'il va se passer quelque chose entre eux.

o On apprend que Brenda était mariée, et qu'elle à divorcée.

o C'est dans cet épisode que l'on apprend l'addiction de Brenda pour le sucre.

o On découvre le fameux humour noir qu'aura très souvent Brenda dans la série.

o Le Capitaine Taylor et le lieutenant Flynn, qui détestent Brenda dans cette première saison, feront tout pour lui rendre la vie difficile tout au long de cette première saison.

o Dans toutes scènes, Brenda est accompagnée de son sac à main. Ce sac est l'objet culte de la série, et Brenda ira jusqu'à risquer sa vie pour le récupérer dans un immeuble piégé.

o Brenda aurait une jambe légèrement plus courte que l'autre. Il ne sera plus jamais fait mention de ce détail dans la série.

Retour à l'index


2. MISE EN BEAUTÉ
(ABOUT FACE)


Brenda et son équipe doivent enquêter sur l'assassinat d'une top-modèle, mariée à un célèbre acteur. Parallèlement, Brenda, vivant toujours à l'hôtel, tombe à nouveau sur l'agent Fritz Howard.

Maintenant que les personnages et l'atmosphère sont mis en place, on passe à du vrai The Closer. Tout y est : intrigue policière classique mais efficace, le caractère et l'humour de Brenda (notamment lors de la première scène ou encore, celle avec Gabriel) et surtout les toujours efficaces scènes d'interrogatoires, dans lesquelles Kyra Sedgwick excelle autant que son personnage.

En parlant de Brenda, on retrouve toute son excentricité dans la scène où, pour interroger le personnel de la top-modèle assassinée (vendeuse, serveuse dans un restaurant de luxe, coiffeuse, esthéticienne), elle va carrément se faire refaire une beauté (et demander une réduction pour le restaurant).

Il s'agit des meilleures scènes de l'épisode. Une autre scène hilarante de l'épisode, Will qui dit à Brenda qu'il adore sa coiffure, et elle qui lui répond qu'elle aime bien la sienne, alors qu'il est chauve. Les acteurs secondaires sont plus nombreux que dans le pilote et sont tous excellents, comme presque tout le temps dans la série. C'est un autre des nombreux points forts.

Un excellent épisode qui nous plonge vraiment dans la série.

o Brenda semble ne pas apprécier les plaisanteries sur le poids.

o Lorsqu'on lui parle de sa liaison avec Will, Brenda devient tout d'un coup hyperactive.

o Aucune progression dans la relation entre Fritz et Brenda pour le moment.

o Brenda n'a pas un grand sens de l'orientation, on aura mainte fois l'occasion de s'en rendre compte.

Retour à l'index


3. FAUX ALIBIS
(THE BIG PICTURE)


 

Brenda et son équipe enquêtent sur le décès d'une call-girl russe qui travaillait pour une agence opérant sur internet. Parmi ses clients, un agent de l'immigration et des douanes, Danny Booth, qui est un ami de Will Pope.

Un épisode complètement en dessous des précédents. L'intrigue policière (qui n'est vraiment pas bien menée) se mélange à un complot du FBI (on aurait pu trouver plus brillant pour cette occasion, d'ailleurs), et ça en devient trop confus. Comme je disais, l'intrigue policière n'est pas très bien menée. Je dirai même qu'elle est complètement cousue de fil blanc : on devine dès le début qui est le coupable, et surtout, on à du mal à croire que des prostituées se laissent avoir dans un piège aussi gros.

De plus, les acteurs secondaires, qui sont d'habitude un des points forts de la série, sont ici plutôt médiocres. En fait, c'est une fois de plus Brenda qui apporte beaucoup à l'épisode. Ici, elle évite la note minimale à l'épisode. De la scène d'introduction à la scène finale, elle apporte son humour habituel (en particulier lors de ses scènes avec Fritz).

Et lors de son dialogue avec Nadya, Kyra Sedgwick apporte toute sa force émotionnelle, ce qui rend cette scène incroyablement forte (c'est d'ailleurs uniquement grâce à elle, car Stana Katic n'est pas plus brillante que les autres acteurs secondaires de l'épisode).

Un épisode plutôt médiocre, sauvé grâce à Kyra Sedgwick et à son personnage Brenda.

o Stana Katic (1978) est de nationalité canadienne. Elle parle l'anglais, le français, l'italien, le bosnien, le serbe et le slovène. Elle est connue pour jouer actuellement le rôle du lieutenant Kate Beckett, au côté de Nathan Fillion dans la série télévisée ''Castle''

o Dans cet épisode, Brenda achète une nouvelle maison, car elle était en réduction. Ce n'est pas étonnant...il s'agit de la maison de la victime de l'épisode. Sacré Brenda.

o C'est égalemment dans cet épisode qu'elle adopte ''Chance'', son chat adoré (qui donnera plus tard des chattons).

o La relation entre Brenda et Fritz commence à évoluer.

Retour à l'index


4. LE TIREUR INVISIBLE
(SHOW YOURSELF)


Trois membres d'un gang latinos sont abattus dans un parc, en plein après-midi. Brenda remarque qu'un homme inspecte la scène du crime cherchant à déterminer l'endroit d'où est venu le tir. Il s'agit du colonel Walter, qui confie au chef adjoint qu'il connaît l'identité du tireur puisqu'il pense qu'il s'agit de son fils.

Si l'épisode précédent possédait pas mal de points positifs qui le sauvait du désastre, celui-ci est complètement raté. Il s'agit du pire épisode de la saison, voir de la série. L'intrigue policière est banale, mais alors banale à un point pas possible. Des histoires de vengeance, il y en à des bonnes, mais alors là. Et en plus, la réalisation n'est même pas à la hauteur. Et ne parlons même pas des acteurs secondaires.

Encore une fois après ''Faux alibis'', ils sont vraiment médiocres, à la limite du mauvais (excepté Richard Roundtree qui s'en sort plutôt bien). Même Kyra Sedgwick à l'air fatiguée. Pratiquement aucune scène d'humour, si ce n'est la conversation entre l'annaliste criminelle et Brenda, et la scène de cette dernière avec Fritz. A part ces deux bonnes scènes...La fin est complètement précipitée et incompréhensible (à quoi sert la fusillade ?), et en plus, il n'y pas de réelle conclusion à l'épisode : on reste en plan. Ce n'est pas à l'avantage de l'épisode.

Un épisode complètement raté et inutile. A oublier !

o On apprend que le père de Brenda était militaire.

o Fritz semble fantasmer sur les voitures ! Il appelle égalemment son GPS : Tara.

o En parlant de GPS, Brenda n'en avait jamais vu.

o Première fois que l'on voit Brenda sortir son arme sur le terrain.

o Les scénaristes n'ont pas trop révisé leur espagnol : pratiquement tous les mots sont mal accentués (uniquement dans la VO). Et surtout, ''clown'' ne se dit pas : ''PayaZZo''.

o On apprend que l'inspecteur Sanchez parle couramment l'espagnol (mais qu'il n'oublie pas de réviser son accentuation).

Retour à l'index

 


5. DOSSIERS CONFIDENTIELS
(FLASHPOINT)


Le corps du grand universitaire Alan Rainey, est retrouvé dans son bureau. Il était docteur en psychiatrie et menait des essais sur un nouvel antidépresseur ayant pour but de soigner les jeunes toxicomanes. Sa femme, psychiatre également, était opposée à cette recherche : selon elle, les jeunes toxicomanes sont susceptibles de faire des crises psychotiques après avoir consommé le médicament...

Après deux épisodes plutôt médiocres, celui-ci remonte un peu le niveau. En fait, l'intrigue policière en elle-même ne vaut que deux étoiles (assez classique comme toujours, mais assez bien menée), mais j'en accorde une supplémentaire pour ''le reste''. Ce que j'appelle ''le reste'', c'est déjà : Brenda et son humour (notamment dans la scène finale lors de sa scène avec Fritz), etc... Mais égalemment l'histoire parallèle qui nous en apprends un peu plus sur le passé de Brenda, ce qui humanise encore plus son personnage.

Pour revenir à l'intrigue policière, elle est comme je l'ai dit assez classique mais bien menée. On prend plaisir à la suivre, et il y à un rebondissement final auquel on ne s'y attendait pas. Les acteurs secondaires sont de nouveau excellents. J'ai une petite préférence pour les jeux de Larry Joshua et de Mark Feuerstein, mais les autres n'ont pas à rougir de la comparaison.

Un épisode qui relève le niveau des deux derniers épisodes (Faux alibis et Le tireur invisible), mais il faudra attendre l'épisode suivant (Petites annonces) pour revoir un vrai ''The Closer'' comme le fut Mise en beauté.

o Larry Joshua (1952) est apparu en tant que guest-star dans un grand nombre de productions (X-Files, Spider-Man, Mélodie pour un meurtres, etc...) Il a tenu le rôle récurrent du capitaine Clifford Bass dans NYPD Blue de 1995 à 2001.

o Premier baiser (première autre chose égalemment) entre Brenda et Fritz. Enfin !!!

o Le dernier film qu'a vu Brenda au cinéma est ''Beignet de tomates vertes'' (Fried Green Tomatoes en VO). Ce film réalisé par Jon Avnet en 1991 est adapté du roman ''Fried Green Tomatoes at the Whistle Stop Cafe'' de Fannie Flagg (cette dernière y fait même une apparition). Il raconte l'histoire d'Evelyne Couch (Kathy Bates) qui rencontre une octogénaire (Jessica Tandy) qui lui raconte sa jeunesse.

o On apprend que Brenda à fait l'objet d'une enquête de moralité lorsqu'elle était à la police d'Atlanta. Il s'agit d'une dénonciation de son ex-mari qui soupçonnait une liaison entre sa femme et un jeune officier.

o Il s'avère que Brenda ressentait à l'époque une attirance pour ce jeune officier.

Retour à l'index

 


6. PETITES ANNONCES
(FANTASY DATE)


 

La fille de la députée Simmons, Carla, est retrouvée morte à son domicile. La jeune femme a été violée puis assassinée d'un coup violent à la tête. Il semblerait que la jeune femme s'était inscrite sur un site, où elle avait postée une annonce où elle demandait à être agressée.

Tout simplement le meilleur épisode de la saison. Pour une fois, l'intrigue policière n'est pas classique du tout (assez horrible, mais ce sera très souvent le cas tout au long de la série), et il y a, comme toujours, une excellente réalisation. Mais surtout, Kyra Sedgwick nous offre une de ces meilleures prestations, notamment à partir de la scène de l'agression de son personnage. Une scène incroyablement forte.

Si Brenda ne fait pas trop preuve de son humour habituel dans cet épisode, elle se rattrape lors de ses scènes avec Fritz (ces scènes sont et seront toujours excellentes tout au long de la série). Les acteurs secondaires, bourrés de talent, ont l'occasion  de l'exploiter. Comme dans chaque épisode, il y en a un au-dessus : ici, c'est Patrick Renna. Et bien qu'ayant une courte apparition, on ne l'oublie pas. 

o Un chef d'œuvre, le meilleur épisode de la saison 1. A ne pas manquer !

o Kyra Sedgwick fut nommée au Emmy Awards en tant que meilleure actrice pour cet épisode.

o Première fois (mais pas dernière fois) que Brenda se fait agresser.

o Erreur de continuité : le pansement de Brenda n'arrête pas de disparaître et de réaparaître.

Retour à l'index


7. UN ENFANT NORMAL
(YOU ARE HERE)


 Un promeneur découvre le cadavre du juge Mickaël Thompson à Griffith Park. La victime a été exécutée de deux balles. Le juge s'était rendu dans la soirée avec Keith, son fils autiste de 15 ans, à une partie de poker chez un ami avocat. Malgré les recherches, Keith et la voiture restent introuvables.

Nous avons à nouveau un excellent épisode sur un thème assez dur : l'autisme. Ici, les scénaristes ont merveilleusement bien exploité ce thème. Mais c'est surtout grâce à Allen Cutler que l'épisode est réussi. Ce jeune acteur est bourré de talent, et est vraiment dans la peau de son personnage. Grâce à lui, la scène finale est pleine d'émotion.

Donc, l'intrigue policière est tout sauf classique. Pour le reste, Kyra Sedgwick est en pleine forme : son humour habituel est présent tout au long de l'épisode (en particulier lors de la scène d'introduction avec Fritz). Reparlons des acteurs secondaires, en plus d'Allan Cutler, ils ont tous excellents : Collen Flynn en particulier. A noter la question de Keith : ''Où c'est, la mort ? ''. Celui qui parvient à y répondre...

Un excellent épisode sur un thème assez dur et porté par d'excellents acteurs (principaux et secondaires).

o Lors d'une scène hilarante, Brenda avoue à l'équipe sa liaison avec Fritz (la tête de Will est à ne pas manquer).

o Brenda se fait à nouveau frapper au visage. Cette fois-ci par Keith, qui ne supporte pas qu'on le touche.

o Erreur de continuité : La plaque d'immatriculation de Sanchez n'arrête pas de changer.

o Erreur de continuité : Brenda dit avoir son GPS depuis très longtemps. Pourtant, dans Le tireur invisible, elle ne savait même pas ce qu'était un GPS.

o Daniels n'aime pas sortir avec des hommes qui font moins de 1m80.

o Première fois que Tao part sur du hors-sujet lors d'une explication. Cette fois ci, c'est sur Einstein.

Retour à l'index


8. CRIME HAINEUX
(BATTER UP)


Un malfrat s'attaque depuis quelques temps aux membres de la communauté gay. Le mode opératoire est toujours le même : il frappe ses victimes à l'aide d'une batte de base-ball avant de les dépouiller de leurs bijoux. Pour la première fois, un mort est à déplorer...

Un nouvel épisode parfait de plus. Décidemment, cette première saison est excellente. Même si l'intrigue à du être utilisé dans toutes les séries policières américaines, la réalisation de ''The Closer'' est unique. Et puis difficile de faire comme Brenda lors de ses enquêtes. Et ici, elle est au meilleur de sa forme : elle arrive même en retard à un rendez-vous important à cause de sa chatte (elle va d'ailleurs sortir un lot de répliques hilarantes

à ce sujet). Sacrée Brenda !

Quant à ses scènes avec Fritz, elles sont toujours aussi plaisantes à regarder, tant elles sont hilarantes. Les acteurs secondaires ne sont pas inoubliables (en même temps, ils ne sont pas trop privilégiés), mais restent très corrects. Kerr Smith est celui qui s'en sort le mieux.

A nouveau un chef d'œuvre pour cette excellente première saison.

o Kerr Smith (1972) est connu pour avoir jouer dans un très grand nombre de productions, tels que Destination finale, Alerte à Malibu, Charmed et surtout Dawson (dans le rôle de Jack McPhee).

o Bob Clendinin apparaît ici dans le rôle d'un étrange officier de police. Il sera Terrence Hynes, le tout aussi étrange assistant du légiste dans 5 autres épisode.

o La chatte de Brenda met bas 6 petits chattons qui seront les petits chouchous de Brenda.

o On apprend ici que la femme de Will se nomme Estelle. Elle fera une entrée fracassante dans l'épisode Rédemption de la seconde saison.

o Première fois qu'un épisode démarre avant que la police n'arrive sur les lieux d'un crime.

Retour à l'index


9. UNE MAISON BIEN ENTRETENUE
(GOOD HOUSEKEEPING)


 Le cadavre d'une préadolescente, Martha Alvarez, est repêché dans la rivière. La jeune fille porte son uniforme d'écolière, ce qui laisse à penser que son meurtrier l'a kidnappée sur le chemin du retour à la maison. Les premières analyses révèlent que Martha a été violée puis tuée d'un violent coup à la tête.

Un épisode au scénario horrible, mais tellement bien réalisé. On suit avec horreur et plaisir cet excellent épisode, tellement le thème (qui est déjà malheureusement très proche de la vraie) est abordé de manière réaliste. Les longues scènes en temps réelles en deviennent obligatoirement mieux réalisées, et donc plus difficiles à regarder. Mais aucun voyeurisme inutile ici, juste une atmosphère difficile à supporter qui survole l'épisode du début à la fin de l'enquête (enquête d'ailleurs plein de rebondissements, ce qui ne peut être que bénéfique). De l'humour dans cet épisode aurait donc été peu approprié (il n'y à qu'une scène à la fin de l'épisode avec...les chattons de Brenda).

Cette atmosphère lugubre est renforcée par un brochette d'acteurs secondaires (presque) tous de qualité, en particulier l'excellente Veronica Cartwright qui réalise une apparition brève, mais remarquée. J'ai dit ''presque tous'', car  les jeux Jo Anderson et Yvonne DeLarosa sont très médiocres et deviennent insupportables à la longue. Dommage, ça vient gâcher l'épisode. Dernier élément de l'épisode, tout aussi lugubre, l'ultime scène de l'enquête au Mexique (clichés pas possibles de la musique et des plans du pays). Excellente confrontation d'Austin Phillips (excellent Ryan Carnes) et Brenda (une des meilleures prestations de Kyra Sedgwick).

Un très bon épisode, très lugubre et porté par d'excellents (à 2 exceptions prés) acteurs secondaires.

o Veronica Cartwright (1949) est d'origine anglaise. Elle à joué des rôles mineurs dans un très grand nombre de productions américaines (Alien, Scary Movie...).

o Première fois qu'une scène se déroule dans un autre pays.

o Décidemment, les scénaristes ont un sérieux problème avec l'accentuation des mots en espagnol. Et uniquement en VO. Pour une fois que la VF est supérieure...

o Erreur de continuité : si Wayne Mathers s'était bien suicidé, il n'aurait pas pu garder l'arme dans sa main. Erreur très courante dans les séries télévisées.

o Erreur de continuité : Brenda à pris un tableau dans la maison des Phillips. Ayant les mains prises elle le donne à Gabriel. Plan suivant : le tableau à disparu ! J'espère qu'il n'avait pas trop de valeur...

Retour à l'index


10. MORT D'UN MAJORDOME
(THE BUTLER DID IT)


Un majordome, Albert Turner, est accusé d'avoir tué sa patronne, Angelina Dutton. Alors que Brenda doit procéder à son arrestation, elle trouve Turner pendu au plafond du hall d'entrée. Mais les preuves indiquent qu'il ne s'est pas lui même donné la mort...

Un épisode qui n'est pas sans rappeler les romans d'Agatha Christie : nombreux personnages ayant chacun un alibi. Ça fait partie des avantages cette atmosphère britannique, mais aussi des inconvénients. Au bout d'un moment, l'intrigue part dans toutes les directions, on ne sait plus où donner de la tête. Au moins, on ne peut pas reprocher à l'intrigue d'être trop classique. Justement, elle ne l'est pas assez...Il y à néanmoins d'excellentes scènes, notamment l'hilarante scène d'introduction, où on retrouve toute l'excentricité du personnage de Brenda et surtout les scènes entre Devlin Dutton (Rick Ravanello, exceptionnel) et Sanchez.

Mais il n'y à pas que des bons acteurs secondaires dans cet épisode. Si Douglas Sills s'en sort haut la main (il refera même une apparition dans un autre épisode), ce n'est pas le cas de Katy Selverstone (Deanna Dutton) dont le jeu est très inégal : correct lors de son arrestation mais très mauvais lors de la scène d'introduction, pour ne citer qu'un seul exemple. Quand aux nombreux autres acteurs secondaires, ils s'en sortent plutôt bien.

Un épisode plutôt correct, mais qui se perd un peu à cause de son intrigue trop confuse. Il faut suivre !

o Douglas Sills refera une apparition toujours dans le même rôle dans l'épisode Un arrière-goût (Saison 2)

o Fritz (Jon Tenney) et Will (J.K Simmons) n'apparaissent pas dans cet épisode.

o Le titre original ''The Butler Did It'' (réplique de Provenza dans l'épisode) est une sorte de cliché des vieux romans policiers.

o On apprend que Brenda ne fait pas la vaisselle tout les jours...

o Première (mais pas dernière) fois que le coupable est un avocat.

o Sanchez a peut-être eu une aventure avec un agent féminin de la DEA.

Retour à l'index


11. VIVRE LIBRE
(L.A WOMAN)


Un homme d'affaires iranien et son garde du corps sont abattus de plusieurs balles dans le parking d'un centre médical. Pour cette affaire, l'équipe de Brenda et le FBI sont contraints de collaborer.

Un nouvel excellent épisode au thème une nouvelle fois assez réaliste : la place des femmes dans la religion musulmane. Si ce thème est extrêmement bien exploitée, l'intrigue est en revanche la plus classique de la saison, mais comme toujours, la réalisation compense ce léger défaut, notamment lors de l'impressionnante scène d'interrogatoire finale, portée par une Kyra Sedgwick magistrale, ainsi que deux acteurs secondaires parfaits (Marina Sirtis et Ivar Brogger).

De toute façon, une fois de plus, tous les acteurs secondaires sont excellents. Quand au reste, c'est égalemment brillant : le dialogue d'introduction entre Brenda et Gabriel est hilarant, ainsi que toutes les scènes de ''compétition'' entre l'équipe et Fritz et celle avec les mannequins. Un épisode est donc parfait de tous les côtés.

Un autre épisode à la réalisation impeccable. A ne pas manquer !

o Première collaboration de l'équipe avec le FBI. Il y en aura des tas d'autres, toutes aussi hilarantes.

o Première allusion à la mère de Brenda, qui fera une première apparition dans l'épisode Menaces sur le Jury (Saison 2).

Retour à l'index


12. ERREUR D'IDENTIFICATION
(FATAL RETRACTION)


Le cadavre d'une toxicomane, une certaine Lisa Barnes, vient d'être retrouvé dans la rue. Or celle-ci avait été déclarée morte assassinée en juin 2002 par un psychopathe, Bill Croelick. Brenda dispose de quarante huit heures pour trouver ce qui reliait Bill à la victime.

Un épisode en course contre la montre qui nous tient en haleine du début à la fin (ce procédé à de toute façon presque toujours marché dans les séries télévisées). L'intrigue n'est ici, pas trop classique, mais ce n'est pas le plus important. C'est surtout à l'impressionnante réalisation que l'on fait attention. Ici, le réalisateur s'est réellement surpassé. Il à aussi eu à son service d'excellents acteurs principaux (en particulier Kyra Sedgwick, mais ça, ce n'est pas nouveau) et acteurs secondaires.

Cette fois ci, le meilleur est Jason O'Mara (Bill Croelick). La majorité de ses scènes constituent des sommets de l'épisode, notamment ses dialogues avec Brenda, merveilleusement écrits (et surtout interprétés, mais ça vous l'aviez compris). Les autres acteurs secondaires ne lui arrivent pas la cheville si on faisait la comparaison. Ils sont, néanmoins, très corrects. Pas d'humour dans cet épisode. En même temps, je ne vois pas trop où le placer, donc, on ne souffre pas du manque.

Un excellent épisode plein de suspense et possédant la meilleure réalisation de la saison.

o Jason O'Mara (1972) est un acteur irlandais. Il a joué en tant que personnage secondaire dans un grand nombre de séries policières (il refera une apparition dans le premier épisode de la saison 4) avant de décrocher le rôle principal dans l'adaptation américaine de la série fantastique-policière ''Life On Mars''

o Lorraine Toussaint (1960) s'est fait connaître pour avoir joué dans le feuilleton inédit en France ''Any Day Now''. Elle à égalemment tenu un des rôles principaux dans la série ''Saving Grace'' (avec Holly Hunter) et un rôle secondaire dans la 1ère saison d'Ugly Betty.

Retour à l'index


13. MEURTRE EN MUSIQUE
(STANDARDS AND PRACTICES)


Alertée pour tapage sonore, une patrouille de police découvre le cadavre d'un producteur de cinéma, Richard Pruitt, dans son jacuzzi. Aux dires de son voisin, sa femme a quitté le domicile conjugal deux jours plus tôt.

Cet épisode conclut en musique cette première saison. En cet honneur, les scénaristes... ne nous pas épargnés  de l'habituelle intrigue classique, mais la réalisation et les scènes de musique viennent arranger tout ça, notamment lors de la scène d'arrestation en musique. Une des plus belles scènes de la série. Contrairement à l'épisode précédent, l'humour est présent tout au long de l'épisode. La scène la plus drôle est sans aucun doute celle des ''''excuses'''' de Brenda pour sa conduite inacceptable.

A ne manquer sous aucun prétexte (surtout que c'est à partir de ce moment là que l'équipe va vraiment devenir soudée), car il s'agit là d'une scène très importante. Autres scènes hilarantes : Provenza imitant Brenda et les scènes de cette dernière avec Fritz (ça, ce n'est pas une nouveauté). Pour ce dernier épisode (et pour une fois), je ne suis pas parvenue à trouve le meilleur acteur secondaire de l'épisode. Ils se valent tous (ce sera extrêmement rare  par la suite, mais ce n'est pas un cas unique).

Un épisode qui conclut admirablement bien cette première saison de qualité.

o Tony Plana (1954) est d'origine cubaine. Il est surtout connu pour avoir incarné Ignacio Suarez, le père de Betty Suarez dans ''Ugly Betty''.

o A partir cet épisode, l'équipe à complètement accepté Brenda en tant que chef.

o On apprend dans cet épisode que toute l'équipe va dans un pub irlandais après avoir classé une affaire.

o La saison se termine par... Brenda mangeant un gâteau au chocolat. Fin digne de la série.

Retour à l'index

Crédits photo : Warner Bros.

Images capturées par Cetp65.